La lettre du mois du CCD. Avril 2015. Face au risque d'un chaos sans nom, appel à un sursaut de conscience, de vigilance et de responsabilité.    Tunisie : Sit-in pour soutenir le droit au retour pour les réfugiés palestiniens    Tunisie-SNCFT : les syndicalistes ayant participé à la grève dans la région de Tunis interdits de toute activité syndicale    Tunisie Télécom double le débit à tous ses abonnés ADSL, pour le même prix    Habitat : Feu vert pour la réalisation de 35.500 logements AADL    Sécurité et suivi de l'information, des serveurs aux applications connectées : Journée d'information pour des cadres d'entreprises    Il met en avant ses smartphones «qualité/prix» : L'opérateur de téléphonie mobile Huawei met le paquet sur le marché algérien    Statu quo reconduit au sommet de l'Etat    Gouvernement : Un remaniement et des interrogations    Immigration clandestine : Le terrible destin des Rohingya    Ligue des champions - Homologation des stades de Sétif et d'El-Eulma : Des réserves difficiles à lever    Equipe nationale : Stage pour huit joueurs locaux à Alger    Le football oranais en deuil : Arab Sayah n'est plus    TENES: Le rôle des infirmiers dans la prise en charge des hypertendus    TAMAZOURA: Relogement de 67 familles    Transports en commun : Près de 3000 plaintes contre des transporteurs en trois mois    CHLEF: Sortie d'une promotion de 799 policiers    Une exposition de photos qui fait polémique    Misr, Oum Eddounia forever : «JE SUIS LE PEUPLE» DE ANNA ROUSILLON Un documentaire fort présenté dans la sélection de l'Acid    LES RUMEURS DU MONDE    Des changements pour passer à la vitesse supérieure    Nouveau gouvernement pour une étape économique et politique décisive    Le président de la République reste le maître du calendrier    Et vogue la galère !    Organisation de la CAN-2017 : "L'Algérie a été victime d'un jeu d'intérêts au niveau de la CAF"    Liverpool : Gerrard : "Sterling devrait signer un nouveau contrat ici"    Tourisme : Le CPE lance de nouvelles mesures pour la modernisation des hôtels publics    Crise malienne : La signature de l'accord de paix est un "grand pas et un grand jour" pour le Mali, selon Zahabi    Il y a voisins et voisins    Le front social en ébullition à Annaba    Mesures nécessaires ont été prises pour qu'il n'y ait pas de falsifica    Palestine : soixante-sept années de déni de droit    En vue de promouvoir l'économie nationale : Rencontre nationale sur la recherche et l'industrie    Selon Tayeb Louh : Respecter la présomption d'innocence pour protéger les libertés des citoyens    Projet de décret exécutif : Il est destiné aux associations pour avoir une qualité d'utilité publique    Houda-Imane Feraoun, la plus jeune ministre    "Tout pour revenir avec les trois points de Constantine"    Réalisation de 7 parkings pour y mettre un terme    Les gendarmes ont libéré 4 filles enlevées    Tizi Ouzou : 220 millions de DA pour les communes côtières    Toufik Makhloufi absent au meeting de Doha    L'Iran au coeur des débats    Coups de semonce de navires iraniens contre un navire commercial    Toutes les revendications socioprofessionnelles satisfaites    Juste des moments de bonheur éphémeres    Hamza Bounoua au symposium d'Assilah    Nadia Labidi «n'est pas restée assez longtemps»    Les vestiges archéologiques de Honaine mis à l'honneur    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Anciens combattants du Moyen-Orient
« Nous sommes délaissés »
Publié dans El Watan le 07 - 10 - 2004

« Il est humiliant de voir certains héros vivre dans une situation précaire. » Cette phrase sortie de la bouche d'un ancien général et ancien officier combattant, en l'occurrence Belkacem Mazouzi, renseigne bien sur ce que sont devenus les anciens combattants du Moyen-Orient.
En des termes plus clairs, lors d'une conférence de presse tenue hier au siège du quotidien El Moudjahid, le président de l'Organisation nationale des anciens combattants du Moyen-Orient (ONACMO), Kaci Ramdane, qui était lui-même à cette époque-là un appelé qui a participé à cette guerre, regrette qu'il n'est accordé à ces guerriers aucune reconnaissance historique de leur statut et ce malgré les maintes interpellations des pouvoirs publics. « Des milliers d'Algériens ont participé à la guerre de 1973 parmi lesquels se trouvaient beaucoup de jeunes appelés et qui n'ont reçu aujourd'hui aucune reconnaissance », se plaint M. Kaci. C'est ainsi qu'ils demandent « une reconnaissance historique » de leur participation à cette guerre communément appelée « la guerre du transit ». « L'Algérie doit reconnaître ces jeunes en leur attribuant leurs droits en tant que tel », estime M. Kaci. Ce dernier explique qu'après l'échec de la guerre de 1967 appelée la guerre des Six jours ou du Km 101, l'Union arabe de cette époque avait décidé de faire une force d'union et l'Algérie avait alors décidé d'envoyer quelques soldats de la 8e BB de Constantine pour combattre Israël. Dans son intervention, le vice-président du Sénat, Abderrezak Bouhara, a dressé la genèse de cette guerre en mettant l'accent sur le rôle qu'avait joué l'Etat algérien en établissant un lien avec ce qu'a joué comme rôle également l'Egypte dans la guerre de Libération nationale. « La forte invasion qu'a effectuée Israël sur l'Egypte en occupant une partie de son territoire avait nécessité la solidarité des peuples arabes », a estimé M. Bouhara tout en soulignant que « cette invasion était une opération complotée » qui avait pour cible l'Egypte, car celle-ci militait pour les droits des peuples arabes. M. Bouhara considère que c'est la stratégie qui était utilisée en 1956 en Algérie qui a été appliqué en 1967 en Egypte. Il soulignera également que l'Algérie était en état de guerre contre Israël depuis cette date. Toujours est-il, selon M. Bouhara qui préfère qualifier la guerre de 1973 qui a permis la récupération des terres arabes envahies par les Israéliens en 1967 ainsi que la réouverture du canal de Suez, de guerre d'usure, le mérite dans la réussite dans cette guerre revient à l'ancien président Djamel Abdel Nasser.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.