Le président Bouteflika reçoit des messages de condoléances à la suite du crash de l'avion d'Air Algérie    Transfert : Belkalem rejoint Trabzonspor en Autriche    Crash d'avion au Mali: Aucun corps n'a encore été identifié (responsable)    Habitat: 83 entreprises présélectionnées dans une nouvelle short-list de sociétés de réalisation (ministère)    Inauguration de la nouvelle ligne aérienne Tlemcen-Istanbul    Agression israélienne contre Ghaza : une minute de silence observée à Alger    L'Algérie soucieuse d'établir des relations "normales" avec le Maroc (Lamamra)    Tizi-Ouzou : inauguration d'un espace vert à la mémoire du journaliste et écrivain Tahar Djaout    Tlemcen : les plages de Marsa Ben M'hidi prises d'assaut    Tunisie    La justice ouvre une enquête préliminaire    Evénements de Berriane    Plus de 6.000 logements sociaux lancés avant fin 2014 à Constantine (OPGI)    Après Sétif    Libye: Le nouveau parlement décide de se réunir en urgence    Le président Bouteflika décide d'une aide pour la Palestine de 25 millions de dollars, particulièrement pour Ghaza    Les Libyens voyaient en lui leur sauveur    Tunisie    Malgré une saison difficile l'année dernière    Un missi dominici pour Ghardaïa !    Mascara    Au-delà du changement des premiers responsables    Accidents de la circulation    Algérie: 840 millions USD d'importations exonérées de droits de douane au port d'Oran    L'APRUE lance un programme d'évaluation de l'efficacité énergétique    Probité    à l'occasion du 15e anniversaire de son accession au Trône    Comment les Européens, la France en tête, financent Al Qaîda    Accouchement dans l'avion Oran-Grenoble    Deux nouvelles productions en préparation    Préservé par les Touareg du Tassili    Comment éviter le fair-play financier ?    Comme catharsis, 24 ans après la guerre    Troubles à l'ordre public à Aïn Azel    Quelle partie de dominos?    Boudebouz intéresserait Southampton et Sociedad    Les Algériens auraient pu mieux faire    Une partie de la mémoire des Constantinois s'en va    Rajeunissement imminent des Verts !    Classement ATP, Djokovic et Williams dominent toujours le top 10    Fiba-Afrique (élections), deux candidats pour la présidence    Tajmaât et les sources d'eau, des lieux de mémoire ignorés    Les sages-femmes s'imposent    L'ONCI organise les soirées du CASIF 2014 de Sidi Fredj    Volkswagen : Etablissement de deux nouvelles usines de production en Chine    Fin du ramadhan : Les Algériens repartent en vacances    Animation durant le Ramadhan : Rush des citoyens vers les lieux de loisirs    Au grand bonheur des familles : L'opération de relogement reprendra à la mi-août    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

«Le chien de Titanic»
Regard sur la société algérienne
Publié dans Info Soir le 28 - 11 - 2006

Parution n Ali Malek revient, une fois encore, aux éditions Barzakh, avec une nouvelle production littéraire : Le chien de Titanic, un roman léger, alerte, qui se lit d'un seul trait.
Comme dans chacun de ses écrits, Ali Malek situe la trame de son récit dans un village de Kabylie – dont il est originaire. Dans ce nouveau roman, l'auteur raconte un village, Titanic, où les habitants mènent une vie d'ennui et d'inertie.
Jusqu'au jour où tout bascule : le chien du capitaine de gendarmerie est tué. Celui-ci n'aura de cesse de trouver le coupable.
Ainsi, la traque commence et, du coup, des personnages, qui constituent le récit, se profilent un par un.
L'intérêt du récit ne se situe pas dans l'histoire racontée, mais dans ses différents personnages à travers lesquels est dit le village. L'auteur y dépeint une galerie de personnages qui, tous, et sans exception, sont d'une banalité sociale insolite. Ils sont médiocres mais en même temps, et paradoxalement, attachants, à tel point que le lecteur s'y intéresse et se soucie du devenir de chacun.
Ali Malek y présente aussi bien des femmes que des hommes. Il y a celui qui rêve d'un visa, celui qui vit reclus dans la montagne ou celle qui vend son corps, et bien d'autres personnages qui, chacun tente, tant bien que mal, de se frayer un chemin dans une vie de plus en plus rigide et pénible : Des protagonistes – à la fois prosaïques et singuliers – qui n'ont ni un rôle à jouer ni un devenir à accomplir. Ils sont là, juste parce qu'ils doivent y être, il en est ainsi pour dire une réalité, raconter un quotidien pesant.
Ainsi, l'auteur tient à narrer dans un style sémillant où vient se mêler, avec grande subtilité, l'humour à la dérision la situation sociale, notamment en Kabylie, et pour être plus précis celle d'un village.
En outre, dire des personnages, c'est dire des comportements ; et cette pluralité de caractères, donc de personnalités, et cette richesse d'attitudes sociales confèrent au récit sa teneur littéraire. Le récit est certes léger – sur le plan de la lecture puisque la composition des phrases ne semble pas être complexe ou déroutante – mais il reste néanmoins substantiel, soutenu et profondément significatif – sur le plan de la construction de l'énoncé, du contenu phrastique, c'est-à-dire de la sémantique.
Il suffit de parler d'un village – oublié et oublieux de lui-même – pour que toute l'Algérie — et sa réalité sociale et sa population — apparaît meurtrie, abandonnée, une Algérie amoureuse ou droguée, solitaire ou vénale, amorphe, éteinte ou rebelle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.