Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce samedi    Un malaise secoue le vieux parti de l'opposition    Ould Abbès: "C'est une tempête dans un verre d'eau"    Enjeux et convoitises sur un continent    Les échanges en quelques chiffres    Alger accueille la Com ces 11 et 12 décembre à Alger    Le ras-le-bol des citoyens    L'Algérie fait-elle exception ?    François Hollande jette l'éponge    Les terroristes observent la trêve et quittent la ville d'al-Tal    L'opposant Barrow l'emporte sur Jammeh    Les Etats-Unis frappent un dernier carré de jihadistes à Syrte    Le Danemark va retirer ses F-16 qui bombardent l'EI    "On aurait pu faire mieux!"    Raouraoua à la 1re réunion à Yaoundé    Les Hamraoua pour prendre seuls les commandes    Hamroun désigné joueur du mois de novembre    Abid Charef et Etchiali retenus par la CAF    11 clubs attendus à la première étape    Le leader tombe à Bel-Abbès    Les nouvelles mesures de Benghebrit    Qui protège le consommateur?    Un lycéen tue son camarade    3.200 malades déclarés en Algérie    Saisie de 10 kg de kif et plus de 1000 comprimés    Deux morts et trois blessés au nord d'Adrar    La grandeur dans la simplicité    40 participants aux Journées maghrébines de la photographie    La rivalité entre le théâtre et le cinéma    Des lauréats de concours arabes et internationaux distingués    Deux terroristes arrêtés et deux autres abattus en novembre    De la révolution d'octobre (88) à wallou    Les efforts diplomatiques s'accélèrent, la situation humanitaire critique    Aux producteurs de respecter leurs engagements    La pentapole immaculée    Une artiste autodidacte aux doigts de fée    Le président de la République rend hommage à une icône de la chanson chaâbi    Le président Bouteflika salue les réalisations importantes accomplies dans le cadre des relations de fraternité    Début des épreuves à 9h et deux matiè res par jour    Hanoune appelle les jeunes à participer à l'activité politique pour opérer un changement positif    Le MC Oran veut s'emparer seul du fauteuil de leader    Funérailles populaires pour le maître    Flambée de violences entre milices dans la capitale libyenne    Algérie: De nouvelles procédures pour mieux protéger le consommateur (ministère du commerce)    France : Comment le « Hollandexit » promet de rebattre les cartes de l'élection présidentielle    Les MOOCs, l'innovation pédagogique à la portée de tous    Immigration : fuite des cerveaux algériens    Ce week end, on sort!    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Parution. Aurès, vivre la terre chaouie Instantanés aurésiens
Culture : les autres articles
Publié dans El Watan le 21 - 07 - 2011

Enfin, les Aurès se dotent d'un beau livre à la hauteur de leur splendeur. Un ouvrage digne de ce nom signé par des plumes expertes et illustré par des instantanés spectaculaires.
Le livre, sorti aux éditions Chihab, est coordonné par Azeddine Guerfi, fils de la région à laquelle il rend hommage à travers cet ouvrage qui manquait manifestement à son tableau de chasse et à la collection des éditions qu'il dirige. Aurès, vivre la terre chaouie est le titre choisi pour ce livre qui se décline comme un documentaire raconté par des textes et des photos. L'ouvrage a nécessité un travail titanesque au personnel embarqué dans cette aventure, et qui a duré trois années. Nadia Bouseloua, Azeddine Guerfi, Rachid Mokhtari, Philippe Thériez, et le photographe Kaïs Djilali ont sillonné les wilayas de Batna, Biskra, Khenchela et Oum El Bouaghi à la recherche de ce quelque chose que renferme cette terre généreuse et altière.
D'ailleurs, l'équipe au complet était présente lors de la présentation du livre à Batna, début juillet. Les journalistes et les invités ont rencontré aussi quelques personnages dont les portraits figurent dans le livre.
Aurès, vivre la terre chaouie se veut à la fois un guide et un fonds documentaire riche en informations géographiques, historiques et culturelles.
Il est conçu de manière à «offrir au lecteur un panorama de la terre chaouie à travers un regard singulier, vivant, humain et actuel», témoigne Guerfi.
Sans prétendre résumer la région, son histoire et sa culture, le livre «repose essentiellement sur des rencontres avec les femmes et les hommes qui y vivent, portent sa mémoire, s'en inspirent dans leurs créations ou leurs passions, contribuent à son développement, assurent la translation de la mémoire chaouie, la chantent, la peignent, l'écrivent, protègent ses sites anciens, vouent leur passion à régénérer son patrimoine ou la propulsent par des technologies de pointe dans le futur», souligne encore l'initiateur du projet.
L'introduction générale, cite Yamina Mechakra, fille de Meskiana qui en parlant d'Arris dans son deuxième roman, Cri d'une enfance orpheline, disait : «Je creuserais le roc à mains nues que je ne quitterais pas le pays».
Ainsi parlent les Chaouis, d'hier et d'aujourd'hui, de cette terre mythique. Et le livre est friand d'entretiens, portraits, biographies, chronologies, notices, faits et événements qui racontent ce lien ombilical entre l'homme et ces contrées aurésiennes. Voilà un beau livre qui a sa place dans la bibliothèque.
Aurès, vivre la terre chaouie
Auteurs : Nadia Bousseloua, Azeddine Guerfi, Rachid Mokhtari, Philippe Thériez
Photographie : Kaïs Djilali
Chihab Editions, juillet 2011
300 pages. Prix : 3900 DA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.