Les prix du pétrole à la hausse en Asie    1,4 million d'enfants risquent de mourir de la famine dans 4 pays (Unicef)    Le Maroc dans l'UA, un " cheval de Troie " selon le Washington Post    Elections législatives : Des prétendants trouvent des difficultés    Décès de M. Chorfi : Le défunt inhumé aujourd'hui à Oran    A cause de l'indisponibilité du président Bouteflika : Report de la visite de la Chancelière allemande    Coopération Algéro- malienne: Un plan de travail commun pour diversifier le développement    Invité de la rédaction : La diversification de l'économie, une réalité    Développement local: CAPDEL en «actions»    Assassinat d'Ali Tounsi : L'accusé comparaîtra dimanche devant le tribunal criminel d'Alger    Chlef: Plus de 10.000 citoyens radiés des listes électorales    Mogadiscio : 20 morts dans un attentat à la voiture piegée    Coopération algéro-française : Le projet de loi relatif aux échanges de jeunes actifs en examen à l'Assemblée française    Du chantage proféré à demi-mot à la mise en œuvre pratique    Coupe de la CAF: Une qualification salutaire    Ligue 1 Française : Le PSG tenu en échec par Toulouse    Séisme de magnitude 3,7 à Alger    Tlemcen: Baisse significative des affaires de contrebande    Constantine - Nouveau sit-in de demandeurs de logement    Boudebouz dans le onze type de la semaine    Dix des onze Algériens engagés éliminés dès le 1er tour    Les relations économiques et la situation sécuritaire au menu    Réunion ministérielle de concertation à Tunis sur la situation    Hanni (Anderlecht) signe son 8e but    Hind Oufriha présente El harba wine    Manceron et Gèze appellent les Français à «regarder en face» le passé colonial    Le théâtre introduit à l'école comme méthode pédagogique    Conjuguer les insécurités    23 enlèvements d'enfants enregistrés par la gendarmerie en 2016    Les comissionnaires en douane en alerte    Talaï : «Plusieurs changements s'imposent»    Grine : «Des progrès remarquables ont été enregistrés»    Députés, serrez vos ceintures!    Xavier Driencourt nouvel ambassadeur de France à Alger    Propagande anti-algérienne sur le Net    El Hadi Makboul serait le prochain ministre du Commerce    Plusieurs bléssés déplorés    Grève au lycée de Ouaguenoun    L'hygiène hospitalière dans un séminaire    De la drogue chez des écoliers!    L'AG ordinaire fixée au jeudi à Dély Ibrahim    Le déclic pour les Canaris ?    Laredj remporte la finale B    Deux films algériens en compétition    La France en Algérie: de quelques évidences    "Ta vie, Amar, a été exemplaire"    Quel sort pour les 13 variantes menacées?    Résidence d'écriture de documentaires en mars    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Le chien de Titanic»
Regard sur la société algérienne
Publié dans Info Soir le 28 - 11 - 2006

Parution n Ali Malek revient, une fois encore, aux éditions Barzakh, avec une nouvelle production littéraire : Le chien de Titanic, un roman léger, alerte, qui se lit d'un seul trait.
Comme dans chacun de ses écrits, Ali Malek situe la trame de son récit dans un village de Kabylie – dont il est originaire. Dans ce nouveau roman, l'auteur raconte un village, Titanic, où les habitants mènent une vie d'ennui et d'inertie.
Jusqu'au jour où tout bascule : le chien du capitaine de gendarmerie est tué. Celui-ci n'aura de cesse de trouver le coupable.
Ainsi, la traque commence et, du coup, des personnages, qui constituent le récit, se profilent un par un.
L'intérêt du récit ne se situe pas dans l'histoire racontée, mais dans ses différents personnages à travers lesquels est dit le village. L'auteur y dépeint une galerie de personnages qui, tous, et sans exception, sont d'une banalité sociale insolite. Ils sont médiocres mais en même temps, et paradoxalement, attachants, à tel point que le lecteur s'y intéresse et se soucie du devenir de chacun.
Ali Malek y présente aussi bien des femmes que des hommes. Il y a celui qui rêve d'un visa, celui qui vit reclus dans la montagne ou celle qui vend son corps, et bien d'autres personnages qui, chacun tente, tant bien que mal, de se frayer un chemin dans une vie de plus en plus rigide et pénible : Des protagonistes – à la fois prosaïques et singuliers – qui n'ont ni un rôle à jouer ni un devenir à accomplir. Ils sont là, juste parce qu'ils doivent y être, il en est ainsi pour dire une réalité, raconter un quotidien pesant.
Ainsi, l'auteur tient à narrer dans un style sémillant où vient se mêler, avec grande subtilité, l'humour à la dérision la situation sociale, notamment en Kabylie, et pour être plus précis celle d'un village.
En outre, dire des personnages, c'est dire des comportements ; et cette pluralité de caractères, donc de personnalités, et cette richesse d'attitudes sociales confèrent au récit sa teneur littéraire. Le récit est certes léger – sur le plan de la lecture puisque la composition des phrases ne semble pas être complexe ou déroutante – mais il reste néanmoins substantiel, soutenu et profondément significatif – sur le plan de la construction de l'énoncé, du contenu phrastique, c'est-à-dire de la sémantique.
Il suffit de parler d'un village – oublié et oublieux de lui-même – pour que toute l'Algérie — et sa réalité sociale et sa population — apparaît meurtrie, abandonnée, une Algérie amoureuse ou droguée, solitaire ou vénale, amorphe, éteinte ou rebelle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.