Chutes de neige: plusieurs routes bloquées à Batna    Le Roi du Maroc rencontre plusieurs Walis et Gouverneurs    Le président tchadien : "Boko Haram doit se rendre à l'évidence"    Une offensive rapide contre Daesh à Mossoul déconseillé par les USA    "Spock" est mort    L'opposant russe Boris Nemtsov assassiné à Moscou    Souk Ahras    Constantine    Football    ACTUCULT    Rentrée littéraire du Mali    Le Soir de l’Ouest    Voyage culinaire    Les Clinton, Haïti et les lobbyistes : Un don algérien de 500.000 dollars refait surface    Les policiers radiés reviennent à la charge    CS Constantine : Hubert Velud, Abbas... pour succéder à Belhout    Fuites de devises : Des dossiers d'importateurs transférés à la justice    Selon un juge londonien - Tiguentourine : la mort des 6 Britanniques «imputableaux terroristes»    Football - Ligue 1 : Duel au sommet à Béjaïa, suspense à Alger, Chlef et Béchar    La bataille d'Alger    Education : Les dates d'examens laissées à l'appréciation de chaque directeur de wilaya    Une dizaine de locaux détruits: Incendie au marché des Frères Bettou    Rue Mohamed Khemisti : Découverte d'un cadavre sur la voie publique    Afin de faire face à la hausse des prix : Déstockage de près de 11 000 tonnes de pommes de terre à Boumerdès    "On ne peut pas m'influencer dans mon choix entre l'Algérie et la France"    Ligue des champions (préliminaire retour) : L'USM Alger tranquille, le MC El Eulma sous pression    L'Otan se mue en prestataire de service    Deux mémorandums d'entente et des accords signés    Un climat politique délétère, un peuple spectateur    Appel à impliquer les huissiers de justice    Le moudjahid Kheireddine Mohamed Chérif n'est plus    Déséquilibre des forces    Kiev entame, à son tour, le retrait des armes lourdes    JO-2016 : 21 épreuves-tests programmées en 2015    Mohamed Henkouche résolument optimiste    Irak : Des djihadistes de l'EI détruisent des sculptures pré-islamiques    L'Afrique en lice pour l'Etalon d'or du Fespaco    Les fatwas réglementées    L'"Amusnaw" ressuscité...    L'union nationale, c'est le changement démocratique    Dziri "pas pressé" de devenir entraîneur en chef    La production nationale va s'orienter vers la réduction de la facture    Bourses : Les places européennes optimistes poursuivent leur ascension    Entre revendications légitimes, intérêts personnels et manipulations    Prix du pétrole : Le brut chute à New York, l'optimisme sur l'offre s'évapore    Un suivi mitigé    Les travailleurs menacent d'une grève illimitée    Vers une meilleure coopération entre l'Algérie et l'Unicef    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

19 maisons closes légales en Algérie
Publié dans Le Midi Libre le 27 - 08 - 2008

S'il n'est pas permis d'ouvrir une maison de tolérance aujourd'hui, une dizaine de maisons closes, datant de l'époque coloniale, demeurent néanmoins légales dans notre pays. Il est à souligner, à ce sujet, qu'à la vielle de l'Indépendance, prés de 171 maisons closes étaient réparties sur tout le territoire national. Aujourd'hui, il ne reste que prés de 19 de ces maisons qui exercent en toute légalité et au sein desquelles les prostituées bénéficient d'un titre de congé, de la capacité de changer leur activité d'une Wilaya à une autre, ainsi que d'une prise en charge médicale. Précisons à ce sujet que ces maisons n'ont jamais été interdites officiellement par l'Etat Algérien. Bien au contraire, un décret officiel des années 60 autorise l'activité de ces maisons notamment prés des zones militaires. Il faut savoir que le reste des maisons de tolérance qui ont mis la clef sous le paillasson, ont été amenées à le faire pour des raisons sécuritaires propres à la décennie noire. Toutefois, ces maisons disposant d'un registre de commerce en bonne et due forme doivent subir un contrôle médical hebdomadaire chapeauté par le Centre de Salubrité Publique, structure sanitaire présente dans chaque wilaya, et un contrôle policier chaque semaine. Aussi, il est à signaler que chaque tenancière dispose d'un registre des résultats des contrôles médicaux et policiers opérés par les autorités publiques. Suite à cela, la tenancière doit remettre ce registre chaque semaine aux services des mœurs de la wilaya. Ces derniers ont pour mission de veiller au respect des normes en vigueur dans les maisons closes. Des lors, aucune prostituée, appelée légalement les travailleuses du sexe, n'a le droit de quitter la wilaya sans autorisation de ce service de mœurs. Toutes ces données nous confirment en dernier lieu que l'activité de la prostitution est régie en Algérie par une réglementation stricte. Et si la moindre infraction est commise par une « travailleuse du sexe », cette dernière se verrait sanctionner et expulser des maisons closes par les services des mœurs. Mais malheureusement, si cette réglementation est bel et bien respectée dans les maisons closes autorisées, dans les maisons clandestines qui échappent au moindre contrôle l'on pratique encore la prostitution sans aucune précaution.
S'il n'est pas permis d'ouvrir une maison de tolérance aujourd'hui, une dizaine de maisons closes, datant de l'époque coloniale, demeurent néanmoins légales dans notre pays. Il est à souligner, à ce sujet, qu'à la vielle de l'Indépendance, prés de 171 maisons closes étaient réparties sur tout le territoire national. Aujourd'hui, il ne reste que prés de 19 de ces maisons qui exercent en toute légalité et au sein desquelles les prostituées bénéficient d'un titre de congé, de la capacité de changer leur activité d'une Wilaya à une autre, ainsi que d'une prise en charge médicale. Précisons à ce sujet que ces maisons n'ont jamais été interdites officiellement par l'Etat Algérien. Bien au contraire, un décret officiel des années 60 autorise l'activité de ces maisons notamment prés des zones militaires. Il faut savoir que le reste des maisons de tolérance qui ont mis la clef sous le paillasson, ont été amenées à le faire pour des raisons sécuritaires propres à la décennie noire. Toutefois, ces maisons disposant d'un registre de commerce en bonne et due forme doivent subir un contrôle médical hebdomadaire chapeauté par le Centre de Salubrité Publique, structure sanitaire présente dans chaque wilaya, et un contrôle policier chaque semaine. Aussi, il est à signaler que chaque tenancière dispose d'un registre des résultats des contrôles médicaux et policiers opérés par les autorités publiques. Suite à cela, la tenancière doit remettre ce registre chaque semaine aux services des mœurs de la wilaya. Ces derniers ont pour mission de veiller au respect des normes en vigueur dans les maisons closes. Des lors, aucune prostituée, appelée légalement les travailleuses du sexe, n'a le droit de quitter la wilaya sans autorisation de ce service de mœurs. Toutes ces données nous confirment en dernier lieu que l'activité de la prostitution est régie en Algérie par une réglementation stricte. Et si la moindre infraction est commise par une « travailleuse du sexe », cette dernière se verrait sanctionner et expulser des maisons closes par les services des mœurs. Mais malheureusement, si cette réglementation est bel et bien respectée dans les maisons closes autorisées, dans les maisons clandestines qui échappent au moindre contrôle l'on pratique encore la prostitution sans aucune précaution.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.