MCA : Kerbadj confirme la tenue des derbies au 5-Juillet    Sellal en visite de travail à Tizi Ouzou    Séisme de magnitude 5.3 enregistré à Médéa    Pétrole: Réunion cruciale de l'OPEP le 2 juin    Pour le grand bien d'Israël    Hillary Clinton, Tony Blair, les faces sinistres de l'Occident    Constantine - Sortie d'une nouvelle promotion: Des officiers de police prêtent serment    Mohamed Zerrouati (Membre du conseil d'administration de la JS Saoura): «Travail et persévérance, gages de la réussite»    Hand ball - Division Excellence: Le GS Pétroliers fait un grand pas pour le titre    Sellal: De nouvelles taxes en 2017    CHLEF: Mise en place d'un dispositif sécuritaire pour le BAC    Quatre personnes mortes noyées dans une mare d'eau à Djelfa    Gdyel: Remise, aujourd'hui, des clés de 180 logements LPA    ZEMMOURA: Le correspondant de presse Berrached Mohamed n'est plus    Plus c'est pti...    Ghezzal «Le coach peut compter sur moi face aux Seychelles»    MCA :Ghrib : «Innocent, Chaouchi est victime d'un complot»    Nord du Mali : Cinq soldats maliens tués et quatre blessés dans l'explosion d'une mine    Nucléaire: l'utopie Obama!    L'ONU encourage le rapprochement    Maroc : Le tribunal européen a été très clair dans son jugement    Adhésion de la Turquie à l'UE: Parcours d'obstacles ou jeu de dupes?    Les premiers jalons juridiques de la Constitution    L'Arav victime de sa sagesse et de sa vieillesse    USA : Janet Yellen promet une hausse des taux "dans les prochains mois"    La ville la plus chaude de la planète    La grande question    Le HBCB et le REH accèdent en division excellence    Hanni: "Ce serait un immense plaisir"    Communes agricoles: l'éternel endettement    Mauritanie : La grève à la grande mine d'or de Tasiast se poursuit    Tunisie : Les compétences tunisiennes peuvent être recrutées par le Koweït    Saâdani baisse le ton à Maghnia    Fête du tapis à Tiaret : 37 artisans y participent    Des citoyens exigent le départ du maire et de son équipe    Ils incitaient des lycéennes à la débauche    60.000 AVC annuellement en Algérie    Quelle part d'incertitudes ?    Et Daesh est toujours là    Le 4 juin à Oran    Au menu du Festival du film africain de Galway    Le français indésirable dans les universités algériennes?    Le président Bouteflika félicite son homologue Mutalu Teshome    16e partie    67e partie    Remise des prix aux lauréats    Visite d’une délégation de l’institut Français des hautes études en sécurité    Théâtre : «Ana Djazairi» en tournée durant le mois sacré    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Parution. Aurès, vivre la terre chaouie Instantanés aurésiens
Culture : les autres articles
Publié dans El Watan le 21 - 07 - 2011

Enfin, les Aurès se dotent d'un beau livre à la hauteur de leur splendeur. Un ouvrage digne de ce nom signé par des plumes expertes et illustré par des instantanés spectaculaires.
Le livre, sorti aux éditions Chihab, est coordonné par Azeddine Guerfi, fils de la région à laquelle il rend hommage à travers cet ouvrage qui manquait manifestement à son tableau de chasse et à la collection des éditions qu'il dirige. Aurès, vivre la terre chaouie est le titre choisi pour ce livre qui se décline comme un documentaire raconté par des textes et des photos. L'ouvrage a nécessité un travail titanesque au personnel embarqué dans cette aventure, et qui a duré trois années. Nadia Bouseloua, Azeddine Guerfi, Rachid Mokhtari, Philippe Thériez, et le photographe Kaïs Djilali ont sillonné les wilayas de Batna, Biskra, Khenchela et Oum El Bouaghi à la recherche de ce quelque chose que renferme cette terre généreuse et altière.
D'ailleurs, l'équipe au complet était présente lors de la présentation du livre à Batna, début juillet. Les journalistes et les invités ont rencontré aussi quelques personnages dont les portraits figurent dans le livre.
Aurès, vivre la terre chaouie se veut à la fois un guide et un fonds documentaire riche en informations géographiques, historiques et culturelles.
Il est conçu de manière à «offrir au lecteur un panorama de la terre chaouie à travers un regard singulier, vivant, humain et actuel», témoigne Guerfi.
Sans prétendre résumer la région, son histoire et sa culture, le livre «repose essentiellement sur des rencontres avec les femmes et les hommes qui y vivent, portent sa mémoire, s'en inspirent dans leurs créations ou leurs passions, contribuent à son développement, assurent la translation de la mémoire chaouie, la chantent, la peignent, l'écrivent, protègent ses sites anciens, vouent leur passion à régénérer son patrimoine ou la propulsent par des technologies de pointe dans le futur», souligne encore l'initiateur du projet.
L'introduction générale, cite Yamina Mechakra, fille de Meskiana qui en parlant d'Arris dans son deuxième roman, Cri d'une enfance orpheline, disait : «Je creuserais le roc à mains nues que je ne quitterais pas le pays».
Ainsi parlent les Chaouis, d'hier et d'aujourd'hui, de cette terre mythique. Et le livre est friand d'entretiens, portraits, biographies, chronologies, notices, faits et événements qui racontent ce lien ombilical entre l'homme et ces contrées aurésiennes. Voilà un beau livre qui a sa place dans la bibliothèque.
Aurès, vivre la terre chaouie
Auteurs : Nadia Bousseloua, Azeddine Guerfi, Rachid Mokhtari, Philippe Thériez
Photographie : Kaïs Djilali
Chihab Editions, juillet 2011
300 pages. Prix : 3900 DA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.