APN : Le FFS boycotte l'ouverture de la session d'automne    Réunion de la CLTD : «Des actions dans les prochaines semaines»    La compagnie sera filialisée : Thérapie de choc pour Air Algérie    L'AADL sera-t-elle au rendez-vous ?    «fidèle» de l'Accord de paix    Crise migratoire en Europe : Budapest ferme sa principale gare    CAN-2017. Lesotho-Algérie : Les Verts à pied d'œuvre à Pretoria    JMP-2015/nage avec palmes : médaille de bronze pour l'Algérien Mohamed Nedjar    Sanctions (Ligues 1 et 2): Deux matches à huis clos pour le CRBAF    Chelsea : Diego Costa fait son autocritique    Rentrée scolaire à Médéa : Sous de bons auspices !    Oran : Coup d'envoi du Salon de l'ameublement    35 films au Théâtre régional de Béjaïa    48e FNTA : diversité des spectacles et des formations en prévision    La totale tyrannie    Constantine 2015 : une réunion d'urgence pour relancer les projets en retard    Ouverture de la session d'automne du Parlement : appel au resserrement des rangs et à l'unification des positions    SELLAL CONFIRME : ‘'Madani Mazrag, ne peut créer un parti politique!''    HYDROCARBURES : L'Algérie veut relancer sa production de gaz naturel    La gratuité des soins, une constante de la nouvelle loi sur la santé    EVENEMENTS DE GHARDAIA : Plus de 1000 habitations seront réhabilitées    Les premiers de hadjis algériens sont arrivé à La Mecque    Turquie: au moins neuf migrants syriens morts noyés    Un abri contenant cinq bombes découvert à Jijel    Décès de Belkacem Bouteldja, un des pionniers de la chanson Raï    PSG : Sirigu n'a jamais refusé Valence    Ghaza pourrait devenir "invivable" d'ici 2020 (ONU)    La BAD lancera un "New Deal" sur l'énergie en Afrique    Une loi pour quelle voie?    Grine : aucune ingérence dans la gestion de l'ANEP    Les messages de Zarif    718 cas enregistrés à Sebdou et Sidi Abdelli    Les jihadistes de l'EI "ont tué Palmyre"    Les Vertes pas encore mûres    Les ambitions des escrimeurs algériens    Un mercato peu agité pour les Verts    Guatemala: le Parlement retire son immunité au président    Grine insiste sur la formation des journalistes    Exposition "Al-Tibak": une quinzaine d'artistes algériens et étrangers au rendez-vous    Misserghine : Une trentaine d'ovins récupérés    Aucune charge n'a été retenue contre lui : Le général Hassan libéré    Iran : Les Etats-Unis restent l'"ennemi numéro un"    Mustapha Mekideche, vice-président du CNES : "Le contexte économique actuel de l'Algérie n'est pas alarmant"    Accord CAAT-CPA pour le règlement par cartes bancaires    Baisse sensible de la facture d'importation    Réception de 2.000 logements durant le premier semestre 2016    Le MAE iranien en visite en Algérie    «Mister You» et «Diwane El-Bahdja» enchantent le public    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Parution. Aurès, vivre la terre chaouie Instantanés aurésiens
Culture : les autres articles
Publié dans El Watan le 21 - 07 - 2011

Enfin, les Aurès se dotent d'un beau livre à la hauteur de leur splendeur. Un ouvrage digne de ce nom signé par des plumes expertes et illustré par des instantanés spectaculaires.
Le livre, sorti aux éditions Chihab, est coordonné par Azeddine Guerfi, fils de la région à laquelle il rend hommage à travers cet ouvrage qui manquait manifestement à son tableau de chasse et à la collection des éditions qu'il dirige. Aurès, vivre la terre chaouie est le titre choisi pour ce livre qui se décline comme un documentaire raconté par des textes et des photos. L'ouvrage a nécessité un travail titanesque au personnel embarqué dans cette aventure, et qui a duré trois années. Nadia Bouseloua, Azeddine Guerfi, Rachid Mokhtari, Philippe Thériez, et le photographe Kaïs Djilali ont sillonné les wilayas de Batna, Biskra, Khenchela et Oum El Bouaghi à la recherche de ce quelque chose que renferme cette terre généreuse et altière.
D'ailleurs, l'équipe au complet était présente lors de la présentation du livre à Batna, début juillet. Les journalistes et les invités ont rencontré aussi quelques personnages dont les portraits figurent dans le livre.
Aurès, vivre la terre chaouie se veut à la fois un guide et un fonds documentaire riche en informations géographiques, historiques et culturelles.
Il est conçu de manière à «offrir au lecteur un panorama de la terre chaouie à travers un regard singulier, vivant, humain et actuel», témoigne Guerfi.
Sans prétendre résumer la région, son histoire et sa culture, le livre «repose essentiellement sur des rencontres avec les femmes et les hommes qui y vivent, portent sa mémoire, s'en inspirent dans leurs créations ou leurs passions, contribuent à son développement, assurent la translation de la mémoire chaouie, la chantent, la peignent, l'écrivent, protègent ses sites anciens, vouent leur passion à régénérer son patrimoine ou la propulsent par des technologies de pointe dans le futur», souligne encore l'initiateur du projet.
L'introduction générale, cite Yamina Mechakra, fille de Meskiana qui en parlant d'Arris dans son deuxième roman, Cri d'une enfance orpheline, disait : «Je creuserais le roc à mains nues que je ne quitterais pas le pays».
Ainsi parlent les Chaouis, d'hier et d'aujourd'hui, de cette terre mythique. Et le livre est friand d'entretiens, portraits, biographies, chronologies, notices, faits et événements qui racontent ce lien ombilical entre l'homme et ces contrées aurésiennes. Voilà un beau livre qui a sa place dans la bibliothèque.
Aurès, vivre la terre chaouie
Auteurs : Nadia Bousseloua, Azeddine Guerfi, Rachid Mokhtari, Philippe Thériez
Photographie : Kaïs Djilali
Chihab Editions, juillet 2011
300 pages. Prix : 3900 DA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.