Crash de l'avion affrété par Air Algérie : Le président Bouteflika charge Ghoul du suivi de l'affaire à Burkina-Faso et au Mali    Libye: Le Premier ministre dément avoir demandé une intervention militaire étrangère    Crash de l'avion espagnol affrété par Air Algérie: Aucun survivant, l'épave retrouvée au Mali    Algérie: Chute de la production céréalière à 30 millions de quintaux en 2014    Tizi-Ouzou : L'otage de Beni Zmenzer libéré    Algérie: 47 entreprises en vue de réaliser 40.000 branchements au gaz à Béjaïa    Des habitants de l'Est du pays marchent en soutien à la population de Ghaza    François Hollande: aucun survivant dans l'épave de l'avion d'air Algérie    L'épave de l'avion d'Air Algérie retrouvée au Mali    Mauritanie: Une nouvelle institution islamique dans le paysage bancaire    Tunisie: projet de loi sur la lutte contre le terrorisme adopté    Algérie-Agriculture: plusieurs lois actualisées soumises au Parlement à sa prochaine session (ministre)    Des condamnations et un meeting aujourd'hui à Alger    Brahimi s'engage pour cinq ans avec le FC Porto    Un avion d'Air Algérie disparu avec 116 personnes à son bord    Dhalaâ (Oum El Bouaghi) : Une région en quête de projets    MCA : Belaid obtient la nationalité tunisienne    Le monde spectateur d'un massacre d'enfants    Tizi ouzou : Les citoyens exigent la libération de Gada Amar    Sud-est : Escroquerie, fraude et trafic    Sidi Bel Abbès : Libération d'un citoyen enlevé et arrestation de ses ravisseurs    Révision constitutionnelle : Tamazight langue officielle aux oubliettes ?    Tlemcen : Coup d'envoi de la seconde édition du Festival des écoles de hawzi    Crise malienne : cessation des hostilités et engagement pour la paix et la stabilité    Vol AH5017    La Coordination pour les libertés et la transition démocratique organise un sit-in à Alger    Libye:9 morts et 19 blessés dans de nouveaux combats meurtriers à Benghazi    Yacine Brahimi    Mohamed TAHMI, MINISTRE DES SPORTS, à CHLEF    Disponibilité du carburant durant l'aïd    Il a fait son entrée en seconde mi-temps    Le général-major Hamel à la fête de la police    Un bilan maigre et contesté    Célébration de la Fête de la police à l'Ouarsenis    L'ES Sétif décimée... mais décidée    Le chat et la souris    Le stage à Alger du 29 juillet au 7 août    De nouveaux mécanismes juridiques pour l'emploi des diplômés seront mis en place    Mme Zerhouni : «Treize plans d'aménagement adoptés»    Saisie de 9 220 litres de carburant et 1 277 kg de déchets de cuivre    Sellal salue la qualité de la formation des éléments de la Sûreté nationale et leurs sacrifices durant la tragédie nationale    43 fonctionnaires promus et une trentaine de retraités honorés    TV5 Monde zappe l'Algérie durant le Ramadhan    Adaptations    Alger bouillonne la nuit    Briser la glace pour baliser le chemin à un débat plus profond    Message de vœux du Vatican aux musulmans à la veille de l'Aïd el Fitr    Dans Alger la noire, le policier ne fait pas son polar    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Anciens combattants du Moyen-Orient
« Nous sommes délaissés »
Publié dans El Watan le 07 - 10 - 2004

« Il est humiliant de voir certains héros vivre dans une situation précaire. » Cette phrase sortie de la bouche d'un ancien général et ancien officier combattant, en l'occurrence Belkacem Mazouzi, renseigne bien sur ce que sont devenus les anciens combattants du Moyen-Orient.
En des termes plus clairs, lors d'une conférence de presse tenue hier au siège du quotidien El Moudjahid, le président de l'Organisation nationale des anciens combattants du Moyen-Orient (ONACMO), Kaci Ramdane, qui était lui-même à cette époque-là un appelé qui a participé à cette guerre, regrette qu'il n'est accordé à ces guerriers aucune reconnaissance historique de leur statut et ce malgré les maintes interpellations des pouvoirs publics. « Des milliers d'Algériens ont participé à la guerre de 1973 parmi lesquels se trouvaient beaucoup de jeunes appelés et qui n'ont reçu aujourd'hui aucune reconnaissance », se plaint M. Kaci. C'est ainsi qu'ils demandent « une reconnaissance historique » de leur participation à cette guerre communément appelée « la guerre du transit ». « L'Algérie doit reconnaître ces jeunes en leur attribuant leurs droits en tant que tel », estime M. Kaci. Ce dernier explique qu'après l'échec de la guerre de 1967 appelée la guerre des Six jours ou du Km 101, l'Union arabe de cette époque avait décidé de faire une force d'union et l'Algérie avait alors décidé d'envoyer quelques soldats de la 8e BB de Constantine pour combattre Israël. Dans son intervention, le vice-président du Sénat, Abderrezak Bouhara, a dressé la genèse de cette guerre en mettant l'accent sur le rôle qu'avait joué l'Etat algérien en établissant un lien avec ce qu'a joué comme rôle également l'Egypte dans la guerre de Libération nationale. « La forte invasion qu'a effectuée Israël sur l'Egypte en occupant une partie de son territoire avait nécessité la solidarité des peuples arabes », a estimé M. Bouhara tout en soulignant que « cette invasion était une opération complotée » qui avait pour cible l'Egypte, car celle-ci militait pour les droits des peuples arabes. M. Bouhara considère que c'est la stratégie qui était utilisée en 1956 en Algérie qui a été appliqué en 1967 en Egypte. Il soulignera également que l'Algérie était en état de guerre contre Israël depuis cette date. Toujours est-il, selon M. Bouhara qui préfère qualifier la guerre de 1973 qui a permis la récupération des terres arabes envahies par les Israéliens en 1967 ainsi que la réouverture du canal de Suez, de guerre d'usure, le mérite dans la réussite dans cette guerre revient à l'ancien président Djamel Abdel Nasser.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.