Enquête sur l'assassinat de Gourdel: Paris salue l'action de l'Algérie    MC Alger, MC Oran et RC Arba risquent l'interdiction de recrutement    Le Premier ministre sahraoui salue la position de l'Algérie à l'égard de la cause sahraouie    Ligue Europa: premier but de Belkalem, Bentaleb rejoue    Ligue 1-JS Saoura : le président écarte un éventuel retour de Beldjilali (ES Sahel) au club    L'Algérie et la Grande Bretagne pour une solution politique en Libye (ministre britannique)    Pluie orageuse sur la Saoura le week-end et passage pluvieux au Nord dès lundi (ONM)    Don d'organes: le problème pas pris au sérieux (spécialistes)    Belaïz souligne la nécessité d'associer le citoyen à la gestion des affaires de sa commune    L'Algérie traite "humainement" le dossier des déplacés (Belaïz)    Dialogue intermalien: les parties maliennes appelées à "demeurer engagées de bonne foi" dans le processus d'Alger    L'entreprise Dubai Port Algérie: poursuite de la grève en protestation contre la décision de licenciement de 12 travailleurs    Autoroute est-ouest : le coût global du projet estimé à 13 milliards de dollars (ministre)    Dialogue intermalien : nous avons pu élargir le cercle d'entente entre les parties maliennes (Lamamra)    Le gouvernement "a satisfait" à toutes les revendications socioprofessionnelles de la police (Belaïz)    Secousse tellurique de 3,6 enregistrée dans la wilaya de Blida (CRAAG)    Le chanteur Ali Amrane, la star du folk-Rock kabyle, enflamme la scène à Tizi Ouzou    Décès du musicien Rahou Boutlelis, membre de la troupe d'Ahmed Wahby,    Oran : état des lieux du Palais du bey et de la mosquée Pacha    Ebola: près de 5.700 personnes mortes de l'épidémie (OMS)    Le pétrole chute de plus de 5 dollars à Londres et à New York    Zahra DZ, une nouvelle chaîne dédiée aux films et séries arabes    Un des assassins d'Hervé Gourdel abattu par l'ANP    Tayeb Louh répond au juge français    Saadani règle ses comptes    Batna : Entrée interdite à l'université Hadj Lakhdar    Des cadres ministériels en pompiers    Plaidoyer pour le retour au régime alimentaire méditerranéen    Burkina Faso: l'Assemblée intérimaire tient sa première session    Un test crucial pour l'OPEP    L'Algérie signe une convention avec la BM    Préparation à la CAN-2015 : Tunisie-Algérie en amical, le 10 ou 11 janvier    Dr Meriem Bouzid Sababou. Anthropologue et directrice de recherche au niveau du CNRPAH    L'espace urbain, terrain d'affrontement entre francophones et arabophones    "Le siège du président est occupé jusqu'en 2019"    "Ce que met la FAF à notre disposition est exceptionnel"    Brahimi en 8es de finale et Slimani encore buteur    "L'Algérie est le pays des diplomates chevronnés"    6000 fonctionnaires seront formés    Les enjeux de sécurité régionale au coeur de la visite    Le gnaoui, le gruge et le flamenco    Amara Benyounès : "Ils ont une relation schizophrénique avec le Président"    Aménagement des parcs industriels : Sélection prochaine des bureaux d'études    Le tort des uns et des autres    Pari ou péril jeunes    Challenge international de Nice (lutte libre): la sélection algérienne    Berraf : «Le COA donnera toutes les garanties en cas de retour au pays    Le manque de structures empêche des artistes en herbe d'éclore    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Quand Yasmina Khadra répond à Boudjedra
Dispute d'écrivains
Publié dans Le Midi Libre le 10 - 02 - 2011

L'écrivain algérien Yasmina Khadra et directeur actuel du Centre culturel algérien de Paris" class="city">Paris a qualifié Rachid Boudjedra d'homme «jaloux» dans une interview parue hier dans le journal «La Provence».
L'écrivain algérien Yasmina Khadra et directeur actuel du Centre culturel algérien de Paris" class="city">Paris a qualifié Rachid Boudjedra d'homme «jaloux» dans une interview parue hier dans le journal «La Provence».
Yasmina Khadra qui se trouve actuellement à Vitrolles près de Marseille a été reçu en grande pompe puisqu'il est le parrain officiel de la 2e édition du festival Polar en Lumières dont il est appelé à donner le coup d'envoi. Yasmina Khadra réagissait ainsi à l'appréciation formulée à son égard quelques mois plus tôt par Rachid Boudjedra. «Je n'ai jamais réagi à ses propos, il suffit de lire mes livres pour se rendre compte du contraire. Personnellement, je ne me suis jamais permis de médire d'un auteur ou d'un artiste. C'est de la jalousie pure et simple, voilà tout...» a déclaré Yasmina Khadra. En effet l'auteur de «l'Escargot entêté», l'on se souvient, avait critiqué au mois d'avril de l'année passée l'œuvre de Yasmina Khadra, qui a ses yeux «n'est même pas une littérature».
Enfonçant le clou, Boudjedra avait soutenu que les livres de Yasmina Khadra alias Mohamed Moulessehoul appartiennent à la «littérature de loisir qui est liée à l'actualité chaude». Il avait ajouté : «C'est la seule explication qu'on trouve à des romans tels que «L'attentat», « Les hirondelles de Kaboul» ou «Les sirènes de Baghdad" class="city">Baghdad»!». «Le plus drôle avait souligné Boudjedra c'est que Yasmina Khadra disait que j'étais son écrivain préféré et que je l'influençais». Rachid Boudjedra n'a pas manqué du reste d'arguments en faisant observer que Yasmina Khadra est un auteur qui «écrit sur l'immédiat», le contraire de «écrivain qui pose des questions et qui s'angoisse». Et de conclure sa littérature est proche de l'écrit «journalistique» que de la création littéraire. Jalousie ?
Il semblerait que Rachid Boudjedra ait anticipé sur la critique universitaire. En effet si celle-ci n'a pas encore affiné ses recherches relatives à la littéralité (caractère d'un texte considéré comme littéraire) de l'œuvre de Yasmina Khadra, c'est que peut-être elle n'a pas considéré qu'il était dans ses priorités de faire des études, rien que pour nuire à un succès commercial auquel ont contribué quelques unes des plus prestigieuses éditions françaises.
En privé, les universitaires partagent l'avis de Boudjedra, ne serait-ce que parce que la totalité des thèses qui lui ont été consacrées se sont focalisées sur le fait que ses œuvres sont des polars. Des œuvres qui sont loin d'égaler la perfection esthétique des livres de K. Yacine ou de M. Dib. Notons que le film "Morituri" réalisé par Okacha Touita et adapté de l'œuvre de Khadra, a été projeté hier aux Lumières, en présence du réalisateur et de l'écrivain algérien ainsi que de l'auteur satirique Serge Scotto, chargé de l'animation de l'édition de cette année. Aujourd'hui, pour la seconde journée, Yasmina Khadra et l'auteur jeunesse Jean-Luc Luciani dédicaceront leurs œuvres respectives à la bibliothèque George-Sand. Une soirée spéciale courts métrages algériens réunira les réalisateurs qui vont venir à la rencontre du public lors de projection de «La Baie d'Alger», «Sektou, Ils se sont tus», «Babel», ainsi que «Mon Colonel» de Laurent Herbiet.
Yasmina Khadra qui se trouve actuellement à Vitrolles près de Marseille a été reçu en grande pompe puisqu'il est le parrain officiel de la 2e édition du festival Polar en Lumières dont il est appelé à donner le coup d'envoi. Yasmina Khadra réagissait ainsi à l'appréciation formulée à son égard quelques mois plus tôt par Rachid Boudjedra. «Je n'ai jamais réagi à ses propos, il suffit de lire mes livres pour se rendre compte du contraire. Personnellement, je ne me suis jamais permis de médire d'un auteur ou d'un artiste. C'est de la jalousie pure et simple, voilà tout...» a déclaré Yasmina Khadra. En effet l'auteur de «l'Escargot entêté», l'on se souvient, avait critiqué au mois d'avril de l'année passée l'œuvre de Yasmina Khadra, qui a ses yeux «n'est même pas une littérature».
Enfonçant le clou, Boudjedra avait soutenu que les livres de Yasmina Khadra alias Mohamed Moulessehoul appartiennent à la «littérature de loisir qui est liée à l'actualité chaude». Il avait ajouté : «C'est la seule explication qu'on trouve à des romans tels que «L'attentat», « Les hirondelles de Kaboul» ou «Les sirènes de Baghdad" class="city">Baghdad»!». «Le plus drôle avait souligné Boudjedra c'est que Yasmina Khadra disait que j'étais son écrivain préféré et que je l'influençais». Rachid Boudjedra n'a pas manqué du reste d'arguments en faisant observer que Yasmina Khadra est un auteur qui «écrit sur l'immédiat», le contraire de «écrivain qui pose des questions et qui s'angoisse». Et de conclure sa littérature est proche de l'écrit «journalistique» que de la création littéraire. Jalousie ?
Il semblerait que Rachid Boudjedra ait anticipé sur la critique universitaire. En effet si celle-ci n'a pas encore affiné ses recherches relatives à la littéralité (caractère d'un texte considéré comme littéraire) de l'œuvre de Yasmina Khadra, c'est que peut-être elle n'a pas considéré qu'il était dans ses priorités de faire des études, rien que pour nuire à un succès commercial auquel ont contribué quelques unes des plus prestigieuses éditions françaises.
En privé, les universitaires partagent l'avis de Boudjedra, ne serait-ce que parce que la totalité des thèses qui lui ont été consacrées se sont focalisées sur le fait que ses œuvres sont des polars. Des œuvres qui sont loin d'égaler la perfection esthétique des livres de K. Yacine ou de M. Dib. Notons que le film "Morituri" réalisé par Okacha Touita et adapté de l'œuvre de Khadra, a été projeté hier aux Lumières, en présence du réalisateur et de l'écrivain algérien ainsi que de l'auteur satirique Serge Scotto, chargé de l'animation de l'édition de cette année. Aujourd'hui, pour la seconde journée, Yasmina Khadra et l'auteur jeunesse Jean-Luc Luciani dédicaceront leurs œuvres respectives à la bibliothèque George-Sand. Une soirée spéciale courts métrages algériens réunira les réalisateurs qui vont venir à la rencontre du public lors de projection de «La Baie d'Alger», «Sektou, Ils se sont tus», «Babel», ainsi que «Mon Colonel» de Laurent Herbiet.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.