Miloud Chorfi à la tête de l'Autorité de régulation de l'audiovisuel    Hollande annonce des frappes aériennes en Irak    Lamamra évoque la sécurité au Maghreb et au Sahel et les relations algéro-américaines    «A Parme, je n'ai pas trouvé de l'aide»    Le contrecoup    La raison prend le pas sur la sagesse    Il faut se préparer pour l'après-pétrole    Mohamed-Tahar Fergani donne le ton    Akali rassure : «Aucun cas de fièvre aphteuse n'a été diagnostiqué sur les moutons algériens»    Crash d'un drone israélien    L'EN féminine à la 75e place    Le président Marzouki est candidat à sa réélection    Les 49 Turcs enlevés par l'organisation Etat islamique libérés    Le championnat d'Algérie dames débutera le 26 septembre    Florilège de pièces du répertoire universel    ORAN : La première voiture algérienne sortira le 10 novembre    Saisie de 7 quintaux de viande avariée à Naama    La syndicat des magistrats : « Il durcir la loi contre la corruption »    Maroc:Benkirane préside la première réunion du Comité stratégique du tourisme    Taxe de voyage introduite par la Tunisie    Cirta était sa capitale    Le Ministre de la santé jeudi à Tizi Ouzou    Alger met en échec le projet français d'intervention étrangère en Libye    Football - Ligue 1 : Le RCA, l'ASO et l'USMBA sous pression    Ligue des champions d'Afrique Aujourd'hui à 20 h 00 ESS - TP Mazembé : L'Entente déterminée malgré le huis clos    Technologies avancées :Des décisions d'éligibilité pour 32 jeunes entrepreneurs    Cyclisme - Championnats arabes : Annaba abritera la compétition    Aïn Témouchent : Trois accidents dont deux mortels en 24 heures    Visite des ministres de l'Education et de la Culture    Ebola: les aéroports dotés d'un tapis de détection de la fièvre    L'Ecosse fait planer le spectre de la contagion    Festival international de la BD sous le slogan «Le Mondial des Bulles    Skikda    ACTUCULT    El Amraouia de Tizi Ouzou en concert    L'APN forme des cadres burkinabés    ADHÉSION DE L’ALGÉRIE À L’OMC    EnquÃate-Témoignages    ELEVES RECALES DE L’ACADEMIE D’ALGER-CENTRE    Une erreur ça se corrige    Le coup de bill’art du Soir    Trucs et astuces    Le SG du MAE rend hommage au défunt    Le projet toujours en phase d'étude    Wall Street finit en hausse avec des records    USA : Hausse surprise des stocks de brut    Bravofly Rumbo : Bénéfice semestriel amputé de moitié, objectifs confirmés    La promesse du ministre de la Formation professionnelle    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

«Le chien de Titanic»
Regard sur la société algérienne
Publié dans Info Soir le 28 - 11 - 2006

Parution n Ali Malek revient, une fois encore, aux éditions Barzakh, avec une nouvelle production littéraire : Le chien de Titanic, un roman léger, alerte, qui se lit d'un seul trait.
Comme dans chacun de ses écrits, Ali Malek situe la trame de son récit dans un village de Kabylie – dont il est originaire. Dans ce nouveau roman, l'auteur raconte un village, Titanic, où les habitants mènent une vie d'ennui et d'inertie.
Jusqu'au jour où tout bascule : le chien du capitaine de gendarmerie est tué. Celui-ci n'aura de cesse de trouver le coupable.
Ainsi, la traque commence et, du coup, des personnages, qui constituent le récit, se profilent un par un.
L'intérêt du récit ne se situe pas dans l'histoire racontée, mais dans ses différents personnages à travers lesquels est dit le village. L'auteur y dépeint une galerie de personnages qui, tous, et sans exception, sont d'une banalité sociale insolite. Ils sont médiocres mais en même temps, et paradoxalement, attachants, à tel point que le lecteur s'y intéresse et se soucie du devenir de chacun.
Ali Malek y présente aussi bien des femmes que des hommes. Il y a celui qui rêve d'un visa, celui qui vit reclus dans la montagne ou celle qui vend son corps, et bien d'autres personnages qui, chacun tente, tant bien que mal, de se frayer un chemin dans une vie de plus en plus rigide et pénible : Des protagonistes – à la fois prosaïques et singuliers – qui n'ont ni un rôle à jouer ni un devenir à accomplir. Ils sont là, juste parce qu'ils doivent y être, il en est ainsi pour dire une réalité, raconter un quotidien pesant.
Ainsi, l'auteur tient à narrer dans un style sémillant où vient se mêler, avec grande subtilité, l'humour à la dérision la situation sociale, notamment en Kabylie, et pour être plus précis celle d'un village.
En outre, dire des personnages, c'est dire des comportements ; et cette pluralité de caractères, donc de personnalités, et cette richesse d'attitudes sociales confèrent au récit sa teneur littéraire. Le récit est certes léger – sur le plan de la lecture puisque la composition des phrases ne semble pas être complexe ou déroutante – mais il reste néanmoins substantiel, soutenu et profondément significatif – sur le plan de la construction de l'énoncé, du contenu phrastique, c'est-à-dire de la sémantique.
Il suffit de parler d'un village – oublié et oublieux de lui-même – pour que toute l'Algérie — et sa réalité sociale et sa population — apparaît meurtrie, abandonnée, une Algérie amoureuse ou droguée, solitaire ou vénale, amorphe, éteinte ou rebelle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.