Un nouveau bâtiment de guerre pour la marine    La contestation s'amplifie    Sid Ahmed Ghozali réapparaît    Les Algériens saignés à blanc    Vols commerciaux directs    L'armée américaine veut larguer des bombes à plasma dans l'ionosphère    La difficulté d'y accéder est "totalement inacceptable"    24 taliban éliminés dans le Sud    1,4 million d'enfants forcés à fuir leurs foyers    Onze joueurs algériens engagés    Bentaleb prêté une année    1,3 milliard d'euros à se partager    Benghebrit intransigeante    Une jeune fille retrouvée pendue à un arbre    10 blessés dans un accident de la circulation    Le burkini de toutes les divergences    La propriété de Prince transformée en musée    Comment est gérée la bataille médiatique entre Makhloufi et le COA    L'Onu sollicite l'aide d'Alger    Déstitution de Dilma Rousseff ?    Le scandale Dounia parc    La production de céréales en forte baisse    Boutarfa s'entretient avec l'ambassadeur du Koweït    1er derby algérois entre l'USMH et le MCA    Mobilisation de tous les efforts    Michel Butor s'est éteint mercredi dernier    «Mondanités» (II)    Grande offensive turque en territoire syrien contre Daech    Mostaganem: témoignages et débat sur le mouvement du théâtre amateur    Le Sporting de Slimani débutera sur le terrain du Real    Taoufik Makhloufi engagé dans le 800 m    Indentification du terroriste neutralisé mardi dernier à Batna (MDN)    L'USMH face au défi mouloudéen    Prêt à former des alliances    Gaïd Salah inspecte la corvette « Ezzadjer »    Le président Bouteflika félicite le président Tabaré Vazquez    MDN : Un terroriste se rend aux autorités sécuritaires à Adrar    Premier Salon national du manuel scolaire à travers toutes les wilayas du pays    Arrestation de 6 narcotrafiquants    Algérie - Le rythme d'inflation annuel à 5,5% en juillet (ONS)    Mostaganem: ouverture de la 49ème édition du Festival national du théâtre amateur    RAOUL capablanca, LE PLUS GRAND JOUEUR DE TOUS LES TEMPS    Le facteur humain, origine des accidents de la route    Pas de relâche sur le front numérique !    Inauguration de la 4e édition de la manifestation 'Musée dans la rue" à Alger    Algérie - Plus de 60 ha du Parc des grands vents d'Alger distribués de façon illégale (ministre)    L'Iran pose ses conditions pour stabiliser les prix du pétrole    Un terroriste neutralisé, des armes et des munitions récupérées    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La sous-traitance, un vecteur de développement des PME
Face à l'inertie régnant au sein du tissu industriel
Publié dans La Tribune le 16 - 06 - 2008


Photo : Archives
Par Smaïl Boughazi
L'ouverture du marché en Algérie ne s'est pas faite sans l'émergence et l'apparition de nouvelles formes d'activité et de production.
Si les grands projets structurant et d'envergure dans tous les secteurs étaient et sont, actuellement, la chasse gardée des grandes entreprises et des multinationales, les petites et moyennes entreprises n'ont que le choix de s'orienter vers d'autres formes d'activité afin d'optimiser leur rendement et, par ricochet, démarrer et intégrer le tissu industriel. Si la sous-traitance est considérée par nombre de spécialistes comme l'environnement naturel où peuvent vivre ces PME, l'externalisation, une autre forme d'activité, n'est pas exclue du tableau. Ces deux termes, la sous-traitance et l'externalisation, désignent l'opération par laquelle une entreprise confie à une autre tout ou une partie de l'exécution du contrat d'entreprise ou du marché public conclu avec son donneur d'ordre. Explicitement, la sous-traitance est un contrat par lequel une entreprise dite «mutuelle» demande à une autre entreprise dite «assujettie» de réaliser une partie de sa production ou des composants nécessaires à sa production.
Pour ce qui concerne l'externalisation, ce phénomène consiste, pour l'entreprise mère, à se concentrer sur son activité principale ou le cœur de métier qu'elle maîtrise parfaitement et, à faire réaliser par des intervenants extérieurs (autres entreprises, cabinets spécialisés, etc.) des travaux ou des ouvrages qui font partie des activités secondaires selon des normes et des spécifications qu'elle a choisies, et dont la bonne conduite des opérations est sous la responsabilité de ces intervenants. En Algérie, même si le terme définit clairement le rôle que peuvent jouer les PME dans la promotion de ce mode d'activité, il est néanmoins primordial de s'interroger sur le niveau qu'elle a atteint au sein des entreprises. La sous-traitance a certainement des bienfaits que personne ne peut nier. Ce moyen contribue, en clair, à réduire les coûts, à augmenter la cadence des réalisations ; permet une spécialisation pointue et, en même temps, facilite la réalisation des projets. Même si elle a été longtemps ignorée ou oubliée, la sous-traitance a, ces dernières années, consenti des progrès. Le recours à cette solution pourrait, à coup sûr, être l'élément déclencheur du développement des PME, véritables piliers de toutes les économies. En fait, les PME peuvent trouver en ce mode d'activité tous les ingrédients qui les stimuleront et rehausseront leur rendement. C'est une évidence, mais il reste à s'interroger sur celui qui pourrait réguler ces activités et les mettre aux normes en vigueur. Quelque 400 000 PME activent en Algérie avec une prédominance des très petites entreprises du secteur privé, recensées cette année par les pouvoirs publics. Cette population nécessite un cadrage bien précis afin de créer une synergie et l'environnement adéquat. Ce nombre considérable de PME est l'un des facteurs qui peuvent propulser la culture de la sous-traitance et faire en sorte que la spécialisation reste une condition sine qua non pour tout projet en chantier. Ainsi, chaque entreprise pourrait intervenir efficacement dans son champ d'action. Le lancement de plusieurs projets d'envergure en Algérie a permis d'augmenter, selon les spécialistes, les parts de marché de la sous-traitance, même si les statistiques inhérentes à ce sujet ne sont pas connues. Le cadrage de ce phénomène existe bel et bien. Les pouvoirs publics, pour remettre les choses à leur place, ont mis sur pied, depuis 2003, un conseil national pour la sous-traitance, et ce, en vertu du décret exécutif n°03-188 du 22 avril 2003 portant composition, organisation et fonctionnement du Conseil national chargé de la promotion de la sous-traitance. Les missions fondamentales dudit conseil sont, entre autres, la proposition de toute mesure destinée à réaliser une meilleure intégration de l'économie nationale, favoriser l'insertion des PME dans le courant mondial de la sous-traitance, la promotion des opérations de partenariat avec les grands donneurs d'ordre tant nationaux qu'étrangers et la coordination des activités des Bourses algériennes de sous-traitance et de partenariat. A leur tête, la Bourse algérienne de sous-traitance et de partenariat (BASTP), mise en place par le ministère de la PME.
Cette dernière est aussi l'un des acteurs incontournables pouvant donner un nouveau souffle à la sous-traitance. C'est un organisme qui a vu le jour en 1992 pour cadrer et même rassembler toutes les données ayant trait à ce sujet. Cette association professionnelle, créée en 1992, avec l'appui des pouvoirs publics, conformément aux directives du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) et de l'Organisation des Nations unies pour le développement industriel (ONUDI) s'est donné la tâche de ressembler toutes les informations en relation avec la sous-traitance, devenant ainsi «un centre d'information de technique industrielle et de promotion de la sous-traitance inter-entreprises visant l'utilisation optimale [la plus complète et la plus rationnelle possible] des capacités existantes ou à créer». Elle apparaît non seulement comme le point de rencontre et l'instrument de régulation entre l'offre et la demande de travaux de sous-traitance industrielle, mais aussi comme un instrument d'assistance aux partenaires en présence et particulièrement les PMI sous-traitantes. Trois autres Bourses de sous-traitance régionales activent au niveau de la région Est depuis 1993, à l'Ouest depuis 1997 et dans le Sud en 1998.
A signaler que cette 3ème édition du Salon de l'externalisation en Algérie (SEA) se déroulera du 17 au 18 novembre prochain à Alger. Cette manifestation de portée indéniable pour les PME sera aussi, selon les organisateurs, un rendez-vous important pour les entreprises désirant évaluer et mettre à jour leurs méthodes de travail.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.