Les importations en perpétuelle hausse    France : L'économie plus robuste que prévu, mais l'humilité reste de mise    Matériaux pour l'énergétique et Génie de l'environnement : Conférence internationale à Alger    Grande commission mixte algéro-qatarie : Plusieurs accords signés hier à Doha    Les mises en garde des députés    Une brèche dans le front    Messahel souligne le rôle de l'Algérie    Iran-Etats-Unis : Peut-être une nouvelle situation géopolitique    Tunisie : Les Tunisiens aux urnes pour leur première présidentielle libre    La guerre par indigènes interposés    5 gigawatts de capacité nucléaire actuellement hors service    Les élections boycottées par l'opposition chiite    Equipe nationale : Un amical face à la Tunisie avant la CAN 2015 ?    CAN 2017 Tahmi : "De grandes chances de l'organiser"    La crise s'installe durablement au MC Alger    Lacroatie en vedette avec Masa Dance Company !    Une soprano qui "soigne l'âme"    Grâce et beauté de corps en liberté    Le ministère décidé à aider les patrons de pêche    Faits et chiffres    Médéa : 23 cas d'asphyxie au monoxyde de carbone depuis le début de l'année    Une centaine d'affaires liées au terrorisme inscrites    Selon Le Professeur Kamel Bouzid : Le nombre de cancéreux est appelé à augmenter    La réalisation du Centre culturel islamique de Ouargla en bonne voie    A boire et à manger    El Oued, une scène pour la musique et la chanson du Souf    Plus de 600 000 comprimés psychotropes saisis en 10 mois    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie au Qatar    Adapter le système de sécurité sociale aux nouvelles donnes    Un coup de jeune pour la nouvelle citadine made in France    Les tarifs du péage sur l'autoroute Est-Ouest toujours à l'étude    Examen le 2 décembre d'une affaire de massacres collectifs    Les chances d'un accord réduites    Le Doyen touche le fond    Al-Sissi appelle les Européens à "la lutte commune contre le terrorisme"    Et que vive l'Afrique !    Secousse tellurique de 2,6 degrés à Mostaganem (CRAAG)    DOTER MOSTAGANEM D'UN CENTRE ANTICANCEREUX : Ces cancéreux qui meurent en silence à Mostaganem !    Ligue 1 Mobilis (11e journée): le MO Bejaia reprend les commandes    Ligue 1 (U-21) : l'USM Alger tombe face au MC Alger après 9 matchs d'invincibilité    Espagne: Messi buteur record en Liga, Ronaldo éclipsé    La Tunisie votent pour une présidentielle historique    en bref    Les Algériens à la découverte de cultures venues d'ailleurs    Amar Saâdani charge l'opposition    Le dossier de l'Algérie a de «grandes chances» d'être accepté    La scission au sein du RND consommée à Tizi Ouzou    Islamisme incontournable ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Constantine/ Ramadan
Ghrayef, baklaoua et k'taef
Publié dans Info Soir le 15 - 09 - 2007

Douceur n Il est difficile de résister à la tentation de savourer, ne serait-ce qu'un seul morceau, de la baklaoua ou des k'taef savamment préparés et découpés avec art et amour.
Avec leur réputée gastronomie et les mille et une senteurs qui se dégagent de la vieille médina, les Constantinois réservent chaque année un accueil exceptionnel au quatrième pilier de l'Islam, le mois de ramadan, un mois de jeûne et d'abstinence.
C'est avant tout le mois de piété, de recueillement et de solidarité entre musulmans, c'est pourquoi tous les lieux de culte de la ville, à l'image de la magnifique mosquée Emir-Abdelkader, se sont parés de mille et un lampions et préparés à l'afflux des fidèles.
Mais le ramadan reste aussi celui des plaisirs de la table, des petits plats mijotés et des friandises de toutes sortes. Et à Constantine, peut-être un peu plus qu'ailleurs, on garde jalousement le secret de nombreuses recettes de gâteaux que l'on ne se transmet que de mère en fille. Certaines douceurs typiquement constantinoises exigent des soins spécifiques et nécessitent un surcroît de dépenses à cause de l'achat d'ingrédients coûteux mais indispensables, comme les noix, les noisettes, les amandes et les pistaches, sans compter le beurre qui doit provenir obligatoirement du lait de vache.
Il faut reconnaître qu'il est difficile de résister à la tentation de savourer, ne serait-ce qu'un seul morceau, de la baklaoua ou des k'taef savamment préparés et découpés avec art et amour.
Le premier jour de ce mois sacré est accueilli par la plupart des familles constantinoises par la préparation d'un mets encore plus traditionnel qu'on appelle ghrayef' ou qaràa, plus connu au centre et à l'ouest du pays sous le nom de baghrir.
Le miel pur doit être à portée de main pour que les ghrayef' soient dégustés et appréciés à leur juste valeur.
Pour les Constantinois, ramadan est également synonyme de purification de l'âme.
Outre le jeûne durant la journée, les taraweeh, la nuit, et la prière du tahadjoud qui doit être arrêtée juste avant l'appel du muezzin à la prière de l'aube durant les dix derniers jours de jeûne, les familles constantinoises ont pour coutume de repeindre et de nettoyer à grande eau leurs habitations.
Celles qui le peuvent achètent de nouveaux ustensiles de cuisine, en optant généralement pour ceux fabriqués en terre cuite, notamment les marmites pour la chorba frik (soupe traditionnelle à base de blé dur) et les différents tadjines.
A Constantine, le ramadan est également, et surtout, une occasion, une de plus, pour les ménagères de replonger dans la douce ambiance culinaire, ou la gastronomie locale reprend toute son intensité, autant gustative que culturelle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.