Le président sud-africain aujourd'hui en Algérie : L'approfondissement de la coopération bilatérale au centre des entretiens    Emploi : Le projet Alice, une exploitation qui doit s'étendre en Algérie    Turquie : Istanbul ambitionne de devenir une plaque tournante du gaz    26e session du sommet arabe : L'Algérie appelle à renforcer l'unité arabe    Algérie-Roumanie : La secrétaire d'état roumaine aux Affaires étrangères en visite en Algérie    Nucléaire iranien : Le dénouement approche, Zarif fait preuve d'optimisme    Selon Boudiaf : Le développement de la santé au sud du pays est une priorité    Selon Abderrazak Henni : Le passeport biométrique délivré en une semaine seulement    Oran : Attribution en 2014 de plus de 5 000 logements    Tout, sauf la démocratie et l'islamisme    Ligue 2 Mobilis : L'USM Blida prend le large, le WA Tlemcen toujours relégable    Equipe nationale / Ishak Belfodil : "On doit gagner en maturité"    Sortie prochaine de la deuxième promotion LMD    La stratégie nationale de promotion des exportations en débat    Le président sud-africain, Jacob Zuma aujourd'hui à Alger    Le SG de la Ligue arabe appelle à une nouvelle approche    Des dizaines de milliers de personnes ont marché contre le terrorisme à Tunis    Le CPS de l'UA appelle le CS de l'ONU à hâter le processus de décolonisation    La tendance toujours en hausse    Arrestation d'un cadre pour escroquerie    Arrestation de douze personnes à Blida    Retour aux sources et exportations vers l'Algérie    Un arrêt des cours dominé par des... activités artistiques    Pas moins d'une quarantaine d'exposants au rendez-vous    Bruxelles appelée à débloquer une nouvelle aide financière    Une dizaine de morts dans l'attaque d'un hôtel    Les Verts veulent rectifier le tir    Berraf : "L'athlète doit travailler d'arrache-pied"    Le président Bouteflika reçoit le nouvel ambassadeur d'Afrique du Sud    L'évènement commémoré à Tizi Ouzou et M'chounèche    Yémen : au moins vingt morts dans des affrontements nocturnes à Aden    L'émir Abou Sakhr abattu avec huit autres terroristes    Au bout des enquêtes    Adrar: ferveur et tristesse à l'inhumation de Moulay Touhami Ghitaoui    Hommage posthume à Tlemcen à la moudjahida Jacqueline Guerroudj    Poursuite à Oran des travaux de la rencontre nationale d'évaluation des urgences et de l'hygiène hospitalière    Belfodil : «Une revanche à prendre sur nous-mêmes»    Le MOB conserve malgré tout son fauteuil de leader    Qatar: Al Sadd dément finalement l'arrivée de Xavi    Cross-country/Mondial 2015 : "la participation algérienne a été honorable" (Lamri)    Algérie : Les délais de livraison du passeport biométrique réduits bientôt à une semaine (ministère)    Le MSP veut rencontrer les hauts responsables de l'Etat    Les petits partis tentent d'exister    M. Nouri appelle les entreprise suisses à investir dans l'agroalimentaire en Algérie    Bensalah contesté    Pas de congrès pour l'opposition    Une quarantaine d'exposants au rendez-vous    «Nous devons rester fidèles aux sacrifices des chouhada et des moudjahidine»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Quand Yasmina Khadra répond à Boudjedra
Dispute d'écrivains
Publié dans Le Midi Libre le 10 - 02 - 2011

L'écrivain algérien Yasmina Khadra et directeur actuel du Centre culturel algérien de Paris a qualifié Rachid Boudjedra d'homme «jaloux» dans une interview parue hier dans le journal «La Provence».
L'écrivain algérien Yasmina Khadra et directeur actuel du Centre culturel algérien de Paris a qualifié Rachid Boudjedra d'homme «jaloux» dans une interview parue hier dans le journal «La Provence».
Yasmina Khadra qui se trouve actuellement à Vitrolles près de Marseille a été reçu en grande pompe puisqu'il est le parrain officiel de la 2e édition du festival Polar en Lumières dont il est appelé à donner le coup d'envoi. Yasmina Khadra réagissait ainsi à l'appréciation formulée à son égard quelques mois plus tôt par Rachid Boudjedra. «Je n'ai jamais réagi à ses propos, il suffit de lire mes livres pour se rendre compte du contraire. Personnellement, je ne me suis jamais permis de médire d'un auteur ou d'un artiste. C'est de la jalousie pure et simple, voilà tout...» a déclaré Yasmina Khadra. En effet l'auteur de «l'Escargot entêté», l'on se souvient, avait critiqué au mois d'avril de l'année passée l'œuvre de Yasmina Khadra, qui a ses yeux «n'est même pas une littérature».
Enfonçant le clou, Boudjedra avait soutenu que les livres de Yasmina Khadra alias Mohamed Moulessehoul appartiennent à la «littérature de loisir qui est liée à l'actualité chaude». Il avait ajouté : «C'est la seule explication qu'on trouve à des romans tels que «L'attentat», « Les hirondelles de Kaboul» ou «Les sirènes de Baghdad»!». «Le plus drôle avait souligné Boudjedra c'est que Yasmina Khadra disait que j'étais son écrivain préféré et que je l'influençais». Rachid Boudjedra n'a pas manqué du reste d'arguments en faisant observer que Yasmina Khadra est un auteur qui «écrit sur l'immédiat», le contraire de «écrivain qui pose des questions et qui s'angoisse». Et de conclure sa littérature est proche de l'écrit «journalistique» que de la création littéraire. Jalousie ?
Il semblerait que Rachid Boudjedra ait anticipé sur la critique universitaire. En effet si celle-ci n'a pas encore affiné ses recherches relatives à la littéralité (caractère d'un texte considéré comme littéraire) de l'œuvre de Yasmina Khadra, c'est que peut-être elle n'a pas considéré qu'il était dans ses priorités de faire des études, rien que pour nuire à un succès commercial auquel ont contribué quelques unes des plus prestigieuses éditions françaises.
En privé, les universitaires partagent l'avis de Boudjedra, ne serait-ce que parce que la totalité des thèses qui lui ont été consacrées se sont focalisées sur le fait que ses œuvres sont des polars. Des œuvres qui sont loin d'égaler la perfection esthétique des livres de K. Yacine ou de M. Dib. Notons que le film "Morituri" réalisé par Okacha Touita et adapté de l'œuvre de Khadra, a été projeté hier aux Lumières, en présence du réalisateur et de l'écrivain algérien ainsi que de l'auteur satirique Serge Scotto, chargé de l'animation de l'édition de cette année. Aujourd'hui, pour la seconde journée, Yasmina Khadra et l'auteur jeunesse Jean-Luc Luciani dédicaceront leurs œuvres respectives à la bibliothèque George-Sand. Une soirée spéciale courts métrages algériens réunira les réalisateurs qui vont venir à la rencontre du public lors de projection de «La Baie d'Alger», «Sektou, Ils se sont tus», «Babel», ainsi que «Mon Colonel» de Laurent Herbiet.
Yasmina Khadra qui se trouve actuellement à Vitrolles près de Marseille a été reçu en grande pompe puisqu'il est le parrain officiel de la 2e édition du festival Polar en Lumières dont il est appelé à donner le coup d'envoi. Yasmina Khadra réagissait ainsi à l'appréciation formulée à son égard quelques mois plus tôt par Rachid Boudjedra. «Je n'ai jamais réagi à ses propos, il suffit de lire mes livres pour se rendre compte du contraire. Personnellement, je ne me suis jamais permis de médire d'un auteur ou d'un artiste. C'est de la jalousie pure et simple, voilà tout...» a déclaré Yasmina Khadra. En effet l'auteur de «l'Escargot entêté», l'on se souvient, avait critiqué au mois d'avril de l'année passée l'œuvre de Yasmina Khadra, qui a ses yeux «n'est même pas une littérature».
Enfonçant le clou, Boudjedra avait soutenu que les livres de Yasmina Khadra alias Mohamed Moulessehoul appartiennent à la «littérature de loisir qui est liée à l'actualité chaude». Il avait ajouté : «C'est la seule explication qu'on trouve à des romans tels que «L'attentat», « Les hirondelles de Kaboul» ou «Les sirènes de Baghdad»!». «Le plus drôle avait souligné Boudjedra c'est que Yasmina Khadra disait que j'étais son écrivain préféré et que je l'influençais». Rachid Boudjedra n'a pas manqué du reste d'arguments en faisant observer que Yasmina Khadra est un auteur qui «écrit sur l'immédiat», le contraire de «écrivain qui pose des questions et qui s'angoisse». Et de conclure sa littérature est proche de l'écrit «journalistique» que de la création littéraire. Jalousie ?
Il semblerait que Rachid Boudjedra ait anticipé sur la critique universitaire. En effet si celle-ci n'a pas encore affiné ses recherches relatives à la littéralité (caractère d'un texte considéré comme littéraire) de l'œuvre de Yasmina Khadra, c'est que peut-être elle n'a pas considéré qu'il était dans ses priorités de faire des études, rien que pour nuire à un succès commercial auquel ont contribué quelques unes des plus prestigieuses éditions françaises.
En privé, les universitaires partagent l'avis de Boudjedra, ne serait-ce que parce que la totalité des thèses qui lui ont été consacrées se sont focalisées sur le fait que ses œuvres sont des polars. Des œuvres qui sont loin d'égaler la perfection esthétique des livres de K. Yacine ou de M. Dib. Notons que le film "Morituri" réalisé par Okacha Touita et adapté de l'œuvre de Khadra, a été projeté hier aux Lumières, en présence du réalisateur et de l'écrivain algérien ainsi que de l'auteur satirique Serge Scotto, chargé de l'animation de l'édition de cette année. Aujourd'hui, pour la seconde journée, Yasmina Khadra et l'auteur jeunesse Jean-Luc Luciani dédicaceront leurs œuvres respectives à la bibliothèque George-Sand. Une soirée spéciale courts métrages algériens réunira les réalisateurs qui vont venir à la rencontre du public lors de projection de «La Baie d'Alger», «Sektou, Ils se sont tus», «Babel», ainsi que «Mon Colonel» de Laurent Herbiet.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.