Ce n'est qu'un au-revoir    Que redoute vraiment le pouvoir ?    «J'ai préféré partir pour éviter un bain de sang»    Le paiement par Internet effectif très prochainement    Le Népal débordé par l'afflux d'aide internationale    Dernière ligne droite à bien négocier pour le RCR et à confirmer pour    Les praticiens de la santé gèlent officiellement leur protestation    Toujours préoccupées par la Grèce : Les Bourses européennes dans le rouge    Grèce : Remboursement de 200 millions d'euros d'intérêts au FMI    Selon le Dr Hassan Khalaf : Les essais nucléaires au Sahara sont des crimes contre l'humanité    Crise malienne : Optimisme envisagé quant à la signature de l'accord de paix    Conseil de coopération du Golfe : Les monarchies du Golfe font bloc face à l'Iran    Attaques contre le consulat US à Benghazi : Hillary Clinton témoignera devant une commission d'enquête    Quel avenir pour les partis ?    Ligue 1 Mobilis Quelle fin de championnat !    Les subventions des denrées alimentaires maintenues en Libye    8 mai 1945 : Crimes odieux perpétrés par la France coloniale    L'Algérie veut une charte mondiale    Une première en Occident    Salon de l'étudiant et des nouvelles perspectives    « Soyez proches des citoyens »    « La double confrontation face à l'Ethiopie est déterminante »    "L'avenir de Pfister sera tranché en fin du championnat"    2e play-off de la super division de Basketball : L'union sportive Sétifienne en pôle position    Bensalah sous pression    Engouement des femmes pour les cours au profit des adultes    « Il n'est pas dû à une mort violente »    Une opération à éviter    Des contrebandiers et immigrants clandestins arrêtés    «Elle s'est améliorée ces dernières années»    Des archives remises par 12 pays    Jugurtha revient cette semaine à Cirta    Le Sénégalais Mohamed Mbougar Sarr remporte le prix Kourouma pour "Terre Ceinte"    MCA : Valdo : «C'est à l'USMH d'avoir peur, pas le Mouloudia»    MAGHNIA (TLEMCEN) : Un accident de la route révèle un trafic de 10 kg de kif    La cinémathèque fête son 50e anniversaire au MAMA    Mbolhi, Zemmamouche et Lacen écartés, Belkaroui la nouveauté    Champion's League... d'Algérie    Le Soir du Centre    Comment relancer la dynamique de paix    DIRECT- Le procès de l'affaire Khalifa reprend avec l'audition d'Abdelmoumene Khalifa    Kamel Daoud dédie le Prix à tous les Algériens    Hollande, le «héros» des pétromonarchies    Sept arrestations à Oued Smar : Vol de 16 tonnes de câbles en cuivre    MILA: Un véhicule se renverse, un mort et deux blessés    Kamel Daoud remporte le Prix Goncourt du premier roman    Bouira : Marche des étudiants de la langue amazighe    Les talibans afghans réitèrent leurs conditions    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Parution. Aurès, vivre la terre chaouie Instantanés aurésiens
Culture : les autres articles
Publié dans El Watan le 21 - 07 - 2011

Enfin, les Aurès se dotent d'un beau livre à la hauteur de leur splendeur. Un ouvrage digne de ce nom signé par des plumes expertes et illustré par des instantanés spectaculaires.
Le livre, sorti aux éditions Chihab, est coordonné par Azeddine Guerfi, fils de la région à laquelle il rend hommage à travers cet ouvrage qui manquait manifestement à son tableau de chasse et à la collection des éditions qu'il dirige. Aurès, vivre la terre chaouie est le titre choisi pour ce livre qui se décline comme un documentaire raconté par des textes et des photos. L'ouvrage a nécessité un travail titanesque au personnel embarqué dans cette aventure, et qui a duré trois années. Nadia Bouseloua, Azeddine Guerfi, Rachid Mokhtari, Philippe Thériez, et le photographe Kaïs Djilali ont sillonné les wilayas de Batna, Biskra, Khenchela et Oum El Bouaghi à la recherche de ce quelque chose que renferme cette terre généreuse et altière.
D'ailleurs, l'équipe au complet était présente lors de la présentation du livre à Batna, début juillet. Les journalistes et les invités ont rencontré aussi quelques personnages dont les portraits figurent dans le livre.
Aurès, vivre la terre chaouie se veut à la fois un guide et un fonds documentaire riche en informations géographiques, historiques et culturelles.
Il est conçu de manière à «offrir au lecteur un panorama de la terre chaouie à travers un regard singulier, vivant, humain et actuel», témoigne Guerfi.
Sans prétendre résumer la région, son histoire et sa culture, le livre «repose essentiellement sur des rencontres avec les femmes et les hommes qui y vivent, portent sa mémoire, s'en inspirent dans leurs créations ou leurs passions, contribuent à son développement, assurent la translation de la mémoire chaouie, la chantent, la peignent, l'écrivent, protègent ses sites anciens, vouent leur passion à régénérer son patrimoine ou la propulsent par des technologies de pointe dans le futur», souligne encore l'initiateur du projet.
L'introduction générale, cite Yamina Mechakra, fille de Meskiana qui en parlant d'Arris dans son deuxième roman, Cri d'une enfance orpheline, disait : «Je creuserais le roc à mains nues que je ne quitterais pas le pays».
Ainsi parlent les Chaouis, d'hier et d'aujourd'hui, de cette terre mythique. Et le livre est friand d'entretiens, portraits, biographies, chronologies, notices, faits et événements qui racontent ce lien ombilical entre l'homme et ces contrées aurésiennes. Voilà un beau livre qui a sa place dans la bibliothèque.
Aurès, vivre la terre chaouie
Auteurs : Nadia Bousseloua, Azeddine Guerfi, Rachid Mokhtari, Philippe Thériez
Photographie : Kaïs Djilali
Chihab Editions, juillet 2011
300 pages. Prix : 3900 DA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.