REMANIEMENT MINISTERIEL PARTIAL : Le Président nomme trois nouveaux ministres    Allemagne: un homme mortellement poignardé à Wuppertal    TIARET : Une femme se suicide par arme à feu à Madna    EDUCATION NATIONALE : L'enseignement de tamazight sera généralisé à 38 wilayas    Attentat de Barcelone : trois ressortissants algériens blessés    Pluies torrentielles à Batna    Le Brent en hausse à plus de 52 dollars    Tunisie - Rattrapé par une affaire d'infraction à la loi sur les changes, le ministre des finances Fadhel Abdelkefi démissionne    Carnet politique 8    Terrorisme: Quatorze morts en Catalogne, une attaque plus vaste sans doute évitée    Riyad ouvre sa frontière aux Qataris pour le hadj    Après les pèlerins de La Mecque, les touristes en bikini !    Brèves    Mission délicate pour les Verts !    Défaite de l'Algérie face à l'Egypte en amical (4-1)    Un «nouveau» gouvernement dans la cacophonie    Parfois, les études de sol sont quasi inexistantes ou souvent insuffisantes    La carte Mété'Eau permet d'inciter les citoyens d'Alger à changer leur comportement vis-à-vis de l'eau    Oran : 37 candidats à l'émigration clandestine interceptés au nord de Kristel et aux Andalouses    Mété'Eau : La carte anti-gaspillage    Hadj : retour au calme après un mouvement de panique    Les représentants des 16 pays arabes se réuniront dimanche    Mon frère a été donné aux Français par ses compagnons d'armes    Mon film raconte la révolution comme elle s'était déroulée    Ouverture de la 10e édition de la Fête du tapis à Aït Hichem    Sahara Occidental : Guterres charge l'ancien président Allemand de relancer le processus de négociations    Tunisie – Les avoirs en devises ne couvrent que 90 jours d'importation : de "lourdes conséquences" selon l'économiste Fatma Marrakchi Charfi    Inondations en Sierra Leone: le nombre de morts dépasse les 400    Maroc : Le déficit commercial s'établit à 6,9% à fin juillet 2017, importations en hausse    Libye: L'armée ouvre une enquête sur un commandant de l'ANL de Haftar poursuivi par la CPI    Le Real Madrid refuse d'abdiquer pour Ronaldo    Barça : Messi ferait le forcing pour l'arrivée d'un joueur en particulier    Importance des protéines dans l'alimentation    Burkina: trois soldats tués par l'explosion d'un "engin improvisé"    Le Venezuela se prépare à une invasion américaine    Algérie: Plus de 1900 hectares ravagés dans 186 incendies en une semaine    Ouyahia installé dans ses fonctions    Les rendez-vous de la rentrée sociale 2017    Les mises en garde du consul général de France à Annaba    Réaction gênée du FLN    Fermeture du journal "La Tribune" : une affaire de gros sous    La technique musicale mise en avant    Algérie - Gouvernement: Bedda et Saci remplacés par Yousfi et Temmar, "retour" éphémère de Benagoun    Libye - Algérie demain à 17h à Sfax / Dernière chance pour les locaux    Les Verts inquiètent avant la Zambie : Feghouli, Boudebouz et Abeid forfaits    Elle sillonnera la wilaya de Tizi Ouzou : Une caravane artistique arrive ce soir    Participation de Hasna El-Becharia et Souad Asla    Un individu abattu par l'armée à Bouira    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quand Yasmina Khadra répond à Boudjedra
Dispute d'écrivains
Publié dans Le Midi Libre le 10 - 02 - 2011

L'écrivain algérien Yasmina Khadra et directeur actuel du Centre culturel algérien de Paris a qualifié Rachid Boudjedra d'homme «jaloux» dans une interview parue hier dans le journal «La Provence».
L'écrivain algérien Yasmina Khadra et directeur actuel du Centre culturel algérien de Paris a qualifié Rachid Boudjedra d'homme «jaloux» dans une interview parue hier dans le journal «La Provence».
Yasmina Khadra qui se trouve actuellement à Vitrolles près de Marseille a été reçu en grande pompe puisqu'il est le parrain officiel de la 2e édition du festival Polar en Lumières dont il est appelé à donner le coup d'envoi. Yasmina Khadra réagissait ainsi à l'appréciation formulée à son égard quelques mois plus tôt par Rachid Boudjedra. «Je n'ai jamais réagi à ses propos, il suffit de lire mes livres pour se rendre compte du contraire. Personnellement, je ne me suis jamais permis de médire d'un auteur ou d'un artiste. C'est de la jalousie pure et simple, voilà tout...» a déclaré Yasmina Khadra. En effet l'auteur de «l'Escargot entêté», l'on se souvient, avait critiqué au mois d'avril de l'année passée l'œuvre de Yasmina Khadra, qui a ses yeux «n'est même pas une littérature».
Enfonçant le clou, Boudjedra avait soutenu que les livres de Yasmina Khadra alias Mohamed Moulessehoul appartiennent à la «littérature de loisir qui est liée à l'actualité chaude». Il avait ajouté : «C'est la seule explication qu'on trouve à des romans tels que «L'attentat», « Les hirondelles de Kaboul» ou «Les sirènes de Baghdad»!». «Le plus drôle avait souligné Boudjedra c'est que Yasmina Khadra disait que j'étais son écrivain préféré et que je l'influençais». Rachid Boudjedra n'a pas manqué du reste d'arguments en faisant observer que Yasmina Khadra est un auteur qui «écrit sur l'immédiat», le contraire de «écrivain qui pose des questions et qui s'angoisse». Et de conclure sa littérature est proche de l'écrit «journalistique» que de la création littéraire. Jalousie ?
Il semblerait que Rachid Boudjedra ait anticipé sur la critique universitaire. En effet si celle-ci n'a pas encore affiné ses recherches relatives à la littéralité (caractère d'un texte considéré comme littéraire) de l'œuvre de Yasmina Khadra, c'est que peut-être elle n'a pas considéré qu'il était dans ses priorités de faire des études, rien que pour nuire à un succès commercial auquel ont contribué quelques unes des plus prestigieuses éditions françaises.
En privé, les universitaires partagent l'avis de Boudjedra, ne serait-ce que parce que la totalité des thèses qui lui ont été consacrées se sont focalisées sur le fait que ses œuvres sont des polars. Des œuvres qui sont loin d'égaler la perfection esthétique des livres de K. Yacine ou de M. Dib. Notons que le film "Morituri" réalisé par Okacha Touita et adapté de l'œuvre de Khadra, a été projeté hier aux Lumières, en présence du réalisateur et de l'écrivain algérien ainsi que de l'auteur satirique Serge Scotto, chargé de l'animation de l'édition de cette année. Aujourd'hui, pour la seconde journée, Yasmina Khadra et l'auteur jeunesse Jean-Luc Luciani dédicaceront leurs œuvres respectives à la bibliothèque George-Sand. Une soirée spéciale courts métrages algériens réunira les réalisateurs qui vont venir à la rencontre du public lors de projection de «La Baie d'Alger», «Sektou, Ils se sont tus», «Babel», ainsi que «Mon Colonel» de Laurent Herbiet.
Yasmina Khadra qui se trouve actuellement à Vitrolles près de Marseille a été reçu en grande pompe puisqu'il est le parrain officiel de la 2e édition du festival Polar en Lumières dont il est appelé à donner le coup d'envoi. Yasmina Khadra réagissait ainsi à l'appréciation formulée à son égard quelques mois plus tôt par Rachid Boudjedra. «Je n'ai jamais réagi à ses propos, il suffit de lire mes livres pour se rendre compte du contraire. Personnellement, je ne me suis jamais permis de médire d'un auteur ou d'un artiste. C'est de la jalousie pure et simple, voilà tout...» a déclaré Yasmina Khadra. En effet l'auteur de «l'Escargot entêté», l'on se souvient, avait critiqué au mois d'avril de l'année passée l'œuvre de Yasmina Khadra, qui a ses yeux «n'est même pas une littérature».
Enfonçant le clou, Boudjedra avait soutenu que les livres de Yasmina Khadra alias Mohamed Moulessehoul appartiennent à la «littérature de loisir qui est liée à l'actualité chaude». Il avait ajouté : «C'est la seule explication qu'on trouve à des romans tels que «L'attentat», « Les hirondelles de Kaboul» ou «Les sirènes de Baghdad»!». «Le plus drôle avait souligné Boudjedra c'est que Yasmina Khadra disait que j'étais son écrivain préféré et que je l'influençais». Rachid Boudjedra n'a pas manqué du reste d'arguments en faisant observer que Yasmina Khadra est un auteur qui «écrit sur l'immédiat», le contraire de «écrivain qui pose des questions et qui s'angoisse». Et de conclure sa littérature est proche de l'écrit «journalistique» que de la création littéraire. Jalousie ?
Il semblerait que Rachid Boudjedra ait anticipé sur la critique universitaire. En effet si celle-ci n'a pas encore affiné ses recherches relatives à la littéralité (caractère d'un texte considéré comme littéraire) de l'œuvre de Yasmina Khadra, c'est que peut-être elle n'a pas considéré qu'il était dans ses priorités de faire des études, rien que pour nuire à un succès commercial auquel ont contribué quelques unes des plus prestigieuses éditions françaises.
En privé, les universitaires partagent l'avis de Boudjedra, ne serait-ce que parce que la totalité des thèses qui lui ont été consacrées se sont focalisées sur le fait que ses œuvres sont des polars. Des œuvres qui sont loin d'égaler la perfection esthétique des livres de K. Yacine ou de M. Dib. Notons que le film "Morituri" réalisé par Okacha Touita et adapté de l'œuvre de Khadra, a été projeté hier aux Lumières, en présence du réalisateur et de l'écrivain algérien ainsi que de l'auteur satirique Serge Scotto, chargé de l'animation de l'édition de cette année. Aujourd'hui, pour la seconde journée, Yasmina Khadra et l'auteur jeunesse Jean-Luc Luciani dédicaceront leurs œuvres respectives à la bibliothèque George-Sand. Une soirée spéciale courts métrages algériens réunira les réalisateurs qui vont venir à la rencontre du public lors de projection de «La Baie d'Alger», «Sektou, Ils se sont tus», «Babel», ainsi que «Mon Colonel» de Laurent Herbiet.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.