Rapts d'enfants: Les lignes rouges, les faux interdits    Les derniers jours de Saadani ?    Procès de Slimane Bouhafs: Le verdict attendu le 6 septembre    CNAS: Les certificats médicaux de «complaisance» dans le collimateur    Pour faire face aux incursions terroristes libyennes: Alger construit un mur à ses frontières Est    MC Saïda: Une préparation perturbée    Aïn-Temouchent: Plus de 96.000 élèves attendus dimanche prochain    Chlef: Le «mouton» sur toutes les langues    Sellal aujourd'hui à Saïda    France : Les tarifs du gaz augmenteront de 0,4% en septembre    La transition a-t-elle existé ?    Violations marocaines de cessez-le feu : L'ONU doit prendre des mesures urgentes dans la zone d'Alguergarate    Syrie : L'offensive turque, un dilemme diplomatique pour Washington    Accord sur le TTIP : La France veut l'arrêt des négociations    Wilaya de Saïda : Sellal a effectué une visite de travail et d'inspection    JO-2016 / Brahmia : "très satisfait des résultats obtenus à Rio"    Algérie - Lesotho : Premier entraînement de Rajevac    Test F1 2016 sur PS4 : Opération rédemption    Bedoui depuis Blida : Etre à la hauteur des aspirations du citoyen algérien    Importations des céréales : Baisse de 28,5% de la facture sur les sept mois 2016    Prochainement : Les travaux du tronçon d'El Tarf et du tunnel Djebel El Ouahch seront relancés    Des chiffres encourageants : Le nombre d'estivants à la Corniche jijelienne bat les records    Patrimoine culturel Algérien : Mihoubi annonce une série de dispositions pour le préserver    Alger : "Musée dans la rue", capte l'attention des visiteurs    Mostaganem : "Théâtre pour jeunes" décroche le grand prix du FNTA    A quand le dénouement?    Abeid sur les tablettes d'Angers    Mission rachat de l'EN devant Madagascar    "Ghezzal va rester avec nous"    Le changement climatique rend les végétaux moins sensibles à la sécheresse    Petites histoires autour de Marianne    Polémique dans la presse gabonaise    Octroyés à des proches du président Assad    Deux éléments de soutien au terrorisme arrêtés    Une fillette retrouvée saine et sauve    Une chaire Emir Abdelkader au centre d'Oxford    L'armée jauge sa force de frappe    Vaste opération de ratissage    Les films financés par les moudjahidine seront-ils projetés en salles?    Faisons l'éloge de la lecture!    Proxima n'est pas aussi proche que l'on croit!    Le médicament plus cher ?    La défense : cheval de bataille de Rajevac    5.000 agents d'hygiène mobilisés à Alger    58 morts et 1.981 blessés en une semaine    L'attaque ayant tué trois soldats revendiquée par AQMI    Une alternative pour promouvoir les produits d'artisanat    «Rêveries de l'acteur solitaire» de Benamra en lice    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





19 maisons closes légales en Algérie
Publié dans Le Midi Libre le 27 - 08 - 2008

S'il n'est pas permis d'ouvrir une maison de tolérance aujourd'hui, une dizaine de maisons closes, datant de l'époque coloniale, demeurent néanmoins légales dans notre pays. Il est à souligner, à ce sujet, qu'à la vielle de l'Indépendance, prés de 171 maisons closes étaient réparties sur tout le territoire national. Aujourd'hui, il ne reste que prés de 19 de ces maisons qui exercent en toute légalité et au sein desquelles les prostituées bénéficient d'un titre de congé, de la capacité de changer leur activité d'une Wilaya à une autre, ainsi que d'une prise en charge médicale. Précisons à ce sujet que ces maisons n'ont jamais été interdites officiellement par l'Etat Algérien. Bien au contraire, un décret officiel des années 60 autorise l'activité de ces maisons notamment prés des zones militaires. Il faut savoir que le reste des maisons de tolérance qui ont mis la clef sous le paillasson, ont été amenées à le faire pour des raisons sécuritaires propres à la décennie noire. Toutefois, ces maisons disposant d'un registre de commerce en bonne et due forme doivent subir un contrôle médical hebdomadaire chapeauté par le Centre de Salubrité Publique, structure sanitaire présente dans chaque wilaya, et un contrôle policier chaque semaine. Aussi, il est à signaler que chaque tenancière dispose d'un registre des résultats des contrôles médicaux et policiers opérés par les autorités publiques. Suite à cela, la tenancière doit remettre ce registre chaque semaine aux services des mœurs de la wilaya. Ces derniers ont pour mission de veiller au respect des normes en vigueur dans les maisons closes. Des lors, aucune prostituée, appelée légalement les travailleuses du sexe, n'a le droit de quitter la wilaya sans autorisation de ce service de mœurs. Toutes ces données nous confirment en dernier lieu que l'activité de la prostitution est régie en Algérie par une réglementation stricte. Et si la moindre infraction est commise par une « travailleuse du sexe », cette dernière se verrait sanctionner et expulser des maisons closes par les services des mœurs. Mais malheureusement, si cette réglementation est bel et bien respectée dans les maisons closes autorisées, dans les maisons clandestines qui échappent au moindre contrôle l'on pratique encore la prostitution sans aucune précaution.
S'il n'est pas permis d'ouvrir une maison de tolérance aujourd'hui, une dizaine de maisons closes, datant de l'époque coloniale, demeurent néanmoins légales dans notre pays. Il est à souligner, à ce sujet, qu'à la vielle de l'Indépendance, prés de 171 maisons closes étaient réparties sur tout le territoire national. Aujourd'hui, il ne reste que prés de 19 de ces maisons qui exercent en toute légalité et au sein desquelles les prostituées bénéficient d'un titre de congé, de la capacité de changer leur activité d'une Wilaya à une autre, ainsi que d'une prise en charge médicale. Précisons à ce sujet que ces maisons n'ont jamais été interdites officiellement par l'Etat Algérien. Bien au contraire, un décret officiel des années 60 autorise l'activité de ces maisons notamment prés des zones militaires. Il faut savoir que le reste des maisons de tolérance qui ont mis la clef sous le paillasson, ont été amenées à le faire pour des raisons sécuritaires propres à la décennie noire. Toutefois, ces maisons disposant d'un registre de commerce en bonne et due forme doivent subir un contrôle médical hebdomadaire chapeauté par le Centre de Salubrité Publique, structure sanitaire présente dans chaque wilaya, et un contrôle policier chaque semaine. Aussi, il est à signaler que chaque tenancière dispose d'un registre des résultats des contrôles médicaux et policiers opérés par les autorités publiques. Suite à cela, la tenancière doit remettre ce registre chaque semaine aux services des mœurs de la wilaya. Ces derniers ont pour mission de veiller au respect des normes en vigueur dans les maisons closes. Des lors, aucune prostituée, appelée légalement les travailleuses du sexe, n'a le droit de quitter la wilaya sans autorisation de ce service de mœurs. Toutes ces données nous confirment en dernier lieu que l'activité de la prostitution est régie en Algérie par une réglementation stricte. Et si la moindre infraction est commise par une « travailleuse du sexe », cette dernière se verrait sanctionner et expulser des maisons closes par les services des mœurs. Mais malheureusement, si cette réglementation est bel et bien respectée dans les maisons closes autorisées, dans les maisons clandestines qui échappent au moindre contrôle l'on pratique encore la prostitution sans aucune précaution.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.