L'Algérie compte 35 milliardaires    L'Ugta s'engage à accompagner Bouteflika    La tâche est ardue    Angola : Des méga-contrats pour développer le gisement de Total    Au ministère des Affaires étrangères : Lamamra a reçu le président de la mission d'observation de l'OCI    Russie : Le PIB en baisse de -0,5% sur un trimestre    Le Conseil constitutionnel reçoit 94 recours    "La réélection de Bouteflika est une victoire pour la nation"    Paris, Londres et Madrid saluent    Réactions après les résultats du scrutin du 17 avril : Entre satisfaction et déception    Présidentielle : La réélection de Bouteflika vue par les internautes    Confirmation de 61 décès    Dix magasins ravagés par les flammes    Le "Pont romain" sera réhabilité    Tamanrasset : Plusieurs projets à lancer dans la localité de Tahifet    Oran : Mise en service de la station de dessalement de l'eau de mer d'El Macta d'ici juin prochain    La question du réacteur à eau lourde d'Arak "pratiquement réglée"    Yamina Benguigui fuit Paris pour Alger    L'Espagne s'inquiète des F-16 marocains    Yémen : 15 membres d'Al-Qaïda et 3 civils tués dans une frappe de drone    Syrie : L'armée resserre l'étau autour du Vieux Homs    Participation au forum économique mondial pour l'Afrique en mai prochain    Le match maintenu au stade de Sion    Belfodil pourrait retourner à Parme    Il sera livré dans les délais    Projection lundi à Tizi Ouzou    "Le fleuve de l'amazighité ne s'arrêtera jamais"    Des universitaires algériens au Maroc    Insertion sociale des jeunes : Sept projets innovants retenus à Oran    Au siège de l'ONU : Célébration de la Journée de la langue chinoise    Festival de Cannes : Marcello Mastroianni à l'affiche de la 67e édition    Le syndrome de fatigue chronique ou l'asthénie prolongée    Ouf..........    Sortir de la rente pétrolière et bâtir une économie productive    C'est la dernière ligne droite    Les prétendants aux joutes continentales risquent gros    Une fin de saison sur un rythme endiablé    Défis et priorités    L'état de l'Etat a    Logement, emploi, santé et éducation... revendications insistantes des c    Le Conseil constitutionnel devra statuer sur 94 recours au plus tard d    Fibromyalgie et syndrome de fatigue chronique, des maux méconnus et no    Les défis régionaux qui attendent l'Algérie    Trêve de plaisanterie    34e anniversaire du Printemps berbère: réunion à l'université d'Alger d'anciens élèves et collaborateurs de Mouloud Mammeri    Tunisie: le ministère des Affaires étrangères révèle l'identité des ravisseurs du diplomate tunisien en Libye    La délocalisation du match Algérie-Arménie à l'ordre du jour    Tennis : ATP-Monte-Carlo    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

19 maisons closes légales en Algérie
Publié dans Le Midi Libre le 27 - 08 - 2008

S'il n'est pas permis d'ouvrir une maison de tolérance aujourd'hui, une dizaine de maisons closes, datant de l'époque coloniale, demeurent néanmoins légales dans notre pays. Il est à souligner, à ce sujet, qu'à la vielle de l'Indépendance, prés de 171 maisons closes étaient réparties sur tout le territoire national. Aujourd'hui, il ne reste que prés de 19 de ces maisons qui exercent en toute légalité et au sein desquelles les prostituées bénéficient d'un titre de congé, de la capacité de changer leur activité d'une Wilaya à une autre, ainsi que d'une prise en charge médicale. Précisons à ce sujet que ces maisons n'ont jamais été interdites officiellement par l'Etat Algérien. Bien au contraire, un décret officiel des années 60 autorise l'activité de ces maisons notamment prés des zones militaires. Il faut savoir que le reste des maisons de tolérance qui ont mis la clef sous le paillasson, ont été amenées à le faire pour des raisons sécuritaires propres à la décennie noire. Toutefois, ces maisons disposant d'un registre de commerce en bonne et due forme doivent subir un contrôle médical hebdomadaire chapeauté par le Centre de Salubrité Publique, structure sanitaire présente dans chaque wilaya, et un contrôle policier chaque semaine. Aussi, il est à signaler que chaque tenancière dispose d'un registre des résultats des contrôles médicaux et policiers opérés par les autorités publiques. Suite à cela, la tenancière doit remettre ce registre chaque semaine aux services des mœurs de la wilaya. Ces derniers ont pour mission de veiller au respect des normes en vigueur dans les maisons closes. Des lors, aucune prostituée, appelée légalement les travailleuses du sexe, n'a le droit de quitter la wilaya sans autorisation de ce service de mœurs. Toutes ces données nous confirment en dernier lieu que l'activité de la prostitution est régie en Algérie par une réglementation stricte. Et si la moindre infraction est commise par une « travailleuse du sexe », cette dernière se verrait sanctionner et expulser des maisons closes par les services des mœurs. Mais malheureusement, si cette réglementation est bel et bien respectée dans les maisons closes autorisées, dans les maisons clandestines qui échappent au moindre contrôle l'on pratique encore la prostitution sans aucune précaution.
S'il n'est pas permis d'ouvrir une maison de tolérance aujourd'hui, une dizaine de maisons closes, datant de l'époque coloniale, demeurent néanmoins légales dans notre pays. Il est à souligner, à ce sujet, qu'à la vielle de l'Indépendance, prés de 171 maisons closes étaient réparties sur tout le territoire national. Aujourd'hui, il ne reste que prés de 19 de ces maisons qui exercent en toute légalité et au sein desquelles les prostituées bénéficient d'un titre de congé, de la capacité de changer leur activité d'une Wilaya à une autre, ainsi que d'une prise en charge médicale. Précisons à ce sujet que ces maisons n'ont jamais été interdites officiellement par l'Etat Algérien. Bien au contraire, un décret officiel des années 60 autorise l'activité de ces maisons notamment prés des zones militaires. Il faut savoir que le reste des maisons de tolérance qui ont mis la clef sous le paillasson, ont été amenées à le faire pour des raisons sécuritaires propres à la décennie noire. Toutefois, ces maisons disposant d'un registre de commerce en bonne et due forme doivent subir un contrôle médical hebdomadaire chapeauté par le Centre de Salubrité Publique, structure sanitaire présente dans chaque wilaya, et un contrôle policier chaque semaine. Aussi, il est à signaler que chaque tenancière dispose d'un registre des résultats des contrôles médicaux et policiers opérés par les autorités publiques. Suite à cela, la tenancière doit remettre ce registre chaque semaine aux services des mœurs de la wilaya. Ces derniers ont pour mission de veiller au respect des normes en vigueur dans les maisons closes. Des lors, aucune prostituée, appelée légalement les travailleuses du sexe, n'a le droit de quitter la wilaya sans autorisation de ce service de mœurs. Toutes ces données nous confirment en dernier lieu que l'activité de la prostitution est régie en Algérie par une réglementation stricte. Et si la moindre infraction est commise par une « travailleuse du sexe », cette dernière se verrait sanctionner et expulser des maisons closes par les services des mœurs. Mais malheureusement, si cette réglementation est bel et bien respectée dans les maisons closes autorisées, dans les maisons clandestines qui échappent au moindre contrôle l'on pratique encore la prostitution sans aucune précaution.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.