La SG du PT met en garde contre tout retour à l'endettement extérieur    Education: Les manuels scolaires de toutes les matières n'ont subi aucun changement    Une tempête dans un verre d'eau    Un individu neutralisé et plusieurs armes récupérées à Jijel    Bedoui cible les aventuriers`    La paix n'est pas fondée sur le dialogue    «L'Algérie puise sa force dans la détermination de son peuple»    Importations de médicaments : Un nouveau dispositif est à l'origine de la baisse de la facture    Réorganisation d'air algérie dès octobre prochain : Tout pour améliorer la gestion    Accord CAAT-CPA pour le règlement par cartes bancaires    Prochaine escale à Oran    Mustapha Mekideche, vice-président du CNES : "Le contexte économique actuel de l'Algérie n'est pas alarmant"    Réception de 2.000 logements durant le premier semestre 2016    Mise en place d'un staff pour gérer le projet du complexe sidérurgique de Bellara    La baisse de la facture dûe à une meilleure négociation des prix    Ibrahim Boubacar Keita a déclaré : "Le président Bouteflika est une référence absolue d'homme d'Etat au service de l'humanité"    Le MAE iranien en visite en Algérie    Des journalistes d'Al-Jazeera emprisonnés pour soutien aux Frères musulmans    10 000 Islandais ouvrent leur porte aux réfugiés syriens    Daech poursuit sa folie destructrice en Syrie    La Belgique veut ficher les passagers des avions et des trains    Trafic de faux passeports syriens vers l'UE    Tunisie : Zouheir Makhlouf intente deux procès contre l'IVD    Equipe nationale : Les entraînements délocalisés au stade de Pretoria    Hadj Benaïssa, un supporter hors pair    Le Nigeria nouvelle puissance    Les athlètes kenyans étaient-ils les meilleurs ?    JSK : les anti Hannachi veulent structurer leur comité dans les daïras    PSG / Van der Wiel : "Je suis un battant et je veux jouer"    Le onze de Gourcuff s'est dégagé: Mesloub, la surprise du coach face au Lesotho    Les non-dits de Louisa Hanoune    Le déficit comblé à l'horizon 2017    Le mal de vivre de Touaffir    Une fillette meurt à la suite de l'effondrement d'un mur à Belaïba    Le wali déroule sa feuille de route    Les bourses à rude épreuve    Les prix des moutons continuent de grimper    Promotion du journalisme amazigh : Grine réitère son engagement    «El-Mizbala El-Fadila»... les risques d'une société sans repères    «Mister You» et «Diwane El-Bahdja» enchantent le public    Décès de Wes Craven, père de Freddy, les griffes de la nuit    35 films au programme des 13e Rencontres cinématographiques de Béjaïa    Oued Tlélat : 19 personnes arrêtées pour trouble à l'ordre public    Clôture de la manifestation "Oran en fête" : des moments intenses au théâtre de verdure    IL SERA LE PRINCIPAL POINT DE LA RÉUNION DE DEMAIN    Azzedine Mihoubi au forum d’Echaâb    Jeux africains 2015 : à J-3 du coup d'envoi, course contre la montre pour les organisateurs    Une session de formation et d'échange d'expériences se tiendra prochainement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

«Le chien de Titanic»
Regard sur la société algérienne
Publié dans Info Soir le 28 - 11 - 2006

Parution n Ali Malek revient, une fois encore, aux éditions Barzakh, avec une nouvelle production littéraire : Le chien de Titanic, un roman léger, alerte, qui se lit d'un seul trait.
Comme dans chacun de ses écrits, Ali Malek situe la trame de son récit dans un village de Kabylie – dont il est originaire. Dans ce nouveau roman, l'auteur raconte un village, Titanic, où les habitants mènent une vie d'ennui et d'inertie.
Jusqu'au jour où tout bascule : le chien du capitaine de gendarmerie est tué. Celui-ci n'aura de cesse de trouver le coupable.
Ainsi, la traque commence et, du coup, des personnages, qui constituent le récit, se profilent un par un.
L'intérêt du récit ne se situe pas dans l'histoire racontée, mais dans ses différents personnages à travers lesquels est dit le village. L'auteur y dépeint une galerie de personnages qui, tous, et sans exception, sont d'une banalité sociale insolite. Ils sont médiocres mais en même temps, et paradoxalement, attachants, à tel point que le lecteur s'y intéresse et se soucie du devenir de chacun.
Ali Malek y présente aussi bien des femmes que des hommes. Il y a celui qui rêve d'un visa, celui qui vit reclus dans la montagne ou celle qui vend son corps, et bien d'autres personnages qui, chacun tente, tant bien que mal, de se frayer un chemin dans une vie de plus en plus rigide et pénible : Des protagonistes – à la fois prosaïques et singuliers – qui n'ont ni un rôle à jouer ni un devenir à accomplir. Ils sont là, juste parce qu'ils doivent y être, il en est ainsi pour dire une réalité, raconter un quotidien pesant.
Ainsi, l'auteur tient à narrer dans un style sémillant où vient se mêler, avec grande subtilité, l'humour à la dérision la situation sociale, notamment en Kabylie, et pour être plus précis celle d'un village.
En outre, dire des personnages, c'est dire des comportements ; et cette pluralité de caractères, donc de personnalités, et cette richesse d'attitudes sociales confèrent au récit sa teneur littéraire. Le récit est certes léger – sur le plan de la lecture puisque la composition des phrases ne semble pas être complexe ou déroutante – mais il reste néanmoins substantiel, soutenu et profondément significatif – sur le plan de la construction de l'énoncé, du contenu phrastique, c'est-à-dire de la sémantique.
Il suffit de parler d'un village – oublié et oublieux de lui-même – pour que toute l'Algérie — et sa réalité sociale et sa population — apparaît meurtrie, abandonnée, une Algérie amoureuse ou droguée, solitaire ou vénale, amorphe, éteinte ou rebelle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.