Une feuille de route en préparation pour prendre en charge les migrants africains en Algérie (ministre)    Lancement de 105.000 logements AADL à travers le pays (ministre)    APN: examen mardi du projet de loi de finances 2015    Le nouveau code des douanes à l'examen au secrétariat général du gouvernement (DG douanes)    Sellal visite une exploitation agricole privée près d'in-Guezzam    Accession de l'Algérie à l'OMC    Le ministre de la Communication à Oran    L'Algérie est un pays « très important » pour les Etats-Unis (responsable américain)    Protestation des policiers    Les Emirats ont levé l'interdiction de visas aux Algériens de moins de 40 ans    Le conflit Hannachi-Raouraoua éclate au grand jour    Le rêve des Algériennes prend fin    Les Crabes seuls invaincus après 7 journées    Alors que Bentaleb a été ménagé pour le match de l'Europa League    Judo - Championnats du Monde 2014 "juniors"    Abbas menace de mesures judiciaires    Bataille de rue à Kobané    Escalade verbale marocaine contre l'Algérie    Appels à l'arrêt des combats    Ils ont jugé l'avant-projet de loi sanitaire incohérent    Le carrefour des énergies renouvelables    Une vingtaine d'hommes d'affaires autrichiens en visite en Algérie    "Il faut stimuler l'enseignement de tamazight à l'école"    L'adaptation cinématographique des oeuvres littéraires en débat à Médéa    Fonctionnaires de la Sûreté nationale    BRÈVES de l'Est    Le syndicat national affilié au Snapap rend publique une plateforme de revendications    Une femme et sa nièce égorgées en plein sommeil    Le train est resté en gare    "Les diplômes privés ne sont pas reconnus"    Association «Les Nomades Algériens» : Sortie découverte au fortin de «Santiago», la semaine prochaine    AIN TEMOUCHENT: Journées cinématographiques «Suicide» décroche le 1er prix    MCO : Un bon point pour le moral    Sans relâche de Antoine Bourseiller : La vraie histoire du théâtre français    Béjaïa : Une jeune fille enlevée, libérée par les gendarmes    Des prothèses auditives pour 450 enfants    Il sera aujourd'hui à In Guezzam et Bordj Badji Mokhtar : Sellal reprend son bâton de pèlerin    Mandi se blesse, Boudebouz renoue avec la compétition    Le début de la purge ?    Solutions politiques avérées : Ne pas faire l'économie de vraies thérapies    Modiano en tête des ventes de romans    Leonardo DiCaprio s'allie à Netflix    François Hollande souhaite une issue rapide des négociations    L'ANP au four terroriste et au moulin sécuritaire    Le groupe Freeklane et d'autres artistes algériens au Festival    Des marques et des nouveautés    Un partenariat de coproduction pour dépasser la simple coopération    EN BREF    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

19 maisons closes légales en Algérie
Publié dans Le Midi Libre le 27 - 08 - 2008

S'il n'est pas permis d'ouvrir une maison de tolérance aujourd'hui, une dizaine de maisons closes, datant de l'époque coloniale, demeurent néanmoins légales dans notre pays. Il est à souligner, à ce sujet, qu'à la vielle de l'Indépendance, prés de 171 maisons closes étaient réparties sur tout le territoire national. Aujourd'hui, il ne reste que prés de 19 de ces maisons qui exercent en toute légalité et au sein desquelles les prostituées bénéficient d'un titre de congé, de la capacité de changer leur activité d'une Wilaya à une autre, ainsi que d'une prise en charge médicale. Précisons à ce sujet que ces maisons n'ont jamais été interdites officiellement par l'Etat Algérien. Bien au contraire, un décret officiel des années 60 autorise l'activité de ces maisons notamment prés des zones militaires. Il faut savoir que le reste des maisons de tolérance qui ont mis la clef sous le paillasson, ont été amenées à le faire pour des raisons sécuritaires propres à la décennie noire. Toutefois, ces maisons disposant d'un registre de commerce en bonne et due forme doivent subir un contrôle médical hebdomadaire chapeauté par le Centre de Salubrité Publique, structure sanitaire présente dans chaque wilaya, et un contrôle policier chaque semaine. Aussi, il est à signaler que chaque tenancière dispose d'un registre des résultats des contrôles médicaux et policiers opérés par les autorités publiques. Suite à cela, la tenancière doit remettre ce registre chaque semaine aux services des mœurs de la wilaya. Ces derniers ont pour mission de veiller au respect des normes en vigueur dans les maisons closes. Des lors, aucune prostituée, appelée légalement les travailleuses du sexe, n'a le droit de quitter la wilaya sans autorisation de ce service de mœurs. Toutes ces données nous confirment en dernier lieu que l'activité de la prostitution est régie en Algérie par une réglementation stricte. Et si la moindre infraction est commise par une « travailleuse du sexe », cette dernière se verrait sanctionner et expulser des maisons closes par les services des mœurs. Mais malheureusement, si cette réglementation est bel et bien respectée dans les maisons closes autorisées, dans les maisons clandestines qui échappent au moindre contrôle l'on pratique encore la prostitution sans aucune précaution.
S'il n'est pas permis d'ouvrir une maison de tolérance aujourd'hui, une dizaine de maisons closes, datant de l'époque coloniale, demeurent néanmoins légales dans notre pays. Il est à souligner, à ce sujet, qu'à la vielle de l'Indépendance, prés de 171 maisons closes étaient réparties sur tout le territoire national. Aujourd'hui, il ne reste que prés de 19 de ces maisons qui exercent en toute légalité et au sein desquelles les prostituées bénéficient d'un titre de congé, de la capacité de changer leur activité d'une Wilaya à une autre, ainsi que d'une prise en charge médicale. Précisons à ce sujet que ces maisons n'ont jamais été interdites officiellement par l'Etat Algérien. Bien au contraire, un décret officiel des années 60 autorise l'activité de ces maisons notamment prés des zones militaires. Il faut savoir que le reste des maisons de tolérance qui ont mis la clef sous le paillasson, ont été amenées à le faire pour des raisons sécuritaires propres à la décennie noire. Toutefois, ces maisons disposant d'un registre de commerce en bonne et due forme doivent subir un contrôle médical hebdomadaire chapeauté par le Centre de Salubrité Publique, structure sanitaire présente dans chaque wilaya, et un contrôle policier chaque semaine. Aussi, il est à signaler que chaque tenancière dispose d'un registre des résultats des contrôles médicaux et policiers opérés par les autorités publiques. Suite à cela, la tenancière doit remettre ce registre chaque semaine aux services des mœurs de la wilaya. Ces derniers ont pour mission de veiller au respect des normes en vigueur dans les maisons closes. Des lors, aucune prostituée, appelée légalement les travailleuses du sexe, n'a le droit de quitter la wilaya sans autorisation de ce service de mœurs. Toutes ces données nous confirment en dernier lieu que l'activité de la prostitution est régie en Algérie par une réglementation stricte. Et si la moindre infraction est commise par une « travailleuse du sexe », cette dernière se verrait sanctionner et expulser des maisons closes par les services des mœurs. Mais malheureusement, si cette réglementation est bel et bien respectée dans les maisons closes autorisées, dans les maisons clandestines qui échappent au moindre contrôle l'on pratique encore la prostitution sans aucune précaution.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.