Règlement des crises au Mali et en Libye : les Etats-Unis apprécient "hautement" et appuient les efforts de l'Algérie    Un des auteurs de l'assassinat du Français Hervé Gourdel a été éliminé par l'ANP en octobre dernier (ministre)    CAN-2015 de football/préparation : "le match face à la Tunisie sera l'unique au programme" (Raouraoua)    Bentaleb et Abeid rétablis    Moines de Tibhrine: La justice algérienne œuvre dans le cadre de la loi (Louh)    Libération de deux femmes enlevées à Skikda et Oran (Gendarmerie nationale)    Sarkozy crée la polémique en justifiant par ses origines la nomination de Dati    Ligue des champions: Agüero ressuscite City contre le Bayern    Lutte contre la contrebande: arrestation de quatre personnes à BBM    L'EI recrute "des milliers de personnes" dans les pays du G20, s'inquiète Merkel    Institutionnalisation de la conférence économique et sociale de la jeunesse (Sellal)    Egypte: le président Sissi à Paris pour une visite de deux jours    CAN-2015 : Marhaba, ballon officiel de la 30e édition (CAF)    500.000 nouveaux cas de cancers par an dans le monde liés à l'excès de poids (étude)    Accélérer les projets d'infrastructures sanitaires à Tiaret (ministre)    Un duel plus serré    Ce que dira Amar Saâdani aux députés    Du nouveau dans le corps de la Sûreté nationale    Intenses activités militaires à l'est de la wilaya    Bouteflika remet sur le tapis le projet de révision constitutionnelle    Des villageois refusent sa délocalisation    Le Festival du film arabe est maintenu à Oran    Lakhdar Hamina aux Oscars et Lyes Salem aux Césars    L'euro en légère hausse face au dollar sur les marchés asiatiques    Quelle sera la riposte de l'Opep?    Les députés sermonnent Derdouri    Tout pour réussir la fête continentale    Le calvaire au quotidien    Ça communique au ministère de l'Education    Louisa Hanoune n'a qu'à fermer sa gueule (Bairi)    Exposition-vente de livres de l'Office des publications universitaires : Un appel pour doter les bibliothèques des facultés de nouveaux ouvrages    Coordination des mutuelles : Pour une caisse nationale de retraite complémentaire    Inter-régions Est : Test grandeur nature pour El Hadjar à Kaïs    Restrictifation    Alger : Première station de gaz naturel comprimé inaugurée    Du bon blé et de la mauvaise galette !    D'un coût estimatif de 28 millions de dinars : Une nouvelle bibliothèque pour les habitants de Bousfer    Une vingtaine d'artistes au rendez-vous    Antique Casbah de Dellys : Entrée en vigueur du Plan de préservation avant fin 2014    Libye : Raid aérien sur le seul aéroport en service à Tripoli    Ukraine : L'OTAN manipule Kiev à des fins militaires    Pomme de terre à Aïn Defla : Quand les vendeurs imposent leur diktat    Les Crabes rêvent déjà du titre    Selon l'ONS : L'indice des prix à la consommation en hausse de 1,7%, en octobre    Où en sommes-nous dans la prévention ?    Deux traitements révolutionnaires pour bloquer le mélanome    Les pelleteuses entrent en action    L’avancée d’Ebola au Mali inquiÚte en Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

TIZI-OUZOU
Quand le banditisme tourne à l'industrie
Publié dans Le Soir d'Algérie le 17 - 09 - 2012

Vol de véhicules, agressions, cambriolages, vols, rackets, faux barrages… Le grand banditisme n'en finit pas de semer la terreur à travers les quatre coins de la wilaya en dépit des efforts consentis par les services de sécurité, jugés insuffisants eu égard à cette exponentielle recrudescence de la criminalité.
Ainsi, l'on croit savoir, selon une source généralement bien informée, que plus de 500 «foyers de criminalité » auraient été comptabilisés au niveau de la wilaya. Certaines régions sont plus particulièrement ciblées par le grand banditisme à l'instar de cette partie sud de Tizi-Ouzou qui englobe les daïras des Ouacifs, Ouadhias, Beni- Douala" class="city">Douala, Maâtkas, Boghni, Draâ-El- Mizan et Tizi-Gheniff. En effet, ces circonscriptions qui comptent quelque 24 communes souffrent aussi des affres du terrorisme où plusieurs bases arrière de l'ex-GSPC s'y trouvent. Nous pourrions citer entre autres Amjoudh, El- Maj, Takhoukht, Boumahni... Ce qui laisse supposer qu'il existe bel et bien une interconnexion entre les terroristes islamistes d'Aqmi et les brigands qui tiennent quelquefois des territoires et des axes routiers tout entiers à l'image de ce CW128 considéré comme un no man's land par ces usagers qui ont toujours la peur au ventre quand ils empruntent cette voie qui relie Boghni à Tizi- Ouzou. Ainsi, quelquefois on trouve des lieux de débauche dans des endroits réputés pour être des fiefs des islamistes armés, mais ces derniers n'ont curieusement jamais inquiété leurs propriétaires. Le blanchiment d'argent est évidemment impossible à contrôler par les services de sécurité. Ce qui favorise ainsi la recrudescence et la naissance même d'autres réseaux du grand banditisme qui se nourrissent de la petite délinquance. Le kidnapping est devenu tout bonnement une industrie. Les ravisseurs négocient avec les familles des victimes et finissent par trouver un «marché», les rançons payées, les otages libérés et la République médusée ! Invraisemblable, c'est comme si l'Etat n'existe plus dans cette région. Les centaines (environ 740) descentes policières de la SWPJ de Tizi-Ouzou, les 6 833 interpellations et une centaine d'inculpés déférés devant la justice en un seul mois n‘ont pas suffi à juguler toute cette insécurité qui frappe de plein fouet les villes et les villages, mais aussi les routes et chemins dont certains sont devenus de véritables coupegorges. Des dizaines de véhicules ont été volés depuis 2010 et la plupart de ces crimes n'ont toujours pas été élucidés à ce jour, au grand dam des victimes. Des centaines de citoyens blessés par leurs agresseurs dans des attaques à main armée dans des faux barrages sont toujours traumatisés. Il mérite de rappeler que certaines communes ne disposent tout simplement pas d'aucun service de sécurité à l'image par exemple des communes de Tizi n'Tleta, Ath Zmenzer, Souk-El-Tenine, Aït Bouaddou, Agouni Gueghrane, Frikat, Bounouh, Aït Yahia Moussa, Beni Aïssi... L'ambitieux projet d'implantation de brigades de Gendarmerie nationale à travers l'ensemble des communes qui n'en disposent pas est en veilleuse et ce ne sera sans doute pas pour demain que cela pourrait être concrétisé en raison de différentes contraintes (souvent foncières) que rencontrent les municipalités, et probablement pour d'autres raisons aussi que nous ignorons. C'est dire, en somme, que c'est tout un plan Marshall qui est nécessaire pour cette wilaya pour endiguer cette insécurité grandissante qui a touché tous les villages autrefois havres de paix.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.