JSK : 10 joueurs seront libérés cet été !    NAHD : Il ne reste plus qu'à battre Saoura !    Mohamed Djellab :"Ce sont les dettes et les crédits non déclarés qui ont conduit le Groupe Khalifa à sa perte"    Des changements ont été opérés à la tête des institutions financières, entreprises publiques et économiques    Face aux enjeux géostratégiques, l'Algérie est considérée comme un acteur incontournable    Admission de neuf entreprises étrangères    Raids aériens et combats terrestres    Le roi saoudien veut des sanctions après un attentat anti-chiite    Les dindons de la farce (II)    L'opposition se retire du dialogue    ALORS QUE 93 MEMBRES DU CC REFUSENT LE 10EME CONGRES : Deux groupes parlementaires pour le FLN    LE PRESIDENT BOUTEFLIKA PRESIDE UN CONSEIL DES MINISTRES    L'Entente est championne d'Algérie pour la 7e fois    Nacho : «Il n'y a pas de mots pour définir Ronaldo »    L'éradication des chalets pour 2015 ?    ORAN: Un Mauritanien à la tête d'un réseau de faussaires de documents officiels    Constantine découvre la musique serbe    Algérie-Boumerdes : audition d'une dizaine de témoins dans l'affaire de dilapidation de deniers publics    Merouana, Koléa et Tlemcen rétrogradent    L'Algérie avec le Danemark et la France    Ibbou a atteint les objectifs tracés    Le FFS défend sa conférence    Procès de Morsi et des figures de la révolte de 2011    48.000 éboueurs ont nettoyé la mer    109 personnes arrêtées par l'ANP au Sud    "Notre parti cherche le consensus"    La Palme d'or à la Chine ou l'Italie?    Aà ̄n Defla    Visite guidée pour des journalistes à l'ENTA de Blida    600 entreprises algériennes et près de 750 exposants étrangers    Algérie-La balance commerciale accuse un déficit de 4,32 milliards USD en quatre mois    La Ligue 2 rend son verdict    Syrie : l'EI aurait tué 400 civils à Palmyre (médias)    Le cessez-le-feu sur la bonne voie    La tension monte entre Washington et Pékin    Pétrole : la production chinoise a atteint 69,58 millions de tonnes de janvier à avril 2015    Cités 870 et 350 logements à Maraval : Enfin une opération de réhabilitation    Journées portes ouvertes sur la Gendarmerie nationale    Une journée sur les enjeux de la psychiatrie à l'hôpital général : 40% des cancéreux hospitalisés souffrent de dépression    Bac, BEM et examen de passage en 1ère année moyenne : 64.699 élèves se présenteront aux examens de fin de cycle à Oran    Remise en cause des subventions ?    L'ANP découvre des abris contenant un important arsenal militaire    Ici mieux que là -bas    La piÚce Ettefah du TRO présentée à Constantine    Conférence de presse du commissaire du FNTP    Mohamed Arkoun, chercheur, historien de l'islam, écrivain émérite    Ali Amrane, la Finlandaise Stina et le groupe Dey invités d'honneur    Mohamed Houas remporte le prix du meilleur comédien    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

19 maisons closes légales en Algérie
Publié dans Le Midi Libre le 27 - 08 - 2008

S'il n'est pas permis d'ouvrir une maison de tolérance aujourd'hui, une dizaine de maisons closes, datant de l'époque coloniale, demeurent néanmoins légales dans notre pays. Il est à souligner, à ce sujet, qu'à la vielle de l'Indépendance, prés de 171 maisons closes étaient réparties sur tout le territoire national. Aujourd'hui, il ne reste que prés de 19 de ces maisons qui exercent en toute légalité et au sein desquelles les prostituées bénéficient d'un titre de congé, de la capacité de changer leur activité d'une Wilaya à une autre, ainsi que d'une prise en charge médicale. Précisons à ce sujet que ces maisons n'ont jamais été interdites officiellement par l'Etat Algérien. Bien au contraire, un décret officiel des années 60 autorise l'activité de ces maisons notamment prés des zones militaires. Il faut savoir que le reste des maisons de tolérance qui ont mis la clef sous le paillasson, ont été amenées à le faire pour des raisons sécuritaires propres à la décennie noire. Toutefois, ces maisons disposant d'un registre de commerce en bonne et due forme doivent subir un contrôle médical hebdomadaire chapeauté par le Centre de Salubrité Publique, structure sanitaire présente dans chaque wilaya, et un contrôle policier chaque semaine. Aussi, il est à signaler que chaque tenancière dispose d'un registre des résultats des contrôles médicaux et policiers opérés par les autorités publiques. Suite à cela, la tenancière doit remettre ce registre chaque semaine aux services des mœurs de la wilaya. Ces derniers ont pour mission de veiller au respect des normes en vigueur dans les maisons closes. Des lors, aucune prostituée, appelée légalement les travailleuses du sexe, n'a le droit de quitter la wilaya sans autorisation de ce service de mœurs. Toutes ces données nous confirment en dernier lieu que l'activité de la prostitution est régie en Algérie par une réglementation stricte. Et si la moindre infraction est commise par une « travailleuse du sexe », cette dernière se verrait sanctionner et expulser des maisons closes par les services des mœurs. Mais malheureusement, si cette réglementation est bel et bien respectée dans les maisons closes autorisées, dans les maisons clandestines qui échappent au moindre contrôle l'on pratique encore la prostitution sans aucune précaution.
S'il n'est pas permis d'ouvrir une maison de tolérance aujourd'hui, une dizaine de maisons closes, datant de l'époque coloniale, demeurent néanmoins légales dans notre pays. Il est à souligner, à ce sujet, qu'à la vielle de l'Indépendance, prés de 171 maisons closes étaient réparties sur tout le territoire national. Aujourd'hui, il ne reste que prés de 19 de ces maisons qui exercent en toute légalité et au sein desquelles les prostituées bénéficient d'un titre de congé, de la capacité de changer leur activité d'une Wilaya à une autre, ainsi que d'une prise en charge médicale. Précisons à ce sujet que ces maisons n'ont jamais été interdites officiellement par l'Etat Algérien. Bien au contraire, un décret officiel des années 60 autorise l'activité de ces maisons notamment prés des zones militaires. Il faut savoir que le reste des maisons de tolérance qui ont mis la clef sous le paillasson, ont été amenées à le faire pour des raisons sécuritaires propres à la décennie noire. Toutefois, ces maisons disposant d'un registre de commerce en bonne et due forme doivent subir un contrôle médical hebdomadaire chapeauté par le Centre de Salubrité Publique, structure sanitaire présente dans chaque wilaya, et un contrôle policier chaque semaine. Aussi, il est à signaler que chaque tenancière dispose d'un registre des résultats des contrôles médicaux et policiers opérés par les autorités publiques. Suite à cela, la tenancière doit remettre ce registre chaque semaine aux services des mœurs de la wilaya. Ces derniers ont pour mission de veiller au respect des normes en vigueur dans les maisons closes. Des lors, aucune prostituée, appelée légalement les travailleuses du sexe, n'a le droit de quitter la wilaya sans autorisation de ce service de mœurs. Toutes ces données nous confirment en dernier lieu que l'activité de la prostitution est régie en Algérie par une réglementation stricte. Et si la moindre infraction est commise par une « travailleuse du sexe », cette dernière se verrait sanctionner et expulser des maisons closes par les services des mœurs. Mais malheureusement, si cette réglementation est bel et bien respectée dans les maisons closes autorisées, dans les maisons clandestines qui échappent au moindre contrôle l'on pratique encore la prostitution sans aucune précaution.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.