Signature d'une convention entre SAIDAL et le bio-centre ACDIMA    La coopération dans la lutte contre le terrorisme évoquée à Alger    Leekens quitte la sélection, et maintenant ?    «Nous avons raté notre participation»    Reprise aujourd'hui de la campagne de sensibilisation sur la mauvaise utilisation du gaz naturel    Près de 100 interventions de la Protection civile en 72 heures    Le Cameroun chasse le Gabon de la CAN    Sapin : «Relation économique fructueuse entre Alger et Paris»    Desseins sournois    Déstockage de dix mille tonnes    Priorité au numérique    L'Algérie classée à la catégorie "C"    Les entreprises à la recherche de subventions    Talai annonce un plan pour réduire les dépenses    Un atelier organisé aujourd'hui à Alger    Le gouvernement marque une pause    Jean Glavany est-il pro-français?    Peugeot répond à Bouchouareb    Lamamra à Addis-Abeba    Le chef du Pentagone assure de "l'engagement inébranlable" envers l'Otan    Ayrault: "Le Liban a besoin d'être aidé"    L'aviation détruit deux camps d'entraînement de Daech    Le souhait de Ould Abbès    L'anp va parler    Les femmes seront-elles en tête de liste?    Rihane directement qualifié au tableau final    Les Cancans de la CAN    Plusieurs reports à cause des intempéries    Ounas sera sanctionné par son coach    581 547 inscrits à ce jour    La facture en hausse    Sur 6 000 palmiers, 1 000 sont morts    Deux dangereux individus arrêtés    La neige et le froid ne font plus peur    Un dangereux terroriste identifié    A qui incombe la faute ?    L'AGA accuse les automobilistes    L'Algérie travaille à leur rapatriement    Rencontre littéraire    Elle sera adaptée au cinéma    Mohamed Chafa Ouzzani dévoile l'exposition Couleurs en prose    Souad Massi en concert à Istanbul    Tizi Ouzou / Université et Direction de la culture : Signature d'une convention d'échanges    EN : Leekens évoque la raison de sa démission    L'Icso réaffirme son attachement à la transition    Le stade d'Aït-Mahmoud baptisé du nom de Matoub Lounès    ALGERIE-SAHARA OCCIDENTAL : Sellal s'entretient avec Ghali    Con Piacere en représentation à Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Le chien de Titanic»
Regard sur la société algérienne
Publié dans Info Soir le 28 - 11 - 2006

Parution n Ali Malek revient, une fois encore, aux éditions Barzakh, avec une nouvelle production littéraire : Le chien de Titanic, un roman léger, alerte, qui se lit d'un seul trait.
Comme dans chacun de ses écrits, Ali Malek situe la trame de son récit dans un village de Kabylie – dont il est originaire. Dans ce nouveau roman, l'auteur raconte un village, Titanic, où les habitants mènent une vie d'ennui et d'inertie.
Jusqu'au jour où tout bascule : le chien du capitaine de gendarmerie est tué. Celui-ci n'aura de cesse de trouver le coupable.
Ainsi, la traque commence et, du coup, des personnages, qui constituent le récit, se profilent un par un.
L'intérêt du récit ne se situe pas dans l'histoire racontée, mais dans ses différents personnages à travers lesquels est dit le village. L'auteur y dépeint une galerie de personnages qui, tous, et sans exception, sont d'une banalité sociale insolite. Ils sont médiocres mais en même temps, et paradoxalement, attachants, à tel point que le lecteur s'y intéresse et se soucie du devenir de chacun.
Ali Malek y présente aussi bien des femmes que des hommes. Il y a celui qui rêve d'un visa, celui qui vit reclus dans la montagne ou celle qui vend son corps, et bien d'autres personnages qui, chacun tente, tant bien que mal, de se frayer un chemin dans une vie de plus en plus rigide et pénible : Des protagonistes – à la fois prosaïques et singuliers – qui n'ont ni un rôle à jouer ni un devenir à accomplir. Ils sont là, juste parce qu'ils doivent y être, il en est ainsi pour dire une réalité, raconter un quotidien pesant.
Ainsi, l'auteur tient à narrer dans un style sémillant où vient se mêler, avec grande subtilité, l'humour à la dérision la situation sociale, notamment en Kabylie, et pour être plus précis celle d'un village.
En outre, dire des personnages, c'est dire des comportements ; et cette pluralité de caractères, donc de personnalités, et cette richesse d'attitudes sociales confèrent au récit sa teneur littéraire. Le récit est certes léger – sur le plan de la lecture puisque la composition des phrases ne semble pas être complexe ou déroutante – mais il reste néanmoins substantiel, soutenu et profondément significatif – sur le plan de la construction de l'énoncé, du contenu phrastique, c'est-à-dire de la sémantique.
Il suffit de parler d'un village – oublié et oublieux de lui-même – pour que toute l'Algérie — et sa réalité sociale et sa population — apparaît meurtrie, abandonnée, une Algérie amoureuse ou droguée, solitaire ou vénale, amorphe, éteinte ou rebelle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.