Chlef    Salon de l'automobile, je profite des réductions ou j'achète occasion ?    23 suspects arrêtés après l'attentat du Bardo    Le Yémen en état de guerre avec l'intervention de la coalition militai    Le MAE Lamamra réaffirme à partie de Charm el Cheikh : Aucune intervention militaire en dehors du territoire algérien    Le président malien appelle à la signature dans les "meilleurs délais"    L'Arabie saoudite prend la tête d'une intervention militaire    L'Arabie Saoudite, nouveau colonisateur dans le Monde arabe    Les Etats-Unis et l'Iran ne devraient pas précipiter le Yémen vers le chaos    Mali : IBK presse la CMA à signer l'Accord d'Alger    Les Verts décevants    JSK-MCA en vedette    Amical : Grosse claque pour les Bleus face à la Seleçao, (1-3)    Qatar 1- Algérie 0 : L'EN déçoit encore une fois !    Le club dépose un recours suite à la sanction du huis clos    Nouria Yamina Zerhouni : Le secteur de l'artisanat, un pilier important de l'économie    Les examens du Baccalauréat du 7 au 11 juin prochain : Du nouveau pour la prochaine rentrée scolaire, annonce Benghebrit    Maintien des mesures préventives    Le rôle primordial de la femme souligné    9 contrebandiers et 5 immigrants clandestins arrêtés au Sud    Annaba : l'ADN confirme l'erreur de déclaration du sexe du bébé    Nous exigeons le prolongement de l'année scolaire jusqu'au 31 mai    Du nouveau pour les hadjis    Chikhaoui Mohamed haut la main !    Des costumes italiens d'époque revisités    Mobilis initie des Journées culturelles au profit des enfants    La majorité des harkis n'a pas quitté l'Algérie    Des mains expertes au chevet du Medghacen    MCA/ Gourmi : «Hors de question de revivre le cauchemar du match aller»    Baisse de la criminalité    Quel système succède à l'autoritarisme ?    Le président Bouteflika adresse un message de condoléances à la famille du défunt    L'attraction à Tizi    RCA-MOB (Aujourd'hui à 15h) : Les Béjaouis ne comptent pas lâcher la première place !    Algérie-Suisse : Des entretiens parlementaires ont eu lieu vendredi à Alger    Priorité à l'équilibre de développement des régions    Le wali d'Ouargla présente un exposé sur le développement dans sa wilaya    Des militants de la "vraie" société civile algérienne dénoncent les agissements de la délégation officielle au FSM Tunis    Une quarantaine d'exposants au 1er festival de la BD à Bejaia    30-03-2015 : Anvredet    « Le terrorisme n'a pas de nationalité et n'a pas de patrie »    Le CPP patauge dans les scandales et les fautes politiques (vidéo)    Adrar: examen de perspectives de partenariat avec le mouvement associatif local    anniversaire de la mort de Hadj M'rizek    SELON M.TAYEB BELAIZ : 21 communes connaissent des situations d'impasse    Révision de la constitution et refonte de l'Etat algérien    Mobilis affiche une "bonne santé" financière    Saadani annule sa visite à Sétif    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

19 maisons closes légales en Algérie
Publié dans Le Midi Libre le 27 - 08 - 2008

S'il n'est pas permis d'ouvrir une maison de tolérance aujourd'hui, une dizaine de maisons closes, datant de l'époque coloniale, demeurent néanmoins légales dans notre pays. Il est à souligner, à ce sujet, qu'à la vielle de l'Indépendance, prés de 171 maisons closes étaient réparties sur tout le territoire national. Aujourd'hui, il ne reste que prés de 19 de ces maisons qui exercent en toute légalité et au sein desquelles les prostituées bénéficient d'un titre de congé, de la capacité de changer leur activité d'une Wilaya à une autre, ainsi que d'une prise en charge médicale. Précisons à ce sujet que ces maisons n'ont jamais été interdites officiellement par l'Etat Algérien. Bien au contraire, un décret officiel des années 60 autorise l'activité de ces maisons notamment prés des zones militaires. Il faut savoir que le reste des maisons de tolérance qui ont mis la clef sous le paillasson, ont été amenées à le faire pour des raisons sécuritaires propres à la décennie noire. Toutefois, ces maisons disposant d'un registre de commerce en bonne et due forme doivent subir un contrôle médical hebdomadaire chapeauté par le Centre de Salubrité Publique, structure sanitaire présente dans chaque wilaya, et un contrôle policier chaque semaine. Aussi, il est à signaler que chaque tenancière dispose d'un registre des résultats des contrôles médicaux et policiers opérés par les autorités publiques. Suite à cela, la tenancière doit remettre ce registre chaque semaine aux services des mœurs de la wilaya. Ces derniers ont pour mission de veiller au respect des normes en vigueur dans les maisons closes. Des lors, aucune prostituée, appelée légalement les travailleuses du sexe, n'a le droit de quitter la wilaya sans autorisation de ce service de mœurs. Toutes ces données nous confirment en dernier lieu que l'activité de la prostitution est régie en Algérie par une réglementation stricte. Et si la moindre infraction est commise par une « travailleuse du sexe », cette dernière se verrait sanctionner et expulser des maisons closes par les services des mœurs. Mais malheureusement, si cette réglementation est bel et bien respectée dans les maisons closes autorisées, dans les maisons clandestines qui échappent au moindre contrôle l'on pratique encore la prostitution sans aucune précaution.
S'il n'est pas permis d'ouvrir une maison de tolérance aujourd'hui, une dizaine de maisons closes, datant de l'époque coloniale, demeurent néanmoins légales dans notre pays. Il est à souligner, à ce sujet, qu'à la vielle de l'Indépendance, prés de 171 maisons closes étaient réparties sur tout le territoire national. Aujourd'hui, il ne reste que prés de 19 de ces maisons qui exercent en toute légalité et au sein desquelles les prostituées bénéficient d'un titre de congé, de la capacité de changer leur activité d'une Wilaya à une autre, ainsi que d'une prise en charge médicale. Précisons à ce sujet que ces maisons n'ont jamais été interdites officiellement par l'Etat Algérien. Bien au contraire, un décret officiel des années 60 autorise l'activité de ces maisons notamment prés des zones militaires. Il faut savoir que le reste des maisons de tolérance qui ont mis la clef sous le paillasson, ont été amenées à le faire pour des raisons sécuritaires propres à la décennie noire. Toutefois, ces maisons disposant d'un registre de commerce en bonne et due forme doivent subir un contrôle médical hebdomadaire chapeauté par le Centre de Salubrité Publique, structure sanitaire présente dans chaque wilaya, et un contrôle policier chaque semaine. Aussi, il est à signaler que chaque tenancière dispose d'un registre des résultats des contrôles médicaux et policiers opérés par les autorités publiques. Suite à cela, la tenancière doit remettre ce registre chaque semaine aux services des mœurs de la wilaya. Ces derniers ont pour mission de veiller au respect des normes en vigueur dans les maisons closes. Des lors, aucune prostituée, appelée légalement les travailleuses du sexe, n'a le droit de quitter la wilaya sans autorisation de ce service de mœurs. Toutes ces données nous confirment en dernier lieu que l'activité de la prostitution est régie en Algérie par une réglementation stricte. Et si la moindre infraction est commise par une « travailleuse du sexe », cette dernière se verrait sanctionner et expulser des maisons closes par les services des mœurs. Mais malheureusement, si cette réglementation est bel et bien respectée dans les maisons closes autorisées, dans les maisons clandestines qui échappent au moindre contrôle l'on pratique encore la prostitution sans aucune précaution.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.