Un jeu de massacre sans fin    Obama émule de Bush même dans le mensonge    L'Etat islamique est une Arabie saoudite ambulante et sans pétrole    Pour de nouveaux blocs d'exploration : 5 groupes pétroliers étrangers en renfort    Commerce : Des licences d'importation revues et corrigées    Le chantier bientôt lancé: Extension du tram vers l'aéroport    Ligue des champions - Finale retour à Blida : Les raisons d'un choix, selon Hammar    Ligue des champions : Chaud débat à Madrid    Benflis : Un livre blanc pour dire «assez à la fraude»    BENI-BOUSSAID: Découverte d'un site archéologique près de Sidi Medjahed    GUELMA - Tayeb Zitouni : «Nous devons être fiers de notre histoire»    Tragique accident entre Aflou et Laghouat : 16 morts et 45 blessés dans une collision entre 2 bus    Relizane : Cinq personnes sauvées des crues    Kassali Brahim Djamel élu président de l'UAR    Les troupes kurdes lancent une offensive sur trois fronts    Le Front Polisario condamne un "assassinat délibéré"    RC Arbaâ    Medias Driving Xperience    Les dates des 7e et 8e journées désignées    Commission de discipline de la LFP    Fekir dans le calepin de Mankowski    Deux matchs pour Belaïli et trois pour Meklouche    Espagne    Elle sera au Parlement en janvier    "La drogue et le terrorisme menacent le pays"    Djaâfar Haddad    Diamal    Â«Camion de l’année 2015»    Ali Benflis dévoile son "livre blanc"    Libye    Saâdani écrit à l'ambassadeur de France    Hasni ressuscité à Bab El Oued    Le coup de bill’art du Soir    ACTUCULT    Coopération Algéro-Chinoise    "Préservons la quiétude dans notre vallée"    Hommage à l'acteur Nino Manfredi    "La crise du logement sera réglée avant 2019"    NCA Rouiba affiche de bons résultats au 1er semestre 2014    Makrout laâssel    Ghribia    Malfouf de foie de mouton    187,2 kg de kif saisis    Entre fièvre aphteuse et... fièvre acheteuse!    Le FLN a son bélier    Production d'électricité : Yousfi mise sur les énergies propres    La Réconciliation nationale n'a d'autre objectif que l'organisation du consensus national    Inflation à 1,5% en août dernier : Le rythme annuel se stabilise    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

19 maisons closes légales en Algérie
Publié dans Le Midi Libre le 27 - 08 - 2008

S'il n'est pas permis d'ouvrir une maison de tolérance aujourd'hui, une dizaine de maisons closes, datant de l'époque coloniale, demeurent néanmoins légales dans notre pays. Il est à souligner, à ce sujet, qu'à la vielle de l'Indépendance, prés de 171 maisons closes étaient réparties sur tout le territoire national. Aujourd'hui, il ne reste que prés de 19 de ces maisons qui exercent en toute légalité et au sein desquelles les prostituées bénéficient d'un titre de congé, de la capacité de changer leur activité d'une Wilaya à une autre, ainsi que d'une prise en charge médicale. Précisons à ce sujet que ces maisons n'ont jamais été interdites officiellement par l'Etat Algérien. Bien au contraire, un décret officiel des années 60 autorise l'activité de ces maisons notamment prés des zones militaires. Il faut savoir que le reste des maisons de tolérance qui ont mis la clef sous le paillasson, ont été amenées à le faire pour des raisons sécuritaires propres à la décennie noire. Toutefois, ces maisons disposant d'un registre de commerce en bonne et due forme doivent subir un contrôle médical hebdomadaire chapeauté par le Centre de Salubrité Publique, structure sanitaire présente dans chaque wilaya, et un contrôle policier chaque semaine. Aussi, il est à signaler que chaque tenancière dispose d'un registre des résultats des contrôles médicaux et policiers opérés par les autorités publiques. Suite à cela, la tenancière doit remettre ce registre chaque semaine aux services des mœurs de la wilaya. Ces derniers ont pour mission de veiller au respect des normes en vigueur dans les maisons closes. Des lors, aucune prostituée, appelée légalement les travailleuses du sexe, n'a le droit de quitter la wilaya sans autorisation de ce service de mœurs. Toutes ces données nous confirment en dernier lieu que l'activité de la prostitution est régie en Algérie par une réglementation stricte. Et si la moindre infraction est commise par une « travailleuse du sexe », cette dernière se verrait sanctionner et expulser des maisons closes par les services des mœurs. Mais malheureusement, si cette réglementation est bel et bien respectée dans les maisons closes autorisées, dans les maisons clandestines qui échappent au moindre contrôle l'on pratique encore la prostitution sans aucune précaution.
S'il n'est pas permis d'ouvrir une maison de tolérance aujourd'hui, une dizaine de maisons closes, datant de l'époque coloniale, demeurent néanmoins légales dans notre pays. Il est à souligner, à ce sujet, qu'à la vielle de l'Indépendance, prés de 171 maisons closes étaient réparties sur tout le territoire national. Aujourd'hui, il ne reste que prés de 19 de ces maisons qui exercent en toute légalité et au sein desquelles les prostituées bénéficient d'un titre de congé, de la capacité de changer leur activité d'une Wilaya à une autre, ainsi que d'une prise en charge médicale. Précisons à ce sujet que ces maisons n'ont jamais été interdites officiellement par l'Etat Algérien. Bien au contraire, un décret officiel des années 60 autorise l'activité de ces maisons notamment prés des zones militaires. Il faut savoir que le reste des maisons de tolérance qui ont mis la clef sous le paillasson, ont été amenées à le faire pour des raisons sécuritaires propres à la décennie noire. Toutefois, ces maisons disposant d'un registre de commerce en bonne et due forme doivent subir un contrôle médical hebdomadaire chapeauté par le Centre de Salubrité Publique, structure sanitaire présente dans chaque wilaya, et un contrôle policier chaque semaine. Aussi, il est à signaler que chaque tenancière dispose d'un registre des résultats des contrôles médicaux et policiers opérés par les autorités publiques. Suite à cela, la tenancière doit remettre ce registre chaque semaine aux services des mœurs de la wilaya. Ces derniers ont pour mission de veiller au respect des normes en vigueur dans les maisons closes. Des lors, aucune prostituée, appelée légalement les travailleuses du sexe, n'a le droit de quitter la wilaya sans autorisation de ce service de mœurs. Toutes ces données nous confirment en dernier lieu que l'activité de la prostitution est régie en Algérie par une réglementation stricte. Et si la moindre infraction est commise par une « travailleuse du sexe », cette dernière se verrait sanctionner et expulser des maisons closes par les services des mœurs. Mais malheureusement, si cette réglementation est bel et bien respectée dans les maisons closes autorisées, dans les maisons clandestines qui échappent au moindre contrôle l'on pratique encore la prostitution sans aucune précaution.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.