Aucune liste APW n'a été déposée    La reconduction de l'accord Opep/non-Opep au-delà de mars 2018 débattue vendredi à Vienne    Les huit solutions face aux tensions budgétaires de l'économie algérienne    Nouvelles manifestations indépendantistes à Barcelone    200 000 personnes de 30 pays ont marché pour la paix    L'Afrique du Sud et la Namibie réitèrent leur soutien à la lutte du peuple sahraoui    Algérie Télécom, sponsor exclusif du Rallye Challenge Sahari International    Mort «inquiétante» de mérous sur les côtes de la corniche    Un jeune homme chute d'une habitation    Fin de la caravane culturelle    Portrait d'un compositeur universel (I)    Dix bulles...et ça continue !    Messahel sur les chapeaux de roue    La Russie accuse l'UE de "politiser" la reconstruction    Le Bangladesh demande des zones de sécurité    Un apprentissage trop coûteux    Les deux Manchester au coude à coude    Abeid reprend l'entraînement    Le Collège technique national aujourd'hui à Alger    A la recherche du lobby    Nous serons 65 millions en 2050    Contestation à Aïn Bessem    Les citoyens ont perdu plus de deux milliards de centimes    La rue envahie par les bouteilles faute de collecte    RATISSAGE à ERRICH    Ouyahia tance l'opposition    Plus de voix que la majorité pour le plan Ouyahia    Le "révolté" de la chanson auressienne    Le cinéma algérien entre le film de Moussaoui et El Hannachia    Mégaconcert à Oran en hommage à cheb Hasni    La gynécologue risque deux années de prison    17 morts et 5 blessés    9 contrebandiers et 217 migrants clandestins interceptés    MCA -USMA domicilié au stade du 5-Juillet    L'aéroport d'istanbul fermé    Les directives du DGSN    Ouyahia tacle l'opposition    Plaidoyer pour "une stratégie d'action"    Macron souligne à l'Onu la nécessité de mettre en oeuvre l'accord d'Alger    Disparition de Rachid Saouli    La Fédération mondiale sollicite l'appui de l'Algérie    La réconciliation nationale a préservé les institutions de l'Etat et l'unité nationale    Chelsea : Diego Costa fait passer un message à... Antonio Conte !    «Nous vivons l'enfer, il n'y a pas d'argent»    Carnet politique 12    Conciliation travail-famille : Le mode d'emploi de Lamia Boudoudou, présidente du Ladies Business Club    Ligue 2 Mobilis : Le programme de la 4ème journée    Algérie: Le russe Lukoil intéressé par les projets de développement de champs pétroliers    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





19 maisons closes légales en Algérie
Publié dans Le Midi Libre le 27 - 08 - 2008

S'il n'est pas permis d'ouvrir une maison de tolérance aujourd'hui, une dizaine de maisons closes, datant de l'époque coloniale, demeurent néanmoins légales dans notre pays. Il est à souligner, à ce sujet, qu'à la vielle de l'Indépendance, prés de 171 maisons closes étaient réparties sur tout le territoire national. Aujourd'hui, il ne reste que prés de 19 de ces maisons qui exercent en toute légalité et au sein desquelles les prostituées bénéficient d'un titre de congé, de la capacité de changer leur activité d'une Wilaya à une autre, ainsi que d'une prise en charge médicale. Précisons à ce sujet que ces maisons n'ont jamais été interdites officiellement par l'Etat Algérien. Bien au contraire, un décret officiel des années 60 autorise l'activité de ces maisons notamment prés des zones militaires. Il faut savoir que le reste des maisons de tolérance qui ont mis la clef sous le paillasson, ont été amenées à le faire pour des raisons sécuritaires propres à la décennie noire. Toutefois, ces maisons disposant d'un registre de commerce en bonne et due forme doivent subir un contrôle médical hebdomadaire chapeauté par le Centre de Salubrité Publique, structure sanitaire présente dans chaque wilaya, et un contrôle policier chaque semaine. Aussi, il est à signaler que chaque tenancière dispose d'un registre des résultats des contrôles médicaux et policiers opérés par les autorités publiques. Suite à cela, la tenancière doit remettre ce registre chaque semaine aux services des mœurs de la wilaya. Ces derniers ont pour mission de veiller au respect des normes en vigueur dans les maisons closes. Des lors, aucune prostituée, appelée légalement les travailleuses du sexe, n'a le droit de quitter la wilaya sans autorisation de ce service de mœurs. Toutes ces données nous confirment en dernier lieu que l'activité de la prostitution est régie en Algérie par une réglementation stricte. Et si la moindre infraction est commise par une « travailleuse du sexe », cette dernière se verrait sanctionner et expulser des maisons closes par les services des mœurs. Mais malheureusement, si cette réglementation est bel et bien respectée dans les maisons closes autorisées, dans les maisons clandestines qui échappent au moindre contrôle l'on pratique encore la prostitution sans aucune précaution.
S'il n'est pas permis d'ouvrir une maison de tolérance aujourd'hui, une dizaine de maisons closes, datant de l'époque coloniale, demeurent néanmoins légales dans notre pays. Il est à souligner, à ce sujet, qu'à la vielle de l'Indépendance, prés de 171 maisons closes étaient réparties sur tout le territoire national. Aujourd'hui, il ne reste que prés de 19 de ces maisons qui exercent en toute légalité et au sein desquelles les prostituées bénéficient d'un titre de congé, de la capacité de changer leur activité d'une Wilaya à une autre, ainsi que d'une prise en charge médicale. Précisons à ce sujet que ces maisons n'ont jamais été interdites officiellement par l'Etat Algérien. Bien au contraire, un décret officiel des années 60 autorise l'activité de ces maisons notamment prés des zones militaires. Il faut savoir que le reste des maisons de tolérance qui ont mis la clef sous le paillasson, ont été amenées à le faire pour des raisons sécuritaires propres à la décennie noire. Toutefois, ces maisons disposant d'un registre de commerce en bonne et due forme doivent subir un contrôle médical hebdomadaire chapeauté par le Centre de Salubrité Publique, structure sanitaire présente dans chaque wilaya, et un contrôle policier chaque semaine. Aussi, il est à signaler que chaque tenancière dispose d'un registre des résultats des contrôles médicaux et policiers opérés par les autorités publiques. Suite à cela, la tenancière doit remettre ce registre chaque semaine aux services des mœurs de la wilaya. Ces derniers ont pour mission de veiller au respect des normes en vigueur dans les maisons closes. Des lors, aucune prostituée, appelée légalement les travailleuses du sexe, n'a le droit de quitter la wilaya sans autorisation de ce service de mœurs. Toutes ces données nous confirment en dernier lieu que l'activité de la prostitution est régie en Algérie par une réglementation stricte. Et si la moindre infraction est commise par une « travailleuse du sexe », cette dernière se verrait sanctionner et expulser des maisons closes par les services des mœurs. Mais malheureusement, si cette réglementation est bel et bien respectée dans les maisons closes autorisées, dans les maisons clandestines qui échappent au moindre contrôle l'on pratique encore la prostitution sans aucune précaution.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.