Clôture du 11ème Salon du bâtiment (Batiwest 2014) : Une cinquantaine d'accords et de nombreux contacts    Non-respect de la taille marchande des poissons : Des sardines ne dépassant pas 4 cm proposées à 200 dinars    Fonds de garantie des PME : Ouverture d'une nouvelle antenne à Bir El-Djir début 2015    Younès Sofiane : «Ne pas rater ce rendez-vous historique»    WA Tlemcen-En raison de l'accumulation de problèmes : Fin de mission pour Belloumi    RC Relizane : Benyelles jette l'éponge, Cherif El Ouazani et Belatoui contactés    OULHAÇA: Des ruches pour des jeunes apiculteurs    Bir El Djir : Les 180 logements LPA receptionnés en janvier 2015    Aïn El-Turck : Une tentative de construction illicite avortée par la police    La Tunisie vote aujourd'hui pour son avenir : Un scrutin à hauts risques    La Tunisie à la croisée des chemins    Assassinat d'Hervé Gourdel : Des juges français vont enquêter    La pied-noirdisation, mécanique de comparaison permanente    Malade et sans revenus : L'ONDA apporte son soutien à l'artiste Kaddour Benkaddour    L'Ouzbekistan lauréat du Festival international de la miniature    Enquête sur l'assassinat des moines de Tibéhirine : Les accusations françaises, la réponse algérienne    Le réquisitoire de Djaballah    Les journalistes vident leur sac    Le FFS reçoit Hamrouche    Irak : Raid massif de la coalition anti-EI    USA : Hausse des stocks de brut    Les investissements de la BERD atteindront "pas moins de 120 millions d'euros" en 2015    Mascara : Un institut national spécialisé en techniques agricoles    Ouargla : Plus de 160 millions DA pour l'aménagement du lac de Hassi-Benabdellah    Real Madrid : Zinedine Zidane sort de sa réserve pour se défendre sur l'affaire des diplômes    Juventus : Et si Paul Pogba avait ouvert la porte à un départ d'Arturo Vidal ?    Zone euro : Légère progression de l'activité privée, mais voyants au rouge    L'Aigle Noir ne doit pas laisser des plumes à Kinshasa    Rousseff ou Neves : le Brésil à l'heure du choix    Succès militaire favorisé par l'Algérie    Tunisie : rendez-vous avec l'histoire    Préventif Vs curatif    Le CLA appelle à une journée de protestation le 10 novembre prochain    L'angine bactérienne, moins fréquente mais dangereuse    «Dikra 60» pour la commémoration du 1er Novembre 1954 au Musée du Bar    Sinusite aiguë ou chronique : la prévention est impérative    Des Britanniques en quête de bisness à Alger    Le calvaire au quotidien dans les bureaux de poste    Est-ce le grand retour du foot algérien ?    Qui a tué qui ?    Le PT appelle Bouteflika à accélérer les réformes politiques    Confiscation des preuves sur l'assassinat des sept moines    Une soirée au ryhtme de la musique arabo-andalouse    Egypte-Au moins 28 membres des forces de sécurité tués dans des attaques dans le Sinaï    Le coup de bill’art du Soir    Lettre de province    Patrimoine : la ministre de la Culture s'engage à rattraper les retard    Au pays de Boubagra, ce n'est toujours pas le raz-de- marrer !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

SECOUSSE DE 5,0 SUR L'ECHELLE DE RICHTER
Panique, mais pas exagérée
Publié dans Le Soir d'Algérie le 26 - 04 - 2012

Tôt hier matin, de nombreux habitants de l'Algérois ont été réveillés hier par un tremblement de terre.
Rym Nasri - Alger (Le Soir) - La secousse tellurique de magnitude 5,0 sur l'échelle de Richter s'est produite aux environs de 4 heures 18 minutes à 8 km à l'est de Beni-Haoua (à 100 km au nord-est de Chlef), selon le Centre de recherche en astronomie, astrophysique et géophysique (Craag). La secousse a été également ressentie dans les wilayas avoisinantes, notamment à Aïn Defla. Située dans une zone sismique, l'Algérie est régulièrement affectée par des tremblements de terre, particulièrement au nord. Le violent séisme du 21 mai 2003, qui a frappé la région d'Alger et particulièrement la ville de Boumerdès et les localités environnantes, semble avoir laissé des séquelles dans l'esprit des habitants de la région du centre du pays. Certains ont gardé un traumatisme psychologique difficile à effacer. A la moindre secousse, ils s'affolent et déclenchent un mouvement de panique. Pour quitter leur domicile et rejoindre la rue, ces traumatisés et terrorisés des tremblements de terre n'hésitent pas à se précipiter en dévalant les escaliers des immeubles en trombe ou même en sautant d'un balcon. En l'absence de sensibilisation, cette psychose et ces réactions dangereuses engendrent souvent des blessures graves et même, parfois, des décès. Redoutant les nombreuses répliques, certains préfèrent dormir dans des fourgons ou à la belle étoile loin des habitations. Enregistrée tôt le matin, le séisme d'hier n'a, heureusement, pas provoqué des scènes de panique. D'ailleurs, la grande majorité des citoyens ne l'a pas ressenti. La Protection civile assure que la secousse n'a causé aucun dégât matériel ou fait des victimes humaines. Seul le souvenir du séisme de Boumerdès a été éveillé chez les Algérois qui n'ont pas cessé d'en parler durant toute la journée d'hier. Pour rappel, la région de Chlef fut frappée le 10 octobre 1980 par un séisme d'une magnitude 7,1. Il avait fait, au moins, 5 000 morts.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.