Pourquoi je vote    200 chômeurs de Sidi Amar manifestent pour être embauchés    Premier tour sous haute sécurité, le vote démarre outre-mer    Période ottomane (1515 à 1830)    «L'Onda vient d'acquérir le palais El-Menzeh»    Pour l'adoption de normes internationales    Le bâtiment moteur de l'économie nationale    Le langage des bourreaux    PAROLES DE PARTIS    Le Conseil de sécurité doit agir avec "détermination"    Les surprises de dernière minute    "LA LA LAND"à Alger    Dixième titre record pour Nadal    Hannachi promet une prime de 30 millions    Maurizio Sarri continue d'ignorer Ghoulam    Louisa Hanoune décoche ses flèches à Annaba    Ces polémiques réchauffées    Baba Ammi tacle le FMI    Une clôture en apothéose    Djazaïr Big Band, hommage à Duke Ellington    Elargissant ses horizons : Condor s'installe en Tunisie    Médéa : El-Aissaouia prête à relever le défi pour son développement    Commerce : Plusieurs infractions enregistrées en 2017    Après El Oued et Oran : Batna reçoit aujourd'hui Abdelmalek Sellal    General Electric : Le bénéfice et le chiffre d'affaires du groupe supérieurs aux attentes    Mauritanie : La ZFN a œuvré pour l'amélioration de certains services publics    Equipe nationale / Francois Miguel : " Avec Alcaraz il y aura de la sueur et des larmes "    Les Verts s'envolent aujourd'hui pour la Slovénie    Nouvelle attaque terroristes sur Damas    Au moins 140 morts dans l'attaque d'une base de l'armée    20 universités américaines pour séduire les étudiants algériens    Les aéroports de Timimoun et d'Adrar fermés    Un adolescent arrivé en Grèce dans la roue d'un camion    Brahim Saou et Aymen Kheireddine condamnés à 3 ans de prison    Louisa Hanoune les accuse de la crise qui frappe le pays    Reddition d'un terroriste à Bordj-Badji-Mokhtar    Derbal pointe un "vide juridique"    Human Rights Watch épingle l'Algérie    Festival des architectures de Terre    "Sur les traces de Cervantès"    23e partie    59e partie    La grève de la faim illimitée prend de l'ampleur    Nouveau round diplomatique    Plus de 4 000 morts dont 3 000 enfants en 2016    Migrants : un procureur italien dit avoir "des preuves"    Adila Talbi : "Cet établissement a aussi un rôle éducatif"    L'Institut français d'Annaba rouvrira ses portes l'automne prochain    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Arts plastiques
Nouvelle collection de Zohra Sellal
Publié dans Info Soir le 18 - 12 - 2012

Palette - «Inspiration au fil du temps» est le thème de la nouvelle collection signée Zohra Sellal Hachid, une vingtaine de tableaux exposés à la galerie d'art Dar el-Kenz.
L'exposition, qui se poursuit jusqu'au 15 janvier, montre des peintures inspirées, supportant une charge émotionnelle. Ce sont en effet des créations émotives, sensibles, des peintures de l'intériorité, et cela transparaît dans la manière dont le sujet est traité et dans la façon dont l'espace est composé. A première vue, les peintures semblent exécutées selon le mode figuratif tant la surface du tableau est configurée de manière à s'y repérer et à en palper les formes. Mais il s'agit en fait d'un prétexte à une abstraction très contrastée et contemporaine. C'est une peinture abstraite mais d'où se détachent des figurines.
En effet, les œuvres par lesquelles la plasticienne s'illustre, revêtent une contemporanéité avérée et captivante. Il y a donc une figuration, mais celle-ci est retravaillée suivant un besoin intérieur. Dans l'une de ses peintures, Zohra Sellal – elle aime à travailler le pastel à l'huile, le pastel sec et la technique mixte sur toile et sur papier – trace sur un fond rouge et avec des traits une silhouette de femme, avec un visage presque effacé et un corps qui se délaye dans l'espace comme de l'encre qui se dilue dans l'eau ; une silhouette ample, noyée, baignée dans une atmosphère impalpable, et donc quelque peu imprécise, insaisissable.
Le personnage de la femme revient ailleurs et autrement, mais toujours avec cette même impression de légèreté, de fluidité... Dans une autre peinture, Zohra Sellal se plaît à représenter la femme – ou peut-être à se représenter, l'on parle aussitôt de miroir – dans un genre fluctuant et «inconsistant», empreint d'évanescence. Assise sur un banc, certainement dans un jardin public, la paume de la main droite supportant le poids de sa tête (ou peut-être le fardeau de son existence). Elle a l'air pensive, le regard perdu, les yeux dans le vide ; elle semble absorbée, travaillée par son existence intérieure, elle est effacée, dissipée, paraissant lointaine, éloignée de la réalité immédiate, de toute présence extérieure, du monde qui l'environne.
Notons que ces œuvres exécutés avec autant de sensibilité que de profondeur reflètent l'évolution constante de l'artiste peintre, une évolution qui s'est faite au gré des multiples influences et expériences qu'elles soient personnelles ou artistiques. Chacune de ses peintures sont l'expression de sentiments, d'états d'âme, d'humeurs, d'actualité immédiate ou lointaine... Autant dire «tous les éléments subjectifs, intrinsèques ou plus objectifs et qui déterminent le cheminement et la nature de la création artistique».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.