AC Delco confirme son entrée sur le marché nord-africain    Le marché local connaît une grande spéculation    Paloma Lopez appelle l'UE à adopter des sanctions à l'encontre du Maroc    Des députés européens exhortent l'UE à reconnaître l'Etat palestinien    Soirée en l'honneur de Meskoud    Soirée algéro-américaine à Alger    Est-ce la fin de l'ère révolutionnaire ?    11EME SESSION DE LA COMMISSION MIXTE ALGERO-TURQUE : Les Algériens pourraient voyager sans visa    ATTAQUE TERRORISTE CONTRE L'ARMEE NIGERIENNE : L'Algérie condamne "avec force"    L'ALGERIE APPARTIENT A TOUS, ET MOSTAGANEM EGALEMENT : Pour une culture de solidarité entre les communes    RELIZANE : 45 morts et 1590 blessés sur la route en 2016    20 % DES PROJETS PUBLICS AUX JEUNES ENTREPRENEURS : La directive de Sellal n'a pas été respectée    JIJEL : Un terroriste abattu et son fusil récupéré    SONATRACH : 70 milliards de dollars d'investissements en 2017-2021    ORAN : 9 personnes interpellées pour abattage clandestin    Promesses de dons de 14 pays    Huit soldats tués dans un attentat-suicide    Ligue 1 Mobilis : (21e journée)    Claudio Ranieri limogé    Plus de 112 milliards de dinars de revenus en 2016    Spéculations sur la Toile et palabres de rue    Bouteflika appelle à supporter l'austérité    Boudiaf a-t-il désamorcé la grève des pharmaciens ?    "Siaha-2017" ou comment promouvoir la destination Algérie    "Le pôle de Skikda est le poumon de l'économie nationale"    Les forces irakiennes entrent à Mossoul-Ouest    LFP : L'AGO prévue demain à Sidi Moussa    Les parents inquiets, les autorités sanitaires rassurent    Les vieux réflexes ont la peau dure    Bouteflika appelle à accélérer l'exécution des programmes nationaux de réformes    «Nous ne croyons pas à l'acte isolé»    Manchester United verni, choc Lyon-Rome    Mémoire de Scène, pour que nul n'oublie    Fédération algérienne de judo    22e journée    Création de l’UGTA Et la nationalisation des hydrocarbures    TÉBESSA    Entretien avec Fatma Oussedik, professeur en sociologie à l’université d’Alger et chercheuse au Cread (Centre de recherche en économie appliquée pour le développement) :    Fédération algérienne handisport (FAH)    ACTUCULT    RESTAURATION DE LA CASBAH D'ALGER    Prévue le 5 mars: Marche annoncée des GLD et «patriotes» à Alger    Oran et Constantine: Plus d'une vingtaine de lycéens évacués à cause d'une application «mystérieuse»    Le ministre de l'Intérieur à Tizi Ouzou: «Barrer la route aux tentatives de déstabilisation»    Le MAE dément les informations "alarmistes" des réseaux sociaux    Raïs M'Bolhi opérationnel    Il faut sauver le soldat Yazid de Canal Algérie    Un Danois jugé pour avoir brûlé un exemplaire du Coran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Parution. Aurès, vivre la terre chaouie Instantanés aurésiens
Culture : les autres articles
Publié dans El Watan le 21 - 07 - 2011

Enfin, les Aurès se dotent d'un beau livre à la hauteur de leur splendeur. Un ouvrage digne de ce nom signé par des plumes expertes et illustré par des instantanés spectaculaires.
Le livre, sorti aux éditions Chihab, est coordonné par Azeddine Guerfi, fils de la région à laquelle il rend hommage à travers cet ouvrage qui manquait manifestement à son tableau de chasse et à la collection des éditions qu'il dirige. Aurès, vivre la terre chaouie est le titre choisi pour ce livre qui se décline comme un documentaire raconté par des textes et des photos. L'ouvrage a nécessité un travail titanesque au personnel embarqué dans cette aventure, et qui a duré trois années. Nadia Bouseloua, Azeddine Guerfi, Rachid Mokhtari, Philippe Thériez, et le photographe Kaïs Djilali ont sillonné les wilayas de Batna, Biskra, Khenchela et Oum El Bouaghi à la recherche de ce quelque chose que renferme cette terre généreuse et altière.
D'ailleurs, l'équipe au complet était présente lors de la présentation du livre à Batna, début juillet. Les journalistes et les invités ont rencontré aussi quelques personnages dont les portraits figurent dans le livre.
Aurès, vivre la terre chaouie se veut à la fois un guide et un fonds documentaire riche en informations géographiques, historiques et culturelles.
Il est conçu de manière à «offrir au lecteur un panorama de la terre chaouie à travers un regard singulier, vivant, humain et actuel», témoigne Guerfi.
Sans prétendre résumer la région, son histoire et sa culture, le livre «repose essentiellement sur des rencontres avec les femmes et les hommes qui y vivent, portent sa mémoire, s'en inspirent dans leurs créations ou leurs passions, contribuent à son développement, assurent la translation de la mémoire chaouie, la chantent, la peignent, l'écrivent, protègent ses sites anciens, vouent leur passion à régénérer son patrimoine ou la propulsent par des technologies de pointe dans le futur», souligne encore l'initiateur du projet.
L'introduction générale, cite Yamina Mechakra, fille de Meskiana qui en parlant d'Arris dans son deuxième roman, Cri d'une enfance orpheline, disait : «Je creuserais le roc à mains nues que je ne quitterais pas le pays».
Ainsi parlent les Chaouis, d'hier et d'aujourd'hui, de cette terre mythique. Et le livre est friand d'entretiens, portraits, biographies, chronologies, notices, faits et événements qui racontent ce lien ombilical entre l'homme et ces contrées aurésiennes. Voilà un beau livre qui a sa place dans la bibliothèque.
Aurès, vivre la terre chaouie
Auteurs : Nadia Bousseloua, Azeddine Guerfi, Rachid Mokhtari, Philippe Thériez
Photographie : Kaïs Djilali
Chihab Editions, juillet 2011
300 pages. Prix : 3900 DA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.