Abdelmoumène Khalifa au box des accusés dans le procès d'El Khalifa ba    Ouverture du procès Khalifa Bank à Blida    Coopération algéro-cubaine : Un partenariat aux biotechnologies en perspective    Intervenir économiquement et non sur le plan sécuritaire    Affaire de l'autoroute est-ouest :Le verdict attendu jeudi prochain    En pleine baisse des cours du pétrole : Shell limite la baisse de ses bénéfices    Marché mondial des produits agricoles : Le cacao grimpe, le café se replie, le sucre se stabilise    Crise malienne : Le CPS réitère son appui à l'accord d'Alger    Afghanistan : Attentat-suicide taliban à Kaboul, au moins un mort    Verts d'Europe Soudani et le Dinamo sacrés champions    CAF C1 : AS Kaloum 1-1 USM Alger, l'USMA qualifiée à la phase de poules    Ligue 1 Mobilis: Madoui a expliqué sa démission par "une grosse fatigue"    Libye : Les garde-côtes arrêtent 500 migrants en partance vers l'Europe    Le FLN soutient Nadia Labidi    Human Rights Watch accuse Riyad d'utiliser des munitions à fragmentation    Plus de 100 djihadistes français tués à ce jour    Nouveau report du procès    Quelle crédibilité pour l'Algérie ?    Ooredoo présente ses offres et produits aux professionnels du BTPH    Un net recul des importations    Trois clubs algériens en poules : c'est historique !    « Le journalisme est pratiqué sans pression en Algérie »    Le phénomène banalisé    Des routes, des parkings et des gares prévus    Huit individus arrêtés à Alger    Nécessité de rappeler les exactions du colonisateur    Le ministre des Moudjahidine assiste à la projection du film Colonel Lotfi    Agenda culturel    Une baisse des températures sur les régions nord prévue à partir d'aujourd'hui    Le président du FCE rend hommage aux journalistes    Le ministre de la Santé salue les efforts de la corporation    DIRECTION DE L'ACTION SOCIALE DE MOSTAGANEM : 1000 cas de violence sur des femmes recensés    Match amical contre le Soudan le 18 mai    Le président Bouteflika s'entretient en tête-à-tête avec son homologue cubain    Edition de 150 nouveaux titres sur la révolution armée "avant le 1er novembre prochain"    Oran : exposition sur "L'Emir Abdelkader: un homme, un destin, un message"    Algérie:trois terroristes abattus par les forces de l'ANP à Ain Defla et Bouira    Lancement officiel du site web de l'APS en Tamazight    Ligue des champions: razzia des clubs algériens, les grosses cylindrées KO    Dialogue intermalien: le CPS de l'UA réitère son appui à l'Accord d'Alger    Le journalisme pratiqué sans pression en Algérie    En pleine menace jihadiste et guerre au Yémen    Accueil triomphal pour les Crabes    Libye:l'ONU demande l'aide du Soudan pour amener les parties en conflit à signer un projet d'accord    CAK-USMS non joué pour absence d'arbitres    Prévu en juin    Algérie:marche des correspondants locaux de presse de Bouira    EL-BAYADH: L'œuvre et la vie du Dr M'hamed Boukhobza revisitées    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

19 maisons closes légales en Algérie
Publié dans Le Midi Libre le 27 - 08 - 2008

S'il n'est pas permis d'ouvrir une maison de tolérance aujourd'hui, une dizaine de maisons closes, datant de l'époque coloniale, demeurent néanmoins légales dans notre pays. Il est à souligner, à ce sujet, qu'à la vielle de l'Indépendance, prés de 171 maisons closes étaient réparties sur tout le territoire national. Aujourd'hui, il ne reste que prés de 19 de ces maisons qui exercent en toute légalité et au sein desquelles les prostituées bénéficient d'un titre de congé, de la capacité de changer leur activité d'une Wilaya à une autre, ainsi que d'une prise en charge médicale. Précisons à ce sujet que ces maisons n'ont jamais été interdites officiellement par l'Etat Algérien. Bien au contraire, un décret officiel des années 60 autorise l'activité de ces maisons notamment prés des zones militaires. Il faut savoir que le reste des maisons de tolérance qui ont mis la clef sous le paillasson, ont été amenées à le faire pour des raisons sécuritaires propres à la décennie noire. Toutefois, ces maisons disposant d'un registre de commerce en bonne et due forme doivent subir un contrôle médical hebdomadaire chapeauté par le Centre de Salubrité Publique, structure sanitaire présente dans chaque wilaya, et un contrôle policier chaque semaine. Aussi, il est à signaler que chaque tenancière dispose d'un registre des résultats des contrôles médicaux et policiers opérés par les autorités publiques. Suite à cela, la tenancière doit remettre ce registre chaque semaine aux services des mœurs de la wilaya. Ces derniers ont pour mission de veiller au respect des normes en vigueur dans les maisons closes. Des lors, aucune prostituée, appelée légalement les travailleuses du sexe, n'a le droit de quitter la wilaya sans autorisation de ce service de mœurs. Toutes ces données nous confirment en dernier lieu que l'activité de la prostitution est régie en Algérie par une réglementation stricte. Et si la moindre infraction est commise par une « travailleuse du sexe », cette dernière se verrait sanctionner et expulser des maisons closes par les services des mœurs. Mais malheureusement, si cette réglementation est bel et bien respectée dans les maisons closes autorisées, dans les maisons clandestines qui échappent au moindre contrôle l'on pratique encore la prostitution sans aucune précaution.
S'il n'est pas permis d'ouvrir une maison de tolérance aujourd'hui, une dizaine de maisons closes, datant de l'époque coloniale, demeurent néanmoins légales dans notre pays. Il est à souligner, à ce sujet, qu'à la vielle de l'Indépendance, prés de 171 maisons closes étaient réparties sur tout le territoire national. Aujourd'hui, il ne reste que prés de 19 de ces maisons qui exercent en toute légalité et au sein desquelles les prostituées bénéficient d'un titre de congé, de la capacité de changer leur activité d'une Wilaya à une autre, ainsi que d'une prise en charge médicale. Précisons à ce sujet que ces maisons n'ont jamais été interdites officiellement par l'Etat Algérien. Bien au contraire, un décret officiel des années 60 autorise l'activité de ces maisons notamment prés des zones militaires. Il faut savoir que le reste des maisons de tolérance qui ont mis la clef sous le paillasson, ont été amenées à le faire pour des raisons sécuritaires propres à la décennie noire. Toutefois, ces maisons disposant d'un registre de commerce en bonne et due forme doivent subir un contrôle médical hebdomadaire chapeauté par le Centre de Salubrité Publique, structure sanitaire présente dans chaque wilaya, et un contrôle policier chaque semaine. Aussi, il est à signaler que chaque tenancière dispose d'un registre des résultats des contrôles médicaux et policiers opérés par les autorités publiques. Suite à cela, la tenancière doit remettre ce registre chaque semaine aux services des mœurs de la wilaya. Ces derniers ont pour mission de veiller au respect des normes en vigueur dans les maisons closes. Des lors, aucune prostituée, appelée légalement les travailleuses du sexe, n'a le droit de quitter la wilaya sans autorisation de ce service de mœurs. Toutes ces données nous confirment en dernier lieu que l'activité de la prostitution est régie en Algérie par une réglementation stricte. Et si la moindre infraction est commise par une « travailleuse du sexe », cette dernière se verrait sanctionner et expulser des maisons closes par les services des mœurs. Mais malheureusement, si cette réglementation est bel et bien respectée dans les maisons closes autorisées, dans les maisons clandestines qui échappent au moindre contrôle l'on pratique encore la prostitution sans aucune précaution.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.