Affaire de publication de fake-news sur Facebook: trois mis cause en détention provisoire    Les représentants du parlement algérien au Parlement panafricain prêtent serment    JM/Football: l'Italie première équipe pour les demi-finales, l'Algérie trébuche    JM: un engouement sans précédent pour les spectacles dans la rue    Brest : La promesse de Belaili pour la saison à venir    Real : Ceballos va prendre une décision    PSG : Départ inattendu de Xavi Simons    Industrie pharmaceutique: La facture d'importation d'insuline réduite de 50% en 2023    Drame de Melilla: Le Maroc tente une diversion, Alger répond    Facteurs défavorables    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    Affaire Sonatrach-Saïpem: Chakib Khelil condamné à 20 ans de prison    Traversée du «Tassili II» Marseille-Skikda quasiment vide: Une action délibérée    JSM Tiaret: Un parcours satisfaisant mais...    17 ha de blé, 16.000 arbres fruitiers et 20.000 poussins ravagés par le feu    Enseignement supérieur: Assurer l'employabilité des diplômés universitaires    Des opérations de contrôle inopinées des transporteurs: Des mesures pour veiller au respect du nouveau plan des transports    Chlef: Parer aux coupures d'électricité    Surfer prudent, surfer intelligent    562 véhicules livrés    Les start-up pour briller    Chakib Khelil condamné à 20 ans de prison ferme    Loukal rattrapé par la justice    Luis Suarez à River Plate?    Bouchouareb première recrue    Ça brûle au conseil d'administration    La session prolongée au 15 juillet    Le mot de Lamamra à la diaspora    Ces obstacles à franchir    «Chaud» sera l'été...    Le service d'addictologie inauguré    Le CHU sera concrétisé    Une délégation américaine à Caracas pour parler «agenda bilatéral»    Le président Tebboune reçoit le secrétaire général de l'Unpa    Du 30 juin au 5 juillet à Oran et Sidi Bel Abbès    Freestyles et punchlines au rendez-vous!    «M'tember» exposition collective    Salon de l'Enseignement supérieur: vers l'instauration d'un enseignement de qualité pour l'édification d'une économie du savoir    Zones franches: dispositif administratif flexible et cahier des charges rigoureux pour garantir la transparence    Industrie pharmaceutique :196 unités de production locale de médicaments et de dispositifs médicaux    187e anniversaire de la bataille de Mactaâ: pour rappeler l'héroïsme de l'Emir Abdelkader    Migrants africains tués par la police marocaine: l'OIM et le HCR expriment leurs "plus vives inquiétudes"    Des températures caniculaires, mardi et mercredi, sur des wilayas du Sud du pays    Conseil de la nation présentation du projet de loi définissant les règles générales applicables aux zones franches    JM: la présence de jeunes de la communauté nationale établie en France, très importante    Festival européen de musique: le groupe "Travel Diaries" enflamme le public    A l'initiative de Mohamed Afane: La maison d'Oran d'Yves Saint Laurent retrouve une nouvelle vie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le nouveau baccalauréat et l'immense champ des arts
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 21 - 05 - 2022

Finalement, l'Education nationale a été bien avisée d'instituer un baccalauréat des arts. D'aucuns, septiques, se demanderont à quoi pourrait bien servir un tel diplôme, car selon eux les arts et la culture en état d'évanescence actuellement sont à mille lieues des besoins d'une population préoccupée d'abord par la recherche de moyens de subsistance. Une telle boutade, un tantinet mal à propos, est justifiée par la poignante crise économique et sociale actuelle car on ne maquille pas les yeux d'une femme aveugle avec du mascara.
Mais rester accroché et rendre sienne cette médisance, c'est faire fi des énormes besoins de l'Algérie en matière de savoir-faire et du travail bien fait. Loin de se caractériser par de l'abstrait, l'art est si vaste qu'il devient la significative carte de visite d'un pays. A bien des égards, elle témoigne du degré de son développement, de son recul ou de son avancée. De visu, de nombreux indices environnementaux prouvent l'indigence des élus locaux en matière d'initiatives pour l'embellissement de sites et il est à reconnaître qu'elles ne procurent souvent que les désappointements et la désolation de la population.
Les sciences urbanistiques, le bel aménagement des villes et tout ce qui concourt à offrir du beau à la vue sont si vastes qu'ils offrent une immense opportunité d'investissement pour les futurs diplômés en arts.
L'action ou l'entreprise artistique sont beaucoup plus proches de tous que l'œuvre picturale ou la création d'une partition musicale. L'art est un tout. Il est un curseur indicateur du niveau civilisationnel de la société.
L'enseignement des arts doit tendre vers l'accomplissement du beau. Il ne s'identifie pas seulement à apprivoiser une harpe ou un violon ou à tenter d'atteindre les cimes de Léonard de Vinci. Il n'est surtout pas le tribut des embourgeoisements individuels isolés. Au demeurant, il n'a rien à voir avec ces statues et stèles infantiles affreuses que l'on a érigées sur les places publiques et qui plutôt que d'honorer les martyrs ne font qu'agresser la vue.
Le champ des arts est si vaste que nos jeunes étudiants qui s'y engagent auront fort à faire dans des domaines innombrables allant de l'aménagement heureux des cités à l'accomplissement intelligent des modes séantes vestimentaires pour que les environnements aient un juste sens.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.