Le spectre de la baisse des prix du pétrole sous le seuil des 50 doll    Damas fustige l'hypocrisie et la vantardise de Washington    «La bonne saison pour retrouver la Ligue 2» pour le MOC    Se rapprocher de l'indice de compétitivité    Selon Mohamed El-Ghazi : Le taux de réussite du dispositif d'aide à la création d'emploi dépasse les 90%    Cosider : Le groupe lance de nouvelles activités    Ghardaïa : Le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales installe le nouveau wali    Turquie : Deux semaines de violences et de représailles meurtrières    Incapacité à tempérer ou à récupérer    Ligue 1 Mobilis USM Alger : Hamdi restera en place au moins jusqu'au mercato d'hiver    AS Monaco : Jardim satisfait du collectif    Suite au fiasco du CHU de Constantine : Boudiaf a mis les points sur les " I "    La CLTD appelle à une transition négociée    Washington va "accélérer" ses ventes d'armes aux pays du Golfe    Recul de l'activité commerciale au 1er trimestre 2015    Les capacités de stockage « bientôt renforcées »    Un incident technique à l'origine de l'interruption du trafic    "Hamdi restera entraîneur en chef au moins jusqu'au mercato d'hiver"    MCA : Hendou : «Je prends les critiques de l'entraîneur du bon côté»    L'ANP salue le soutien du peuple algérien    La rentrée fixée au 6 septembre    "Les TDAH perturbent la scolarité de l'enfant qui en est atteint"    Le botulisme frappe toujours    Le rappeur controversé Action Bronson interdit d'entrée    Un programme pour tous les goûts    Commentaire : Capitulation mortifère    Festival "Off" d'Avignon : Victime collatérale de la bêtise    Festival international de Timgad : première soirée à succès    La passion selon Isabelle Eberhardt (2e partie et fin)    Real : Benitez dit non pour Bale et Benzema    Une maison de l'artisanat et un musée du bijou pour At Yanni    OIM: plus de 2000 migrants perdent la vie pendant la traversée de la Méditerranée en 2015    Le nouveau wali de Tiaret prend ses fonctions    Chlef : Le corps d'un jeune repêché au large de Ténès    SAISON ESTIVALE : Plus de 100 morts par noyade depuis juin    "Opération Maillot" au Festival des films du monde de Montréal    Bensalah représente jeudi le président Bouteflika aux cérémonies d'inauguration du nouveau canal de Suez    Les travailleurs de l'AMPTA reprennent le travail    Gaïd Salah préside la cérémonie de remise du Prix de l'ANP pour la meilleure œuvre scientifique, culturelle et médiatique    Athlétisme/Mondiaux de Pékin: dernière ligne droite pour les représentants algériens    Medelci reçoit la commissaire aux Affaires politiques de l'Union africaine    66 morts dans les accidents de la route en une semaine    Tunisie:arrestation de 22 personnes suspectées d'appartenir à des groupes terroristes    Année scolaire 2015-2016: la rentrée est fixée au 6 septembre prochain    Tripoli exclut toute intervention militaire étrangère (Premier ministre)    Mali : 11 soldats tués dans l'attaque d'un camp de l'armée à Gourmas Rharous (bilan officiel)    Bouira : Un mort et deux blessés dans une fusillade    Le parcours de l'ancien footballeur Koussim en photos    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

«Le chien de Titanic»
Regard sur la société algérienne
Publié dans Info Soir le 28 - 11 - 2006

Parution n Ali Malek revient, une fois encore, aux éditions Barzakh, avec une nouvelle production littéraire : Le chien de Titanic, un roman léger, alerte, qui se lit d'un seul trait.
Comme dans chacun de ses écrits, Ali Malek situe la trame de son récit dans un village de Kabylie – dont il est originaire. Dans ce nouveau roman, l'auteur raconte un village, Titanic, où les habitants mènent une vie d'ennui et d'inertie.
Jusqu'au jour où tout bascule : le chien du capitaine de gendarmerie est tué. Celui-ci n'aura de cesse de trouver le coupable.
Ainsi, la traque commence et, du coup, des personnages, qui constituent le récit, se profilent un par un.
L'intérêt du récit ne se situe pas dans l'histoire racontée, mais dans ses différents personnages à travers lesquels est dit le village. L'auteur y dépeint une galerie de personnages qui, tous, et sans exception, sont d'une banalité sociale insolite. Ils sont médiocres mais en même temps, et paradoxalement, attachants, à tel point que le lecteur s'y intéresse et se soucie du devenir de chacun.
Ali Malek y présente aussi bien des femmes que des hommes. Il y a celui qui rêve d'un visa, celui qui vit reclus dans la montagne ou celle qui vend son corps, et bien d'autres personnages qui, chacun tente, tant bien que mal, de se frayer un chemin dans une vie de plus en plus rigide et pénible : Des protagonistes – à la fois prosaïques et singuliers – qui n'ont ni un rôle à jouer ni un devenir à accomplir. Ils sont là, juste parce qu'ils doivent y être, il en est ainsi pour dire une réalité, raconter un quotidien pesant.
Ainsi, l'auteur tient à narrer dans un style sémillant où vient se mêler, avec grande subtilité, l'humour à la dérision la situation sociale, notamment en Kabylie, et pour être plus précis celle d'un village.
En outre, dire des personnages, c'est dire des comportements ; et cette pluralité de caractères, donc de personnalités, et cette richesse d'attitudes sociales confèrent au récit sa teneur littéraire. Le récit est certes léger – sur le plan de la lecture puisque la composition des phrases ne semble pas être complexe ou déroutante – mais il reste néanmoins substantiel, soutenu et profondément significatif – sur le plan de la construction de l'énoncé, du contenu phrastique, c'est-à-dire de la sémantique.
Il suffit de parler d'un village – oublié et oublieux de lui-même – pour que toute l'Algérie — et sa réalité sociale et sa population — apparaît meurtrie, abandonnée, une Algérie amoureuse ou droguée, solitaire ou vénale, amorphe, éteinte ou rebelle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.