Pas de solution militaire possible à la crise libyenne (Chergui)    CAN-2015/Algérie: séance de décrassage des Verts à Sipopo sans Brahimi    L'UGTA commémore le 18ème anniversaire de l'assassinat d'Abdelhak Benhamouda    Dialogue inter-libyens à Genève: accord de principe sur la formation d'un gouvernement d'unité nationale    CAN-2015/qualification de l'Algérie aux quarts de finale : les Verts ressuscités    CAN-2015 (Gr C-3e journée) - Le Ghana et l'Algérie en quarts de finale    Ennahar TV, première chaîne d'information en Algérie en 2014    L'Algérie condamne "énergiquement" l'attaque contre un hôtel à Tripoli    Libye: 9 morts dont 5 étrangers dans un attentat contre un hôtel à Tripoli    M. Benkirane s'entretient avec le chef de la diplomatie italienne en visite de travail au Maroc    Riyadh a-t-elle trahi l'Opep?    Bouteflika décrète son plan    Algérie: l'examen du projet de loi sur la lutte contre le blanchiment d'argent se déroule dans le respect de la loi (Amar Djilani)    Les Verts reprennent des couleurs    Algérie: le directeur général de la Sûreté nationale reçoit un haut responsable du ministère de l'Intérieur français    «Le pouvoir navigue à vue»    L'Algérie et le Niger renforcent leur coopération    Un astéroïde est passé à 1,2 million de km de la Terre    Des rues et des regards    Regards sur la Kabylie    Tunisie: le nombre de morts sur les routes a augmenté de 4,4% en 2014    Finances : Le gouvernement attentif à l'évolution du marché pétrolier    Entre «facilitations» et lutte contre la contrebande    Lakhdaria : Un terroriste capturé et une quantité de munitions récupérée    PETITES ET GRANDES RECRUES    À quand «je suis Aïn Salah» sur les pare-brises ?    BECHAR: L'aéroport de la Saoura homologué    MEDEA: Deux morts sur la route et deux personnes asphyxiées    Ils souffrent de complications respiratoires aiguës : 15 cas de grippe «sévère» hospitalisés, quotidiennement, au CHUO    BOUMERDES: L'expropriation bloque des projets de route    Chronologie d'une bérézina    Aïn Témouchent, scène pour le théâtre de marionnettes    La DCP de Constantine demande plus de moyens    Quand le prix l'emporte sur le souci de la qualité    Les parents peu soucieux quant à la qualité des composants des différe    CAN 2015 : La Tunisie et la RD Congo qualifiées    Tunisie : Report du vote de confiance au gouvernement    L'armée tente de reprendre Monguno à Boko Haram    Virginie Despentes lauréate    Attentats terroristes perpétrés en 2007 à Alger : Le tribunal criminel d'Alger examine aujourd'hui l'affaire    Les précisions de la commission juridique    Tout a été tenté    Les Verts sortent par la petite porte    Les habitants d'In-Salah ne décolèrent pas    Bourses : Les places européennes peu inquiètes de la victoire de Syriza en Grèce    Le Cap-Vert et la Zambie éliminés sous la pluie    Selon Abdelmalek Boudiaf :Les prix des médicaments vont bientôt baisser    CHUTES DE NEIGE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

«Le chien de Titanic»
Regard sur la société algérienne
Publié dans Info Soir le 28 - 11 - 2006

Parution n Ali Malek revient, une fois encore, aux éditions Barzakh, avec une nouvelle production littéraire : Le chien de Titanic, un roman léger, alerte, qui se lit d'un seul trait.
Comme dans chacun de ses écrits, Ali Malek situe la trame de son récit dans un village de Kabylie – dont il est originaire. Dans ce nouveau roman, l'auteur raconte un village, Titanic, où les habitants mènent une vie d'ennui et d'inertie.
Jusqu'au jour où tout bascule : le chien du capitaine de gendarmerie est tué. Celui-ci n'aura de cesse de trouver le coupable.
Ainsi, la traque commence et, du coup, des personnages, qui constituent le récit, se profilent un par un.
L'intérêt du récit ne se situe pas dans l'histoire racontée, mais dans ses différents personnages à travers lesquels est dit le village. L'auteur y dépeint une galerie de personnages qui, tous, et sans exception, sont d'une banalité sociale insolite. Ils sont médiocres mais en même temps, et paradoxalement, attachants, à tel point que le lecteur s'y intéresse et se soucie du devenir de chacun.
Ali Malek y présente aussi bien des femmes que des hommes. Il y a celui qui rêve d'un visa, celui qui vit reclus dans la montagne ou celle qui vend son corps, et bien d'autres personnages qui, chacun tente, tant bien que mal, de se frayer un chemin dans une vie de plus en plus rigide et pénible : Des protagonistes – à la fois prosaïques et singuliers – qui n'ont ni un rôle à jouer ni un devenir à accomplir. Ils sont là, juste parce qu'ils doivent y être, il en est ainsi pour dire une réalité, raconter un quotidien pesant.
Ainsi, l'auteur tient à narrer dans un style sémillant où vient se mêler, avec grande subtilité, l'humour à la dérision la situation sociale, notamment en Kabylie, et pour être plus précis celle d'un village.
En outre, dire des personnages, c'est dire des comportements ; et cette pluralité de caractères, donc de personnalités, et cette richesse d'attitudes sociales confèrent au récit sa teneur littéraire. Le récit est certes léger – sur le plan de la lecture puisque la composition des phrases ne semble pas être complexe ou déroutante – mais il reste néanmoins substantiel, soutenu et profondément significatif – sur le plan de la construction de l'énoncé, du contenu phrastique, c'est-à-dire de la sémantique.
Il suffit de parler d'un village – oublié et oublieux de lui-même – pour que toute l'Algérie — et sa réalité sociale et sa population — apparaît meurtrie, abandonnée, une Algérie amoureuse ou droguée, solitaire ou vénale, amorphe, éteinte ou rebelle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.