Argentine, Maradona : " nous, on a battu l'Allemagne "    Emprunt national: 152 mds DA d'engagements de souscriptions soumis par les entreprises    Sahel : l'ONU met en garde contre les défis démographiques et les besoins humanitaires croissants    L'ANP sur tous les fronts    Coupe de la CAF : Medeama SC 0-0 MO.Bejaia (Terminé)    Eliminatoires/AfroBasket U18: victoire de l'Algérie face au Maroc (69-60)    Trois abris pour terroristes détruits    Algérie- Emeutes d'Annaba : les autorités locales masquent leur défaillance par la lutte contre le commerce informel    Cérémonie de recueillement au cimetière d'El Alia    Commentaire : Islamisme et sionisme    En bref...    Un homme gravement malade est en prison    «La programmation des lois a été imposée par leur caractère urgent»    Les prix du pétrole en hausse    Algérie – Libye (U17) : Les Verts forcés de réagir    5 bureaux de poste ouvriront la nuit    Bouira : La pénurie d'eau perdure    Baccalauréat: un atelier national en juillet pour introduire des changements dans l'examen    «Le contrôle, c'est le rôle de la famille»    La route a tué plus de 1500 personnes en 6 mois    Jusqu'où ira le gouvernement ?    Classement «particulier» de trois monuments    Une pensée aux œuvres immortelles    Affaire KBC : La FIJ s'indigne du développement d'un climat de censure    La Banque d'Algérie supprime l'accord préalable pour le paiement des factures d'importation des matières premières    Début de contestation au sein du califat de l'Etat islamique (reportage)    Grande-Bretagne - U.E. : Quelle relation après le Brexit ?    en bref...    Alger / Pour mettre fin aux embouteillages : L'expérience espagnole à la rescousse    Rencontre du théâtre amazigh d'Aghbalou : Coup d'envoi de la première édition à Bouira    Cinéma / «Histoires sans ailes» : L'avant-première    Boureks aux épinards    Zaidi Mustapha (gardien de but du RC Relizane) :    SYNDICAT NATIONAL DES JOURNALISTES (SNJ)    Guelma    Voie ferroviaire Gara Djebilet-Béchar    Istanbul: 36 morts dans l'attentat à l'aéroport    Athlétisme : au lendemain des 20es Championnats d’Afrique à Durban    CHERCHELL (TIPASA)    Â«Les nuits du cinéma» au Theâtre de verdure    Tizi Ouzou: Les assassins présumés d'un gardien de parking sous les verrous    Constantine - Six établissements de santé dédiés aux circoncisions    Une joint-venture algéro-turque et un investissement de 60 milliards DA: Un port minéralier et un convoyeur de 9 km pour approvisionner le complexe Tosyali    Ils sont trois fois moins nombreux qu'en 2012: 831 Algériens expulsés de France, en 2015    Euro-2016 - Vivement les quarts !    CRB : Bouali nouvel entraîneur    Ultimatum aux chaînes TV hors la loi    La facture d'importation a connu une baisse de 14,24%    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Le chien de Titanic»
Regard sur la société algérienne
Publié dans Info Soir le 28 - 11 - 2006

Parution n Ali Malek revient, une fois encore, aux éditions Barzakh, avec une nouvelle production littéraire : Le chien de Titanic, un roman léger, alerte, qui se lit d'un seul trait.
Comme dans chacun de ses écrits, Ali Malek situe la trame de son récit dans un village de Kabylie – dont il est originaire. Dans ce nouveau roman, l'auteur raconte un village, Titanic, où les habitants mènent une vie d'ennui et d'inertie.
Jusqu'au jour où tout bascule : le chien du capitaine de gendarmerie est tué. Celui-ci n'aura de cesse de trouver le coupable.
Ainsi, la traque commence et, du coup, des personnages, qui constituent le récit, se profilent un par un.
L'intérêt du récit ne se situe pas dans l'histoire racontée, mais dans ses différents personnages à travers lesquels est dit le village. L'auteur y dépeint une galerie de personnages qui, tous, et sans exception, sont d'une banalité sociale insolite. Ils sont médiocres mais en même temps, et paradoxalement, attachants, à tel point que le lecteur s'y intéresse et se soucie du devenir de chacun.
Ali Malek y présente aussi bien des femmes que des hommes. Il y a celui qui rêve d'un visa, celui qui vit reclus dans la montagne ou celle qui vend son corps, et bien d'autres personnages qui, chacun tente, tant bien que mal, de se frayer un chemin dans une vie de plus en plus rigide et pénible : Des protagonistes – à la fois prosaïques et singuliers – qui n'ont ni un rôle à jouer ni un devenir à accomplir. Ils sont là, juste parce qu'ils doivent y être, il en est ainsi pour dire une réalité, raconter un quotidien pesant.
Ainsi, l'auteur tient à narrer dans un style sémillant où vient se mêler, avec grande subtilité, l'humour à la dérision la situation sociale, notamment en Kabylie, et pour être plus précis celle d'un village.
En outre, dire des personnages, c'est dire des comportements ; et cette pluralité de caractères, donc de personnalités, et cette richesse d'attitudes sociales confèrent au récit sa teneur littéraire. Le récit est certes léger – sur le plan de la lecture puisque la composition des phrases ne semble pas être complexe ou déroutante – mais il reste néanmoins substantiel, soutenu et profondément significatif – sur le plan de la construction de l'énoncé, du contenu phrastique, c'est-à-dire de la sémantique.
Il suffit de parler d'un village – oublié et oublieux de lui-même – pour que toute l'Algérie — et sa réalité sociale et sa population — apparaît meurtrie, abandonnée, une Algérie amoureuse ou droguée, solitaire ou vénale, amorphe, éteinte ou rebelle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.