Football-Ligue 2 française : Idriss Saâdi en tête des meilleurs buteurs avec 11 réalisations    Palestine-résistance-commémoration    Hamrouche anime une conférence à Sidi Bel-Abbès    Football-sélection algérienne : Feghouli encourage Fékir à opter pour les "Verts"    Boxe : L'ancien champion du monde, Mohamed Ali, hospitalisé pour une pneumonie    MALGRE LES NOMBREUX PROJETS ANNONCES PAR LE GOUVERNEMENT : Un déficit de 3 millions de logements enregistré en Algérie    CHUTE DU COURS DES HYDROCARBURES : Les 20 mesures que je propose au gouvernement pour éviter les impacts négatifs de la crise de 1986    Le ministre saoudien du Pétrole "convaincu" que les cours vont remonter    L'Algérie, l'Espagne et la Chine ouvrent à Alger le 9e "Festivalgérie"    La fièvre hémorragique Ebola a fait 7.373 morts sur 19.031 cas de contaminations (bilan OMS)    FORTE SPECULATION SUR LE PRIX DU TABAC : Le prix du "Malboro" s'enflamme    Un séisme d'une magnitude de 3,3 secoue Hammam Melouane (Blida)    L'ANR rejette toute atteinte à la légitimité des institutions de l'Etat    Une présence marquée sur le terrain    Un trio en tête, l'ABM gagne enfin    Aoudia marque 8 minutes après son retour!    Le paradoxe!    Les portes de la conférence de consensus national ouvertes à toute la classe politique    La Tunisie à la veille d'élire son président    Les Suisses pour l'interdiction du port de la burqa (sondage)    Ooredoo remporte le prix du meilleur opérateur d'Afrique du Nord pour la cinquième fois    La fin du cauchemar?    L'émissaire chinois auprès de l'ONU appelle à définir des normes communes de lutte contre le terrorisme    Grand succès du film «Timbuktu» à Alger    Métiers en voie de disparition    Une septième étoile pour le Festival de Tamanrasset    BHL, gommez-vous!    Sept troupes présentes à Aïn Témouchent    Le groupe EI exécute 100 jihadistes    Le Losange offre le meilleur du camion    Une démarche algérienne    Les consommateurs n'ont pas suivi    19 morts et 48 blessés durant les dernières 48h    Une 15e transplantation rénale effectuée avec succès    Trois terroristes éliminés à Boumerdès (MDN)    Pakistan : L'armée contre-attaque après le carnage taliban    Mauritanie : 1er sommet du processus de Nouakchott sur la sécurité sous-régionale    Bourses : Les places européennes en légère baisse    Suisse : La BNS introduit des taux négatifs pour contrer la pression sur le franc    L'expérience turque au service de la Casbah    Mahmoud Abbas en visite d'Etat de 3 jours    L'ANR rejette toute atteinte à la légitimité des institutions    Une quatrième place jouable pour peu que...    La modernité contre les transhumances dans l'empire documentaire    «La Guinée Equatoriale sera prête dans les temps»    Kamel Daoud et nous autres, libres d'aller en enfer !    Les Douanes renforcent leur présence et utiliseront des équipements    Les entorses sont à prendre au sérieux pour éviter la dégradation    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

19 maisons closes légales en Algérie
Publié dans Le Midi Libre le 27 - 08 - 2008

S'il n'est pas permis d'ouvrir une maison de tolérance aujourd'hui, une dizaine de maisons closes, datant de l'époque coloniale, demeurent néanmoins légales dans notre pays. Il est à souligner, à ce sujet, qu'à la vielle de l'Indépendance, prés de 171 maisons closes étaient réparties sur tout le territoire national. Aujourd'hui, il ne reste que prés de 19 de ces maisons qui exercent en toute légalité et au sein desquelles les prostituées bénéficient d'un titre de congé, de la capacité de changer leur activité d'une Wilaya à une autre, ainsi que d'une prise en charge médicale. Précisons à ce sujet que ces maisons n'ont jamais été interdites officiellement par l'Etat Algérien. Bien au contraire, un décret officiel des années 60 autorise l'activité de ces maisons notamment prés des zones militaires. Il faut savoir que le reste des maisons de tolérance qui ont mis la clef sous le paillasson, ont été amenées à le faire pour des raisons sécuritaires propres à la décennie noire. Toutefois, ces maisons disposant d'un registre de commerce en bonne et due forme doivent subir un contrôle médical hebdomadaire chapeauté par le Centre de Salubrité Publique, structure sanitaire présente dans chaque wilaya, et un contrôle policier chaque semaine. Aussi, il est à signaler que chaque tenancière dispose d'un registre des résultats des contrôles médicaux et policiers opérés par les autorités publiques. Suite à cela, la tenancière doit remettre ce registre chaque semaine aux services des mœurs de la wilaya. Ces derniers ont pour mission de veiller au respect des normes en vigueur dans les maisons closes. Des lors, aucune prostituée, appelée légalement les travailleuses du sexe, n'a le droit de quitter la wilaya sans autorisation de ce service de mœurs. Toutes ces données nous confirment en dernier lieu que l'activité de la prostitution est régie en Algérie par une réglementation stricte. Et si la moindre infraction est commise par une « travailleuse du sexe », cette dernière se verrait sanctionner et expulser des maisons closes par les services des mœurs. Mais malheureusement, si cette réglementation est bel et bien respectée dans les maisons closes autorisées, dans les maisons clandestines qui échappent au moindre contrôle l'on pratique encore la prostitution sans aucune précaution.
S'il n'est pas permis d'ouvrir une maison de tolérance aujourd'hui, une dizaine de maisons closes, datant de l'époque coloniale, demeurent néanmoins légales dans notre pays. Il est à souligner, à ce sujet, qu'à la vielle de l'Indépendance, prés de 171 maisons closes étaient réparties sur tout le territoire national. Aujourd'hui, il ne reste que prés de 19 de ces maisons qui exercent en toute légalité et au sein desquelles les prostituées bénéficient d'un titre de congé, de la capacité de changer leur activité d'une Wilaya à une autre, ainsi que d'une prise en charge médicale. Précisons à ce sujet que ces maisons n'ont jamais été interdites officiellement par l'Etat Algérien. Bien au contraire, un décret officiel des années 60 autorise l'activité de ces maisons notamment prés des zones militaires. Il faut savoir que le reste des maisons de tolérance qui ont mis la clef sous le paillasson, ont été amenées à le faire pour des raisons sécuritaires propres à la décennie noire. Toutefois, ces maisons disposant d'un registre de commerce en bonne et due forme doivent subir un contrôle médical hebdomadaire chapeauté par le Centre de Salubrité Publique, structure sanitaire présente dans chaque wilaya, et un contrôle policier chaque semaine. Aussi, il est à signaler que chaque tenancière dispose d'un registre des résultats des contrôles médicaux et policiers opérés par les autorités publiques. Suite à cela, la tenancière doit remettre ce registre chaque semaine aux services des mœurs de la wilaya. Ces derniers ont pour mission de veiller au respect des normes en vigueur dans les maisons closes. Des lors, aucune prostituée, appelée légalement les travailleuses du sexe, n'a le droit de quitter la wilaya sans autorisation de ce service de mœurs. Toutes ces données nous confirment en dernier lieu que l'activité de la prostitution est régie en Algérie par une réglementation stricte. Et si la moindre infraction est commise par une « travailleuse du sexe », cette dernière se verrait sanctionner et expulser des maisons closes par les services des mœurs. Mais malheureusement, si cette réglementation est bel et bien respectée dans les maisons closes autorisées, dans les maisons clandestines qui échappent au moindre contrôle l'on pratique encore la prostitution sans aucune précaution.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.