Rapts d'enfants: l'ARAV appelle les médias à traiter les informations en se fiant exclusivement au procureur de la République    Céréales: baisse de 28,5% de la facture d'importation sur sept mois    Accidents de la route: 58 morts et 1.981 blessés en une semaine (Protection civile)    FNTA Mostaganem: la troupe "Théâtre pour jeunes" de SBA décroche le grand prix    Ouverture de la session parlementaire 2016-2017 le 4 septembre    Violences dans les stades : Bedoui brandit des sanctions sévères contre les auteurs    Convocation pour le retrait des ordres de versement à partir du 5 septembre    Au moins 60 morts dans un attentat-suicide à Aden    Irak : 18 morts dans une attaque-suicide dans une oasis    Algérie-Cameroun fixé pour le 9 octobre à Blida    Brahmia évite les questions qui fâchent !    Un match à huis clos pour l'USMH    Aokas : rassemblement de soutien à Slimane Bouhafs    Chelghoum table sur un prix variant entre 20 000 et 45 000 DA    Quatre caches terroristes découvertes et détruites    Retraite : "Le gouvernement doit revenir à l'ancien système"    Le "Souk traditionnel", une alternative pour promouvoir les produits d'artisanat    Nouria Hafsi : "Nous faisons partie de cette société"    L'exposition "du Makam à la Nouba" est de retour    Jeux virtuels à munitions réelles en Syrie    Le burkini ou la main étrangère    Annulation de commandes, délais de livraison, non-respect des prix: Des concessionnaires au banc des accusés    Protection des barrages et traitement des eaux: Une facture salée    Afrique de l'Ouest : Mobilisation contre l'immigration clandestine des jeunes    Libye : "L'ultime bataille" contre l'EI lancée à Syrte    Verts d'Europe : Slimani buteur pour sa dernière apparition    Articles scolaires : Chalandage commun aux marchés populaires et aux grandes surfaces de la capitale    Sahara occidental : Appel aux Nations unies de prendre des mesures nécessaires    Vainqueurs et vaincus connus d'avance    «Supermani» à un pas de Leicester    Coup d'envoi de la compétition fin septembre 2016    Margarita Louis-Dreyfus confirme la vente de l'OM à Frank McCourt    Commerce informel à Alger: Ça marche bien    "Préservez les acquis du pays"    Les redresseurs réclament son invalidation    L'envoyé spécial des Etats-Unis à Khartoum    Les batailles de septembre    Un policier se donne la mort avec son arme    Saisie de 10 kg de kif traité et de 536 comprimés psychotropes    Le contrat de Kadir résilié    Le Japon à la conquête de l'Afrique    En compétition à Toulouse    L'Electric Daisy Carnival en Inde    L'Union Berlusconi-Bolloré tombe à l'eau    Bryan Singer raconte les débuts de la franchise    Rochefort et la Corderie royale    «La promotion des comportements sains chez les jeunes»    ANNABA    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Constantine/ Ramadan
Ghrayef, baklaoua et k'taef
Publié dans Info Soir le 15 - 09 - 2007

Douceur n Il est difficile de résister à la tentation de savourer, ne serait-ce qu'un seul morceau, de la baklaoua ou des k'taef savamment préparés et découpés avec art et amour.
Avec leur réputée gastronomie et les mille et une senteurs qui se dégagent de la vieille médina, les Constantinois réservent chaque année un accueil exceptionnel au quatrième pilier de l'Islam, le mois de ramadan, un mois de jeûne et d'abstinence.
C'est avant tout le mois de piété, de recueillement et de solidarité entre musulmans, c'est pourquoi tous les lieux de culte de la ville, à l'image de la magnifique mosquée Emir-Abdelkader, se sont parés de mille et un lampions et préparés à l'afflux des fidèles.
Mais le ramadan reste aussi celui des plaisirs de la table, des petits plats mijotés et des friandises de toutes sortes. Et à Constantine, peut-être un peu plus qu'ailleurs, on garde jalousement le secret de nombreuses recettes de gâteaux que l'on ne se transmet que de mère en fille. Certaines douceurs typiquement constantinoises exigent des soins spécifiques et nécessitent un surcroît de dépenses à cause de l'achat d'ingrédients coûteux mais indispensables, comme les noix, les noisettes, les amandes et les pistaches, sans compter le beurre qui doit provenir obligatoirement du lait de vache.
Il faut reconnaître qu'il est difficile de résister à la tentation de savourer, ne serait-ce qu'un seul morceau, de la baklaoua ou des k'taef savamment préparés et découpés avec art et amour.
Le premier jour de ce mois sacré est accueilli par la plupart des familles constantinoises par la préparation d'un mets encore plus traditionnel qu'on appelle ghrayef' ou qaràa, plus connu au centre et à l'ouest du pays sous le nom de baghrir.
Le miel pur doit être à portée de main pour que les ghrayef' soient dégustés et appréciés à leur juste valeur.
Pour les Constantinois, ramadan est également synonyme de purification de l'âme.
Outre le jeûne durant la journée, les taraweeh, la nuit, et la prière du tahadjoud qui doit être arrêtée juste avant l'appel du muezzin à la prière de l'aube durant les dix derniers jours de jeûne, les familles constantinoises ont pour coutume de repeindre et de nettoyer à grande eau leurs habitations.
Celles qui le peuvent achètent de nouveaux ustensiles de cuisine, en optant généralement pour ceux fabriqués en terre cuite, notamment les marmites pour la chorba frik (soupe traditionnelle à base de blé dur) et les différents tadjines.
A Constantine, le ramadan est également, et surtout, une occasion, une de plus, pour les ménagères de replonger dans la douce ambiance culinaire, ou la gastronomie locale reprend toute son intensité, autant gustative que culturelle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.