Sommet de Nouakchott: clôture de la réunion préparatoire des ministres des affaires étrangères    Alger: 4e phase de la 21e opération de relogement en septembre    Nécessité de s'adapter aux nouveaux défis sécuritaires    Le complexe gazier de Tiguentourine tourne à plein régime avant fin 2016    Sellal racle les fonds de caisse    Réparation à domicile : l'assurance prend en charge    À quand la création d'une zone industrielle et d'un port sec ?    Un terroriste abattu et son arme récupérée    La Rasd dénonce le coup de bluff du Maroc    Des milices appellent à l'expulsion des forces françaises    Un forcené qui voulait faire "un lien" avec Breivik    Mahrez, direction Arsenal    Le MO Béjaïa à pied d'œuvre à Lubumbashi    GKS Piast Gliwice, un adversaire de dimension européenne au menu    Le DGSN réitère sa fidélité à Bouteflika    Incendies : 8 000 foyers depuis le début de l'été    167 ha ravagés par les flammes    Aïcha Tagabou au chevet des artisans    Une statue de Mouloud Mammeri inaugurée à Beni Yenni    Entre paillettes et hommages    Création de l'Union des experts arabes du tourisme: Abdelkader Bengrina élu président    Solar Impulse 2 entame la dernière étape de son tour du monde    Ziani retrouve une seconde jeunesse à Orléans : « J'ai pu faire une préparation complète, ça ne m'est pas arrivé depuis longtemps »    Afrique-développement : l'augmentation des emprunts du secteur public pourrait évincer l'investissement privé    Algérie-Monténégro: hommage au cameraman de la Révolution Stevan Labudovic    Hadj 2016: Le premier vol, le 18 août    Tlemcen: Des dizaines d'hectares ravagées par les flammes    Alger et Washington veulent muscler leur coopération énergétique    Sa carrière, l'indifférence vis-à-vis des anciens joueurs et dirigeants...: Beddiar Lahouari, l'un des piliers du MCO se confie au «Le Quotidien d'Oran»    Sidi El-Bachir: Un homme meurt fauché par un camion    À l'occasion de la commémoration de la révolution du 23 Juillet : Le président Bouteflika félicite son homologue égyptien    L'option de participation aux élections se précise    La lourde tâche de Fatma Samoura    L'EN U23 se neutralise face au FC Grenade    Plusieurs joueurs recrutés par le nouveau bureau    La cause n'est pas encore confirmée    Ils réclament un départ à la retraite à 52 ans    L'opposition en instance d'implosion    Des gardes à vue de 30 jours et un millier d'écoles fermées    Le vrai visage du royaume    L'étoile montante du châabi-pop    Hindi Zahra en ouverture    L'ex-rébellion renouvelle sa confiance à Riek Machar    L'organisation rejoint la coalition internationale anti-EI    Le FFS persiste et signe    La Marine algérienne réceptionne un troisième navire de guerre    Une fresque humaine du vieux Djelfa    Un 1er cyborg officiellement reconnu par un gouvernement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





19 maisons closes légales en Algérie
Publié dans Le Midi Libre le 27 - 08 - 2008

S'il n'est pas permis d'ouvrir une maison de tolérance aujourd'hui, une dizaine de maisons closes, datant de l'époque coloniale, demeurent néanmoins légales dans notre pays. Il est à souligner, à ce sujet, qu'à la vielle de l'Indépendance, prés de 171 maisons closes étaient réparties sur tout le territoire national. Aujourd'hui, il ne reste que prés de 19 de ces maisons qui exercent en toute légalité et au sein desquelles les prostituées bénéficient d'un titre de congé, de la capacité de changer leur activité d'une Wilaya à une autre, ainsi que d'une prise en charge médicale. Précisons à ce sujet que ces maisons n'ont jamais été interdites officiellement par l'Etat Algérien. Bien au contraire, un décret officiel des années 60 autorise l'activité de ces maisons notamment prés des zones militaires. Il faut savoir que le reste des maisons de tolérance qui ont mis la clef sous le paillasson, ont été amenées à le faire pour des raisons sécuritaires propres à la décennie noire. Toutefois, ces maisons disposant d'un registre de commerce en bonne et due forme doivent subir un contrôle médical hebdomadaire chapeauté par le Centre de Salubrité Publique, structure sanitaire présente dans chaque wilaya, et un contrôle policier chaque semaine. Aussi, il est à signaler que chaque tenancière dispose d'un registre des résultats des contrôles médicaux et policiers opérés par les autorités publiques. Suite à cela, la tenancière doit remettre ce registre chaque semaine aux services des mœurs de la wilaya. Ces derniers ont pour mission de veiller au respect des normes en vigueur dans les maisons closes. Des lors, aucune prostituée, appelée légalement les travailleuses du sexe, n'a le droit de quitter la wilaya sans autorisation de ce service de mœurs. Toutes ces données nous confirment en dernier lieu que l'activité de la prostitution est régie en Algérie par une réglementation stricte. Et si la moindre infraction est commise par une « travailleuse du sexe », cette dernière se verrait sanctionner et expulser des maisons closes par les services des mœurs. Mais malheureusement, si cette réglementation est bel et bien respectée dans les maisons closes autorisées, dans les maisons clandestines qui échappent au moindre contrôle l'on pratique encore la prostitution sans aucune précaution.
S'il n'est pas permis d'ouvrir une maison de tolérance aujourd'hui, une dizaine de maisons closes, datant de l'époque coloniale, demeurent néanmoins légales dans notre pays. Il est à souligner, à ce sujet, qu'à la vielle de l'Indépendance, prés de 171 maisons closes étaient réparties sur tout le territoire national. Aujourd'hui, il ne reste que prés de 19 de ces maisons qui exercent en toute légalité et au sein desquelles les prostituées bénéficient d'un titre de congé, de la capacité de changer leur activité d'une Wilaya à une autre, ainsi que d'une prise en charge médicale. Précisons à ce sujet que ces maisons n'ont jamais été interdites officiellement par l'Etat Algérien. Bien au contraire, un décret officiel des années 60 autorise l'activité de ces maisons notamment prés des zones militaires. Il faut savoir que le reste des maisons de tolérance qui ont mis la clef sous le paillasson, ont été amenées à le faire pour des raisons sécuritaires propres à la décennie noire. Toutefois, ces maisons disposant d'un registre de commerce en bonne et due forme doivent subir un contrôle médical hebdomadaire chapeauté par le Centre de Salubrité Publique, structure sanitaire présente dans chaque wilaya, et un contrôle policier chaque semaine. Aussi, il est à signaler que chaque tenancière dispose d'un registre des résultats des contrôles médicaux et policiers opérés par les autorités publiques. Suite à cela, la tenancière doit remettre ce registre chaque semaine aux services des mœurs de la wilaya. Ces derniers ont pour mission de veiller au respect des normes en vigueur dans les maisons closes. Des lors, aucune prostituée, appelée légalement les travailleuses du sexe, n'a le droit de quitter la wilaya sans autorisation de ce service de mœurs. Toutes ces données nous confirment en dernier lieu que l'activité de la prostitution est régie en Algérie par une réglementation stricte. Et si la moindre infraction est commise par une « travailleuse du sexe », cette dernière se verrait sanctionner et expulser des maisons closes par les services des mœurs. Mais malheureusement, si cette réglementation est bel et bien respectée dans les maisons closes autorisées, dans les maisons clandestines qui échappent au moindre contrôle l'on pratique encore la prostitution sans aucune précaution.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.