Irak : L'armée est entrée à Fallouja    Mali : Nouvelle attaque contre des Casques bleus    en bref...    EN / En prévision de leur match face aux Seychelles : Des Verts new look face aux Pirates    Résultats du bac : Benghebrit optimiste    La maladie les oblige à vivre en marge de la société : «Les enfants de la lune» cherchent une place au soleil    en bref...    "Il faut se mobiliser contre l'oligarchisation du pouvoir"    Les "campeones" du Real présentent leur coupe aux Madrilènes    JSK : retour vers le podium !    Vie des clubs / ASO - les choses sérieuses commencent : Slimani très proche d'un retour à Chlef    Rassemblement de soutien au député du PT Djelloul Djoudi à Sétif    Le Conseil de la concurrence propose de revoir son mode de fonctionnement    L'Algérie appelle à la conjugaison des efforts    Médéa sous le choc    Violent incendie au port de Sidi-Fredj    Des résidents bloquent le boulevard de la Soummam    Le 1er prix décerné au groupe Tajmaât de Tizi Ouzou    Exportations hors hydrocarbures    Kiosque arabe    Basket-ball    Athlétisme :    Handball    UN COLLOQUE LUI A ÉTÉ CONSACRÉ RÉCEMMENT À L’INPED DE BOUMERDÈS    Exposition au Musée des beaux-Arts d’Alger    Le pétrole à la baisse en Asie    Afghanistan: onze policiers tués à un poste de contrôle    Kiev cherche à s'approvisionner en énergie auprès de l'Iran    Le Nigeria veut mettre fin au vandalisme contre les installations pétrolières    Conférence débat,Journée Mondiale de l'environnement    Sellal l'a réitéré hier à Tizi Ouzou: «L'ère du pétrole est révolue»    Tighennif: 400 foyers raccordés au gaz de ville et un siège de mairie inauguré    Plus de 4.500 familles bénéficiaires: 11 millions de dinars pour le couffin de Ramadhan à Es Senia    Constantine - Factures d'électricité impayées: Des créances de 59 milliards de centimes et un ultimatum    Basketball - Superdivision A: Le GS Pétroliers prolonge son hégémonie    Souk Ahras: Deux nouvelles unités de production de béton    Banal, vous avez dit banal !    Afin de rechercher les boîtes noires de l'A320 : L'Egypte fait appel à une société française    Ne pas diaboliser l'opposition    La Tunisie envisage un service militaire féminin    Le SG de l'Agence nationale de promotion des exportations : Constitution d'une cellule de suivi chargée d'aplanir les contraintes bureaucratiques    Relations algéro-chinoises : Renforcement de la coopération dans les domaines industriel et minier    Dépasser léthargie et inertie    Le Parlement doit presser le pas    Décès de Chawki Mostefaï    Le journaliste Mohamed Salah Benhamouda n'est plus    Quatre leçons de vie d'écrivains sur les mères, validées par la science    Emission de trois timbres-poste    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





19 maisons closes légales en Algérie
Publié dans Le Midi Libre le 27 - 08 - 2008

S'il n'est pas permis d'ouvrir une maison de tolérance aujourd'hui, une dizaine de maisons closes, datant de l'époque coloniale, demeurent néanmoins légales dans notre pays. Il est à souligner, à ce sujet, qu'à la vielle de l'Indépendance, prés de 171 maisons closes étaient réparties sur tout le territoire national. Aujourd'hui, il ne reste que prés de 19 de ces maisons qui exercent en toute légalité et au sein desquelles les prostituées bénéficient d'un titre de congé, de la capacité de changer leur activité d'une Wilaya à une autre, ainsi que d'une prise en charge médicale. Précisons à ce sujet que ces maisons n'ont jamais été interdites officiellement par l'Etat Algérien. Bien au contraire, un décret officiel des années 60 autorise l'activité de ces maisons notamment prés des zones militaires. Il faut savoir que le reste des maisons de tolérance qui ont mis la clef sous le paillasson, ont été amenées à le faire pour des raisons sécuritaires propres à la décennie noire. Toutefois, ces maisons disposant d'un registre de commerce en bonne et due forme doivent subir un contrôle médical hebdomadaire chapeauté par le Centre de Salubrité Publique, structure sanitaire présente dans chaque wilaya, et un contrôle policier chaque semaine. Aussi, il est à signaler que chaque tenancière dispose d'un registre des résultats des contrôles médicaux et policiers opérés par les autorités publiques. Suite à cela, la tenancière doit remettre ce registre chaque semaine aux services des mœurs de la wilaya. Ces derniers ont pour mission de veiller au respect des normes en vigueur dans les maisons closes. Des lors, aucune prostituée, appelée légalement les travailleuses du sexe, n'a le droit de quitter la wilaya sans autorisation de ce service de mœurs. Toutes ces données nous confirment en dernier lieu que l'activité de la prostitution est régie en Algérie par une réglementation stricte. Et si la moindre infraction est commise par une « travailleuse du sexe », cette dernière se verrait sanctionner et expulser des maisons closes par les services des mœurs. Mais malheureusement, si cette réglementation est bel et bien respectée dans les maisons closes autorisées, dans les maisons clandestines qui échappent au moindre contrôle l'on pratique encore la prostitution sans aucune précaution.
S'il n'est pas permis d'ouvrir une maison de tolérance aujourd'hui, une dizaine de maisons closes, datant de l'époque coloniale, demeurent néanmoins légales dans notre pays. Il est à souligner, à ce sujet, qu'à la vielle de l'Indépendance, prés de 171 maisons closes étaient réparties sur tout le territoire national. Aujourd'hui, il ne reste que prés de 19 de ces maisons qui exercent en toute légalité et au sein desquelles les prostituées bénéficient d'un titre de congé, de la capacité de changer leur activité d'une Wilaya à une autre, ainsi que d'une prise en charge médicale. Précisons à ce sujet que ces maisons n'ont jamais été interdites officiellement par l'Etat Algérien. Bien au contraire, un décret officiel des années 60 autorise l'activité de ces maisons notamment prés des zones militaires. Il faut savoir que le reste des maisons de tolérance qui ont mis la clef sous le paillasson, ont été amenées à le faire pour des raisons sécuritaires propres à la décennie noire. Toutefois, ces maisons disposant d'un registre de commerce en bonne et due forme doivent subir un contrôle médical hebdomadaire chapeauté par le Centre de Salubrité Publique, structure sanitaire présente dans chaque wilaya, et un contrôle policier chaque semaine. Aussi, il est à signaler que chaque tenancière dispose d'un registre des résultats des contrôles médicaux et policiers opérés par les autorités publiques. Suite à cela, la tenancière doit remettre ce registre chaque semaine aux services des mœurs de la wilaya. Ces derniers ont pour mission de veiller au respect des normes en vigueur dans les maisons closes. Des lors, aucune prostituée, appelée légalement les travailleuses du sexe, n'a le droit de quitter la wilaya sans autorisation de ce service de mœurs. Toutes ces données nous confirment en dernier lieu que l'activité de la prostitution est régie en Algérie par une réglementation stricte. Et si la moindre infraction est commise par une « travailleuse du sexe », cette dernière se verrait sanctionner et expulser des maisons closes par les services des mœurs. Mais malheureusement, si cette réglementation est bel et bien respectée dans les maisons closes autorisées, dans les maisons clandestines qui échappent au moindre contrôle l'on pratique encore la prostitution sans aucune précaution.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.