Découverte d'une casemate et de deux ateliers de fabrication de bombes artisanales à Jijel (MDN)    Bedoui réitère la détermination de l'Etat à soutenir le corps de la garde communale    Centrafrique: 163 enfants-soldats libérés    Les JM-2021 replaceront l'Algérie parmi les grand pays organisateurs    Nouvel épisode de la crise migratoire: des dizaines de morts au large de la Libye    Oran célèbre en musique sa désignation pour l'organisation des JM 2021    Naples rejette une seconde offre de l'Inter Milan pour Ghoulam    Le pétrole se replie un peu à New York    4ème journée : USM Alger-MC Oran décalé au mardi 15 septembre    Plus de 300.000 migrants ont traversé la Méditerranée depuis janvier    Afrobasket-2015 (Quarts de finale) : un carré d'as en demi-finales    Pétrole:l'Opep ne croit pas à un rebond marqué du prix du baril en 2015    Algérie:le développement local au centre de la réunion gouvernement-walis    La valorisation du tourisme au menu de la réunion gouvernement-walis    22 blessés dans un accident de la circulation à El Menia    15,60 quintaux de kif saisis à Fatmi Larbi    Vers le renforcement des ressources financières des collectivités locales    Une grande partie des galaxies changent de forme en vieillissant    La nuit égyptienne de la poésie fait vibrer toute une langue    Algérie-Passeport biométrique: l'enrôlement des empreintes digitales et la prise de photos se feront dans les communes    Incendie de Bab Ezzouar : l'Internet graduellement rétabli    Crise libyenne: appels pressants pour une solution politique    Passeport biométrique: l'enrôlement des empreintes se fera dans les communes    Hadj 2015: les citoyens ayant déposé le dossier de visa le 15 et 16 août invités à retirer leurs passeports    Contrat d'aménagement de la nouvelle ville de Sidi Abdellah : règlement à l'amiable avec le groupe coréen Keangnam    L'Algérie vit une expérience démocratique qui "mérite d'être connue davantage dans le monde"    Maroc:la proportion des nouveaux candidats au scrutin du 4 septembre s'élève à 70%    Algérie:Lamamra reçoit le directeur du renseignement national des Etats-Unis    610.000 cas de paludisme de moins par rapport à 2014 au Burkina Faso    Barcelone : Adama Traoré compte revenir    Milan : Kucka compte tout donner    Mozambique: un journaliste assassiné à Maputo    Leverkusen recrute au Borussia Dortmund    Tunisie:la situation des mosquées illégalement construites sera bientôt régularisée (ministre)    Syrie: de hauts responsables soupçonnés de corruption devant la justice    Crise libyenne: appels pressants pour une solution politique    Egypte: peine de mort pour 12 personnes accusées de s'être ralliées à l'EI    Maroc:plainte du roi Mohammed VI contre deux journalistes français    Maroc:hausse de 1,5% des arrivées touristiques cumulées aux postes frontières à fin juillet 2015    Tunisie:le douanier blessé lors de l'attaque terroriste de Bouchebka transféré à l'hôpital militaire    Maroc:le parquet général enregistre 218 plaintes relatives aux élections communales et régionales (commission)    De Piaget à l'école algérienne1 de 2015.    "L'Algérie doit continuer à nous aider"    Histoire et territoire    Deux terroristes éliminés par les forces de l'ANP à Jijel    Une belle initiative reconduite    Ouverture de la session d'automne le 2 septembre prochain    Hamid El Kasri et Karim Ziad font vibrer le public algérois    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

19 maisons closes légales en Algérie
Publié dans Le Midi Libre le 27 - 08 - 2008

S'il n'est pas permis d'ouvrir une maison de tolérance aujourd'hui, une dizaine de maisons closes, datant de l'époque coloniale, demeurent néanmoins légales dans notre pays. Il est à souligner, à ce sujet, qu'à la vielle de l'Indépendance, prés de 171 maisons closes étaient réparties sur tout le territoire national. Aujourd'hui, il ne reste que prés de 19 de ces maisons qui exercent en toute légalité et au sein desquelles les prostituées bénéficient d'un titre de congé, de la capacité de changer leur activité d'une Wilaya à une autre, ainsi que d'une prise en charge médicale. Précisons à ce sujet que ces maisons n'ont jamais été interdites officiellement par l'Etat Algérien. Bien au contraire, un décret officiel des années 60 autorise l'activité de ces maisons notamment prés des zones militaires. Il faut savoir que le reste des maisons de tolérance qui ont mis la clef sous le paillasson, ont été amenées à le faire pour des raisons sécuritaires propres à la décennie noire. Toutefois, ces maisons disposant d'un registre de commerce en bonne et due forme doivent subir un contrôle médical hebdomadaire chapeauté par le Centre de Salubrité Publique, structure sanitaire présente dans chaque wilaya, et un contrôle policier chaque semaine. Aussi, il est à signaler que chaque tenancière dispose d'un registre des résultats des contrôles médicaux et policiers opérés par les autorités publiques. Suite à cela, la tenancière doit remettre ce registre chaque semaine aux services des mœurs de la wilaya. Ces derniers ont pour mission de veiller au respect des normes en vigueur dans les maisons closes. Des lors, aucune prostituée, appelée légalement les travailleuses du sexe, n'a le droit de quitter la wilaya sans autorisation de ce service de mœurs. Toutes ces données nous confirment en dernier lieu que l'activité de la prostitution est régie en Algérie par une réglementation stricte. Et si la moindre infraction est commise par une « travailleuse du sexe », cette dernière se verrait sanctionner et expulser des maisons closes par les services des mœurs. Mais malheureusement, si cette réglementation est bel et bien respectée dans les maisons closes autorisées, dans les maisons clandestines qui échappent au moindre contrôle l'on pratique encore la prostitution sans aucune précaution.
S'il n'est pas permis d'ouvrir une maison de tolérance aujourd'hui, une dizaine de maisons closes, datant de l'époque coloniale, demeurent néanmoins légales dans notre pays. Il est à souligner, à ce sujet, qu'à la vielle de l'Indépendance, prés de 171 maisons closes étaient réparties sur tout le territoire national. Aujourd'hui, il ne reste que prés de 19 de ces maisons qui exercent en toute légalité et au sein desquelles les prostituées bénéficient d'un titre de congé, de la capacité de changer leur activité d'une Wilaya à une autre, ainsi que d'une prise en charge médicale. Précisons à ce sujet que ces maisons n'ont jamais été interdites officiellement par l'Etat Algérien. Bien au contraire, un décret officiel des années 60 autorise l'activité de ces maisons notamment prés des zones militaires. Il faut savoir que le reste des maisons de tolérance qui ont mis la clef sous le paillasson, ont été amenées à le faire pour des raisons sécuritaires propres à la décennie noire. Toutefois, ces maisons disposant d'un registre de commerce en bonne et due forme doivent subir un contrôle médical hebdomadaire chapeauté par le Centre de Salubrité Publique, structure sanitaire présente dans chaque wilaya, et un contrôle policier chaque semaine. Aussi, il est à signaler que chaque tenancière dispose d'un registre des résultats des contrôles médicaux et policiers opérés par les autorités publiques. Suite à cela, la tenancière doit remettre ce registre chaque semaine aux services des mœurs de la wilaya. Ces derniers ont pour mission de veiller au respect des normes en vigueur dans les maisons closes. Des lors, aucune prostituée, appelée légalement les travailleuses du sexe, n'a le droit de quitter la wilaya sans autorisation de ce service de mœurs. Toutes ces données nous confirment en dernier lieu que l'activité de la prostitution est régie en Algérie par une réglementation stricte. Et si la moindre infraction est commise par une « travailleuse du sexe », cette dernière se verrait sanctionner et expulser des maisons closes par les services des mœurs. Mais malheureusement, si cette réglementation est bel et bien respectée dans les maisons closes autorisées, dans les maisons clandestines qui échappent au moindre contrôle l'on pratique encore la prostitution sans aucune précaution.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.