Belaïz souligne la nécessité d'associer le citoyen à la gestion des affaires de sa commune    L'Algérie traite "humainement" le dossier des déplacés (Belaïz)    Le gouvernement "a satisfait" à toutes les revendications socioprofessionnelles de la police (Belaïz)    Dialogue intermalien: les parties maliennes appelées à "demeurer engagées de bonne foi" dans le processus d'Alger    Dialogue intermalien : nous avons pu élargir le cercle d'entente entre les parties maliennes (Lamamra)    Une délégation de l'APN réitère le soutien de l'Algérie au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    L'entreprise Dubai Port Algérie: poursuite de la grève en protestation contre la décision de licenciement de 12 travailleurs    Autoroute est-ouest : le coût global du projet estimé à 13 milliards de dollars (ministre)    FCE: préserver les intérêts de l'entreprise et promouvoir le secteur privé (Haddad)    Le chanteur Ali Amrane, la star du folk-Rock kabyle, enflamme la scène à Tizi Ouzou    Décès du musicien Rahou Boutlelis, membre de la troupe d'Ahmed Wahby,    Oran : état des lieux du Palais du bey et de la mosquée Pacha    Don d'organes: le consentement explicite du citoyen doit être formulé clairement (association)    Secousse tellurique de 3,6 enregistrée dans la wilaya de Blida (CRAAG)    Mise en place prochaine d'un réseau régional des maladies obligatoirement déclarées    Zahra DZ, une nouvelle chaîne dédiée aux films et séries arabes    Le pétrole chute de plus de 5 dollars à Londres et à New York    Ebola: près de 5.700 personnes mortes de l'épidémie (OMS)    Pluie orageuse sur la Saoura le week-end et passage pluvieux au Nord dès lundi    L'Algérie signe une convention avec la BM    La FIDH appelle au boycott    Ligue Europa : 13 clubs déjà qualifiés, 4 algériens toujours en course    Préparation à la CAN-2015 : Tunisie-Algérie en amical, le 10 ou 11 janvier    «Le body building est un sport très populaire»    Dr Meriem Bouzid Sababou. Anthropologue et directrice de recherche au niveau du CNRPAH    L'espace urbain, terrain d'affrontement entre francophones et arabophones    Saadani règle ses comptes    Tayeb Louh répond au juge français    Burkina Faso: l'Assemblée intérimaire tient sa première session    Un des assassins d'Hervé Gourdel abattu par l'ANP    Un test crucial pour l'OPEP    Batna : Entrée interdite à l'université Hadj Lakhdar    Des cadres ministériels en pompiers    Plaidoyer pour le retour au régime alimentaire méditerranéen    Les enjeux de sécurité régionale au coeur de la visite    "Ce que met la FAF à notre disposition est exceptionnel"    Brahimi en 8es de finale et Slimani encore buteur    "Le siège du président est occupé jusqu'en 2019"    6000 fonctionnaires seront formés    Le gnaoui, le gruge et le flamenco    "L'Algérie est le pays des diplomates chevronnés"    Ligue des champions : Manchester City-Bayern Munich (3-2)    Amara Benyounès : "Ils ont une relation schizophrénique avec le Président"    Aménagement des parcs industriels : Sélection prochaine des bureaux d'études    Pari ou péril jeunes    Challenge international de Nice (lutte libre): la sélection algérienne    Berraf : «Le COA donnera toutes les garanties en cas de retour au pays    Le manque de structures empêche des artistes en herbe d'éclore    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

19 maisons closes légales en Algérie
Publié dans Le Midi Libre le 27 - 08 - 2008

S'il n'est pas permis d'ouvrir une maison de tolérance aujourd'hui, une dizaine de maisons closes, datant de l'époque coloniale, demeurent néanmoins légales dans notre pays. Il est à souligner, à ce sujet, qu'à la vielle de l'Indépendance, prés de 171 maisons closes étaient réparties sur tout le territoire national. Aujourd'hui, il ne reste que prés de 19 de ces maisons qui exercent en toute légalité et au sein desquelles les prostituées bénéficient d'un titre de congé, de la capacité de changer leur activité d'une Wilaya à une autre, ainsi que d'une prise en charge médicale. Précisons à ce sujet que ces maisons n'ont jamais été interdites officiellement par l'Etat Algérien. Bien au contraire, un décret officiel des années 60 autorise l'activité de ces maisons notamment prés des zones militaires. Il faut savoir que le reste des maisons de tolérance qui ont mis la clef sous le paillasson, ont été amenées à le faire pour des raisons sécuritaires propres à la décennie noire. Toutefois, ces maisons disposant d'un registre de commerce en bonne et due forme doivent subir un contrôle médical hebdomadaire chapeauté par le Centre de Salubrité Publique, structure sanitaire présente dans chaque wilaya, et un contrôle policier chaque semaine. Aussi, il est à signaler que chaque tenancière dispose d'un registre des résultats des contrôles médicaux et policiers opérés par les autorités publiques. Suite à cela, la tenancière doit remettre ce registre chaque semaine aux services des mœurs de la wilaya. Ces derniers ont pour mission de veiller au respect des normes en vigueur dans les maisons closes. Des lors, aucune prostituée, appelée légalement les travailleuses du sexe, n'a le droit de quitter la wilaya sans autorisation de ce service de mœurs. Toutes ces données nous confirment en dernier lieu que l'activité de la prostitution est régie en Algérie par une réglementation stricte. Et si la moindre infraction est commise par une « travailleuse du sexe », cette dernière se verrait sanctionner et expulser des maisons closes par les services des mœurs. Mais malheureusement, si cette réglementation est bel et bien respectée dans les maisons closes autorisées, dans les maisons clandestines qui échappent au moindre contrôle l'on pratique encore la prostitution sans aucune précaution.
S'il n'est pas permis d'ouvrir une maison de tolérance aujourd'hui, une dizaine de maisons closes, datant de l'époque coloniale, demeurent néanmoins légales dans notre pays. Il est à souligner, à ce sujet, qu'à la vielle de l'Indépendance, prés de 171 maisons closes étaient réparties sur tout le territoire national. Aujourd'hui, il ne reste que prés de 19 de ces maisons qui exercent en toute légalité et au sein desquelles les prostituées bénéficient d'un titre de congé, de la capacité de changer leur activité d'une Wilaya à une autre, ainsi que d'une prise en charge médicale. Précisons à ce sujet que ces maisons n'ont jamais été interdites officiellement par l'Etat Algérien. Bien au contraire, un décret officiel des années 60 autorise l'activité de ces maisons notamment prés des zones militaires. Il faut savoir que le reste des maisons de tolérance qui ont mis la clef sous le paillasson, ont été amenées à le faire pour des raisons sécuritaires propres à la décennie noire. Toutefois, ces maisons disposant d'un registre de commerce en bonne et due forme doivent subir un contrôle médical hebdomadaire chapeauté par le Centre de Salubrité Publique, structure sanitaire présente dans chaque wilaya, et un contrôle policier chaque semaine. Aussi, il est à signaler que chaque tenancière dispose d'un registre des résultats des contrôles médicaux et policiers opérés par les autorités publiques. Suite à cela, la tenancière doit remettre ce registre chaque semaine aux services des mœurs de la wilaya. Ces derniers ont pour mission de veiller au respect des normes en vigueur dans les maisons closes. Des lors, aucune prostituée, appelée légalement les travailleuses du sexe, n'a le droit de quitter la wilaya sans autorisation de ce service de mœurs. Toutes ces données nous confirment en dernier lieu que l'activité de la prostitution est régie en Algérie par une réglementation stricte. Et si la moindre infraction est commise par une « travailleuse du sexe », cette dernière se verrait sanctionner et expulser des maisons closes par les services des mœurs. Mais malheureusement, si cette réglementation est bel et bien respectée dans les maisons closes autorisées, dans les maisons clandestines qui échappent au moindre contrôle l'on pratique encore la prostitution sans aucune précaution.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.