L'ALGERIE REFUSE DE REMPLACER LE MAROC POUR L'ORGANISATION DE LA CAN 2015 : Ebola provoque la discorde dans le foot africain    JOURNEE NATIONALE DE LA PRESSE : Un précieux acquis à consolider    El Orfi et Nekkache libérés et remplacés par Karaoui et Ferhat    Un match à huis clos pour le CRB, l'USMBA, le MCEE et le DRBT    Tunisie: Le produit net bancaire d'AMEN Bank en hausse.    Dialogue intermalien inclusif : Le MAE malien exprime la gratitude de son pays envers l'Algérie    Hannachi sera auditionné demain par la commission de discipline de la LFP    Le développement des zones frontalières du sud, garant de la sécurité et de la stabilité    Djelfa : deux morts et 18 blessés dans trois accidents de la route    OMC: Sellal évoque avec d'Alotto l'état d'avancement du projet d'adhésion de l'Algérie    Devises: l'euro gagne un peu de terrain face à un dollar toujours affaibli    Pétrole: le brut monte après des données chinoises jugées encourageantes    Mort du patron de Total: enquête ouverte à Paris pour homicides involontaires    La ministre de la Culture annonce le lancement prochain du "Grand Prix du roman"    Sellal: le président Bouteflika a donné des instructions pour accorder une "attention particulière" aux régions frontalières    Lutte contre Ebola: l'ONU appelle la communauté internationale à suivre l'exemple de Cuba et du Venezuela    Sellal: éviter la division et renforcer la sécurité et la stabilité dont jouit l'Algérie    Programme de la 8e journée    Ils réclament les mêmes avantages que leurs collègues en activité    Il entame aujourd'hui des consultations bilatérales    CRB    14e Salon d'automne du petit format de la galerie Dar-El-Kenz    LE PUITS DE LOTFI BOUCHOUCHI    CAN-2015 (qualifications)    Alors que la Turquie ouvre ses frontières aux peshmergas pour rejoindre les combats    Lancement de 105.000 logements AADL à travers le pays (Tebboune)    LES REPORTS SUCCESSIFS DE L'OPERATION SUSCITENT la COLÈRE    Libye:75 morts lors des affrontements à Benghazi (nouveau bilan)    Sonatrach célèbre, à Oran, 50 ans de production gazière sur fond d'incertitudes    DIGOUTAGE    ACTUCULT    Le coup de bill’art du Soir    Tunisie:Vers un système national de dépôt de plaintes à distance et de dénonciation de cas de corruption    A fonds perdus    L’Etat Islamique : un des multiples avatars du projet du Grand Moyen-Orient des néo-conservateurs américains    LE GOUVERNEMENT ÉLARGIT LES MESURES EN FAVEUR DES POLICIERS, AUX DOUANIERS ET AUX POMPIERS    AÏN-SEFRA    Délice au chocolat    Equipe nationale : Mali - Algérie le 19 novembre    Dépénalisation de l'acte de gestion : Aller de la méfiance vers la confiance    Des politiques ou des commis de l'Etat ?    Douanes : Le nouveau code à l'examen au secrétariat général du gouvernement    Attention à l'effet d'aubaine !    Appel d'air... chaud    Les dirigeants arabes ne se mettent pas d'accord pour sérier    Et la lutte contre le terrorisme israélien ?    Mme Benghebrit responsabilise la famille de l'éducation pour la prése    Un boucan pour rien    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

«Le chien de Titanic»
Regard sur la société algérienne
Publié dans Info Soir le 28 - 11 - 2006

Parution n Ali Malek revient, une fois encore, aux éditions Barzakh, avec une nouvelle production littéraire : Le chien de Titanic, un roman léger, alerte, qui se lit d'un seul trait.
Comme dans chacun de ses écrits, Ali Malek situe la trame de son récit dans un village de Kabylie – dont il est originaire. Dans ce nouveau roman, l'auteur raconte un village, Titanic, où les habitants mènent une vie d'ennui et d'inertie.
Jusqu'au jour où tout bascule : le chien du capitaine de gendarmerie est tué. Celui-ci n'aura de cesse de trouver le coupable.
Ainsi, la traque commence et, du coup, des personnages, qui constituent le récit, se profilent un par un.
L'intérêt du récit ne se situe pas dans l'histoire racontée, mais dans ses différents personnages à travers lesquels est dit le village. L'auteur y dépeint une galerie de personnages qui, tous, et sans exception, sont d'une banalité sociale insolite. Ils sont médiocres mais en même temps, et paradoxalement, attachants, à tel point que le lecteur s'y intéresse et se soucie du devenir de chacun.
Ali Malek y présente aussi bien des femmes que des hommes. Il y a celui qui rêve d'un visa, celui qui vit reclus dans la montagne ou celle qui vend son corps, et bien d'autres personnages qui, chacun tente, tant bien que mal, de se frayer un chemin dans une vie de plus en plus rigide et pénible : Des protagonistes – à la fois prosaïques et singuliers – qui n'ont ni un rôle à jouer ni un devenir à accomplir. Ils sont là, juste parce qu'ils doivent y être, il en est ainsi pour dire une réalité, raconter un quotidien pesant.
Ainsi, l'auteur tient à narrer dans un style sémillant où vient se mêler, avec grande subtilité, l'humour à la dérision la situation sociale, notamment en Kabylie, et pour être plus précis celle d'un village.
En outre, dire des personnages, c'est dire des comportements ; et cette pluralité de caractères, donc de personnalités, et cette richesse d'attitudes sociales confèrent au récit sa teneur littéraire. Le récit est certes léger – sur le plan de la lecture puisque la composition des phrases ne semble pas être complexe ou déroutante – mais il reste néanmoins substantiel, soutenu et profondément significatif – sur le plan de la construction de l'énoncé, du contenu phrastique, c'est-à-dire de la sémantique.
Il suffit de parler d'un village – oublié et oublieux de lui-même – pour que toute l'Algérie — et sa réalité sociale et sa population — apparaît meurtrie, abandonnée, une Algérie amoureuse ou droguée, solitaire ou vénale, amorphe, éteinte ou rebelle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.