Liga Sagres portugaise de football (5e J) FC Porto : Yacine Brahimi "regrette" le nul concédé face à Boavista    Football (CAN-2017) : l'Algérie en pôle position pour organiser l'édition, selon le président de la FEF    Ligue deux Mobilis : un match à huis clos pour l'USMM Hadjout    L'armée américaine bombarde des positions de l"'Etat islamique" en Syrie (Pentagone)    Lamamra participe à une réunion ministérielle sur la Libye    Liberté d'expression: les médias perturbés par la crise économique mondiale (UNESCO)    Un ressortissant français enlevé à Tizi Ouzou, les recherches "toujours en cours" (ministère de l'Intérieur)    Ebola : plus de 20.000 cas en Afrique de l'Ouest début novembre si rien n'est fait pour renforcer les contrôles (OMS)    L'arbitre Bitam persiste et signe    OM    Ali Bey Nasri, président de l'association des exportateurs algériens (ANEXAL)    Mohamed-Cherif Belmihoub, consultant, Professeur en management et développement industriel, à "Liberté"    Selon une étude réalisée par l'éditeur international Sage    La direction de l'UGTA fragilisée par le projet du code du travail    Déclaration du porte-parole adjoint du ministère des Affaires étrangères et du Développement international    Il était l'"émir" de la phalange de Draâ El-Mizan    Hamid Grine au sujet de la nomination de Miloud Chorfi à la tête de l'ARAV    Ils viennent de paraÎtre chez L'arbre à livres    Forum global de lutte contre le terrorisme    Confirmant sa logique terroriste    Mort de poissons dans l'oued Soummam de Sidi-Aïch (Béjaïa)    Italie (4e journée)    Angleterre : Coupe de la Ligue (8es de finale)    "Nous sommes optimistes pour la Palestine"    LE RENOUVELLEMENT DE SES INSTANCES S’EST DÉROULÉ DANS UNE AMBIANCE INHABITUELLE    LE MINISTRE DES AFFAIRES RELIGIEUSES LANCE LE PROGRAMME DE FORMATION DE L’ENCADREMENT DES MOSQUEES :    Exploitation du gisement de fer de Gara Djebilet    Cinq membres du BP dans le collimateur de Saâdani    Les messages de Hamid Grine à la presse    Irak    Le public algérien sous le charme    Sia Tolno et les rythmes exaltants de l'Afrobeat    "Ce souci légitime est amplement partagé..."    ACTUCULT    Le coup de bill’art du Soir    Infrastructures    Des prisonniers palestiniens en grève de la faim    NAHD-JSK avancé au vendredi 26 septembre    Un Salon de l'éducation au Canada les 5 et 6 novembre à Alger    Fondant aux pommes facile    Salade orientale    Jus de gingembre    L'oreille en coin    Médicaments: la filière du désert tombe    Afin de développer davantage l'Algérie et assurer sa prospérité : "Nécessité de se nourrir des valeurs de Novembre"    Pollution : Les côtes algériennes gravement menacées    Mines et carrières : Bouchouareb veut valoriser le marbre    Fusion : Siemens intéressé à son tour par l'américain Dresser-Rand    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

TIZI-OUZOU
Quand le banditisme tourne à l'industrie
Publié dans Le Soir d'Algérie le 17 - 09 - 2012

Vol de véhicules, agressions, cambriolages, vols, rackets, faux barrages… Le grand banditisme n'en finit pas de semer la terreur à travers les quatre coins de la wilaya en dépit des efforts consentis par les services de sécurité, jugés insuffisants eu égard à cette exponentielle recrudescence de la criminalité.
Ainsi, l'on croit savoir, selon une source généralement bien informée, que plus de 500 «foyers de criminalité » auraient été comptabilisés au niveau de la wilaya. Certaines régions sont plus particulièrement ciblées par le grand banditisme à l'instar de cette partie sud de Tizi-Ouzou qui englobe les daïras des Ouacifs, Ouadhias, Beni- Douala, Maâtkas, Boghni, Draâ-El- Mizan et Tizi-Gheniff. En effet, ces circonscriptions qui comptent quelque 24 communes souffrent aussi des affres du terrorisme où plusieurs bases arrière de l'ex-GSPC s'y trouvent. Nous pourrions citer entre autres Amjoudh, El- Maj, Takhoukht, Boumahni... Ce qui laisse supposer qu'il existe bel et bien une interconnexion entre les terroristes islamistes d'Aqmi et les brigands qui tiennent quelquefois des territoires et des axes routiers tout entiers à l'image de ce CW128 considéré comme un no man's land par ces usagers qui ont toujours la peur au ventre quand ils empruntent cette voie qui relie Boghni à Tizi- Ouzou. Ainsi, quelquefois on trouve des lieux de débauche dans des endroits réputés pour être des fiefs des islamistes armés, mais ces derniers n'ont curieusement jamais inquiété leurs propriétaires. Le blanchiment d'argent est évidemment impossible à contrôler par les services de sécurité. Ce qui favorise ainsi la recrudescence et la naissance même d'autres réseaux du grand banditisme qui se nourrissent de la petite délinquance. Le kidnapping est devenu tout bonnement une industrie. Les ravisseurs négocient avec les familles des victimes et finissent par trouver un «marché», les rançons payées, les otages libérés et la République médusée ! Invraisemblable, c'est comme si l'Etat n'existe plus dans cette région. Les centaines (environ 740) descentes policières de la SWPJ de Tizi-Ouzou, les 6 833 interpellations et une centaine d'inculpés déférés devant la justice en un seul mois n‘ont pas suffi à juguler toute cette insécurité qui frappe de plein fouet les villes et les villages, mais aussi les routes et chemins dont certains sont devenus de véritables coupegorges. Des dizaines de véhicules ont été volés depuis 2010 et la plupart de ces crimes n'ont toujours pas été élucidés à ce jour, au grand dam des victimes. Des centaines de citoyens blessés par leurs agresseurs dans des attaques à main armée dans des faux barrages sont toujours traumatisés. Il mérite de rappeler que certaines communes ne disposent tout simplement pas d'aucun service de sécurité à l'image par exemple des communes de Tizi n'Tleta, Ath Zmenzer, Souk-El-Tenine, Aït Bouaddou, Agouni Gueghrane, Frikat, Bounouh, Aït Yahia Moussa, Beni Aïssi... L'ambitieux projet d'implantation de brigades de Gendarmerie nationale à travers l'ensemble des communes qui n'en disposent pas est en veilleuse et ce ne sera sans doute pas pour demain que cela pourrait être concrétisé en raison de différentes contraintes (souvent foncières) que rencontrent les municipalités, et probablement pour d'autres raisons aussi que nous ignorons. C'est dire, en somme, que c'est tout un plan Marshall qui est nécessaire pour cette wilaya pour endiguer cette insécurité grandissante qui a touché tous les villages autrefois havres de paix.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.