Benyettou buteur face à Kasımpaşa    Réunion du Comité ministériel de suivi Opep-Non Opep: Des ajustements en vue pour mieux stabiliser les marchés    Manchester United: Mourinho dément un intérêt pour Bale    ORAN : 554 quintaux de liège attendus    ELECTIONS LOCALES : Le FLN énonce ses critères de candidature    Algérie- L'Etat subventionne l'eau uniquement à Alger et Tipaza    Maroc-Rif: RSF dénonce la chape de plomb et la censure médiatique sur la répression policière à Al Hoceima    ORAN : Fermeture de huit commerces pour insalubrité    LE PRESIDENT DU CONSEIL REGIONAL DE L'ORDRE DES MEDECINS A REFLEXION : Un organisme public si marginalisé    Barcelone : Comment Messi et Suarez auraient convaincu Neymar de rester !    24 candidats à l'émigration clandestine interceptées à Arzew    Moscou conclut un accord avec les rebelles    Auditions publiques de l'Instance vérité et dignité    Le syndicat dénonce des pressions sur les magistrats    Immobilier/Location à courte durée : Ce que veulent les agences    Nouveaux walis et walis délégués : La feuille de route    La Roma augmente son offre à 35 millions d'euros    Les dirigeants de Galatasaray à Paris pour négocier le transfert de Feghouli    L'inflation à 6,5% sur un an    La mission "casse-cou" du Premier ministre    MSP : Menasra succède à Makri    Au moins 30 terroristes éliminés    7 morts et 30 blessés en 24 heures    "L'austérité ne doit pas toucher le secteur de l'éducation"    Djamel Ould Abbes à Aït Yahia Moussa et à Timizart    Violentes échauffourées à Aokas    Omnisports : Des Verts euphoriques dans une salle Harcha en liesse    Handisport - Mondiaux-2017 : De l'or pour Ismahane Boudjadar    Appel à la retenue et à la coopération    Tébessa-Aïn M'lila : Le train va siffler en 2018    Travail de proximité à l'est du pays : La police a accompli «des pas de géant»    MCA : la décision a été officialisée hier : Kaci-Saïd (re)prend les rênes du Mouloudia    Festival international de musique diwane : Premier concert de Nora Mint Selmaly à Alger    Bedoui appelle les walis à faire preuve «d'objectivité» et de «transparence    Bled maâlich !    Aïn Témouchent: Formation au profit de bibliothécaires    Les APC coupées de leurs racines    La bête noire du monde des affaires    Et puis Tebboune est arrivé...    28 condamnés à mort pour l'assassinat d'un procureur    L'Italie hausse le ton face à ses voisins    L'Algérie à l'honneur    Cheb Anouar à l'affiche    Des rythmes, de la musique sraoui et des mélodies syriennes à l'ouverture    Etats-Unis-Chine : Le dialogue économique conclu sans avancée majeure    Licences d'importation : Eviter de mauvaises interprétations    Transition sans transaction    Constantine : Le Monument aux morts, un lieu de détente au cœur de l'histoire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Constantine/ Ramadan
Ghrayef, baklaoua et k'taef
Publié dans Info Soir le 15 - 09 - 2007

Douceur n Il est difficile de résister à la tentation de savourer, ne serait-ce qu'un seul morceau, de la baklaoua ou des k'taef savamment préparés et découpés avec art et amour.
Avec leur réputée gastronomie et les mille et une senteurs qui se dégagent de la vieille médina, les Constantinois réservent chaque année un accueil exceptionnel au quatrième pilier de l'Islam, le mois de ramadan, un mois de jeûne et d'abstinence.
C'est avant tout le mois de piété, de recueillement et de solidarité entre musulmans, c'est pourquoi tous les lieux de culte de la ville, à l'image de la magnifique mosquée Emir-Abdelkader, se sont parés de mille et un lampions et préparés à l'afflux des fidèles.
Mais le ramadan reste aussi celui des plaisirs de la table, des petits plats mijotés et des friandises de toutes sortes. Et à Constantine, peut-être un peu plus qu'ailleurs, on garde jalousement le secret de nombreuses recettes de gâteaux que l'on ne se transmet que de mère en fille. Certaines douceurs typiquement constantinoises exigent des soins spécifiques et nécessitent un surcroît de dépenses à cause de l'achat d'ingrédients coûteux mais indispensables, comme les noix, les noisettes, les amandes et les pistaches, sans compter le beurre qui doit provenir obligatoirement du lait de vache.
Il faut reconnaître qu'il est difficile de résister à la tentation de savourer, ne serait-ce qu'un seul morceau, de la baklaoua ou des k'taef savamment préparés et découpés avec art et amour.
Le premier jour de ce mois sacré est accueilli par la plupart des familles constantinoises par la préparation d'un mets encore plus traditionnel qu'on appelle ghrayef' ou qaràa, plus connu au centre et à l'ouest du pays sous le nom de baghrir.
Le miel pur doit être à portée de main pour que les ghrayef' soient dégustés et appréciés à leur juste valeur.
Pour les Constantinois, ramadan est également synonyme de purification de l'âme.
Outre le jeûne durant la journée, les taraweeh, la nuit, et la prière du tahadjoud qui doit être arrêtée juste avant l'appel du muezzin à la prière de l'aube durant les dix derniers jours de jeûne, les familles constantinoises ont pour coutume de repeindre et de nettoyer à grande eau leurs habitations.
Celles qui le peuvent achètent de nouveaux ustensiles de cuisine, en optant généralement pour ceux fabriqués en terre cuite, notamment les marmites pour la chorba frik (soupe traditionnelle à base de blé dur) et les différents tadjines.
A Constantine, le ramadan est également, et surtout, une occasion, une de plus, pour les ménagères de replonger dans la douce ambiance culinaire, ou la gastronomie locale reprend toute son intensité, autant gustative que culturelle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.