Le social met un pas dans «le» politique    Sursaut d'«énergie» (I)    Estimé à 21 milliards de DA    El-Ghazi appelle les entreprises à s'impliquer davantage    Le derby de tous les rêves !    Ratage    Les candidats handicapés réclament l'application de la loi d'insertion    Souk-Ahras et ses joyaux émerveillent les visiteurs    Ooredoo entame l'année 2016 sous le signe de la croissance    Brèves    "Motiver l'apprenant et favoriser l'apprentissage mathématiques"    Plus de 150 cours à suivre tranquillement chez soi    Le projet américain de résolution modifié sous la pression de la France    Une personne blessée par balle dans une attaque terroriste    L'Italie appelle à la levée de l'embargo contre les armes sur la Libye    Yémen: aucune avancée n'a été enregistrée    Trois terroristes abattus dans la wilaya de Skikda (MDN)    Les mises au point de Tayeb Louh    Louisa Hanoune met en garde    8e partie    47e partie    Afripol sera lancé officiellement à partir du mois d'octobre, selon le général-major Hamel    L'Algérie présente à la 4e édition    Sortie du nouvel album "Tid n'Zik" de Djaffar Aït Menguellet    Journée de formation de guide touristique culturel    Syrie: neuf personnes tuées par des rebelles à Alep    SOUR : Un réseau de voleurs de câbles électriques démantelé    BAC 2016 : 800 000 cartes d'identité biométriques réalisées    Tottenham : Pochettino va prolonger    MEMOIRE : Habib Kassous    Louh: 15 enlèvements d'enfant enregistrés en 2015    Le président Bouteflika de retour en Algérie après des contrôles médicaux à Genève    à CHANCES éGALES    Moscou critique le déploiement de forces américaines en Syrie    Large opération d'entretien du réseau d'eau potable    Bessa Moussa - Un cycliste complet    Hommage à une idole : Ahmed Chibane    La Chine va envoyer un homme sur la Lune d'ici 2036    Tirs meurtriers à l'aéroport de Kidal: l'enquête n'a pas déterminée l'origine    Leicester : Un sacré bonus pour Claudio Ranieri !    Une belle soprano à découvrir    Une légende écornée    La pièce « Hada houwa bayti » chaleureusement accueillie    Le pétrole ouvre en hausse à New York    Real Madrid : Coup dur pour CR7?    Veille d'un examen :TOP 10 d'un " Procrastinator"    Ali Benflis : "C'était une tentative de diversion"    Le tribunal administratif autorise le congrès du MDS    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





19 maisons closes légales en Algérie
Publié dans Le Midi Libre le 27 - 08 - 2008

S'il n'est pas permis d'ouvrir une maison de tolérance aujourd'hui, une dizaine de maisons closes, datant de l'époque coloniale, demeurent néanmoins légales dans notre pays. Il est à souligner, à ce sujet, qu'à la vielle de l'Indépendance, prés de 171 maisons closes étaient réparties sur tout le territoire national. Aujourd'hui, il ne reste que prés de 19 de ces maisons qui exercent en toute légalité et au sein desquelles les prostituées bénéficient d'un titre de congé, de la capacité de changer leur activité d'une Wilaya à une autre, ainsi que d'une prise en charge médicale. Précisons à ce sujet que ces maisons n'ont jamais été interdites officiellement par l'Etat Algérien. Bien au contraire, un décret officiel des années 60 autorise l'activité de ces maisons notamment prés des zones militaires. Il faut savoir que le reste des maisons de tolérance qui ont mis la clef sous le paillasson, ont été amenées à le faire pour des raisons sécuritaires propres à la décennie noire. Toutefois, ces maisons disposant d'un registre de commerce en bonne et due forme doivent subir un contrôle médical hebdomadaire chapeauté par le Centre de Salubrité Publique, structure sanitaire présente dans chaque wilaya, et un contrôle policier chaque semaine. Aussi, il est à signaler que chaque tenancière dispose d'un registre des résultats des contrôles médicaux et policiers opérés par les autorités publiques. Suite à cela, la tenancière doit remettre ce registre chaque semaine aux services des mœurs de la wilaya. Ces derniers ont pour mission de veiller au respect des normes en vigueur dans les maisons closes. Des lors, aucune prostituée, appelée légalement les travailleuses du sexe, n'a le droit de quitter la wilaya sans autorisation de ce service de mœurs. Toutes ces données nous confirment en dernier lieu que l'activité de la prostitution est régie en Algérie par une réglementation stricte. Et si la moindre infraction est commise par une « travailleuse du sexe », cette dernière se verrait sanctionner et expulser des maisons closes par les services des mœurs. Mais malheureusement, si cette réglementation est bel et bien respectée dans les maisons closes autorisées, dans les maisons clandestines qui échappent au moindre contrôle l'on pratique encore la prostitution sans aucune précaution.
S'il n'est pas permis d'ouvrir une maison de tolérance aujourd'hui, une dizaine de maisons closes, datant de l'époque coloniale, demeurent néanmoins légales dans notre pays. Il est à souligner, à ce sujet, qu'à la vielle de l'Indépendance, prés de 171 maisons closes étaient réparties sur tout le territoire national. Aujourd'hui, il ne reste que prés de 19 de ces maisons qui exercent en toute légalité et au sein desquelles les prostituées bénéficient d'un titre de congé, de la capacité de changer leur activité d'une Wilaya à une autre, ainsi que d'une prise en charge médicale. Précisons à ce sujet que ces maisons n'ont jamais été interdites officiellement par l'Etat Algérien. Bien au contraire, un décret officiel des années 60 autorise l'activité de ces maisons notamment prés des zones militaires. Il faut savoir que le reste des maisons de tolérance qui ont mis la clef sous le paillasson, ont été amenées à le faire pour des raisons sécuritaires propres à la décennie noire. Toutefois, ces maisons disposant d'un registre de commerce en bonne et due forme doivent subir un contrôle médical hebdomadaire chapeauté par le Centre de Salubrité Publique, structure sanitaire présente dans chaque wilaya, et un contrôle policier chaque semaine. Aussi, il est à signaler que chaque tenancière dispose d'un registre des résultats des contrôles médicaux et policiers opérés par les autorités publiques. Suite à cela, la tenancière doit remettre ce registre chaque semaine aux services des mœurs de la wilaya. Ces derniers ont pour mission de veiller au respect des normes en vigueur dans les maisons closes. Des lors, aucune prostituée, appelée légalement les travailleuses du sexe, n'a le droit de quitter la wilaya sans autorisation de ce service de mœurs. Toutes ces données nous confirment en dernier lieu que l'activité de la prostitution est régie en Algérie par une réglementation stricte. Et si la moindre infraction est commise par une « travailleuse du sexe », cette dernière se verrait sanctionner et expulser des maisons closes par les services des mœurs. Mais malheureusement, si cette réglementation est bel et bien respectée dans les maisons closes autorisées, dans les maisons clandestines qui échappent au moindre contrôle l'on pratique encore la prostitution sans aucune précaution.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.