Le FFS reçoit Hamrouche    Reprise du dialogue le 15 novembre    Une délégation d'hommes d'affaires britanniques attendue à Alger en novembre    « L'optimisme est permis »    Zone euro : Légère progression de l'activité privée, mais voyants au rouge    USA : Hausse des stocks de brut    Les investissements de la BERD atteindront "pas moins de 120 millions d'euros" en 2015    Real Madrid : Zinedine Zidane sort de sa réserve pour se défendre sur l'affaire des diplômes    Juventus : Et si Paul Pogba avait ouvert la porte à un départ d'Arturo Vidal ?    Irak : Raid massif de la coalition anti-EI    Affaire Tibhirine : Bonne collaboration entre les autorités judiciaires algérienne et française    Tunisie 6 personnes, dont 5 femmes, tuées dans l'assaut contre la maison assiégée    Jijel : 30 000 emplois créés dans l'agriculture depuis 2008    Mascara : Un institut national spécialisé en techniques agricoles    Ouargla : Plus de 160 millions DA pour l'aménagement du lac de Hassi-Benabdellah    Vita Club - ESS : Sétif face à son destin    L'Aigle Noir ne doit pas laisser des plumes à Kinshasa    Préventif Vs curatif    Le calvaire au quotidien dans les bureaux de poste    Des Britanniques en quête de bisness à Alger    Qui a tué qui ?    Le PT appelle Bouteflika à accélérer les réformes politiques    «Dikra 60» pour la commémoration du 1er Novembre 1954 au Musée du Bar    Succès militaire favorisé par l'Algérie    Tunisie : rendez-vous avec l'histoire    Rousseff ou Neves : le Brésil à l'heure du choix    Est-ce le grand retour du foot algérien ?    Le CLA appelle à une journée de protestation le 10 novembre prochain    Un mal à en perdre la voix    Sinusite aiguë ou chronique : la prévention est impérative    Confiscation des preuves sur l'assassinat des sept moines    Les dessous d'un partenariat préjudiciable aux Algériens    François Ciccollini nouvel entraîneur    Mouvement national algérien: Naissance, évolution et maturation    Algérie-PLF 2015 : Les députés expriment leurs inquiétudes sur la baisse du prix du pétrole    Egypte-Au moins 28 membres des forces de sécurité tués dans des attaques dans le Sinaï    "Déterminée à accompagner le processus de transition"    Une soirée au ryhtme de la musique arabo-andalouse    Elle critique le lancement de nouvelles consultations sur la constitution    BELAIZ N'ECARTE PAS L'IDEE    Un cas détecté et 43 personnes sous surveillance dans le pays    Les enfants des nuages, derniÚre colonie au festival des libertés de Bruxelles    5e Festival international du théâtre de Béjaà ̄a    Lettre de province    JS Kabylie : Il devrait succéder à Hugo Broos    Le coup de bill’art du Soir    Patrimoine : la ministre de la Culture s'engage à rattraper les retard    Au pays de Boubagra, ce n'est toujours pas le raz-de- marrer !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Anciens combattants du Moyen-Orient
« Nous sommes délaissés »
Publié dans El Watan le 07 - 10 - 2004

« Il est humiliant de voir certains héros vivre dans une situation précaire. » Cette phrase sortie de la bouche d'un ancien général et ancien officier combattant, en l'occurrence Belkacem Mazouzi, renseigne bien sur ce que sont devenus les anciens combattants du Moyen-Orient.
En des termes plus clairs, lors d'une conférence de presse tenue hier au siège du quotidien El Moudjahid, le président de l'Organisation nationale des anciens combattants du Moyen-Orient (ONACMO), Kaci Ramdane, qui était lui-même à cette époque-là un appelé qui a participé à cette guerre, regrette qu'il n'est accordé à ces guerriers aucune reconnaissance historique de leur statut et ce malgré les maintes interpellations des pouvoirs publics. « Des milliers d'Algériens ont participé à la guerre de 1973 parmi lesquels se trouvaient beaucoup de jeunes appelés et qui n'ont reçu aujourd'hui aucune reconnaissance », se plaint M. Kaci. C'est ainsi qu'ils demandent « une reconnaissance historique » de leur participation à cette guerre communément appelée « la guerre du transit ». « L'Algérie doit reconnaître ces jeunes en leur attribuant leurs droits en tant que tel », estime M. Kaci. Ce dernier explique qu'après l'échec de la guerre de 1967 appelée la guerre des Six jours ou du Km 101, l'Union arabe de cette époque avait décidé de faire une force d'union et l'Algérie avait alors décidé d'envoyer quelques soldats de la 8e BB de Constantine pour combattre Israël. Dans son intervention, le vice-président du Sénat, Abderrezak Bouhara, a dressé la genèse de cette guerre en mettant l'accent sur le rôle qu'avait joué l'Etat algérien en établissant un lien avec ce qu'a joué comme rôle également l'Egypte dans la guerre de Libération nationale. « La forte invasion qu'a effectuée Israël sur l'Egypte en occupant une partie de son territoire avait nécessité la solidarité des peuples arabes », a estimé M. Bouhara tout en soulignant que « cette invasion était une opération complotée » qui avait pour cible l'Egypte, car celle-ci militait pour les droits des peuples arabes. M. Bouhara considère que c'est la stratégie qui était utilisée en 1956 en Algérie qui a été appliqué en 1967 en Egypte. Il soulignera également que l'Algérie était en état de guerre contre Israël depuis cette date. Toujours est-il, selon M. Bouhara qui préfère qualifier la guerre de 1973 qui a permis la récupération des terres arabes envahies par les Israéliens en 1967 ainsi que la réouverture du canal de Suez, de guerre d'usure, le mérite dans la réussite dans cette guerre revient à l'ancien président Djamel Abdel Nasser.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.