Ligue 2 : l'USMM Hadjout fait appel suite à la décision de défalcation de trois points    Mondial-2014 : pas de matchs en clair sur Eutelsat Hot Bird (FIFA)    Mondial-2014: l'Algérie jouera ses trois matchs en blanc (FAF)    Algérie:hausse de plus de 11% de la valeur des importations de marchandises en 2013 (ONS)    Washington enverra des troupes en Europe    Malgré une légère amélioration sur le plan sécuritaire    Les canaris effectueront un périlleux déplacement demain à l'Arba    Ligue 2 (26e journée)    À une semaine de l'échéance de la médiation washingtonienne    Ansej    Le taux de participation revu à la baisse    Il rejette les résultats proclamés par le conseil constitutionnel    Il s'est engagé à s'adresser au peuple prochainement    Elle avait été transférée dans une clinique privée    L'allaitement réduirait le risque de maladies cardiovasculaires, selon une étude    Clarifications de Mohamed Chafik Mesbah    Algérie:faire de la PME un axe stratégique de développement local (FCE)    Algérie - L'opérateur de téléphonie mobile Djezzy sera introduit, à terme, en Bourse    Maroc:le directeur de la Bibliothèque Nationale élu à la tête du Réseau Francophone Numérique    Hannachi fait appel    Projet de reconstruction du navire historique «Raïs Hamidou»    Un résultat net en hausse au 1er trimestre à 79 millions de dollars    «J'ai eu trois millions de voix»    Une nette hausse au 1er trimestre 2014    L'ambassadeur américain à Alger rend visite au CRA    Décryptage du vote de notre émigration    De terrain en terrain    Un général tué dans un attentat au Caire    Erdogan présente les condoléances de la Turquie    "La guerre d'Algérie" n'est pas finie à Cannes    Promotion du matériau local    Rachid Taha au programme    Algérie - Côte d'Ivoire les 30 avril et 3 mai à Alger    Washington et Téhéran exposent leurs arguments    "Il n'y aura pas d'exception pour Ghardaïa"    L'heure de rendre des comptes    3000 tonnes de viande arrivent    Bourses : Les marchés européens en hausse    Maroc - Gabon : Rabat accueille le premier Forum d'Affaires    Corées : Le Nord pourrait préparer un 4e essai nucléaire, selon Séoul    Enlèvement d'un Algérien au Soudan : L'Algérie suit de très près la situation    Oran : 3,5 milliards DA pour réaliser un abri de pêche à Cap Blanc    Pourquoi interroger le passé, l'avenir n'est-il pas plus important ?    Skikda s'invite à la capitale    Tamma rate la 5e place qualificative aux JOJ-2014    Le patrimoine attend toujours une réelle et pérenne prise en charge    La CNAS a lancé un sondage d'opinion sur ses prestations    Plusieurs projets pour Hussein Dey    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

19 maisons closes légales en Algérie
Publié dans Le Midi Libre le 27 - 08 - 2008

S'il n'est pas permis d'ouvrir une maison de tolérance aujourd'hui, une dizaine de maisons closes, datant de l'époque coloniale, demeurent néanmoins légales dans notre pays. Il est à souligner, à ce sujet, qu'à la vielle de l'Indépendance, prés de 171 maisons closes étaient réparties sur tout le territoire national. Aujourd'hui, il ne reste que prés de 19 de ces maisons qui exercent en toute légalité et au sein desquelles les prostituées bénéficient d'un titre de congé, de la capacité de changer leur activité d'une Wilaya à une autre, ainsi que d'une prise en charge médicale. Précisons à ce sujet que ces maisons n'ont jamais été interdites officiellement par l'Etat Algérien. Bien au contraire, un décret officiel des années 60 autorise l'activité de ces maisons notamment prés des zones militaires. Il faut savoir que le reste des maisons de tolérance qui ont mis la clef sous le paillasson, ont été amenées à le faire pour des raisons sécuritaires propres à la décennie noire. Toutefois, ces maisons disposant d'un registre de commerce en bonne et due forme doivent subir un contrôle médical hebdomadaire chapeauté par le Centre de Salubrité Publique, structure sanitaire présente dans chaque wilaya, et un contrôle policier chaque semaine. Aussi, il est à signaler que chaque tenancière dispose d'un registre des résultats des contrôles médicaux et policiers opérés par les autorités publiques. Suite à cela, la tenancière doit remettre ce registre chaque semaine aux services des mœurs de la wilaya. Ces derniers ont pour mission de veiller au respect des normes en vigueur dans les maisons closes. Des lors, aucune prostituée, appelée légalement les travailleuses du sexe, n'a le droit de quitter la wilaya sans autorisation de ce service de mœurs. Toutes ces données nous confirment en dernier lieu que l'activité de la prostitution est régie en Algérie par une réglementation stricte. Et si la moindre infraction est commise par une « travailleuse du sexe », cette dernière se verrait sanctionner et expulser des maisons closes par les services des mœurs. Mais malheureusement, si cette réglementation est bel et bien respectée dans les maisons closes autorisées, dans les maisons clandestines qui échappent au moindre contrôle l'on pratique encore la prostitution sans aucune précaution.
S'il n'est pas permis d'ouvrir une maison de tolérance aujourd'hui, une dizaine de maisons closes, datant de l'époque coloniale, demeurent néanmoins légales dans notre pays. Il est à souligner, à ce sujet, qu'à la vielle de l'Indépendance, prés de 171 maisons closes étaient réparties sur tout le territoire national. Aujourd'hui, il ne reste que prés de 19 de ces maisons qui exercent en toute légalité et au sein desquelles les prostituées bénéficient d'un titre de congé, de la capacité de changer leur activité d'une Wilaya à une autre, ainsi que d'une prise en charge médicale. Précisons à ce sujet que ces maisons n'ont jamais été interdites officiellement par l'Etat Algérien. Bien au contraire, un décret officiel des années 60 autorise l'activité de ces maisons notamment prés des zones militaires. Il faut savoir que le reste des maisons de tolérance qui ont mis la clef sous le paillasson, ont été amenées à le faire pour des raisons sécuritaires propres à la décennie noire. Toutefois, ces maisons disposant d'un registre de commerce en bonne et due forme doivent subir un contrôle médical hebdomadaire chapeauté par le Centre de Salubrité Publique, structure sanitaire présente dans chaque wilaya, et un contrôle policier chaque semaine. Aussi, il est à signaler que chaque tenancière dispose d'un registre des résultats des contrôles médicaux et policiers opérés par les autorités publiques. Suite à cela, la tenancière doit remettre ce registre chaque semaine aux services des mœurs de la wilaya. Ces derniers ont pour mission de veiller au respect des normes en vigueur dans les maisons closes. Des lors, aucune prostituée, appelée légalement les travailleuses du sexe, n'a le droit de quitter la wilaya sans autorisation de ce service de mœurs. Toutes ces données nous confirment en dernier lieu que l'activité de la prostitution est régie en Algérie par une réglementation stricte. Et si la moindre infraction est commise par une « travailleuse du sexe », cette dernière se verrait sanctionner et expulser des maisons closes par les services des mœurs. Mais malheureusement, si cette réglementation est bel et bien respectée dans les maisons closes autorisées, dans les maisons clandestines qui échappent au moindre contrôle l'on pratique encore la prostitution sans aucune précaution.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.