Mines antipersonnel L'Algérie a montré un «solide engagement»    De nouveaux joueurs seront convoqués    «Création de 400 000 emplois avant fin 2017»    Mines antipersonnel L'Algérie a montré un «solide engagement»    Les familles des prisonniers politiques dénoncent leurs transferts forcés vers d'autres prisons    Guterres se félicite de l'intention de Kohler de se rendre dans la région    Trois éléments de soutien aux groupes terroristes appréhendés à Médéa et Bordj Badji Mokhtar    Un nouvel entraîneur avant la fin de semaine    Retour du marathon des dunes    Trois éléments de soutien aux groupes terroristes appréhendés à Médéa et Bordj Badji Mokhtar    Le métier du président de l'APC !    Les cartables des élèves allégés    Avant-première de Hanachia de Boualem Aissaoui à Alger    Festival national de poésie melhoun dédié à Sidi Benkhelouf    Organise des journées de détente pour ses partenaires et leurs familles de la région Est    Le Burkina Faso saisit le TAS contre la décision de la FIFA    L'équipe de la Sûreté nationale décroche la 3e place    Le transfert de Diego Costa bouclé cette semaine    L'accord nucléaire iranien en jeu    Les enquêteurs de l'ONU demandent un accès "sans entrave"    Les raisons d'une nomination    L'Algérie fait son bilan    Les chiens n'aboient plus à Oran    Expo d'oeuvres artistiques et artisanales de détenus    Le FFS rendra publique sa liste à l'APW    "Récupérez l'argent de l'évasion fiscale!"    Les fantômes de l'Assemblée    Les premiers jalons de la diplomatie algérienne    "Hafl Itizal" captive le public jordanien    La fac de droit "réveille" les réseaux sociaux    Energie : Guitouni s'entretient avec les ambassadeurs de la Russie et du Venezuela    Réagissant aux sanctions de l'Onu : La Corée du Nord menace de couler le Japon    Energie : Optimiser les ressources humaines, l'objectif de Sonatrach    Modification de la Loi sur la monnaie et le crédit et introduction du financement non conventionnel : Opportunités et risques inflationnistes    Islamisme incontournable    Les concessionnaires tirent la sonnette d'alarme    Le secteur du BTP tire la sonnette d'alarme    La Faf annonce du changement pour le Cameroun    L'Algérie dispose de plans opérationnels    3 morts et 3 blessés dans un accident de la circulation    La Cour suprême ordonne la suspension du référendum au Kurdistan    Le nouveau clip de Zaki Project présenté à Alger    Les joueurs du Barça ont une pensée pour Dembélé (Photo)    COMMISSION DES CANDIDATURES DU FLN : Le retour inattendu de Saâdani    Les députés de la majorité parlementaire réitèrent leur soutien "absolu" aux mesures contenues dans le plan d'action du gouvernement    Trafic de psychotropes: Une bande démantelée à Hussein Dey    Le retrait de l'administration, vrai gage de transparence ou écran de fumée    La parole aux députés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Juste un mot : un film, un vrai
Culture : les autres articles
Publié dans El Watan le 30 - 05 - 2013

Et pourtant le film qui nous revient en mémoire, aujourd'hui, n'est pas allé à Cannes et son auteur non plus d'ailleurs. C'est Ahmed Zir, le doyen des cinéastes amateurs, toujours cinéaste, toujours actif et toujours à El Eulma, qui, suite à un simple coup de téléphone, nous rappela en quelques secondes, la grande et belle époque du cinéma amateur ou plutôt du cinéma des amateurs, car il nous faut préciser, ici, que ces jeunes réalisateurs n'avaient «d'amateur» que leur non- soumission à une commission de lecture et leur non-financement par un quelconque ministre.
En un mot, ils étaient des créateurs libres. Nous ne voulons comme preuve que le magnifique film intitulé Entre quatre murs, de Messaoud Bachouti. Nous avions découvert ce jeune cinéaste de Djelfa, à l'occasion de la deuxième édition du Festival du film amateur qu'organisait la Cinémathèque en 1982, à Médéa. C'était une édition inoubliable, liée au match Algérie-Allemagne, que nous avions suivi dans le bus en fête grâce à un petit transistor.
La Cinémathèque algérienne avait eu la belle idée d'organiser ce festival itinérant à partir de 1981, suite à l'information, fournie par un ami responsable des ex-Galeries algériennes, faisant état de la vente en un temps record de centaines de caméras «super 8». Nous savions que ces caméras seraient utilisées, dans leur grande majorité, pour filmer des mariages et des fêtes familiales. Mais, nous savions aussi que des jeunes les utiliseraient pour faire des films. Nous ne nous étions pas trompés.
De Tizi Ouzou à Alger, en passant par Médéa, Saïda, Tlemcen et Batna, itinéraire suivant l'implantation des maisons de la culture, les six rencontres organisées nous ont permis de découvrir de jeunes talents. Messaoud Bachouti en est un exemple. Ce jeune enseignant de Djelfa nous avait remis son film en nous disant : «J'aimerais seulement vous montrer mon travail. Je n'aimerais pas être en compétition, car je pense que je n'ai pas le niveau.» Cette franchise nous a poussés à programmer son film en compétition, sans même le visionner bien sûr. Le jour de la projection, nous étions tous sous le charme.
Le film est un zoom sur une petite maison de campagne où une jeune adolescente n'a droit à rien : ni d'aller à l'école ni de sortir, pas même le droit d'entrebâiller la porte pour jeter un coup d'œil à l'extérieur. Elle accomplit les tâches ménagères de façon mécanique. Les autres personnages sont filmés comme des ombres et nous paraissent comme inexistants ou presque, alors que la bande son nous donne à entendre de banals bruits familiers de façon répétée. Le jeune Messaoud crée ainsi une atmosphère chargée de monotonie et d'ennui et sa jeune comédienne nous donne l'impression d'étouffer. Les seuls moments où ses yeux s'illuminent, c'est quand le père arrive du marché avec son panier contenant les provisions de la semaine.
Avec frénésie, la jeune fille sort les paquets du couffin, verse les produits dans des bocaux et garde soigneusement les papiers journaux dans lesquels ils étaient emballés. Elle range le tout et se retire dans son petit coin. Ses feuilles de papier à la main, elle les défroisse tout doucement, les lisse et les range soigneusement. Ces gestes sont répétés à chaque arrivée du père et du couffin. Au terme du film, elle nous montre sa création, en tournant lentement les pages de la revue qu'elle a confectionnée. Une petite œuvre où tout y est. Toutes les rubriques : politique, société, sport, culture, et même mode.
Par ce geste, elle donne au spectateur l'envie irrésistible de feuilleter, à son tour, cette revue et alors seulement un frêle sourire illumine son visage. La partie est ainsi gagnée pour Messaoud et son héroïne ! Depuis cet événement, beaucoup d'eau a coulé sous nos ponts… Messaoud Bachouti a disparu, le Festival du film amateur aussi. Un petit espoir nous habite de nouveau depuis que nous avons vu El Djazira, ce petit chef-d'œuvre de Sidi Boumediene junior, qui nous renvoie à un autre grand souvenir, la découverte, il y a quarante ans, du fameux et déroutant film portant le titre Deux hommes et une armoire signé… Roman Polanski.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.