Le pétrole en hausse dans un marché prudent    Algérie - Attentat déjoué à Constantine: l'identification du terroriste se poursuit (ministre)    Les avocats en colère    «Pour nous, la Kabylie fait partie de l'Algérie et doit y rester»    Oultache «je n'ai pas tué Ali Tounsi»    Un cahier des charges sera soumis au gouvernement    Tizi Ouzou : Les commerçants de nouveau en grève    Le chercheur Salah Nasri décroche un prix aux Emirats Arabes Unis    Le soutien ferme de l'Algérie au Front Polisario    FAF : L'AGO ce matin à Sidi Moussa    Les bilans approuvés à la majorité    RC Kouba : Chaïb refuse le poste d'entraîneur    Mebarki plaide pour une nomenclature adaptée aux spécificités régionales    La Gendarmerie nationale vire vers le tout numérique    Plus de 46 tonnes de produits alimentaires saisies dans un entrepôt    L'urgence d'une réflexion à plusieurs voix    Fédération algérienne de boxe    Fédération algérienne des luttes associées    COUVERTURE DE LA CAMPAGNE DES ELECTIONS LEGISLATIVES DU 4 MAI    Alors que le RCD a finalisé sa liste pour les législatives du 4 mai prochain    LISTES ELECTORALES DU FLN    CR Bélouizdad    Le coup de bill’art du Soir    La police kenyane abat un suspect d'Al-Shebab    La grève des étudiants en pharmacie continue dans 8 universités, Annaba et Tlemcen ne suivent plus    VIGNETTE AUTOMOBILE : Fixée du 1er au 31 mars 2017    RUPTURE D'APPROVISIONNEMENT DE MEDICAMENTS : Méfiez-vous des rumeurs    FA Basketball : Ali Slimani de retour aux commandes vingt ans après    Tiaret: Deux morts et un blessé grave dans une collision    Bouira: 48 affaires devant la session criminelle    CRB : Badou Zaki hausse le ton    Constantine - Direction régionale de la SNTF: Plus de 500 agents sortis en retraite en 2016    Le Maroc annonce son retrait de Guerguerat au Sahara occidental    Des réponses «claires et précises» ont été apportées aux différents aspects des revendications    Quelque 3 500 attaques enregistrées en 2016    Des responsables politiques libyens à Alger    Lamamra reçoit la Croix de San Martin, la plus haute distinction d'Argentine    La commune d'Oued Fodda raccordée à 100% au gaz naturel    Le projet de HMA-Cevital validé par le gouvernement    Fronde au FFS    28e anniversaire de la disparition de Mouloud Mammeri    Trump n'assistera pas au dîner des correspondants de la Maison-Blanche    L'armée allemande aux avant-postes    "Ghourourou Essorsor" chaleureusement ovationnée    20 longs métrages en compétition    Inauguration de l'exposition "Photo marathon d'Alger"    Une enquête dans le milieu du malouf et de la Révolution    "Le caricaturiste n'a aucun statut officiel en Tunisie"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quand Yasmina Khadra répond à Boudjedra
Dispute d'écrivains
Publié dans Le Midi Libre le 10 - 02 - 2011

L'écrivain algérien Yasmina Khadra et directeur actuel du Centre culturel algérien de Paris a qualifié Rachid Boudjedra d'homme «jaloux» dans une interview parue hier dans le journal «La Provence».
L'écrivain algérien Yasmina Khadra et directeur actuel du Centre culturel algérien de Paris a qualifié Rachid Boudjedra d'homme «jaloux» dans une interview parue hier dans le journal «La Provence».
Yasmina Khadra qui se trouve actuellement à Vitrolles près de Marseille a été reçu en grande pompe puisqu'il est le parrain officiel de la 2e édition du festival Polar en Lumières dont il est appelé à donner le coup d'envoi. Yasmina Khadra réagissait ainsi à l'appréciation formulée à son égard quelques mois plus tôt par Rachid Boudjedra. «Je n'ai jamais réagi à ses propos, il suffit de lire mes livres pour se rendre compte du contraire. Personnellement, je ne me suis jamais permis de médire d'un auteur ou d'un artiste. C'est de la jalousie pure et simple, voilà tout...» a déclaré Yasmina Khadra. En effet l'auteur de «l'Escargot entêté», l'on se souvient, avait critiqué au mois d'avril de l'année passée l'œuvre de Yasmina Khadra, qui a ses yeux «n'est même pas une littérature».
Enfonçant le clou, Boudjedra avait soutenu que les livres de Yasmina Khadra alias Mohamed Moulessehoul appartiennent à la «littérature de loisir qui est liée à l'actualité chaude». Il avait ajouté : «C'est la seule explication qu'on trouve à des romans tels que «L'attentat», « Les hirondelles de Kaboul» ou «Les sirènes de Baghdad»!». «Le plus drôle avait souligné Boudjedra c'est que Yasmina Khadra disait que j'étais son écrivain préféré et que je l'influençais». Rachid Boudjedra n'a pas manqué du reste d'arguments en faisant observer que Yasmina Khadra est un auteur qui «écrit sur l'immédiat», le contraire de «écrivain qui pose des questions et qui s'angoisse». Et de conclure sa littérature est proche de l'écrit «journalistique» que de la création littéraire. Jalousie ?
Il semblerait que Rachid Boudjedra ait anticipé sur la critique universitaire. En effet si celle-ci n'a pas encore affiné ses recherches relatives à la littéralité (caractère d'un texte considéré comme littéraire) de l'œuvre de Yasmina Khadra, c'est que peut-être elle n'a pas considéré qu'il était dans ses priorités de faire des études, rien que pour nuire à un succès commercial auquel ont contribué quelques unes des plus prestigieuses éditions françaises.
En privé, les universitaires partagent l'avis de Boudjedra, ne serait-ce que parce que la totalité des thèses qui lui ont été consacrées se sont focalisées sur le fait que ses œuvres sont des polars. Des œuvres qui sont loin d'égaler la perfection esthétique des livres de K. Yacine ou de M. Dib. Notons que le film "Morituri" réalisé par Okacha Touita et adapté de l'œuvre de Khadra, a été projeté hier aux Lumières, en présence du réalisateur et de l'écrivain algérien ainsi que de l'auteur satirique Serge Scotto, chargé de l'animation de l'édition de cette année. Aujourd'hui, pour la seconde journée, Yasmina Khadra et l'auteur jeunesse Jean-Luc Luciani dédicaceront leurs œuvres respectives à la bibliothèque George-Sand. Une soirée spéciale courts métrages algériens réunira les réalisateurs qui vont venir à la rencontre du public lors de projection de «La Baie d'Alger», «Sektou, Ils se sont tus», «Babel», ainsi que «Mon Colonel» de Laurent Herbiet.
Yasmina Khadra qui se trouve actuellement à Vitrolles près de Marseille a été reçu en grande pompe puisqu'il est le parrain officiel de la 2e édition du festival Polar en Lumières dont il est appelé à donner le coup d'envoi. Yasmina Khadra réagissait ainsi à l'appréciation formulée à son égard quelques mois plus tôt par Rachid Boudjedra. «Je n'ai jamais réagi à ses propos, il suffit de lire mes livres pour se rendre compte du contraire. Personnellement, je ne me suis jamais permis de médire d'un auteur ou d'un artiste. C'est de la jalousie pure et simple, voilà tout...» a déclaré Yasmina Khadra. En effet l'auteur de «l'Escargot entêté», l'on se souvient, avait critiqué au mois d'avril de l'année passée l'œuvre de Yasmina Khadra, qui a ses yeux «n'est même pas une littérature».
Enfonçant le clou, Boudjedra avait soutenu que les livres de Yasmina Khadra alias Mohamed Moulessehoul appartiennent à la «littérature de loisir qui est liée à l'actualité chaude». Il avait ajouté : «C'est la seule explication qu'on trouve à des romans tels que «L'attentat», « Les hirondelles de Kaboul» ou «Les sirènes de Baghdad»!». «Le plus drôle avait souligné Boudjedra c'est que Yasmina Khadra disait que j'étais son écrivain préféré et que je l'influençais». Rachid Boudjedra n'a pas manqué du reste d'arguments en faisant observer que Yasmina Khadra est un auteur qui «écrit sur l'immédiat», le contraire de «écrivain qui pose des questions et qui s'angoisse». Et de conclure sa littérature est proche de l'écrit «journalistique» que de la création littéraire. Jalousie ?
Il semblerait que Rachid Boudjedra ait anticipé sur la critique universitaire. En effet si celle-ci n'a pas encore affiné ses recherches relatives à la littéralité (caractère d'un texte considéré comme littéraire) de l'œuvre de Yasmina Khadra, c'est que peut-être elle n'a pas considéré qu'il était dans ses priorités de faire des études, rien que pour nuire à un succès commercial auquel ont contribué quelques unes des plus prestigieuses éditions françaises.
En privé, les universitaires partagent l'avis de Boudjedra, ne serait-ce que parce que la totalité des thèses qui lui ont été consacrées se sont focalisées sur le fait que ses œuvres sont des polars. Des œuvres qui sont loin d'égaler la perfection esthétique des livres de K. Yacine ou de M. Dib. Notons que le film "Morituri" réalisé par Okacha Touita et adapté de l'œuvre de Khadra, a été projeté hier aux Lumières, en présence du réalisateur et de l'écrivain algérien ainsi que de l'auteur satirique Serge Scotto, chargé de l'animation de l'édition de cette année. Aujourd'hui, pour la seconde journée, Yasmina Khadra et l'auteur jeunesse Jean-Luc Luciani dédicaceront leurs œuvres respectives à la bibliothèque George-Sand. Une soirée spéciale courts métrages algériens réunira les réalisateurs qui vont venir à la rencontre du public lors de projection de «La Baie d'Alger», «Sektou, Ils se sont tus», «Babel», ainsi que «Mon Colonel» de Laurent Herbiet.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.