Un machiavélisme historique    Les participants recommandent la consolidation de leur rôle aux plans économique et social    Rapport accablant de la LADDH sur les essais nucléaires au Sahara    Appel d'une association pour la décontamination de la région    Installation d'un centre d'appui à la technologie et à l'innovation à l'université    Enjeux et perspectives liés à l‘exploitation du gaz et pétrole de schiste    Les raisons du dérapage du dinar sur le marché parallèle, coté à 190/193 contre un euro le 11 février 2016    Les cambistes sur le qui-vive    Les clés des logements «avant le Ramadhan»    Le désinvestissement stimulerait les prix    La Turquie annonce 40 000 nouveaux réfugiés dans des camps    L'ONU recense des cas suspects mais ne donne pas de noms    La dernière blague (II)    Cessation des hostilités en Syrie, Américains et Russes se mettent d'accord    Une complicité avérée    L'USMA et le CRB tenus en échec    Retard dans la réalisation de l'habitat rural    Une collégienne décède en pleine séance de sport    Des citoyens s'insurgent contre le plan de circulation    Coupable indifférence    Une «deuxième chance» pour tous les recalés    Eclectisme algérien en Afrique du Sud    Près de 130 CD sur le patrimoine classique édités    Crimes et impunité    La culture au cœur du partenariat entre Alger et Paris    Foot/Ligue 1 Mobilis (20e J): le RC Relizane s'accroche au maintien, le DRB Tadjenanet remonte sur le podium    Rajoub Président de la Fédération palestinienne de football : «On remercie les Algériens, et nul doute que la fête sera grande ce mercredi»    Ashanti Gold-MOB : Amrani : «Mes joueurs pensent qu'ils vont disputer le match de leur vie »    La Juventus entre en lice pour Mahrez !    Mali: le chef de la Minusma à Kidal après l'attaque meurtrière contre les Casques bleus    Fausse rumeur sur Amar Ezzahi : L'ENTV bernée par Facebook    Trois nouveaux vaccins dans le calendrier national de vaccination dès avril    Un terroriste neutralisé à Tizi Ouzou (MDN)    Algérie- Le délai de déclaration de l'impôt forfaitaire unique prorogé au premier avril 2016    Police et Gendarmerie font le point : Criminalité en hausse    Enfants soldats : l'ONU appelle à mettre fin à ce fléau    Europe / Terrorisme Manuel Valls, ce matin : «Il y aura des attentats d'ampleur»    Pas d'augmentation du tarif de l'eau potable    40% des propositions du FNA prises en considération    Les Verts à l'étranger / Espagne Feghouli : «Je suis bien à Valence»    Empoignade extrême    L'art face à la violence extrême    La lecture en fête à Médéa    Ankara et Ryadh pourraient mener une opération terrestre en Syrie    Votre Constitution, notre monde    Algérie : plaidoyer pour la consolidation du rôle de l'huissier de justice aux plans économique et social    Le pari du RCD    Un réseau démantelé à Blida    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La sous-traitance, un vecteur de développement des PME
Face à l'inertie régnant au sein du tissu industriel
Publié dans La Tribune le 16 - 06 - 2008


Photo : Archives
Par Smaïl Boughazi
L'ouverture du marché en Algérie ne s'est pas faite sans l'émergence et l'apparition de nouvelles formes d'activité et de production.
Si les grands projets structurant et d'envergure dans tous les secteurs étaient et sont, actuellement, la chasse gardée des grandes entreprises et des multinationales, les petites et moyennes entreprises n'ont que le choix de s'orienter vers d'autres formes d'activité afin d'optimiser leur rendement et, par ricochet, démarrer et intégrer le tissu industriel. Si la sous-traitance est considérée par nombre de spécialistes comme l'environnement naturel où peuvent vivre ces PME, l'externalisation, une autre forme d'activité, n'est pas exclue du tableau. Ces deux termes, la sous-traitance et l'externalisation, désignent l'opération par laquelle une entreprise confie à une autre tout ou une partie de l'exécution du contrat d'entreprise ou du marché public conclu avec son donneur d'ordre. Explicitement, la sous-traitance est un contrat par lequel une entreprise dite «mutuelle» demande à une autre entreprise dite «assujettie» de réaliser une partie de sa production ou des composants nécessaires à sa production.
Pour ce qui concerne l'externalisation, ce phénomène consiste, pour l'entreprise mère, à se concentrer sur son activité principale ou le cœur de métier qu'elle maîtrise parfaitement et, à faire réaliser par des intervenants extérieurs (autres entreprises, cabinets spécialisés, etc.) des travaux ou des ouvrages qui font partie des activités secondaires selon des normes et des spécifications qu'elle a choisies, et dont la bonne conduite des opérations est sous la responsabilité de ces intervenants. En Algérie, même si le terme définit clairement le rôle que peuvent jouer les PME dans la promotion de ce mode d'activité, il est néanmoins primordial de s'interroger sur le niveau qu'elle a atteint au sein des entreprises. La sous-traitance a certainement des bienfaits que personne ne peut nier. Ce moyen contribue, en clair, à réduire les coûts, à augmenter la cadence des réalisations ; permet une spécialisation pointue et, en même temps, facilite la réalisation des projets. Même si elle a été longtemps ignorée ou oubliée, la sous-traitance a, ces dernières années, consenti des progrès. Le recours à cette solution pourrait, à coup sûr, être l'élément déclencheur du développement des PME, véritables piliers de toutes les économies. En fait, les PME peuvent trouver en ce mode d'activité tous les ingrédients qui les stimuleront et rehausseront leur rendement. C'est une évidence, mais il reste à s'interroger sur celui qui pourrait réguler ces activités et les mettre aux normes en vigueur. Quelque 400 000 PME activent en Algérie avec une prédominance des très petites entreprises du secteur privé, recensées cette année par les pouvoirs publics. Cette population nécessite un cadrage bien précis afin de créer une synergie et l'environnement adéquat. Ce nombre considérable de PME est l'un des facteurs qui peuvent propulser la culture de la sous-traitance et faire en sorte que la spécialisation reste une condition sine qua non pour tout projet en chantier. Ainsi, chaque entreprise pourrait intervenir efficacement dans son champ d'action. Le lancement de plusieurs projets d'envergure en Algérie a permis d'augmenter, selon les spécialistes, les parts de marché de la sous-traitance, même si les statistiques inhérentes à ce sujet ne sont pas connues. Le cadrage de ce phénomène existe bel et bien. Les pouvoirs publics, pour remettre les choses à leur place, ont mis sur pied, depuis 2003, un conseil national pour la sous-traitance, et ce, en vertu du décret exécutif n°03-188 du 22 avril 2003 portant composition, organisation et fonctionnement du Conseil national chargé de la promotion de la sous-traitance. Les missions fondamentales dudit conseil sont, entre autres, la proposition de toute mesure destinée à réaliser une meilleure intégration de l'économie nationale, favoriser l'insertion des PME dans le courant mondial de la sous-traitance, la promotion des opérations de partenariat avec les grands donneurs d'ordre tant nationaux qu'étrangers et la coordination des activités des Bourses algériennes de sous-traitance et de partenariat. A leur tête, la Bourse algérienne de sous-traitance et de partenariat (BASTP), mise en place par le ministère de la PME.
Cette dernière est aussi l'un des acteurs incontournables pouvant donner un nouveau souffle à la sous-traitance. C'est un organisme qui a vu le jour en 1992 pour cadrer et même rassembler toutes les données ayant trait à ce sujet. Cette association professionnelle, créée en 1992, avec l'appui des pouvoirs publics, conformément aux directives du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) et de l'Organisation des Nations unies pour le développement industriel (ONUDI) s'est donné la tâche de ressembler toutes les informations en relation avec la sous-traitance, devenant ainsi «un centre d'information de technique industrielle et de promotion de la sous-traitance inter-entreprises visant l'utilisation optimale [la plus complète et la plus rationnelle possible] des capacités existantes ou à créer». Elle apparaît non seulement comme le point de rencontre et l'instrument de régulation entre l'offre et la demande de travaux de sous-traitance industrielle, mais aussi comme un instrument d'assistance aux partenaires en présence et particulièrement les PMI sous-traitantes. Trois autres Bourses de sous-traitance régionales activent au niveau de la région Est depuis 1993, à l'Ouest depuis 1997 et dans le Sud en 1998.
A signaler que cette 3ème édition du Salon de l'externalisation en Algérie (SEA) se déroulera du 17 au 18 novembre prochain à Alger. Cette manifestation de portée indéniable pour les PME sera aussi, selon les organisateurs, un rendez-vous important pour les entreprises désirant évaluer et mettre à jour leurs méthodes de travail.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.