Activité industrielle : Baisse dans le secteur public, stagnation dans le privé    Algérie-Russie : Les deux parties veulent booster les relations économiques    Assez de décentralisation    Un bébé palestinien brûlé vif par des colons israéliens : L'Algériecondamne avec vigueur ce crime odieux    Lutte contre le terrorisme : Massaoudou a salué les efforts consentis par l'Algérie    Crise libyenne : M. Leon à Alger pour booster le dialogue interlibyen    EN U23 : Tasfaout pour renforcer le staff technique ?    Verts d'europe : Taider pisté par le Werder Brême    Selon Lamamra : L'Algérie a contribué à la formation des cadres africains    En raison des multiples dysfonctionnements : Fermeture du service de gynécologie obstétrique du CHU de Constantine    Lancement de la 4G,le cahier des charges prêt avant la fin 2015    2.500 Nigérians chassés du Cameroun    LG G4, arrivée imminente en Algérie    MobiWire Pegasus, disponible en Algérie    La ville de Lausanne élue ville hôte    Match amical : Bastia s'offre l'Udinese    Un homme recherché arrêté à Ouargla    L'Appel au rassemblement de Djaballah    80% des Algériens ne partent pas à l'étranger    Pourquoi nos villes sont-elles aussi sales ?    Pellicules : comment s'en débarrasser    Décès de l'ancien ministre des Moudjahidine Brahim Chibout    Un rendez-vous qui peine à créer une dynamique littéraire autour du jeune public    NAHD : Metref : «Il ne faut pas nous juger maintenant»    Les Algériens découvrent une étrange discipline sportive    ANGLETERRE : La famille Ben Laden décimée dans un accident d'avion    Contribution- Face aux mutations mondiales, quelle politique dans le BTPH pour réduire les coûts ?(1ère partie)    Accidents de la circulation: 19 morts et 79 blessés durant les dernières 48H    Mondiaux-2015 de natation : Afane débutera mardi, Djendouci samedi prochain    Le moudjahid Brahim Chibout, un modèle pour les générations (Bouteflika)    Le dialogue politique, thème central de l'université d'été du mouvement El-Islah    Décès de l'ancien ministre des Moudjahidine Brahim Chibout    Baisse de l'activité industrielle dans le secteur public, stagnation dans le privé    Man City fera des folies pour Guardiola    Lutte contre le terrorisme : le ministre nigérien de l'Intérieur salue le leadership de l'Algérie    L'Algérie condamne la mort d'un bébé palestinien brûlé vif par des colons israéliens à Naplouse    Croquettes de camembert    EnquÃate-Témoignages    ScÚnes de vie    JOURNÉE SANS VOITURE DANS LA CAPITALE    LE COUP DE BILL’ART DU SOIR    ACTUCULT    KOLÉA    ONU : Bernardino Leon poursuit à Alger les consultations avec des représentants du CGN libyen    TIZI-OUZOU: Le nouveau wali et le commandant du groupement de Gendarmerie installés    Education : Conférence régionale pour l'évaluation des examens de fin d'année    LA LANGUE, ARME D'UN POUVOIR SPOLIE    De la langue de bois à l'art de communiquer    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Parution. Aurès, vivre la terre chaouie Instantanés aurésiens
Culture : les autres articles
Publié dans El Watan le 21 - 07 - 2011

Enfin, les Aurès se dotent d'un beau livre à la hauteur de leur splendeur. Un ouvrage digne de ce nom signé par des plumes expertes et illustré par des instantanés spectaculaires.
Le livre, sorti aux éditions Chihab, est coordonné par Azeddine Guerfi, fils de la région à laquelle il rend hommage à travers cet ouvrage qui manquait manifestement à son tableau de chasse et à la collection des éditions qu'il dirige. Aurès, vivre la terre chaouie est le titre choisi pour ce livre qui se décline comme un documentaire raconté par des textes et des photos. L'ouvrage a nécessité un travail titanesque au personnel embarqué dans cette aventure, et qui a duré trois années. Nadia Bouseloua, Azeddine Guerfi, Rachid Mokhtari, Philippe Thériez, et le photographe Kaïs Djilali ont sillonné les wilayas de Batna, Biskra, Khenchela et Oum El Bouaghi à la recherche de ce quelque chose que renferme cette terre généreuse et altière.
D'ailleurs, l'équipe au complet était présente lors de la présentation du livre à Batna, début juillet. Les journalistes et les invités ont rencontré aussi quelques personnages dont les portraits figurent dans le livre.
Aurès, vivre la terre chaouie se veut à la fois un guide et un fonds documentaire riche en informations géographiques, historiques et culturelles.
Il est conçu de manière à «offrir au lecteur un panorama de la terre chaouie à travers un regard singulier, vivant, humain et actuel», témoigne Guerfi.
Sans prétendre résumer la région, son histoire et sa culture, le livre «repose essentiellement sur des rencontres avec les femmes et les hommes qui y vivent, portent sa mémoire, s'en inspirent dans leurs créations ou leurs passions, contribuent à son développement, assurent la translation de la mémoire chaouie, la chantent, la peignent, l'écrivent, protègent ses sites anciens, vouent leur passion à régénérer son patrimoine ou la propulsent par des technologies de pointe dans le futur», souligne encore l'initiateur du projet.
L'introduction générale, cite Yamina Mechakra, fille de Meskiana qui en parlant d'Arris dans son deuxième roman, Cri d'une enfance orpheline, disait : «Je creuserais le roc à mains nues que je ne quitterais pas le pays».
Ainsi parlent les Chaouis, d'hier et d'aujourd'hui, de cette terre mythique. Et le livre est friand d'entretiens, portraits, biographies, chronologies, notices, faits et événements qui racontent ce lien ombilical entre l'homme et ces contrées aurésiennes. Voilà un beau livre qui a sa place dans la bibliothèque.
Aurès, vivre la terre chaouie
Auteurs : Nadia Bousseloua, Azeddine Guerfi, Rachid Mokhtari, Philippe Thériez
Photographie : Kaïs Djilali
Chihab Editions, juillet 2011
300 pages. Prix : 3900 DA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.