Parlement européen: l'intergroupe sur le Sahara occidental salue la décision de prolonger le mandat de la Minurso    Tottenham veut doubler de salaire de Kane    Trois éléments de soutien aux terroristes arrêtés à Bourmerdès et Bordj Bou Arréridj    Cession d'actifs du groupe El Khabar à Cevital: polémique autour d'une affaire relevant des compétences de la justice    Le Hamas accuse Israël d'empiéter sur le territoire de Ghaza    Messahel salue le transfert à Tripoli du conseil présidentiel du gouvernement d'union nationale libyen    Tunisie: une cellule terroriste démantelé à Sidi Bouzid    Le Département d'Etat a autorisé la vente à la Tunisie de 24 hélicoptères de reconnaissance Bell OH-58D Kiowa    La lente disparition du billet "Ben Laden"    PSG : La pubalgie ne quitte pas Verratti    Le pétrole repasse sous 45 dollars à Londres    Liverpool : Kolo Touré rend hommage à Sakho    Classement Fifa : l'Algérie conserve sa 33e place mondiale    L'aveuglement du regard des autres    La foule en question    Les cours du pétrole terminent en petite hausse    Ouyahia plébiscité Secrétaire général du RND    Ecosse : les indépendantistes revendiquent une victoire "historique"    La spiruline, ou le "super aliment"    La Colombie déclare 74 prisons en état d'urgence sanitaire    Espagne: premier cas détecté de microcéphalie associée au virus Zika    Dans la peau d'un trader : SMS 2    Le piano: histoire d'un instrument    L'art, une histoire de perception...    Mettre fin au gaspillage alimentaire est un vrai défi pour la région MENA (rapport de la FAO)    Comment l'Arabie Saoudite va sortir du piège pétrole avant l'Algérie    Festival du film arabe de Corée du sud: le réalisateur algérien Merzak Allouache à l'honneur    Début des travaux du congrès extraordinaire du RND à l'Aurassi    Le chantage se poursuit    Réactions    Histoire de deux tragédies    Plaidoyer pour l'adaptabilité des langues étrangères    MCA : Changement au niveau du staff technique : Amrouche et Menad pour la nouvelle saison ?    Syrie / Une trêve a été conclue hier : Alep, le silence des armes    Alger / Relogement : Bientôt une autre opération    Tabagisme : 45 Algériens en meurent chaque jour    MOB : Ultimes réglages avant l'ES Tunis : Les défections inquiètent Amrani    La Ligue arabe condamne les massacres et actes de destruction en Syrie    Constantine - Les candidats au bac attendent toujours leurs cartes biométriques    Maladies saisonnières: Le dispositif d'alerte activé    Skikda: Les terroristes en déroute, échec d'une tentative de fuite    Photo de Bouteflika: Valls plaide sa bonne foi auprès de Sellal    Ligue des champions : La meilleure équipe d'Europe, c'est l'Atlético    Ultime explication pour le maintien    Des parlementaires contre-attaquent    Séminaire autour du droit du sport    Le Keblouti, source de la littérature révolutionnaire    Selon Mohamed Aissa : L'Islam qu'on connaît au Maghreb et en Afrique a une seule source    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Le chien de Titanic»
Regard sur la société algérienne
Publié dans Info Soir le 28 - 11 - 2006

Parution n Ali Malek revient, une fois encore, aux éditions Barzakh, avec une nouvelle production littéraire : Le chien de Titanic, un roman léger, alerte, qui se lit d'un seul trait.
Comme dans chacun de ses écrits, Ali Malek situe la trame de son récit dans un village de Kabylie – dont il est originaire. Dans ce nouveau roman, l'auteur raconte un village, Titanic, où les habitants mènent une vie d'ennui et d'inertie.
Jusqu'au jour où tout bascule : le chien du capitaine de gendarmerie est tué. Celui-ci n'aura de cesse de trouver le coupable.
Ainsi, la traque commence et, du coup, des personnages, qui constituent le récit, se profilent un par un.
L'intérêt du récit ne se situe pas dans l'histoire racontée, mais dans ses différents personnages à travers lesquels est dit le village. L'auteur y dépeint une galerie de personnages qui, tous, et sans exception, sont d'une banalité sociale insolite. Ils sont médiocres mais en même temps, et paradoxalement, attachants, à tel point que le lecteur s'y intéresse et se soucie du devenir de chacun.
Ali Malek y présente aussi bien des femmes que des hommes. Il y a celui qui rêve d'un visa, celui qui vit reclus dans la montagne ou celle qui vend son corps, et bien d'autres personnages qui, chacun tente, tant bien que mal, de se frayer un chemin dans une vie de plus en plus rigide et pénible : Des protagonistes – à la fois prosaïques et singuliers – qui n'ont ni un rôle à jouer ni un devenir à accomplir. Ils sont là, juste parce qu'ils doivent y être, il en est ainsi pour dire une réalité, raconter un quotidien pesant.
Ainsi, l'auteur tient à narrer dans un style sémillant où vient se mêler, avec grande subtilité, l'humour à la dérision la situation sociale, notamment en Kabylie, et pour être plus précis celle d'un village.
En outre, dire des personnages, c'est dire des comportements ; et cette pluralité de caractères, donc de personnalités, et cette richesse d'attitudes sociales confèrent au récit sa teneur littéraire. Le récit est certes léger – sur le plan de la lecture puisque la composition des phrases ne semble pas être complexe ou déroutante – mais il reste néanmoins substantiel, soutenu et profondément significatif – sur le plan de la construction de l'énoncé, du contenu phrastique, c'est-à-dire de la sémantique.
Il suffit de parler d'un village – oublié et oublieux de lui-même – pour que toute l'Algérie — et sa réalité sociale et sa population — apparaît meurtrie, abandonnée, une Algérie amoureuse ou droguée, solitaire ou vénale, amorphe, éteinte ou rebelle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.