«Le développement local est l'affaire de tous»    La baisse des prix se poursuit sur les deux premiers mois    Reprise des pourparlers directs entre rebelles et gouvernement    Ban Ki-moon appelle à défendre la liberté et l'indépendance de la presse    FIFA 16 : Slimani et Boudebouz stars de l'équipe FUT de la semaine    L'incivisme et l'insalubrité, des fléaux qui pèsent sur le quotidien des habitants    Manifestations à la mesure de l'évènement    OUVERTURE AUJOURD'HUI DU CONGRES EXTRAORDINAIRE DU RND : Vers la reconduction d'Ouyahia à la tête de son parti    Forcing diplomatique pour rétablir la trêve    Accidents de la circulation: 10 morts et 22 blessés en 24 heures    La wilaya d'Alger devra réceptionner plus de 42.000 logements cette année    Baisse du nombre d'accidents de travail    Maduro prêt à autoriser un référendum révocatoire    L'AMA suspend l'accréditation du laboratoire sud-africain de Bloemfontein    L'Atlético en finale grâce à Griezmann, 3e échec pour Guardiola    Les Crabes veulent sauver une saison presque ratée    Djemina beaucoup de touristes attendus    Une trentaine de participants au 2e colloque national sur le Coran et la civilisation    L'écho de l'histoire dans la création africaine    USA / Investiture républicaine : Trump, le vent en poupe    en bref...    Tiaret, Safav-MB : Livraison de 480 véhicules Mercedès-Benz    Vie des clubs / JSMB : elle joue sa survie à Oum El-Bouaghi : Yemma Gouraya retient son souffle    La seconde vie du correspondant de presse    Ligue des champions d’Europe (Demi-finale, retour)    Angleterre    Commission de Discipline de la LFP    L’ANP continue sa traque à Kerkera    Emprunt national et crise du systÚme de financement    El-Ghazi : "Le SNMG ne sera pas augmenté"    Mauritanie    455 332 candidats participent aux examens de fin d'année scolaire    Secousse tellurique de magnitude 3,3    Le port d'Oran pour lancer un nouveau système    Sid-Ahmed Ferroukhi lance la campagne moissons-battages    Le FFS célÚbre la liberté de la presse et la fÃate des travailleurs    Grine : "L'Autorité de régulation de la presse écrite, c'est moi"    CHUO: Un cycle de formation pour le personnel médical, sur le virus Zika    Constantine - Ain S'mara: Une bande de cambrioleurs neutralisée    Corruption en région MENA: 50 millions de personnes ont payé des pots-de-vin    Tizi Ouzou: Recueillement à la mémoire des journalistes assassinés par le terrorisme    On met les bouchées doubles    Bouteflika reçoit Alassane Ouattara    Appel à une rapide mise en oeuvre    Or noir : Les cours rebondissent en Asie    Houria Aïchi à l'affiche    Caravane "Cinéma pour tous"    Captain America: Civil War à l'affiche    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Constantine/ Ramadan
Ghrayef, baklaoua et k'taef
Publié dans Info Soir le 15 - 09 - 2007

Douceur n Il est difficile de résister à la tentation de savourer, ne serait-ce qu'un seul morceau, de la baklaoua ou des k'taef savamment préparés et découpés avec art et amour.
Avec leur réputée gastronomie et les mille et une senteurs qui se dégagent de la vieille médina, les Constantinois réservent chaque année un accueil exceptionnel au quatrième pilier de l'Islam, le mois de ramadan, un mois de jeûne et d'abstinence.
C'est avant tout le mois de piété, de recueillement et de solidarité entre musulmans, c'est pourquoi tous les lieux de culte de la ville, à l'image de la magnifique mosquée Emir-Abdelkader, se sont parés de mille et un lampions et préparés à l'afflux des fidèles.
Mais le ramadan reste aussi celui des plaisirs de la table, des petits plats mijotés et des friandises de toutes sortes. Et à Constantine, peut-être un peu plus qu'ailleurs, on garde jalousement le secret de nombreuses recettes de gâteaux que l'on ne se transmet que de mère en fille. Certaines douceurs typiquement constantinoises exigent des soins spécifiques et nécessitent un surcroît de dépenses à cause de l'achat d'ingrédients coûteux mais indispensables, comme les noix, les noisettes, les amandes et les pistaches, sans compter le beurre qui doit provenir obligatoirement du lait de vache.
Il faut reconnaître qu'il est difficile de résister à la tentation de savourer, ne serait-ce qu'un seul morceau, de la baklaoua ou des k'taef savamment préparés et découpés avec art et amour.
Le premier jour de ce mois sacré est accueilli par la plupart des familles constantinoises par la préparation d'un mets encore plus traditionnel qu'on appelle ghrayef' ou qaràa, plus connu au centre et à l'ouest du pays sous le nom de baghrir.
Le miel pur doit être à portée de main pour que les ghrayef' soient dégustés et appréciés à leur juste valeur.
Pour les Constantinois, ramadan est également synonyme de purification de l'âme.
Outre le jeûne durant la journée, les taraweeh, la nuit, et la prière du tahadjoud qui doit être arrêtée juste avant l'appel du muezzin à la prière de l'aube durant les dix derniers jours de jeûne, les familles constantinoises ont pour coutume de repeindre et de nettoyer à grande eau leurs habitations.
Celles qui le peuvent achètent de nouveaux ustensiles de cuisine, en optant généralement pour ceux fabriqués en terre cuite, notamment les marmites pour la chorba frik (soupe traditionnelle à base de blé dur) et les différents tadjines.
A Constantine, le ramadan est également, et surtout, une occasion, une de plus, pour les ménagères de replonger dans la douce ambiance culinaire, ou la gastronomie locale reprend toute son intensité, autant gustative que culturelle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.