Education: Examens de promotion et concours de recrutement primaire et fondamental    Ennahar TV... 1ère chaîne d'information avec 2 millions de téléspectateurs/jour    Sélection prochaine des bureaux d'études    "Un des auteurs a été éliminé par l'ANP"    Le parquet de Paris prononce un non-lieu    "Le siège du président est occupé jusqu'en 2019"    Le pouvoir ignore l'opposition et ne change rien à son agenda    6000 fonctionnaires seront formés    Le régime alimentaire méditerranéen date de 9 000 ans    Un et deux ans de prison pour deux ex-directeurs    "La signalisation est insuffisante sur les routes"    "L'Algérie est le pays des diplomates chevronnés"    Les enjeux de sécurité régionale au coeur de la visite    Biden attise-t-il le feu de la guerre?    Hamma Hammami arbitre de la présidentielle tunisienne    "Ce que met la FAF à notre disposition est exceptionnel"    Brahimi en 8es de finale et Slimani encore buteur    Mokhtar Amalou au sifflet    L'équipe nationale A' : 9 nouveaux joueurs en stage    RCA : Les supporters exigent le départ du président    L'Opep va-t-elle jeter l'éponge?    Le gnaoui, le gruge et le flamenco    Julie Gayet offre une mention pour la fille de Azzedine Meddour    Les studios du film L'Emir Abdelkader à El Achour    Projet de loi relatif à la création du fonds de la pension alimentaire : Les députés adoptent le texte à l'unanimité    Bejaia : La fermeture de la décharge intercommunale de Biziou au centre d'une enquête    Amara Benyounès : "Ils ont une relation schizophrénique avec le Président"    Développement durable : Le Réseau Nada organise un Forum international à Alger    Avec plus de cinq millions de passagers : Air Algérie augmente sa part du marché à 51,5%    Ligue des champions : Manchester City-Bayern Munich (3-2)    USA : La croissance encore plus solide qu'attendue au troisième trimestre    La France retarde la livraison du Mistral à la Russie    Ukraine : Règlement impossible sans un compromis avec la Russie    Présidentielle en Tunisie : Essebsi et Marzouki s'affronteront au second tour    Nul n'affectionne l'euthanasie politique    « Les relations algéro- américaines n'ont jamais été aussi bonnes »    300 000 enfants travaillent en Algérie    Saâdani tente de contenir la protesta de ses députés    Challenge international de Nice (lutte libre): la sélection algérienne    Berraf : «Le COA donnera toutes les garanties en cas de retour au pays    La prochaine évaluation sur le climat des affaires sera meilleure    Le partenariat d'exception plaide pour un traité de fraternité    Le tort des uns et des autres    Restructuration du Val d'Hydra    Pari ou péril jeunes    Le manque de structures empêche des artistes en herbe d'éclore    El Anka, phénix du chaâbi    Un énorme patrimoine en perte de vocation    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Constantine/ Ramadan
Ghrayef, baklaoua et k'taef
Publié dans Info Soir le 15 - 09 - 2007

Douceur n Il est difficile de résister à la tentation de savourer, ne serait-ce qu'un seul morceau, de la baklaoua ou des k'taef savamment préparés et découpés avec art et amour.
Avec leur réputée gastronomie et les mille et une senteurs qui se dégagent de la vieille médina, les Constantinois réservent chaque année un accueil exceptionnel au quatrième pilier de l'Islam, le mois de ramadan, un mois de jeûne et d'abstinence.
C'est avant tout le mois de piété, de recueillement et de solidarité entre musulmans, c'est pourquoi tous les lieux de culte de la ville, à l'image de la magnifique mosquée Emir-Abdelkader, se sont parés de mille et un lampions et préparés à l'afflux des fidèles.
Mais le ramadan reste aussi celui des plaisirs de la table, des petits plats mijotés et des friandises de toutes sortes. Et à Constantine" class="city">Constantine, peut-être un peu plus qu'ailleurs, on garde jalousement le secret de nombreuses recettes de gâteaux que l'on ne se transmet que de mère en fille. Certaines douceurs typiquement constantinoises exigent des soins spécifiques et nécessitent un surcroît de dépenses à cause de l'achat d'ingrédients coûteux mais indispensables, comme les noix, les noisettes, les amandes et les pistaches, sans compter le beurre qui doit provenir obligatoirement du lait de vache.
Il faut reconnaître qu'il est difficile de résister à la tentation de savourer, ne serait-ce qu'un seul morceau, de la baklaoua ou des k'taef savamment préparés et découpés avec art et amour.
Le premier jour de ce mois sacré est accueilli par la plupart des familles constantinoises par la préparation d'un mets encore plus traditionnel qu'on appelle ghrayef' ou qaràa, plus connu au centre et à l'ouest du pays sous le nom de baghrir.
Le miel pur doit être à portée de main pour que les ghrayef' soient dégustés et appréciés à leur juste valeur.
Pour les Constantinois, ramadan est également synonyme de purification de l'âme.
Outre le jeûne durant la journée, les taraweeh, la nuit, et la prière du tahadjoud qui doit être arrêtée juste avant l'appel du muezzin à la prière de l'aube durant les dix derniers jours de jeûne, les familles constantinoises ont pour coutume de repeindre et de nettoyer à grande eau leurs habitations.
Celles qui le peuvent achètent de nouveaux ustensiles de cuisine, en optant généralement pour ceux fabriqués en terre cuite, notamment les marmites pour la chorba frik (soupe traditionnelle à base de blé dur) et les différents tadjines.
A Constantine" class="city">Constantine, le ramadan est également, et surtout, une occasion, une de plus, pour les ménagères de replonger dans la douce ambiance culinaire, ou la gastronomie locale reprend toute son intensité, autant gustative que culturelle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.