«Pas de licence en 2017 sans investissement»    Ghoulam : «Rendre nos supporters fiers de nous»    MCA/Bouguèche : « A ceux qui disent que je suis âgé............»    Le sens d'une visite    Gaïd-Salah supervise la disponibilité opérationnelle des unités de combat    El-Ghazi : «Les employeurs ont jusqu'à fin 2016»    À l'approche de l'Aïd : La SNTF aménage ses horaires des trains    Logements AADL :ebboune déclenche la guerre contre les profiteurs    Sucre, sel et matières grasses : Des mesures seront prises contre la consommation abusive    C'est la course contre la montre    "Où va l'Algérie?"    La C-Watch et l'Allure A 100 Lite    L'insécurité alimentaire grave s'étend à travers le Yémen    Abbas pour l'établissement d'une date butoir de négociations    Le gouvernement lie tout accord de paix au retrait des rebelles    Non-lieu confirmé en appel    L'ONU "condamne fermement"    Contre-attaque de Daesh repoussée    Débat de plusieurs projets de lois a l'APN : Une programmation inique et menace les libertés fondamentales en Algérie    L'Autorité de régulation de l'audiovisuel (ARAV) : Tenue de la 1ère réunion consacrée au "plan d'action"    GSP-NRBBA programmé le 2 juillet    Le MC Alger débute son premier stage    La main de Thierry Henri refait surface    Harrouche rejoint le NA Hussein Dey    Le FC Valence se positionne pour Ghezzal    "Aucun algérien n'est impliqué"    Le supermarché «Top Shop» prend feu, plus de 20 milliards de centimes de pertes    Le secteur du tourisme à la traîne    Le directeur commercial sévèrement condamné    Incendie dans la base de vie    Deux jeunes périssent dans un accident de la route    Toute une famille parmi les passagers    La diva Nouara anime un récital    En hommage à Mohamed Tahar Fergani    Originalité dans la pratique religieuse    Des soirées riches en couleur et en sonorités    Succès du bouquet Arabia durant le Ramadhan    Alger, capitale de la théologie    Des changements radicaux dès 2017    La situation sanitaire sous stricte surveillance    La police encercle le nouveau siège d'El Watan...    Le film Malika et la sorcière primé    PROJETS DECISIFS POUR LE PAYS AU PARLEMENT : Des partis politiques rejettent la manière de débattre    En bref...    L'objectif du pouvoir est de récupérer l'opposition    Loi portant sur le droit de réserve des militaires : La réplique de Nezzar    Rupture consommée    Frappes aériennes contre Daech à Syrte    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





19 maisons closes légales en Algérie
Publié dans Le Midi Libre le 27 - 08 - 2008

S'il n'est pas permis d'ouvrir une maison de tolérance aujourd'hui, une dizaine de maisons closes, datant de l'époque coloniale, demeurent néanmoins légales dans notre pays. Il est à souligner, à ce sujet, qu'à la vielle de l'Indépendance, prés de 171 maisons closes étaient réparties sur tout le territoire national. Aujourd'hui, il ne reste que prés de 19 de ces maisons qui exercent en toute légalité et au sein desquelles les prostituées bénéficient d'un titre de congé, de la capacité de changer leur activité d'une Wilaya à une autre, ainsi que d'une prise en charge médicale. Précisons à ce sujet que ces maisons n'ont jamais été interdites officiellement par l'Etat Algérien. Bien au contraire, un décret officiel des années 60 autorise l'activité de ces maisons notamment prés des zones militaires. Il faut savoir que le reste des maisons de tolérance qui ont mis la clef sous le paillasson, ont été amenées à le faire pour des raisons sécuritaires propres à la décennie noire. Toutefois, ces maisons disposant d'un registre de commerce en bonne et due forme doivent subir un contrôle médical hebdomadaire chapeauté par le Centre de Salubrité Publique, structure sanitaire présente dans chaque wilaya, et un contrôle policier chaque semaine. Aussi, il est à signaler que chaque tenancière dispose d'un registre des résultats des contrôles médicaux et policiers opérés par les autorités publiques. Suite à cela, la tenancière doit remettre ce registre chaque semaine aux services des mœurs de la wilaya. Ces derniers ont pour mission de veiller au respect des normes en vigueur dans les maisons closes. Des lors, aucune prostituée, appelée légalement les travailleuses du sexe, n'a le droit de quitter la wilaya sans autorisation de ce service de mœurs. Toutes ces données nous confirment en dernier lieu que l'activité de la prostitution est régie en Algérie par une réglementation stricte. Et si la moindre infraction est commise par une « travailleuse du sexe », cette dernière se verrait sanctionner et expulser des maisons closes par les services des mœurs. Mais malheureusement, si cette réglementation est bel et bien respectée dans les maisons closes autorisées, dans les maisons clandestines qui échappent au moindre contrôle l'on pratique encore la prostitution sans aucune précaution.
S'il n'est pas permis d'ouvrir une maison de tolérance aujourd'hui, une dizaine de maisons closes, datant de l'époque coloniale, demeurent néanmoins légales dans notre pays. Il est à souligner, à ce sujet, qu'à la vielle de l'Indépendance, prés de 171 maisons closes étaient réparties sur tout le territoire national. Aujourd'hui, il ne reste que prés de 19 de ces maisons qui exercent en toute légalité et au sein desquelles les prostituées bénéficient d'un titre de congé, de la capacité de changer leur activité d'une Wilaya à une autre, ainsi que d'une prise en charge médicale. Précisons à ce sujet que ces maisons n'ont jamais été interdites officiellement par l'Etat Algérien. Bien au contraire, un décret officiel des années 60 autorise l'activité de ces maisons notamment prés des zones militaires. Il faut savoir que le reste des maisons de tolérance qui ont mis la clef sous le paillasson, ont été amenées à le faire pour des raisons sécuritaires propres à la décennie noire. Toutefois, ces maisons disposant d'un registre de commerce en bonne et due forme doivent subir un contrôle médical hebdomadaire chapeauté par le Centre de Salubrité Publique, structure sanitaire présente dans chaque wilaya, et un contrôle policier chaque semaine. Aussi, il est à signaler que chaque tenancière dispose d'un registre des résultats des contrôles médicaux et policiers opérés par les autorités publiques. Suite à cela, la tenancière doit remettre ce registre chaque semaine aux services des mœurs de la wilaya. Ces derniers ont pour mission de veiller au respect des normes en vigueur dans les maisons closes. Des lors, aucune prostituée, appelée légalement les travailleuses du sexe, n'a le droit de quitter la wilaya sans autorisation de ce service de mœurs. Toutes ces données nous confirment en dernier lieu que l'activité de la prostitution est régie en Algérie par une réglementation stricte. Et si la moindre infraction est commise par une « travailleuse du sexe », cette dernière se verrait sanctionner et expulser des maisons closes par les services des mœurs. Mais malheureusement, si cette réglementation est bel et bien respectée dans les maisons closes autorisées, dans les maisons clandestines qui échappent au moindre contrôle l'on pratique encore la prostitution sans aucune précaution.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.