Algérie - Le holding Injab va construire 4 usines de logements préfabriqués en 2015    L'avocat des familles des moines de Tibhirine dénonce une "confiscation des preuves" par Alger    Algérie: engouement grandissant des agriculteurs de Mila pour le crédit R'fig    Mali: Engagement des mouvements politiques armés à respecter le "cessez le feu" et "la feuille de route"    Production de la Renault Symbol à l'usine d'Oued Tlélat    Ayant contracté une blessure mardi face à Schalke 04    Ligue 2 Mobilis    Le derby de vérité pour Soustara    L'Entente dès demain à Kinshasa    Ebola: un épouvantail?    Championat de Ligue 1 Mobilis de football/ 8e Journée    Conséquence de la hausse des stocks américains    La "libération" tourne au cauchemar    Les opposants aux islamistes en ordre dispersé    Tunisie: Altercation armée entre des terroristes et les forces sécuritaires à Oued Ellil    Des observateurs militaires déployés    Importantes opérations de l'armée dans les montagnes de l'Ouest    Journée nationale de la liberté de la presse à Béjaïa    ORGANISEE PAR LA DELEGATION DE L'UNION EUROPEENNE EN ALGERIE LES 28 ET 29 OCTOBRE À LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE    Grève à Tizi Ouzou    Le vent et l'oued    La révolution audiovisuelle n'a pas eu lieu    Les députés font le procès du gouvernement    "Oued El Harrach sera navigable cet été"    Le ministre de la Pêche en visite à Skikda    Migrants africains à l'ouest du pays    Rencontre professionnelle algéro-tunisienne à Oran    Mission impossible ?    Célébration de la journée nationale de la presse    "L'ANP est déterminée à relever les défis"    Le FFS hier chez le coordinateur du Pôle du changement    Bouira "couve" ses journalistes    Des associations appellent à leur prise en charge    Le RND et le FLN «adhèrent» au projet du FFS    Dialogue inter-malien: la Russie salue les efforts de l'Algérie pour une solution à la crise    Algérie: L'ANP intercepte 2.600 litres de carburant destinés à la contrebande (MDN)    L'Algérie participe à l'industrie de la plaisance et du tourisme    Renforcement de l'AEP dans Constantine-ouest    EN BREF    Session de formation en ferronnerie d'art à Constantine    L'appel du Sud    L'artisanat cherche acquéreur, l'artisan souffre...    Les dessous officiels et les non-dits    Une écrivaine-journaliste éprise de voyages et de littérature    Le Centre Kennedy dénonce la mort après torture d'un militant sahraoui    Le secteur de l'énergie redevient le moteur de la croissance    Balle au centre    EN BREF    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Constantine/ Ramadan
Ghrayef, baklaoua et k'taef
Publié dans Info Soir le 15 - 09 - 2007

Douceur n Il est difficile de résister à la tentation de savourer, ne serait-ce qu'un seul morceau, de la baklaoua ou des k'taef savamment préparés et découpés avec art et amour.
Avec leur réputée gastronomie et les mille et une senteurs qui se dégagent de la vieille médina, les Constantinois réservent chaque année un accueil exceptionnel au quatrième pilier de l'Islam, le mois de ramadan, un mois de jeûne et d'abstinence.
C'est avant tout le mois de piété, de recueillement et de solidarité entre musulmans, c'est pourquoi tous les lieux de culte de la ville, à l'image de la magnifique mosquée Emir-Abdelkader, se sont parés de mille et un lampions et préparés à l'afflux des fidèles.
Mais le ramadan reste aussi celui des plaisirs de la table, des petits plats mijotés et des friandises de toutes sortes. Et à Constantine, peut-être un peu plus qu'ailleurs, on garde jalousement le secret de nombreuses recettes de gâteaux que l'on ne se transmet que de mère en fille. Certaines douceurs typiquement constantinoises exigent des soins spécifiques et nécessitent un surcroît de dépenses à cause de l'achat d'ingrédients coûteux mais indispensables, comme les noix, les noisettes, les amandes et les pistaches, sans compter le beurre qui doit provenir obligatoirement du lait de vache.
Il faut reconnaître qu'il est difficile de résister à la tentation de savourer, ne serait-ce qu'un seul morceau, de la baklaoua ou des k'taef savamment préparés et découpés avec art et amour.
Le premier jour de ce mois sacré est accueilli par la plupart des familles constantinoises par la préparation d'un mets encore plus traditionnel qu'on appelle ghrayef' ou qaràa, plus connu au centre et à l'ouest du pays sous le nom de baghrir.
Le miel pur doit être à portée de main pour que les ghrayef' soient dégustés et appréciés à leur juste valeur.
Pour les Constantinois, ramadan est également synonyme de purification de l'âme.
Outre le jeûne durant la journée, les taraweeh, la nuit, et la prière du tahadjoud qui doit être arrêtée juste avant l'appel du muezzin à la prière de l'aube durant les dix derniers jours de jeûne, les familles constantinoises ont pour coutume de repeindre et de nettoyer à grande eau leurs habitations.
Celles qui le peuvent achètent de nouveaux ustensiles de cuisine, en optant généralement pour ceux fabriqués en terre cuite, notamment les marmites pour la chorba frik (soupe traditionnelle à base de blé dur) et les différents tadjines.
A Constantine, le ramadan est également, et surtout, une occasion, une de plus, pour les ménagères de replonger dans la douce ambiance culinaire, ou la gastronomie locale reprend toute son intensité, autant gustative que culturelle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.