Brest : La promesse de Belaili pour la saison à venir    PSG : Départ inattendu de Xavi Simons    Real : Ceballos va prendre une décision    Traversée du «Tassili II» Marseille-Skikda quasiment vide: Une action délibérée    Chlef: Parer aux coupures d'électricité    Industrie pharmaceutique: La facture d'importation d'insuline réduite de 50% en 2023    Drame de Melilla: Le Maroc tente une diversion, Alger répond    Facteurs défavorables    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    Affaire Sonatrach-Saïpem: Chakib Khelil condamné à 20 ans de prison    JSM Tiaret: Un parcours satisfaisant mais...    17 ha de blé, 16.000 arbres fruitiers et 20.000 poussins ravagés par le feu    Enseignement supérieur: Assurer l'employabilité des diplômés universitaires    Des opérations de contrôle inopinées des transporteurs: Des mesures pour veiller au respect du nouveau plan des transports    Surfer prudent, surfer intelligent    Une délégation américaine à Caracas pour parler «agenda bilatéral»    Le président Tebboune reçoit le secrétaire général de l'Unpa    562 véhicules livrés    Les start-up pour briller    Chakib Khelil condamné à 20 ans de prison ferme    Luis Suarez à River Plate?    Bouchouareb première recrue    Ça brûle au conseil d'administration    Loukal rattrapé par la justice    La session prolongée au 15 juillet    Le mot de Lamamra à la diaspora    «Chaud» sera l'été...    Le service d'addictologie inauguré    Le CHU sera concrétisé    Ces obstacles à franchir    Du 30 juin au 5 juillet à Oran et Sidi Bel Abbès    Freestyles et punchlines au rendez-vous!    «M'tember» exposition collective    JM-Oran-2022 (4e journée): programme des athlètes algériens    Sortie de la 50e promotion à l'Ecole de Commandement et d'Etat-major de Tamentfoust à Alger    Voyage à travers l'histoire des monnaies anciennes des pays participant aux JM Oran-2022    Salon de l'Enseignement supérieur: vers l'instauration d'un enseignement de qualité pour l'édification d'une économie du savoir    Zones franches: dispositif administratif flexible et cahier des charges rigoureux pour garantir la transparence    Industrie pharmaceutique :196 unités de production locale de médicaments et de dispositifs médicaux    187e anniversaire de la bataille de Mactaâ: pour rappeler l'héroïsme de l'Emir Abdelkader    Migrants africains tués par la police marocaine: l'OIM et le HCR expriment leurs "plus vives inquiétudes"    Des températures caniculaires, mardi et mercredi, sur des wilayas du Sud du pays    Les anciens ministres Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison ferme    Conseil de la nation présentation du projet de loi définissant les règles générales applicables aux zones franches    JM: la présence de jeunes de la communauté nationale établie en France, très importante    Festival européen de musique: le groupe "Travel Diaries" enflamme le public    A l'initiative de Mohamed Afane: La maison d'Oran d'Yves Saint Laurent retrouve une nouvelle vie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Des mentalités à formater
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 24 - 05 - 2022

Le nouveau code de l'investissement, adopté jeudi dernier en Conseil des ministres spécial, ne plaît pas à tout le monde. Si en Algérie des experts et des organisations patronales ont bien accueilli le nouveau texte, mettant en exergue ses avantages, d'autres expriment leur scepticisme. Non pas en avançant des arguments concrets, mais en ciblant un pays, l'Algérie. "Qu'est-ce qui va changer ?", s'interroge l'auteur d'un article consacré à cette loi par une revue étrangère.
En conclusion, il est relevé insidieusement, dans ce même article, "les obstacles et les limites" du nouveau code de l'investissement, comme pour déconseiller aux hommes d'affaires et aux opérateurs étrangers d'investir en Algérie. Les arguments avancés pour appuyer la conclusion en question, s'inspirent d'un rapport du Think tank Care, mis en ligne le 16 mai dernier, qui donne un avis anticipé sur le "nouveau code de l'investissement qui est en voie de finalisation" et non une réaction après l'adoption du code de l'investissement. Le rapport en question vise à lancer le débat sur ce nouveau code de l'investissement, estimant qu'il comprend plusieurs limites et qu'il contient plusieurs mesures antagonistes. Pratiquement tout le paragraphe du rapport, très critique mais constructif, a été repris dans la chute de l'article en question, sans signaler qu'il s'agissait d'un avis anticipé. Honnêteté intellectuelle, dites-vous ? Tout est bon quand il est question de ternir l'image de l'Algérie.
Le communiqué de la présidence, rendu public à l'issue du Conseil des ministres spécial, n'a pas caché que le débat a pris en considération des observations et des propositions qui ne sont pas portées sur le code de l'investissement adopté, ce qui laisse entendre que les autorités sont résolues à aller de l'avant dans ce nouveau texte, et le consolider à travers les textes d'application qui vont suivre, notamment le renforcement du système judiciaire pour protéger les investisseurs des abus bureaucratiques. Ainsi que lors des débats au niveau des deux chambres du Parlement, où il est quasi certain qu'on proposera des amendements qui versent dans le sens d'une meilleure efficacité. Tout en restant à l'écoute des préoccupations des investisseurs locaux et étrangers, avant l'approbation de ce nouveau texte par les deux chambres du Parlement. Et, ce qui est plus important encore, les représentations diplomatiques, qui ont investi tout récemment le créneau de la diplomatie économique, doivent assurer une communication efficace en direction des investisseurs et médias spécialisés étrangers pour mieux éclairer l'opinion. Et, bien évidemment, il serait capital d'axer les efforts sur le formatage des mentalités dans les rouages de l'administration.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.