La liberté de la presse a reculé en 2016    Le pétrole rebondit en Asie    L'émissaire de l'ONU à Khartoum pour évoquer la crise libyenne    Affrontements entre soldats turcs et kurdes de Syrie    Iran: Washington exige la libération d'Américains détenus    Belfodil : «On est des êtres humains, on ne peut être tout le temps ....»    Naples propose 2ME pour convaincre Ghoulam !    Reconduction de l'accord OPEP: le SG de l'OPEP exprime son optimisme    Nécessité d'opérer un changement radical qui servira les intérêts du citoyen (PL)    Oran: lancement prochain de la 2e phase de l'investissement Renault-Algérie    Sous-traitance industrielle : Le spécialiste des joints d'étanchéité Sealynx s'installe en Algérie    Louisa Hanoune à Béjaïa : «Ce régime est un danger pour le pays»    Ghoul appelle à ne pas toucher aux symboles de l'Etat et de la Révolution    En bref...    Sonatrach : Les salariés titulaires du DUEA et de la licence reviennent à la charge    Justice : 10 ans de réclusion pour homicide    Mascara : La détresse des malades cancéreux    Voici venu le temps des imposteurs !    Amnesty International Belgique réitère son engagement à défendre les droits de l'Homme au Sahara occidental occupé    Sellal inaugure une usine de traitement de gaz à Hassi-Moumène    Solidarité avec les prisonniers palestiniens en grève de la faim : Allumage de bougies à l'ambassade de Palestine à Alger    Tiaret : 6 morts et 14 blessés suite au renversement d'un bus de voyageurs    L'USMA et le MCA connaissent leurs adversaires    L'USMBA, le MCA et l'USMA peuvent-ils encore détrôner l'ESS ?    Les Annabis ne décolèrent pas    Y a-t-il réduction des approvisionnements des laiteries en poudre de lait ?    Mohcine Belabbas : "Le train de vie de l'Etat doit être réduit"    L'Algérie recule de cinq places    "Ni délestage ni hausse des tarifs cet été"    La police et le rectorat diligentent des enquêtes    Bréves du Centre    Le ministère du Commerce lance une opération de contrôle    Sellal préconise un programme d'urgence pour l'Afrique    L'Europe boursière dans le rouge avant la BCE    La situation est sous contrôle !    Le ministre des Affaires étrangères se confie à la presse: Les attaques marocaines, l'Elysée et le dossier libyen    Une ambiance de bla-bla-bla    Béni-Saf: Un ancien condamné à mort chez les jeunes des CFPA    Rail, rail    Une SPA pour gérer les ordures    Le Doyen boudé par ses supporters    Les espaces électoraux désertés    Le RCD choisit la place des Martyrs    Lucas Alcaraz convoque 27 joueurs    Hommage au sourcier des convergences    Appel à candidature pour le "Laboratoire d'Alger"    L'ambassade de Suisse en Algérie lance un concours photo    Concert du quartet Festen le 30 avril à Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sonatrach : Nordine Cherouati limogé
A la une : les autres articles
Publié dans El Watan le 18 - 11 - 2011

Nordine Cherouati n'est plus à la tête de Sonatrach contrairement à ses affirmations de la veille. Abdelhamid Zerguine a été officiellement installé, hier, président-directeur général du groupe Sonatrach lors d'une cérémonie «brève et sereine».
«Cherouati est sorti calme et confiant», déclare une personne qui a assisté à la cérémonie de passation des consignes. La décision de son limogeage a été prise à bord de l'avion présidentiel de retour de Doha où Abdelaziz Bouteflika avait pris part au Sommet des pays exportateurs de gaz. «Youcef Youssefi (ministre de l'Energie) avait profité de l'occasion pour exposer au président Bouteflika le conflit l'opposant à Cherouati et son intention de le limoger de son poste de PDG, ce que le Président avait accepté après avoir écouté le point de vue de Youssefi. Il a par la suite donner son accord à son ministre de l'Energie», révèle une source à la Présidence qui a requis l'anonymat.
Le conflit opposant Youcef Youssefi à l'ex-PDG de Sonatrach serait le refus de ce dernier de signer un important contrat. «Depuis son installation à la tête de Sonatrach, Nordine Cherouati a instauré une nouvelle atmosphère à l'intérieur de l'entreprise, refusant les contrats qui viennent d'en haut», assure un haut cadre de la Sonatrach. Mercredi dernier, le conflit a atteint son paroxysme après le refus catégorique de Cherouati de signer un contrat, dont nos sources refusent d'en révéler la nature et le contenu. «Une altercation verbale violente s'en est suivie», confie une source à Sonatrach.
«le gendarme»
Le jour même, Nordine Cherouati fait une sortie fracassante dans la presse et dément son limogeage. «Cherouati n'ignorait pas que sa tête était mise à prix et savait pertinemment que le nouveau mode de gestion établi au sein de la firme dérangeait des parties qui ont vu leur influence et leurs affaires menacées. Beaucoup de cadres et de hauts responsables se sont plaints auprès de Youcef Youssefi et ils ont exercé une pression sur lui pour le débarquer de la firme», confie un haut cadre du ministère de l'Energie et des Mines. Le conflit remonte au mois de juin dernier, selon même les déclarations faites ce mercredi par Cherouati himself à la presse : «Il n'y a rien, ce n'est que de la rumeur, ça revient, ça dure depuis trois semaines. Il y a six mois, il y a eu la même rumeur.»
Un clin d'œil que les initiés avait bien capté : «Il était prévisible que des parties allaient tout faire pour le dégommer de la tête de Sonatrach ; Cherouati a osé s'attaquer à des pratiques et des habitudes comme il l'a lui-même déclaré hier, où des secteurs sont départagés entre des têtes connues, il a voulu mettre fin à tout cela, voilà qu'on le remercie.» Ainsi le «gendarme», comme le surnomment certains cadres et employés de Sonatrach, subit, depuis des mois, une campagne de déstabilisation. Des rumeurs ont été distillées dans la presse évoquant diverses raisons de son limogeage : «Ce n'était qu'une manière de mettre la pression sur Cherouati, une mise en demeure qui ne dit pas son nom», selon une source de Sonatrach. Mais d'autres lectures inscrivent ce limogeage express dans la logique des «guerres des clans» qui viennent de reprendre.

Bio express :
Abdelhamid Zerguine succède à Nordine Cherouati qui avait été désigné à la tête de Sonatrach en mai 2010. Avant sa nomination à ce poste, M. Zerguine, 61 ans, assurait la présidence de Samco, filiale de Sonatrach et de l'italien ENI, chargée de la commercialisation du gaz dont le siège est à Lugano en Suisse. Ingénieur de formation de l'Institut algérien du pétrole (IAP) en 1976, il a occupé plusieurs postes de responsabilité dans le secteur, notamment DG de l'Entreprise de génie civil et du bâtiment (ENGCB), vice-président de Sonatrach chargé de l'activité transport des hydrocarbures (TRC), et directeur exécutif chargé des activités internationales de Sonatrach.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.