Algérie: La durée du service national passe à 12 moins    Benflis dépose le dossier d'agrément de son nouveau parti politique    Election présidentielle: Paris salue "le rôle historique" de la Tunisie    Le pétrole prend un peu de hauteur en Asie    L'euro tente un rebond face au dollar lors des échanges asiatiques    "On l'accueillera comme un frère"    Le PSG prêt à payer 50 millions d'euros pour Brahimi    Les sillons de la 3e voie    La paix au Proche-Orient commence en Algérie    Une preuve de l'inefficacité des sanctions    Forte participation des Tunisiens de l'Est algérien    L'USMA conforte sa position de leader    Un métro aérien pour désengorger Alger    Procès aujourd'hui de 41 terroristes, dont le chef d'Aqmi Abdelmalek Droudkel    Plusieurs enseignants agressés à Tizi Ouzou    7373 morts sur 19.031 cas de contaminations    Ambiance festive et communion    Le ministre chargé des relations avec le Parlement : L'augmentation des salaires des députés, pas d'actualité    L'excédent commercial a baissé de près de 40%    SNTA : 6,9 milliards de dinars pour le renouvellement des équipements    Ijtihad et mise au point    Le président de Donald W. Reynolds en visite au Quotidien d'Oran    MC Oran : Cavalli dénonce l'arbitrage    Que de temps perdu !    Après les démolitions des immeubles et le classement de Sidi El Houari : Révision des plans d'occupation des sols    CHLEF: Mentir comme un arracheur de dents    JSK - Cicollini poursuivra sa mission : La sérénité retrouvée    Du fabuleux destin de l'homme-squale !    TLEMCEN: Les élèves de l'école Tebbal à la découverte du musée d'art et d'histoire    Trop splendide Picasso    Oran abritera la future école régionale    Etat Islamique : Nouvelle offensive kurde en Irak et en Syrie    Les Farc tuent huit soldats et policiers    4 détenus afghans de Guantanamo renvoyés dans leur pays    Collecte de fonds via SMS pour lutter contre Ebola    "Journée de secours" en direction des SDF à Oran    10ème édition d'AFRICA TELECOM PEOPLE AWARDS 2014 : Ooredoo Meilleur Opérateur d'Afrique du Nord pour la cinquième fois    En vue d'adhérer à l'OMC : L'Algérie accélère le processus des négociations    Libye : Cinq pays du Sahel appellent l'ONU à intervenir en accord avec l'UA    Mondial de Handball 2015 : Les Verts sont en Slovénie    "L'Algérie et les mouvements de libération"    L'expérience d'écriture collective dans le 4e art national    Le COA accorde un intérêt particulier à la reconversion des anciens    Les inquiétudes des producteurs de la wilaya d'El Tarf    Le Real c'est vraiment royal !    Messahel réaffirme l'attachement de l'Algérie pour une solution    La scène théâtrale d'Aïn Témouchent se dédie aux enfants    Gestion du Hadj et de la Omra    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

«Le chien de Titanic»
Regard sur la société algérienne
Publié dans Info Soir le 28 - 11 - 2006

Parution n Ali Malek revient, une fois encore, aux éditions Barzakh, avec une nouvelle production littéraire : Le chien de Titanic, un roman léger, alerte, qui se lit d'un seul trait.
Comme dans chacun de ses écrits, Ali Malek situe la trame de son récit dans un village de Kabylie – dont il est originaire. Dans ce nouveau roman, l'auteur raconte un village, Titanic, où les habitants mènent une vie d'ennui et d'inertie.
Jusqu'au jour où tout bascule : le chien du capitaine de gendarmerie est tué. Celui-ci n'aura de cesse de trouver le coupable.
Ainsi, la traque commence et, du coup, des personnages, qui constituent le récit, se profilent un par un.
L'intérêt du récit ne se situe pas dans l'histoire racontée, mais dans ses différents personnages à travers lesquels est dit le village. L'auteur y dépeint une galerie de personnages qui, tous, et sans exception, sont d'une banalité sociale insolite. Ils sont médiocres mais en même temps, et paradoxalement, attachants, à tel point que le lecteur s'y intéresse et se soucie du devenir de chacun.
Ali Malek y présente aussi bien des femmes que des hommes. Il y a celui qui rêve d'un visa, celui qui vit reclus dans la montagne ou celle qui vend son corps, et bien d'autres personnages qui, chacun tente, tant bien que mal, de se frayer un chemin dans une vie de plus en plus rigide et pénible : Des protagonistes – à la fois prosaïques et singuliers – qui n'ont ni un rôle à jouer ni un devenir à accomplir. Ils sont là, juste parce qu'ils doivent y être, il en est ainsi pour dire une réalité, raconter un quotidien pesant.
Ainsi, l'auteur tient à narrer dans un style sémillant où vient se mêler, avec grande subtilité, l'humour à la dérision la situation sociale, notamment en Kabylie, et pour être plus précis celle d'un village.
En outre, dire des personnages, c'est dire des comportements ; et cette pluralité de caractères, donc de personnalités, et cette richesse d'attitudes sociales confèrent au récit sa teneur littéraire. Le récit est certes léger – sur le plan de la lecture puisque la composition des phrases ne semble pas être complexe ou déroutante – mais il reste néanmoins substantiel, soutenu et profondément significatif – sur le plan de la construction de l'énoncé, du contenu phrastique, c'est-à-dire de la sémantique.
Il suffit de parler d'un village – oublié et oublieux de lui-même – pour que toute l'Algérie — et sa réalité sociale et sa population — apparaît meurtrie, abandonnée, une Algérie amoureuse ou droguée, solitaire ou vénale, amorphe, éteinte ou rebelle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.