Le prix du mouton abordable    Tripoli proche de la victoire totale à Syrte    Le groupe terroriste Daech a frappé à Aden    Intérêt particulier aux régions du Sud    Attention aux fournitures non conformes aux normes !    Séminaire national sur « La promotion des comportements sains chez les jeunes »    Khemissa offre ses planches romaines    Fidélité au patrimoine    Les Bourses européennes clôturent en baisse    Les Algériennes sacrées    BILAN DE LA PC A SIDI BEL ABBES : 2 morts et 3 blessés dans 25 accidents de la route    ANP : 4 caches pour terroristes découvertes à Bejaïa    CHLEF : 12 enfants handicapés de Djelfa au bord de la mer à Ténès    Les fauteurs de troubles n'accéderont plus aux stades    Pétrole: le scepticisme sur un éventuel gel de la production et un dollar fort pèsent sur les cours    Amar Brahmia donne sa version des faits    MINISTERE DES MOUDJAHIDINE : Vers la réhabilitation des sites de la guerre de Libération    Escalade marocaine dans la zone d'Alguergarat: Ban "profondément préoccupé", appelle au retrait de tous les éléments armés    Vie des clubs / USMA - le champion enchaîne la performance : Les Usmistes dans le bon tempo    Salon des arts plastiques à Skikda / Plus de 60 artistes-peintres au rendez-vous    Athlétisme    Meeting de Paris IAAF Diamond League    Seuls 612 promoteurs défaillants sont enregistrés à Tizi Ouzou    ANNABA    Skikda    SOIT DIT EN PASSANT    Nigeria    Yes ! We can    Saisie de 10 kg de kif traité    Le Front du changement invite le pouvoir à s'ouvrir à l'opposition    Hausse de 10% de la facture d'importation en 7 mois    Le barrage d'Ouldjet Melleg réceptionné en décembre prochain    L'entraîneur encense Bentaleb    Leganes    ...SORTIR...    Les Bourses européennes ouvrent en baisse    Constantine - A une semaine de la rentrée scolaire: Les magasins d'habillement pris d'assaut    USA : Trump promet des expulsions dès le premier jour de son mandat    Syrie : Un soldat turc tué dans des combats contre les forces soutenues par les Kurdes    Soltani agace Makri    73 accords pour diversifier l'économie africaine    Un remède pour la tension... budgétaire    Saâdani revient cette semaine    Le régime syrien reprend Daraya    Deux soldats tués dans l'Est    Profond malaise chez les islamistes    Quand Van Damme, Lemoine et Khoury échouent à ouvrir une salle à Alger    La réalisation du film sur l'imam Ben Badis relancée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Le chien de Titanic»
Regard sur la société algérienne
Publié dans Info Soir le 28 - 11 - 2006

Parution n Ali Malek revient, une fois encore, aux éditions Barzakh, avec une nouvelle production littéraire : Le chien de Titanic, un roman léger, alerte, qui se lit d'un seul trait.
Comme dans chacun de ses écrits, Ali Malek situe la trame de son récit dans un village de Kabylie – dont il est originaire. Dans ce nouveau roman, l'auteur raconte un village, Titanic, où les habitants mènent une vie d'ennui et d'inertie.
Jusqu'au jour où tout bascule : le chien du capitaine de gendarmerie est tué. Celui-ci n'aura de cesse de trouver le coupable.
Ainsi, la traque commence et, du coup, des personnages, qui constituent le récit, se profilent un par un.
L'intérêt du récit ne se situe pas dans l'histoire racontée, mais dans ses différents personnages à travers lesquels est dit le village. L'auteur y dépeint une galerie de personnages qui, tous, et sans exception, sont d'une banalité sociale insolite. Ils sont médiocres mais en même temps, et paradoxalement, attachants, à tel point que le lecteur s'y intéresse et se soucie du devenir de chacun.
Ali Malek y présente aussi bien des femmes que des hommes. Il y a celui qui rêve d'un visa, celui qui vit reclus dans la montagne ou celle qui vend son corps, et bien d'autres personnages qui, chacun tente, tant bien que mal, de se frayer un chemin dans une vie de plus en plus rigide et pénible : Des protagonistes – à la fois prosaïques et singuliers – qui n'ont ni un rôle à jouer ni un devenir à accomplir. Ils sont là, juste parce qu'ils doivent y être, il en est ainsi pour dire une réalité, raconter un quotidien pesant.
Ainsi, l'auteur tient à narrer dans un style sémillant où vient se mêler, avec grande subtilité, l'humour à la dérision la situation sociale, notamment en Kabylie, et pour être plus précis celle d'un village.
En outre, dire des personnages, c'est dire des comportements ; et cette pluralité de caractères, donc de personnalités, et cette richesse d'attitudes sociales confèrent au récit sa teneur littéraire. Le récit est certes léger – sur le plan de la lecture puisque la composition des phrases ne semble pas être complexe ou déroutante – mais il reste néanmoins substantiel, soutenu et profondément significatif – sur le plan de la construction de l'énoncé, du contenu phrastique, c'est-à-dire de la sémantique.
Il suffit de parler d'un village – oublié et oublieux de lui-même – pour que toute l'Algérie — et sa réalité sociale et sa population — apparaît meurtrie, abandonnée, une Algérie amoureuse ou droguée, solitaire ou vénale, amorphe, éteinte ou rebelle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.