Tunisie:l'assemblée approuve deux projets de loi relatifs aux prérogatives des chefs de l'Etat et du gouvernement    Algérie:Djezzy et Google Developers Group organisent des rencontres au profit de développeurs algériens    Les cours du pétrole rebondissent en Asie    Deux soldats tués dans l'attaque d'un convoi militaire en Turquie    Tripoli exclut toute intervention militaire étrangère    Ligue 1 de football (préparation) : le MOB boucle son stage tunisien par un match nul face aux Saoudiens d'Al-Fath (0-0)    Benghebrit : le débat autour de l'utilisation de la langue maternelle est "positif"    Tunisie:cérémonie de recueillement à l'occasion de l'anniversaire du président Habib Bourguiba à Monastir    Algérie:renforcement bientôt des capacités de stockage de la pomme de terre (ministre)    Mauritanie:un ancien porte-parole d'Ansar Dine remis en liberté    Bouira : Un mort et deux blessés dans une fusillade    Algérie:l'unité Pipes and Tubes d'ArcelorMittal fermée, le complexe métallurgique paralysé    Tunisie:arrestation, à Kébili, de sept individus soupçonnés d'appartenir à une organisation terroriste    Le Sahel, toujours sous la menace terroriste    La Catalogne s'approche d'élections décisives, inquiétude à Madrid    Le jeu trouble des islamistes    WA Tlemcen : Bouali Tayeb se contente des moyens de bord    Natation : Les nageurs d'Oran s'illustrent en dépit des difficultés    JSM Tiaret : L'avenir du club en question    Education : Le soutien du PT à Benghebrit    Au secours, El Gheït    Tizi Ouzou : Des dizaines de membres d'une délégation ministérielle Intoxiqués    Santé : A la recherche du bon remède    Ingratitude sans pudeur, oubli sans remords    Film arabe : Des promesses pour le prochain Festival international    Les souscripteurs menacent d'occuper les logements AADL à Sétif    Le parcours de l'ancien footballeur Koussim en photos    Coopération : La commune d'Alger-Centre et la ville sahraouie d'El Ayoun renouvellent leur jumelage    Répartition équitable ades fruits du développement national    En vue de booster les exportations hors hydrocarbures : Le FCE émet des propositions    Commission provisoire d'identification des journalistes professionnels : Proroger sa mission jusqu'à fin septembre    Fête du Bijou de Beni yenni : Un produit original qui mérite d'être connu    Cinq raisons pour lesquelles les clubs turcs enflamment le mercato !    Création d'un nouveau «pôle islamiste»    Sous le slogan «L'Algérie unie par la musique»    USMA : Andria : «D'abord assurer la qualification, ensuite penser au derby»    Amnesty International interpelle Sellal et lance une pétition    Le prix du bricolage    Nouveau tour de vis de la Banque d'Algérie sur les opérations de comme    Hicham Medjber (Arbaâ) et Bariza Ghezlani (ASSN) vainqueurs    L'ENSEIGNEMENT DES LANGUES ENFLAMME LE DEBAT POLITIQUE : Des politiques font bloc contre les recommandations de Benghebrit    Le wali de Boumerdès prend ses nouvelles fonctions    Une conférence nationale d'évaluation du système LMD prévue la fin 2015 (ministre)    200.000 cas régularisés depuis mars 2011    Les Hauts-Plateaux sous les feux des projecteurs    Algérie:mesures au profit des bijoutiers de Beni Yenni et l'artisanat traditionnel (ministre)    «La problématique est comment maîtriser la langue arabe enseignée»    Snoop Dogg arrêté en Italie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

19 maisons closes légales en Algérie
Publié dans Le Midi Libre le 27 - 08 - 2008

S'il n'est pas permis d'ouvrir une maison de tolérance aujourd'hui, une dizaine de maisons closes, datant de l'époque coloniale, demeurent néanmoins légales dans notre pays. Il est à souligner, à ce sujet, qu'à la vielle de l'Indépendance, prés de 171 maisons closes étaient réparties sur tout le territoire national. Aujourd'hui, il ne reste que prés de 19 de ces maisons qui exercent en toute légalité et au sein desquelles les prostituées bénéficient d'un titre de congé, de la capacité de changer leur activité d'une Wilaya à une autre, ainsi que d'une prise en charge médicale. Précisons à ce sujet que ces maisons n'ont jamais été interdites officiellement par l'Etat Algérien. Bien au contraire, un décret officiel des années 60 autorise l'activité de ces maisons notamment prés des zones militaires. Il faut savoir que le reste des maisons de tolérance qui ont mis la clef sous le paillasson, ont été amenées à le faire pour des raisons sécuritaires propres à la décennie noire. Toutefois, ces maisons disposant d'un registre de commerce en bonne et due forme doivent subir un contrôle médical hebdomadaire chapeauté par le Centre de Salubrité Publique, structure sanitaire présente dans chaque wilaya, et un contrôle policier chaque semaine. Aussi, il est à signaler que chaque tenancière dispose d'un registre des résultats des contrôles médicaux et policiers opérés par les autorités publiques. Suite à cela, la tenancière doit remettre ce registre chaque semaine aux services des mœurs de la wilaya. Ces derniers ont pour mission de veiller au respect des normes en vigueur dans les maisons closes. Des lors, aucune prostituée, appelée légalement les travailleuses du sexe, n'a le droit de quitter la wilaya sans autorisation de ce service de mœurs. Toutes ces données nous confirment en dernier lieu que l'activité de la prostitution est régie en Algérie par une réglementation stricte. Et si la moindre infraction est commise par une « travailleuse du sexe », cette dernière se verrait sanctionner et expulser des maisons closes par les services des mœurs. Mais malheureusement, si cette réglementation est bel et bien respectée dans les maisons closes autorisées, dans les maisons clandestines qui échappent au moindre contrôle l'on pratique encore la prostitution sans aucune précaution.
S'il n'est pas permis d'ouvrir une maison de tolérance aujourd'hui, une dizaine de maisons closes, datant de l'époque coloniale, demeurent néanmoins légales dans notre pays. Il est à souligner, à ce sujet, qu'à la vielle de l'Indépendance, prés de 171 maisons closes étaient réparties sur tout le territoire national. Aujourd'hui, il ne reste que prés de 19 de ces maisons qui exercent en toute légalité et au sein desquelles les prostituées bénéficient d'un titre de congé, de la capacité de changer leur activité d'une Wilaya à une autre, ainsi que d'une prise en charge médicale. Précisons à ce sujet que ces maisons n'ont jamais été interdites officiellement par l'Etat Algérien. Bien au contraire, un décret officiel des années 60 autorise l'activité de ces maisons notamment prés des zones militaires. Il faut savoir que le reste des maisons de tolérance qui ont mis la clef sous le paillasson, ont été amenées à le faire pour des raisons sécuritaires propres à la décennie noire. Toutefois, ces maisons disposant d'un registre de commerce en bonne et due forme doivent subir un contrôle médical hebdomadaire chapeauté par le Centre de Salubrité Publique, structure sanitaire présente dans chaque wilaya, et un contrôle policier chaque semaine. Aussi, il est à signaler que chaque tenancière dispose d'un registre des résultats des contrôles médicaux et policiers opérés par les autorités publiques. Suite à cela, la tenancière doit remettre ce registre chaque semaine aux services des mœurs de la wilaya. Ces derniers ont pour mission de veiller au respect des normes en vigueur dans les maisons closes. Des lors, aucune prostituée, appelée légalement les travailleuses du sexe, n'a le droit de quitter la wilaya sans autorisation de ce service de mœurs. Toutes ces données nous confirment en dernier lieu que l'activité de la prostitution est régie en Algérie par une réglementation stricte. Et si la moindre infraction est commise par une « travailleuse du sexe », cette dernière se verrait sanctionner et expulser des maisons closes par les services des mœurs. Mais malheureusement, si cette réglementation est bel et bien respectée dans les maisons closes autorisées, dans les maisons clandestines qui échappent au moindre contrôle l'on pratique encore la prostitution sans aucune précaution.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.