Réunion des pays du Sahel à Alger pour consolider l'accord d'Ouagadougou    Ligue 1 de football : Un match à huis clos pour la JS Kabylie, Hannachi fait appel    CHLEF : Funérailles d'un jeune militaire tué par les terroristes à Tizi-Ouzou    160 milliards supplémentaires pour la réhabilitation du vieux bâti à Oran    Plus de 7 quintaux de kif découverts dans une voiture abandonnée à Sidi Bel Abbès    Real Madrid-Bayern Munich    MCA    Ukraine    Bouteflika s'adresse aux algériens après l'annonce des résultats définitifs de l'élection présidentielle    Alors que l'APW a dénoncé la répression des manifestants    Ils ont rencontré hier Sid-Ahmed Ghozali et Mouloud Hamrouche    17e Salon international Batimatec 2014    18e Journée de l'énergie    Perspectives à moyen terme    Algérie:lancement d'une opération de "régénération et revitalisation" du centre-ville de Constantine    Les Etats-Unis nomment leur Représentant spécial pour la crise centrafricaine    Enlèvement d'un Algérien au Soudan: l'Algérie en contact permanent avec le gouvernement soudanais    Présidentielle 2014: Le Conseil constitutionnel publie les résultats définitifs    UNE AUTORITE POUR UNE CASTE    Inter-régions Centre-Est : Bataille pour le maintien    Le SICOM ouvre ses portes    TLEMCEN - CNAS : la télé-déclaration en quelques clics    L'élection présidentielle fixée au 3 juin    Les athlètes de neuf pays attendus en mai à Mila    Alger et Tizi se mettent aux "couleurs"    Inflation : La tendance baissière se poursuit    Lacunes dans le secteur du commerce : Benbada passe à l'action    Goldman : Sachs Résultats mieux que prévu, malgré un recul du courtage    "L'Algérie est une équipe expérimentée"    Festival du court métrage maghrébin : Deux films algériens récompensés    Mois du patrimoine : De riches activités à Constantine et Batna    Une ‘'arme'' contre l'Occident    Rachid Taha en digne ambassadeur !    engagement pour le combat identitaire et démocratique    Menasra appelle à une période de transition    Le retour aux hostilités    Le Polisario dénonce    Début le 5 mai de la 1re session criminelle 2014    Oran : 200 milliards de DA pour financer le budget d'équipement de l'année 2015    Les prestations offertes aux assurés sociaux évaluées    Le marché couvert perd son lustre d'antan    Le consommateur livré aux contrefacteurs    La Libye cherche une issue à sa crise politique    Présidentielle du 17 avril 2014 : le Conseil constitutionnel déclare "irrecevables" les 94 recours examinés    Réhabilitation du Théâtre régional d'Oran    Une responsabilité en partage    Une année riche pour l'athlétisme algérien et ses représentants    Non respect des bonnes pratiques commerciales    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

TIZI-OUZOU
Quand le banditisme tourne à l'industrie
Publié dans Le Soir d'Algérie le 17 - 09 - 2012

Vol de véhicules, agressions, cambriolages, vols, rackets, faux barrages… Le grand banditisme n'en finit pas de semer la terreur à travers les quatre coins de la wilaya en dépit des efforts consentis par les services de sécurité, jugés insuffisants eu égard à cette exponentielle recrudescence de la criminalité.
Ainsi, l'on croit savoir, selon une source généralement bien informée, que plus de 500 «foyers de criminalité » auraient été comptabilisés au niveau de la wilaya. Certaines régions sont plus particulièrement ciblées par le grand banditisme à l'instar de cette partie sud de Tizi-Ouzou qui englobe les daïras des Ouacifs, Ouadhias, Beni- Douala, Maâtkas, Boghni, Draâ-El- Mizan et Tizi-Gheniff. En effet, ces circonscriptions qui comptent quelque 24 communes souffrent aussi des affres du terrorisme où plusieurs bases arrière de l'ex-GSPC s'y trouvent. Nous pourrions citer entre autres Amjoudh, El- Maj, Takhoukht, Boumahni... Ce qui laisse supposer qu'il existe bel et bien une interconnexion entre les terroristes islamistes d'Aqmi et les brigands qui tiennent quelquefois des territoires et des axes routiers tout entiers à l'image de ce CW128 considéré comme un no man's land par ces usagers qui ont toujours la peur au ventre quand ils empruntent cette voie qui relie Boghni à Tizi- Ouzou. Ainsi, quelquefois on trouve des lieux de débauche dans des endroits réputés pour être des fiefs des islamistes armés, mais ces derniers n'ont curieusement jamais inquiété leurs propriétaires. Le blanchiment d'argent est évidemment impossible à contrôler par les services de sécurité. Ce qui favorise ainsi la recrudescence et la naissance même d'autres réseaux du grand banditisme qui se nourrissent de la petite délinquance. Le kidnapping est devenu tout bonnement une industrie. Les ravisseurs négocient avec les familles des victimes et finissent par trouver un «marché», les rançons payées, les otages libérés et la République médusée ! Invraisemblable, c'est comme si l'Etat n'existe plus dans cette région. Les centaines (environ 740) descentes policières de la SWPJ de Tizi-Ouzou, les 6 833 interpellations et une centaine d'inculpés déférés devant la justice en un seul mois n‘ont pas suffi à juguler toute cette insécurité qui frappe de plein fouet les villes et les villages, mais aussi les routes et chemins dont certains sont devenus de véritables coupegorges. Des dizaines de véhicules ont été volés depuis 2010 et la plupart de ces crimes n'ont toujours pas été élucidés à ce jour, au grand dam des victimes. Des centaines de citoyens blessés par leurs agresseurs dans des attaques à main armée dans des faux barrages sont toujours traumatisés. Il mérite de rappeler que certaines communes ne disposent tout simplement pas d'aucun service de sécurité à l'image par exemple des communes de Tizi n'Tleta, Ath Zmenzer, Souk-El-Tenine, Aït Bouaddou, Agouni Gueghrane, Frikat, Bounouh, Aït Yahia Moussa, Beni Aïssi... L'ambitieux projet d'implantation de brigades de Gendarmerie nationale à travers l'ensemble des communes qui n'en disposent pas est en veilleuse et ce ne sera sans doute pas pour demain que cela pourrait être concrétisé en raison de différentes contraintes (souvent foncières) que rencontrent les municipalités, et probablement pour d'autres raisons aussi que nous ignorons. C'est dire, en somme, que c'est tout un plan Marshall qui est nécessaire pour cette wilaya pour endiguer cette insécurité grandissante qui a touché tous les villages autrefois havres de paix.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.