L'APRUE lance un programme d'évaluation de l'efficacité énergétique    65 morts sur les routes durant la période de l'Aïd    Probité    Délibérations du bureau fédéral    Traçabilité ?    Israël annonce une trêve humanitaire de quatre heures    Le spectre d'un 11 septembre au Maghreb    Comment les Européens, la France en tête, financent Al Qaîda    La France évacue des ressortissants français et britanniques    L'Algérien Souag cède sa place à un Jordanien à Al Jazeera    Boudebouz intéresserait Southampton et Sociedad    Crise du pain et du lait durant les trois premiers jours de l'Aïd    Accouchement dans l'avion Oran-Grenoble    L'identification des dépouilles du crash au centre d'un entretien téléphonique    Troubles à l'ordre public à Aïn Azel    Quelle partie de dominos?    à l'occasion du 15e anniversaire de son accession au Trône    Les Algériens auraient pu mieux faire    Les vétérinaires sollicitent l'adhésion des éleveurs pour cantonner    Boukhanfis sort de sa léthargie et honore ses lauréats    Des habits de l'Aïd et denrées alimentaires aux personnes cancéreuses    Deux nouvelles productions en préparation    Préservé par les Touareg du Tassili    Comment éviter le fair-play financier ?    Comme catharsis, 24 ans après la guerre    Fonds de commerce    Infraction ritualisée    Classement ATP, Djokovic et Williams dominent toujours le top 10    Fiba-Afrique (élections), deux candidats pour la présidence    Rajeunissement imminent des Verts !    Les sages-femmes s'imposent    Tajmaât et les sources d'eau, des lieux de mémoire ignorés    Une partie de la mémoire des Constantinois s'en va    À quand la réouverture des Arènes ?    Berriane replonge dans la violence    Dans quels cas les policiers ont le droit de tirer    De nouvelles violences ont éclaté le jour de l'Aïd    Animation durant le Ramadhan : Rush des citoyens vers les lieux de loisirs    Au grand bonheur des familles : L'opération de relogement reprendra à la mi-août    Togo : Lancement d'un projet d'adaptation de l'agriculture aux changements climatiques    La détermination de la CNLTD    L'insécurité et les instabilités    Volkswagen : Etablissement de deux nouvelles usines de production en Chine    Prisons CIA : Des ONG en Pologne saluent le verdict historique de la CEDH    Alstom : Commandes dopées par le ferroviaire au 1er trimestre    Tunisie : Le PM présente le projet de loi des finances complémentaire pour 2014    Fin du ramadhan : Les Algériens repartent en vacances    Crash : M. Sellal présente ses condoléances au nom du Président Bouteflika    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

SECOUSSE DE 5,0 SUR L'ECHELLE DE RICHTER
Panique, mais pas exagérée
Publié dans Le Soir d'Algérie le 26 - 04 - 2012

Tôt hier matin, de nombreux habitants de l'Algérois ont été réveillés hier par un tremblement de terre.
Rym Nasri - Alger (Le Soir) - La secousse tellurique de magnitude 5,0 sur l'échelle de Richter s'est produite aux environs de 4 heures 18 minutes à 8 km à l'est de Beni-Haoua (à 100 km au nord-est de Chlef), selon le Centre de recherche en astronomie, astrophysique et géophysique (Craag). La secousse a été également ressentie dans les wilayas avoisinantes, notamment à Aïn Defla. Située dans une zone sismique, l'Algérie est régulièrement affectée par des tremblements de terre, particulièrement au nord. Le violent séisme du 21 mai 2003, qui a frappé la région d'Alger et particulièrement la ville de Boumerdès et les localités environnantes, semble avoir laissé des séquelles dans l'esprit des habitants de la région du centre du pays. Certains ont gardé un traumatisme psychologique difficile à effacer. A la moindre secousse, ils s'affolent et déclenchent un mouvement de panique. Pour quitter leur domicile et rejoindre la rue, ces traumatisés et terrorisés des tremblements de terre n'hésitent pas à se précipiter en dévalant les escaliers des immeubles en trombe ou même en sautant d'un balcon. En l'absence de sensibilisation, cette psychose et ces réactions dangereuses engendrent souvent des blessures graves et même, parfois, des décès. Redoutant les nombreuses répliques, certains préfèrent dormir dans des fourgons ou à la belle étoile loin des habitations. Enregistrée tôt le matin, le séisme d'hier n'a, heureusement, pas provoqué des scènes de panique. D'ailleurs, la grande majorité des citoyens ne l'a pas ressenti. La Protection civile assure que la secousse n'a causé aucun dégât matériel ou fait des victimes humaines. Seul le souvenir du séisme de Boumerdès a été éveillé chez les Algérois qui n'ont pas cessé d'en parler durant toute la journée d'hier. Pour rappel, la région de Chlef fut frappée le 10 octobre 1980 par un séisme d'une magnitude 7,1. Il avait fait, au moins, 5 000 morts.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.