Un nouveau directeur de la Protection civile    Concessionnaires de véhicules neufs : De nouvelles normes de sécurité pour les bus    Il n'est jamais trop tard pour agir… mais    Affaires de l'autoroute Est-Ouest et Sonatrach 1 : Reprise des procès les 19 avril et 7 juin    Menaces sur le Cloud, Microsoft charge la NSA    Palestine : Un rapport implacable    Equipe nationale : Des hauts et des bas    Equipe nationale : Les Verts remettent les pendules à l'heure    RC Relizane : Faux pas interdit face à l'O. Médéa    Erigées sur des terres agricoles : Une quarantaine de constructions illicites démolies, à Mers El Hadjadj    Chehairia (Aïn El Bia) : Tentative de cambriolage au bureau de Poste    BENI SNOUS: Beni Bahdel renaît de ses cendres    LES PROCURATIONS USURPEES    Il faut être laïc pour sauver la religion    Profil avenir    Transport ferroviaire : Création d'une société mixte algéro-autrichienne    Amical / Algérie 4 -Oman 1 : Sursaut d'orgueil pour les Verts    Moto GP : Pedrosa (Honda) s'arrête pour une durée indéterminée    Redéfinir le concept de démocratie    Algérie-Afrique du sud : Visite d'état du président Zuma en Algérie    Mauritanie : Inauguration d'une nouvelle infrastructure d'hydratation de chaux à Nouakchott    Yémen : Sanaa a subi les raids les plus violents    Ouverture de la 6ème session de la haute commission bilatérale de coopération algéro-sud-africaine : La consolidation de la coopération économique ...    Air Algérie : Le SNPNCA gèle la grève    La RASD accuse la France    Où sont les hommes ?    Madani Mezrag, l'amnistie et la famille qui avanc    Les bâtisses à démolir menaçaient ruine    Opérations chirurgicales au profit de 13 enfants à Ouargla    40 morts et 1.278 blessés en une semaine !    Constantine en passe de rattraper son retard    Fawzi Rebaïne, président de Ahd 54 : «Bouteflika ne doit pas être au service d'un clan»    Dispositifs de sécurité par genre de véhicule    Un avion turc atterrit à Casablanca    "Offrande au pays du cèdre"    Entre sadisme et inconscience !    Sortie d'une nouvelle promotion d'agents de police    Experts et patrons appellent à lever les obstacles    Taïder : «Face à Oman, on a montré notre vrai visage»    Trois morts dans deux accidents de la circulation    Le président Bouteflika reçoit son homologue Sud-africain    Coupe d'Algérie de football (1/2 finale) : le MOB ne prévoit pas de stage avant le match de Sétif    Le président sud-africain reçoit à Alger Sellal    L'ALN n'a pas commis d'injustice dans l'affaire de la Bleuite (témoignages)    «Doctrine Brejnev» saoudienne et rivalités régionales ethnicisées    Deux films algériens primés à Genève    Un millier de cartes d'artistes distribuées depuis la création du Conseil national des arts et lettres    Fernando Santos loue l'entente entre Ronaldo et Coentrao    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Parution. Aurès, vivre la terre chaouie Instantanés aurésiens
Culture : les autres articles
Publié dans El Watan le 21 - 07 - 2011

Enfin, les Aurès se dotent d'un beau livre à la hauteur de leur splendeur. Un ouvrage digne de ce nom signé par des plumes expertes et illustré par des instantanés spectaculaires.
Le livre, sorti aux éditions Chihab, est coordonné par Azeddine Guerfi, fils de la région à laquelle il rend hommage à travers cet ouvrage qui manquait manifestement à son tableau de chasse et à la collection des éditions qu'il dirige. Aurès, vivre la terre chaouie est le titre choisi pour ce livre qui se décline comme un documentaire raconté par des textes et des photos. L'ouvrage a nécessité un travail titanesque au personnel embarqué dans cette aventure, et qui a duré trois années. Nadia Bouseloua, Azeddine Guerfi, Rachid Mokhtari, Philippe Thériez, et le photographe Kaïs Djilali ont sillonné les wilayas de Batna, Biskra, Khenchela et Oum El Bouaghi à la recherche de ce quelque chose que renferme cette terre généreuse et altière.
D'ailleurs, l'équipe au complet était présente lors de la présentation du livre à Batna, début juillet. Les journalistes et les invités ont rencontré aussi quelques personnages dont les portraits figurent dans le livre.
Aurès, vivre la terre chaouie se veut à la fois un guide et un fonds documentaire riche en informations géographiques, historiques et culturelles.
Il est conçu de manière à «offrir au lecteur un panorama de la terre chaouie à travers un regard singulier, vivant, humain et actuel», témoigne Guerfi.
Sans prétendre résumer la région, son histoire et sa culture, le livre «repose essentiellement sur des rencontres avec les femmes et les hommes qui y vivent, portent sa mémoire, s'en inspirent dans leurs créations ou leurs passions, contribuent à son développement, assurent la translation de la mémoire chaouie, la chantent, la peignent, l'écrivent, protègent ses sites anciens, vouent leur passion à régénérer son patrimoine ou la propulsent par des technologies de pointe dans le futur», souligne encore l'initiateur du projet.
L'introduction générale, cite Yamina Mechakra, fille de Meskiana qui en parlant d'Arris dans son deuxième roman, Cri d'une enfance orpheline, disait : «Je creuserais le roc à mains nues que je ne quitterais pas le pays».
Ainsi parlent les Chaouis, d'hier et d'aujourd'hui, de cette terre mythique. Et le livre est friand d'entretiens, portraits, biographies, chronologies, notices, faits et événements qui racontent ce lien ombilical entre l'homme et ces contrées aurésiennes. Voilà un beau livre qui a sa place dans la bibliothèque.
Aurès, vivre la terre chaouie
Auteurs : Nadia Bousseloua, Azeddine Guerfi, Rachid Mokhtari, Philippe Thériez
Photographie : Kaïs Djilali
Chihab Editions, juillet 2011
300 pages. Prix : 3900 DA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.