Un terroriste abattu par l'Armée    L'opposition en fait ses choux gras    On redistribue les mêmes cartes    Tayeb Zitouni tête de liste à Oran    Connues en fin de semaine, selon Tebboune    Le pétrole en baisse à Londres    Une copie de l'avant-projet transmise aux syndicats    L'université d'Oran crée un "master tourisme"    Le Rallye au féminin    La période d'acquittement débutera le 1er mars prochain    Aucune médiation permise entre l'Etat et le citoyen    Le secrétaire général de l'Onu reçoit le représentant du Front Polisario    Idéologies corrosives    Expulser... c'est tendance    Nouveaux affrontements au Nagorny Karabakh    Renforcer les pouvoirs d'Erdogan stabilisera le pays    77 morts dons 41 civils    L'Entente bien partie pour s'adjuger le titre    Bentaleb transféré définitivement pour 19 millions d'euros    Le match qu'il ne fallait pas perdre    Le champion d'hiver en perte de vitesse    Bounedjah inscrit son 22e but    "C'est frustrant de dominer Nice et perdre"    Aucune victime mais des dégâts matériels    23 crimes élucidés en janvier    Des milliers de travailleurs marchent à Tizi-Ouzou    L'ordonnance de Boudiaf    Deux lycéens témoignent    La formation professionnelle à la rescousse    Abdelmadjid Meskoud honoré    Le programme    Quel sort pour les chaînes privées non accréditées durant les législatives    la nouvelle appli qui répare les coeurs brisés    Fret Zeppelin vous fera jouer de la guitare comme un dieu    Des milliers de travailleurs dans la rue    «Le groupe Sonatrach s'est de tout temps adapté aux évolutions du marché»    Le Paradou, déjà un bon pied en Ligue 1    Soirée en l'honneur de Meskoud    Spéculations sur la Toile et palabres de rue    «Nous ne croyons pas à l'acte isolé»    Mémoire de Scène, pour que nul n'oublie    Leicester : Première réaction d'un joueur au licenciement de Ranieri    Entretien avec Fatma Oussedik, professeur en sociologie à l’université d’Alger et chercheuse au Cread (Centre de recherche en économie appliquée pour le développement) :    Création de l’UGTA Et la nationalisation des hydrocarbures    ACTUCULT    Intervention de la police pour empêcher un rassemblement d'étudiants à Alger: Bedoui annonce l'ouverture d'une enquête sur d'éventuels dépassements    FRAPPES AERIENNES : L'Irak attaque l'EI en Syrie    Sahara occidental : L'UE doit profiter de l'adhésion du Maroc à l'UA    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sonatrach : Nordine Cherouati limogé
A la une : les autres articles
Publié dans El Watan le 18 - 11 - 2011

Nordine Cherouati n'est plus à la tête de Sonatrach contrairement à ses affirmations de la veille. Abdelhamid Zerguine a été officiellement installé, hier, président-directeur général du groupe Sonatrach lors d'une cérémonie «brève et sereine».
«Cherouati est sorti calme et confiant», déclare une personne qui a assisté à la cérémonie de passation des consignes. La décision de son limogeage a été prise à bord de l'avion présidentiel de retour de Doha où Abdelaziz Bouteflika avait pris part au Sommet des pays exportateurs de gaz. «Youcef Youssefi (ministre de l'Energie) avait profité de l'occasion pour exposer au président Bouteflika le conflit l'opposant à Cherouati et son intention de le limoger de son poste de PDG, ce que le Président avait accepté après avoir écouté le point de vue de Youssefi. Il a par la suite donner son accord à son ministre de l'Energie», révèle une source à la Présidence qui a requis l'anonymat.
Le conflit opposant Youcef Youssefi à l'ex-PDG de Sonatrach serait le refus de ce dernier de signer un important contrat. «Depuis son installation à la tête de Sonatrach, Nordine Cherouati a instauré une nouvelle atmosphère à l'intérieur de l'entreprise, refusant les contrats qui viennent d'en haut», assure un haut cadre de la Sonatrach. Mercredi dernier, le conflit a atteint son paroxysme après le refus catégorique de Cherouati de signer un contrat, dont nos sources refusent d'en révéler la nature et le contenu. «Une altercation verbale violente s'en est suivie», confie une source à Sonatrach.
«le gendarme»
Le jour même, Nordine Cherouati fait une sortie fracassante dans la presse et dément son limogeage. «Cherouati n'ignorait pas que sa tête était mise à prix et savait pertinemment que le nouveau mode de gestion établi au sein de la firme dérangeait des parties qui ont vu leur influence et leurs affaires menacées. Beaucoup de cadres et de hauts responsables se sont plaints auprès de Youcef Youssefi et ils ont exercé une pression sur lui pour le débarquer de la firme», confie un haut cadre du ministère de l'Energie et des Mines. Le conflit remonte au mois de juin dernier, selon même les déclarations faites ce mercredi par Cherouati himself à la presse : «Il n'y a rien, ce n'est que de la rumeur, ça revient, ça dure depuis trois semaines. Il y a six mois, il y a eu la même rumeur.»
Un clin d'œil que les initiés avait bien capté : «Il était prévisible que des parties allaient tout faire pour le dégommer de la tête de Sonatrach ; Cherouati a osé s'attaquer à des pratiques et des habitudes comme il l'a lui-même déclaré hier, où des secteurs sont départagés entre des têtes connues, il a voulu mettre fin à tout cela, voilà qu'on le remercie.» Ainsi le «gendarme», comme le surnomment certains cadres et employés de Sonatrach, subit, depuis des mois, une campagne de déstabilisation. Des rumeurs ont été distillées dans la presse évoquant diverses raisons de son limogeage : «Ce n'était qu'une manière de mettre la pression sur Cherouati, une mise en demeure qui ne dit pas son nom», selon une source de Sonatrach. Mais d'autres lectures inscrivent ce limogeage express dans la logique des «guerres des clans» qui viennent de reprendre.

Bio express :
Abdelhamid Zerguine succède à Nordine Cherouati qui avait été désigné à la tête de Sonatrach en mai 2010. Avant sa nomination à ce poste, M. Zerguine, 61 ans, assurait la présidence de Samco, filiale de Sonatrach et de l'italien ENI, chargée de la commercialisation du gaz dont le siège est à Lugano en Suisse. Ingénieur de formation de l'Institut algérien du pétrole (IAP) en 1976, il a occupé plusieurs postes de responsabilité dans le secteur, notamment DG de l'Entreprise de génie civil et du bâtiment (ENGCB), vice-président de Sonatrach chargé de l'activité transport des hydrocarbures (TRC), et directeur exécutif chargé des activités internationales de Sonatrach.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.