Tunisie - Baisse de la production de 8,6% pour le pétrole et de 12,8% pour le gaz naturel    Le pétrole poursuit sa baisse à la recherche d'un plancher    Allemagne : Schweinsteiger annonce sa retraite internationale !    Man Utd : Neuf joueurs poussés vers la sortie !    Les cours du pétrole poursuivent leur baisse en Asie    Brésil: un homme arrêté pour des liens avec le terrorisme    L'ONU appelle à mieux coordonner les efforts contre Boko Haram    La coalition contre Daech reconnaît de nouvelles victimes civiles    Décès de Boualem Bessaih    Gaz: Le Venezuela et la Russie signent des accords d'exploitation    Real Madrid : Benzema inquiète Zidane    3 morts dans un accident de la circulation    Le Maroc et la FAO s'associent pour la revitalisation des agro-écosystèmes oasiens    La Ligue arabe peine à passer de la coopération à l'intégration et à résoudre ses conflits internes    L'Algérie dispose de moyens nécessaires pour lutter contre l'hépatite (ministre)    Comité de suivi de l'Accord pour la paix au nord du Mali : la sécurisation des régions nord débattue à Bamako    Najdat Anzour fait le procès de Daesh    Mellouk, le lanceur d'alerte made in Algeria (Vidéo)    Installation du président et du procureur général de la Cour d'Alger    Syrie: al-Assad décrète une amnistie, création de couloirs humanitaires autour d'Alep    6 casemates et 3 bombes de confection artisanale détruites à Tizi Ouzou, Jijel et Skikda (MDN)    JO 2016: "les athlètes seront hébergés dans des conditions satisfaisantes" (Chebbah)    AADL 2013 / Logements plus chers et retard dans les versements : Souscripteurs patientez !    Coupe de la CAF / Défaits hier (1-0) par le TP Mazembe : Les Crabes y croient encore    Tomber de rideau sur la 9ème édition du FIOFA    Omnisports / AfroBasket U18 (5e journée) : L'Algérie battue mais qualifiée    FIOFA: le long métrage égyptien "Nouara" remporte le "Wihr d'or"    Festival du théâtre scolaire: des troupes de Tipasa, Tissemsilt et Oum El Bouaghi s'illustrent    Opposition : une conférence contre la nouvelle loi électorale    François Hollande cédera-t-il à la pression ?    L'USMH, le RCA, le RCR, l'USMB et l'OM interdits de recrutement !    Un accès difficile aux estivants    Traduction en tamazight des textes fondamentaux de l'Etat    Alger: 170 familles de fonctionnaires bénéficient de logements de type LSP    Skikda: Des vendeurs de fruits et légumes squattent une artère principale    Le passeport rouge ou être ministre    Alger: Incendie dans une discothèque à Riad El Feth, un mort    Verts d'Europe : Soudani buteur, Zagreb domine Tbilissi    Conseil constitutionnel : Bouteflika a nommé trois nouveaux membres    Cisjordanie occupée : L'ONU condamne l'expansion des colonies israéliennes    Retraite : Les règles des départs anticipés fixées    Postes de hautes responsabilités : La nationalité algérienne exclusive exigée    Classe politique: l'impératif débat d'idées    Le président Bouteflika exprime la solidarité de l'Algérie    Fin de formation pour 770 nouveaux enseignants    Le chef de l'Etat tacle l'opposition    Clap de fin pour Mohamed Khan    L'AARC n'existera plus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Le chien de Titanic»
Regard sur la société algérienne
Publié dans Info Soir le 28 - 11 - 2006

Parution n Ali Malek revient, une fois encore, aux éditions Barzakh, avec une nouvelle production littéraire : Le chien de Titanic, un roman léger, alerte, qui se lit d'un seul trait.
Comme dans chacun de ses écrits, Ali Malek situe la trame de son récit dans un village de Kabylie – dont il est originaire. Dans ce nouveau roman, l'auteur raconte un village, Titanic, où les habitants mènent une vie d'ennui et d'inertie.
Jusqu'au jour où tout bascule : le chien du capitaine de gendarmerie est tué. Celui-ci n'aura de cesse de trouver le coupable.
Ainsi, la traque commence et, du coup, des personnages, qui constituent le récit, se profilent un par un.
L'intérêt du récit ne se situe pas dans l'histoire racontée, mais dans ses différents personnages à travers lesquels est dit le village. L'auteur y dépeint une galerie de personnages qui, tous, et sans exception, sont d'une banalité sociale insolite. Ils sont médiocres mais en même temps, et paradoxalement, attachants, à tel point que le lecteur s'y intéresse et se soucie du devenir de chacun.
Ali Malek y présente aussi bien des femmes que des hommes. Il y a celui qui rêve d'un visa, celui qui vit reclus dans la montagne ou celle qui vend son corps, et bien d'autres personnages qui, chacun tente, tant bien que mal, de se frayer un chemin dans une vie de plus en plus rigide et pénible : Des protagonistes – à la fois prosaïques et singuliers – qui n'ont ni un rôle à jouer ni un devenir à accomplir. Ils sont là, juste parce qu'ils doivent y être, il en est ainsi pour dire une réalité, raconter un quotidien pesant.
Ainsi, l'auteur tient à narrer dans un style sémillant où vient se mêler, avec grande subtilité, l'humour à la dérision la situation sociale, notamment en Kabylie, et pour être plus précis celle d'un village.
En outre, dire des personnages, c'est dire des comportements ; et cette pluralité de caractères, donc de personnalités, et cette richesse d'attitudes sociales confèrent au récit sa teneur littéraire. Le récit est certes léger – sur le plan de la lecture puisque la composition des phrases ne semble pas être complexe ou déroutante – mais il reste néanmoins substantiel, soutenu et profondément significatif – sur le plan de la construction de l'énoncé, du contenu phrastique, c'est-à-dire de la sémantique.
Il suffit de parler d'un village – oublié et oublieux de lui-même – pour que toute l'Algérie — et sa réalité sociale et sa population — apparaît meurtrie, abandonnée, une Algérie amoureuse ou droguée, solitaire ou vénale, amorphe, éteinte ou rebelle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.