Naples : Higuain a refusé une offre de Chelsea    Embouteillage-monstre à Zéralda (VIDEO)    L'écrivain ivoirien Bernard Dadié, premier lauréat du prix Jaime Torres Bodet décerné par l'Unesco    7e FIAC: un concert de musique classique au MAMA    Mali:Une base de l'Onu à Kidal attaquée    Zika: l'OACI recommande une surveillance accrue des aéroports    Volley/JO-2016 (tournoi qualificatif Dames): l'Algérie évoluera dans le groupe B    Ukraine : Chevtchenko renforcera le staff    Algérie-AADL 1: remise des clefs des logements situés à Alger avant Ramadhan (ministre)    Maroc:Le gouvernement réitère son appel aux étudiants-stagiaires des CRMEF à reprendre les cours    Secousse tellurique de 3,1 à Blida    2015, "une nouvelle année difficile" pour l'économie palestinienne (FMI)    Tunisie:Le taux de couverture de la balance alimentaire régresse à 65,1%    La prochaine visite au Maroc du DG de l'OIT coïncide avec la grève générale du 24 février    La prise en charge du diabète en constante amélioration    Industrie pétrolière: la réduction des investissements augure d'un rebond des prix du brut (PDG Total)    Fabio Cannavaro viré à Al Nassr    Tunisie:Trois bateaux ayant à bord 32 pêcheurs de Zarzis saisis par les gardes-côtes libyens    Maroc:Aucun cas de maladie du virus Zika n'a été enregistré (ministère)    Algérie-Tunisie:appel à la promotion du partenariat et de l'investissement dans l'industrie pharmaceutique    Tunisie:Naissance du Pacte de l'Union des forces patriotiques progressistes    France : Déchéance de la nationalité, une loi a minima    La direction du RCD s'attend à une forte mobilisation    JSM Béjaïa : Fergani signe pour 18 mois    Commentaire : Plus jamais ça ?    Salon du mariage : Coup de projecteur sur les nouvelles tendances    Y a-t-il un théâtre engagé aujourd'hui ?    «La diversité des origines est plus un atout qu'un obstacle»    Le général major Hamel s'enquiert à Berlin de l'expérience de la Police allemande    L'huissier de justice algérien est "au coeur du dispositif de l'Etat de droit"    Evocation : Paris rend hommage à Assia Djebar    Chorégraphie / «El-Hijra» : Mise en scène du calvaire des réfugiés    Un peu de tenue, mon général ! (opinion)    «Référendum maintenant»    Maroc:Le forum "Ra'edat" appelle au renforcement du rôle de la femme dans les institutions politiques    Formation d'un premier noyau d'archéologues spécialisés dans l'inventaire    Lamamra et Raouraoua ont discuté du vote de la FAF aux élections de la Fifa    Franchise : l'activité peine à décoller    Tunisie:La mise en échec du trafic d'armes à Nabeul a été planifiée préalablement (Douane)    Cellule du renseignement financier : 125 dossiers transmis à la justice, en 10 ans    TIARET: L'eau au menu du conseil de wilaya    CRISE MIGRATOIRE : L'EUROPE SE TOURNE VERS L'OTAN    Investissement :Algérie Télécom n'exclut pas un recours au financement extérieur    Ifticen ne viendra pas    Algérie-Palestine décalé à 17h    Le gouvernement approuve les dates    Merkel s'affole devant l'augmentation du flux de réfugiés syriens    Un terroriste neutralisé à Bouira    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Le chien de Titanic»
Regard sur la société algérienne
Publié dans Info Soir le 28 - 11 - 2006

Parution n Ali Malek revient, une fois encore, aux éditions Barzakh, avec une nouvelle production littéraire : Le chien de Titanic, un roman léger, alerte, qui se lit d'un seul trait.
Comme dans chacun de ses écrits, Ali Malek situe la trame de son récit dans un village de Kabylie – dont il est originaire. Dans ce nouveau roman, l'auteur raconte un village, Titanic, où les habitants mènent une vie d'ennui et d'inertie.
Jusqu'au jour où tout bascule : le chien du capitaine de gendarmerie est tué. Celui-ci n'aura de cesse de trouver le coupable.
Ainsi, la traque commence et, du coup, des personnages, qui constituent le récit, se profilent un par un.
L'intérêt du récit ne se situe pas dans l'histoire racontée, mais dans ses différents personnages à travers lesquels est dit le village. L'auteur y dépeint une galerie de personnages qui, tous, et sans exception, sont d'une banalité sociale insolite. Ils sont médiocres mais en même temps, et paradoxalement, attachants, à tel point que le lecteur s'y intéresse et se soucie du devenir de chacun.
Ali Malek y présente aussi bien des femmes que des hommes. Il y a celui qui rêve d'un visa, celui qui vit reclus dans la montagne ou celle qui vend son corps, et bien d'autres personnages qui, chacun tente, tant bien que mal, de se frayer un chemin dans une vie de plus en plus rigide et pénible : Des protagonistes – à la fois prosaïques et singuliers – qui n'ont ni un rôle à jouer ni un devenir à accomplir. Ils sont là, juste parce qu'ils doivent y être, il en est ainsi pour dire une réalité, raconter un quotidien pesant.
Ainsi, l'auteur tient à narrer dans un style sémillant où vient se mêler, avec grande subtilité, l'humour à la dérision la situation sociale, notamment en Kabylie, et pour être plus précis celle d'un village.
En outre, dire des personnages, c'est dire des comportements ; et cette pluralité de caractères, donc de personnalités, et cette richesse d'attitudes sociales confèrent au récit sa teneur littéraire. Le récit est certes léger – sur le plan de la lecture puisque la composition des phrases ne semble pas être complexe ou déroutante – mais il reste néanmoins substantiel, soutenu et profondément significatif – sur le plan de la construction de l'énoncé, du contenu phrastique, c'est-à-dire de la sémantique.
Il suffit de parler d'un village – oublié et oublieux de lui-même – pour que toute l'Algérie — et sa réalité sociale et sa population — apparaît meurtrie, abandonnée, une Algérie amoureuse ou droguée, solitaire ou vénale, amorphe, éteinte ou rebelle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.