Au CPP de Radio M – Gaid Salah, nouvel homme fort, le DRS out et le FFS en médiateur    Le ministre égyptien des Affaires étrangères à Alger    Tibhirine: Louh nie toute entrave à l'enquête    Tunisie: Un agent de la BAT tué à Manouba, deux terroristes capturé à Kébili    Tunisie: Une mine explose au passage d'un véhicule militaire à Sakiet Sidi Youssef    Algérie - Le holding Injab va construire 4 usines de logements préfabriqués en 2015    Mali: Engagement des mouvements politiques armés à respecter le "cessez le feu" et "la feuille de route"    Algérie: engouement grandissant des agriculteurs de Mila pour le crédit R'fig    Ayant contracté une blessure mardi face à Schalke 04    Ligue 2 Mobilis    Le derby de vérité pour Soustara    L'Entente dès demain à Kinshasa    Ebola: un épouvantail?    Championat de Ligue 1 Mobilis de football/ 8e Journée    "L'ANP est déterminée à relever les défis"    Célébration de la journée nationale de la presse    Mission impossible ?    Initiative du FFS    La "libération" tourne au cauchemar    Les opposants aux islamistes en ordre dispersé    Bouira "couve" ses journalistes    Conséquence de la hausse des stocks américains    Les députés font le procès du gouvernement    Rencontre professionnelle algéro-tunisienne à Oran    Production de la Renault Symbol à l'usine d'Oued Tlélat    Des associations appellent à leur prise en charge    "Oued El Harrach sera navigable cet été"    Le ministre de la Pêche en visite à Skikda    Migrants africains à l'ouest du pays    Journée nationale de la liberté de la presse à Béjaïa    ORGANISEE PAR LA DELEGATION DE L'UNION EUROPEENNE EN ALGERIE LES 28 ET 29 OCTOBRE À LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE    Grève à Tizi Ouzou    Le vent et l'oued    La révolution audiovisuelle n'a pas eu lieu    Algérie: L'ANP intercepte 2.600 litres de carburant destinés à la contrebande (MDN)    Dialogue inter-malien: la Russie salue les efforts de l'Algérie pour une solution à la crise    L'appel du Sud    Renforcement de l'AEP dans Constantine-ouest    EN BREF    Session de formation en ferronnerie d'art à Constantine    Le secteur de l'énergie redevient le moteur de la croissance    Le Centre Kennedy dénonce la mort après torture d'un militant sahraoui    EN BREF    Balle au centre    L'Algérie participe à l'industrie de la plaisance et du tourisme    L'artisanat cherche acquéreur, l'artisan souffre...    Les dessous officiels et les non-dits    Une écrivaine-journaliste éprise de voyages et de littérature    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Anciens combattants du Moyen-Orient
« Nous sommes délaissés »
Publié dans El Watan le 07 - 10 - 2004

« Il est humiliant de voir certains héros vivre dans une situation précaire. » Cette phrase sortie de la bouche d'un ancien général et ancien officier combattant, en l'occurrence Belkacem Mazouzi, renseigne bien sur ce que sont devenus les anciens combattants du Moyen-Orient.
En des termes plus clairs, lors d'une conférence de presse tenue hier au siège du quotidien El Moudjahid, le président de l'Organisation nationale des anciens combattants du Moyen-Orient (ONACMO), Kaci Ramdane, qui était lui-même à cette époque-là un appelé qui a participé à cette guerre, regrette qu'il n'est accordé à ces guerriers aucune reconnaissance historique de leur statut et ce malgré les maintes interpellations des pouvoirs publics. « Des milliers d'Algériens ont participé à la guerre de 1973 parmi lesquels se trouvaient beaucoup de jeunes appelés et qui n'ont reçu aujourd'hui aucune reconnaissance », se plaint M. Kaci. C'est ainsi qu'ils demandent « une reconnaissance historique » de leur participation à cette guerre communément appelée « la guerre du transit ». « L'Algérie doit reconnaître ces jeunes en leur attribuant leurs droits en tant que tel », estime M. Kaci. Ce dernier explique qu'après l'échec de la guerre de 1967 appelée la guerre des Six jours ou du Km 101, l'Union arabe de cette époque avait décidé de faire une force d'union et l'Algérie avait alors décidé d'envoyer quelques soldats de la 8e BB de Constantine pour combattre Israël. Dans son intervention, le vice-président du Sénat, Abderrezak Bouhara, a dressé la genèse de cette guerre en mettant l'accent sur le rôle qu'avait joué l'Etat algérien en établissant un lien avec ce qu'a joué comme rôle également l'Egypte dans la guerre de Libération nationale. « La forte invasion qu'a effectuée Israël sur l'Egypte en occupant une partie de son territoire avait nécessité la solidarité des peuples arabes », a estimé M. Bouhara tout en soulignant que « cette invasion était une opération complotée » qui avait pour cible l'Egypte, car celle-ci militait pour les droits des peuples arabes. M. Bouhara considère que c'est la stratégie qui était utilisée en 1956 en Algérie qui a été appliqué en 1967 en Egypte. Il soulignera également que l'Algérie était en état de guerre contre Israël depuis cette date. Toujours est-il, selon M. Bouhara qui préfère qualifier la guerre de 1973 qui a permis la récupération des terres arabes envahies par les Israéliens en 1967 ainsi que la réouverture du canal de Suez, de guerre d'usure, le mérite dans la réussite dans cette guerre revient à l'ancien président Djamel Abdel Nasser.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.