Le Nasria se refait une santé    Tournoi international de Solaimaneyah Victoire finale de Youcef Rihane en simple et en double    Sellal présente le projet de loi portant révision de la Constitution    En cours : Chelsea 0-0 Manchester United (Premier League)    6es Journées cinématographiques d'Alger : Un film algérien, où les questionnements sur la réalité du cinéma    La visite du roi du Maroc au Sahara occidental occupé ne peut pas dissimuler la réalité de son occupation illégale    Algérie-Véhicules : le quota du concessionnaire en fonction de sa part habituelle des importations globales    Juventus : Allegri répond à la rumeur Chelsea    Man United : Van Gaal n'y croit pas pour Mourinho    Pôle universitaire d'El-Hassania : 6000 places pédagogiques    Laghouat : l'amélioration de la prise en charge médicale au centre des préoccupations des insuffisants rénaux    Oran : 491 réfugiés nigériens conduits à Tamanrasset en prévision de leur rapatriement    Entretien avec Imache Mohamed : «L'histoire de mon père a été occultée»    Algérie : la loi portant révision constitutionnelle adoptée à une large majorité    Corée du Nord / Nucléaire : Seule contre tous    Les Verts à l'étranger / Passeur, buteur et homme du match face aux Citizens : Et si Mahrez devenait le premier Algérien champion d'Angleterre ?    MCA / l'affaire de dopage n'a pas livré tous ses secrets : Quand Merzougui enfonce le Dr Ben Braham    Stagnation économique : Un problème de mentalités    Transport / Abonnement unique    Il touche déjà 26 pays et continue de se propager : Qui arrêtera le virus Zika ?    A quatre mois des examens : Les programmes seront-ils achevés ?    Ralentissement de la croissance du PIB : L'agriculture et le BTPH font l'exception    Libye : pour Farhat Horchani, Daech ne constitue pas une menace directe pour la Tunisie    Algérie : création prochaine d'un technopôle pour développer les TIC à Bordj Bou Arreridj (ministre)    Algérie : les travaux de réalisation de 8.000 logements au nouveau pôle urbain de Misserghine seront lancés prochainement (wali)    Le Syndicat de la magistrature veut des lois organiques    Augmentation de la marge bénéficiaire des distributeurs    Un autre motif pour les Etats africains à quitter la CPI ?    Alors que Biskri refuse l'intérim, Ighil limogé    Le choix du chaos de l'Arabie saoudite en Syrie    Et Al-Mourabitoune derrière le rapt de deux Australiens au Burkina Faso    Trump veut rétablir des techniques de tortures    "Le projet sera livré le 1er novembre prochain"    L'Argus algérien de l'automobile est né !    Le meurtrier de Coca arrêté à Batna    Talaie El-Hourriyet dénonce un "passage en force"    Le RND fait la promo de la révision constitutionnelle    Algérie : un terroriste arrêté par l'ANP à In Amenas    L'opposition s'offre une tribune    Plus d'une centaine de députés non concernés    Présentation de la pièce "Al Namlatou el mouchakissa"    Il a fondé le groupe américain "Earth, Wind & Fire"    Confusion des concepts    Les doutes    Près de 500 recours introduits    ...Culture En Bref...    Un quatuor plastique rend hommage à l'artiste Baya    Le Québec instaure la Journée Assia Djebar    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Anciens combattants du Moyen-Orient
« Nous sommes délaissés »
Publié dans El Watan le 07 - 10 - 2004

« Il est humiliant de voir certains héros vivre dans une situation précaire. » Cette phrase sortie de la bouche d'un ancien général et ancien officier combattant, en l'occurrence Belkacem Mazouzi, renseigne bien sur ce que sont devenus les anciens combattants du Moyen-Orient.
En des termes plus clairs, lors d'une conférence de presse tenue hier au siège du quotidien El Moudjahid, le président de l'Organisation nationale des anciens combattants du Moyen-Orient (ONACMO), Kaci Ramdane, qui était lui-même à cette époque-là un appelé qui a participé à cette guerre, regrette qu'il n'est accordé à ces guerriers aucune reconnaissance historique de leur statut et ce malgré les maintes interpellations des pouvoirs publics. « Des milliers d'Algériens ont participé à la guerre de 1973 parmi lesquels se trouvaient beaucoup de jeunes appelés et qui n'ont reçu aujourd'hui aucune reconnaissance », se plaint M. Kaci. C'est ainsi qu'ils demandent « une reconnaissance historique » de leur participation à cette guerre communément appelée « la guerre du transit ». « L'Algérie doit reconnaître ces jeunes en leur attribuant leurs droits en tant que tel », estime M. Kaci. Ce dernier explique qu'après l'échec de la guerre de 1967 appelée la guerre des Six jours ou du Km 101, l'Union arabe de cette époque avait décidé de faire une force d'union et l'Algérie avait alors décidé d'envoyer quelques soldats de la 8e BB de Constantine pour combattre Israël. Dans son intervention, le vice-président du Sénat, Abderrezak Bouhara, a dressé la genèse de cette guerre en mettant l'accent sur le rôle qu'avait joué l'Etat algérien en établissant un lien avec ce qu'a joué comme rôle également l'Egypte dans la guerre de Libération nationale. « La forte invasion qu'a effectuée Israël sur l'Egypte en occupant une partie de son territoire avait nécessité la solidarité des peuples arabes », a estimé M. Bouhara tout en soulignant que « cette invasion était une opération complotée » qui avait pour cible l'Egypte, car celle-ci militait pour les droits des peuples arabes. M. Bouhara considère que c'est la stratégie qui était utilisée en 1956 en Algérie qui a été appliqué en 1967 en Egypte. Il soulignera également que l'Algérie était en état de guerre contre Israël depuis cette date. Toujours est-il, selon M. Bouhara qui préfère qualifier la guerre de 1973 qui a permis la récupération des terres arabes envahies par les Israéliens en 1967 ainsi que la réouverture du canal de Suez, de guerre d'usure, le mérite dans la réussite dans cette guerre revient à l'ancien président Djamel Abdel Nasser.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.