Algérie: des ravisseurs de l'otage français décapité identifiés    Les Canaris en quête d'un premier succès à « domicile »    Amroune succède à Serrar    Soudan : un fonctionnaire de la représentation diplomatique espagnole assassiné à Khartoum    Les frappes contre l'EI posent problème aux modérés    «Le Canada et l'Algérie sont déterminés à lutter contre le terrorisme»    Deux matches de suspension pour Belaili et trois pour Meklouche    Bitam ne s'est pas présenté devant la commission de discipline de la LFP    Gourcuff dévoile la liste des 24 pour le Malawi    «Génération Hasni, 20 ans après» en hommage à Hasni    1 070 familles relogées à Birtouta et aux Eucalyptus    L'Algérie mène une étude scientifique internationale évaluant le contrôle de l'asthme    Le wali insiste sur le col bleu et la maintenance    ES Sétif-AS Vita Club officiellement à Blida    CONTRIBUTION : L'économie de la connaissance, vecteur stratégique de la relance économique de l'Algérie    Algérie:90.000 lits supplémentaires à l'horizon 2019 (AREES)    Accidents de la route : 53 morts et 1378 blessés en une semaine (Protection civile)    Devises: l'euro dégringole sous 1,26 dollar après l'inflation en zone euro    Hydrocarbures : 4 périmètres attribués par Alnaft sur les 31 proposés    La SNTF maintient ses trains de grandes lignes et met en place un programme spécial le 1er jour de l'Aïd    Libye : le chef de la mission de l'ONU salue l'ouverture du dialogue politique    FC Barcelone: Messi, reculer pour mieux passer    importation de matériaux de construction    LA S'BIBA DE DJANET    ...CULTURE EN BREF...    Benflis présentera aujourd'hui son livre blanc à la presse    Célébration de son 51e anniversaire en présence de membres fondateurs    Les hôtels ne font pas le tourisme    sécurité maritime de la méditerranée    Elles ont tenu un sit-in hier à la place du 1er-Mai d'Alger    Tunisie:La HAICA inflige des sanctions à plusieurs radios et télévisions dont Nessma TV et Hannibal TV    INTEMPERIES À TIARET    Une étape pour moderniser la justice    Théâtre    Le coup de bill’art du Soir    La guerre d'Algérie expliquée en images par Stora    La fille de Mohamed Arkoun rend hommage au combat de son père    La Méditerranée "dévore" 3000 migrants    EBOULEMENT A LA CHIFFA    AprÚs sa qualification pour la finale de la Ligue des Champions d’Afrique    Le ministre des moudjahidine à Guelma    AÏN SEFRA    Eclaboussée la famille    Détails sur une rentrée    Tarte aux pommes et à la noix de coco    Afghanistan : L'économiste Ashraf Ghani investi président    Sonelgaz : L'impact du complexe de turbines à gaz sur les PME    Optimisme de mise pour le Nikkei cette semaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

TIZI-OUZOU
Quand le banditisme tourne à l'industrie
Publié dans Le Soir d'Algérie le 17 - 09 - 2012

Vol de véhicules, agressions, cambriolages, vols, rackets, faux barrages… Le grand banditisme n'en finit pas de semer la terreur à travers les quatre coins de la wilaya en dépit des efforts consentis par les services de sécurité, jugés insuffisants eu égard à cette exponentielle recrudescence de la criminalité.
Ainsi, l'on croit savoir, selon une source généralement bien informée, que plus de 500 «foyers de criminalité » auraient été comptabilisés au niveau de la wilaya. Certaines régions sont plus particulièrement ciblées par le grand banditisme à l'instar de cette partie sud de Tizi-Ouzou qui englobe les daïras des Ouacifs, Ouadhias, Beni- Douala, Maâtkas, Boghni, Draâ-El- Mizan et Tizi-Gheniff. En effet, ces circonscriptions qui comptent quelque 24 communes souffrent aussi des affres du terrorisme où plusieurs bases arrière de l'ex-GSPC s'y trouvent. Nous pourrions citer entre autres Amjoudh, El- Maj, Takhoukht, Boumahni... Ce qui laisse supposer qu'il existe bel et bien une interconnexion entre les terroristes islamistes d'Aqmi et les brigands qui tiennent quelquefois des territoires et des axes routiers tout entiers à l'image de ce CW128 considéré comme un no man's land par ces usagers qui ont toujours la peur au ventre quand ils empruntent cette voie qui relie Boghni à Tizi- Ouzou. Ainsi, quelquefois on trouve des lieux de débauche dans des endroits réputés pour être des fiefs des islamistes armés, mais ces derniers n'ont curieusement jamais inquiété leurs propriétaires. Le blanchiment d'argent est évidemment impossible à contrôler par les services de sécurité. Ce qui favorise ainsi la recrudescence et la naissance même d'autres réseaux du grand banditisme qui se nourrissent de la petite délinquance. Le kidnapping est devenu tout bonnement une industrie. Les ravisseurs négocient avec les familles des victimes et finissent par trouver un «marché», les rançons payées, les otages libérés et la République médusée ! Invraisemblable, c'est comme si l'Etat n'existe plus dans cette région. Les centaines (environ 740) descentes policières de la SWPJ de Tizi-Ouzou, les 6 833 interpellations et une centaine d'inculpés déférés devant la justice en un seul mois n‘ont pas suffi à juguler toute cette insécurité qui frappe de plein fouet les villes et les villages, mais aussi les routes et chemins dont certains sont devenus de véritables coupegorges. Des dizaines de véhicules ont été volés depuis 2010 et la plupart de ces crimes n'ont toujours pas été élucidés à ce jour, au grand dam des victimes. Des centaines de citoyens blessés par leurs agresseurs dans des attaques à main armée dans des faux barrages sont toujours traumatisés. Il mérite de rappeler que certaines communes ne disposent tout simplement pas d'aucun service de sécurité à l'image par exemple des communes de Tizi n'Tleta, Ath Zmenzer, Souk-El-Tenine, Aït Bouaddou, Agouni Gueghrane, Frikat, Bounouh, Aït Yahia Moussa, Beni Aïssi... L'ambitieux projet d'implantation de brigades de Gendarmerie nationale à travers l'ensemble des communes qui n'en disposent pas est en veilleuse et ce ne sera sans doute pas pour demain que cela pourrait être concrétisé en raison de différentes contraintes (souvent foncières) que rencontrent les municipalités, et probablement pour d'autres raisons aussi que nous ignorons. C'est dire, en somme, que c'est tout un plan Marshall qui est nécessaire pour cette wilaya pour endiguer cette insécurité grandissante qui a touché tous les villages autrefois havres de paix.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.