Egypte : Reprise des travaux du 26-ème Sommet arabe à Charm el-Cheikh    Tunisie : La marche nationale et internationale contre le terrorisme arrive à la place du Bardo    Milan AC : Robinho en dit plus sur son avenir    Stoichkov : "Je n'ai aucun respect pour Van Gaal. C'est une ordure"    La gauche française menacée de déroute    "90 milliards de dollars hors du circuit bancaire"    Les petits partis tentent d'exister    Gaïd Salah supervise l'opération    Ouagueni Zina à la tête du RND    Les USA sortent-ils de leur amnésie?    Ban Ki-moon fera-t-il plier le roi?    Les hommes plus nombreux que les femmes    Un exemple concret d'intégration    L'USM Blida prend le large    L'Algérie 79e au Monde, 7e en Afrique    Gourcuff recadre son groupe    Boudiaf tance ses gestionnaires    L'univers des bulles chez Yemma Gouraya    "L'aristocrate du coeur et de la vertu"    Adrar: ferveur et tristesse à l'inhumation de Moulay Touhami Ghitaoui        FC Barcelone : Al Saad dément l'arrivée de Xavi    Entretient à Charm el-Scheikh entre Béji Caïd Essebsi et le Roi du Bahreïn    Maroc : Le ministre du Tourisme souligne l'impératif de promouvoir la destination Agadir    Maroc: L'Union Constitutionnelle tient à Casablanca son 5-ème congrès national    Sceptique sur les EnR, le PDG de Sonelgaz propose d'aller vers le gaz de schiste et le nucléaire    Batna : Deux enfants emportés par les eaux d'un oued    BOUMERDES: Deux walis pour faire taire la rumeur    Deux mains    TIZI OUZOU: Le festival «Lire en fête» fait le plein    Ligue des champions : l'USMA lundi à Dakar    Pessimisme    Discrimination salariale, dites-vous ?    1 200 migrants subsahariens battus et conduits vers la frontière algérienne    Des armes françaises pour la Tunisie    Une combinaison connecte les sportifs des... pieds à la tête    Le wali inspecte des projets    106 poètes au rendez-vous    Controverse autour de l'utilisation du CD-Rom comme support    Rouverte au public    Bensalah contesté    Pas de congrès pour l'opposition    Condamner l'opposition à sa disparition?    Madani Mezrag fait l'apologie du terrorisme    Un nouvel organigramme pour l'AADL    Amara Benyounès fait l'objet de menaces et d'appels au meurtre    Les couleurs «explosées» d'Amal Benghezala    Des comédiens et des metteurs en scène en stage à Tizi Ouzou    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Anciens combattants du Moyen-Orient
« Nous sommes délaissés »
Publié dans El Watan le 07 - 10 - 2004

« Il est humiliant de voir certains héros vivre dans une situation précaire. » Cette phrase sortie de la bouche d'un ancien général et ancien officier combattant, en l'occurrence Belkacem Mazouzi, renseigne bien sur ce que sont devenus les anciens combattants du Moyen-Orient.
En des termes plus clairs, lors d'une conférence de presse tenue hier au siège du quotidien El Moudjahid, le président de l'Organisation nationale des anciens combattants du Moyen-Orient (ONACMO), Kaci Ramdane, qui était lui-même à cette époque-là un appelé qui a participé à cette guerre, regrette qu'il n'est accordé à ces guerriers aucune reconnaissance historique de leur statut et ce malgré les maintes interpellations des pouvoirs publics. « Des milliers d'Algériens ont participé à la guerre de 1973 parmi lesquels se trouvaient beaucoup de jeunes appelés et qui n'ont reçu aujourd'hui aucune reconnaissance », se plaint M. Kaci. C'est ainsi qu'ils demandent « une reconnaissance historique » de leur participation à cette guerre communément appelée « la guerre du transit ». « L'Algérie doit reconnaître ces jeunes en leur attribuant leurs droits en tant que tel », estime M. Kaci. Ce dernier explique qu'après l'échec de la guerre de 1967 appelée la guerre des Six jours ou du Km 101, l'Union arabe de cette époque avait décidé de faire une force d'union et l'Algérie avait alors décidé d'envoyer quelques soldats de la 8e BB de Constantine pour combattre Israël. Dans son intervention, le vice-président du Sénat, Abderrezak Bouhara, a dressé la genèse de cette guerre en mettant l'accent sur le rôle qu'avait joué l'Etat algérien en établissant un lien avec ce qu'a joué comme rôle également l'Egypte dans la guerre de Libération nationale. « La forte invasion qu'a effectuée Israël sur l'Egypte en occupant une partie de son territoire avait nécessité la solidarité des peuples arabes », a estimé M. Bouhara tout en soulignant que « cette invasion était une opération complotée » qui avait pour cible l'Egypte, car celle-ci militait pour les droits des peuples arabes. M. Bouhara considère que c'est la stratégie qui était utilisée en 1956 en Algérie qui a été appliqué en 1967 en Egypte. Il soulignera également que l'Algérie était en état de guerre contre Israël depuis cette date. Toujours est-il, selon M. Bouhara qui préfère qualifier la guerre de 1973 qui a permis la récupération des terres arabes envahies par les Israéliens en 1967 ainsi que la réouverture du canal de Suez, de guerre d'usure, le mérite dans la réussite dans cette guerre revient à l'ancien président Djamel Abdel Nasser.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.