APN: Adoption du projet de loi relatif à la Haute instance indépendante de surveillance des élections    Barça, Bartomeu : " Neymar veut continuer avec nous "    Belgique : Coup dur pour Vertonghen    34 personnes interdits d'accès au stade    Attentat terroriste contre l'aéroport d'Istanbul: Sellal signe le registre de condoléances à l'ambassade de Turquie à Alger    Les patrons s'engagent pour plus de 150 milliards de dinars    Emprunt obligataire : Réunion du comité des placements d'AXA    Banque d'Algérie : Des facilitations pour les exportateurs    Un ressortissant algérien légèrement blessé    L'horreur à l'aéroport Atatürk d'Istanbul    Le nouvel ambassadeur veut dépoussiérer l'image de l'Algérie    Il a été tenu mardi dernier : Un Conseil restreint sur la sécurité et des questions    Le feuilleton de l'été    «L'avenir du pays engagé dans l'inconnu»    Coupe de la Confédération : le rêve est permis pour le MO Béjaia    Eliminatoires CAN-2017/ Algérie : les U17 ont failli imiter les U20, le DTN accuse les clubs    Bordj Bou Arréridj : Un mort dans un accident de circulation    Aïn Témouchent : Des plages polluées fréquentées par les estivants    Les prix, ça brûle !    Commémoration à Annaba    Les gros sabots contre la raison    Cameroun : Dix morts dans un attentat-suicide    Journée mondiale d'El Qods: une marque de solidarité internationale avec la cause palestinienne    Richesses minières : Cet immense potentiel dormant !    Au coin de la cheminée : Martin et Martine 8e partie    Ainsi va la vie : Au gré des chemins 23e partie    Suspense : Un cri dans la nuit 21e partie    HistoireS étranges : Baba Merzoug, histoire d'un canon algérois «captif» depuis 1830 1re partie    Histoires vraies : Le bandit bien-aimé 5e partie    Horaires des prières 25 ramadhan 1437    Mandi s'engage officiellement avec le Betis Séville    Kerbadj : "Le prêt de Ghislain à l'USMA est réglementaire"    Un investissement de 18 milliards de dinars    Une campagne de sensibilisation... dans les mosquées !    Poutine lève les sanctions touristiques contre la Turquie    Une transition difficile à Bruxelles après le Brexit    Les femmes leaders africaines, vecteurs de l'émergence en Afrique    J'ai terriblement peur car mon enfant fréquente une mosquée    La marine italienne récupère l'épave du pire naufrage en Méditerranée    Un coup de couteau, trois vies gâchées    Beaucoup d'accidents sur le chantier de l'autoroute Chiffa-Berrouaghia    Algérie-Le e-paiement opérationnel dès septembre 2016 pour les grandes entreprises    Les robes noires se révoltent    La Ladh exprime ses inquiétudes    Cri des hommes libres pour défendre l'Algérie des libertés    Veillées ramadhanesques très peu animées    Assia    Courrier & courriel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nous sommes le GIA, nous allons à Paris pour mourir
Publié dans El Watan le 25 - 12 - 2009

Alger, samedi 24 décembre 1994. Le GIA détourne l'avion d'Air France pour tenter de le faire exploser sur la capitale française. Quinze ans après les faits, El Watan Week-end vous fait revivre l'événement.
Ils sont quatre, jeunes, rasés de près, vêtus en costume et en imperméable. Sur leur poitrine, des badges du personnel d'Air Algérie. Sur le tarmac de l'aéroport d'Alger, ils prennent place dans une 305 blanche aux couleurs de la compagnie française et attendent patiemment que tous les passagers montent à bord de l'airbus d'Air France qui doit décoller vers Paris à 11h25. Lorsque tous les voyageurs ont embarqué, les quatre jeunes dont l'un portant un gros sac s'engouffrent à leur tour dans l'appareil. Au commandant de bord, ils se présentent comme des policiers dépêchés par la présidence de la République pour effectuer un dernier contrôle avant le décollage. L'équipage laisse faire et les passagers s'exécutent. Une chanteuse de renom, Hassiba A., installée dans la cabine 1er classe, apostrophe un des policiers en lui tendant son passeport : « Heureusement qu'il y a des hommes comme vous pour nous défendre contre ces ordures de terroristes ! » En guise de réponse, le policier lui assène un coup de poing sur le visage.
Choquée, la femme se rassoit sans protester. Dans l'autre cabine, un autre passager, croyant avoir affaire à des collègues, exhibe alors sa carte de police. Il est conduit vers la porte de sortie avant qu'on l'exécute d'une balle dans la tête. La déflagration provoque l'étonnement, puis la stupeur. C'est à ce moment que le chef du groupe fait irruption dans la cabine première classe, un pistolet à la main avant d'hurler : « Nous sommes le GIA, nous sommes des moudjahidine. » Ce samedi 24 décembre 1994, veille de Noël, un groupe terroriste du GIA conduit par Abdellah Yahia, récemment évadé de la prison de Tazoult, à Batna, vient de prendre le contrôle du vol Air France 8969 avec à son bord 271 passagers et 12 membres d'équipage. A Alger comme à Paris, la nouvelle du détournement fait l'effet d'un cataclysme.
Si les revendications des ravisseurs sont pour le moment floues, leur objectif est précis : décoller sur Paris pour faire crasher l'avion au-dessus de la capitale française. Durant les premières heures de la prise d'otage, les autorités algériennes tentent de négocier la libération d'une partie des passagers. Le groupe terroriste leur formule ses exigences : la libération des dirigeants du FIS dissous, emprisonnés à la prison de Blida après leur condamnation en juin 1992 à douze ans de réclusion. Les heures passent. A l'intérieur de l'avion, les voyageurs sont pétrifiés. « Nous allons tous mourir, parle doctement Yahia. Nous allons à Paris pour exploser l'avion. Ne vous inquiétez pas, vous n'allez rien sentir. Rien sentir… » Prise de panique, la femme d'un ministre fait une crise d'asthme.
Apitoyé par son sort, Yahia demande à la chanteuse de lui venir en aide. Celle-ci accepte, mais négocie : elle voudrait bien la secourir si toutefois le chef consentait à lui rendre sa liberté. Elle fera donc partie du premier groupe de passagers que le groupe libère en début d'après-midi. Un des passagers, un diplomate vietnamien qui rentrait chez lui parce que sa femme venait d'accoucher, connaîtra un funeste sort. Alors qu'il est conduit vers la porte de sortie, un terroriste lui loge une balle dans la nuque. Deuxième victime. La tension est à son comble. Tandis que les Algériens continuent de négocier la libération des passagers, le gouvernement d'Edouard Balladur met la pression sur Alger. En attendant que les autorités algériennes autorisent le décollage de l'appareil ainsi que l'exige Paris, Balladur échafaude un plan B : faire intervenir le GIGN français. C'est ainsi que dans la journée du samedi, des policiers français s'envolent vers Palma de Majorque pour préparer un éventuel assaut.
Sur place, ils s'entraînent à bord d'un airbus identique à celui qui est cloué sur le tarmac d'Alger. Si les Algériens excluent toute possibilité d'une intervention française sur le sol algérien, ils ne pensent moins faire intervenir les fameux Ninjas… Oui, mais comment amadouer entre temps ces fanatiques déterminés à mourir ? Le ministre de l'Intérieur, Meziane Cherif, en charge des négociations, pense avoir trouvé la faille. Il fait venir la mère du Yahia dans la tour de contrôle. Elle parle, tente de raisonner son fils, mais lui reste obstiné. « On se retrouvera au Paradis », lance-t-il en guise d'adieu. Dimanche 25 décembre. Les négociations s'enlisent. Dans la soirée, les terroristes posent un ultimatum : si leurs exigences ne sont pas satisfaites, ils exécuteront un passager toutes les heures. A 21h30, ils passent à l'acte en tuant le cuisinier de l'ambassade de France à Alger, Yannick Meunier. La nouvelle provoque un nouveau pic de tension à Paris. Balladur s'entretient au téléphone avec le président Zeroual. L'échange est vif, musclé, presque discourtois. La France exige que l'avion quitte le sol algérien, Zeroual finit par accéder à la demande. Il est 3 heures du matin en ce lundi 26 décembre quand l'appareil atterrit à l'aéroport de Marignane, à Marseille.
Durant l'heure de vol, les passagers sont soulagés, ils sentent la délivrance. Mais le cauchemar n'est pas encore terminé. A Marseille, les terroristes négocient un plein de kérosène. Leur objectif n'a pas changé d'un iota : gagner Paris pour faire exploser l'avion au-dessus de la Tour Eiffel. Pour ce faire, ils préparent les passagers pour le dernier voyage en diffusant, à partir des haut-parleurs de l'appareil, des versets coraniques, des prêches morbides. « Ils nous parlent de l'au-delà, du paradis, témoigne le chanteur Ferhat M'henni, passager de ce vol. C'est comme si vous vous penchiez sur un cercueil pour renifler cette mort qui vous saisit à plein le corps. » Il est 17h12 quand l'équipe du GIGN donne enfin l'assaut. L'échange est bref, fulgurant, brutal. Retranchés dans la cabine de pilotage, les quatre terroristes sont abattus. Les passagers sont évacués vers l'extérieur tandis que les ravisseurs sont emballés dans des sacs en plastique avant d'être acheminés vers la morgue. Ainsi s'achève le détournement de l'airbus d'Air France du 24 décembre 1994. Mais l'histoire n'est pas finie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.