Libye : Les derniers développements dans le dialogue constituent un "grand pas positif", selon le vice-président du parlement    Mobilis affiche une "bonne santé" financière    Le président du Conseil des Etats suisse entame une visite en Algérie    l'ONU appelle la communauté internationale à faire de Ghaza une priorité    Rôle de la femme algérienne dans la préservation des liens familiaux    Le théâtre algérien est subordonné à la lutte contre le colonialisme français    Atletico : Mandzukic sur le départ ?    Valence pense à Toulalan    Crise au Yémen: Le règlement pacifique, un impératif    Lamamra: L'Algérie n'autorisera aucune participation de ses troupes à des opérations militaires en dehors de ses frontières    Crash A320: reprise des recherches dans les Alpes    Belgique : Hazard juge Batshuayi    Fonds spoliés : Le CDH de l'ONU adopte une résolution présentée par la Tunisie et de l'Egypte    Maroc : L'attribution des premières licences 4G ouvre la porte à de nouveaux flux de recettes (OBG)    Alger : Lancement d'une campagne de sensibilisation en direction des conducteurs de bus    Maroc : La MAP signe plusieurs accords de coopération avec des agences de presse membres de la FAAPA    Tunisie : Les huissiers notaires et de justice veulent être représentés au CSM    A Bama, des rues jonchées de corps après la fuite de Boko Haram    Ibrahim Boubacar Keïta appelle à la signature de l'accord d'Alger dans les "meilleurs délais"    Tunisie : La Banque centrale prévoit un taux de croissance de 3% pour 2015    Saadani annule sa visite à Sétif    Disparition du résistant de Belcourt, Khaled Remla    Prison du Coudiat : Le «Serkadji» de Constantine seulement rafraîchi    PARUTION    Corruption ordinaire    «Les élèves timides retrouvent une certaine audace lors des excursions»    La cour confirme les peines prononcées contre les détenus    Sûreté d'Alger: campagne de sensibilisation en direction des conducteurs de bus    Cyclisme/Tour international de Constantin : Mansouri Abderrahmane vainqueur    Jeux africains 2015: "Une des échéances référentielles pour le sport algérien" (Tahmi)    Ligue 2 - JSM Béjaia : le président réunit les joueurs et tire la sonnette d'alarme    M.Bouchouareb rencontre à Rome le président de la Confindustria    Le Maroc appelé à garantir le respect des libertés d'association, de rassemblement et d'expression    Le FLN tente de recoller ses morceaux    L'énigmatique Rachid Nekkaz    Algérie: Bouteflika reçoit le controversé président du Zimbabwe Mugabe    Les responsables de structures culturelles ont besoin de formation    C'est la faute à la rente    Idir anticipe sur le 20 avril    Le Doyen dos au mur    Gestion urbaine: un programme de rattrapage d'urgence pour la commune de Douera    Un important lot de matériel pour le CHU Benbadis    Yémen : Les forces hostiles au président resserrent l'étau sur Aden    Des "rumeurs infondées" selon le CRAAG    Tlemcen : Lancement officiel de la TNT par Grine    Rattrapage des cours durant la première semaine des vacances : 20% des lycées ont ouvert leurs portes aux élèves    Le procès reporté    Qatar-Algérie : Un bon test pour les Verts ce soir face au Qatar    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

«Le chien de Titanic»
Regard sur la société algérienne
Publié dans Info Soir le 28 - 11 - 2006

Parution n Ali Malek revient, une fois encore, aux éditions Barzakh, avec une nouvelle production littéraire : Le chien de Titanic, un roman léger, alerte, qui se lit d'un seul trait.
Comme dans chacun de ses écrits, Ali Malek situe la trame de son récit dans un village de Kabylie – dont il est originaire. Dans ce nouveau roman, l'auteur raconte un village, Titanic, où les habitants mènent une vie d'ennui et d'inertie.
Jusqu'au jour où tout bascule : le chien du capitaine de gendarmerie est tué. Celui-ci n'aura de cesse de trouver le coupable.
Ainsi, la traque commence et, du coup, des personnages, qui constituent le récit, se profilent un par un.
L'intérêt du récit ne se situe pas dans l'histoire racontée, mais dans ses différents personnages à travers lesquels est dit le village. L'auteur y dépeint une galerie de personnages qui, tous, et sans exception, sont d'une banalité sociale insolite. Ils sont médiocres mais en même temps, et paradoxalement, attachants, à tel point que le lecteur s'y intéresse et se soucie du devenir de chacun.
Ali Malek y présente aussi bien des femmes que des hommes. Il y a celui qui rêve d'un visa, celui qui vit reclus dans la montagne ou celle qui vend son corps, et bien d'autres personnages qui, chacun tente, tant bien que mal, de se frayer un chemin dans une vie de plus en plus rigide et pénible : Des protagonistes – à la fois prosaïques et singuliers – qui n'ont ni un rôle à jouer ni un devenir à accomplir. Ils sont là, juste parce qu'ils doivent y être, il en est ainsi pour dire une réalité, raconter un quotidien pesant.
Ainsi, l'auteur tient à narrer dans un style sémillant où vient se mêler, avec grande subtilité, l'humour à la dérision la situation sociale, notamment en Kabylie, et pour être plus précis celle d'un village.
En outre, dire des personnages, c'est dire des comportements ; et cette pluralité de caractères, donc de personnalités, et cette richesse d'attitudes sociales confèrent au récit sa teneur littéraire. Le récit est certes léger – sur le plan de la lecture puisque la composition des phrases ne semble pas être complexe ou déroutante – mais il reste néanmoins substantiel, soutenu et profondément significatif – sur le plan de la construction de l'énoncé, du contenu phrastique, c'est-à-dire de la sémantique.
Il suffit de parler d'un village – oublié et oublieux de lui-même – pour que toute l'Algérie — et sa réalité sociale et sa population — apparaît meurtrie, abandonnée, une Algérie amoureuse ou droguée, solitaire ou vénale, amorphe, éteinte ou rebelle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.