Justice: Des bracelets électroniques algériens à la fin de l'année    Chlef: 175 promotions dans le corps de la police    Y a-t-il encore un avenir pour l'opposition ?    Développement local : Bedoui insiste sur une gestion participative des walis    Importations de véhicules : Chute de plus de 67% au 1er semestre 2016    Hausse de près de 8% des prix à la consommation : Le rythme d'inflation annuel à 5,2% en juin    Optimisation fiscale : Des pays du G20 veulent se coordonner et durcir les règles    Nouvelle loi sur l'Investissement: Plus d'entraves pour les porteurs de projets    Entretien Lamamra-Blinken : "Un temps fort" dans la dialogue stratégique entre Alger et Washington    France-Algérie : dérapage ou coup bas délibéré ?    Des conflits interminables    Verts d'Europe : Superbe but de Mahrez contre le Celtic    Réunion FAF - clubs des Ligues 1 et 2: Retrait de la police des stades, prix du billet d'entrée à 500 dinars… à l'ordre du jour    JS Kabylie: De bon augure pour l'avenir    US Tébessa: Une situation instable et inquiétante    Promotion de l'artisanat traditionnel : Appel à l'exploitation des structures existantes    4e phase de la 21e opération de relogement : Lancement prévu pour septembre prochain    Tlemcen: Cinq membres d'une même famille tués dans un accident de la route    Bouira: Des citoyens marchent pour réclamer l'amélioration de leur cadre de vie    L'Algérie refuse d'être partie prenante dans le conflit intercommunautaire    Tizi Ouzou: La stèle de Mouloud Mammeri inaugurée à Ath Yenni    Le cinéma arabe veut casser les frontières    Pour une émission "tendancieuse": Bolloré réclame 50 millions d'euros à France 2    Clic et claque    Equipe Nationale : Mahrez opte pour Arsenal    Les Etats-Unis avec 555 sportifs au Brésil    "J'ai très envie de rejouer en Europe"    Les Arabes plus que jamais affaiblis    L'attaque de l'EI a fait 80 morts    Tueries de masse et terrorisme    Tassili Airlines lance la ligne Constantine-Strasbourg    Le marché algérien attire les entreprises américaines    Ath Ouacif sous le choc    Le MSP donne le coup de grâce à l'Icso    "L'injure et la diffamation sont en recul"    Le tourisme arabe se prend au sérieux    Les Olympiques algériens ce mercredi à Rio    Soirée maghrébine à l'ouverture    Concert de Souad Massi    "La route d'Istanbul" de Rachid Bouchareb primé    3 militaires français tués    Le défi de Hamel    Bedoui insiste sur une "gestion participative des walis"    Des produits cancérigènes sur nos étals    8 morts et 28 blessés en 24 heures    1 mort et des blessés par balle lors d'une manifestation    Deux courts métrages algériens projetés en compétition    La Sûreté nationale poursuit l'œuvre de construction d'une police forte et parie sur la qualité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Parution. Aurès, vivre la terre chaouie Instantanés aurésiens
Culture : les autres articles
Publié dans El Watan le 21 - 07 - 2011

Enfin, les Aurès se dotent d'un beau livre à la hauteur de leur splendeur. Un ouvrage digne de ce nom signé par des plumes expertes et illustré par des instantanés spectaculaires.
Le livre, sorti aux éditions Chihab, est coordonné par Azeddine Guerfi, fils de la région à laquelle il rend hommage à travers cet ouvrage qui manquait manifestement à son tableau de chasse et à la collection des éditions qu'il dirige. Aurès, vivre la terre chaouie est le titre choisi pour ce livre qui se décline comme un documentaire raconté par des textes et des photos. L'ouvrage a nécessité un travail titanesque au personnel embarqué dans cette aventure, et qui a duré trois années. Nadia Bouseloua, Azeddine Guerfi, Rachid Mokhtari, Philippe Thériez, et le photographe Kaïs Djilali ont sillonné les wilayas de Batna, Biskra, Khenchela et Oum El Bouaghi à la recherche de ce quelque chose que renferme cette terre généreuse et altière.
D'ailleurs, l'équipe au complet était présente lors de la présentation du livre à Batna, début juillet. Les journalistes et les invités ont rencontré aussi quelques personnages dont les portraits figurent dans le livre.
Aurès, vivre la terre chaouie se veut à la fois un guide et un fonds documentaire riche en informations géographiques, historiques et culturelles.
Il est conçu de manière à «offrir au lecteur un panorama de la terre chaouie à travers un regard singulier, vivant, humain et actuel», témoigne Guerfi.
Sans prétendre résumer la région, son histoire et sa culture, le livre «repose essentiellement sur des rencontres avec les femmes et les hommes qui y vivent, portent sa mémoire, s'en inspirent dans leurs créations ou leurs passions, contribuent à son développement, assurent la translation de la mémoire chaouie, la chantent, la peignent, l'écrivent, protègent ses sites anciens, vouent leur passion à régénérer son patrimoine ou la propulsent par des technologies de pointe dans le futur», souligne encore l'initiateur du projet.
L'introduction générale, cite Yamina Mechakra, fille de Meskiana qui en parlant d'Arris dans son deuxième roman, Cri d'une enfance orpheline, disait : «Je creuserais le roc à mains nues que je ne quitterais pas le pays».
Ainsi parlent les Chaouis, d'hier et d'aujourd'hui, de cette terre mythique. Et le livre est friand d'entretiens, portraits, biographies, chronologies, notices, faits et événements qui racontent ce lien ombilical entre l'homme et ces contrées aurésiennes. Voilà un beau livre qui a sa place dans la bibliothèque.
Aurès, vivre la terre chaouie
Auteurs : Nadia Bousseloua, Azeddine Guerfi, Rachid Mokhtari, Philippe Thériez
Photographie : Kaïs Djilali
Chihab Editions, juillet 2011
300 pages. Prix : 3900 DA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.