Mines antipersonnel L'Algérie a montré un «solide engagement»    De nouveaux joueurs seront convoqués    «Création de 400 000 emplois avant fin 2017»    Mines antipersonnel L'Algérie a montré un «solide engagement»    Les familles des prisonniers politiques dénoncent leurs transferts forcés vers d'autres prisons    Guterres se félicite de l'intention de Kohler de se rendre dans la région    Trois éléments de soutien aux groupes terroristes appréhendés à Médéa et Bordj Badji Mokhtar    Un nouvel entraîneur avant la fin de semaine    Retour du marathon des dunes    Trois éléments de soutien aux groupes terroristes appréhendés à Médéa et Bordj Badji Mokhtar    Le métier du président de l'APC !    Les cartables des élèves allégés    Avant-première de Hanachia de Boualem Aissaoui à Alger    Festival national de poésie melhoun dédié à Sidi Benkhelouf    Organise des journées de détente pour ses partenaires et leurs familles de la région Est    Le Burkina Faso saisit le TAS contre la décision de la FIFA    L'équipe de la Sûreté nationale décroche la 3e place    Le transfert de Diego Costa bouclé cette semaine    L'accord nucléaire iranien en jeu    Les enquêteurs de l'ONU demandent un accès "sans entrave"    Les raisons d'une nomination    L'Algérie fait son bilan    Les chiens n'aboient plus à Oran    Expo d'oeuvres artistiques et artisanales de détenus    Le FFS rendra publique sa liste à l'APW    "Récupérez l'argent de l'évasion fiscale!"    Les fantômes de l'Assemblée    Les premiers jalons de la diplomatie algérienne    "Hafl Itizal" captive le public jordanien    La fac de droit "réveille" les réseaux sociaux    Energie : Guitouni s'entretient avec les ambassadeurs de la Russie et du Venezuela    Réagissant aux sanctions de l'Onu : La Corée du Nord menace de couler le Japon    Energie : Optimiser les ressources humaines, l'objectif de Sonatrach    Modification de la Loi sur la monnaie et le crédit et introduction du financement non conventionnel : Opportunités et risques inflationnistes    Islamisme incontournable    Les concessionnaires tirent la sonnette d'alarme    Le secteur du BTP tire la sonnette d'alarme    La Faf annonce du changement pour le Cameroun    L'Algérie dispose de plans opérationnels    3 morts et 3 blessés dans un accident de la circulation    La Cour suprême ordonne la suspension du référendum au Kurdistan    Le nouveau clip de Zaki Project présenté à Alger    Les joueurs du Barça ont une pensée pour Dembélé (Photo)    COMMISSION DES CANDIDATURES DU FLN : Le retour inattendu de Saâdani    Les députés de la majorité parlementaire réitèrent leur soutien "absolu" aux mesures contenues dans le plan d'action du gouvernement    Trafic de psychotropes: Une bande démantelée à Hussein Dey    Le retrait de l'administration, vrai gage de transparence ou écran de fumée    La parole aux députés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le château d'El-Mokrani, témoin d'une épopée
Publié dans Info Soir le 05 - 08 - 2007

Pour ceux qui ne le savent pas, la capitale des Bibans, Bordj Bou-Arréridj, doit son nom au château d'El-Mokrani ou Bordj El-Mokrani, comme le désignent les autochtones. Le monument est l'un des rares sites historiques de la région. Un site qui dépérit, hélas, chaque jour un peu plus devant la passivité et le laisser-aller des autorités compétentes. Il y a quelques semaines, la tour, qui dominait le fort et toute la ville de Bordj Bou-Arréridj, s'est effondrée après avoir résisté des siècles durant aux assauts de la nature et des hommes.
Edifié sur un rocher de quinze mètres de haut, le château surplombe toute la région, offrant une vue magnifique sur tous les villages environnants. A travers les âges, il a servi de poste de surveillance pour défendre les portes de la ville et, surtout, l'unique source d'eau appelée à l'époque Aïn Bordj ou Aïn Siraje. Cette source n'existe cependant plus depuis les années 1960, à l'époque où le site était entouré de jardins et de champs de cultures maraîchères.
Même s'il est baptisé au nom du héros de la résistance de 1871, le château n'a pas été édifié par El-Hadj El-Mokrani. Il est signalé dans plusieurs livres consacrés à Bordj Bou-Arréridj. Francine Dessaigne, une historienne française, relève qu'en octobre 1839, «le duc d'Orléans, avec l'armée du général Valée, décide de bivouaquer au lieudit Aïn Bou Arroudj, protégé par un fort».
Pendant la présence ottomane, le château assurait la sécurité des caravanes commerciales sujettes à de nombreuses attaques.
Utilisé par l'armée française comme caserne militaire durant plus d'un siècle, il a été cédé par l'ANP en 1967 à la commune de Bordj Bou-Arréridj. Depuis 1993, il est mis à la disposition de l'Agence nationale d'archéologie qui devait le transformer en musée à la mémoire de l'une des plus belles épopées de la résistance du peuple algérien et en bibliothèque pour toute la wilaya. En attendant, il constitue un repaire idéal pour les cigognes, les pigeons et autres volatiles.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.