Edito: Le dialogue, la raison et le complot    USA : La machine à polémiques Trump se lâche sur l'Europe    Vie des clubs / MCA - Mouassa : «Les plus performants seront alignés»    Brésil : nouvelle émeute dans une prison, au moins 26 détenus tués    Transfert illicite de devises : Le dispositif renforcé    L'ARAV met en garde contre «l'abrutissement de la société»    Les doutes des partis de l'opposition    La paix en danger    Les lois et les programmes sans résultats pour le monde des PME    Un nul arraché à la peine    Groupe A : Egalité parfaite pour commencer    Bouchouareb exhorte Total à accélérer son projet    Circulation difficile sur plusieurs axes routiers    Une famille intoxiquée au CO    Les syndicats mécontents    ALI BENFLIS AU SOIR D’ALGÉRIE :    Groupe C    CR Belouizdad    LIRF    Cinéma algérien, quelle voie de salut ?    Vallée du M’zab    Nucléaire iranien: l'UE se conformera à l'accord    Secousse tellurique de 3,3 degrés à Boumerdes    De bons présages pour le rendez-vous d'Astana    Marché du travail et taux de chômage: Les précisions de l'ONS    Législatives de 2017 : Le FLN lance aujourd'hui ses préparatifs    Transfert illicite de devises : La lutte affiche une nette amélioration    Chine : Deuxième année de baisse des exportations    Blida: Quatre gendarmes tués dans une explosion accidentelle    Constantine - Lotissement El Berda: Le gaz butane introuvable !    Importation céréalière : La facture poursuit sa tendance baissière    Sommet Afrique-France: Hommage à l'Algérie pour ses efforts dans la lutte contre le terrorisme    Tlemcen: Télévision : cap sur la TNT    Décès du réalisateur Hadj Rahim    "Impliquez-vous dans les prochaines élections!"    Une ambiance de groupe à Tizi Ouzou    L'ivresse de l'urne    Promotion de l'investissement: quel rôle pour la Protection civile?    Du son frais et multiculturel    A vos plumes    Bamako dément avoir signé un accord avec l'UE    De nouveaux textes "bientôt soumis au Parlement"    Ghardaïa : le pouvoir va-t-il renouveler l'état d'urgence ?    Ghoulam : "Pas d'excuses, nous n'avons pas fait un bon match"    M. Boutarfa aux Emirats arabes unis    Gambie : fortes pressions sur Yahya Jammeh    L'Emev dénonce la suspension de ses activités culturelles    La monographie sur l'assassinat de Abane Ramdane paraîtra cet été    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Anciens combattants du Moyen-Orient
« Nous sommes délaissés »
Publié dans El Watan le 07 - 10 - 2004

« Il est humiliant de voir certains héros vivre dans une situation précaire. » Cette phrase sortie de la bouche d'un ancien général et ancien officier combattant, en l'occurrence Belkacem Mazouzi, renseigne bien sur ce que sont devenus les anciens combattants du Moyen-Orient.
En des termes plus clairs, lors d'une conférence de presse tenue hier au siège du quotidien El Moudjahid, le président de l'Organisation nationale des anciens combattants du Moyen-Orient (ONACMO), Kaci Ramdane, qui était lui-même à cette époque-là un appelé qui a participé à cette guerre, regrette qu'il n'est accordé à ces guerriers aucune reconnaissance historique de leur statut et ce malgré les maintes interpellations des pouvoirs publics. « Des milliers d'Algériens ont participé à la guerre de 1973 parmi lesquels se trouvaient beaucoup de jeunes appelés et qui n'ont reçu aujourd'hui aucune reconnaissance », se plaint M. Kaci. C'est ainsi qu'ils demandent « une reconnaissance historique » de leur participation à cette guerre communément appelée « la guerre du transit ». « L'Algérie doit reconnaître ces jeunes en leur attribuant leurs droits en tant que tel », estime M. Kaci. Ce dernier explique qu'après l'échec de la guerre de 1967 appelée la guerre des Six jours ou du Km 101, l'Union arabe de cette époque avait décidé de faire une force d'union et l'Algérie avait alors décidé d'envoyer quelques soldats de la 8e BB de Constantine pour combattre Israël. Dans son intervention, le vice-président du Sénat, Abderrezak Bouhara, a dressé la genèse de cette guerre en mettant l'accent sur le rôle qu'avait joué l'Etat algérien en établissant un lien avec ce qu'a joué comme rôle également l'Egypte dans la guerre de Libération nationale. « La forte invasion qu'a effectuée Israël sur l'Egypte en occupant une partie de son territoire avait nécessité la solidarité des peuples arabes », a estimé M. Bouhara tout en soulignant que « cette invasion était une opération complotée » qui avait pour cible l'Egypte, car celle-ci militait pour les droits des peuples arabes. M. Bouhara considère que c'est la stratégie qui était utilisée en 1956 en Algérie qui a été appliqué en 1967 en Egypte. Il soulignera également que l'Algérie était en état de guerre contre Israël depuis cette date. Toujours est-il, selon M. Bouhara qui préfère qualifier la guerre de 1973 qui a permis la récupération des terres arabes envahies par les Israéliens en 1967 ainsi que la réouverture du canal de Suez, de guerre d'usure, le mérite dans la réussite dans cette guerre revient à l'ancien président Djamel Abdel Nasser.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.