Amar le "communicator"    Saâdani revient cette semaine    Profond malaise chez les islamistes    Un remède pour la tension... budgétaire    La facture en hausse de 10%    L'Etat compte ses sous    200 femmes attendues à l'université d'été    Visite de travail du ministère des Ressources en eau    Le Polisario s'en remet à Ban Ki-moon    Deux soldats tués dans l'Est    Début le 1er septembre    Les Etats-Unis et la Russie n'ont pas encore trouvé d'accord sur le pays    Le régime syrien reprend Daraya    Tirs de roquettes contre l'aéroport de Diyarbakir    La 2e place pour Makhloufi sur le 800m    Brahmia va-t-il tout dévoiler?    Le ministre Ould Ali rassure Bourrada et Hadj-Laâzib    Deux morts et cinq blessés dans deux accidents de la route    Installation du nouveau commandant du groupement de Blida    De nouvelles structures pour la Protection civile    Trois personnes arrêtées et 8 bombes détruites    Ouverture de plusieurs points de vente de moutons de l'Aïd    Un homme meurt dans un accident    Une soixantaine d'artistes à Skikda    Accueil de l'expo le «Souk traditionnel»    Le théâtre de Khemissa abritera la 15e édition    Quand Van Damme, Lemoine et Khoury échouent à ouvrir une salle à Alger    La réalisation du film sur l'imam Ben Badis relancée    L'album du retour aux sources    Les favoris en forme    «La mauvaise gestion est la cause de la pénurie d'eau»    Amnesty international exige sa libération immédiate    Accidents de la circulation : le général-major Hamel souligne l'impératif de poursuivre l'action préventive    La première vague d'athlètes algériens quitte Alger    Messahel remet à Nairobi un message du président Bouteflika au président kényan...    MINISTRE DE L'HABITAT : Le programme AADL1 sera livré en février 2017    RELIZANE : La route fait 2 morts et un blessé    Sur les sentiers de la Kabylie profonde    Marseille accueillera Manifesta en 2020    Meeting de Paris/Diamond League Makhloufi égal à lui-même, bon chrono pour Lahoulou    Elections: Sondages et enquêtes sur les intentions de votes interdits au Maroc    Omnisports / Athlétisme - Diamant League Paris : Makhloufi 2e au 800 m    Les Kurdes se défendent contre les chars turcs    Nous adhérons à la constitution d'un conseil législatif issu du peuple    Rajevac : "Ce match face au Lesotho est très important pour moi"    Festival national du théâtre amateur : Tizi Ouzou et Adrar entrent en lice    Les importations de véhicules baissent de 68%    Syrie : Moscou et Washington ne parviennent pas un accord    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Anciens combattants du Moyen-Orient
« Nous sommes délaissés »
Publié dans El Watan le 07 - 10 - 2004

« Il est humiliant de voir certains héros vivre dans une situation précaire. » Cette phrase sortie de la bouche d'un ancien général et ancien officier combattant, en l'occurrence Belkacem Mazouzi, renseigne bien sur ce que sont devenus les anciens combattants du Moyen-Orient.
En des termes plus clairs, lors d'une conférence de presse tenue hier au siège du quotidien El Moudjahid, le président de l'Organisation nationale des anciens combattants du Moyen-Orient (ONACMO), Kaci Ramdane, qui était lui-même à cette époque-là un appelé qui a participé à cette guerre, regrette qu'il n'est accordé à ces guerriers aucune reconnaissance historique de leur statut et ce malgré les maintes interpellations des pouvoirs publics. « Des milliers d'Algériens ont participé à la guerre de 1973 parmi lesquels se trouvaient beaucoup de jeunes appelés et qui n'ont reçu aujourd'hui aucune reconnaissance », se plaint M. Kaci. C'est ainsi qu'ils demandent « une reconnaissance historique » de leur participation à cette guerre communément appelée « la guerre du transit ». « L'Algérie doit reconnaître ces jeunes en leur attribuant leurs droits en tant que tel », estime M. Kaci. Ce dernier explique qu'après l'échec de la guerre de 1967 appelée la guerre des Six jours ou du Km 101, l'Union arabe de cette époque avait décidé de faire une force d'union et l'Algérie avait alors décidé d'envoyer quelques soldats de la 8e BB de Constantine pour combattre Israël. Dans son intervention, le vice-président du Sénat, Abderrezak Bouhara, a dressé la genèse de cette guerre en mettant l'accent sur le rôle qu'avait joué l'Etat algérien en établissant un lien avec ce qu'a joué comme rôle également l'Egypte dans la guerre de Libération nationale. « La forte invasion qu'a effectuée Israël sur l'Egypte en occupant une partie de son territoire avait nécessité la solidarité des peuples arabes », a estimé M. Bouhara tout en soulignant que « cette invasion était une opération complotée » qui avait pour cible l'Egypte, car celle-ci militait pour les droits des peuples arabes. M. Bouhara considère que c'est la stratégie qui était utilisée en 1956 en Algérie qui a été appliqué en 1967 en Egypte. Il soulignera également que l'Algérie était en état de guerre contre Israël depuis cette date. Toujours est-il, selon M. Bouhara qui préfère qualifier la guerre de 1973 qui a permis la récupération des terres arabes envahies par les Israéliens en 1967 ainsi que la réouverture du canal de Suez, de guerre d'usure, le mérite dans la réussite dans cette guerre revient à l'ancien président Djamel Abdel Nasser.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.