Trois narcotrafiquants arrêtés et dix quintaux et demi de kif traité saisis    Elles préservent l'Algérie de la fitna, indique Ould-Khelifa    Cap sur intervilles et le rallye Alger-Tamanrasset    La défense affirme détenir la preuve de son innocence    Le gouvernement malien « optimiste », indique Zahabi Ould Sidi Mohamed    ESS : Clément pour les champions d'Afrique    ASO : Messaoud : «Tout pour jouer le prochain match»    Bayern - Guardiola : "Personne ne peut arrêter Messi quand il est en pleine forme"    Une subvention du ministère des Moudjahidine à l'annexe d'Oran    Le secrétaire d'Etat américain en visite historique    Le médiateur de l'ONU entame des consultations    L'Algérie et l'UE signent une feuille de route dans le domaine de l'énergie    Report du procès au 20 mai prochain à Boumerdès    Au moins 13 policiers tués dans des combats avec des talibans    Le SNMGSP satisfait du taux d'inscription    Ciel, mon examen !    Retour à la normale à partir d'aujourd'hui    De hauts responsables de l'ONU appellent à intensifier l'aide    L'Algérie et Cuba réaffirment la nécessité de conjuguer les efforts pour lutter contre le terrorisme international    COOPERATION ALGERO-CUBAINE : Le président Castro apporte son soutien à la politique étrangère algérienne    Tunisie:découverte d'un nouveau puits de pétrole à El Faouar dans la région de Kébili    Kamel Daoud remporte le Prix Goncourt du premier roman    La générale de la pièce « Jugurtha » présentée demain au TRC    Baisse de la facture des importations des produits laitiers et sucre au 1er trimestre    La Révolution de novembre 54, un lien commun entre tous les Algériens    Rabah Saâdane prépare son retour la saison prochaine    Saison estival à El Tarf : près de 70 millions de DA pour aménager et équiper les plages    Ligue des champions (phase des poules) : l'ES Sétif, l'USM Alger et le MC El Eulma dans un même groupe    Salon du livre de Sétif : 7 au 14 mai 2015    FMI: Croissance hors hydrocarbures de l'Algérie de 4,8% en 2015, appel à la diversification    Sommet du CCG: la guerre au Yémen, le nucléaire iranien et la lutte contre Daech au menu    Suite à l'agression d'une étudiante : Les étudiants protestent    Métiers de l'automobile : Renault Algérie investit dans la formation    Ahmed Ouyahia se replace    Les députés renforcent le contrôle    Les fleurs du mal    Industrie militaire française : Les ventes de Rafale s'envolent    «Nous n'agissons pas pour perturber les relations entre l'Algérie et la France    La tension monte dans les deux camps    La campagne de Benyounès bat son plein    Brahimi inscrit son 7e but de la saison    "Le texte vise à mettre fin à la bazardisation du marché"    Un riche programme pour la Semaine arabe de la circulation    ASB Maghnia : Le NRB Béthioua, dernier obstacle pour l'accession    Lorsque les violents sont récompensés et les pacifiques sanctionnés    Commercialisation de drogue et agression, trois mandats de dépôt    L'affaire de la CNAN : Prononciation du verdict le 20 mai prochain    Agenda culturel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

TIZI-OUZOU
Quand le banditisme tourne à l'industrie
Publié dans Le Soir d'Algérie le 17 - 09 - 2012

Vol de véhicules, agressions, cambriolages, vols, rackets, faux barrages… Le grand banditisme n'en finit pas de semer la terreur à travers les quatre coins de la wilaya en dépit des efforts consentis par les services de sécurité, jugés insuffisants eu égard à cette exponentielle recrudescence de la criminalité.
Ainsi, l'on croit savoir, selon une source généralement bien informée, que plus de 500 «foyers de criminalité » auraient été comptabilisés au niveau de la wilaya. Certaines régions sont plus particulièrement ciblées par le grand banditisme à l'instar de cette partie sud de Tizi-Ouzou qui englobe les daïras des Ouacifs, Ouadhias, Beni- Douala, Maâtkas, Boghni, Draâ-El- Mizan et Tizi-Gheniff. En effet, ces circonscriptions qui comptent quelque 24 communes souffrent aussi des affres du terrorisme où plusieurs bases arrière de l'ex-GSPC s'y trouvent. Nous pourrions citer entre autres Amjoudh, El- Maj, Takhoukht, Boumahni... Ce qui laisse supposer qu'il existe bel et bien une interconnexion entre les terroristes islamistes d'Aqmi et les brigands qui tiennent quelquefois des territoires et des axes routiers tout entiers à l'image de ce CW128 considéré comme un no man's land par ces usagers qui ont toujours la peur au ventre quand ils empruntent cette voie qui relie Boghni à Tizi- Ouzou. Ainsi, quelquefois on trouve des lieux de débauche dans des endroits réputés pour être des fiefs des islamistes armés, mais ces derniers n'ont curieusement jamais inquiété leurs propriétaires. Le blanchiment d'argent est évidemment impossible à contrôler par les services de sécurité. Ce qui favorise ainsi la recrudescence et la naissance même d'autres réseaux du grand banditisme qui se nourrissent de la petite délinquance. Le kidnapping est devenu tout bonnement une industrie. Les ravisseurs négocient avec les familles des victimes et finissent par trouver un «marché», les rançons payées, les otages libérés et la République médusée ! Invraisemblable, c'est comme si l'Etat n'existe plus dans cette région. Les centaines (environ 740) descentes policières de la SWPJ de Tizi-Ouzou, les 6 833 interpellations et une centaine d'inculpés déférés devant la justice en un seul mois n‘ont pas suffi à juguler toute cette insécurité qui frappe de plein fouet les villes et les villages, mais aussi les routes et chemins dont certains sont devenus de véritables coupegorges. Des dizaines de véhicules ont été volés depuis 2010 et la plupart de ces crimes n'ont toujours pas été élucidés à ce jour, au grand dam des victimes. Des centaines de citoyens blessés par leurs agresseurs dans des attaques à main armée dans des faux barrages sont toujours traumatisés. Il mérite de rappeler que certaines communes ne disposent tout simplement pas d'aucun service de sécurité à l'image par exemple des communes de Tizi n'Tleta, Ath Zmenzer, Souk-El-Tenine, Aït Bouaddou, Agouni Gueghrane, Frikat, Bounouh, Aït Yahia Moussa, Beni Aïssi... L'ambitieux projet d'implantation de brigades de Gendarmerie nationale à travers l'ensemble des communes qui n'en disposent pas est en veilleuse et ce ne sera sans doute pas pour demain que cela pourrait être concrétisé en raison de différentes contraintes (souvent foncières) que rencontrent les municipalités, et probablement pour d'autres raisons aussi que nous ignorons. C'est dire, en somme, que c'est tout un plan Marshall qui est nécessaire pour cette wilaya pour endiguer cette insécurité grandissante qui a touché tous les villages autrefois havres de paix.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.