CS Constantine : Bentobal fixe les critères de recrutement pour le prochain exercice    USM Annaba : Mobilisation générale pour sauver le club    AS Khroub : Les joueurs boudent, les dirigeants dans l'embarras    Tizi Ouzou : 11 militaires tués et trois terroristes abattus    Présidentielle, DRS, opposition : Saadani calme le jeu    LA DAMNATION DU LIEVRE    Acquisition de Djezzy : OTA s'acquittera d'une amende de 1,3 milliard de dollars    Benbadis mérite plus    Assad se rend à Maaloula pour la fête de Pâques    Le groupe MBC explique sa nouvelle politique    Troussier évoque des contacts au Japon    La Cnisep rendra son rapport dans un mois    Messages de soutien des capitales étrangères    Conférence de l'opposition en perspective    Bougherra et Lekhwiya en finale    La transition énergétique sans délai    Soustara fait le plein durant la trêve    "Je suis solidaire du combat identitaire"    Concert Folk-Flamenco    Carte blanche au Festival Premiers Plans d'Angers    "Je ne suis pas insatisfait"    Le groupe Adjnad Misr revendique l'attentat du Caire    Optimiser les profits au bénéfice des entreprises    A l'épreuve des menaces informatiques    Nécessité d'une régulation rigoureuse    Libye : Le Premier ministre plaide pour l'activation des directions de sûreté    Ukraine : La situation est calme sauf à Donetsk et Lougansk    L'étau se resserre autour des terroristes    Mohamed Waeel Omani en 8es de finale    Le monde pleure la légende de la littérature    Prolongation du délai de dépôt des travaux du concours Média Star jusqu'au 04 mai 2014 : Dernière ligne droite    26e Festival de musique : Le chanteur Rachid Taha aux "Francofolies de Montréal"    Une joie immense    La Kabylie touchée par le terrorisme : 37 terroristes éliminés durant le 1er trimestre de 2014    Formation professionnelle : Douze accords pour la prise en charge d'apprentis par des entreprises    Emeutes à Tizi-Ouzou    Ouverture de quatre marchés couverts avant fin 2014    Réhabilitation du pont Romain    Djelfa : Plus de 5 milliards de DA pour des projets de raccordement au gaz naturel    Un registre pour les observations sur la zone de protection du Mausolé    Le manque de compétition des joueurs inquiète Halilhodzic    20 avril, un printemps amazigh attendant de fleurir    Citoyenneté, unique rempart aux tentations fondamentalistes et totalit    Vers un deuxième tour le 28 mai prochain ?    Rapprocher les nouvelles unités agroalimentaires des zones agraires    Multiplication des infrastructures d'envergure au détriment des action    Avantages et inconvénients    Le développement local, une affabulation    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

TIZI-OUZOU
Quand le banditisme tourne à l'industrie
Publié dans Le Soir d'Algérie le 17 - 09 - 2012

Vol de véhicules, agressions, cambriolages, vols, rackets, faux barrages… Le grand banditisme n'en finit pas de semer la terreur à travers les quatre coins de la wilaya en dépit des efforts consentis par les services de sécurité, jugés insuffisants eu égard à cette exponentielle recrudescence de la criminalité.
Ainsi, l'on croit savoir, selon une source généralement bien informée, que plus de 500 «foyers de criminalité » auraient été comptabilisés au niveau de la wilaya. Certaines régions sont plus particulièrement ciblées par le grand banditisme à l'instar de cette partie sud de Tizi-Ouzou qui englobe les daïras des Ouacifs, Ouadhias, Beni- Douala, Maâtkas, Boghni, Draâ-El- Mizan et Tizi-Gheniff. En effet, ces circonscriptions qui comptent quelque 24 communes souffrent aussi des affres du terrorisme où plusieurs bases arrière de l'ex-GSPC s'y trouvent. Nous pourrions citer entre autres Amjoudh, El- Maj, Takhoukht, Boumahni... Ce qui laisse supposer qu'il existe bel et bien une interconnexion entre les terroristes islamistes d'Aqmi et les brigands qui tiennent quelquefois des territoires et des axes routiers tout entiers à l'image de ce CW128 considéré comme un no man's land par ces usagers qui ont toujours la peur au ventre quand ils empruntent cette voie qui relie Boghni à Tizi- Ouzou. Ainsi, quelquefois on trouve des lieux de débauche dans des endroits réputés pour être des fiefs des islamistes armés, mais ces derniers n'ont curieusement jamais inquiété leurs propriétaires. Le blanchiment d'argent est évidemment impossible à contrôler par les services de sécurité. Ce qui favorise ainsi la recrudescence et la naissance même d'autres réseaux du grand banditisme qui se nourrissent de la petite délinquance. Le kidnapping est devenu tout bonnement une industrie. Les ravisseurs négocient avec les familles des victimes et finissent par trouver un «marché», les rançons payées, les otages libérés et la République médusée ! Invraisemblable, c'est comme si l'Etat n'existe plus dans cette région. Les centaines (environ 740) descentes policières de la SWPJ de Tizi-Ouzou, les 6 833 interpellations et une centaine d'inculpés déférés devant la justice en un seul mois n‘ont pas suffi à juguler toute cette insécurité qui frappe de plein fouet les villes et les villages, mais aussi les routes et chemins dont certains sont devenus de véritables coupegorges. Des dizaines de véhicules ont été volés depuis 2010 et la plupart de ces crimes n'ont toujours pas été élucidés à ce jour, au grand dam des victimes. Des centaines de citoyens blessés par leurs agresseurs dans des attaques à main armée dans des faux barrages sont toujours traumatisés. Il mérite de rappeler que certaines communes ne disposent tout simplement pas d'aucun service de sécurité à l'image par exemple des communes de Tizi n'Tleta, Ath Zmenzer, Souk-El-Tenine, Aït Bouaddou, Agouni Gueghrane, Frikat, Bounouh, Aït Yahia Moussa, Beni Aïssi... L'ambitieux projet d'implantation de brigades de Gendarmerie nationale à travers l'ensemble des communes qui n'en disposent pas est en veilleuse et ce ne sera sans doute pas pour demain que cela pourrait être concrétisé en raison de différentes contraintes (souvent foncières) que rencontrent les municipalités, et probablement pour d'autres raisons aussi que nous ignorons. C'est dire, en somme, que c'est tout un plan Marshall qui est nécessaire pour cette wilaya pour endiguer cette insécurité grandissante qui a touché tous les villages autrefois havres de paix.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.