Abdelghani Hamel salue les résultats positifs accomplis par la police algérienne    Hydraulique: 411 projets mis en service au premier semestre 2014 (ministre)    Au moins 75 civils victimes des raids de l'armée irakienne    Plus de 3,5 tonnes de marchandises saisies à Bejaia    Transfert : Yacine Brahimi (Grenade) s'engage pour cinq ans avec le FC Porto    PLUS DE 600 MORTS, 4000 BLESSES ET 100 000 DEPLACES : Gaza pleure ses morts    La police fête son 52ème anniversaire    Algérie Telecom étend son offre 4G LTE fixe aux cybercafés    L'euro stable face au dollar sur les marchés asiatiques    Ain Defla : 3 morts et 16 blessés dans un accident de la route    D'autres manifestations sont prévues dans d'autres villes    Les attentats visent notamment les forces de sécurité    Disparu depuis le 13 juillet    ASO Chlef : La préparation bat son plein avant les derniers réglages en Turquie    L'Occident joue l'Autorité palestinienne contre le Hamas    Constructions inachevées : Près de 2.500 dossiers, seulement, régularisés en 5 ans    Hamid Grine : «Séparer le bon grain de l'ivraie»    Ghardaïa : Lueur d'espoir    Transport de voyageurs et de marchandises : 1.470 décès dans des accidents    Education : Révélations sur un massacre    Prise en charge des cancéreux: De souffrances en souffrances    Algérie: Le projet de loi relatif au service national adopté à l'unanimité    La Chine veut renforcer ses investissements en Algérie    Un plan d'action pour booster le théâtre    EN BREF    Les APC s'efforcent d'aider les familles nécessiteuses    Crash d'un hélicoptère de l'armée libyenne    Au Brésil, les opérateurs télécoms sont les grands gagnants du Mondial    Installé récemment aux commandes de l'équipe nationale    "Je me suis trompé en partant à l'Inter"    Suspension des négociations de paix à Brazzaville    Monaco justifie la vente de James au Real Madrid    Malya Saâdi donne un concert à Alger    Les taliban s'expriment en tamazight    Etrange silence des partis et organisations politiques    Nessma Tv zappe Ghaza et opte pour le Ramadhan    De l'inhumanité du colonialisme...    Mais où est donc passé le glaive de Constantin ?    Une caravane pédagogique pour les jeunes    Hommage au jurisconsulte, Al-Gubrini (1246-1314)    Marchés : Les Bourses européennes tiraillées entre inquiétude géopolitique et bons résultats    Une fusillade fait quatre morts à Mombasa    Ghaza: L'Algérie appelle le Conseil de sécurité à agir pour mettre fin à l'agression militaire israélienne    Les Rouge et Noir fin prêts pour la Supercoupe    «Halilhodzic avait la chance d'avoir derrière lui un homme comme Raouraoua»    Le champ politique a joué la carte de son destin !    4e match amical et 4e victoire de l'USM Alger    Wall Street rebondit grâce aux résultats d'entreprises    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

19 maisons closes légales en Algérie
Publié dans Le Midi Libre le 27 - 08 - 2008

S'il n'est pas permis d'ouvrir une maison de tolérance aujourd'hui, une dizaine de maisons closes, datant de l'époque coloniale, demeurent néanmoins légales dans notre pays. Il est à souligner, à ce sujet, qu'à la vielle de l'Indépendance, prés de 171 maisons closes étaient réparties sur tout le territoire national. Aujourd'hui, il ne reste que prés de 19 de ces maisons qui exercent en toute légalité et au sein desquelles les prostituées bénéficient d'un titre de congé, de la capacité de changer leur activité d'une Wilaya à une autre, ainsi que d'une prise en charge médicale. Précisons à ce sujet que ces maisons n'ont jamais été interdites officiellement par l'Etat Algérien. Bien au contraire, un décret officiel des années 60 autorise l'activité de ces maisons notamment prés des zones militaires. Il faut savoir que le reste des maisons de tolérance qui ont mis la clef sous le paillasson, ont été amenées à le faire pour des raisons sécuritaires propres à la décennie noire. Toutefois, ces maisons disposant d'un registre de commerce en bonne et due forme doivent subir un contrôle médical hebdomadaire chapeauté par le Centre de Salubrité Publique, structure sanitaire présente dans chaque wilaya, et un contrôle policier chaque semaine. Aussi, il est à signaler que chaque tenancière dispose d'un registre des résultats des contrôles médicaux et policiers opérés par les autorités publiques. Suite à cela, la tenancière doit remettre ce registre chaque semaine aux services des mœurs de la wilaya. Ces derniers ont pour mission de veiller au respect des normes en vigueur dans les maisons closes. Des lors, aucune prostituée, appelée légalement les travailleuses du sexe, n'a le droit de quitter la wilaya sans autorisation de ce service de mœurs. Toutes ces données nous confirment en dernier lieu que l'activité de la prostitution est régie en Algérie par une réglementation stricte. Et si la moindre infraction est commise par une « travailleuse du sexe », cette dernière se verrait sanctionner et expulser des maisons closes par les services des mœurs. Mais malheureusement, si cette réglementation est bel et bien respectée dans les maisons closes autorisées, dans les maisons clandestines qui échappent au moindre contrôle l'on pratique encore la prostitution sans aucune précaution.
S'il n'est pas permis d'ouvrir une maison de tolérance aujourd'hui, une dizaine de maisons closes, datant de l'époque coloniale, demeurent néanmoins légales dans notre pays. Il est à souligner, à ce sujet, qu'à la vielle de l'Indépendance, prés de 171 maisons closes étaient réparties sur tout le territoire national. Aujourd'hui, il ne reste que prés de 19 de ces maisons qui exercent en toute légalité et au sein desquelles les prostituées bénéficient d'un titre de congé, de la capacité de changer leur activité d'une Wilaya à une autre, ainsi que d'une prise en charge médicale. Précisons à ce sujet que ces maisons n'ont jamais été interdites officiellement par l'Etat Algérien. Bien au contraire, un décret officiel des années 60 autorise l'activité de ces maisons notamment prés des zones militaires. Il faut savoir que le reste des maisons de tolérance qui ont mis la clef sous le paillasson, ont été amenées à le faire pour des raisons sécuritaires propres à la décennie noire. Toutefois, ces maisons disposant d'un registre de commerce en bonne et due forme doivent subir un contrôle médical hebdomadaire chapeauté par le Centre de Salubrité Publique, structure sanitaire présente dans chaque wilaya, et un contrôle policier chaque semaine. Aussi, il est à signaler que chaque tenancière dispose d'un registre des résultats des contrôles médicaux et policiers opérés par les autorités publiques. Suite à cela, la tenancière doit remettre ce registre chaque semaine aux services des mœurs de la wilaya. Ces derniers ont pour mission de veiller au respect des normes en vigueur dans les maisons closes. Des lors, aucune prostituée, appelée légalement les travailleuses du sexe, n'a le droit de quitter la wilaya sans autorisation de ce service de mœurs. Toutes ces données nous confirment en dernier lieu que l'activité de la prostitution est régie en Algérie par une réglementation stricte. Et si la moindre infraction est commise par une « travailleuse du sexe », cette dernière se verrait sanctionner et expulser des maisons closes par les services des mœurs. Mais malheureusement, si cette réglementation est bel et bien respectée dans les maisons closes autorisées, dans les maisons clandestines qui échappent au moindre contrôle l'on pratique encore la prostitution sans aucune précaution.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.