"Il y a consensus sur la nécessité de stabiliser le marché"    Un mort et 196 blessés    Ségolène Royal en guest-star à Alger    Une famille décimée par un raid aérien au Yémen    Quel avenir pour le Gabon ?    Report de la 3e édition    Le CS Sfax obligé de négocier avec le MO Béjaïa    Les athlètes médaillés honorés    Dix-sept nouvelles spécialités lancées à Tizi Ouzou    Cinq personnes décédées après inhalation de gaz toxique    134 personnes intoxiquées    ACCIDENT DE TRAIN DE BOUDOUAOU    Kiosque arabe    Stage de l’EN A’    Espagne (6e journée)    Ammar Bouras dément Ãatre le président de la commission juridique du COA et précise :    USA: levée du couvre-feu à Charlotte    Ankara diverge avec Washington sur l'armement des Kurdes syriens    SOIT DIT EN PASSANT    Ail confit    ACTUCULT    L’Art dans la rue    Coups de gueule, rappels à l'ordre: Le gouvernement parle-t-il d'une même voix ?    Douze enseignants assassinés il y a dix-neuf ans: L'Algérie ne veut et ne peut pas oublier    Air France: Un vol quotidien Oran/Paris dès mars 2017    Viande ovine putréfiée: Les résultats de l'enquête avant la fin de la semaine    Détenteurs de pré-affectations de Hai Derb: Relogement ce mercredi de 208 familles à Gdyel    Constantine - Rentrée universitaire: Une «coordination» pour quatre universités    Exportation: Le poids de la bureaucratie    Des violons mal accordés    Pour l'autodétermination du peuple sahraoui : L'UE disponible à faciliter la mise en œuvre d'une solution politique    Algérie-Royaume du Lesotho : Letsoa reçu par le Premier ministre    Le remplaçant par une structure de proximité: Le marché des Trois horloges de Bab el Oued bientôt fermé    Portugal: Déficit public réduit à 2,8% du PIB au premier semestre    Nigeria : "Je vais parfaitement bien", annonce le chef de Boko Haram    Dans l'application du programme du président : Grine affirme qu'il y a une discipline gouvernementale    Avant un big bang sur ses tarifs : Canal+ renonce à crypter son "Grand Journal"    Les précisions du ministre Belaïb    Un écrivain assassiné devant un tribunal    Les députés vont trancher aujourd'hui    La France présente au Salon Sima-Sipsa    Importante réunion du Bureau exécutif mercredi    Plus de 200 athlètes attendus les 7 et 8 octobre à Alger    La mauvaise gestion des établissements    Lors de l'Assemblée constituante, Ferhat Abbas proclame officiellement, à Alger, la «République algérienne démocratique et populaire»    La culture est le meilleur ambassadeur du tourisme    En tournée dans 4 grandes villes    La Cour suprême autorise une enquête sur le président Michel Temer    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





19 maisons closes légales en Algérie
Publié dans Le Midi Libre le 27 - 08 - 2008

S'il n'est pas permis d'ouvrir une maison de tolérance aujourd'hui, une dizaine de maisons closes, datant de l'époque coloniale, demeurent néanmoins légales dans notre pays. Il est à souligner, à ce sujet, qu'à la vielle de l'Indépendance, prés de 171 maisons closes étaient réparties sur tout le territoire national. Aujourd'hui, il ne reste que prés de 19 de ces maisons qui exercent en toute légalité et au sein desquelles les prostituées bénéficient d'un titre de congé, de la capacité de changer leur activité d'une Wilaya à une autre, ainsi que d'une prise en charge médicale. Précisons à ce sujet que ces maisons n'ont jamais été interdites officiellement par l'Etat Algérien. Bien au contraire, un décret officiel des années 60 autorise l'activité de ces maisons notamment prés des zones militaires. Il faut savoir que le reste des maisons de tolérance qui ont mis la clef sous le paillasson, ont été amenées à le faire pour des raisons sécuritaires propres à la décennie noire. Toutefois, ces maisons disposant d'un registre de commerce en bonne et due forme doivent subir un contrôle médical hebdomadaire chapeauté par le Centre de Salubrité Publique, structure sanitaire présente dans chaque wilaya, et un contrôle policier chaque semaine. Aussi, il est à signaler que chaque tenancière dispose d'un registre des résultats des contrôles médicaux et policiers opérés par les autorités publiques. Suite à cela, la tenancière doit remettre ce registre chaque semaine aux services des mœurs de la wilaya. Ces derniers ont pour mission de veiller au respect des normes en vigueur dans les maisons closes. Des lors, aucune prostituée, appelée légalement les travailleuses du sexe, n'a le droit de quitter la wilaya sans autorisation de ce service de mœurs. Toutes ces données nous confirment en dernier lieu que l'activité de la prostitution est régie en Algérie par une réglementation stricte. Et si la moindre infraction est commise par une « travailleuse du sexe », cette dernière se verrait sanctionner et expulser des maisons closes par les services des mœurs. Mais malheureusement, si cette réglementation est bel et bien respectée dans les maisons closes autorisées, dans les maisons clandestines qui échappent au moindre contrôle l'on pratique encore la prostitution sans aucune précaution.
S'il n'est pas permis d'ouvrir une maison de tolérance aujourd'hui, une dizaine de maisons closes, datant de l'époque coloniale, demeurent néanmoins légales dans notre pays. Il est à souligner, à ce sujet, qu'à la vielle de l'Indépendance, prés de 171 maisons closes étaient réparties sur tout le territoire national. Aujourd'hui, il ne reste que prés de 19 de ces maisons qui exercent en toute légalité et au sein desquelles les prostituées bénéficient d'un titre de congé, de la capacité de changer leur activité d'une Wilaya à une autre, ainsi que d'une prise en charge médicale. Précisons à ce sujet que ces maisons n'ont jamais été interdites officiellement par l'Etat Algérien. Bien au contraire, un décret officiel des années 60 autorise l'activité de ces maisons notamment prés des zones militaires. Il faut savoir que le reste des maisons de tolérance qui ont mis la clef sous le paillasson, ont été amenées à le faire pour des raisons sécuritaires propres à la décennie noire. Toutefois, ces maisons disposant d'un registre de commerce en bonne et due forme doivent subir un contrôle médical hebdomadaire chapeauté par le Centre de Salubrité Publique, structure sanitaire présente dans chaque wilaya, et un contrôle policier chaque semaine. Aussi, il est à signaler que chaque tenancière dispose d'un registre des résultats des contrôles médicaux et policiers opérés par les autorités publiques. Suite à cela, la tenancière doit remettre ce registre chaque semaine aux services des mœurs de la wilaya. Ces derniers ont pour mission de veiller au respect des normes en vigueur dans les maisons closes. Des lors, aucune prostituée, appelée légalement les travailleuses du sexe, n'a le droit de quitter la wilaya sans autorisation de ce service de mœurs. Toutes ces données nous confirment en dernier lieu que l'activité de la prostitution est régie en Algérie par une réglementation stricte. Et si la moindre infraction est commise par une « travailleuse du sexe », cette dernière se verrait sanctionner et expulser des maisons closes par les services des mœurs. Mais malheureusement, si cette réglementation est bel et bien respectée dans les maisons closes autorisées, dans les maisons clandestines qui échappent au moindre contrôle l'on pratique encore la prostitution sans aucune précaution.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.