Moines de Tibhirine: le juge Trévidic sur les nerfs    Belaïz veut impliquer les citoyens    Quelques bonnes questions    Le président Bouteflika s'entretien avec son homologue turc Erdogan    1 500 Algériens quittent chaque année l'Espagne    Le huis clos a de beaux jours devant lui    Goavec entame sa mission    USMH-MCA avancé au 28 novembre    «Au Mali pour la victoire»    "Modérés" disent-ils!    Béji Caïd Essebsi favori    L'ANP traque Daesh aux maquis    Israël sème le vent et récolte la tempête    «Le dispositif d'accueil reste insuffisant»    Une rencontre d'affaires en décembre    L'UE prend langue avec l'opposition    Un trafic momentanément paralysé...    Economie locale : Des opérateurs turcs à la recherche de partenaires viables    Fanny Colonna est décédée    Cheikh Shamseddine retourne son kamis sur El Wahrani    Denis Martinez et Ahmed Bedjaoui au Bastion 23    Les habitants de Chemini ne décolèrent pas    Une bande de malfaiteurs sous les verrous    La police ouvre ses portes    Sétif : Les étudiants d'architecture en grève    Les habitants refusent de partir    Le président turc se recueille à la mémoire des martyrs de la guerre de libération nationale    Plus d'un quintal de drogue découvert à El Benoud    Espagne - Allemagne (0-1)    Meslem à Addis Abeba : L'Algérie mène une bataille en matière des droits de la femme    Grine en visite à Illizi : Lancement du système de communication MENOS à partir de la Radio locale    France-Suède (1-0)    Nucléaire iranien Téhéran et Washington s'exhortent à des concessions    Marchés : Les Bourses européennes dopées par le bon moral des investisseurs allemands    Or noir : Le Venezuela cherche des appuis tous azimuts pour freiner la chute    Visite officielle du président turc en Algérie : Le renforcement des relations en point de mire    Maroc/Droits de l'Homme : Une des principales ONG annonce son boycott d'un forum mondial    « En Russie, peu de troupes se consacrent à la danse contemporaine »    Le 19e Salon international des travaux publics a ouvert hier    Crise malienne : montée de tension entre Bamako et les groupes du Nor    Tahar Sahri : le TCA «disposé à organiser l'opération»    Le cinéma algérien de la critique    La culture doit être protégée de la dissolution dans des fusions «mond    Comment s'émanciper sans se travestir ?    Main de fer, gant d'acier    Ligue 1 Mobilis : l'entraîneur Goavec rejoint la JS Saoura    La lutte contre le terrorisme ne connaît pas de répit en Algérie    Plus de 13 000 constructions attendent d'être restaurées    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

«Le chien de Titanic»
Regard sur la société algérienne
Publié dans Info Soir le 28 - 11 - 2006

Parution n Ali Malek revient, une fois encore, aux éditions Barzakh, avec une nouvelle production littéraire : Le chien de Titanic, un roman léger, alerte, qui se lit d'un seul trait.
Comme dans chacun de ses écrits, Ali Malek situe la trame de son récit dans un village de Kabylie – dont il est originaire. Dans ce nouveau roman, l'auteur raconte un village, Titanic, où les habitants mènent une vie d'ennui et d'inertie.
Jusqu'au jour où tout bascule : le chien du capitaine de gendarmerie est tué. Celui-ci n'aura de cesse de trouver le coupable.
Ainsi, la traque commence et, du coup, des personnages, qui constituent le récit, se profilent un par un.
L'intérêt du récit ne se situe pas dans l'histoire racontée, mais dans ses différents personnages à travers lesquels est dit le village. L'auteur y dépeint une galerie de personnages qui, tous, et sans exception, sont d'une banalité sociale insolite. Ils sont médiocres mais en même temps, et paradoxalement, attachants, à tel point que le lecteur s'y intéresse et se soucie du devenir de chacun.
Ali Malek y présente aussi bien des femmes que des hommes. Il y a celui qui rêve d'un visa, celui qui vit reclus dans la montagne ou celle qui vend son corps, et bien d'autres personnages qui, chacun tente, tant bien que mal, de se frayer un chemin dans une vie de plus en plus rigide et pénible : Des protagonistes – à la fois prosaïques et singuliers – qui n'ont ni un rôle à jouer ni un devenir à accomplir. Ils sont là, juste parce qu'ils doivent y être, il en est ainsi pour dire une réalité, raconter un quotidien pesant.
Ainsi, l'auteur tient à narrer dans un style sémillant où vient se mêler, avec grande subtilité, l'humour à la dérision la situation sociale, notamment en Kabylie, et pour être plus précis celle d'un village.
En outre, dire des personnages, c'est dire des comportements ; et cette pluralité de caractères, donc de personnalités, et cette richesse d'attitudes sociales confèrent au récit sa teneur littéraire. Le récit est certes léger – sur le plan de la lecture puisque la composition des phrases ne semble pas être complexe ou déroutante – mais il reste néanmoins substantiel, soutenu et profondément significatif – sur le plan de la construction de l'énoncé, du contenu phrastique, c'est-à-dire de la sémantique.
Il suffit de parler d'un village – oublié et oublieux de lui-même – pour que toute l'Algérie — et sa réalité sociale et sa population — apparaît meurtrie, abandonnée, une Algérie amoureuse ou droguée, solitaire ou vénale, amorphe, éteinte ou rebelle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.