TRAIT D'UNION : Divorce communiste !    LA PAIX AU MALI : Vibrant hommage à l'Algérie et au président Bouteflika    LES AMERICAINS NE POURRONT PAS ALLER AU VENEZUELA SANS VISA : George W. Bush interdit de voyage au Venezuela !    Beihdja Rahal présente son nouvel album    Décès de Yasar Kemal, un géant de la littérature turque    « Je peins le signe d'une façon innée »    Netanyahu veut torpiller tout accord de l'Iran avec les 5+1    La justice égyptienne juge inconstitutionnelle la loi sur les prochaines législatives    Algérie: Vers la signature d'une convention de financement des entreprises naissantes    Lancement en mars des études d'aménagement de la nouvelle zone industrielle de Sidi Khaled (Bouira)        L'Algérie octroie un don humanitaire au Niger pour venir en aide aux déplacés et aux réfugiés    L'Algérie mobilise sa diplomatie pour boycotter le forum de Crans Montana    3 gendarmes blessés à In Salah    Hamid Grine secoue les chargés de com    Les 6es journées, les 30 et 31 mars à l'hôtel El Aurassi    Ghoul "vend" cher sa participation    Le stade sera livré en 2016    Objectif: la paix des cimetières    Calme relatif dans l'est de l'Ukraine    Soustara à N'djamena pour la confirmation    Le RC Relizane sur les talons de l'USM Blida    Le FLN dans le flou    Ramdane Zakaria le Luc Besson algérien    Hommage à Fatiha Berber et Athmane Ariouet    30 personnes meurent chaque année    Les médecins revendiquent un registre national    Les élèves font pression    Maroc: Des Médecins Dentistes autorisés à exercer dans le secteur libéral    Conséquences des fortes précipitations    VOLLEY-BALL    Youcef Belaà ̄li (milieu offensif de l’USM Alger) :    Gaz de schiste : enjeux environnementaux, économiques et politiques    Contour des yeux    NAAMA: Le président de la Cour installé    ANDI : Hausse des projets d'investissement en 2014    Ligue des champions d'Afrique - Saint-George - MCEE, aujourd'hui à 14h00 : Aït Djoudi optimiste    3350 nouveaux stagiaires en formation    Quatre familles en péril à Sananes : Deux expertises contradictoires et un danger imminent    Le jeu trouble de Bouguerra Soltani    Verts d'Europe : Guedioura prêté trois mois à Watford    Tunisie : Le FMI prévoit 3% de taux de croissance en 2015    10 ans de prison pour le chanteur populaire Kizito Mihigo    Au rythme du jazz et sonorités sud-américaines    Airbus : 2014, année de tous les records malgré l'A400M    Dix locaux commerciaux ravagés par un incendie    Louisa, Hermaphrodite et Zeus    L'œuvre de Mouloud Mammeri sublimée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

«Le chien de Titanic»
Regard sur la société algérienne
Publié dans Info Soir le 28 - 11 - 2006

Parution n Ali Malek revient, une fois encore, aux éditions Barzakh, avec une nouvelle production littéraire : Le chien de Titanic, un roman léger, alerte, qui se lit d'un seul trait.
Comme dans chacun de ses écrits, Ali Malek situe la trame de son récit dans un village de Kabylie – dont il est originaire. Dans ce nouveau roman, l'auteur raconte un village, Titanic, où les habitants mènent une vie d'ennui et d'inertie.
Jusqu'au jour où tout bascule : le chien du capitaine de gendarmerie est tué. Celui-ci n'aura de cesse de trouver le coupable.
Ainsi, la traque commence et, du coup, des personnages, qui constituent le récit, se profilent un par un.
L'intérêt du récit ne se situe pas dans l'histoire racontée, mais dans ses différents personnages à travers lesquels est dit le village. L'auteur y dépeint une galerie de personnages qui, tous, et sans exception, sont d'une banalité sociale insolite. Ils sont médiocres mais en même temps, et paradoxalement, attachants, à tel point que le lecteur s'y intéresse et se soucie du devenir de chacun.
Ali Malek y présente aussi bien des femmes que des hommes. Il y a celui qui rêve d'un visa, celui qui vit reclus dans la montagne ou celle qui vend son corps, et bien d'autres personnages qui, chacun tente, tant bien que mal, de se frayer un chemin dans une vie de plus en plus rigide et pénible : Des protagonistes – à la fois prosaïques et singuliers – qui n'ont ni un rôle à jouer ni un devenir à accomplir. Ils sont là, juste parce qu'ils doivent y être, il en est ainsi pour dire une réalité, raconter un quotidien pesant.
Ainsi, l'auteur tient à narrer dans un style sémillant où vient se mêler, avec grande subtilité, l'humour à la dérision la situation sociale, notamment en Kabylie, et pour être plus précis celle d'un village.
En outre, dire des personnages, c'est dire des comportements ; et cette pluralité de caractères, donc de personnalités, et cette richesse d'attitudes sociales confèrent au récit sa teneur littéraire. Le récit est certes léger – sur le plan de la lecture puisque la composition des phrases ne semble pas être complexe ou déroutante – mais il reste néanmoins substantiel, soutenu et profondément significatif – sur le plan de la construction de l'énoncé, du contenu phrastique, c'est-à-dire de la sémantique.
Il suffit de parler d'un village – oublié et oublieux de lui-même – pour que toute l'Algérie — et sa réalité sociale et sa population — apparaît meurtrie, abandonnée, une Algérie amoureuse ou droguée, solitaire ou vénale, amorphe, éteinte ou rebelle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.