USMA / Meziane : «On n'est pas loin des 1⁄4, il faudra assurer en Tunisie»    Le Conseil de sécurité parvient à un consensus    Attentat dans la gare centrale de Bruxelles    Ahmed Saci reçoit des professionnels et des syndicats de son secteur    Belaïli : "Je suis soulagé !"    La citerne dans les songes    Economie /Le non-recours à l'endettement extérieur : Le satisfecit des élus    Oran : Des agents «Ask Me» pour guider les visiteurs    Omnisports    AS Monaco : Boukholda va rejoindre le LOSC et Bielsa    La décision : Fin de fonction pour le SG de la FAF    Aïd El-Fitr : la friperie, ce plan «B»    Alger /Bus, trains et taxis : ça roule pendant l'Aïd    USA : Trump est un «psychopathe» selon Pyongyang    Libye : Ghassan Salamé nommé envoyé de l'ONU    Youssef Chahed déjoue le plan de Mohammed VI    Absentéisme, course à «la brosse» et très peu de critiques    Les assurances de Tebboune et les doutes de l'opposition    Pénurie d'eau : Installation d'une cellule de suivi    Belles leçons de bénévolat et d'entraide    «La baisse des recettes pétrolières a asséché le système bancaire»    Aghbalou : Le théâtre amazigh à l'honneur    Quand le Pouvoir méprise ses médias    La «cabine à livres» risque de disparaître    Une vraie révolution de palais    Mascara: Plus de 540 commerçants réquisitionnés pour l'Aïd    Recrutement d'enseignants: Les maths et la physique posent problème    Bouira: L'auteur présumé du quadruple crime de Taghzout arrêté    Tizi Ouzou: Fin de cavale pour un baron de la drogue    CRB: En route pour la septième consécration !    13es championnats d'Afrique juniors d'athlétisme: Tlemcen fin prête pour le rendez-vous continental    Collo: Cinq terroristes, dont quatre femmes, arrêtés    Amnesty salue les efforts de l'Algérie en faveur des réfugiés    Constantine - Le parcours du cheikh Benbadis revisité    Après l'avance de la date de versement des pensions de retraite en prévision de l'Aïd : Entre satisfactions et réalité amère des retraités    Economie française : La croissance va s'affermir en 2017, prédit l'Insee    Fake news, rumeur et manipulation    Combien la baguette, khouya?    La bataille a déjà commencé    Les partis de la majorité optimistes    Espace audiovisuel: le quiproquo!    Le groupe "Babylone" au programme    Le public séduit    La représentante du Centre du patrimoine mondial de l'Unesco à Alger    «Adapter les dispositifs aux besoins sécuritaires de la région»    Radjaâ éliminé au 3e tour des qualifications    Tebboune : «Renforcer la coopération entre le Gouvernement et le Parlement»    Arrestation des criminels et large condamnation    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sonatrach : Nordine Cherouati limogé
A la une : les autres articles
Publié dans El Watan le 18 - 11 - 2011

Nordine Cherouati n'est plus à la tête de Sonatrach contrairement à ses affirmations de la veille. Abdelhamid Zerguine a été officiellement installé, hier, président-directeur général du groupe Sonatrach lors d'une cérémonie «brève et sereine».
«Cherouati est sorti calme et confiant», déclare une personne qui a assisté à la cérémonie de passation des consignes. La décision de son limogeage a été prise à bord de l'avion présidentiel de retour de Doha où Abdelaziz Bouteflika avait pris part au Sommet des pays exportateurs de gaz. «Youcef Youssefi (ministre de l'Energie) avait profité de l'occasion pour exposer au président Bouteflika le conflit l'opposant à Cherouati et son intention de le limoger de son poste de PDG, ce que le Président avait accepté après avoir écouté le point de vue de Youssefi. Il a par la suite donner son accord à son ministre de l'Energie», révèle une source à la Présidence qui a requis l'anonymat.
Le conflit opposant Youcef Youssefi à l'ex-PDG de Sonatrach serait le refus de ce dernier de signer un important contrat. «Depuis son installation à la tête de Sonatrach, Nordine Cherouati a instauré une nouvelle atmosphère à l'intérieur de l'entreprise, refusant les contrats qui viennent d'en haut», assure un haut cadre de la Sonatrach. Mercredi dernier, le conflit a atteint son paroxysme après le refus catégorique de Cherouati de signer un contrat, dont nos sources refusent d'en révéler la nature et le contenu. «Une altercation verbale violente s'en est suivie», confie une source à Sonatrach.
«le gendarme»
Le jour même, Nordine Cherouati fait une sortie fracassante dans la presse et dément son limogeage. «Cherouati n'ignorait pas que sa tête était mise à prix et savait pertinemment que le nouveau mode de gestion établi au sein de la firme dérangeait des parties qui ont vu leur influence et leurs affaires menacées. Beaucoup de cadres et de hauts responsables se sont plaints auprès de Youcef Youssefi et ils ont exercé une pression sur lui pour le débarquer de la firme», confie un haut cadre du ministère de l'Energie et des Mines. Le conflit remonte au mois de juin dernier, selon même les déclarations faites ce mercredi par Cherouati himself à la presse : «Il n'y a rien, ce n'est que de la rumeur, ça revient, ça dure depuis trois semaines. Il y a six mois, il y a eu la même rumeur.»
Un clin d'œil que les initiés avait bien capté : «Il était prévisible que des parties allaient tout faire pour le dégommer de la tête de Sonatrach ; Cherouati a osé s'attaquer à des pratiques et des habitudes comme il l'a lui-même déclaré hier, où des secteurs sont départagés entre des têtes connues, il a voulu mettre fin à tout cela, voilà qu'on le remercie.» Ainsi le «gendarme», comme le surnomment certains cadres et employés de Sonatrach, subit, depuis des mois, une campagne de déstabilisation. Des rumeurs ont été distillées dans la presse évoquant diverses raisons de son limogeage : «Ce n'était qu'une manière de mettre la pression sur Cherouati, une mise en demeure qui ne dit pas son nom», selon une source de Sonatrach. Mais d'autres lectures inscrivent ce limogeage express dans la logique des «guerres des clans» qui viennent de reprendre.

Bio express :
Abdelhamid Zerguine succède à Nordine Cherouati qui avait été désigné à la tête de Sonatrach en mai 2010. Avant sa nomination à ce poste, M. Zerguine, 61 ans, assurait la présidence de Samco, filiale de Sonatrach et de l'italien ENI, chargée de la commercialisation du gaz dont le siège est à Lugano en Suisse. Ingénieur de formation de l'Institut algérien du pétrole (IAP) en 1976, il a occupé plusieurs postes de responsabilité dans le secteur, notamment DG de l'Entreprise de génie civil et du bâtiment (ENGCB), vice-président de Sonatrach chargé de l'activité transport des hydrocarbures (TRC), et directeur exécutif chargé des activités internationales de Sonatrach.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.