Sellal : partira ? Partira pas ?    Un terroriste arrêté à Skikda...    Des témoignages éloquents sur la personnalité du défunt    Réussir la réforme globale grâce à un gouvernement d'exception ou retour au FMI    Pas de menace sur l'agriculture    Augmentation de la marge bénéficiaire des distributeurs    Ralentissement de la croissance du PIB au troisième trimestre 2015    Les pièges d'une intervention    Moscou rejette les critiques occidentales, annonce de «nouvelles idées»    La JSK fait chuter le Chabab    Baptême du feu reporté pour Belkaroui !    Juventus : Morata au Real... pour être vendu ?    4 631 interventions suite à différents appels    Deux dealers écroués et du kif traité saisi    Un charlatan derrière les verrous    Les technologies numériques pour captiver les élèves    Partenaire de la 6e édition des Journées cinématographiques d'Alger    Ahmed Khemis, habité par le voyage et la spiritualité    DU 7 AU 9 FEVRIER : La sous-secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères polonaise en visite à Alger    AIN TEMOUCHENT : Les malades cancéreux extériorisent leur souffrance    Nabil Saâdi (président de la Fédération algérienne de boxe) au temps d'Algérie : «Le tournoi de Yaoundé sera décisif»    Vorganov suspendu provisoirement    Mourinho en discussions avec Man.U    Révision de la Constitution : Secteur de l'audiovisuel, quelles perspectives ?    C'était un grand homme de théâtre : Tayeb Seddiki est mort    Irak: 15 soldats tués dans des attaques de Daech    Un abonnement unique pour plusieurs modes de transport à Alger    Mahrez surclasse Manchester City    Vaste mobilisation en Amérique latine pour lutter contre le virus Zika    172 Palestiniens tués par les forces d'occupation israéliennes depuis début octobre dernier    Suspense : Les fleurs de l'orient 340e partie    Nombre de projets sont en cours de réalisation / Algérie-France : lune de miel industrielle    L'Algérienne des eaux : Une entreprise en difficulté    L'Alliance de l'Algérie verte en bloc pour le boycott    "Les radars doivent être visibles sur les routes"    Les 8 harragas portés disparus depuis mardi sont sains et saufs    Inauguration officielle du plus grand Park Mall du pays    Ali Bey Nasri : "L'externalisation des banques algériennes est devenue un impératif"    18 personnes sur 500 atteintes de cancer à Tamanrasset    RCA - USMB à Tchaker    USA : la révolution Bernie séduit la jeunesse démocrate    Soupçonnés de préparer des attentats : Trois Algériens arrêtés en Allemagne    SELLAL NE DÉMISSIONNERA PAS    LES MÉMOIRES DE HADJ AHMED BEY DE DJILALI SARI    Le ministre de l'Intérieur préside la sortie de la 10e promotion de lieutenants de police    Un dictionnaire français-arabe algérien édité    La bataille audiovisuelle d'Oran    10e édition du concours Mouloud-Mammeri    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Parution. Aurès, vivre la terre chaouie Instantanés aurésiens
Culture : les autres articles
Publié dans El Watan le 21 - 07 - 2011

Enfin, les Aurès se dotent d'un beau livre à la hauteur de leur splendeur. Un ouvrage digne de ce nom signé par des plumes expertes et illustré par des instantanés spectaculaires.
Le livre, sorti aux éditions Chihab, est coordonné par Azeddine Guerfi, fils de la région à laquelle il rend hommage à travers cet ouvrage qui manquait manifestement à son tableau de chasse et à la collection des éditions qu'il dirige. Aurès, vivre la terre chaouie est le titre choisi pour ce livre qui se décline comme un documentaire raconté par des textes et des photos. L'ouvrage a nécessité un travail titanesque au personnel embarqué dans cette aventure, et qui a duré trois années. Nadia Bouseloua, Azeddine Guerfi, Rachid Mokhtari, Philippe Thériez, et le photographe Kaïs Djilali ont sillonné les wilayas de Batna, Biskra, Khenchela et Oum El Bouaghi à la recherche de ce quelque chose que renferme cette terre généreuse et altière.
D'ailleurs, l'équipe au complet était présente lors de la présentation du livre à Batna, début juillet. Les journalistes et les invités ont rencontré aussi quelques personnages dont les portraits figurent dans le livre.
Aurès, vivre la terre chaouie se veut à la fois un guide et un fonds documentaire riche en informations géographiques, historiques et culturelles.
Il est conçu de manière à «offrir au lecteur un panorama de la terre chaouie à travers un regard singulier, vivant, humain et actuel», témoigne Guerfi.
Sans prétendre résumer la région, son histoire et sa culture, le livre «repose essentiellement sur des rencontres avec les femmes et les hommes qui y vivent, portent sa mémoire, s'en inspirent dans leurs créations ou leurs passions, contribuent à son développement, assurent la translation de la mémoire chaouie, la chantent, la peignent, l'écrivent, protègent ses sites anciens, vouent leur passion à régénérer son patrimoine ou la propulsent par des technologies de pointe dans le futur», souligne encore l'initiateur du projet.
L'introduction générale, cite Yamina Mechakra, fille de Meskiana qui en parlant d'Arris dans son deuxième roman, Cri d'une enfance orpheline, disait : «Je creuserais le roc à mains nues que je ne quitterais pas le pays».
Ainsi parlent les Chaouis, d'hier et d'aujourd'hui, de cette terre mythique. Et le livre est friand d'entretiens, portraits, biographies, chronologies, notices, faits et événements qui racontent ce lien ombilical entre l'homme et ces contrées aurésiennes. Voilà un beau livre qui a sa place dans la bibliothèque.
Aurès, vivre la terre chaouie
Auteurs : Nadia Bousseloua, Azeddine Guerfi, Rachid Mokhtari, Philippe Thériez
Photographie : Kaïs Djilali
Chihab Editions, juillet 2011
300 pages. Prix : 3900 DA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.