Tunisie:une fois adoptée par l'ARP, la loi sur la retraite entrera en vigueur le 1er janvier 2016 (ministre)    JMP 2015 (4e journée) : l'Algérie, 4e au tableau des médailles    Djelloul Melaà ̄ka    Rentrée scolaire    Médicaments    Habitat    Ligue 1 Mobilis (3e journée)    Ligue 2 Mobilis (3e journée) : MC El-Eulma 2 - AS Khroub 2    MC Alger : Le spectre d’une éniÚme saison ratée    Aïn Temouchent: 10 hectars de pin d'Alep et de maquis ravagés par le feu    Le film Mahomet est sur les écrans en Iran    MOSTAGANEM    ACTUCULT    Départ du 1er contingent de hadjis depuis l'aéroport Mohamed-Boudiaf de Constantine    Trois morts et 3 blessés dans deux accidents à Batna    Autriche : un pilote se tue dans le crash de son avion    Algérie:Mobilis se félicite de sa position de leadership de la 3G    Formation pour journalistes d'expression amazighe du 1 au 5 septembre à Alger    Maroc:15ème Conférence des directeurs des structures Arabes de Protection Civile, du 2 au 3 septembre à Rabat    Migrants:nouveau naufrage au large de la Libye, au moins 37 morts    Tunisie:Le parti des travailleurs réitère son refus de la loi sur la réconciliation économique    Libye:quatre soldats tués dans des combats à Benghazi    Le général Hassan en prison : Une mise sous mandat de dépot et des questions    Le temps de la diversion    Solidarité: Des promesses pour la rentrée scolaire    Les réserves n'ont pas été levées: L'ouverture du stade Benabdelmalek encore différée    Football - Ligue 1 : L'USMA confirme, le RCR se rebiffe, la JSK et le MCA déçoivent    Habitat : Le logement reste une priorité    Parler, ça ne coûte pas cher    MEDEA: En hommage à «H'mimiche»    Cisjordanie : manifestations contre le mur de l'Apartheid    La JSK perd un match et gagne... son public    Constantine : Production céréalière en baisse de 25%    Boumerdes : Des potentialités touristiques qui permettent de redynamiser le secteur    Tunisie : Une révision avant la fin de l'année de la loi sur la Fonction publique    Syrie : Premiers raids des avions turcs avec la coalition contre l'EI    Liban : Des milliers de manifestants à Beyrouth contre le gouvernement    Etats-Unis : Les cours du coton aidés par les exportations et la météo    La Bourse de Paris va regarder du côté de la macroéconomie    Yasmina Khadra : "Avec Kadhafi, l'expérience d'écriture a été incroyablement physique"    Deux peuples qui veulent la paix    Quatre suspects incarcérés en Hongrie    Les lois de la République "seront appliquées scrupuleusement"    Arrestation en juillet de 67 personnes    Les Verts s'envoleront aujourd'hui pour Pretoria    Prix d'honneur pour Spike Lee, Gena Rowlands et Debbie Reynolds    A PROPOS DU PARTI DE MADANI MEZRAG : Selon Bedoui, les lois seront ‘'scrupuleusement'' appliquées    MANIFESTATION "EL BAHIA EN FÊTE" : "Imzad", "Kayna Samet" et "Sinik" en osmose avec le public oranais    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

TIZI-OUZOU
Quand le banditisme tourne à l'industrie
Publié dans Le Soir d'Algérie le 17 - 09 - 2012

Vol de véhicules, agressions, cambriolages, vols, rackets, faux barrages… Le grand banditisme n'en finit pas de semer la terreur à travers les quatre coins de la wilaya en dépit des efforts consentis par les services de sécurité, jugés insuffisants eu égard à cette exponentielle recrudescence de la criminalité.
Ainsi, l'on croit savoir, selon une source généralement bien informée, que plus de 500 «foyers de criminalité » auraient été comptabilisés au niveau de la wilaya. Certaines régions sont plus particulièrement ciblées par le grand banditisme à l'instar de cette partie sud de Tizi-Ouzou qui englobe les daïras des Ouacifs, Ouadhias, Beni- Douala, Maâtkas, Boghni, Draâ-El- Mizan et Tizi-Gheniff. En effet, ces circonscriptions qui comptent quelque 24 communes souffrent aussi des affres du terrorisme où plusieurs bases arrière de l'ex-GSPC s'y trouvent. Nous pourrions citer entre autres Amjoudh, El- Maj, Takhoukht, Boumahni... Ce qui laisse supposer qu'il existe bel et bien une interconnexion entre les terroristes islamistes d'Aqmi et les brigands qui tiennent quelquefois des territoires et des axes routiers tout entiers à l'image de ce CW128 considéré comme un no man's land par ces usagers qui ont toujours la peur au ventre quand ils empruntent cette voie qui relie Boghni à Tizi- Ouzou. Ainsi, quelquefois on trouve des lieux de débauche dans des endroits réputés pour être des fiefs des islamistes armés, mais ces derniers n'ont curieusement jamais inquiété leurs propriétaires. Le blanchiment d'argent est évidemment impossible à contrôler par les services de sécurité. Ce qui favorise ainsi la recrudescence et la naissance même d'autres réseaux du grand banditisme qui se nourrissent de la petite délinquance. Le kidnapping est devenu tout bonnement une industrie. Les ravisseurs négocient avec les familles des victimes et finissent par trouver un «marché», les rançons payées, les otages libérés et la République médusée ! Invraisemblable, c'est comme si l'Etat n'existe plus dans cette région. Les centaines (environ 740) descentes policières de la SWPJ de Tizi-Ouzou, les 6 833 interpellations et une centaine d'inculpés déférés devant la justice en un seul mois n‘ont pas suffi à juguler toute cette insécurité qui frappe de plein fouet les villes et les villages, mais aussi les routes et chemins dont certains sont devenus de véritables coupegorges. Des dizaines de véhicules ont été volés depuis 2010 et la plupart de ces crimes n'ont toujours pas été élucidés à ce jour, au grand dam des victimes. Des centaines de citoyens blessés par leurs agresseurs dans des attaques à main armée dans des faux barrages sont toujours traumatisés. Il mérite de rappeler que certaines communes ne disposent tout simplement pas d'aucun service de sécurité à l'image par exemple des communes de Tizi n'Tleta, Ath Zmenzer, Souk-El-Tenine, Aït Bouaddou, Agouni Gueghrane, Frikat, Bounouh, Aït Yahia Moussa, Beni Aïssi... L'ambitieux projet d'implantation de brigades de Gendarmerie nationale à travers l'ensemble des communes qui n'en disposent pas est en veilleuse et ce ne sera sans doute pas pour demain que cela pourrait être concrétisé en raison de différentes contraintes (souvent foncières) que rencontrent les municipalités, et probablement pour d'autres raisons aussi que nous ignorons. C'est dire, en somme, que c'est tout un plan Marshall qui est nécessaire pour cette wilaya pour endiguer cette insécurité grandissante qui a touché tous les villages autrefois havres de paix.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.