La campagne "Consommons algérien" vise à exploiter les potentialités locales et à contenir les importations    Le comité tunisien de soutien au Yémen lance une campagne de solidarité    Quand un pantin s'en prend à un autre    AIN TEMOUCHENT: Les huissiers de justice se concertent    Crédit à la consommation : Financement total mais pas de taux d'intérêt bonifiés    BOUMERDES: Démocratie participative, dites-vous ?    Le 8e Salon des véhicules utilitaires s'ouvre aujourd'hui au CCO : Près de 40 marques présentes à Oran    MO Constantine : Entre les chimères et la réalité du terrain    Equipe nationale - U15 : Une intéressante prospection à Boumerdès    Inter-régions Est : Duel à distance entre le NRBEK et la JSPB pour le maintien    Praticiens de la santé : Retour à la protesta    Oued Tlelat, Sidi Chahmi, Hassi Ben Okba et Oran : Une dizaine de blessés dans cinq accidents    Skikda : Une casemate contenant 44 mines de fabrication artisanale détruite    TLEMCEN: Il y a cent ans, la grande «Hidjra»    Casting pour le film «Le marin»    La fête de la distillation de l'eau de rose revient    D'où vient et où va l'argent du football ?    Syrie : le temps de la désillusion    Disponibilité des vaccins ne doit pas être une option (une obligation)    Libye : Plus d'un demi-million de déplacés depuis 2014 à cause des violences    Yémen : John Kerry appelle les rebelles et leurs alliés à négocier    L'Apple Watch débarque au Japon, en Chine et en France : Lancement sans la cohue habituelle    Opposition ancienne et opposition nouvelle    Oran : Début hier de la campagne du tri sélectif des déchets    Tamanrasset : Extension des superficies irriguées sous pivots dans la daïra d'In-Salah    Grèce : L'Eurogroupe affiche son impatience face à Athènes    Tunisie : La BAD fait don de ses équipements et voitures aux structures publiques    FC Barcelone : L'héritage de Tito Vilanova    Conférence de Bandung : Une clôture avec l'adoption de trois documents principaux    Brahimi entre dans l'histoire de Porto en une saison    Près de 13.000 migrants algériens arrêtés    Plus de 125.000 logements sociaux recensés    Un terroriste abattu par les forces de l'ANP    Commémoration du centenaire des massacres de 1915    Le plan d'urgence adopté    Un réseau de voleurs de voitures démantelé à El Oued    Dix islamistes et trois soldats tués en deux jours    L'USM Blida accède en Ligue 1    Le Rôle accru de Europol    Deuxième édition de son concours « Oobarmijoo »    Constantine n'oublie pas ses enfants!    Des acteurs amérindiens quittent le tournage du film d'Adam Sandler    JSK : Le peuple de la JSK demande le départ de Hannachi    Makri "invente" l'instance autonome des élections    EnquÃate-Témoignages    Théâtre    10e congrès du FLN : Rajeunissement du parti, une priorité    Crimes perpétrés par la France en Algérie : Il y aura sans doute une reconnaissance française    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Constantine/ Ramadan
Ghrayef, baklaoua et k'taef
Publié dans Info Soir le 15 - 09 - 2007

Douceur n Il est difficile de résister à la tentation de savourer, ne serait-ce qu'un seul morceau, de la baklaoua ou des k'taef savamment préparés et découpés avec art et amour.
Avec leur réputée gastronomie et les mille et une senteurs qui se dégagent de la vieille médina, les Constantinois réservent chaque année un accueil exceptionnel au quatrième pilier de l'Islam, le mois de ramadan, un mois de jeûne et d'abstinence.
C'est avant tout le mois de piété, de recueillement et de solidarité entre musulmans, c'est pourquoi tous les lieux de culte de la ville, à l'image de la magnifique mosquée Emir-Abdelkader, se sont parés de mille et un lampions et préparés à l'afflux des fidèles.
Mais le ramadan reste aussi celui des plaisirs de la table, des petits plats mijotés et des friandises de toutes sortes. Et à Constantine, peut-être un peu plus qu'ailleurs, on garde jalousement le secret de nombreuses recettes de gâteaux que l'on ne se transmet que de mère en fille. Certaines douceurs typiquement constantinoises exigent des soins spécifiques et nécessitent un surcroît de dépenses à cause de l'achat d'ingrédients coûteux mais indispensables, comme les noix, les noisettes, les amandes et les pistaches, sans compter le beurre qui doit provenir obligatoirement du lait de vache.
Il faut reconnaître qu'il est difficile de résister à la tentation de savourer, ne serait-ce qu'un seul morceau, de la baklaoua ou des k'taef savamment préparés et découpés avec art et amour.
Le premier jour de ce mois sacré est accueilli par la plupart des familles constantinoises par la préparation d'un mets encore plus traditionnel qu'on appelle ghrayef' ou qaràa, plus connu au centre et à l'ouest du pays sous le nom de baghrir.
Le miel pur doit être à portée de main pour que les ghrayef' soient dégustés et appréciés à leur juste valeur.
Pour les Constantinois, ramadan est également synonyme de purification de l'âme.
Outre le jeûne durant la journée, les taraweeh, la nuit, et la prière du tahadjoud qui doit être arrêtée juste avant l'appel du muezzin à la prière de l'aube durant les dix derniers jours de jeûne, les familles constantinoises ont pour coutume de repeindre et de nettoyer à grande eau leurs habitations.
Celles qui le peuvent achètent de nouveaux ustensiles de cuisine, en optant généralement pour ceux fabriqués en terre cuite, notamment les marmites pour la chorba frik (soupe traditionnelle à base de blé dur) et les différents tadjines.
A Constantine, le ramadan est également, et surtout, une occasion, une de plus, pour les ménagères de replonger dans la douce ambiance culinaire, ou la gastronomie locale reprend toute son intensité, autant gustative que culturelle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.