Les milieux d'affaires séduits par l'Algérie    Les opportunités d'investissement en Algérie présentées le 10 décembre à Londres    « La Révolution de Novembre a transcendé l'impossible »    S'imprégner des valeurs du 1er Novembre    Pose symbolique de la première pierre    Le cas burkinabé, un avertissement pour les dirigeants africains    L’entretien de la semaine    1er Novembre 2014    Exception à Sidi M’hamed    Le MC Alger chute lourdement à Bologhine face à la JSK    Absent depuis 9 mois à cause de blessures    USM Alger    Cupcakes au citron meringués    Le chocolat et, d’une maniÚre plus générale, les sucreries sont des aliments anti-stress    QUESTION :    Ouverture du deuxiÚme FITB    Le coup de bill’art du Soir    ACTUCULT    L'armée coloniale frappée au cœur de Batna    Deux morts dans un accident de la route à Aflou (Laghouat)    Nidaâ Tounès officiellement vainqueur des législatives    Une prime de un million de dinars en cas de succès    La préparation précompétitive pointée du doigt par les Algériens    Tournoi de football entre les mosquées d'Alger : la finale fixée à dim    Les femmes envahissent le stade 20-Août-1955    CAF: programme chargé pour Issa Hayatou à Alger    L'impact de la presse électronique et des médias sociaux sur le journa    Trois accords signés dans la santé, le tourisme et l'énergie    Une presse libre et professionnelle, voilà ce que veulent    «Pour une Algérie sûre, unie, souveraine et forte»    À la recherche du centre    EN BREF    Les ministres de l'Agriculture des deux pays se réjouissent des résult    M. Lamamra : «Tout ce qui est excessif est insignifiant»    Blaise Compaoré démissionne    La Suède montre la voie    Le poids des mots, le choc des images    Requiem de Novembre    Bensaïdane Salem, un militant actif avant l'heure    Histoire d'un désintérêt    Le président du Burkina Faso Blaise Compaoré démissionne    La Révolution de Novembre a transcendé l'impossible (Bouteflika)    La grève générale de syndicats contre la précarité des conditions de vie au Maroc largement suivie (Syndicats)    La pêcherie du port d'Alger baptisée du nom du chahid Ali Kadri    Les ministres de l'Agriculture algérien et français plaident, depuis Biskra, pour un partenariat solide et diversifié    La communauté nationale établie au Burkina Faso va bien (MAE)    Reconnaissance par la Suède de l'Etat de Palestine: l'Algérie salue une décision "sage et courageuse"    L'année 2015, une nouvelle étape dans la bonne gestion du secteur de la santé (ministre)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

SECOUSSE DE 5,0 SUR L'ECHELLE DE RICHTER
Panique, mais pas exagérée
Publié dans Le Soir d'Algérie le 26 - 04 - 2012

Tôt hier matin, de nombreux habitants de l'Algérois ont été réveillés hier par un tremblement de terre.
Rym Nasri - Alger (Le Soir) - La secousse tellurique de magnitude 5,0 sur l'échelle de Richter s'est produite aux environs de 4 heures 18 minutes à 8 km à l'est de Beni-Haoua (à 100 km au nord-est de Chlef), selon le Centre de recherche en astronomie, astrophysique et géophysique (Craag). La secousse a été également ressentie dans les wilayas avoisinantes, notamment à Aïn Defla. Située dans une zone sismique, l'Algérie est régulièrement affectée par des tremblements de terre, particulièrement au nord. Le violent séisme du 21 mai 2003, qui a frappé la région d'Alger et particulièrement la ville de Boumerdès et les localités environnantes, semble avoir laissé des séquelles dans l'esprit des habitants de la région du centre du pays. Certains ont gardé un traumatisme psychologique difficile à effacer. A la moindre secousse, ils s'affolent et déclenchent un mouvement de panique. Pour quitter leur domicile et rejoindre la rue, ces traumatisés et terrorisés des tremblements de terre n'hésitent pas à se précipiter en dévalant les escaliers des immeubles en trombe ou même en sautant d'un balcon. En l'absence de sensibilisation, cette psychose et ces réactions dangereuses engendrent souvent des blessures graves et même, parfois, des décès. Redoutant les nombreuses répliques, certains préfèrent dormir dans des fourgons ou à la belle étoile loin des habitations. Enregistrée tôt le matin, le séisme d'hier n'a, heureusement, pas provoqué des scènes de panique. D'ailleurs, la grande majorité des citoyens ne l'a pas ressenti. La Protection civile assure que la secousse n'a causé aucun dégât matériel ou fait des victimes humaines. Seul le souvenir du séisme de Boumerdès a été éveillé chez les Algérois qui n'ont pas cessé d'en parler durant toute la journée d'hier. Pour rappel, la région de Chlef fut frappée le 10 octobre 1980 par un séisme d'une magnitude 7,1. Il avait fait, au moins, 5 000 morts.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.