CAN-2015 (quarts de finale) Côte d'Ivoire-Algérie : Gourcuff ne désespère pas d'un retour de Slimani    CAN-2015 (1/4 de finale) Côte d'Ivoire-Algérie : déclarations des joueurs à 72 heures du match    Le FLN annonce sa participation à la conférence du consensus national initiée par le FFS    Tunisie: sit-in pour revendiquer la création d'un ministère de l'Environnement    "Accord de principe" pour la poursuite des pourparlers en Libye suite au dialogue interlibyen (ONU)    Tunisie: Lancement du dialogue sociétal sur l'éducation    La DGSN octroie un crédit sans intérêt aux postulants au logement AADL    «Les Verts ont joué le match qu'il faut en Afrique»    Les Verts assurent et rassurent    Un hôtel de la capitale libyenne attaqué par un commando islamiste    Un soldat de l'ONU tué au Liban-sud    Pour le président Abdelaziz Bouteflika, le gaz de schiste n'est pas à l'ordre du jour    Selon son PDG : «Sonatrach maintient ses investissements malgré la baisse des cours pétroliers»    Projet de transfert de 600 millions de m3 d'eau vers 19 wilayas    Le patrimoine musical kabyle au rang de l'universalité    Report du procès des auteurs d'un attentat terroriste en 2008 à Béni Amrane    Un cadre juridique donne la priorité au secteur de l'éducation    «Des mesures d'urgence pour améliorer la prise en charge des cancéreux»    Lancement du programme de tri des déchets    La solution à la crise ne peut être que le fait des Libyens eux-mêmes - Lamamra    Le baril fait des tonneaux    Y a-t-il un langage simple et accessible?    Haddad plaide pour une loi de finances complémentaire    Sommet UA: le Premier ministre Abdelmalek Sellal à Addis-Abeba    Ennahar TV s'impose dans le paysage médiatique    Un livre sur le théâtre de marionnettes    Plume d'oiseau, mauvais augure!    Découverte de trois nouvelles fosses communes    En l'absence du dialogue    Les Algériens indésirables dans l'espace Schengen    Extinction de l'incendie    Transports d'une autre époque (1)    Encore une session avortée    10 morts en 20 jours    La décision finale sur la construction du gazoduc reliant l'Algérie à l'Italie reportée à avril (Sonatrach)    Japon : Tokyo juge ignobles les menaces de meurtre lancées par l'EI    Une paix durable ou une pause armée !    CAN-2015 : Possible déplacement des fans des Verts à partir des demi-finales    Madoui entraîneur de l'ES Sétif : Il évoque des "contacts préliminaires" avec le Zamalek d'Egypte    L'intérêt national, un principe    « La grippe saisonnière ne tue pas »    Les Verts avec mention «peut mieux faire»    La culture de la débrouille    2015, entre overdose d'activités et désaffection quasi-générale du pu    Chacun se débrouille comme il peut...    Les Verts ont de l'esprit, du cœur et de l'estomac !    Une subvention qui fait mal    58 représentations prévues à Aïn-Témouchent    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

19 maisons closes légales en Algérie
Publié dans Le Midi Libre le 27 - 08 - 2008

S'il n'est pas permis d'ouvrir une maison de tolérance aujourd'hui, une dizaine de maisons closes, datant de l'époque coloniale, demeurent néanmoins légales dans notre pays. Il est à souligner, à ce sujet, qu'à la vielle de l'Indépendance, prés de 171 maisons closes étaient réparties sur tout le territoire national. Aujourd'hui, il ne reste que prés de 19 de ces maisons qui exercent en toute légalité et au sein desquelles les prostituées bénéficient d'un titre de congé, de la capacité de changer leur activité d'une Wilaya à une autre, ainsi que d'une prise en charge médicale. Précisons à ce sujet que ces maisons n'ont jamais été interdites officiellement par l'Etat Algérien. Bien au contraire, un décret officiel des années 60 autorise l'activité de ces maisons notamment prés des zones militaires. Il faut savoir que le reste des maisons de tolérance qui ont mis la clef sous le paillasson, ont été amenées à le faire pour des raisons sécuritaires propres à la décennie noire. Toutefois, ces maisons disposant d'un registre de commerce en bonne et due forme doivent subir un contrôle médical hebdomadaire chapeauté par le Centre de Salubrité Publique, structure sanitaire présente dans chaque wilaya, et un contrôle policier chaque semaine. Aussi, il est à signaler que chaque tenancière dispose d'un registre des résultats des contrôles médicaux et policiers opérés par les autorités publiques. Suite à cela, la tenancière doit remettre ce registre chaque semaine aux services des mœurs de la wilaya. Ces derniers ont pour mission de veiller au respect des normes en vigueur dans les maisons closes. Des lors, aucune prostituée, appelée légalement les travailleuses du sexe, n'a le droit de quitter la wilaya sans autorisation de ce service de mœurs. Toutes ces données nous confirment en dernier lieu que l'activité de la prostitution est régie en Algérie par une réglementation stricte. Et si la moindre infraction est commise par une « travailleuse du sexe », cette dernière se verrait sanctionner et expulser des maisons closes par les services des mœurs. Mais malheureusement, si cette réglementation est bel et bien respectée dans les maisons closes autorisées, dans les maisons clandestines qui échappent au moindre contrôle l'on pratique encore la prostitution sans aucune précaution.
S'il n'est pas permis d'ouvrir une maison de tolérance aujourd'hui, une dizaine de maisons closes, datant de l'époque coloniale, demeurent néanmoins légales dans notre pays. Il est à souligner, à ce sujet, qu'à la vielle de l'Indépendance, prés de 171 maisons closes étaient réparties sur tout le territoire national. Aujourd'hui, il ne reste que prés de 19 de ces maisons qui exercent en toute légalité et au sein desquelles les prostituées bénéficient d'un titre de congé, de la capacité de changer leur activité d'une Wilaya à une autre, ainsi que d'une prise en charge médicale. Précisons à ce sujet que ces maisons n'ont jamais été interdites officiellement par l'Etat Algérien. Bien au contraire, un décret officiel des années 60 autorise l'activité de ces maisons notamment prés des zones militaires. Il faut savoir que le reste des maisons de tolérance qui ont mis la clef sous le paillasson, ont été amenées à le faire pour des raisons sécuritaires propres à la décennie noire. Toutefois, ces maisons disposant d'un registre de commerce en bonne et due forme doivent subir un contrôle médical hebdomadaire chapeauté par le Centre de Salubrité Publique, structure sanitaire présente dans chaque wilaya, et un contrôle policier chaque semaine. Aussi, il est à signaler que chaque tenancière dispose d'un registre des résultats des contrôles médicaux et policiers opérés par les autorités publiques. Suite à cela, la tenancière doit remettre ce registre chaque semaine aux services des mœurs de la wilaya. Ces derniers ont pour mission de veiller au respect des normes en vigueur dans les maisons closes. Des lors, aucune prostituée, appelée légalement les travailleuses du sexe, n'a le droit de quitter la wilaya sans autorisation de ce service de mœurs. Toutes ces données nous confirment en dernier lieu que l'activité de la prostitution est régie en Algérie par une réglementation stricte. Et si la moindre infraction est commise par une « travailleuse du sexe », cette dernière se verrait sanctionner et expulser des maisons closes par les services des mœurs. Mais malheureusement, si cette réglementation est bel et bien respectée dans les maisons closes autorisées, dans les maisons clandestines qui échappent au moindre contrôle l'on pratique encore la prostitution sans aucune précaution.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.