Accidents de la route : 53 morts et 1378 blessés en une semaine (Protection civile)    Le Front Polisario condamne "l'assassinat délibéré" d'un militant sahraoui des droits de l'Homme    La SNTF maintient ses trains de grandes lignes et met en place un programme spécial le 1er jour de l'Aïd    Hydrocarbures : 4 périmètres attribués par Alnaft sur les 31 proposés    Le gouvernement du Canada soutient l'action de l'Algérie en faveur de la réconciliation en Libye (MAE canadien)    Des artistes d'Oran rendent hommage au défunt Cheb Hasni    FC Barcelone: Messi, reculer pour mieux passer    Bouchouareb évoque à Istanbul la stratégie de développement industriel de l'Algérie    Ligues 1 et 2 (sanctions) : deux matchs de suspension pour Belaili (USM Alger) et trois pour Meklouche (USM Blida)    Libye : le chef de la mission de l'ONU salue l'ouverture du dialogue politique    importation de matériaux de construction    TRAVAUX PUBLICS    Benflis présentera aujourd'hui son livre blanc à la presse    Hamar Hacen, président de l'ESS, à Liberté    ...CULTURE EN BREF...    LA S'BIBA DE DJANET    Elles ont tenu un sit-in hier à la place du 1er-Mai d'Alger    INTEMPERIES À TIARET    Elle concernera l'Afrique du nord et le Moyen-Orient    sécurité maritime de la méditerranée    Célébration de son 51e anniversaire en présence de membres fondateurs    Les hôtels ne font pas le tourisme    Tunisie:La HAICA inflige des sanctions à plusieurs radios et télévisions dont Nessma TV et Hannibal TV    Algérie:Relogement ce mardi à Alger de 1.070 familles à Birtouta et aux Eucalyptus (wali)    Un enfant du club derriÚre l’exploit de l’ESS    Grine s'implique en force    Soudan    La Méditerranée "dévore" 3000 migrants    AprÚs sa qualification pour la finale de la Ligue des Champions d’Afrique    Une étape pour moderniser la justice    EBOULEMENT A LA CHIFFA    Le ministre des moudjahidine à Guelma    Détails sur une rentrée    Tarte aux pommes et à la noix de coco    Le massage contre la cellulite    Les enfants et le manque d’appétit    AÏN SEFRA    Eclaboussée la famille    JSK-JSS le 1er octobre au stade du 20-Août 1955    Handball : Coupe d’Algérie messieurs (2013-2014)    Théâtre    Le coup de bill’art du Soir    7e Festival international de la miniature et de l’enluminure    La guerre d'Algérie expliquée en images par Stora    Afghanistan : L'économiste Ashraf Ghani investi président    Alors que les raids en Syrie s'intensifient Obama reconnaît avoir sous-estimé l'EI    Sonelgaz : L'impact du complexe de turbines à gaz sur les PME    Optimisme de mise pour le Nikkei cette semaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

«Le chien de Titanic»
Regard sur la société algérienne
Publié dans Info Soir le 28 - 11 - 2006

Parution n Ali Malek revient, une fois encore, aux éditions Barzakh, avec une nouvelle production littéraire : Le chien de Titanic, un roman léger, alerte, qui se lit d'un seul trait.
Comme dans chacun de ses écrits, Ali Malek situe la trame de son récit dans un village de Kabylie – dont il est originaire. Dans ce nouveau roman, l'auteur raconte un village, Titanic, où les habitants mènent une vie d'ennui et d'inertie.
Jusqu'au jour où tout bascule : le chien du capitaine de gendarmerie est tué. Celui-ci n'aura de cesse de trouver le coupable.
Ainsi, la traque commence et, du coup, des personnages, qui constituent le récit, se profilent un par un.
L'intérêt du récit ne se situe pas dans l'histoire racontée, mais dans ses différents personnages à travers lesquels est dit le village. L'auteur y dépeint une galerie de personnages qui, tous, et sans exception, sont d'une banalité sociale insolite. Ils sont médiocres mais en même temps, et paradoxalement, attachants, à tel point que le lecteur s'y intéresse et se soucie du devenir de chacun.
Ali Malek y présente aussi bien des femmes que des hommes. Il y a celui qui rêve d'un visa, celui qui vit reclus dans la montagne ou celle qui vend son corps, et bien d'autres personnages qui, chacun tente, tant bien que mal, de se frayer un chemin dans une vie de plus en plus rigide et pénible : Des protagonistes – à la fois prosaïques et singuliers – qui n'ont ni un rôle à jouer ni un devenir à accomplir. Ils sont là, juste parce qu'ils doivent y être, il en est ainsi pour dire une réalité, raconter un quotidien pesant.
Ainsi, l'auteur tient à narrer dans un style sémillant où vient se mêler, avec grande subtilité, l'humour à la dérision la situation sociale, notamment en Kabylie, et pour être plus précis celle d'un village.
En outre, dire des personnages, c'est dire des comportements ; et cette pluralité de caractères, donc de personnalités, et cette richesse d'attitudes sociales confèrent au récit sa teneur littéraire. Le récit est certes léger – sur le plan de la lecture puisque la composition des phrases ne semble pas être complexe ou déroutante – mais il reste néanmoins substantiel, soutenu et profondément significatif – sur le plan de la construction de l'énoncé, du contenu phrastique, c'est-à-dire de la sémantique.
Il suffit de parler d'un village – oublié et oublieux de lui-même – pour que toute l'Algérie — et sa réalité sociale et sa population — apparaît meurtrie, abandonnée, une Algérie amoureuse ou droguée, solitaire ou vénale, amorphe, éteinte ou rebelle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.