Trois autres terroristes abattus    Noureddine Bedoui sur tous les fronts    À Béchar : Gaïd Salah supervise le lancement d'un exercice combiné à balles réelles    La lutte antiterroriste s'accentue    "Le mandat de dépôt a reculé de 54%"    Fin de l'audiovisuel informel    Energie : L'Algérie est un partenaire fiable pour l'Union européenne    Afin de répondre à la demande de sa clientèle : Algérie Poste émet 25 000 chéquiers par jour    Les dangers de la "grande sieste"    La FIA perd de sa superbe    Sept raisons pour aimer le S 7    Attention aux phases de transition    Le candidat d'extrême droite ne passe pas    Détermination à faire appliquer les accords de Min    Binali Yildirim présente son gouvernement    Equipe nationale : Ghoulam rejoint les Verts, en attendant Brahimi, Mahrez, Feghouli et Hanni    Un match à huis clos pour la JS Saoura    Hanni meilleur joueur de l'année en Belgique    6e médaille de bronze pour l'Algérie    Epreuves du Brevet d'enseignement moyen : L'heure du sérieux est arrivée    550 migrants clandestins arrêtés    La Fête des mamans devient une bonne affaire    40.000 logements en chantier à Oran    Selon la directrice de l'INPRP : " Les conditions de travail influent négativement sur la santé des employés"    Selon Samy Bencheikh : Des procès en justice contre les chaînes    L'avenir incertain du paysage audiovisuel algérien    Comment vêtir son esprit pour comprendre?    Le Cinéma palestinien s'offre son festival à Paris    Décès d'une femme à Mascara    L'Algérie soutient le candidat de l'Afrique    Trois autres terroristes abattus à Bouira    Etablie à 75,6 ans pour les Algériens    43 morts et 1.376 blessés en une semaine    Les affabulations de Hollande    Rêveries de l'acteur solitaire en compétition    Cartographie des forteresses d'Oran    Lahoulou réalise les minima des championnats d'Afrique    Mansouri nouveau maillot jaune    Licences de téléphonie mobile de 4e génération    Les relations avec l'Algérie sont solides et diversifiées    L'Etat islamique revendique plusieurs attentats en Syrie et au Yémen    La France maintient la date du 3 juin    A la veille d'une semaine décisive, le pétrole se maintient au-dessous de 50 dollars    La destruction de deux millions de CD piratés, une consolidation du rôle de l'ONDA    Les Verts à l'étranger / Après «Le Soulier d'Ebène» et «Le Lion d'Or» : Hanni élu joueur de l'année en Belgique    Revue de la presse : les déclarations de Sellal sur l'audiovisuel éclipsent les autres sujets d'actualité    Tunisie : Ennahdha adopte la séparation du politique et du religieux    Equipe nationale Neghiz : "Mon objectif est de préserver la continuité après le départ de Gourcuff"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quand Yasmina Khadra répond à Boudjedra
Dispute d'écrivains
Publié dans Le Midi Libre le 10 - 02 - 2011

L'écrivain algérien Yasmina Khadra et directeur actuel du Centre culturel algérien de Paris a qualifié Rachid Boudjedra d'homme «jaloux» dans une interview parue hier dans le journal «La Provence».
L'écrivain algérien Yasmina Khadra et directeur actuel du Centre culturel algérien de Paris a qualifié Rachid Boudjedra d'homme «jaloux» dans une interview parue hier dans le journal «La Provence».
Yasmina Khadra qui se trouve actuellement à Vitrolles près de Marseille a été reçu en grande pompe puisqu'il est le parrain officiel de la 2e édition du festival Polar en Lumières dont il est appelé à donner le coup d'envoi. Yasmina Khadra réagissait ainsi à l'appréciation formulée à son égard quelques mois plus tôt par Rachid Boudjedra. «Je n'ai jamais réagi à ses propos, il suffit de lire mes livres pour se rendre compte du contraire. Personnellement, je ne me suis jamais permis de médire d'un auteur ou d'un artiste. C'est de la jalousie pure et simple, voilà tout...» a déclaré Yasmina Khadra. En effet l'auteur de «l'Escargot entêté», l'on se souvient, avait critiqué au mois d'avril de l'année passée l'œuvre de Yasmina Khadra, qui a ses yeux «n'est même pas une littérature».
Enfonçant le clou, Boudjedra avait soutenu que les livres de Yasmina Khadra alias Mohamed Moulessehoul appartiennent à la «littérature de loisir qui est liée à l'actualité chaude». Il avait ajouté : «C'est la seule explication qu'on trouve à des romans tels que «L'attentat», « Les hirondelles de Kaboul» ou «Les sirènes de Baghdad»!». «Le plus drôle avait souligné Boudjedra c'est que Yasmina Khadra disait que j'étais son écrivain préféré et que je l'influençais». Rachid Boudjedra n'a pas manqué du reste d'arguments en faisant observer que Yasmina Khadra est un auteur qui «écrit sur l'immédiat», le contraire de «écrivain qui pose des questions et qui s'angoisse». Et de conclure sa littérature est proche de l'écrit «journalistique» que de la création littéraire. Jalousie ?
Il semblerait que Rachid Boudjedra ait anticipé sur la critique universitaire. En effet si celle-ci n'a pas encore affiné ses recherches relatives à la littéralité (caractère d'un texte considéré comme littéraire) de l'œuvre de Yasmina Khadra, c'est que peut-être elle n'a pas considéré qu'il était dans ses priorités de faire des études, rien que pour nuire à un succès commercial auquel ont contribué quelques unes des plus prestigieuses éditions françaises.
En privé, les universitaires partagent l'avis de Boudjedra, ne serait-ce que parce que la totalité des thèses qui lui ont été consacrées se sont focalisées sur le fait que ses œuvres sont des polars. Des œuvres qui sont loin d'égaler la perfection esthétique des livres de K. Yacine ou de M. Dib. Notons que le film "Morituri" réalisé par Okacha Touita et adapté de l'œuvre de Khadra, a été projeté hier aux Lumières, en présence du réalisateur et de l'écrivain algérien ainsi que de l'auteur satirique Serge Scotto, chargé de l'animation de l'édition de cette année. Aujourd'hui, pour la seconde journée, Yasmina Khadra et l'auteur jeunesse Jean-Luc Luciani dédicaceront leurs œuvres respectives à la bibliothèque George-Sand. Une soirée spéciale courts métrages algériens réunira les réalisateurs qui vont venir à la rencontre du public lors de projection de «La Baie d'Alger», «Sektou, Ils se sont tus», «Babel», ainsi que «Mon Colonel» de Laurent Herbiet.
Yasmina Khadra qui se trouve actuellement à Vitrolles près de Marseille a été reçu en grande pompe puisqu'il est le parrain officiel de la 2e édition du festival Polar en Lumières dont il est appelé à donner le coup d'envoi. Yasmina Khadra réagissait ainsi à l'appréciation formulée à son égard quelques mois plus tôt par Rachid Boudjedra. «Je n'ai jamais réagi à ses propos, il suffit de lire mes livres pour se rendre compte du contraire. Personnellement, je ne me suis jamais permis de médire d'un auteur ou d'un artiste. C'est de la jalousie pure et simple, voilà tout...» a déclaré Yasmina Khadra. En effet l'auteur de «l'Escargot entêté», l'on se souvient, avait critiqué au mois d'avril de l'année passée l'œuvre de Yasmina Khadra, qui a ses yeux «n'est même pas une littérature».
Enfonçant le clou, Boudjedra avait soutenu que les livres de Yasmina Khadra alias Mohamed Moulessehoul appartiennent à la «littérature de loisir qui est liée à l'actualité chaude». Il avait ajouté : «C'est la seule explication qu'on trouve à des romans tels que «L'attentat», « Les hirondelles de Kaboul» ou «Les sirènes de Baghdad»!». «Le plus drôle avait souligné Boudjedra c'est que Yasmina Khadra disait que j'étais son écrivain préféré et que je l'influençais». Rachid Boudjedra n'a pas manqué du reste d'arguments en faisant observer que Yasmina Khadra est un auteur qui «écrit sur l'immédiat», le contraire de «écrivain qui pose des questions et qui s'angoisse». Et de conclure sa littérature est proche de l'écrit «journalistique» que de la création littéraire. Jalousie ?
Il semblerait que Rachid Boudjedra ait anticipé sur la critique universitaire. En effet si celle-ci n'a pas encore affiné ses recherches relatives à la littéralité (caractère d'un texte considéré comme littéraire) de l'œuvre de Yasmina Khadra, c'est que peut-être elle n'a pas considéré qu'il était dans ses priorités de faire des études, rien que pour nuire à un succès commercial auquel ont contribué quelques unes des plus prestigieuses éditions françaises.
En privé, les universitaires partagent l'avis de Boudjedra, ne serait-ce que parce que la totalité des thèses qui lui ont été consacrées se sont focalisées sur le fait que ses œuvres sont des polars. Des œuvres qui sont loin d'égaler la perfection esthétique des livres de K. Yacine ou de M. Dib. Notons que le film "Morituri" réalisé par Okacha Touita et adapté de l'œuvre de Khadra, a été projeté hier aux Lumières, en présence du réalisateur et de l'écrivain algérien ainsi que de l'auteur satirique Serge Scotto, chargé de l'animation de l'édition de cette année. Aujourd'hui, pour la seconde journée, Yasmina Khadra et l'auteur jeunesse Jean-Luc Luciani dédicaceront leurs œuvres respectives à la bibliothèque George-Sand. Une soirée spéciale courts métrages algériens réunira les réalisateurs qui vont venir à la rencontre du public lors de projection de «La Baie d'Alger», «Sektou, Ils se sont tus», «Babel», ainsi que «Mon Colonel» de Laurent Herbiet.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.