Les Canaris visent une victoire    Hannachi fait appel    Temps d'arrêt    Abbas doit choisir entre Israël et le Hamas, dit Netanyahu    Persona non grata...    Pas de poursuites judiciaires contre les jeunes promoteurs    Un résultat net en hausse au 1er trimestre à 79 millions de dollars    La 15e édition ouvre ses portes aux exposants algériens et étrangers    Après la proclamation des résultats par le Conseil constitutionnel    «J'ai eu trois millions de voix»    Une stratégie d'animation politique    La richesse sylvicole focalise les efforts    Zemmoura sort de son anonymat    Projet de reconstruction du navire historique «Raïs Hamidou»    Musique, danses et costumes nailis    Washington et Téhéran exposent leurs arguments    Duplicité occidentale!    Un accord impliquant Chine-Japon-USA signé    "Le Conseil constitutionnel a couvert la fraude"    L'ambassadeur américain à Alger rend visite au CRA    Décryptage du vote de notre émigration    ZDF s'explique sur la diffusion des matchs    Algérie - Côte d'Ivoire les 30 avril et 3 mai à Alger    "Il n'y aura pas d'exception pour Ghardaïa"    L'heure de rendre des comptes    3000 tonnes de viande arrivent    Bougherra buteur contre Tabriz    Un vivier pour le développement des PME    "La guerre d'Algérie" n'est pas finie à Cannes    Promotion du matériau local    Rachid Taha au programme    Bourses : Les marchés européens en hausse    Oran : 3,5 milliards DA pour réaliser un abri de pêche à Cap Blanc    Bourse d'Alger : Djezzy bientôt introduit    Tunisie : Une cellule de crise pour suivre la situation des deux diplomates kidnappés en Libye    Enlèvement d'un Algérien au Soudan : L'Algérie suit de très près la situation    Corées : Le Nord pourrait préparer un 4e essai nucléaire, selon Séoul    Selon l'ONS : Hausse de plus de 11 % de la valeur des importations de marchandises en 2013    Amateurisme    Tamma rate la 5e place qualificative aux JOJ-2014    Le FCE veut remobiliser ses troupes    La CNAS a lancé un sondage d'opinion sur ses prestations    Plusieurs projets pour Hussein Dey    Le patrimoine attend toujours une réelle et pérenne prise en charge    Pourquoi interroger le passé, l'avenir n'est-il pas plus important ?    Skikda s'invite à la capitale    Le président Abdelaziz Bouteflika prêtera serment le 28 avril    Présidentielle 2014: Le Conseil constitutionnel publie les résultats définitifs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Parution. Aurès, vivre la terre chaouie Instantanés aurésiens
Culture : les autres articles
Publié dans El Watan le 21 - 07 - 2011

Enfin, les Aurès se dotent d'un beau livre à la hauteur de leur splendeur. Un ouvrage digne de ce nom signé par des plumes expertes et illustré par des instantanés spectaculaires.
Le livre, sorti aux éditions Chihab, est coordonné par Azeddine Guerfi, fils de la région à laquelle il rend hommage à travers cet ouvrage qui manquait manifestement à son tableau de chasse et à la collection des éditions qu'il dirige. Aurès, vivre la terre chaouie est le titre choisi pour ce livre qui se décline comme un documentaire raconté par des textes et des photos. L'ouvrage a nécessité un travail titanesque au personnel embarqué dans cette aventure, et qui a duré trois années. Nadia Bouseloua, Azeddine Guerfi, Rachid Mokhtari, Philippe Thériez, et le photographe Kaïs Djilali ont sillonné les wilayas de Batna, Biskra, Khenchela et Oum El Bouaghi à la recherche de ce quelque chose que renferme cette terre généreuse et altière.
D'ailleurs, l'équipe au complet était présente lors de la présentation du livre à Batna, début juillet. Les journalistes et les invités ont rencontré aussi quelques personnages dont les portraits figurent dans le livre.
Aurès, vivre la terre chaouie se veut à la fois un guide et un fonds documentaire riche en informations géographiques, historiques et culturelles.
Il est conçu de manière à «offrir au lecteur un panorama de la terre chaouie à travers un regard singulier, vivant, humain et actuel», témoigne Guerfi.
Sans prétendre résumer la région, son histoire et sa culture, le livre «repose essentiellement sur des rencontres avec les femmes et les hommes qui y vivent, portent sa mémoire, s'en inspirent dans leurs créations ou leurs passions, contribuent à son développement, assurent la translation de la mémoire chaouie, la chantent, la peignent, l'écrivent, protègent ses sites anciens, vouent leur passion à régénérer son patrimoine ou la propulsent par des technologies de pointe dans le futur», souligne encore l'initiateur du projet.
L'introduction générale, cite Yamina Mechakra, fille de Meskiana qui en parlant d'Arris dans son deuxième roman, Cri d'une enfance orpheline, disait : «Je creuserais le roc à mains nues que je ne quitterais pas le pays».
Ainsi parlent les Chaouis, d'hier et d'aujourd'hui, de cette terre mythique. Et le livre est friand d'entretiens, portraits, biographies, chronologies, notices, faits et événements qui racontent ce lien ombilical entre l'homme et ces contrées aurésiennes. Voilà un beau livre qui a sa place dans la bibliothèque.
Aurès, vivre la terre chaouie
Auteurs : Nadia Bousseloua, Azeddine Guerfi, Rachid Mokhtari, Philippe Thériez
Photographie : Kaïs Djilali
Chihab Editions, juillet 2011
300 pages. Prix : 3900 DA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.