M. Benkirane s'entretient avec le chef de la diplomatie italienne en visite de travail au Maroc    Algérie: l'examen du projet de loi sur la lutte contre le blanchiment d'argent se déroule dans le respect de la loi (Amar Djilani)    Algérie: Le cerveau des attentats terroristes de 2007 à Alger comparaîtra mercredi devant la justice    CAN 2015 - Algérie 2 Sénégal 0 : Au rendez-vous des quarts    Le point dans le groupe C : La délivrance pour l'Algérie, le Sénégal passe à la trappe    CAN 2015 - Groupe D : Les attaquants sommés de se réveiller    Au moment où des négociations sont en cours à Genève : 27 morts dans des violences en Libye    BECHAR: L'aéroport de la Saoura homologué    Finances : Le gouvernement attentif à l'évolution du marché pétrolier    Entre «facilitations» et lutte contre la contrebande    Trois dossiers lourds au 24ème sommet de l'UA    Lakhdaria : Un terroriste capturé et une quantité de munitions récupérée    Des terroristes encerclés à Batna    Ils souffrent de complications respiratoires aiguës : 15 cas de grippe «sévère» hospitalisés, quotidiennement, au CHUO    BOUMERDES: L'expropriation bloque des projets de route    MEDEA: Deux morts sur la route et deux personnes asphyxiées    PETITES ET GRANDES RECRUES    À quand «je suis Aïn Salah» sur les pare-brises ?    La DCP de Constantine demande plus de moyens    Quand le prix l'emporte sur le souci de la qualité    Les parents peu soucieux quant à la qualité des composants des différe    Chronologie d'une bérézina    Les Verts dans le vertigineux grand huit    Aïn Témouchent, scène pour le théâtre de marionnettes    L'opposition refuse toute alliance avec Téhéran    Les Verts sortent par la petite porte    Le Cap-Vert et la Zambie éliminés sous la pluie    Les précisions de la commission juridique    Tout a été tenté    CAN 2015 : La Tunisie et la RD Congo qualifiées    L'armée tente de reprendre Monguno à Boko Haram    Tunisie : Report du vote de confiance au gouvernement    Russie : Poutine veut assouplir la loi pour accueillir les réfugiés ukrainiens    Le défi à relever pour la région    Bourses : Les places européennes peu inquiètes de la victoire de Syriza en Grèce    Selon Abdelmalek Boudiaf :Les prix des médicaments vont bientôt baisser    127 personnes arrêtées    Microsoft : Progrès dans le "cloud" et les appareils, mais Windows déçoit    Marché mondial des produits agricoles : Le sucre dopé par les taxes brésiliennes sur l'essence    Les habitants d'In-Salah ne décolèrent pas    Virginie Despentes lauréate    Les avocats boycottent les audiences    Bientôt un nouveau siège pour la radio et un bureau pour la télévision nationale, annonce Grine    Un terroriste capturé et une quantité de munitions récupérée à Lakhdaria    Le syndicat des acteurs d'Hollywood décerne ses prix    CHUTES DE NEIGE    Kamel Daoud reporte sa conférence à Tizi-Ouzou et déclare :    Les Hébrides et la Symphonie italienne de Mendelssohn au programme    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

La sous-traitance, un vecteur de développement des PME
Face à l'inertie régnant au sein du tissu industriel
Publié dans La Tribune le 16 - 06 - 2008


Photo : Archives
Par Smaïl Boughazi
L'ouverture du marché en Algérie ne s'est pas faite sans l'émergence et l'apparition de nouvelles formes d'activité et de production.
Si les grands projets structurant et d'envergure dans tous les secteurs étaient et sont, actuellement, la chasse gardée des grandes entreprises et des multinationales, les petites et moyennes entreprises n'ont que le choix de s'orienter vers d'autres formes d'activité afin d'optimiser leur rendement et, par ricochet, démarrer et intégrer le tissu industriel. Si la sous-traitance est considérée par nombre de spécialistes comme l'environnement naturel où peuvent vivre ces PME, l'externalisation, une autre forme d'activité, n'est pas exclue du tableau. Ces deux termes, la sous-traitance et l'externalisation, désignent l'opération par laquelle une entreprise confie à une autre tout ou une partie de l'exécution du contrat d'entreprise ou du marché public conclu avec son donneur d'ordre. Explicitement, la sous-traitance est un contrat par lequel une entreprise dite «mutuelle» demande à une autre entreprise dite «assujettie» de réaliser une partie de sa production ou des composants nécessaires à sa production.
Pour ce qui concerne l'externalisation, ce phénomène consiste, pour l'entreprise mère, à se concentrer sur son activité principale ou le cœur de métier qu'elle maîtrise parfaitement et, à faire réaliser par des intervenants extérieurs (autres entreprises, cabinets spécialisés, etc.) des travaux ou des ouvrages qui font partie des activités secondaires selon des normes et des spécifications qu'elle a choisies, et dont la bonne conduite des opérations est sous la responsabilité de ces intervenants. En Algérie, même si le terme définit clairement le rôle que peuvent jouer les PME dans la promotion de ce mode d'activité, il est néanmoins primordial de s'interroger sur le niveau qu'elle a atteint au sein des entreprises. La sous-traitance a certainement des bienfaits que personne ne peut nier. Ce moyen contribue, en clair, à réduire les coûts, à augmenter la cadence des réalisations ; permet une spécialisation pointue et, en même temps, facilite la réalisation des projets. Même si elle a été longtemps ignorée ou oubliée, la sous-traitance a, ces dernières années, consenti des progrès. Le recours à cette solution pourrait, à coup sûr, être l'élément déclencheur du développement des PME, véritables piliers de toutes les économies. En fait, les PME peuvent trouver en ce mode d'activité tous les ingrédients qui les stimuleront et rehausseront leur rendement. C'est une évidence, mais il reste à s'interroger sur celui qui pourrait réguler ces activités et les mettre aux normes en vigueur. Quelque 400 000 PME activent en Algérie avec une prédominance des très petites entreprises du secteur privé, recensées cette année par les pouvoirs publics. Cette population nécessite un cadrage bien précis afin de créer une synergie et l'environnement adéquat. Ce nombre considérable de PME est l'un des facteurs qui peuvent propulser la culture de la sous-traitance et faire en sorte que la spécialisation reste une condition sine qua non pour tout projet en chantier. Ainsi, chaque entreprise pourrait intervenir efficacement dans son champ d'action. Le lancement de plusieurs projets d'envergure en Algérie a permis d'augmenter, selon les spécialistes, les parts de marché de la sous-traitance, même si les statistiques inhérentes à ce sujet ne sont pas connues. Le cadrage de ce phénomène existe bel et bien. Les pouvoirs publics, pour remettre les choses à leur place, ont mis sur pied, depuis 2003, un conseil national pour la sous-traitance, et ce, en vertu du décret exécutif n°03-188 du 22 avril 2003 portant composition, organisation et fonctionnement du Conseil national chargé de la promotion de la sous-traitance. Les missions fondamentales dudit conseil sont, entre autres, la proposition de toute mesure destinée à réaliser une meilleure intégration de l'économie nationale, favoriser l'insertion des PME dans le courant mondial de la sous-traitance, la promotion des opérations de partenariat avec les grands donneurs d'ordre tant nationaux qu'étrangers et la coordination des activités des Bourses algériennes de sous-traitance et de partenariat. A leur tête, la Bourse algérienne de sous-traitance et de partenariat (BASTP), mise en place par le ministère de la PME.
Cette dernière est aussi l'un des acteurs incontournables pouvant donner un nouveau souffle à la sous-traitance. C'est un organisme qui a vu le jour en 1992 pour cadrer et même rassembler toutes les données ayant trait à ce sujet. Cette association professionnelle, créée en 1992, avec l'appui des pouvoirs publics, conformément aux directives du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) et de l'Organisation des Nations unies pour le développement industriel (ONUDI) s'est donné la tâche de ressembler toutes les informations en relation avec la sous-traitance, devenant ainsi «un centre d'information de technique industrielle et de promotion de la sous-traitance inter-entreprises visant l'utilisation optimale [la plus complète et la plus rationnelle possible] des capacités existantes ou à créer». Elle apparaît non seulement comme le point de rencontre et l'instrument de régulation entre l'offre et la demande de travaux de sous-traitance industrielle, mais aussi comme un instrument d'assistance aux partenaires en présence et particulièrement les PMI sous-traitantes. Trois autres Bourses de sous-traitance régionales activent au niveau de la région Est depuis 1993, à l'Ouest depuis 1997 et dans le Sud en 1998.
A signaler que cette 3ème édition du Salon de l'externalisation en Algérie (SEA) se déroulera du 17 au 18 novembre prochain à Alger. Cette manifestation de portée indéniable pour les PME sera aussi, selon les organisateurs, un rendez-vous important pour les entreprises désirant évaluer et mettre à jour leurs méthodes de travail.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.