Algérie:fermeture des marchés à bestiaux de Sétif après l'apparition d'un foyer de fièvre aphteuse    Algérie:poursuite des essais techniques du téléphérique Oued Koreiche-Bouzaréah    Les boîtes noires du vol AH5017 d'Air Algérie seront analysées par le BEA en France    La sévère expertise d'un commandant de bord : «Il y a une défaillance au niveau du commandement d'Air Algérie»    Tunisie:un plan pour assurer le retour des tunisiens de Libye    Une vingtaine de centrales photovoltaïques installées d'ici la fin de l'année (CDER)    RCD : Les événements de Ghardaïa et le crash de l'avion d'Air Algérie    Oh, impuissance quand tu nous tiens !    Depuis le début de l'agression israélienne : Plus de 1.000 morts à Ghaza    Permanences de l'Aïd : Près de 2.000 commerces réquisitionnés à l'Ouest    Un réservoir de 50.000 m3 inauguré    Ligue des champions d'Afrique : L'Entente proche du carré final    Equipe nationale : Soudani et Belfodil, deux atouts maîtres pour Gourcuff    Police-Gendarmerie : Un dispositif spécial pour l'Aïd    AIN TEMOUCHENT: Des habits pour 1.400 orphelins    Rush sur les marchés et hausse des prix: Une mercuriale fidèle à une veille de fête    Vol AH 5017 : Le PDG d'Air Algérie était à bord du MD-83 la veille de son crash    Maroc:grâce Royale au profit de 277 personnes à l'occasion de l'Aid Al-Fitr    La France demande à ses ressortissants de quitter la Libye    Olympique Lyonnais : Nabil Fékir n'a pas encore tranché sur son avenir international    Lundi, premier jour de Aïd El-fitr    L'Aïd El-Fitr a été fixé au lundi 28 juillet en Algérie    Les autres challenges de la FAF    14 morts et 67 blessés sur les routes du pays en une journée (Gendarmerie nationale)    Ibn 'Arafa Al-warghamî Une référence dans les fetwas au Maghreb    Football-Portugal : Brahimi choisit le numéro de maillot de... Madjer au FC Porto    LE DIRECTEUR DE LA SONATRACH, ABDELHAMID ZERGUINE, LIMOGE    DEUX POIDS DEUX MESURES !    Il a rompu avec ses éclipses post-présidentielles    Affaire d'écoutes illégales visant Erdogan    Match amical    Né dans le sillage de l'opposition à un 4e mandat pour Bouteflika    La production pharmaceutique nationale en est souvent victime    Elle a réuni 500 personnalités dans une conférence sur la transition    Le président Bouteflika présente ses condoléances aux chefs d'Etat des pays touchés par le crash    La police fête un événement historique....    Mohamed Assef et Indila à l'honneur    Dirigé par Amine Kouider, il présente «Schéhérazade»    Rassemblement propalestinien interdit: incidents et interpellations à Paris    Belaïli inscrit un doublé contre l'USMB    L'Etat n'a jamais cessé de d'œuvrer à recouvrer la sécurité et bannir la culture de la violence à Ghardaïa (Sellal)    Dialogue intermalien: les Etats-Unis félicitent l'Algérie suite à l'adoption d'une feuille de route    Sept entraîneurs étrangers en Ligue 1    "Nous sommes dans l'inhumain"    L'hommage au Sage    Un premier versement des redevances acquitté    Oran : Prochain recensement de sites archéologiques des communes côtières    Ouargla : Plusieurs actions pour la réhabilitation du musée saharien    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

19 maisons closes légales en Algérie
Publié dans Le Midi Libre le 27 - 08 - 2008

S'il n'est pas permis d'ouvrir une maison de tolérance aujourd'hui, une dizaine de maisons closes, datant de l'époque coloniale, demeurent néanmoins légales dans notre pays. Il est à souligner, à ce sujet, qu'à la vielle de l'Indépendance, prés de 171 maisons closes étaient réparties sur tout le territoire national. Aujourd'hui, il ne reste que prés de 19 de ces maisons qui exercent en toute légalité et au sein desquelles les prostituées bénéficient d'un titre de congé, de la capacité de changer leur activité d'une Wilaya à une autre, ainsi que d'une prise en charge médicale. Précisons à ce sujet que ces maisons n'ont jamais été interdites officiellement par l'Etat Algérien. Bien au contraire, un décret officiel des années 60 autorise l'activité de ces maisons notamment prés des zones militaires. Il faut savoir que le reste des maisons de tolérance qui ont mis la clef sous le paillasson, ont été amenées à le faire pour des raisons sécuritaires propres à la décennie noire. Toutefois, ces maisons disposant d'un registre de commerce en bonne et due forme doivent subir un contrôle médical hebdomadaire chapeauté par le Centre de Salubrité Publique, structure sanitaire présente dans chaque wilaya, et un contrôle policier chaque semaine. Aussi, il est à signaler que chaque tenancière dispose d'un registre des résultats des contrôles médicaux et policiers opérés par les autorités publiques. Suite à cela, la tenancière doit remettre ce registre chaque semaine aux services des mœurs de la wilaya. Ces derniers ont pour mission de veiller au respect des normes en vigueur dans les maisons closes. Des lors, aucune prostituée, appelée légalement les travailleuses du sexe, n'a le droit de quitter la wilaya sans autorisation de ce service de mœurs. Toutes ces données nous confirment en dernier lieu que l'activité de la prostitution est régie en Algérie par une réglementation stricte. Et si la moindre infraction est commise par une « travailleuse du sexe », cette dernière se verrait sanctionner et expulser des maisons closes par les services des mœurs. Mais malheureusement, si cette réglementation est bel et bien respectée dans les maisons closes autorisées, dans les maisons clandestines qui échappent au moindre contrôle l'on pratique encore la prostitution sans aucune précaution.
S'il n'est pas permis d'ouvrir une maison de tolérance aujourd'hui, une dizaine de maisons closes, datant de l'époque coloniale, demeurent néanmoins légales dans notre pays. Il est à souligner, à ce sujet, qu'à la vielle de l'Indépendance, prés de 171 maisons closes étaient réparties sur tout le territoire national. Aujourd'hui, il ne reste que prés de 19 de ces maisons qui exercent en toute légalité et au sein desquelles les prostituées bénéficient d'un titre de congé, de la capacité de changer leur activité d'une Wilaya à une autre, ainsi que d'une prise en charge médicale. Précisons à ce sujet que ces maisons n'ont jamais été interdites officiellement par l'Etat Algérien. Bien au contraire, un décret officiel des années 60 autorise l'activité de ces maisons notamment prés des zones militaires. Il faut savoir que le reste des maisons de tolérance qui ont mis la clef sous le paillasson, ont été amenées à le faire pour des raisons sécuritaires propres à la décennie noire. Toutefois, ces maisons disposant d'un registre de commerce en bonne et due forme doivent subir un contrôle médical hebdomadaire chapeauté par le Centre de Salubrité Publique, structure sanitaire présente dans chaque wilaya, et un contrôle policier chaque semaine. Aussi, il est à signaler que chaque tenancière dispose d'un registre des résultats des contrôles médicaux et policiers opérés par les autorités publiques. Suite à cela, la tenancière doit remettre ce registre chaque semaine aux services des mœurs de la wilaya. Ces derniers ont pour mission de veiller au respect des normes en vigueur dans les maisons closes. Des lors, aucune prostituée, appelée légalement les travailleuses du sexe, n'a le droit de quitter la wilaya sans autorisation de ce service de mœurs. Toutes ces données nous confirment en dernier lieu que l'activité de la prostitution est régie en Algérie par une réglementation stricte. Et si la moindre infraction est commise par une « travailleuse du sexe », cette dernière se verrait sanctionner et expulser des maisons closes par les services des mœurs. Mais malheureusement, si cette réglementation est bel et bien respectée dans les maisons closes autorisées, dans les maisons clandestines qui échappent au moindre contrôle l'on pratique encore la prostitution sans aucune précaution.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.