Le système Haddad, ou comment imposer une dîme sur les grands projets    Le marché pétrolier enregistre "une tendance vers un rééquilibrage" (producteurs)    Manchester City officialise la signature de Mendy    Importations : L'objectif d'économies est quasi nul    Risque de pénurie de l'essence sans plomb    Foncier touristique : les attributions gelées    Boulangerie : une activité dans le pétrin    Crise du Golfe : Le président turc Recep Tayyip Erdogan en tournée dans la région    Terrorisme : liste de 173 kamikazes    Alger pour un recentrage de l'action arabe    Grève de 48 heures pour mercredi et jeudi    Le CICR s'attend à 600 000 cas en 2017    Repère : Tebboune et Bedoui, même combat ?    Deux nouvelles médailles d'or pour l'Algérie    Le NAHD et El Fayçali en tête du groupe A    Verts d'Europe : Belkaroui de retour au Portugal, Feghouli vers Galatasaray    Les Algériens s'inclinent et terminent à la 6e place    Ouled Mendil (DOuéra) : Arrestation du suspect impliqué dans le meurtre d'un quinquagénaire    1695 décès durant le 1er semestre 2017    Plaidoyer pour un plan national de gestion des incendies    Une usine de plastique ravagée par un incendie    Une tentative d'émigration clandestine mise en échec    40 émeutiers placés sous contrôle judiciaire    Un gardien de prison vit aussi dans une prison    Mondiaux-2017 : Sahnoune et Cherouati devant le conseil de discipline    Bouira / Alimentation en eau potable : Les robinets d'Ath Ibrahim à sec    MCA : Bendebka, 4e recrue du Doyen    Festival international de musique diwane : Mehdi Nassouli assure le show en clôture    Exercice militaires navals entre la chine et la Russie    Kiosque arabe    YEMI OSINBAJO :    ACTUCULT    Le 17 août au stade de Canastel : Hommage à Miloud Chorfi    Commerce extérieur: 5 milliards de dollars de déficit au 1er semestre 2017    Le temps presse pour lancer les travaux du troisième casier: Risque de saturation du centre d'enfouissement du groupement d'Oran    Sidati appelle l'UE à "une intervention urgente et ferme"    Artistiquement vôtre!    Mezghana Battle International    Un glacier momifie un couple pendant 75 ans    Réunion d'urgence du Conseil de sécurité    Identifions nos vulnérabilités    "Le FLN soutiendra toujours Bouteflika"    2 footballeurs suspendus pour avoir mordu des adversaires    Une terroriste de Daesh arrêtée par la PAF    Spider-Man Homecoming    La caravane artistique de l'Oncic arrive    Le CNDH salue l'initiative de la DGSN    Idir de retour à Paris    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Jean-Baptiste Rivoire devant le tribunal correctionnel de Paris
Affaire du journaliste Didier Contant
Publié dans El Watan le 14 - 02 - 2009

Le juge d'instruction parisien Patrick Ramaël, qui enquête sur les circonstances du décès du grand reporter et ancien rédacteur en chef de l'agence Gamma, Didier Contant, a ordonné le 5 février le renvoi de Jean-Baptiste Rivoire, journaliste à Canal +, devant le tribunal correctionnel de Paris pour « violences volontaires préméditées ».
C'est ce que vient d'annoncer dans un communiqué, rendu public le 11 février, Rina Sherman, la compagne de Didier Contant et auteur du livre Le Huitième mort de Tibhirine (éditions Tatamis, 2007). Rappel des faits. Le journaliste Didier Contant enquêtait sur la mort des sept moines trappistes du monastère de Tibhirine. Une partie de ses investigations paraît dans le Figaro Magazine. En parallèle, le journaliste de Canal+ et grand reporter au magazine d'investigation 90 minutes Jean-Baptiste Rivoire mène une enquête sur la même affaire. Se fondant sur les « révélations » d'un militaire dissident, Abdelkader Tigha, Rivoire, que l'on se plaît à présenter comme un chantre du « qui tue qui ? », avance la thèse selon laquelle les sept moines trappistes, qui ont été enlevés, rappelle-t-on, le 27 mars 1996 et retrouvés morts le 21 mai 1996, ont été assassinés par le DRS avec la complicité des Services français. « Faux ! », dit Contant, dont les investigations accablaient sans ambages le GIA. « Mais à Paris, des confrères affirment auprès des rédactions parisiennes que Didier Contant travaillait pour les services français et algériens dans le cadre de son enquête sur les moines, déconseillant toute publication de son investigation. Ces lobbies, composés de journalistes, d'éditeurs, d'avocats et d'organisations des droits de l'homme, brandissent le témoignage d'un sous-officier transfuge de l'armée algérienne, tendant à prouver l'implication de l'armée dans le rapt des moines », peut-on lire en quatrième de couverture du livre de Rina Sherman.
L'un des principaux animateurs de cette campagne « n'est autre que J. B. Rivoire », accuse-t-elle. « Dans l'intention d'empêcher toute nouvelle publication de son confrère, Jean-Baptiste Rivoire a contacté les rédactions parisiennes en se réclamant de sources dignes de foi, pour accuser, ni plus ni moins, Didier Contant d'être un agent des services secrets algériens et français », indique-t-elle dans le communiqué du 11 février (voir l'intégralité du communiqué sur le site : http://quiatuedidiercontant.blogspot.com). « Didier Contant vivait cette campagne calomnieuse comme une catastrophe professionnelle ; dépossédé de son honneur, de sa dignité et de la capacité de gagner sa vie, il ne put l'accepter », lit-on dans Le Huitième moine de Tibhirine. Aucune suite ne sera ainsi donnée à son enquête. Le 15 février 2004, Didier Contant fait une chute mortelle d'un immeuble parisien. « On a dit que c'était un accident. On : pronom personnel indéfini, désigne ici d'une manière vague les autorités algériennes, mais également françaises », écrit Antoine Sfeir dans la préface du livre, avant d'ajouter : « Sa compagne, non convaincue, a voulu enquêter. Elle l'a fait d'une manière farouche et déterminée. Je ne sais pas si Didier Contant a été tué ou est mort accidentellement ou tout simplement a été victime de circonstances non élucidées. En revanche, la mort d'un confrère quelle qu'elle soit mérite qu'on y porte un intérêt. Cet intérêt n'a pas été porté dans le cas de Didier Contant, mais à la lecture de l'enquête de sa compagne, on ne peut qu'avoir des doutes sur cette mort fortuite qui arrangeait tout le monde en définitive. » Tel est donc le background de cette affaire. Jean-Baptiste Rivoire a été mis en examen dans un premier temps. Aujourd'hui, le voici déféré au tribunal correctionnel de Paris. « L'information judiciaire a aujourd'hui totalement confirmé les faits dénoncés à l'encontre de Jean-Baptiste Rivoire », souligne le communiqué de Rina Sherman, qui conclut : « Avec ce renvoi devant la juridiction correctionnelle, on va pouvoir désormais parler de l'affaire Rivoire. »


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.