Session extraordinaire du Parlement : Adoption de la loi portant révision constitutionnelle à une majorité écrasante    Tout a été tenté    Pétrole : Les géants du secteur s'enfoncent dans la crise    Bourses : Wall Street appréhende une nouvelle semaine à risque    Jijel : L'huile d'olive à la recherche d'un label    Test de missile Nord-Coréen : L'Onu dénonce une nouvelle provocation    "BREXIT": Cameron convainc Copenhague, Varsovie reste prudente    Sahara occidental : Quand la visite de Mohamed VI provoque Mohamed Abdelaziz    Premier league : Leicester est un si brillant leader    Tizi-Ouzou : Un concert contre le cancer, pour soutenir les enfants cancéreux    Avancées démocratiques irrévocables    Sellal prend part aux travaux    491 réfugiés nigériens conduits à Tamanrasset en prévision de leur rapatriement    Le quota du concessionnaire en fonction de sa part habituelle des importations globales    Près de 200 caméras de vidéosurveillance installées    Six refuges pour terroristes détruits    « Accélérer la coopération entre les deux capitales »    Symbole du combat commun des Algériens et des Tunisiens    SAHARA OCCIDENTAL OCCUPE : 4 jeunes condamnés lourdement par un tribunal marocain    TEBBOUNE REPOND FAVORABLEMENT A LA DEMANDE DU WALI : Un quota supplémentaire de 3000 logements pour Mostaganem    Oran : Arrestation du présumé assassin d'un jeune    Pas de grève des distributeurs ni d'augmentation du prix    Un fonds d'aide destiné aux jeunes innovateurs sera mis en place    «Hier, aujourd'hui et demain» de Yamina Chouikh projeté    Mohamed Mihoubi régale son public    L'Arabie Saoudite pourrait envoyer des troupes en Syrie    Régression de l'Algérie dans le classement international pour les libertés économiques    Hazard a demandé pardon à Mourinho    Classement buteurs : Zaâbia (MC Oran) seul en tête    L'Italienne Elisa Di Francisca remporte le trophée    Victoire de l'Algérie face au Mali    Pyongyang relance la guerre froide    Bouziane Benachour présente son dernier roman « Kamar ou le temps abrégé »    Bientôt un site électronique pour les artistes algériens    Pôle universitaire d'El-Hassania : 6000 places pédagogiques    Entretien avec Imache Mohamed : «L'histoire de mon père a été occultée»    Chelsea : Falcao écarté par Guus Hiddink    Les Verts à l'étranger / Passeur, buteur et homme du match face aux Citizens : Et si Mahrez devenait le premier Algérien champion d'Angleterre ?    Il touche déjà 26 pays et continue de se propager : Qui arrêtera le virus Zika ?    A quatre mois des examens : Les programmes seront-ils achevés ?    Juventus : Allegri évoque la piste Chelsea    Libye : pour Farhat Horchani, Daech ne constitue pas une menace directe pour la Tunisie    Le Syndicat de la magistrature veut des lois organiques    Le RND fait la promo de la révision constitutionnelle    Skikda : un terroriste arrêté à Boudoukha    L'opposition s'offre une tribune    Près de 500 recours introduits    ...Culture En Bref...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





19 maisons closes légales en Algérie
Publié dans Le Midi Libre le 27 - 08 - 2008

S'il n'est pas permis d'ouvrir une maison de tolérance aujourd'hui, une dizaine de maisons closes, datant de l'époque coloniale, demeurent néanmoins légales dans notre pays. Il est à souligner, à ce sujet, qu'à la vielle de l'Indépendance, prés de 171 maisons closes étaient réparties sur tout le territoire national. Aujourd'hui, il ne reste que prés de 19 de ces maisons qui exercent en toute légalité et au sein desquelles les prostituées bénéficient d'un titre de congé, de la capacité de changer leur activité d'une Wilaya à une autre, ainsi que d'une prise en charge médicale. Précisons à ce sujet que ces maisons n'ont jamais été interdites officiellement par l'Etat Algérien. Bien au contraire, un décret officiel des années 60 autorise l'activité de ces maisons notamment prés des zones militaires. Il faut savoir que le reste des maisons de tolérance qui ont mis la clef sous le paillasson, ont été amenées à le faire pour des raisons sécuritaires propres à la décennie noire. Toutefois, ces maisons disposant d'un registre de commerce en bonne et due forme doivent subir un contrôle médical hebdomadaire chapeauté par le Centre de Salubrité Publique, structure sanitaire présente dans chaque wilaya, et un contrôle policier chaque semaine. Aussi, il est à signaler que chaque tenancière dispose d'un registre des résultats des contrôles médicaux et policiers opérés par les autorités publiques. Suite à cela, la tenancière doit remettre ce registre chaque semaine aux services des mœurs de la wilaya. Ces derniers ont pour mission de veiller au respect des normes en vigueur dans les maisons closes. Des lors, aucune prostituée, appelée légalement les travailleuses du sexe, n'a le droit de quitter la wilaya sans autorisation de ce service de mœurs. Toutes ces données nous confirment en dernier lieu que l'activité de la prostitution est régie en Algérie par une réglementation stricte. Et si la moindre infraction est commise par une « travailleuse du sexe », cette dernière se verrait sanctionner et expulser des maisons closes par les services des mœurs. Mais malheureusement, si cette réglementation est bel et bien respectée dans les maisons closes autorisées, dans les maisons clandestines qui échappent au moindre contrôle l'on pratique encore la prostitution sans aucune précaution.
S'il n'est pas permis d'ouvrir une maison de tolérance aujourd'hui, une dizaine de maisons closes, datant de l'époque coloniale, demeurent néanmoins légales dans notre pays. Il est à souligner, à ce sujet, qu'à la vielle de l'Indépendance, prés de 171 maisons closes étaient réparties sur tout le territoire national. Aujourd'hui, il ne reste que prés de 19 de ces maisons qui exercent en toute légalité et au sein desquelles les prostituées bénéficient d'un titre de congé, de la capacité de changer leur activité d'une Wilaya à une autre, ainsi que d'une prise en charge médicale. Précisons à ce sujet que ces maisons n'ont jamais été interdites officiellement par l'Etat Algérien. Bien au contraire, un décret officiel des années 60 autorise l'activité de ces maisons notamment prés des zones militaires. Il faut savoir que le reste des maisons de tolérance qui ont mis la clef sous le paillasson, ont été amenées à le faire pour des raisons sécuritaires propres à la décennie noire. Toutefois, ces maisons disposant d'un registre de commerce en bonne et due forme doivent subir un contrôle médical hebdomadaire chapeauté par le Centre de Salubrité Publique, structure sanitaire présente dans chaque wilaya, et un contrôle policier chaque semaine. Aussi, il est à signaler que chaque tenancière dispose d'un registre des résultats des contrôles médicaux et policiers opérés par les autorités publiques. Suite à cela, la tenancière doit remettre ce registre chaque semaine aux services des mœurs de la wilaya. Ces derniers ont pour mission de veiller au respect des normes en vigueur dans les maisons closes. Des lors, aucune prostituée, appelée légalement les travailleuses du sexe, n'a le droit de quitter la wilaya sans autorisation de ce service de mœurs. Toutes ces données nous confirment en dernier lieu que l'activité de la prostitution est régie en Algérie par une réglementation stricte. Et si la moindre infraction est commise par une « travailleuse du sexe », cette dernière se verrait sanctionner et expulser des maisons closes par les services des mœurs. Mais malheureusement, si cette réglementation est bel et bien respectée dans les maisons closes autorisées, dans les maisons clandestines qui échappent au moindre contrôle l'on pratique encore la prostitution sans aucune précaution.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.