Début des travaux du congrès extraordinaire du RND à l'Aurassi    DOCUMENT- El-Khabar, un patrimoine vendu à 406 milliards !    Les Etats-Unis appelés à exiger un référendum d'autodétermination au Sahara occidental    Leicester : les joueurs vont aller à...Las Vegas !    Man Utd : Marouane Fellaini suspendu 3 matches    Massif de Collo : Un terroriste blessé et appréhendé à Kerkera    Autosuffisance en semences dès 2019    Sucre blanc : Forte baisse du nombre d'importateurs    MO Béjaïa : Dernière ligne droite avant l'ES Tunis    Ligue 2 (30e journée) : USC – JSMB, choc pour le maintien    Oran : 3626 familles seront relogées    Nouria Benghebrit donne carte blanche aux chefs d'établissement    45 décès par jour en Algérie    Histoire de deux tragédies    Plaidoyer pour l'adaptabilité des langues étrangères    PSG : Zlatan Ibrahimovic de retour au Milan ?    Syrie / Une trêve a été conclue hier : Alep, le silence des armes    Plus de 460 millions d'élèves dans le monde vivent dans des pays en crise    Repères    "El Hayat", vainqueur du trophée    10% de prélèvement sur la fiscalité pour l'équipement et l'investissement    "Personne ne prépare Chakib Khelil à la présidence"    Le Salon Batimatec fermé jusqu'à l'arrivée du ministre    10 morts et 22 blessés en 24 heures    Un médecin tué et un infirmier blessé à Sidi Ouadhah    L'Atletico en finale, 3e échec pour Guardiola    Malek songe à partir    Cri des hommes libres pour défendre l'Algérie des libertés    Le rôle des Oulémas dans la préservation de l'unité du référent religieux au Maghreb et en Afrique souligné à Biskra    EN TOUTE FRANCHISE, à Monsieur l'Ambassadeur de France à Alger, Bernard Emié.    Aïn-Temouchent: La police se redéploie    Photo de Bouteflika: Valls plaide sa bonne foi auprès de Sellal    Maladies saisonnières: Le dispositif d'alerte activé    Maduro prêt à autoriser un référendum    France : Les cinq points noirs qui menacent le nucléaire français    Le président Bouteflika reçoit le diplomate Lakhdar Brahimi    Selon Tebboune : L'interdiction du recours aux produits d'importation a favorisé la relance de la production locale    Les orientations présidentielles : Le président Bouteflika incite les entreprises à contribuer au développement du pays    Les députés sont déjà en précampagne    Une semaine de sensibilisation organisée    A l'invitation du président Bouteflika : Le président Ivoirien en Algérie    660 avocats prêtent serment    Feu vert de la Cour suprême au référendum contre la relocalisation de réfugiés    Valls s'excuse auprès de Sellal    Le scrutin fixé aux 23 avril et 7 mai 2017    Le Keblouti, source de la littérature révolutionnaire    Pari réussi par de jeunes comédiens    Desquels faisons-nous partie?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





TIZI-OUZOU
Quand le banditisme tourne à l'industrie
Publié dans Le Soir d'Algérie le 17 - 09 - 2012

Vol de véhicules, agressions, cambriolages, vols, rackets, faux barrages… Le grand banditisme n'en finit pas de semer la terreur à travers les quatre coins de la wilaya en dépit des efforts consentis par les services de sécurité, jugés insuffisants eu égard à cette exponentielle recrudescence de la criminalité.
Ainsi, l'on croit savoir, selon une source généralement bien informée, que plus de 500 «foyers de criminalité » auraient été comptabilisés au niveau de la wilaya. Certaines régions sont plus particulièrement ciblées par le grand banditisme à l'instar de cette partie sud de Tizi-Ouzou qui englobe les daïras des Ouacifs, Ouadhias, Beni- Douala, Maâtkas, Boghni, Draâ-El- Mizan et Tizi-Gheniff. En effet, ces circonscriptions qui comptent quelque 24 communes souffrent aussi des affres du terrorisme où plusieurs bases arrière de l'ex-GSPC s'y trouvent. Nous pourrions citer entre autres Amjoudh, El- Maj, Takhoukht, Boumahni... Ce qui laisse supposer qu'il existe bel et bien une interconnexion entre les terroristes islamistes d'Aqmi et les brigands qui tiennent quelquefois des territoires et des axes routiers tout entiers à l'image de ce CW128 considéré comme un no man's land par ces usagers qui ont toujours la peur au ventre quand ils empruntent cette voie qui relie Boghni à Tizi- Ouzou. Ainsi, quelquefois on trouve des lieux de débauche dans des endroits réputés pour être des fiefs des islamistes armés, mais ces derniers n'ont curieusement jamais inquiété leurs propriétaires. Le blanchiment d'argent est évidemment impossible à contrôler par les services de sécurité. Ce qui favorise ainsi la recrudescence et la naissance même d'autres réseaux du grand banditisme qui se nourrissent de la petite délinquance. Le kidnapping est devenu tout bonnement une industrie. Les ravisseurs négocient avec les familles des victimes et finissent par trouver un «marché», les rançons payées, les otages libérés et la République médusée ! Invraisemblable, c'est comme si l'Etat n'existe plus dans cette région. Les centaines (environ 740) descentes policières de la SWPJ de Tizi-Ouzou, les 6 833 interpellations et une centaine d'inculpés déférés devant la justice en un seul mois n‘ont pas suffi à juguler toute cette insécurité qui frappe de plein fouet les villes et les villages, mais aussi les routes et chemins dont certains sont devenus de véritables coupegorges. Des dizaines de véhicules ont été volés depuis 2010 et la plupart de ces crimes n'ont toujours pas été élucidés à ce jour, au grand dam des victimes. Des centaines de citoyens blessés par leurs agresseurs dans des attaques à main armée dans des faux barrages sont toujours traumatisés. Il mérite de rappeler que certaines communes ne disposent tout simplement pas d'aucun service de sécurité à l'image par exemple des communes de Tizi n'Tleta, Ath Zmenzer, Souk-El-Tenine, Aït Bouaddou, Agouni Gueghrane, Frikat, Bounouh, Aït Yahia Moussa, Beni Aïssi... L'ambitieux projet d'implantation de brigades de Gendarmerie nationale à travers l'ensemble des communes qui n'en disposent pas est en veilleuse et ce ne sera sans doute pas pour demain que cela pourrait être concrétisé en raison de différentes contraintes (souvent foncières) que rencontrent les municipalités, et probablement pour d'autres raisons aussi que nous ignorons. C'est dire, en somme, que c'est tout un plan Marshall qui est nécessaire pour cette wilaya pour endiguer cette insécurité grandissante qui a touché tous les villages autrefois havres de paix.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.