Un terroriste se rend avec un important lot d'armes    Le président Bouteflika reçoit le Premier ministre belge    Hamel évoque à Tunis l'expérience pionnière de l'Algérie    Les prix se maintiendront à 50 dollars en 2017    Cinq millions de cartes électroniques prêtes dès ce mois    « Nous sommes prêts à accompagner l'Algérie »    L'armée reprend Alep    Grande affluence à l'ouverture du 16e Salon AutoWest d'Oran    Des juristes dénoncent le pillage des ressources naturelles    Quatre gardiens de but en stage    La manipulation des produits pyrotechniques est dangereuse    21 individus soupçonnés d'incitation à la haine et à la violence écroués    Musée du moudjahid    « Ce genre de manifestation préservera notre identité »    MARATHON DE 22 RONDES !    Le Barça retrouve sa verve, Naples et Benfica qualifiés    Mini-remaniement du gouvernement    L'ONU préoccupée par la lenteur des progrès    16e salon d’Oran Autowest    L'ambassadeur d'Algérie à Paris dit avoir respecté la procédure    Les cheminots observent une grève surprise    Bentahar instruit les douaniers de faciliter les opérations d'exportation    Les Aigles de Carthage amoindris pour le stage en Espagne    Gymnastique    Comment les ménages peuvent alléger leurs factures    GOURAYA (TIPASA)    Les étudiants ferment les campus d'Aboudaou et de Targa Ouzemour    21 affaires de kidnapping traitées depuis 2003    Arrestation de 40 individus    Benflis appelle à réduire le train de vie de l'Etat "à sa plus simple expression"    Rachid Halet radié du FFS    Des cours en langue et culture amazighes lancés    TR Constantine    7e FICA    Sidi Bel-Abbès: Une recette des impôts cambriolée    Sécurité et fair-play : Les acteurs du football appelés à être impliqués    Accidents de la route : Les agences de contrôle contribuent à l'aggravation de la situation    Commercialisation du café : Un nouveau texte adopté    Projet de la nouvelle loi sanitaire : Il sera présenté aujourd'hui    Blida: Des milliers de pétards saisis    Première victime des tensions entre l'Iran et l'Arabie saoudite    Le trophée remis le 12 décembre    Deux militants appellent au «boycott et au sabotage»    Téhéran s'offusque du maintien des sanctions américaines    "On veut nos fusils!"    Des manuscrits originaux de Dylan et Clapton    Yousra récupérée par le festival de Marrakech    Hommage à un officier de valeur    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Le chien de Titanic»
Regard sur la société algérienne
Publié dans Info Soir le 28 - 11 - 2006

Parution n Ali Malek revient, une fois encore, aux éditions Barzakh, avec une nouvelle production littéraire : Le chien de Titanic, un roman léger, alerte, qui se lit d'un seul trait.
Comme dans chacun de ses écrits, Ali Malek situe la trame de son récit dans un village de Kabylie – dont il est originaire. Dans ce nouveau roman, l'auteur raconte un village, Titanic, où les habitants mènent une vie d'ennui et d'inertie.
Jusqu'au jour où tout bascule : le chien du capitaine de gendarmerie est tué. Celui-ci n'aura de cesse de trouver le coupable.
Ainsi, la traque commence et, du coup, des personnages, qui constituent le récit, se profilent un par un.
L'intérêt du récit ne se situe pas dans l'histoire racontée, mais dans ses différents personnages à travers lesquels est dit le village. L'auteur y dépeint une galerie de personnages qui, tous, et sans exception, sont d'une banalité sociale insolite. Ils sont médiocres mais en même temps, et paradoxalement, attachants, à tel point que le lecteur s'y intéresse et se soucie du devenir de chacun.
Ali Malek y présente aussi bien des femmes que des hommes. Il y a celui qui rêve d'un visa, celui qui vit reclus dans la montagne ou celle qui vend son corps, et bien d'autres personnages qui, chacun tente, tant bien que mal, de se frayer un chemin dans une vie de plus en plus rigide et pénible : Des protagonistes – à la fois prosaïques et singuliers – qui n'ont ni un rôle à jouer ni un devenir à accomplir. Ils sont là, juste parce qu'ils doivent y être, il en est ainsi pour dire une réalité, raconter un quotidien pesant.
Ainsi, l'auteur tient à narrer dans un style sémillant où vient se mêler, avec grande subtilité, l'humour à la dérision la situation sociale, notamment en Kabylie, et pour être plus précis celle d'un village.
En outre, dire des personnages, c'est dire des comportements ; et cette pluralité de caractères, donc de personnalités, et cette richesse d'attitudes sociales confèrent au récit sa teneur littéraire. Le récit est certes léger – sur le plan de la lecture puisque la composition des phrases ne semble pas être complexe ou déroutante – mais il reste néanmoins substantiel, soutenu et profondément significatif – sur le plan de la construction de l'énoncé, du contenu phrastique, c'est-à-dire de la sémantique.
Il suffit de parler d'un village – oublié et oublieux de lui-même – pour que toute l'Algérie — et sa réalité sociale et sa population — apparaît meurtrie, abandonnée, une Algérie amoureuse ou droguée, solitaire ou vénale, amorphe, éteinte ou rebelle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.