10 ans de réclusion à l'encontre d'Oultache et 4 autres prévenus    Benflis veut ratisser large    Les partis ont investi le terrain    Du sang neuf dans les entreprises    Le témoignage accablant de Djellab    Pétrole:le plafond de l'OPEP restera sans doute inchangé (ministre iranien)    Les finances publiques en danger    Lamamra mercredi au koweït pour la réunion de l'OCI    L'EI consolide son emprise sur la frontière Syrie-Irak    L'aviation libyenne boùmbarde un navire au large de Syrte    Tunisie:un soldat tue un colonel et blesse huit miltaires    Soustara au bord de la catastrophe    Belkalem rejoue, 7e but pour Medjani    Election à la Fifa: Platini soutient le prince Ali    La plage interdite à la baignade    12 contrebandiers arrêtés et 10 quintaux de kif saisis    Un Conseil des ministres très social    Des jeunes parlent de leurs expériences    Salon international de l'eau : 250 exposants d'une quinzaine de pays présents    SKIKDA - L'Entreprise portuaire : bilan et perspectives    Football - Ligue 1 : L'ESS confirme sa suprématie, l'USMBA de retour à la case départ    Bilan macabre des accidents sur les routes d'Oran : 23 morts et 228 blessés en trois mois    MC Oran : Le Mouloudia n'a pas osé    Le rêve monstrueux d'une Algérie sans jambes    Trime, trime    L'opération de nettoiement de la casbah se poursuit : Entre engouement citoyen et désintérêt de l'APC    USM Alger, le grand gâchis    L'Irak face à l'étrange évolution de Daech    Changements à la tête d'entreprises et institutions financières    Redécouverte de la facette méconnue du poète de l'Enfant-jazz    Réseau Internet à M'sila : Mécontentement des abonnés d'Algérie Télécom    Grèce : Athènes ne fera pas son remboursement au FMI en juin    Une évolution linéaire    Terrorisme : Procès jeudi prochain de 34 individus pour assassinats, rapts et pose de bombes    Yémen : Des raids aériens visent des bases militaires à Sanaa    Attaque anti-américaine à Benghazi : Emails de Hillary Clinton rendus publics par le département d'Etat    Ligue 1 Mobilis L'ES Sétif remporte son 7e titre de champion    Liga BBVA : Le Barça finit en roue libre    Affaire de dilapidation de deniers publics : Audition des témoins à la Cour de Boumerdès    Tébessa : Une exposition-concours de photographies prochainement    Bouteflika préside un Conseil des ministres    L'EI est entré dans le musée de Palmyre    L'Algérie à Rabat les 25 et 26 mai    Bras de fer entre le Satef et le ministère    15 personnes victimes d'enlèvements au cours du mois de mai    Une priorité nationale    Tizi-Ouzou rend hommage à Rabah Ouferhat !    Agenda culturel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

«Le chien de Titanic»
Regard sur la société algérienne
Publié dans Info Soir le 28 - 11 - 2006

Parution n Ali Malek revient, une fois encore, aux éditions Barzakh, avec une nouvelle production littéraire : Le chien de Titanic, un roman léger, alerte, qui se lit d'un seul trait.
Comme dans chacun de ses écrits, Ali Malek situe la trame de son récit dans un village de Kabylie – dont il est originaire. Dans ce nouveau roman, l'auteur raconte un village, Titanic, où les habitants mènent une vie d'ennui et d'inertie.
Jusqu'au jour où tout bascule : le chien du capitaine de gendarmerie est tué. Celui-ci n'aura de cesse de trouver le coupable.
Ainsi, la traque commence et, du coup, des personnages, qui constituent le récit, se profilent un par un.
L'intérêt du récit ne se situe pas dans l'histoire racontée, mais dans ses différents personnages à travers lesquels est dit le village. L'auteur y dépeint une galerie de personnages qui, tous, et sans exception, sont d'une banalité sociale insolite. Ils sont médiocres mais en même temps, et paradoxalement, attachants, à tel point que le lecteur s'y intéresse et se soucie du devenir de chacun.
Ali Malek y présente aussi bien des femmes que des hommes. Il y a celui qui rêve d'un visa, celui qui vit reclus dans la montagne ou celle qui vend son corps, et bien d'autres personnages qui, chacun tente, tant bien que mal, de se frayer un chemin dans une vie de plus en plus rigide et pénible : Des protagonistes – à la fois prosaïques et singuliers – qui n'ont ni un rôle à jouer ni un devenir à accomplir. Ils sont là, juste parce qu'ils doivent y être, il en est ainsi pour dire une réalité, raconter un quotidien pesant.
Ainsi, l'auteur tient à narrer dans un style sémillant où vient se mêler, avec grande subtilité, l'humour à la dérision la situation sociale, notamment en Kabylie, et pour être plus précis celle d'un village.
En outre, dire des personnages, c'est dire des comportements ; et cette pluralité de caractères, donc de personnalités, et cette richesse d'attitudes sociales confèrent au récit sa teneur littéraire. Le récit est certes léger – sur le plan de la lecture puisque la composition des phrases ne semble pas être complexe ou déroutante – mais il reste néanmoins substantiel, soutenu et profondément significatif – sur le plan de la construction de l'énoncé, du contenu phrastique, c'est-à-dire de la sémantique.
Il suffit de parler d'un village – oublié et oublieux de lui-même – pour que toute l'Algérie — et sa réalité sociale et sa population — apparaît meurtrie, abandonnée, une Algérie amoureuse ou droguée, solitaire ou vénale, amorphe, éteinte ou rebelle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.