Organisation de la CAN-2017 : le vote aura lieu au premier trimestre 2015 (CAF)    Les jihadistes de l'EI appellent à tuer des citoyens des pays de la coalition    Le président Bouteflika: le partenariat et la concertation algéro-maliens favoriseront le succès du dialogue inter-malien    L'abondance de l'offre continue de peser sur les cours du pétrole    Sétif : démantèlement d'une bande de malfaiteurs spécialisés dans le vol de véhicules (sûreté de wilaya)    Algérie:160.000 stagiaires aux cycles de la formation professionnelle inscrits pour l'année 2014-2015    L'ONU appuie l'Algérie dans son rôle de médiation pour la paix en Libye et au Mali    Espagne: le Barça flambe, Messi le buteur se fait passeur    Championnat du Portugal (J 5) : deuxième but de la saison pour Slimani, Brahimi et Porto accrochés    Un chef terroriste éliminé dans la région de Tizi-Ouzou (MDN)    Bouchouareb reçoit une délégation française du groupe parlementaire d'amitié "France-Algérie"    D'importantes chutes de pluies enregistrées à Tindouf    Chambre algérienne de commerce et d'industrie    Miloud Chorfi à la tête de l'ARAV    Priorité à l'allégeance    L'Instance de consultation et de suivi vue par le Pôle DES FORCES du changement    Tunisie:Le collectif JID lance la plate-forme «Ikhtiar tounes» pour aider les électeurs à faire le bon choix    Algérie:8e Salon international du véhicule industriel et utilitaire du 24 au 29 septembre à Alger    Plus de 1.250 commerces fermés dans la seule commune d'Alger-centre (maire)    Le RND restructure sa base    Industrie automobile ; La première Symbol «algérienne» sortira le 10 novembre    15 jours pour achever les études du métro et de l'extension du tram : Le coup de gueule de Amar Ghoul    Football - Ligue 1 : Fin de série pour l'USMA    Commémoration : Il y a 20 ans, le Pr. Fardeheb était assassiné    Colonisation : Les Sahraouis accusent les Nations unies de complicité    Benflis dévoile sa démarche et celle du pôle du changement    Mokri, la révolution et la politique    Mouton de l'Aïd : La fièvre aphteuse plane toujours sur les marchés    Relizane : Les habitants de Merainia réclament le transport scolaire    Alger : L'assassin d'une femme à Baba Hassen arrêté    Hommage à Sidi Mohamed Dib    Ouverture en fanfare avec l'Américain Eric Sardinas    Reprise des négociations indirectes cette semaine    Les Kurdes de Syrie fuient en Turquie    Messahel représentera Bouteflika    Des pseudos supporters enfoncent l'ESS!    26 joueurs malawites en stage    Plus d'une dizaine de troupes au menu    Un séisme de 3.6 à Alger    Jeux vidéo : Disney Infinity se relance avec les héros de Marvel    Les Verts en stage à partir d'aujourd'hui à Sidi Moussa    Un supporter du RC Arbâa décède d'un arrêt cardiaque    Dispositif d'aide à l'insertion professionnelle : Titularisation de 36.000 bénéficiaires    G20 : Il faut plus d'efforts pour davantage de croissance    La place tokyoïte finit à son plus haut niveau depuis novembre 2007    Benjamin Stora, pour donner un nouvel élan    Aménagement de locaux pour activités culturelles à Ali-Mendjeli    Résidence universitaire : Belgaïd à Oran 56 étudiantes hospitalisées pour intoxication alimentaire...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

19 maisons closes légales en Algérie
Publié dans Le Midi Libre le 27 - 08 - 2008

S'il n'est pas permis d'ouvrir une maison de tolérance aujourd'hui, une dizaine de maisons closes, datant de l'époque coloniale, demeurent néanmoins légales dans notre pays. Il est à souligner, à ce sujet, qu'à la vielle de l'Indépendance, prés de 171 maisons closes étaient réparties sur tout le territoire national. Aujourd'hui, il ne reste que prés de 19 de ces maisons qui exercent en toute légalité et au sein desquelles les prostituées bénéficient d'un titre de congé, de la capacité de changer leur activité d'une Wilaya à une autre, ainsi que d'une prise en charge médicale. Précisons à ce sujet que ces maisons n'ont jamais été interdites officiellement par l'Etat Algérien. Bien au contraire, un décret officiel des années 60 autorise l'activité de ces maisons notamment prés des zones militaires. Il faut savoir que le reste des maisons de tolérance qui ont mis la clef sous le paillasson, ont été amenées à le faire pour des raisons sécuritaires propres à la décennie noire. Toutefois, ces maisons disposant d'un registre de commerce en bonne et due forme doivent subir un contrôle médical hebdomadaire chapeauté par le Centre de Salubrité Publique, structure sanitaire présente dans chaque wilaya, et un contrôle policier chaque semaine. Aussi, il est à signaler que chaque tenancière dispose d'un registre des résultats des contrôles médicaux et policiers opérés par les autorités publiques. Suite à cela, la tenancière doit remettre ce registre chaque semaine aux services des mœurs de la wilaya. Ces derniers ont pour mission de veiller au respect des normes en vigueur dans les maisons closes. Des lors, aucune prostituée, appelée légalement les travailleuses du sexe, n'a le droit de quitter la wilaya sans autorisation de ce service de mœurs. Toutes ces données nous confirment en dernier lieu que l'activité de la prostitution est régie en Algérie par une réglementation stricte. Et si la moindre infraction est commise par une « travailleuse du sexe », cette dernière se verrait sanctionner et expulser des maisons closes par les services des mœurs. Mais malheureusement, si cette réglementation est bel et bien respectée dans les maisons closes autorisées, dans les maisons clandestines qui échappent au moindre contrôle l'on pratique encore la prostitution sans aucune précaution.
S'il n'est pas permis d'ouvrir une maison de tolérance aujourd'hui, une dizaine de maisons closes, datant de l'époque coloniale, demeurent néanmoins légales dans notre pays. Il est à souligner, à ce sujet, qu'à la vielle de l'Indépendance, prés de 171 maisons closes étaient réparties sur tout le territoire national. Aujourd'hui, il ne reste que prés de 19 de ces maisons qui exercent en toute légalité et au sein desquelles les prostituées bénéficient d'un titre de congé, de la capacité de changer leur activité d'une Wilaya à une autre, ainsi que d'une prise en charge médicale. Précisons à ce sujet que ces maisons n'ont jamais été interdites officiellement par l'Etat Algérien. Bien au contraire, un décret officiel des années 60 autorise l'activité de ces maisons notamment prés des zones militaires. Il faut savoir que le reste des maisons de tolérance qui ont mis la clef sous le paillasson, ont été amenées à le faire pour des raisons sécuritaires propres à la décennie noire. Toutefois, ces maisons disposant d'un registre de commerce en bonne et due forme doivent subir un contrôle médical hebdomadaire chapeauté par le Centre de Salubrité Publique, structure sanitaire présente dans chaque wilaya, et un contrôle policier chaque semaine. Aussi, il est à signaler que chaque tenancière dispose d'un registre des résultats des contrôles médicaux et policiers opérés par les autorités publiques. Suite à cela, la tenancière doit remettre ce registre chaque semaine aux services des mœurs de la wilaya. Ces derniers ont pour mission de veiller au respect des normes en vigueur dans les maisons closes. Des lors, aucune prostituée, appelée légalement les travailleuses du sexe, n'a le droit de quitter la wilaya sans autorisation de ce service de mœurs. Toutes ces données nous confirment en dernier lieu que l'activité de la prostitution est régie en Algérie par une réglementation stricte. Et si la moindre infraction est commise par une « travailleuse du sexe », cette dernière se verrait sanctionner et expulser des maisons closes par les services des mœurs. Mais malheureusement, si cette réglementation est bel et bien respectée dans les maisons closes autorisées, dans les maisons clandestines qui échappent au moindre contrôle l'on pratique encore la prostitution sans aucune précaution.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.