Le président Bouteflika félicite le nouveau président nigérian    AFFAIRE EL KHALIFA BANK : 385 témoins convoqués le 4 mai à Blida    LAMAMRA AU SUJET DE LA FORCE ARABE D'INTERVENTION : L'Algérie plaide pour une force qui lutte contre le terrorisme    Oran : Découverte du corps sans vie d'un jeune    Lancement prochain de la réalisation d'une cimenterie algéro-sud-africaine à M'sila    Le président Zuma se félicite du rôle "positif et encourageant" de l'Algérie dans la médiation au Mali    Assainissement: épuration de 320 millions de m3 d'eaux usées par an    Coupes africaines inter-clubs: l'USM Alger et l'ES Sétif sur du velours    Vieux bâti à Alger: Belouizdad, une commune, un quartier, une histoire    Man Utd : Un milieu Néerlandais en approche ?    Guelma : une nécropole Romaine découverte près de Guelaât-Bousbaâ    La Palestine devient Etat membre de la Cour pénale internationale    Le Real Madrid engage le Brésilien Danilo pour six ans    Alaba incertain face à Dortmund    Algérie:incendie au Palais du Gouvernement    Les cours du pétrole en baisse en Asie    M. Bensalah offre un dîner officiel en l'honneur du président sud-africain    Sahara occidental: Le Maroc fait l'objet de pressions pour la reprise des négociations avec le Front polisario    Yémen : 62 enfants tués en une semaine dans les combats    Hadj : quota réduit pour l’Algérie    Le Soir du Centre    Strudel au bœuf    DIGOUTAGE    AD Gladium    Ecole supérieure des Beaux-Arts d’Alger    Concessionnaires de véhicules neufs : De nouvelles normes de sécurité pour les bus    Il n'est jamais trop tard pour agir… mais    Fin de la grève à Air Algérie    Un nouveau directeur de la Protection civile    Erigées sur des terres agricoles : Une quarantaine de constructions illicites démolies, à Mers El Hadjadj    Equipe nationale : Des hauts et des bas    Equipe nationale : Les Verts remettent les pendules à l'heure    RC Relizane : Faux pas interdit face à l'O. Médéa    LES PROCURATIONS USURPEES    Il faut être laïc pour sauver la religion    Profil avenir    Moto GP : Pedrosa (Honda) s'arrête pour une durée indéterminée    Redéfinir le concept de démocratie    Mauritanie : Inauguration d'une nouvelle infrastructure d'hydratation de chaux à Nouakchott    Transport ferroviaire : Création d'une société mixte algéro-autrichienne    Dispositifs de sécurité par genre de véhicule    Les bâtisses à démolir menaçaient ruine    Opérations chirurgicales au profit de 13 enfants à Ouargla    40 morts et 1.278 blessés en une semaine !    Un avion turc atterrit à Casablanca    "Offrande au pays du cèdre"    Entre sadisme et inconscience !    Le président Bouteflika reçoit son homologue Sud-africain    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Constantine/ Ramadan
Ghrayef, baklaoua et k'taef
Publié dans Info Soir le 15 - 09 - 2007

Douceur n Il est difficile de résister à la tentation de savourer, ne serait-ce qu'un seul morceau, de la baklaoua ou des k'taef savamment préparés et découpés avec art et amour.
Avec leur réputée gastronomie et les mille et une senteurs qui se dégagent de la vieille médina, les Constantinois réservent chaque année un accueil exceptionnel au quatrième pilier de l'Islam, le mois de ramadan, un mois de jeûne et d'abstinence.
C'est avant tout le mois de piété, de recueillement et de solidarité entre musulmans, c'est pourquoi tous les lieux de culte de la ville, à l'image de la magnifique mosquée Emir-Abdelkader, se sont parés de mille et un lampions et préparés à l'afflux des fidèles.
Mais le ramadan reste aussi celui des plaisirs de la table, des petits plats mijotés et des friandises de toutes sortes. Et à Constantine, peut-être un peu plus qu'ailleurs, on garde jalousement le secret de nombreuses recettes de gâteaux que l'on ne se transmet que de mère en fille. Certaines douceurs typiquement constantinoises exigent des soins spécifiques et nécessitent un surcroît de dépenses à cause de l'achat d'ingrédients coûteux mais indispensables, comme les noix, les noisettes, les amandes et les pistaches, sans compter le beurre qui doit provenir obligatoirement du lait de vache.
Il faut reconnaître qu'il est difficile de résister à la tentation de savourer, ne serait-ce qu'un seul morceau, de la baklaoua ou des k'taef savamment préparés et découpés avec art et amour.
Le premier jour de ce mois sacré est accueilli par la plupart des familles constantinoises par la préparation d'un mets encore plus traditionnel qu'on appelle ghrayef' ou qaràa, plus connu au centre et à l'ouest du pays sous le nom de baghrir.
Le miel pur doit être à portée de main pour que les ghrayef' soient dégustés et appréciés à leur juste valeur.
Pour les Constantinois, ramadan est également synonyme de purification de l'âme.
Outre le jeûne durant la journée, les taraweeh, la nuit, et la prière du tahadjoud qui doit être arrêtée juste avant l'appel du muezzin à la prière de l'aube durant les dix derniers jours de jeûne, les familles constantinoises ont pour coutume de repeindre et de nettoyer à grande eau leurs habitations.
Celles qui le peuvent achètent de nouveaux ustensiles de cuisine, en optant généralement pour ceux fabriqués en terre cuite, notamment les marmites pour la chorba frik (soupe traditionnelle à base de blé dur) et les différents tadjines.
A Constantine, le ramadan est également, et surtout, une occasion, une de plus, pour les ménagères de replonger dans la douce ambiance culinaire, ou la gastronomie locale reprend toute son intensité, autant gustative que culturelle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.