Une postière simule un braquage à la poste d'Es-Seddikia (Oran)!    Le Mouloudia d'El Eulma en Ligue 2    4 EMIRS FIGURENT PARMI LES 25 TERRORISTES TUES A BOUIRA : Le nouveau chef de Daech en Algérie abattu    PRIX DU HADJ 2015 EN ALGERIE : 41,2 millions de cts, tous frais inclus    UNE AUTRE SAISIE DE COCAiNE A MOSTAGANEM : La Police part en guerre contre les trafiquants de drogue !    Les efforts des pays fondateurs de la BAD soulignés    Mise en échec d'une tentative d'introduction d'armes et un important arsenal de guerre découvert par les forces de l'ANP    L'Occident a facilité la montée de Daech    Pour le chef d'Al-Nosra, la prise de Damas reste une priorité    Démission de Bensalah de la tête du RND    Aimer le football sans contrepartie, est-ce possible ?    Lutte acharnée    Descente    Djamel Kaouane installé au poste de directeur général de l'Anep    Alger et Rome réaffirment leur attachement à la poursuite du dialogue politique    Les financiers de l'EGZIB sans salaire depuis cinq années    Deux personnes dont un ressortissant africain sous mandat de dépôt    CINEMATOGRAPHIE : Annulation de la participation du film El Wahrani au festival d'Ashdod    Un passionné du soleil et de chaleur humaine    Adoption et lancement du programme d'animation de l'APC    République ou oligarchie hybride ?    Man City : Dzeko vers la Serie A ?    Real Madrid : Voilà le successeur de Cristiano Ronaldo au Real    OM : un club espagnol veut Mandanda    Algérie:quatre zones d'activités économiques de la wilaya de Laghouat en cours de réhabilitation    Corruption à la Fifa : Blatter "appelle à l'esprit d'équipe"    Algérie:élimination d'ici juin 2016 des rejets d'eaux usées à la mer à Oran (SEOR)    Los Angeles ferme des plages à cause d'une pollution pétrolière    USA: un Kényan plaide coupable de soutien à Al-Qaïda    Le pétrole en hausse en Asie    Eruption d'un volcan dans le sud-ouest du Japon    Algérie - PM provisoire, échange chèque obligatoire contre suppression TAP. Intermédiaire s'abstenir    Doute sur l'empoisonnement du Nobel chilien Pablo Neruda    Tunisie:30 tunisiens retenus en Libye relâchés (ministre)    Tunisie : La croissance du PIB a été affectée par l'attentat terroriste du Bardo, selon la BCT    Maroc:la Banque d'import et d'export de Chine inaugure un Bureau de représentation pour l'Afrique Nord-Ouest    Maroc:aucun cas de fièvre de Lassa n'a été enregistré (ministère)    Mali:3 casques bleus blessés par une mine sur l'axe Teherdge-Tombouctou    Maroc:le roi Mohamed VI entame une visite de trois jours en Guinée-Bissau    La voie libre pour Saadani    L'Etat de Palestine rejette la proposition    L'ANP frappe fort au sud du pays    Elle sera renforcée par des textes d'application    L'Aarc condamne vigoureusement    Concours de recrutement dans l’éducation    Salah Bey ouvre la compétition du FNTP    Quelle légitimité ?    Attentat de Beni Amrane : Deux condamnations à perpétuité et douze peines de mort    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Quand Yasmina Khadra répond à Boudjedra
Dispute d'écrivains
Publié dans Le Midi Libre le 10 - 02 - 2011

L'écrivain algérien Yasmina Khadra et directeur actuel du Centre culturel algérien de Paris a qualifié Rachid Boudjedra d'homme «jaloux» dans une interview parue hier dans le journal «La Provence».
L'écrivain algérien Yasmina Khadra et directeur actuel du Centre culturel algérien de Paris a qualifié Rachid Boudjedra d'homme «jaloux» dans une interview parue hier dans le journal «La Provence».
Yasmina Khadra qui se trouve actuellement à Vitrolles près de Marseille a été reçu en grande pompe puisqu'il est le parrain officiel de la 2e édition du festival Polar en Lumières dont il est appelé à donner le coup d'envoi. Yasmina Khadra réagissait ainsi à l'appréciation formulée à son égard quelques mois plus tôt par Rachid Boudjedra. «Je n'ai jamais réagi à ses propos, il suffit de lire mes livres pour se rendre compte du contraire. Personnellement, je ne me suis jamais permis de médire d'un auteur ou d'un artiste. C'est de la jalousie pure et simple, voilà tout...» a déclaré Yasmina Khadra. En effet l'auteur de «l'Escargot entêté», l'on se souvient, avait critiqué au mois d'avril de l'année passée l'œuvre de Yasmina Khadra, qui a ses yeux «n'est même pas une littérature».
Enfonçant le clou, Boudjedra avait soutenu que les livres de Yasmina Khadra alias Mohamed Moulessehoul appartiennent à la «littérature de loisir qui est liée à l'actualité chaude». Il avait ajouté : «C'est la seule explication qu'on trouve à des romans tels que «L'attentat», « Les hirondelles de Kaboul» ou «Les sirènes de Baghdad»!». «Le plus drôle avait souligné Boudjedra c'est que Yasmina Khadra disait que j'étais son écrivain préféré et que je l'influençais». Rachid Boudjedra n'a pas manqué du reste d'arguments en faisant observer que Yasmina Khadra est un auteur qui «écrit sur l'immédiat», le contraire de «écrivain qui pose des questions et qui s'angoisse». Et de conclure sa littérature est proche de l'écrit «journalistique» que de la création littéraire. Jalousie ?
Il semblerait que Rachid Boudjedra ait anticipé sur la critique universitaire. En effet si celle-ci n'a pas encore affiné ses recherches relatives à la littéralité (caractère d'un texte considéré comme littéraire) de l'œuvre de Yasmina Khadra, c'est que peut-être elle n'a pas considéré qu'il était dans ses priorités de faire des études, rien que pour nuire à un succès commercial auquel ont contribué quelques unes des plus prestigieuses éditions françaises.
En privé, les universitaires partagent l'avis de Boudjedra, ne serait-ce que parce que la totalité des thèses qui lui ont été consacrées se sont focalisées sur le fait que ses œuvres sont des polars. Des œuvres qui sont loin d'égaler la perfection esthétique des livres de K. Yacine ou de M. Dib. Notons que le film "Morituri" réalisé par Okacha Touita et adapté de l'œuvre de Khadra, a été projeté hier aux Lumières, en présence du réalisateur et de l'écrivain algérien ainsi que de l'auteur satirique Serge Scotto, chargé de l'animation de l'édition de cette année. Aujourd'hui, pour la seconde journée, Yasmina Khadra et l'auteur jeunesse Jean-Luc Luciani dédicaceront leurs œuvres respectives à la bibliothèque George-Sand. Une soirée spéciale courts métrages algériens réunira les réalisateurs qui vont venir à la rencontre du public lors de projection de «La Baie d'Alger», «Sektou, Ils se sont tus», «Babel», ainsi que «Mon Colonel» de Laurent Herbiet.
Yasmina Khadra qui se trouve actuellement à Vitrolles près de Marseille a été reçu en grande pompe puisqu'il est le parrain officiel de la 2e édition du festival Polar en Lumières dont il est appelé à donner le coup d'envoi. Yasmina Khadra réagissait ainsi à l'appréciation formulée à son égard quelques mois plus tôt par Rachid Boudjedra. «Je n'ai jamais réagi à ses propos, il suffit de lire mes livres pour se rendre compte du contraire. Personnellement, je ne me suis jamais permis de médire d'un auteur ou d'un artiste. C'est de la jalousie pure et simple, voilà tout...» a déclaré Yasmina Khadra. En effet l'auteur de «l'Escargot entêté», l'on se souvient, avait critiqué au mois d'avril de l'année passée l'œuvre de Yasmina Khadra, qui a ses yeux «n'est même pas une littérature».
Enfonçant le clou, Boudjedra avait soutenu que les livres de Yasmina Khadra alias Mohamed Moulessehoul appartiennent à la «littérature de loisir qui est liée à l'actualité chaude». Il avait ajouté : «C'est la seule explication qu'on trouve à des romans tels que «L'attentat», « Les hirondelles de Kaboul» ou «Les sirènes de Baghdad»!». «Le plus drôle avait souligné Boudjedra c'est que Yasmina Khadra disait que j'étais son écrivain préféré et que je l'influençais». Rachid Boudjedra n'a pas manqué du reste d'arguments en faisant observer que Yasmina Khadra est un auteur qui «écrit sur l'immédiat», le contraire de «écrivain qui pose des questions et qui s'angoisse». Et de conclure sa littérature est proche de l'écrit «journalistique» que de la création littéraire. Jalousie ?
Il semblerait que Rachid Boudjedra ait anticipé sur la critique universitaire. En effet si celle-ci n'a pas encore affiné ses recherches relatives à la littéralité (caractère d'un texte considéré comme littéraire) de l'œuvre de Yasmina Khadra, c'est que peut-être elle n'a pas considéré qu'il était dans ses priorités de faire des études, rien que pour nuire à un succès commercial auquel ont contribué quelques unes des plus prestigieuses éditions françaises.
En privé, les universitaires partagent l'avis de Boudjedra, ne serait-ce que parce que la totalité des thèses qui lui ont été consacrées se sont focalisées sur le fait que ses œuvres sont des polars. Des œuvres qui sont loin d'égaler la perfection esthétique des livres de K. Yacine ou de M. Dib. Notons que le film "Morituri" réalisé par Okacha Touita et adapté de l'œuvre de Khadra, a été projeté hier aux Lumières, en présence du réalisateur et de l'écrivain algérien ainsi que de l'auteur satirique Serge Scotto, chargé de l'animation de l'édition de cette année. Aujourd'hui, pour la seconde journée, Yasmina Khadra et l'auteur jeunesse Jean-Luc Luciani dédicaceront leurs œuvres respectives à la bibliothèque George-Sand. Une soirée spéciale courts métrages algériens réunira les réalisateurs qui vont venir à la rencontre du public lors de projection de «La Baie d'Alger», «Sektou, Ils se sont tus», «Babel», ainsi que «Mon Colonel» de Laurent Herbiet.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.