Libye:Le gouvernement tente de "libérer" Tripoli    Gaïd Salah réitère la détermination de l'ANP    Maroc:La présidente de la CGEM désignée membre du CA de l'ONG "Initiative for Global Development"    Saisie de 1.000 litres de carburant à Timiaouine et 23 quintaux de câbles de cuivre à Laghouat    Algérie:La réalisation de 1.500 logements AADL à Mascara confiée à une société algéro-chinoise    Tunisie:Les investissements de la BERD atteindront «pas moins de 120 millions d'euros» en 2015    « Nous voulons une presse responsable »    Algérie:l'organisation des activités de pêche traditionnelle, priorité du prochain quinquennat (ministre)    Maroc:Rabat accueille un atelier sur la gestion et l'aménagement des forêts dans les pays du Maghreb    Subventions, pouvoir d'achat, principales préoccupations exprimées    Rencontre de concertation entre le FFS et Ali Benflis    Les cinq nouveaux sont des amis du peuple sahraoui    Les Kurdes contrôlent une bonne partie de Kobané    Le torchon brûle entre la FAA et Sport Events    Le leader et son dauphin sur du velours    EN BREF    Le Centre Kennedy dénonce la mort après torture d'un militant sahraoui    Gaïd Salah réaffirme l'engagement de l'Armée à défendre les frontière    Grine plaide pour «une presse responsable»    Ubari : les Touareg en guerre contre les milices Ikerdaten    L'Algérie participe à l'industrie de la plaisance et du tourisme    L'appel du Sud    17 milliards de dinars pour 4 usines de préfabrication de logements    Les dessous officiels et les non-dits    Une écrivaine-journaliste éprise de voyages et de littérature    On veut coûte que coûte l'artificialité de l'artisanat    La Tunisie aux urnes pour pérenniser la démocratie naissante    Balle au centre    L'ESS récupère tous ses joueurs blessés    Renforcement de l'AEP dans Constantine-ouest    Inauguration de plusieurs projets d'embellissement de la baie d'Alger    30 000 emplois créés dans l'agriculture à Jijel depuis 2008    Le wali de Mostaganem honore la corporation journalistique locale    Deux morts et un blessé dans un accident de la circulation à Tsabit (Adrar)    La CAF réfute encore l'alibi Ebola et fustige Platini    «Les dernières fluctuations des marchés pétroliers n'impacteront pas l'économie nationale»    «L'Algérie est directement exposée aux retombées de la crise libyenne»    JOURNEE NATIONALE DE LA LIBERTE DE LA PRESSE : Hamid Grine plaide pour le professionnalisme de la corporation    Equipe Nationale A' : "Le stage s'est déroulé dans d'excellentes conditions" (FAF)    Chorfi : le IIème anniversaire de la Journée nationale de la presse, une occasion pour "consolider la liberté de la presse"    Dans un message à l'occasion de la journée du 22 octobre    La grève de l'UNPEF largement suivie hier, selon le responsable de la communication    Conflit malien: Alger propose un avant-projet de paix aux parties concernées    Ligue des champions (3e j) : Slimani se blesse, Brahimi passeur décisif    A quoi sert un pays aujourd'hui?    On ne vous oubliera jamais !    Grine : "Une question de souveraineté"    Fury détrône Gone Girl    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Quand Yasmina Khadra répond à Boudjedra
Dispute d'écrivains
Publié dans Le Midi Libre le 10 - 02 - 2011

L'écrivain algérien Yasmina Khadra et directeur actuel du Centre culturel algérien de Paris a qualifié Rachid Boudjedra d'homme «jaloux» dans une interview parue hier dans le journal «La Provence».
L'écrivain algérien Yasmina Khadra et directeur actuel du Centre culturel algérien de Paris a qualifié Rachid Boudjedra d'homme «jaloux» dans une interview parue hier dans le journal «La Provence».
Yasmina Khadra qui se trouve actuellement à Vitrolles près de Marseille a été reçu en grande pompe puisqu'il est le parrain officiel de la 2e édition du festival Polar en Lumières dont il est appelé à donner le coup d'envoi. Yasmina Khadra réagissait ainsi à l'appréciation formulée à son égard quelques mois plus tôt par Rachid Boudjedra. «Je n'ai jamais réagi à ses propos, il suffit de lire mes livres pour se rendre compte du contraire. Personnellement, je ne me suis jamais permis de médire d'un auteur ou d'un artiste. C'est de la jalousie pure et simple, voilà tout...» a déclaré Yasmina Khadra. En effet l'auteur de «l'Escargot entêté», l'on se souvient, avait critiqué au mois d'avril de l'année passée l'œuvre de Yasmina Khadra, qui a ses yeux «n'est même pas une littérature».
Enfonçant le clou, Boudjedra avait soutenu que les livres de Yasmina Khadra alias Mohamed Moulessehoul appartiennent à la «littérature de loisir qui est liée à l'actualité chaude». Il avait ajouté : «C'est la seule explication qu'on trouve à des romans tels que «L'attentat», « Les hirondelles de Kaboul» ou «Les sirènes de Baghdad»!». «Le plus drôle avait souligné Boudjedra c'est que Yasmina Khadra disait que j'étais son écrivain préféré et que je l'influençais». Rachid Boudjedra n'a pas manqué du reste d'arguments en faisant observer que Yasmina Khadra est un auteur qui «écrit sur l'immédiat», le contraire de «écrivain qui pose des questions et qui s'angoisse». Et de conclure sa littérature est proche de l'écrit «journalistique» que de la création littéraire. Jalousie ?
Il semblerait que Rachid Boudjedra ait anticipé sur la critique universitaire. En effet si celle-ci n'a pas encore affiné ses recherches relatives à la littéralité (caractère d'un texte considéré comme littéraire) de l'œuvre de Yasmina Khadra, c'est que peut-être elle n'a pas considéré qu'il était dans ses priorités de faire des études, rien que pour nuire à un succès commercial auquel ont contribué quelques unes des plus prestigieuses éditions françaises.
En privé, les universitaires partagent l'avis de Boudjedra, ne serait-ce que parce que la totalité des thèses qui lui ont été consacrées se sont focalisées sur le fait que ses œuvres sont des polars. Des œuvres qui sont loin d'égaler la perfection esthétique des livres de K. Yacine ou de M. Dib. Notons que le film "Morituri" réalisé par Okacha Touita et adapté de l'œuvre de Khadra, a été projeté hier aux Lumières, en présence du réalisateur et de l'écrivain algérien ainsi que de l'auteur satirique Serge Scotto, chargé de l'animation de l'édition de cette année. Aujourd'hui, pour la seconde journée, Yasmina Khadra et l'auteur jeunesse Jean-Luc Luciani dédicaceront leurs œuvres respectives à la bibliothèque George-Sand. Une soirée spéciale courts métrages algériens réunira les réalisateurs qui vont venir à la rencontre du public lors de projection de «La Baie d'Alger», «Sektou, Ils se sont tus», «Babel», ainsi que «Mon Colonel» de Laurent Herbiet.
Yasmina Khadra qui se trouve actuellement à Vitrolles près de Marseille a été reçu en grande pompe puisqu'il est le parrain officiel de la 2e édition du festival Polar en Lumières dont il est appelé à donner le coup d'envoi. Yasmina Khadra réagissait ainsi à l'appréciation formulée à son égard quelques mois plus tôt par Rachid Boudjedra. «Je n'ai jamais réagi à ses propos, il suffit de lire mes livres pour se rendre compte du contraire. Personnellement, je ne me suis jamais permis de médire d'un auteur ou d'un artiste. C'est de la jalousie pure et simple, voilà tout...» a déclaré Yasmina Khadra. En effet l'auteur de «l'Escargot entêté», l'on se souvient, avait critiqué au mois d'avril de l'année passée l'œuvre de Yasmina Khadra, qui a ses yeux «n'est même pas une littérature».
Enfonçant le clou, Boudjedra avait soutenu que les livres de Yasmina Khadra alias Mohamed Moulessehoul appartiennent à la «littérature de loisir qui est liée à l'actualité chaude». Il avait ajouté : «C'est la seule explication qu'on trouve à des romans tels que «L'attentat», « Les hirondelles de Kaboul» ou «Les sirènes de Baghdad»!». «Le plus drôle avait souligné Boudjedra c'est que Yasmina Khadra disait que j'étais son écrivain préféré et que je l'influençais». Rachid Boudjedra n'a pas manqué du reste d'arguments en faisant observer que Yasmina Khadra est un auteur qui «écrit sur l'immédiat», le contraire de «écrivain qui pose des questions et qui s'angoisse». Et de conclure sa littérature est proche de l'écrit «journalistique» que de la création littéraire. Jalousie ?
Il semblerait que Rachid Boudjedra ait anticipé sur la critique universitaire. En effet si celle-ci n'a pas encore affiné ses recherches relatives à la littéralité (caractère d'un texte considéré comme littéraire) de l'œuvre de Yasmina Khadra, c'est que peut-être elle n'a pas considéré qu'il était dans ses priorités de faire des études, rien que pour nuire à un succès commercial auquel ont contribué quelques unes des plus prestigieuses éditions françaises.
En privé, les universitaires partagent l'avis de Boudjedra, ne serait-ce que parce que la totalité des thèses qui lui ont été consacrées se sont focalisées sur le fait que ses œuvres sont des polars. Des œuvres qui sont loin d'égaler la perfection esthétique des livres de K. Yacine ou de M. Dib. Notons que le film "Morituri" réalisé par Okacha Touita et adapté de l'œuvre de Khadra, a été projeté hier aux Lumières, en présence du réalisateur et de l'écrivain algérien ainsi que de l'auteur satirique Serge Scotto, chargé de l'animation de l'édition de cette année. Aujourd'hui, pour la seconde journée, Yasmina Khadra et l'auteur jeunesse Jean-Luc Luciani dédicaceront leurs œuvres respectives à la bibliothèque George-Sand. Une soirée spéciale courts métrages algériens réunira les réalisateurs qui vont venir à la rencontre du public lors de projection de «La Baie d'Alger», «Sektou, Ils se sont tus», «Babel», ainsi que «Mon Colonel» de Laurent Herbiet.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.