L'USMA prend déjà le large    MINIATURES    Algérie-viande ovine putréfiée: les résultats de l'enquête connus d'ici la fin de la semaine    Washington met la pression sur Moscou    la concertation au point mort    Arrestation de l'auteur de la fusillade    AS Rome : Le 250e but de Totti en Serie A    L'ONU appelle à la retenue    1.000 ha supplémentaires pour l'oléiculture    Mariage collectif d'une quinzaine de couples à Daya Ben Dahoua    Le café littéraire de Béjaïa s'insurge    Liga, 6e j. : Valence se redonne de l'air    Les dernières    Suppression de la retraite proportionnelle : Vers une grève dans plusieurs secteurs    Littoral algérois : Plus de 9 000 tonnes de déchets collectées !    Nigeria : le chef de Boko Haram va «parfaitement bien»    Real Madrid : Mourinho balance un énorme dossier sur Pérez !    Coupe de la CAF (demi-finale) / FUS de Rabat – MO Béjaïa, ce soir à 22h00 : Les Crabes croient à l'exploit    ONDA : Retraite pour des artistes    Résultats    Amar Ghoul : "Un facteur encourageant"    "Amar Saâdani ne s'est pas retiré de la bataille"    Faiblesse de la productivité, dévaluation du dinar et dominance de l'informel cause de l'inflation en Algérie    Des centaines de souscripteurs LPP préparent une action en justice    Retraite anticipée : grève renouvelable les 17 et 18 octobre    L'Opep à la recherche d'un nouveau rééquilibrage    Nouvelle réunion du Quartet    Les Suisses aux urnes pour moderniser leurs espions    Constantine - Passages à niveau non gardés, caillassage, vol de câbles…: Le rail à rude épreuve    Sahara occidental : L'Espagne réaffirme sa position    Transfert illégal de devises: Un homme d'affaires algérien condamné en France    Marchés financiers : Les Bourses européennes cèdent du terrain    Alger: Près 170 malades de diabète escroqués, des arrestations    Les 12 secteurs urbains mobilisés: Opération de curage de plus de 20.000 avaloirs et regards    Mila: Le transport scolaire débarrassé des J9    USMH: L'équipe pas encore au point    Constantine - Moussa Touati: «Respecter la voix du peuple»    "L'Algérie a besoin d'un gouvernement fort"    Le RND dénonce "une mesure populiste"    Pyongyang promet de poursuivre son programme    Les préparatifs vont bon train à Oran    L'incongruité hongro-gaulloise    Le studio du présent en attendant le studio du futur    Un terroriste abattu par l'armée    Ouyahia accuse    Sensibilisation et sauvegarde    "American car show" à Alger    Des associations dénoncent l'usage du nom de Bennabi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Le chien de Titanic»
Regard sur la société algérienne
Publié dans Info Soir le 28 - 11 - 2006

Parution n Ali Malek revient, une fois encore, aux éditions Barzakh, avec une nouvelle production littéraire : Le chien de Titanic, un roman léger, alerte, qui se lit d'un seul trait.
Comme dans chacun de ses écrits, Ali Malek situe la trame de son récit dans un village de Kabylie – dont il est originaire. Dans ce nouveau roman, l'auteur raconte un village, Titanic, où les habitants mènent une vie d'ennui et d'inertie.
Jusqu'au jour où tout bascule : le chien du capitaine de gendarmerie est tué. Celui-ci n'aura de cesse de trouver le coupable.
Ainsi, la traque commence et, du coup, des personnages, qui constituent le récit, se profilent un par un.
L'intérêt du récit ne se situe pas dans l'histoire racontée, mais dans ses différents personnages à travers lesquels est dit le village. L'auteur y dépeint une galerie de personnages qui, tous, et sans exception, sont d'une banalité sociale insolite. Ils sont médiocres mais en même temps, et paradoxalement, attachants, à tel point que le lecteur s'y intéresse et se soucie du devenir de chacun.
Ali Malek y présente aussi bien des femmes que des hommes. Il y a celui qui rêve d'un visa, celui qui vit reclus dans la montagne ou celle qui vend son corps, et bien d'autres personnages qui, chacun tente, tant bien que mal, de se frayer un chemin dans une vie de plus en plus rigide et pénible : Des protagonistes – à la fois prosaïques et singuliers – qui n'ont ni un rôle à jouer ni un devenir à accomplir. Ils sont là, juste parce qu'ils doivent y être, il en est ainsi pour dire une réalité, raconter un quotidien pesant.
Ainsi, l'auteur tient à narrer dans un style sémillant où vient se mêler, avec grande subtilité, l'humour à la dérision la situation sociale, notamment en Kabylie, et pour être plus précis celle d'un village.
En outre, dire des personnages, c'est dire des comportements ; et cette pluralité de caractères, donc de personnalités, et cette richesse d'attitudes sociales confèrent au récit sa teneur littéraire. Le récit est certes léger – sur le plan de la lecture puisque la composition des phrases ne semble pas être complexe ou déroutante – mais il reste néanmoins substantiel, soutenu et profondément significatif – sur le plan de la construction de l'énoncé, du contenu phrastique, c'est-à-dire de la sémantique.
Il suffit de parler d'un village – oublié et oublieux de lui-même – pour que toute l'Algérie — et sa réalité sociale et sa population — apparaît meurtrie, abandonnée, une Algérie amoureuse ou droguée, solitaire ou vénale, amorphe, éteinte ou rebelle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.