Le « Wikileaks marocain » qui secoue le Makhzen    Le ministre français de l'Intérieur à Alger    Météo: pluies orageuses sur les régions est du pays jusqu'à vendredi    JS Kabylie : Ciccolini démissionne    Sous les sables de Babylone pour l'ouverture    Appel au meurtre contre Kamel Daoud    Le président Bouteflika reçoit les nouveaux ambassadeurs d'Egypte et d'Iran    Mascara : 70 accidents et 4 décès en un mois    Bernard Cazeneuve en visite de 2 jours à Alger    Handicaps des... juges?    Rapprochement historique entre les Etats-Unis et Cuba    Côte d'Ivoire-Ghana en janvier    L'USMB mis à l'épreuve à Médéa    Afrique du Sud-Zambie le 4 janvier à Johannesburg    Knauf décroche le Prix 2014    1600 actes de concession notifiés à des agriculteurs    Grave menace sur la liberté d'expression    Un agenda culturel en prévision    Commémoration de l'indépendance de l'Algérie    Le Dr Mebtoul    Conférence à Genève sur le respect du droit humain    56 morts et 572 blessés en une semaine    6 000 foyers bientôt raccordés à l'électricité    Un couple d'escrocs sous les verrous    UE : Le Hamas retiré de la liste des organisations terroristes par la justice    Au nom de la société civile    Révision consensuelle de la Constitution : L'heure est au bilan    Algérie-UE : Naissance d'un observatoire des filières agricole et agroalimentaire    Le président de l'ABEF à la Radio nationale : Les crédits bancaires pour l'investissement national en hausse    Wall Street finit en baisse, contexte volatil avant la Fed    Libye : Raid aérien de groupes islamistes près d'un terminal pétrolier    Coupe du Monde des Clubs Le Real Madrid en finale    Préoccupée par les violences : L'UE appelle au dialogue inclusif    Alger : 1.515 familles d'un bidonville à Baraki relogées dans une nouvelle cité à Bentalha    Les relations algéro-égyptiennes connaissent "une évolution substantielle" (ambassadeur)    Il faut un avant et un après festival    La politique des festivals au détriment de la culture    Le fiasco du Festival du film arabe d'Oran    Que se passe-t-il à la JS Kabylie ?    Que se passe-t-il à la JS Kabylie ?    Promouvoir les entreprises innovantes    Le nombre de français candidats au djihad a doublé en un an    Continuer à œuvrer pour la réduction des inégalités inter-régionales    Algérie-France : Vers l'intensification de la coopération sécuritaire    Solidarité nationale : reconversion de structures du secteur en centres spécialisés pour handicapés (ministre)    L'ANP mesure la menace géopolitique    Verts d'Europe : Belkalem a servi Medjani pour son 4ème but de la saison    Pêche et l'aquaculture : L'Algérie prête à transférer son expérience au profit des pays arabes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Constantine/ Ramadan
Ghrayef, baklaoua et k'taef
Publié dans Info Soir le 15 - 09 - 2007

Douceur n Il est difficile de résister à la tentation de savourer, ne serait-ce qu'un seul morceau, de la baklaoua ou des k'taef savamment préparés et découpés avec art et amour.
Avec leur réputée gastronomie et les mille et une senteurs qui se dégagent de la vieille médina, les Constantinois réservent chaque année un accueil exceptionnel au quatrième pilier de l'Islam, le mois de ramadan, un mois de jeûne et d'abstinence.
C'est avant tout le mois de piété, de recueillement et de solidarité entre musulmans, c'est pourquoi tous les lieux de culte de la ville, à l'image de la magnifique mosquée Emir-Abdelkader, se sont parés de mille et un lampions et préparés à l'afflux des fidèles.
Mais le ramadan reste aussi celui des plaisirs de la table, des petits plats mijotés et des friandises de toutes sortes. Et à Constantine, peut-être un peu plus qu'ailleurs, on garde jalousement le secret de nombreuses recettes de gâteaux que l'on ne se transmet que de mère en fille. Certaines douceurs typiquement constantinoises exigent des soins spécifiques et nécessitent un surcroît de dépenses à cause de l'achat d'ingrédients coûteux mais indispensables, comme les noix, les noisettes, les amandes et les pistaches, sans compter le beurre qui doit provenir obligatoirement du lait de vache.
Il faut reconnaître qu'il est difficile de résister à la tentation de savourer, ne serait-ce qu'un seul morceau, de la baklaoua ou des k'taef savamment préparés et découpés avec art et amour.
Le premier jour de ce mois sacré est accueilli par la plupart des familles constantinoises par la préparation d'un mets encore plus traditionnel qu'on appelle ghrayef' ou qaràa, plus connu au centre et à l'ouest du pays sous le nom de baghrir.
Le miel pur doit être à portée de main pour que les ghrayef' soient dégustés et appréciés à leur juste valeur.
Pour les Constantinois, ramadan est également synonyme de purification de l'âme.
Outre le jeûne durant la journée, les taraweeh, la nuit, et la prière du tahadjoud qui doit être arrêtée juste avant l'appel du muezzin à la prière de l'aube durant les dix derniers jours de jeûne, les familles constantinoises ont pour coutume de repeindre et de nettoyer à grande eau leurs habitations.
Celles qui le peuvent achètent de nouveaux ustensiles de cuisine, en optant généralement pour ceux fabriqués en terre cuite, notamment les marmites pour la chorba frik (soupe traditionnelle à base de blé dur) et les différents tadjines.
A Constantine, le ramadan est également, et surtout, une occasion, une de plus, pour les ménagères de replonger dans la douce ambiance culinaire, ou la gastronomie locale reprend toute son intensité, autant gustative que culturelle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.