Les prix du pétrole en baisse en Asie    BEM: Benghebrit donne depuis El Oued le coup d'envoi officiel des épreuves    Téléphonie: Attribution provisoire de la licence 4G aux trois opérateurs    L'inflation à 4,8%: Les prix à la hausse tirés par les fruits et légumes    Valls est rentré d'Israël les mains vides mais soumis    Basket-ball - Finale aller du tournoi des As: Le CRBDB pour forcer le destin face au GSP    MC Oran: Club glorieux à la recherche de son passé    ASM Oran: Vers le plébiscite de Mohamed Saâdoun à la tête de la SSPA    Sellal ordonne l'assainissement de l'audiovisuel: Des TV privées menacées de fermeture    Ramadhan et saison estivale: 140 brigades pour le contrôle de la qualité et des prix    M. Saci Ahmed Abdelhafid, wali de Tlemcen, au «Le Quotidien d'Oran»: La contrebande, le logement et des déficits    EL-BAYADH: Huit affaires criminelles à traiter    Bouihi: Fantasia et courses de chevaux à Magoura    La derbouka    Makhloufi 2e sur 800m    Malaga veut Mandi    Eliminatoires CAN-2017 (Seychelles-Algérie) : Hanni autorisé à retarder son arrivée au stage des Verts    Sortie de quatre promotions d'officiers    Le pragmatisme l'emporte sur la politique    De tout un peu le mercredi    chaînes de télévision privées: Sellal décide de faire le ménage    La CTE se fâche    Une rencontre d'affaires aujourd'hui à Milan    "Mon objectif est de préserver la continuité"    Haro sur le néolibéralisme!    Sellal veut mettre un terme à l'anarchie audiovisuelle    Accolade historique    Mundiavocat : Oran accueillera la 19ème édition    Nigeria : Les syndicats mettent fin à leur grève    Tamanrasset : Nouvelles espèces de poissons d'eau douce projetées    Yémen : Double attentat à Aden revendiqué par l'EI    Thaïlande : La plus importante manifestation d'opposants depuis le coup d'Etat    En visite de travail a Bechar : Ahmed Gaïd Salah a mis en exergue les efforts de l'ANP et ses capacités à accomplir son devoir national    Moins de croissance gaspilleuse    Minimisation des écarts idéologiques ?    Tizi-Ouzou : Le village d'Ath Kaïd, dans un état de dégradation    Suzuki avoue des "irrégularités"    L'opération lancée    Les organisateurs à pied d'oeuvre    Peugeot 208 et 308 : meilleure citadine et meilleure compacte de l'année    Discret renoncement à une mesure    Une seule opération bancaire pour tout le quota    Plus que 10 jours    Hamel défend son programme    Les deux candidats à la présidentielle au coude à coude    Alger à travers l'objectif de jeunes photographes    Trois films algériens en compétition    Contribution    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Anciens combattants du Moyen-Orient
« Nous sommes délaissés »
Publié dans El Watan le 07 - 10 - 2004

« Il est humiliant de voir certains héros vivre dans une situation précaire. » Cette phrase sortie de la bouche d'un ancien général et ancien officier combattant, en l'occurrence Belkacem Mazouzi, renseigne bien sur ce que sont devenus les anciens combattants du Moyen-Orient.
En des termes plus clairs, lors d'une conférence de presse tenue hier au siège du quotidien El Moudjahid, le président de l'Organisation nationale des anciens combattants du Moyen-Orient (ONACMO), Kaci Ramdane, qui était lui-même à cette époque-là un appelé qui a participé à cette guerre, regrette qu'il n'est accordé à ces guerriers aucune reconnaissance historique de leur statut et ce malgré les maintes interpellations des pouvoirs publics. « Des milliers d'Algériens ont participé à la guerre de 1973 parmi lesquels se trouvaient beaucoup de jeunes appelés et qui n'ont reçu aujourd'hui aucune reconnaissance », se plaint M. Kaci. C'est ainsi qu'ils demandent « une reconnaissance historique » de leur participation à cette guerre communément appelée « la guerre du transit ». « L'Algérie doit reconnaître ces jeunes en leur attribuant leurs droits en tant que tel », estime M. Kaci. Ce dernier explique qu'après l'échec de la guerre de 1967 appelée la guerre des Six jours ou du Km 101, l'Union arabe de cette époque avait décidé de faire une force d'union et l'Algérie avait alors décidé d'envoyer quelques soldats de la 8e BB de Constantine pour combattre Israël. Dans son intervention, le vice-président du Sénat, Abderrezak Bouhara, a dressé la genèse de cette guerre en mettant l'accent sur le rôle qu'avait joué l'Etat algérien en établissant un lien avec ce qu'a joué comme rôle également l'Egypte dans la guerre de Libération nationale. « La forte invasion qu'a effectuée Israël sur l'Egypte en occupant une partie de son territoire avait nécessité la solidarité des peuples arabes », a estimé M. Bouhara tout en soulignant que « cette invasion était une opération complotée » qui avait pour cible l'Egypte, car celle-ci militait pour les droits des peuples arabes. M. Bouhara considère que c'est la stratégie qui était utilisée en 1956 en Algérie qui a été appliqué en 1967 en Egypte. Il soulignera également que l'Algérie était en état de guerre contre Israël depuis cette date. Toujours est-il, selon M. Bouhara qui préfère qualifier la guerre de 1973 qui a permis la récupération des terres arabes envahies par les Israéliens en 1967 ainsi que la réouverture du canal de Suez, de guerre d'usure, le mérite dans la réussite dans cette guerre revient à l'ancien président Djamel Abdel Nasser.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.