TNP: Ban appelle à ‘‘travailler dur'‘ pour éliminer les armes atomiques    Séisme au Népal: le bilan s'alourdit à 4.310 morts, près de 8.000 blessés    Coupe d'Algérie de football (finale) : le trophée exhibé à Larbaâ    PSG : Quand Al-Khelaïfi recadre Ibra    Affaire de l'autoroute est-ouest: Reprise mardi du procès, poursuite de l'audition de Chani Medjdoub    L'Algérie encourage les investisseurs chinois à s'impliquer davantage dans des programmes et projets structurants (Sellal)    Giroud : « Sûr que nous gagnerons le championnat la saison prochaine »    «Stimuler la consommation est une bonne nouvelle pour l'économie»    La chambre d'accusation rendra aujourd'hui sa décision    Hanoune-Labidi : La guerre ouverte    le conseil de sécurité se prononcera aujourd'hui    VUVI 2015 : Quelques signaux d'usinage    Véhicules utilitaires et industriels : Un segment qui résiste à la crise    «Il consacre le recul de la liberté d'expression»    Automobile : 271 472 véhicules immatriculés à Oran    Une première usine en Algérie    Grève dans la santé publique : Les généralistes mobilisés    Les diabétologues et les endocrinologues se concertent    Bir El Djir : Un budget pour la solidarité    Mascara : le Colisée renaît de ses cendres    Histoire : L'héroïque bataille de Fellaoucène revisitée    Mali:le gouvernement exprime sa "grande surprise" au sujet des affrontements à Ménaka    Tunisie:Caïd Essebsi sollicite le soutien de l'Allemagne lors du Sommet du G7    Godin : «Simeone est fondamentale. C'est le leader du groupe »    Algérie:le ministère de l'Intérieur met fin à la concession des plages    USM Alger : Un nul et des regrets    JS Saoura : Seuls les résultats font défaut    MASCARA: 924 postes budgétaires ouverts au profit de l'éducation    EL AMRIA : Au rendez-vous de la Semaine Africaine de la Vaccination    Pour le traitement des cancéreux au cas par cas : Des réunions de concertation pluridisciplinaire chaque semaine au CHUO    BLIDA: En finir, enfin, avec les adresses « sans nom » !    Visite d'inspection du DGSN    Imposteurs de formation et bonimenteurs par vocation !    M'diprimi    TLEMCEN: Il y a cent ans, la grande «Hidjra»    À l'occasion de la fête nationale de leurs pays : Le président Bouteflika félicite plusieurs de ses homologues    Fidèle à ses principes : L'Algérie octroie une aide d'un million de dollars au Népal    Loi de finances 2015 :Des nouvelles mesures pour encourager les entreprises productives    Google plombé par le dollar fort mais optimiste pour le mobile et YouTube    Sortir sa famille de la crise    Verts d'Europe : Carl Medjani de nouveau buteur    Liga BBVA : Le Real enchaîne avec les victoires    La Casbah de Mostaganem sera classée prochainement secteur préservé    Nouvel agent agréé de Renault Algérie à Batna    Les étudiants de nouveau en grève    L'Onda ressuscite Slimane Azem    Un député du PT accuse la ministre de la Culture de financement public d'un projet de film privé    BOUIRA La scission se précise au FLN    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Quand Yasmina Khadra répond à Boudjedra
Dispute d'écrivains
Publié dans Le Midi Libre le 10 - 02 - 2011

L'écrivain algérien Yasmina Khadra et directeur actuel du Centre culturel algérien de Paris a qualifié Rachid Boudjedra d'homme «jaloux» dans une interview parue hier dans le journal «La Provence».
L'écrivain algérien Yasmina Khadra et directeur actuel du Centre culturel algérien de Paris a qualifié Rachid Boudjedra d'homme «jaloux» dans une interview parue hier dans le journal «La Provence».
Yasmina Khadra qui se trouve actuellement à Vitrolles près de Marseille a été reçu en grande pompe puisqu'il est le parrain officiel de la 2e édition du festival Polar en Lumières dont il est appelé à donner le coup d'envoi. Yasmina Khadra réagissait ainsi à l'appréciation formulée à son égard quelques mois plus tôt par Rachid Boudjedra. «Je n'ai jamais réagi à ses propos, il suffit de lire mes livres pour se rendre compte du contraire. Personnellement, je ne me suis jamais permis de médire d'un auteur ou d'un artiste. C'est de la jalousie pure et simple, voilà tout...» a déclaré Yasmina Khadra. En effet l'auteur de «l'Escargot entêté», l'on se souvient, avait critiqué au mois d'avril de l'année passée l'œuvre de Yasmina Khadra, qui a ses yeux «n'est même pas une littérature».
Enfonçant le clou, Boudjedra avait soutenu que les livres de Yasmina Khadra alias Mohamed Moulessehoul appartiennent à la «littérature de loisir qui est liée à l'actualité chaude». Il avait ajouté : «C'est la seule explication qu'on trouve à des romans tels que «L'attentat», « Les hirondelles de Kaboul» ou «Les sirènes de Baghdad»!». «Le plus drôle avait souligné Boudjedra c'est que Yasmina Khadra disait que j'étais son écrivain préféré et que je l'influençais». Rachid Boudjedra n'a pas manqué du reste d'arguments en faisant observer que Yasmina Khadra est un auteur qui «écrit sur l'immédiat», le contraire de «écrivain qui pose des questions et qui s'angoisse». Et de conclure sa littérature est proche de l'écrit «journalistique» que de la création littéraire. Jalousie ?
Il semblerait que Rachid Boudjedra ait anticipé sur la critique universitaire. En effet si celle-ci n'a pas encore affiné ses recherches relatives à la littéralité (caractère d'un texte considéré comme littéraire) de l'œuvre de Yasmina Khadra, c'est que peut-être elle n'a pas considéré qu'il était dans ses priorités de faire des études, rien que pour nuire à un succès commercial auquel ont contribué quelques unes des plus prestigieuses éditions françaises.
En privé, les universitaires partagent l'avis de Boudjedra, ne serait-ce que parce que la totalité des thèses qui lui ont été consacrées se sont focalisées sur le fait que ses œuvres sont des polars. Des œuvres qui sont loin d'égaler la perfection esthétique des livres de K. Yacine ou de M. Dib. Notons que le film "Morituri" réalisé par Okacha Touita et adapté de l'œuvre de Khadra, a été projeté hier aux Lumières, en présence du réalisateur et de l'écrivain algérien ainsi que de l'auteur satirique Serge Scotto, chargé de l'animation de l'édition de cette année. Aujourd'hui, pour la seconde journée, Yasmina Khadra et l'auteur jeunesse Jean-Luc Luciani dédicaceront leurs œuvres respectives à la bibliothèque George-Sand. Une soirée spéciale courts métrages algériens réunira les réalisateurs qui vont venir à la rencontre du public lors de projection de «La Baie d'Alger», «Sektou, Ils se sont tus», «Babel», ainsi que «Mon Colonel» de Laurent Herbiet.
Yasmina Khadra qui se trouve actuellement à Vitrolles près de Marseille a été reçu en grande pompe puisqu'il est le parrain officiel de la 2e édition du festival Polar en Lumières dont il est appelé à donner le coup d'envoi. Yasmina Khadra réagissait ainsi à l'appréciation formulée à son égard quelques mois plus tôt par Rachid Boudjedra. «Je n'ai jamais réagi à ses propos, il suffit de lire mes livres pour se rendre compte du contraire. Personnellement, je ne me suis jamais permis de médire d'un auteur ou d'un artiste. C'est de la jalousie pure et simple, voilà tout...» a déclaré Yasmina Khadra. En effet l'auteur de «l'Escargot entêté», l'on se souvient, avait critiqué au mois d'avril de l'année passée l'œuvre de Yasmina Khadra, qui a ses yeux «n'est même pas une littérature».
Enfonçant le clou, Boudjedra avait soutenu que les livres de Yasmina Khadra alias Mohamed Moulessehoul appartiennent à la «littérature de loisir qui est liée à l'actualité chaude». Il avait ajouté : «C'est la seule explication qu'on trouve à des romans tels que «L'attentat», « Les hirondelles de Kaboul» ou «Les sirènes de Baghdad»!». «Le plus drôle avait souligné Boudjedra c'est que Yasmina Khadra disait que j'étais son écrivain préféré et que je l'influençais». Rachid Boudjedra n'a pas manqué du reste d'arguments en faisant observer que Yasmina Khadra est un auteur qui «écrit sur l'immédiat», le contraire de «écrivain qui pose des questions et qui s'angoisse». Et de conclure sa littérature est proche de l'écrit «journalistique» que de la création littéraire. Jalousie ?
Il semblerait que Rachid Boudjedra ait anticipé sur la critique universitaire. En effet si celle-ci n'a pas encore affiné ses recherches relatives à la littéralité (caractère d'un texte considéré comme littéraire) de l'œuvre de Yasmina Khadra, c'est que peut-être elle n'a pas considéré qu'il était dans ses priorités de faire des études, rien que pour nuire à un succès commercial auquel ont contribué quelques unes des plus prestigieuses éditions françaises.
En privé, les universitaires partagent l'avis de Boudjedra, ne serait-ce que parce que la totalité des thèses qui lui ont été consacrées se sont focalisées sur le fait que ses œuvres sont des polars. Des œuvres qui sont loin d'égaler la perfection esthétique des livres de K. Yacine ou de M. Dib. Notons que le film "Morituri" réalisé par Okacha Touita et adapté de l'œuvre de Khadra, a été projeté hier aux Lumières, en présence du réalisateur et de l'écrivain algérien ainsi que de l'auteur satirique Serge Scotto, chargé de l'animation de l'édition de cette année. Aujourd'hui, pour la seconde journée, Yasmina Khadra et l'auteur jeunesse Jean-Luc Luciani dédicaceront leurs œuvres respectives à la bibliothèque George-Sand. Une soirée spéciale courts métrages algériens réunira les réalisateurs qui vont venir à la rencontre du public lors de projection de «La Baie d'Alger», «Sektou, Ils se sont tus», «Babel», ainsi que «Mon Colonel» de Laurent Herbiet.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.