Dette extérieure.. 1,8 milliard de dollars en juin 2018    Registre de commerce électronique.. Seuls 43% des commerçants inscrits    Proches de leur plus haut niveau en trois mois.. Les prix du Brent dépassent les 66 dollars    Cités universitaires.. Hadjar «active» les dispositifs de sécurité    Washington contre l'Europe    Attentat en Iran.. Des terroristes présumés arrêtés    Médaillés lors du 16e Championnat méditerranéen d'Escrime.. Ooredoo honore les escrimeurs algériens    Venezuela.. L'Europe met en garde contre une confrontation    Grand Prix du Concours national du saut d'obstacles.. Chakib Tabarout lauréat    Championnat de Basket-ball (17e journée).. Le leader sur du velours    Lutte antiterroriste.. Un élément de soutien arrêté à M'sila    DJELFA : La daïra d'Aïn Oussera promue wilaya déléguée    ACCUSES D'ENLEVEMENT SUIVI DE VIOL : Deux présumés ravisseurs arrêtés à Bejaia    Le maréchal dira-t-il me voilà ?    «Le plan de partition de la Syrie n'est pas nouveau»    L'Algérie manque de cadres dans le commerce international !    Création d'une agence de régulation    Convention africaine de lutte contre la corruption et infractions assimilées (CUA) de 2003    Le temps des regrets    Rien ne résiste au NC Magra    Alain Michel au lieu de Bouzidi ?    Questions sans réponses    Facebook s'invite à la présidentielle    Makri sensible à l'option    «La nature de la demande syndicale a changé»    Deux amateurs de parapente meurent accidentellement au cours d'exercices    Un assassin sous les verrous    Création de l'orchestre symphonique de la ville d'Oran    Les Constantinois renouent avec le cinéma    Tikoubaouine à la conquête de la capitale du chaâbi    24 heures    Allez-y tout doucement Messieurs !    Le ras-le-bol    80ème anniversaire de la Guerre civile espagnole: Oran, pour un hommage aux réfugiés républicains    Le terroir algérien à l'honneur: Une semaine gastronomique de la ville d'El Oued à l'hôtel Royal    Commémoration de la Journée du Chahid    La révolution algérienne, un exemple pour la liberté des peuples    Les droits de l'Homme infiltrent nos prisons    Victoire du GSP devant Souihli    «Seules les compétences seront appelées à gérer le club sous Hyproc»    Le système actif à Oran, Alger et Annaba    La revendication sociale se transforme en atteinte à la Sûreté de l'Etat    Abdelaziz Bouteflika : «L'Algérie attachée à ce choix stratégique et populaire»    La mission des choyoukh soufis dans l'unification de la nation    Les candidatures sont ouvertes jusqu'au jeudi 4 avril 2019    EDF : L'Ebitda a rebondi en 2018 mais risque de stagner cette année    L'opposition cherche toujours un candidat    Accord de pêche UE-Maroc : Appel au boycott des produits issus du Sahara occidental occupé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





POUR EVITER LA FUITE DES CERVEAUX : L'ordre des médecins appelle au dialogue
Publié dans Réflexion le 22 - 01 - 2019

Pour éviter la « fuite des cerveaux », notamment des médecins, « formés à grands frais » en Algérie, le président du Conseil national de l'Ordre des médecins, le Dr Mohamed Bekkat Berkani, a appelé ce lundi à Alger à l'établissement d'un véritable dialogue pour lutter contre ce phénomène.
Intervenant sur les ondes de la Chaine III de la Radio nationale, Dr Berkani a indiqué que la « fuite des cerveaux » avait commencé à toucher le personnel de la santé pour des raisons multiples, notamment sociales, appelant à l'établissement d'un dialogue « à tous les niveaux » par les autorités. « Il faut que les autorités prennent langue avec cette intelligentsia qui est en train de nous quitter, formée à grands frais, et qui va exercer fatalement ses talents ailleurs », a-t-il ajouté, plaidant pour l'amélioration de leurs conditions sociales, de travail et d'enseignement. Le Dr Bekkat Berkani a relevé que 15.000 médecins algériens exerçaient en France, dont 5.000 seulement avaient une situation administrative réglée, affirmant toutefois que dans ce pays, « vous avez des Algériens qui sont dans les services de pointe de la médecine ». Interrogé sur l'éventualité de faire revenir ce personnel parti à l'étranger, Dr Berkani a estimé qu'il était « possible » de les faire revenir pour « nous donner un coup de main », puisqu'il y avait déjà ceux qui le font, même s'il admet qu'il était « difficile » pour eux de revenir définitivement alors qu'ils se sont fait une place ailleurs. Pour ce spécialiste de la santé, il faudrait « tout remettre à plat » pour améliorer ce secteur, notamment les structures hospitalières, le financement du service public pour être à la hauteur de la demande de la population en termes de soins. Evoquant la Loi sanitaire, il a indiqué que cette dernière était « une bonne avancée », mais « on attend les textes d'application », ajoutant que ce sont les pratiques et les fonctionnements qui posaient néanmoins problème.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.