Sortie de cinq promotions de l'Ecole d'application de transport et de la circulation    Supervision de la seconde étape de l'exercice combiné à balles réelles    Identification des trois terroristes abattus lundi par l'ANP à Bouira    Après le gaz, le solaire    Le partenariat et l'urbanisme au cœur d'une rencontre à Milan    Des accords de partenariat avec des entreprises allemande et portugaise    Licences de téléphonie mobile de 4e génération    L'Etat islamique revendique plusieurs attentats en Syrie et au Yémen    Le premier sommet humanitaire mondial veut s'attaquer aux causes profondes des conflits    Sahara Occidental : «L'ONU doit assumer ses responsabilités»    Mme Benghebrit donne le coup d'envoi officiel depuis El Oued    Le gouvernement «poursuivra sa lutte contre la fraude dans tous les domaines»    Appel à promouvoir et valoriser les musées pour les rentabiliser    Les contributions ouvertes jusqu'au 31 mai prochain    Un criminel appréhendé et un autre abattu à Béchar    L'écologiste Alexander Van der Bellen élu président    Un film algérien en compétition    Lahoulou : « Je suis toujours à la recherche de mon rythme »    Fin de mission pour Neghiz le 2 juin prochain    ZITOUNA (COLLO) : Le P/APC par intérim condamné à 4 ans de prison    MARAVAL (ORAN) : Un dealer condamné à 7 ans de prison    Man Utd : l'étonnante confidence sur le départ de van Gaal    Bouchouareb à Doha pour développer les relations économiques    Balise : La guerre cathodique    Une trentaine de recours reçus, dont certains légitimes, selon M. Belaïb    Très attendu à Khenchela : Bedoui écourte sa visite    Fin de contrat pour 159 OP    APW de Béjaïa : L'affaire de l'élu agressé envenime la session    Balise : L'échec annoncé    Man Utd : Le salaire mensuel que proposerait Manchester à Ibra dévoilé    «Un grand club a besoin d'un grand homme»    Ennahdha met le cap sur les prochaines élections    Hommage à Brahim Izri    Man United : Cantona cite l'entraineur qu'il fallait recruter    Vie des clubs / JSK - le coach Mouassa l'a confirmé hier : Benkablia officiellement la première recrue    Batna / Traditions : Ces jeux que nos ancêtres pratiquaient    France/ raffinerie en grève : Une nouvelle arme de la fronde sociale    La liberté provisoire pour le général Benhadid rejetée pour la 4ème fois, Me Mecheri dit son exaspération    Pression sur les réserves de change    La Palme d'or décernée au britannique Ken Loach    Alger à travers l'objectif de jeunes photographes    L'inflation à 4,8%: Les prix à la hausse tirés par les fruits et légumes    Basket-ball - Finale aller du tournoi des As: Le CRBDB pour forcer le destin face au GSP    Ramadhan et saison estivale: 140 brigades pour le contrôle de la qualité et des prix    Relogement, hier, de 489 familles du secteur urbain «El Emir»: Des heureux... et beaucoup de mécontents    Le pragmatisme l'emporte sur la politique    En visite de travail a Bechar : Ahmed Gaïd Salah a mis en exergue les efforts de l'ANP et ses capacités à accomplir son devoir national    Hamel défend son programme    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





TIZI-OUZOU
Quand le banditisme tourne à l'industrie
Publié dans Le Soir d'Algérie le 17 - 09 - 2012

Vol de véhicules, agressions, cambriolages, vols, rackets, faux barrages… Le grand banditisme n'en finit pas de semer la terreur à travers les quatre coins de la wilaya en dépit des efforts consentis par les services de sécurité, jugés insuffisants eu égard à cette exponentielle recrudescence de la criminalité.
Ainsi, l'on croit savoir, selon une source généralement bien informée, que plus de 500 «foyers de criminalité » auraient été comptabilisés au niveau de la wilaya. Certaines régions sont plus particulièrement ciblées par le grand banditisme à l'instar de cette partie sud de Tizi-Ouzou qui englobe les daïras des Ouacifs, Ouadhias, Beni- Douala, Maâtkas, Boghni, Draâ-El- Mizan et Tizi-Gheniff. En effet, ces circonscriptions qui comptent quelque 24 communes souffrent aussi des affres du terrorisme où plusieurs bases arrière de l'ex-GSPC s'y trouvent. Nous pourrions citer entre autres Amjoudh, El- Maj, Takhoukht, Boumahni... Ce qui laisse supposer qu'il existe bel et bien une interconnexion entre les terroristes islamistes d'Aqmi et les brigands qui tiennent quelquefois des territoires et des axes routiers tout entiers à l'image de ce CW128 considéré comme un no man's land par ces usagers qui ont toujours la peur au ventre quand ils empruntent cette voie qui relie Boghni à Tizi- Ouzou. Ainsi, quelquefois on trouve des lieux de débauche dans des endroits réputés pour être des fiefs des islamistes armés, mais ces derniers n'ont curieusement jamais inquiété leurs propriétaires. Le blanchiment d'argent est évidemment impossible à contrôler par les services de sécurité. Ce qui favorise ainsi la recrudescence et la naissance même d'autres réseaux du grand banditisme qui se nourrissent de la petite délinquance. Le kidnapping est devenu tout bonnement une industrie. Les ravisseurs négocient avec les familles des victimes et finissent par trouver un «marché», les rançons payées, les otages libérés et la République médusée ! Invraisemblable, c'est comme si l'Etat n'existe plus dans cette région. Les centaines (environ 740) descentes policières de la SWPJ de Tizi-Ouzou, les 6 833 interpellations et une centaine d'inculpés déférés devant la justice en un seul mois n‘ont pas suffi à juguler toute cette insécurité qui frappe de plein fouet les villes et les villages, mais aussi les routes et chemins dont certains sont devenus de véritables coupegorges. Des dizaines de véhicules ont été volés depuis 2010 et la plupart de ces crimes n'ont toujours pas été élucidés à ce jour, au grand dam des victimes. Des centaines de citoyens blessés par leurs agresseurs dans des attaques à main armée dans des faux barrages sont toujours traumatisés. Il mérite de rappeler que certaines communes ne disposent tout simplement pas d'aucun service de sécurité à l'image par exemple des communes de Tizi n'Tleta, Ath Zmenzer, Souk-El-Tenine, Aït Bouaddou, Agouni Gueghrane, Frikat, Bounouh, Aït Yahia Moussa, Beni Aïssi... L'ambitieux projet d'implantation de brigades de Gendarmerie nationale à travers l'ensemble des communes qui n'en disposent pas est en veilleuse et ce ne sera sans doute pas pour demain que cela pourrait être concrétisé en raison de différentes contraintes (souvent foncières) que rencontrent les municipalités, et probablement pour d'autres raisons aussi que nous ignorons. C'est dire, en somme, que c'est tout un plan Marshall qui est nécessaire pour cette wilaya pour endiguer cette insécurité grandissante qui a touché tous les villages autrefois havres de paix.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.