Cinq terroristes éliminés à Batna    El-Islah tranche pour une participation    "L'accord n'est pas contraignant"    "Ce statu quo est insupportable"    Un projet de circulaire interministérielle en préparation    Plus de 17 000 Nigériens renvoyés de Tamanrasset    Washington estime le risque de troubles civils très élevé    Des révélations embarrassantes pour Nicolas Sarkozy    Ligue 1 (6e journée)    Quelque 1 200 athlètes de 11 pays attendus    Un mort dans une collision    Cinq mandats d'arrêt émis à son encontre    La collégienne Zahra Belgacem retrouvée chez sa mère à Relizane    Ventes-dédicaces    Vibrant hommage au chanteur kabyle Atmani    CR Belouizdad    JS Saoura - JS Kabylie    OUM EL BOUAGHI    AprÚs sa premiÚre apparition à la télévision    MPA : Amara BenyounÚs effectue sa rentrée politique :    EN ATTENDANT LES PARAMÈTRES CONCRETS DE L’ACCORD DE L’OPEP    Mourad Lahlou    Evocation    Le coup de bill’art du Soir    Il a perdu près de 30% de ces capacités en quatre ans: Le CET du groupement d'Oran menacé de saturation    Béni-Saf: La lutte contre la rage, objectif zéro décès    Constantine Tourisme: Le Salon doit revoir sa copie    Constantine - Cotisations impayées: Le délai prorogé au 30 décembre    Ministère de l'Energie: Les ratés de la «com»    Le passeport biométrique passe à 48 pages    Le projet sera présenté à la Conférence mondiale du climat CoP22: La Résidence «El Ryad», un modèle de «construction verte»    Nsitou    Pour une politique éducative et culturelle créatrice de renaissance    Journée internationale des personnes âgées : M. Bouteflika n'a cessé de souligner le caractère social de l'Etat algérien    Révision annuelle des listes électorales : L'opération débutera aujourd'hui jusqu'au 30 octobre    6e journée de Ligue 1 Mobilis : ES Sétif - MC Alger en tête d'affiche    Zinédine Zidane : Enquête sur un "intouchable"    blida attire les investisseurs    Ouyahia appelle les cadres féminins à des actions de "sensibilisation"    "Notre rôle est d'encourager les exportations"    Les Etats membres s'engagent à lutter contre le chômage    Réserves de Moscou    Un Syrien extradé par la France vers l'Allemagne    Les fruits de la réconciliation    Kabele Camara et Kwezi Nyantakyi élus    L'absence d'humanisme dénoncée    Ankara hostile à une conquête de Rakka par les Kurdes    Washington utilise la trêve pour réarmer les terroristes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Constantine/ Ramadan
Ghrayef, baklaoua et k'taef
Publié dans Info Soir le 15 - 09 - 2007

Douceur n Il est difficile de résister à la tentation de savourer, ne serait-ce qu'un seul morceau, de la baklaoua ou des k'taef savamment préparés et découpés avec art et amour.
Avec leur réputée gastronomie et les mille et une senteurs qui se dégagent de la vieille médina, les Constantinois réservent chaque année un accueil exceptionnel au quatrième pilier de l'Islam, le mois de ramadan, un mois de jeûne et d'abstinence.
C'est avant tout le mois de piété, de recueillement et de solidarité entre musulmans, c'est pourquoi tous les lieux de culte de la ville, à l'image de la magnifique mosquée Emir-Abdelkader, se sont parés de mille et un lampions et préparés à l'afflux des fidèles.
Mais le ramadan reste aussi celui des plaisirs de la table, des petits plats mijotés et des friandises de toutes sortes. Et à Constantine, peut-être un peu plus qu'ailleurs, on garde jalousement le secret de nombreuses recettes de gâteaux que l'on ne se transmet que de mère en fille. Certaines douceurs typiquement constantinoises exigent des soins spécifiques et nécessitent un surcroît de dépenses à cause de l'achat d'ingrédients coûteux mais indispensables, comme les noix, les noisettes, les amandes et les pistaches, sans compter le beurre qui doit provenir obligatoirement du lait de vache.
Il faut reconnaître qu'il est difficile de résister à la tentation de savourer, ne serait-ce qu'un seul morceau, de la baklaoua ou des k'taef savamment préparés et découpés avec art et amour.
Le premier jour de ce mois sacré est accueilli par la plupart des familles constantinoises par la préparation d'un mets encore plus traditionnel qu'on appelle ghrayef' ou qaràa, plus connu au centre et à l'ouest du pays sous le nom de baghrir.
Le miel pur doit être à portée de main pour que les ghrayef' soient dégustés et appréciés à leur juste valeur.
Pour les Constantinois, ramadan est également synonyme de purification de l'âme.
Outre le jeûne durant la journée, les taraweeh, la nuit, et la prière du tahadjoud qui doit être arrêtée juste avant l'appel du muezzin à la prière de l'aube durant les dix derniers jours de jeûne, les familles constantinoises ont pour coutume de repeindre et de nettoyer à grande eau leurs habitations.
Celles qui le peuvent achètent de nouveaux ustensiles de cuisine, en optant généralement pour ceux fabriqués en terre cuite, notamment les marmites pour la chorba frik (soupe traditionnelle à base de blé dur) et les différents tadjines.
A Constantine, le ramadan est également, et surtout, une occasion, une de plus, pour les ménagères de replonger dans la douce ambiance culinaire, ou la gastronomie locale reprend toute son intensité, autant gustative que culturelle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.