Algérie : Dans l'industrie automobile naissante, la transparence de l'actionnariat est aussi en question    DJAMEL OULD ABBES A GHARDAIA : ‘'Dépasser les différends et la Fitna''    TRANSFERTS DE FONDS VERS L'ALGERIE : Les émigrés ont ramené 2 milliards de dollars    TELEPHONIE FIXE ET MOBILE : 50,5 millions d'abonnés enregistrés    FC Barcelone : Lionel Messi accuse salement le coup    Le permis biométrique à partir du mois prochain    PROTECTION CIVILE : 144 interventions effectuées en 3 jours    BENSEKRANE (TLEMCEN) : 176 logements publics locatifs attribués    AS Monaco - Mbappé: "Le Real Madrid, on verra plus tard"    Le Royaume-Uni notifie officiellement son retrait de l'UE    Le terroriste dénommé I. Ali capturé à Djanet    Le pétrole continue de monter en Asie    Avantages aux investisseurs : Heureux celui qui créera 100 emplois !    Abbas rencontre l'émissaire de Trump avant le sommet arabe    Le RCD préconise la réorganisation des services de renseignement    FAF / Première réunion de Zetchi et son BF : Arrêt du championnat pour la mise à jour !    Vie des clubs / MCA - les joueurs avides de revanche face à la JSK : La Coupe d'Algérie, le principal objectif du Doyen    Le championnat national reporté jusqu'au déroulement de tous les matches en retard    Le président Bouteflika s'entretient avec son homologue congolais    Profonde préoccupation de l'UE, l'ONU et l'UA    15e édition de Djazagro : cap sur l'exportation    en bref...    Boumerdès / L'opération a mobilisé de nombreux volontaires - Plages : l'heure du nettoyage    Festival «Lire en fête» de Constantine : Une plongée dans une bulle de lecture en couleur    Ouverture du 8e Printemps théâtral de Constantine    Hommage à la doyenne du 4e art algérien    Sahara occidental / ONU : La Minurso au menu du Conseil de sécurité    Présidentielle en France : Une élection sur fond de scandales    Sa commercialisation interviendra le 2 avril 2017    Sofiane Khedaà ̄ria (Gardien de but de l’ess) :    Voile : Série Optimist    Badminton    L’opposition politique en Algérie : racines et projections (6e partie)    ACTUCULT    Une association organise des journées de sensibilisation    Ahmed Kathrada, symbole de la lutte anti-apartheid, s'en va    Brèves...    Organisation des législatives : Plus 53 000 bureaux et 500 000 encadreurs retenus    Une autre avocate écrouée à Annaba    Une liste d'attente de près de 200 malades à l'EHS d'Ophtalmologie: 70 greffes de la cornée prévues avant la fin de l'année    Tout est fin prêt selon le DRAG    Une visite dédiée à l'eau et l'environnement    Un projet de jumelage pour la protection des consommateurs    Olivier Py : «Les subventions subventionnent les spectateurs»    Formation d'un gouvernement : Les pourparlers échouent en Irlande du Nord    L'Etat hausse le ton    Inscriptions ouvertes    Exposition du caricaturiste "Le Hic"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quand Yasmina Khadra répond à Boudjedra
Dispute d'écrivains
Publié dans Le Midi Libre le 10 - 02 - 2011

L'écrivain algérien Yasmina Khadra et directeur actuel du Centre culturel algérien de Paris a qualifié Rachid Boudjedra d'homme «jaloux» dans une interview parue hier dans le journal «La Provence».
L'écrivain algérien Yasmina Khadra et directeur actuel du Centre culturel algérien de Paris a qualifié Rachid Boudjedra d'homme «jaloux» dans une interview parue hier dans le journal «La Provence».
Yasmina Khadra qui se trouve actuellement à Vitrolles près de Marseille a été reçu en grande pompe puisqu'il est le parrain officiel de la 2e édition du festival Polar en Lumières dont il est appelé à donner le coup d'envoi. Yasmina Khadra réagissait ainsi à l'appréciation formulée à son égard quelques mois plus tôt par Rachid Boudjedra. «Je n'ai jamais réagi à ses propos, il suffit de lire mes livres pour se rendre compte du contraire. Personnellement, je ne me suis jamais permis de médire d'un auteur ou d'un artiste. C'est de la jalousie pure et simple, voilà tout...» a déclaré Yasmina Khadra. En effet l'auteur de «l'Escargot entêté», l'on se souvient, avait critiqué au mois d'avril de l'année passée l'œuvre de Yasmina Khadra, qui a ses yeux «n'est même pas une littérature».
Enfonçant le clou, Boudjedra avait soutenu que les livres de Yasmina Khadra alias Mohamed Moulessehoul appartiennent à la «littérature de loisir qui est liée à l'actualité chaude». Il avait ajouté : «C'est la seule explication qu'on trouve à des romans tels que «L'attentat», « Les hirondelles de Kaboul» ou «Les sirènes de Baghdad»!». «Le plus drôle avait souligné Boudjedra c'est que Yasmina Khadra disait que j'étais son écrivain préféré et que je l'influençais». Rachid Boudjedra n'a pas manqué du reste d'arguments en faisant observer que Yasmina Khadra est un auteur qui «écrit sur l'immédiat», le contraire de «écrivain qui pose des questions et qui s'angoisse». Et de conclure sa littérature est proche de l'écrit «journalistique» que de la création littéraire. Jalousie ?
Il semblerait que Rachid Boudjedra ait anticipé sur la critique universitaire. En effet si celle-ci n'a pas encore affiné ses recherches relatives à la littéralité (caractère d'un texte considéré comme littéraire) de l'œuvre de Yasmina Khadra, c'est que peut-être elle n'a pas considéré qu'il était dans ses priorités de faire des études, rien que pour nuire à un succès commercial auquel ont contribué quelques unes des plus prestigieuses éditions françaises.
En privé, les universitaires partagent l'avis de Boudjedra, ne serait-ce que parce que la totalité des thèses qui lui ont été consacrées se sont focalisées sur le fait que ses œuvres sont des polars. Des œuvres qui sont loin d'égaler la perfection esthétique des livres de K. Yacine ou de M. Dib. Notons que le film "Morituri" réalisé par Okacha Touita et adapté de l'œuvre de Khadra, a été projeté hier aux Lumières, en présence du réalisateur et de l'écrivain algérien ainsi que de l'auteur satirique Serge Scotto, chargé de l'animation de l'édition de cette année. Aujourd'hui, pour la seconde journée, Yasmina Khadra et l'auteur jeunesse Jean-Luc Luciani dédicaceront leurs œuvres respectives à la bibliothèque George-Sand. Une soirée spéciale courts métrages algériens réunira les réalisateurs qui vont venir à la rencontre du public lors de projection de «La Baie d'Alger», «Sektou, Ils se sont tus», «Babel», ainsi que «Mon Colonel» de Laurent Herbiet.
Yasmina Khadra qui se trouve actuellement à Vitrolles près de Marseille a été reçu en grande pompe puisqu'il est le parrain officiel de la 2e édition du festival Polar en Lumières dont il est appelé à donner le coup d'envoi. Yasmina Khadra réagissait ainsi à l'appréciation formulée à son égard quelques mois plus tôt par Rachid Boudjedra. «Je n'ai jamais réagi à ses propos, il suffit de lire mes livres pour se rendre compte du contraire. Personnellement, je ne me suis jamais permis de médire d'un auteur ou d'un artiste. C'est de la jalousie pure et simple, voilà tout...» a déclaré Yasmina Khadra. En effet l'auteur de «l'Escargot entêté», l'on se souvient, avait critiqué au mois d'avril de l'année passée l'œuvre de Yasmina Khadra, qui a ses yeux «n'est même pas une littérature».
Enfonçant le clou, Boudjedra avait soutenu que les livres de Yasmina Khadra alias Mohamed Moulessehoul appartiennent à la «littérature de loisir qui est liée à l'actualité chaude». Il avait ajouté : «C'est la seule explication qu'on trouve à des romans tels que «L'attentat», « Les hirondelles de Kaboul» ou «Les sirènes de Baghdad»!». «Le plus drôle avait souligné Boudjedra c'est que Yasmina Khadra disait que j'étais son écrivain préféré et que je l'influençais». Rachid Boudjedra n'a pas manqué du reste d'arguments en faisant observer que Yasmina Khadra est un auteur qui «écrit sur l'immédiat», le contraire de «écrivain qui pose des questions et qui s'angoisse». Et de conclure sa littérature est proche de l'écrit «journalistique» que de la création littéraire. Jalousie ?
Il semblerait que Rachid Boudjedra ait anticipé sur la critique universitaire. En effet si celle-ci n'a pas encore affiné ses recherches relatives à la littéralité (caractère d'un texte considéré comme littéraire) de l'œuvre de Yasmina Khadra, c'est que peut-être elle n'a pas considéré qu'il était dans ses priorités de faire des études, rien que pour nuire à un succès commercial auquel ont contribué quelques unes des plus prestigieuses éditions françaises.
En privé, les universitaires partagent l'avis de Boudjedra, ne serait-ce que parce que la totalité des thèses qui lui ont été consacrées se sont focalisées sur le fait que ses œuvres sont des polars. Des œuvres qui sont loin d'égaler la perfection esthétique des livres de K. Yacine ou de M. Dib. Notons que le film "Morituri" réalisé par Okacha Touita et adapté de l'œuvre de Khadra, a été projeté hier aux Lumières, en présence du réalisateur et de l'écrivain algérien ainsi que de l'auteur satirique Serge Scotto, chargé de l'animation de l'édition de cette année. Aujourd'hui, pour la seconde journée, Yasmina Khadra et l'auteur jeunesse Jean-Luc Luciani dédicaceront leurs œuvres respectives à la bibliothèque George-Sand. Une soirée spéciale courts métrages algériens réunira les réalisateurs qui vont venir à la rencontre du public lors de projection de «La Baie d'Alger», «Sektou, Ils se sont tus», «Babel», ainsi que «Mon Colonel» de Laurent Herbiet.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.