Souk n'Tlata : Le chantier du barrage bloqué    24 heures    Bouzeguène : La crèche communale affectée à l'association des handicapés    Aïn El Hammam : Flambée des prix sur les marchés    Barrage de Taksebt : Taux de remplissage de 64%    Célébration du Mawlid Ennabaoui : Activités et concours dans les écoles coraniques    Financement non-conventionnel: 900 milliards de dinars mobilisés pour couvrir le déficit    L'Ansej réitère: Pas d'effacement des dettes mais un rééchelonnement    Conférence de Palerme: Ouyahia appelle à l'arrêt des interférences étrangères en Libye    Une provocation visant à créer les conditions d'un assaut «final» contre Ghaza    EN - Conférence de presse de Djamel Belmadi: «Etre plus réalistes face au Togo»    MC Oran: Encore du pain sur la planche pour Belatoui    USM Alger: Un point et des satisfactions    Skikda: Installation des nouveaux chefs de daïras    Kharchi Fouad, candidat du FLN au Sénat    El-Tarf: Les candidats FLN aux sénatoriales connus    Lutte contre l'immigration clandestine: 36 harraga dont une femme et un enfant devant le tribunal d'Aïn El-Turck    Bouira: Saisies de plus de 6.300 bouteilles de boissons alcoolisées    Relizane: Des espaces squattés par des commerçants, libérés    Dans un nouveau rapport: Le FMI prévoit un prochain ralentissement de la croissance en Algérie    14e journée de la Ligue 1 (match décalé): L'USMA tient en échec le MCO (0-0) et creuse l'écart    La dédollarisation commence à porter ses fruits en Russie    Italie : Rome maintient son projet de budget, rejeté par Bruxelles    2ème session du dialogue de haut niveau Algérie-UE : Détermination commune à approfondir les relations    Décès :La légende de la bande dessinée américaine Stan Lee n'est plus    Refus des visas par les consulats français en Algérie    Ouahab Aït-Menguellet, le P/APC de Tizi Ouzou, annonce sa candidature    Dans la littérature et l'Histoire    Conférence de Palerme pour la Libye: Un énième échec    Commission de discipline de la LNF: L'audience du président de la JS Kabylie, Mellal, reportée au 19 novembre    Ligue 1 Mobilis: La JSK se relance, le MCA à l'arrêt    ESCROQUERIE VIA INTERNET : Deux réseaux de faussaires neutralisés sur Oued Kniss    Remaniement ministériel en Tunisie : Youssef Chahed obtient la confiance du parlement    Trop de soutiens, on veut des candidats !    Sun Tzu au secours du Parti communiste    Le Premier ministère dénonce une «odieuse manipulation»    Les candidats du FLN et du RND choisis, HMS temporise    Début des grandes manœuvres avant Lomé    Comment faire sortir le Salon du Palais    Le «cœur blanc» de Salima Souakri    El Djedouel et le savant Cerbère du poète Seddik Souir    Il signe une 4e passe décisive à Man City : Mahrez sermonné par Fernandinho !    Accrochages, tirs de roquettes et raids aréiens : Ghaza est de nouveau en guerre    Cas de rougeole : Des enquêtes épidémiologiques menées    RDC : Fayulu candidat-surprise de l'opposition, tensions pré-électorales en vue    14 membres du PKK "neutralisés" par l'aviation turque    Ouyahia parle de "manipulation"    Exposition à Alger d'Arezki Larbi du 17 novembre au 1er décembre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





LA REVOLUTION ALGERIENNE 1954-1962 : “Des crimes contre l'humanité au sens juridique du terme” , (M. Cherif Abbes)
Publié dans Réflexion le 25 - 05 - 2011

Le ministre des Moudjahidine, M. Mohamed Cherif Abbes a qualifié les massacres du 8-Mai-1945 de “crimes contre l'humanité” au sens juridique du terme car commis contre un peuple sans défense qui, sorti manifester pacifiquement, a été sauvagement réprimé.
Nous ne pouvons, en tant que victimes, qualifier ces massacres autrement que de crimes contre l'humanité au sens juridique du terme car ils ont été commis contre un peuple sans défense qui, sorti manifester pacifiquement, a été sauvagement réprimé”, a indiqué le ministre des Moudjahidine dans un entretien à l'APS à l'occasion du 66e anniversaire des massacres du 8-Mai-45.Le crime est, de ce fait, a-t-il ajouté, “établi, avec preuves et arguments à l'appui et ne peut être imprescriptible. Il pourrait être assimilé aux crimes les plus odieux dans l'histoire de l'humanité”.Des situations moins atroces, que nous condamnons du reste, ont été classées comme crimes contre l'humanité”.A l'approche de ce douloureux anniversaire le peuple algérien se remémore avec amertume les massacres “innommables” commis par l'occupant français à l'encontre des chouhadas qui ont “opéré, par leurs sacrifices, un rebond de conscience du mouvement national en général et ses dirigeants en particulier”.Pour le ministre, “ces sacrifices colossaux ont contribué à trancher le débat sur les alternatives possibles de salut, et ce, en faveur de la révolution armée comme unique solution pour éradiquer le colonialisme”.
M. Abbes a en outre estimé que cette commémoration était “l'occasion de passer en revue les sacrifices et les épreuves endurés par le peuple algérien pour le recouvrement de sa souveraineté et de son indépendance”.A une question, sur les pas devant être accomplis pour faire connaître encore plus la sauvagerie de ces massacres notamment en direction de la génération de l'indépendance, M. Abbes a souligné que l'Etat algérien “par fidélité aux sacrifices des martyrs des massacres du 8-Mai-45 a décrété une journée nationale qui célèbre la symbolique des sacrifices qui ont permis d'opter pour la révolution armée, d'une part, et qui représente une occasion de condamner la dimension inhumaine des massacres et des crimes du colonisateur”.
La Commission nationale de célébration des journées et fêtes nationales s'active, au moment de l'élaboration d'un programme sur cet anniversaire d'élargir les manifestations et autres activités de manière à englober toutes les wilayas du pays ainsi que les institutions notamment les établissements d'enseignement et les maisons de jeunes “pour ancrer ce fait historique national hautement important dans l'esprit de la jeunesse et l'imprimer dans les mémoires afin qu'il se transmette de génération en génération”.
”Les programmes que nous arrêtons pour rappeler les sacrifices consentis par notre peuple dépassent, de par leur contenu et valeur, le simple concept de les faire connaître car ils sont connus de tous et aucun écrit ni témoignage d'historiens ne sauraient les remettre en cause ou les nier”, a indiqué le ministre des Moudjahidine.
Concernant les revendications d'organisations de la société civile quant à la nécessité de relancer le projet de loi criminalisant le colonialisme en Algérie, il a affirmé que les organisations de la société civile toutes tendances confondues, “sont attachées à la loi criminalisant le colonialisme”.M. Mohamed Cherif Abbes a précisé à ce propos, que la criminalisation du colonialisme était une revendication autour de laquelle se rallient toutes les forces vives du pays, ajoutant qu'elle “ne pourrait être qualifiée de caduque ou nouvelle car n'étant pas propre à une génération donnée”.
“Le fait de glorifier le colonialisme ne saurait que susciter l'indignation de la conscience humaine en général, et celle des peuples qui en ont souffert en particulier”, a-t-il encore dit.Le ministre a déclaré au sujet de la conservation des restes mortuaires de martyrs de la résistance populaire au musée de Paris tels Cherif Boubaghla mort en 1854 et Cheikh Bouziane de Zaâtcha mort en 1849, “je n'ai pas de commentaire autre que celui de m'interroger si le fait de conserver des restes mortuaires était source de fierté pour la France coloniale ou reconnaissance de leur importance en tant que symbole de loyauté à la cause pour laquelle ils se sont sacrifiés”.“Lorsque les conditions favorables seront réunies pour traiter du dossier de la mémoire entre l'Algérie et la France, toutes les questions y afférant seront débattues”, a-t-il conclu.
L'ALLIANCE PRESIDENTIELLE CONDAMNE « LES CRIMES DE LA COLONISATION EN ALGERIE
Dans une allocution à l'ouverture des travaux, d'une conférence des partis de l'Alliance présidentielle (FLN, RND, MSP) sur « les crimes de la colonisation en Algérie », le secrétaire général du parti du Front de libération nationale (FLN), M. Abdelaziz Belkhadem, a appelé tous les Algériens et les intellectuels dans les pays anciennement colonisés à « dénoncer les crimes perpétrés par le colonialisme ».
La communauté internationale et l'ONU devraient aussi s'impliquer pour rétablir les faits et condamner cette réalité, qui aura « privé les peuples de leur dignité et de leurs richesses et aliéné leur personnalité », a-t-il ajouté. M. Belkhadem a évoqué, à l'occasion, les conséquences du colonialisme français en Algérie, « encore visibles » près de 50 ans après l'indépendance du pays, notamment les restes des champs de mines dans les frontières
Est et Ouest, toujours devastateurs pour des citoyens algériens, ainsi que les séquelles des essais nucléaires français dans le Sud de l'Algérie pendant l'occupation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.