«411 projets mis en service au premier semestre 2014»    La réouverture de la pêche au corail prévue en fin d'année    Sellal redescend sur le terrain    Algérie Télécom dévoile ses nouvelles offres    La Jordanie propose un projet de résolution    «Israël a commis des crimes contre l'humanité à Ghaza»    «C'est une boucherie à ciel ouvert»    Un nouveau dispositif mis en place    2 261 promotions aux grades supérieurs dont six contrôleurs de police    Sellal salue la qualité de la formation des éléments de la Sûreté nationale et leurs sacrifices durant la tragédie nationale    Célébration de la Fête de la police à l'Ouarsenis    43 fonctionnaires promus et une trentaine de retraités honorés    Un bilan maigre et contesté    Rassemblement, aujourd'hui, devant la wilaya d'Alger    Ils exigent l'affectation d'un corps de sécurité et réclament la libération de l'otage    De nouveaux mécanismes juridiques pour l'emploi des diplômés seront mis en place    Mme Zerhouni : «Treize plans d'aménagement adoptés»    26.000 agents seront formés    Arrestation des coupables et libération de la victime    13 milliards de centimes partent en fumée    Le chat et la souris    L'ES Sétif décimée... mais décidée    Le stage de Tunisie confirmé    Le club chilien CD Palestino rend hommage à Ghaza    Tahmi donne priorité aux jeunes catégories    Mostefa en Turquie pour s'engager avec Gaziantepspor    Palais de la culture Moufdi-Zakaria de Kouba    Le Dr Taleb El-Ibrahimi appelle à la dissolution de la Ligue arabe    Les anciens chanteurs chaâbis honorés    Naïma Dziria et Nadia Baroud font un tabac    Sortir des pensées "congelées"    Marchés : Les Bourses européennes dans le vert    Plus de 2.200 postes budgétaires affectés à la promotion des cadres, agents et fonctionnaires de la Sûreté nationale (Hamel)    Club Africain-Olympique de Marseille : José Anigo aurait proposé un échange Khalifa-Djabou    Alger : Deux établissements scolaires pour la nouvelle cité des 1.430 logements de Heuraoua    Grande-Bretagne Les autorités lancent une enquête sur de possibles manipulations des changes    Thaïlande : Le roi approuve la Constitution intérimaire de la junte    Législatives en Libye : La mouvance civile devant les islamistes    Fin de fonctions pour l'imam décrié    Centrafrique : l'impasse    L'investissement dans le tourisme connaît un essor    Objectif : protéger les travaux de recherche et faciliter leur finance    Les artistes de Tizi Ouzou saluent la politique de concertation    Message de vœux du Vatican aux musulmans à la veille de l'Aïd el Fitr    Dans Alger la noire, le policier ne fait pas son polar    Serie A italienne (préparation) Inter Milan : Saphir Taider convoqué pour le stage des Etats-Unis    Malikites et Ibadites s'engagent à dépasser les dissensions    Plan d'action pour leur redonner leurs lettres de noblesse    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Parution. Aurès, vivre la terre chaouie Instantanés aurésiens
Culture : les autres articles
Publié dans El Watan le 21 - 07 - 2011

Enfin, les Aurès se dotent d'un beau livre à la hauteur de leur splendeur. Un ouvrage digne de ce nom signé par des plumes expertes et illustré par des instantanés spectaculaires.
Le livre, sorti aux éditions Chihab, est coordonné par Azeddine Guerfi, fils de la région à laquelle il rend hommage à travers cet ouvrage qui manquait manifestement à son tableau de chasse et à la collection des éditions qu'il dirige. Aurès, vivre la terre chaouie est le titre choisi pour ce livre qui se décline comme un documentaire raconté par des textes et des photos. L'ouvrage a nécessité un travail titanesque au personnel embarqué dans cette aventure, et qui a duré trois années. Nadia Bouseloua, Azeddine Guerfi, Rachid Mokhtari, Philippe Thériez, et le photographe Kaïs Djilali ont sillonné les wilayas de Batna, Biskra, Khenchela et Oum El Bouaghi à la recherche de ce quelque chose que renferme cette terre généreuse et altière.
D'ailleurs, l'équipe au complet était présente lors de la présentation du livre à Batna, début juillet. Les journalistes et les invités ont rencontré aussi quelques personnages dont les portraits figurent dans le livre.
Aurès, vivre la terre chaouie se veut à la fois un guide et un fonds documentaire riche en informations géographiques, historiques et culturelles.
Il est conçu de manière à «offrir au lecteur un panorama de la terre chaouie à travers un regard singulier, vivant, humain et actuel», témoigne Guerfi.
Sans prétendre résumer la région, son histoire et sa culture, le livre «repose essentiellement sur des rencontres avec les femmes et les hommes qui y vivent, portent sa mémoire, s'en inspirent dans leurs créations ou leurs passions, contribuent à son développement, assurent la translation de la mémoire chaouie, la chantent, la peignent, l'écrivent, protègent ses sites anciens, vouent leur passion à régénérer son patrimoine ou la propulsent par des technologies de pointe dans le futur», souligne encore l'initiateur du projet.
L'introduction générale, cite Yamina Mechakra, fille de Meskiana qui en parlant d'Arris dans son deuxième roman, Cri d'une enfance orpheline, disait : «Je creuserais le roc à mains nues que je ne quitterais pas le pays».
Ainsi parlent les Chaouis, d'hier et d'aujourd'hui, de cette terre mythique. Et le livre est friand d'entretiens, portraits, biographies, chronologies, notices, faits et événements qui racontent ce lien ombilical entre l'homme et ces contrées aurésiennes. Voilà un beau livre qui a sa place dans la bibliothèque.
Aurès, vivre la terre chaouie
Auteurs : Nadia Bousseloua, Azeddine Guerfi, Rachid Mokhtari, Philippe Thériez
Photographie : Kaïs Djilali
Chihab Editions, juillet 2011
300 pages. Prix : 3900 DA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.