Le Polisario déposera plainte pour une application des décisions de la CJUE    Plusieurs axes routiers bloqués par la neige    La manifestation a tenu ses promesses    Début de la bataille des frontières    Festival international des programmes audiovisuels à Biarritz    Le Sénégal premier qualifié    Tanger et le FUS Rabat au menu du CR Belouizdad au Maroc    Le citoyen est «au cœur» de l'équation sécuritaire    Benghebrit : «Le rattrapage des cours ne représente aucun problème pour le secteur»    La CNAS a réalisé des résultats importants    Le président Bouteflika condamne «avec la plus grande fermeté»    Les Tunisiens, bête noire des Verts !    Les bureaux de change "peuvent attendre"    Il pleut...des candidatures au FLN    L'homme du nouveau rêve américain    Les Etats-Unis renouvellent leur gratitude à l'Algérie    Trump, le formidable allié    L'Algérie fidèle à ses principes    La paix au Mali perd du temps    Messahel au Caire pour prendre part à la réunion    Le narcotrafiquant "El Chapo" a été extradé vers les Etats-Unis    Les islamistes misent sur 180 sièges    Deux dangereux terroristes arrêtés    Feu vert du gouvernement    Une reprise amputée de trois chocs    Abdoun dit avoir décliné une offre du WA Casablanca    Annulation de la 33e édition    "Impossible de gagner en donnant des cadeaux"    Les Africains subsahariens dénoncent le racisme des Maghrébins    Les promoteurs appellent à une révision des textes    Sonatrach dénonce des "pressions"    Incendie à la résidence universitaire de jeunes filles    Les orientations de Mohamed Aissa    Trois phrases et mille dégâts    Les dangers d'une consommation excessive    "La sécurité du citoyen est notre priorité"    Coup de pouce pour les épidémies de grippe    Bouteflika : «L'Algérie a survécu»    Sonatrach booste "la production nationale"    Ce que pèse le passeport dans le monde    "Le voyage de Keltoum" de Anis Djaâd en compétition    Hamza Bounoua expose    Les télévisions privées et les législatives 2017    Algérie - Le docteur Kamel-Eddine Fekhar décidé à poursuivre sa grève de la faim (Avocat)    ELECTIONS LEGISLATIVES : Première réunion de l'instance de surveillance, ce dimanche, à Alger    Deux terroristes arrêtés à Tizi Ouzou    9EME EDITION du FESTIVAL DU THEATRE ARABE A MOSTAGANEM : Une cérémonie de clôture grandiose    «Boudiaf a été assassiné par ceux qui l'ont ramené»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La sous-traitance, un vecteur de développement des PME
Face à l'inertie régnant au sein du tissu industriel
Publié dans La Tribune le 16 - 06 - 2008


Photo : Archives
Par Smaïl Boughazi
L'ouverture du marché en Algérie ne s'est pas faite sans l'émergence et l'apparition de nouvelles formes d'activité et de production.
Si les grands projets structurant et d'envergure dans tous les secteurs étaient et sont, actuellement, la chasse gardée des grandes entreprises et des multinationales, les petites et moyennes entreprises n'ont que le choix de s'orienter vers d'autres formes d'activité afin d'optimiser leur rendement et, par ricochet, démarrer et intégrer le tissu industriel. Si la sous-traitance est considérée par nombre de spécialistes comme l'environnement naturel où peuvent vivre ces PME, l'externalisation, une autre forme d'activité, n'est pas exclue du tableau. Ces deux termes, la sous-traitance et l'externalisation, désignent l'opération par laquelle une entreprise confie à une autre tout ou une partie de l'exécution du contrat d'entreprise ou du marché public conclu avec son donneur d'ordre. Explicitement, la sous-traitance est un contrat par lequel une entreprise dite «mutuelle» demande à une autre entreprise dite «assujettie» de réaliser une partie de sa production ou des composants nécessaires à sa production.
Pour ce qui concerne l'externalisation, ce phénomène consiste, pour l'entreprise mère, à se concentrer sur son activité principale ou le cœur de métier qu'elle maîtrise parfaitement et, à faire réaliser par des intervenants extérieurs (autres entreprises, cabinets spécialisés, etc.) des travaux ou des ouvrages qui font partie des activités secondaires selon des normes et des spécifications qu'elle a choisies, et dont la bonne conduite des opérations est sous la responsabilité de ces intervenants. En Algérie, même si le terme définit clairement le rôle que peuvent jouer les PME dans la promotion de ce mode d'activité, il est néanmoins primordial de s'interroger sur le niveau qu'elle a atteint au sein des entreprises. La sous-traitance a certainement des bienfaits que personne ne peut nier. Ce moyen contribue, en clair, à réduire les coûts, à augmenter la cadence des réalisations ; permet une spécialisation pointue et, en même temps, facilite la réalisation des projets. Même si elle a été longtemps ignorée ou oubliée, la sous-traitance a, ces dernières années, consenti des progrès. Le recours à cette solution pourrait, à coup sûr, être l'élément déclencheur du développement des PME, véritables piliers de toutes les économies. En fait, les PME peuvent trouver en ce mode d'activité tous les ingrédients qui les stimuleront et rehausseront leur rendement. C'est une évidence, mais il reste à s'interroger sur celui qui pourrait réguler ces activités et les mettre aux normes en vigueur. Quelque 400 000 PME activent en Algérie avec une prédominance des très petites entreprises du secteur privé, recensées cette année par les pouvoirs publics. Cette population nécessite un cadrage bien précis afin de créer une synergie et l'environnement adéquat. Ce nombre considérable de PME est l'un des facteurs qui peuvent propulser la culture de la sous-traitance et faire en sorte que la spécialisation reste une condition sine qua non pour tout projet en chantier. Ainsi, chaque entreprise pourrait intervenir efficacement dans son champ d'action. Le lancement de plusieurs projets d'envergure en Algérie a permis d'augmenter, selon les spécialistes, les parts de marché de la sous-traitance, même si les statistiques inhérentes à ce sujet ne sont pas connues. Le cadrage de ce phénomène existe bel et bien. Les pouvoirs publics, pour remettre les choses à leur place, ont mis sur pied, depuis 2003, un conseil national pour la sous-traitance, et ce, en vertu du décret exécutif n°03-188 du 22 avril 2003 portant composition, organisation et fonctionnement du Conseil national chargé de la promotion de la sous-traitance. Les missions fondamentales dudit conseil sont, entre autres, la proposition de toute mesure destinée à réaliser une meilleure intégration de l'économie nationale, favoriser l'insertion des PME dans le courant mondial de la sous-traitance, la promotion des opérations de partenariat avec les grands donneurs d'ordre tant nationaux qu'étrangers et la coordination des activités des Bourses algériennes de sous-traitance et de partenariat. A leur tête, la Bourse algérienne de sous-traitance et de partenariat (BASTP), mise en place par le ministère de la PME.
Cette dernière est aussi l'un des acteurs incontournables pouvant donner un nouveau souffle à la sous-traitance. C'est un organisme qui a vu le jour en 1992 pour cadrer et même rassembler toutes les données ayant trait à ce sujet. Cette association professionnelle, créée en 1992, avec l'appui des pouvoirs publics, conformément aux directives du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) et de l'Organisation des Nations unies pour le développement industriel (ONUDI) s'est donné la tâche de ressembler toutes les informations en relation avec la sous-traitance, devenant ainsi «un centre d'information de technique industrielle et de promotion de la sous-traitance inter-entreprises visant l'utilisation optimale [la plus complète et la plus rationnelle possible] des capacités existantes ou à créer». Elle apparaît non seulement comme le point de rencontre et l'instrument de régulation entre l'offre et la demande de travaux de sous-traitance industrielle, mais aussi comme un instrument d'assistance aux partenaires en présence et particulièrement les PMI sous-traitantes. Trois autres Bourses de sous-traitance régionales activent au niveau de la région Est depuis 1993, à l'Ouest depuis 1997 et dans le Sud en 1998.
A signaler que cette 3ème édition du Salon de l'externalisation en Algérie (SEA) se déroulera du 17 au 18 novembre prochain à Alger. Cette manifestation de portée indéniable pour les PME sera aussi, selon les organisateurs, un rendez-vous important pour les entreprises désirant évaluer et mettre à jour leurs méthodes de travail.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.