Maroc- le lancement commercial de la ligne LGV Tanger-Kenitra aura lieu à la fin de l'année 2017    La dernière ligne droite ?    La bataille du Sinaï    Trois morts pour une parcelle de terre    Fermeture de 10 locaux par la DCP durant la 1re décade du mois de Ramadhan    Algérie : le projet de révision de la Constitution est en phase de "finalisation ultime" (Bouteflika)    Hausse des prix à la production industrielle au 1er trimestre 2015    Juventus : Pogba ne veut pas partir    Le Pérou se console avec la 3e place    Sellal inaugure le barrage réservoir de Douéra    Algérie- Bouteflika exhorte à une "rationalisation accrue" des finances publiques    Enseignement supérieur: renforcement des infrastructures universitaires à Alger    Accidents de la route à Blida : trois morts et trois blessés en 24 heures    Sellal procède à la mise en service du stade du 5 juillet    Barça : Iniesta lance une invitation à Pogba    Le président Bouteflika exprime sa "considération" envers la classe politique et l'opposition    Chelsea : Le sacrifice financier consenti par Falcao    Bouteflika rend hommage à l'ANP    La troupe musicale "Ruta Pùrpura" enchante le public oranais    Mesures de grâce du président Bouteflika à l'occasion du 5 juillet    Natation : Open de Vichy (France)    Athlétisme : Large vainqueur du 1 000 m à Nancy    SELON AHMED BENBITOUR :    Le ministre de la Communication au Conseil de la Nation    Ghardaà ̄a    Sellal : "la rationalisation des dépenses publiques n'est pas de l'austérité"    Debla (Tunis)    Botulisme    Disponibilité des médicaments: Le ministère de la Santé rassure    ACTUCULT    Jazz    Grand Prix mondial de volley-ball (dames): victoire à l'arrachée de l'Algérie devant l'Australie (3-2)    Sellal entame une visite de travail à Alger    Le prix du poulet en chute libre    Bouira : Un policier tue un citoyen    Critique    TIARET: Vibrant hommage à Hachemi Fatima-Zohra    «Benboulaïd» et «le colonel Lotfi» projetés le 5 juillet    Tunisie:la Grande-Bretagne observe un jour de deuil en mémoire des victimes de l'attaque terroriste de Sousse    Libye : Contretemps dans les discussions de paix au Maroc    Travaux publics : Un plan de restructuration des entreprises publiques prochainement    Référendum grec : Un sondage prévoit une avance du "oui"    5 Casques bleus burkinabés tués dans le nord du Mali    Vers des frappes en Syrie    Appel des députés islamistes    Zoom sur Climat-de-France ou la "Colombie algérienne"    Un réseau démantelé à Bouira    L'Egypte face aux limites de l'option sécuritaire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Constantine/ Ramadan
Ghrayef, baklaoua et k'taef
Publié dans Info Soir le 15 - 09 - 2007

Douceur n Il est difficile de résister à la tentation de savourer, ne serait-ce qu'un seul morceau, de la baklaoua ou des k'taef savamment préparés et découpés avec art et amour.
Avec leur réputée gastronomie et les mille et une senteurs qui se dégagent de la vieille médina, les Constantinois réservent chaque année un accueil exceptionnel au quatrième pilier de l'Islam, le mois de ramadan, un mois de jeûne et d'abstinence.
C'est avant tout le mois de piété, de recueillement et de solidarité entre musulmans, c'est pourquoi tous les lieux de culte de la ville, à l'image de la magnifique mosquée Emir-Abdelkader, se sont parés de mille et un lampions et préparés à l'afflux des fidèles.
Mais le ramadan reste aussi celui des plaisirs de la table, des petits plats mijotés et des friandises de toutes sortes. Et à Constantine, peut-être un peu plus qu'ailleurs, on garde jalousement le secret de nombreuses recettes de gâteaux que l'on ne se transmet que de mère en fille. Certaines douceurs typiquement constantinoises exigent des soins spécifiques et nécessitent un surcroît de dépenses à cause de l'achat d'ingrédients coûteux mais indispensables, comme les noix, les noisettes, les amandes et les pistaches, sans compter le beurre qui doit provenir obligatoirement du lait de vache.
Il faut reconnaître qu'il est difficile de résister à la tentation de savourer, ne serait-ce qu'un seul morceau, de la baklaoua ou des k'taef savamment préparés et découpés avec art et amour.
Le premier jour de ce mois sacré est accueilli par la plupart des familles constantinoises par la préparation d'un mets encore plus traditionnel qu'on appelle ghrayef' ou qaràa, plus connu au centre et à l'ouest du pays sous le nom de baghrir.
Le miel pur doit être à portée de main pour que les ghrayef' soient dégustés et appréciés à leur juste valeur.
Pour les Constantinois, ramadan est également synonyme de purification de l'âme.
Outre le jeûne durant la journée, les taraweeh, la nuit, et la prière du tahadjoud qui doit être arrêtée juste avant l'appel du muezzin à la prière de l'aube durant les dix derniers jours de jeûne, les familles constantinoises ont pour coutume de repeindre et de nettoyer à grande eau leurs habitations.
Celles qui le peuvent achètent de nouveaux ustensiles de cuisine, en optant généralement pour ceux fabriqués en terre cuite, notamment les marmites pour la chorba frik (soupe traditionnelle à base de blé dur) et les différents tadjines.
A Constantine, le ramadan est également, et surtout, une occasion, une de plus, pour les ménagères de replonger dans la douce ambiance culinaire, ou la gastronomie locale reprend toute son intensité, autant gustative que culturelle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.