Liverpool : Klopp suggère un départ en janvier pour Coutinho    Un taux d'inflation annuel de 5,9% en septembre 2017    FORUM MONDIAL DE LUTTE CONTRE LE TERRORISME (GCTF) : Le trafic de drogue et le blanchiment d'argent, source de financement    L'armée irakienne avance vers Kirkouk    L'Envoyé de l'ONU pour le Sahara occidental reçu à la présidence    ARMEE NATIONALE POPULAIRE : Arrestation d'une terroriste et mère de deux terroristes    DROGUE : 38 tonnes de kif traité saisies en Algérie en 2017    PLF 2018: amélioration de certaines données de l'économie nationale    USM Alger- USM El Harrach: les "Rouge et Noir" pour oublier la désillusion africaine    42e EUCOCO: large élan de solidarité en faveur de la cause sahraouie    Le prix du Président de la République du journaliste: Khaled Taâzibt de l'APS primé    Bayern : La durée d'absence de Müller connue !    Crise du Golfe : Les parties toujours pas prêtes au dialogue    Des remplaçants des Super Eagles pour affronter les Fennecs : La notoriété des Verts écorchée    Péage de l'autoroute Est-Ouest : Quels tarifs ?    Après la Catalogne, c'est au tour de la Lombardie et de la Vénétie en Italie / Europe : à l'ère des « petites patries »    Musique/Retour d'Idir sur la scène algérienne : «L'officialisation de tamazight a été déterminante»    Poésie amazighe : Poésie amazighe : Promouvoir l'apprentissage du tifinagh    Les premiers essais dynamiques sont en cours    Pourquoi Abdelkader Messahel a éructé le dépit terminal de l'économie 1.0    AS Radieuse : Finale du Tournoi de l'amitié    On vous le dit    Oran en bref :    Le ministère compte revoir le discours religieux en profondeur    Des classes de 60 élèves !    Ouattara à la botte du roi Mohammed VI    «Toutes nos interrogations persistent sur les exclusions de listes électorales»    Youcef Yousfi assène ses vérités et tente la conciliation avec le privé    Participation de 52 pays et l'Afrique du Sud invitée d'honneur    Verts d’Europe    Bouchées croustillantes au thon    Championnat arabe des clubs (messieurs)    Mali    Ce que prévoit la réglementation en vigueur pour les maîtres d’œuvre nationaux    PROJET DE LOI SUR LA PUBLICITÉ    Idir, le come-back :    Tlemcen: Des locaux pour la presse    Bagarres rangées à la cité Ruisseau d'or    Le wali de Constantine rend visite au bureau de L'Expression    La sinistrose gagne les partis    Le journalisme et "l'auberge espagnole"    988 millions de dinars de créances    Bientôt une Air Afrique algérienne?    50 kg de kif et 21 kg de corail saisis à El Tarf    "Les ombres de la vérité" de Salah Boufellah    Quelle place pour le feuilleton arabe dans le Festival des séries en 2018?    "L'Algérie qui m'a marqué"    Victoire de Yacine Hamza    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La sous-traitance, un vecteur de développement des PME
Face à l'inertie régnant au sein du tissu industriel
Publié dans La Tribune le 16 - 06 - 2008


Photo : Archives
Par Smaïl Boughazi
L'ouverture du marché en Algérie ne s'est pas faite sans l'émergence et l'apparition de nouvelles formes d'activité et de production.
Si les grands projets structurant et d'envergure dans tous les secteurs étaient et sont, actuellement, la chasse gardée des grandes entreprises et des multinationales, les petites et moyennes entreprises n'ont que le choix de s'orienter vers d'autres formes d'activité afin d'optimiser leur rendement et, par ricochet, démarrer et intégrer le tissu industriel. Si la sous-traitance est considérée par nombre de spécialistes comme l'environnement naturel où peuvent vivre ces PME, l'externalisation, une autre forme d'activité, n'est pas exclue du tableau. Ces deux termes, la sous-traitance et l'externalisation, désignent l'opération par laquelle une entreprise confie à une autre tout ou une partie de l'exécution du contrat d'entreprise ou du marché public conclu avec son donneur d'ordre. Explicitement, la sous-traitance est un contrat par lequel une entreprise dite «mutuelle» demande à une autre entreprise dite «assujettie» de réaliser une partie de sa production ou des composants nécessaires à sa production.
Pour ce qui concerne l'externalisation, ce phénomène consiste, pour l'entreprise mère, à se concentrer sur son activité principale ou le cœur de métier qu'elle maîtrise parfaitement et, à faire réaliser par des intervenants extérieurs (autres entreprises, cabinets spécialisés, etc.) des travaux ou des ouvrages qui font partie des activités secondaires selon des normes et des spécifications qu'elle a choisies, et dont la bonne conduite des opérations est sous la responsabilité de ces intervenants. En Algérie, même si le terme définit clairement le rôle que peuvent jouer les PME dans la promotion de ce mode d'activité, il est néanmoins primordial de s'interroger sur le niveau qu'elle a atteint au sein des entreprises. La sous-traitance a certainement des bienfaits que personne ne peut nier. Ce moyen contribue, en clair, à réduire les coûts, à augmenter la cadence des réalisations ; permet une spécialisation pointue et, en même temps, facilite la réalisation des projets. Même si elle a été longtemps ignorée ou oubliée, la sous-traitance a, ces dernières années, consenti des progrès. Le recours à cette solution pourrait, à coup sûr, être l'élément déclencheur du développement des PME, véritables piliers de toutes les économies. En fait, les PME peuvent trouver en ce mode d'activité tous les ingrédients qui les stimuleront et rehausseront leur rendement. C'est une évidence, mais il reste à s'interroger sur celui qui pourrait réguler ces activités et les mettre aux normes en vigueur. Quelque 400 000 PME activent en Algérie avec une prédominance des très petites entreprises du secteur privé, recensées cette année par les pouvoirs publics. Cette population nécessite un cadrage bien précis afin de créer une synergie et l'environnement adéquat. Ce nombre considérable de PME est l'un des facteurs qui peuvent propulser la culture de la sous-traitance et faire en sorte que la spécialisation reste une condition sine qua non pour tout projet en chantier. Ainsi, chaque entreprise pourrait intervenir efficacement dans son champ d'action. Le lancement de plusieurs projets d'envergure en Algérie a permis d'augmenter, selon les spécialistes, les parts de marché de la sous-traitance, même si les statistiques inhérentes à ce sujet ne sont pas connues. Le cadrage de ce phénomène existe bel et bien. Les pouvoirs publics, pour remettre les choses à leur place, ont mis sur pied, depuis 2003, un conseil national pour la sous-traitance, et ce, en vertu du décret exécutif n°03-188 du 22 avril 2003 portant composition, organisation et fonctionnement du Conseil national chargé de la promotion de la sous-traitance. Les missions fondamentales dudit conseil sont, entre autres, la proposition de toute mesure destinée à réaliser une meilleure intégration de l'économie nationale, favoriser l'insertion des PME dans le courant mondial de la sous-traitance, la promotion des opérations de partenariat avec les grands donneurs d'ordre tant nationaux qu'étrangers et la coordination des activités des Bourses algériennes de sous-traitance et de partenariat. A leur tête, la Bourse algérienne de sous-traitance et de partenariat (BASTP), mise en place par le ministère de la PME.
Cette dernière est aussi l'un des acteurs incontournables pouvant donner un nouveau souffle à la sous-traitance. C'est un organisme qui a vu le jour en 1992 pour cadrer et même rassembler toutes les données ayant trait à ce sujet. Cette association professionnelle, créée en 1992, avec l'appui des pouvoirs publics, conformément aux directives du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) et de l'Organisation des Nations unies pour le développement industriel (ONUDI) s'est donné la tâche de ressembler toutes les informations en relation avec la sous-traitance, devenant ainsi «un centre d'information de technique industrielle et de promotion de la sous-traitance inter-entreprises visant l'utilisation optimale [la plus complète et la plus rationnelle possible] des capacités existantes ou à créer». Elle apparaît non seulement comme le point de rencontre et l'instrument de régulation entre l'offre et la demande de travaux de sous-traitance industrielle, mais aussi comme un instrument d'assistance aux partenaires en présence et particulièrement les PMI sous-traitantes. Trois autres Bourses de sous-traitance régionales activent au niveau de la région Est depuis 1993, à l'Ouest depuis 1997 et dans le Sud en 1998.
A signaler que cette 3ème édition du Salon de l'externalisation en Algérie (SEA) se déroulera du 17 au 18 novembre prochain à Alger. Cette manifestation de portée indéniable pour les PME sera aussi, selon les organisateurs, un rendez-vous important pour les entreprises désirant évaluer et mettre à jour leurs méthodes de travail.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.