Sortir sa famille de la crise    À l'occasion de la fête nationale de leurs pays : Le président Bouteflika félicite plusieurs de ses homologues    Que cache le retour politique de Belkhadem ?    Le Premier ministre Abdelmalek sellal, dès aujourd'hui, en Chine Témoigner de l'évolution de nos relations    Loi de finances 2015 :Des nouvelles mesures pour encourager les entreprises productives    Affaire de l'autoroute est-ouest : Annonce des premières auditions de Chani Medjdoub    Chani Madjdoub : «C'est un mensonge d'Etat, une affaire politique et    Des ministres cités, mais non concernés...    Décision réciproque des autorités : Un diplomate mauritanien non souhaité en Algérie    Tunisie : Travaux d'entretien à la synagogue de la Ghriba en prévision du pèlerinage annuel    Yémen Un nouvel émissaire de l'ONU pour tenter de relancer le dialogue    Minicrise entre Alger et Nouakchott    Verts d'Europe : Carl Medjani de nouveau buteur    Liga BBVA : Le Real enchaîne avec les victoires    USM Alger : Les Algérois en perte de vitesse    MO Béjaïa : Cap sur la Coupe d'Algérie    Fidèle à ses principes : L'Algérie octroie une aide d'un million de dollars au Népal    Education :Le dépôt des dossiers de recrutement des enseignants se poursuit    Les médecins renouent avec la protesta    214 permis de conduire retirés en mars    La Casbah de Mostaganem sera classée prochainement secteur préservé    Perpétuer la tradition constructive des Ksour    Des éditeurs critiquent certaines dispositions    Abderrahmane Dendane saxophoniste du groupe Raïna Raï inhumé à Sidi Bel Abbes    Pfister se tourne vers la Ligue des champions    La nouvelle politique selon Said Djellab    Le bilan continue de s'alourdir    Les Chypriotes-turcs élisent leur nouveau dirigeant    Le salon de l'utilitaire ouvre ses portes à Oran    Une situation explosive !    Des habitants du VSA ferment le siège de l'APC de Chabet El Ameur    L'endocrinologue    Un TGV inter-maghrébin !    Le PT accuse la ministre de la Culture    Le livre fait débat à l'APN    22 wilayas dotées de surveillance électronique    Les étudiants de nouveau en grève    L'Onda ressuscite Slimane Azem    Bayern : Robben pressenti pour revenir face à Dortmund    Fekir : «Je suis content d'avoir choisi la France et je ne regrette rien»    Un député du PT accuse la ministre de la Culture de financement public d'un projet de film privé    l'ONDA rend hommage à Slimane Azem    MCA : Hadj Ahmed : «Les Harrachis auront 300 billets»    John Kerry et son homologue iranien Javad Zarif se rencontrent à New York    Généralisation de la corruption    Algérie-Education nationale:poursuite du dépôt des dossiers de recrutement des enseignants    La CNLTD toujours sur la brèche    25 000 établissements scolaires et 10 millions d'enfants ciblés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

«Le chien de Titanic»
Regard sur la société algérienne
Publié dans Info Soir le 28 - 11 - 2006

Parution n Ali Malek revient, une fois encore, aux éditions Barzakh, avec une nouvelle production littéraire : Le chien de Titanic, un roman léger, alerte, qui se lit d'un seul trait.
Comme dans chacun de ses écrits, Ali Malek situe la trame de son récit dans un village de Kabylie – dont il est originaire. Dans ce nouveau roman, l'auteur raconte un village, Titanic, où les habitants mènent une vie d'ennui et d'inertie.
Jusqu'au jour où tout bascule : le chien du capitaine de gendarmerie est tué. Celui-ci n'aura de cesse de trouver le coupable.
Ainsi, la traque commence et, du coup, des personnages, qui constituent le récit, se profilent un par un.
L'intérêt du récit ne se situe pas dans l'histoire racontée, mais dans ses différents personnages à travers lesquels est dit le village. L'auteur y dépeint une galerie de personnages qui, tous, et sans exception, sont d'une banalité sociale insolite. Ils sont médiocres mais en même temps, et paradoxalement, attachants, à tel point que le lecteur s'y intéresse et se soucie du devenir de chacun.
Ali Malek y présente aussi bien des femmes que des hommes. Il y a celui qui rêve d'un visa, celui qui vit reclus dans la montagne ou celle qui vend son corps, et bien d'autres personnages qui, chacun tente, tant bien que mal, de se frayer un chemin dans une vie de plus en plus rigide et pénible : Des protagonistes – à la fois prosaïques et singuliers – qui n'ont ni un rôle à jouer ni un devenir à accomplir. Ils sont là, juste parce qu'ils doivent y être, il en est ainsi pour dire une réalité, raconter un quotidien pesant.
Ainsi, l'auteur tient à narrer dans un style sémillant où vient se mêler, avec grande subtilité, l'humour à la dérision la situation sociale, notamment en Kabylie, et pour être plus précis celle d'un village.
En outre, dire des personnages, c'est dire des comportements ; et cette pluralité de caractères, donc de personnalités, et cette richesse d'attitudes sociales confèrent au récit sa teneur littéraire. Le récit est certes léger – sur le plan de la lecture puisque la composition des phrases ne semble pas être complexe ou déroutante – mais il reste néanmoins substantiel, soutenu et profondément significatif – sur le plan de la construction de l'énoncé, du contenu phrastique, c'est-à-dire de la sémantique.
Il suffit de parler d'un village – oublié et oublieux de lui-même – pour que toute l'Algérie — et sa réalité sociale et sa population — apparaît meurtrie, abandonnée, une Algérie amoureuse ou droguée, solitaire ou vénale, amorphe, éteinte ou rebelle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.