Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce samedi    Un malaise secoue le vieux parti de l'opposition    Ould Abbès: "C'est une tempête dans un verre d'eau"    Enjeux et convoitises sur un continent    Les échanges en quelques chiffres    Alger accueille la Com ces 11 et 12 décembre à Alger    Le ras-le-bol des citoyens    L'Algérie fait-elle exception ?    François Hollande jette l'éponge    Les terroristes observent la trêve et quittent la ville d'al-Tal    L'opposant Barrow l'emporte sur Jammeh    Les Etats-Unis frappent un dernier carré de jihadistes à Syrte    Le Danemark va retirer ses F-16 qui bombardent l'EI    "On aurait pu faire mieux!"    Raouraoua à la 1re réunion à Yaoundé    Les Hamraoua pour prendre seuls les commandes    Hamroun désigné joueur du mois de novembre    Abid Charef et Etchiali retenus par la CAF    11 clubs attendus à la première étape    Le leader tombe à Bel-Abbès    Les nouvelles mesures de Benghebrit    Qui protège le consommateur?    Un lycéen tue son camarade    3.200 malades déclarés en Algérie    Saisie de 10 kg de kif et plus de 1000 comprimés    Deux morts et trois blessés au nord d'Adrar    La grandeur dans la simplicité    40 participants aux Journées maghrébines de la photographie    La rivalité entre le théâtre et le cinéma    Des lauréats de concours arabes et internationaux distingués    Deux terroristes arrêtés et deux autres abattus en novembre    De la révolution d'octobre (88) à wallou    Les efforts diplomatiques s'accélèrent, la situation humanitaire critique    Aux producteurs de respecter leurs engagements    La pentapole immaculée    Une artiste autodidacte aux doigts de fée    Le président de la République rend hommage à une icône de la chanson chaâbi    Le président Bouteflika salue les réalisations importantes accomplies dans le cadre des relations de fraternité    Début des épreuves à 9h et deux matiè res par jour    Hanoune appelle les jeunes à participer à l'activité politique pour opérer un changement positif    Le MC Oran veut s'emparer seul du fauteuil de leader    Funérailles populaires pour le maître    Flambée de violences entre milices dans la capitale libyenne    Algérie: De nouvelles procédures pour mieux protéger le consommateur (ministère du commerce)    France : Comment le « Hollandexit » promet de rebattre les cartes de l'élection présidentielle    Les MOOCs, l'innovation pédagogique à la portée de tous    Immigration : fuite des cerveaux algériens    Ce week end, on sort!    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





TIZI-OUZOU
Quand le banditisme tourne à l'industrie
Publié dans Le Soir d'Algérie le 17 - 09 - 2012

Vol de véhicules, agressions, cambriolages, vols, rackets, faux barrages… Le grand banditisme n'en finit pas de semer la terreur à travers les quatre coins de la wilaya en dépit des efforts consentis par les services de sécurité, jugés insuffisants eu égard à cette exponentielle recrudescence de la criminalité.
Ainsi, l'on croit savoir, selon une source généralement bien informée, que plus de 500 «foyers de criminalité » auraient été comptabilisés au niveau de la wilaya. Certaines régions sont plus particulièrement ciblées par le grand banditisme à l'instar de cette partie sud de Tizi-Ouzou qui englobe les daïras des Ouacifs, Ouadhias, Beni- Douala, Maâtkas, Boghni, Draâ-El- Mizan et Tizi-Gheniff. En effet, ces circonscriptions qui comptent quelque 24 communes souffrent aussi des affres du terrorisme où plusieurs bases arrière de l'ex-GSPC s'y trouvent. Nous pourrions citer entre autres Amjoudh, El- Maj, Takhoukht, Boumahni... Ce qui laisse supposer qu'il existe bel et bien une interconnexion entre les terroristes islamistes d'Aqmi et les brigands qui tiennent quelquefois des territoires et des axes routiers tout entiers à l'image de ce CW128 considéré comme un no man's land par ces usagers qui ont toujours la peur au ventre quand ils empruntent cette voie qui relie Boghni à Tizi- Ouzou. Ainsi, quelquefois on trouve des lieux de débauche dans des endroits réputés pour être des fiefs des islamistes armés, mais ces derniers n'ont curieusement jamais inquiété leurs propriétaires. Le blanchiment d'argent est évidemment impossible à contrôler par les services de sécurité. Ce qui favorise ainsi la recrudescence et la naissance même d'autres réseaux du grand banditisme qui se nourrissent de la petite délinquance. Le kidnapping est devenu tout bonnement une industrie. Les ravisseurs négocient avec les familles des victimes et finissent par trouver un «marché», les rançons payées, les otages libérés et la République médusée ! Invraisemblable, c'est comme si l'Etat n'existe plus dans cette région. Les centaines (environ 740) descentes policières de la SWPJ de Tizi-Ouzou, les 6 833 interpellations et une centaine d'inculpés déférés devant la justice en un seul mois n‘ont pas suffi à juguler toute cette insécurité qui frappe de plein fouet les villes et les villages, mais aussi les routes et chemins dont certains sont devenus de véritables coupegorges. Des dizaines de véhicules ont été volés depuis 2010 et la plupart de ces crimes n'ont toujours pas été élucidés à ce jour, au grand dam des victimes. Des centaines de citoyens blessés par leurs agresseurs dans des attaques à main armée dans des faux barrages sont toujours traumatisés. Il mérite de rappeler que certaines communes ne disposent tout simplement pas d'aucun service de sécurité à l'image par exemple des communes de Tizi n'Tleta, Ath Zmenzer, Souk-El-Tenine, Aït Bouaddou, Agouni Gueghrane, Frikat, Bounouh, Aït Yahia Moussa, Beni Aïssi... L'ambitieux projet d'implantation de brigades de Gendarmerie nationale à travers l'ensemble des communes qui n'en disposent pas est en veilleuse et ce ne sera sans doute pas pour demain que cela pourrait être concrétisé en raison de différentes contraintes (souvent foncières) que rencontrent les municipalités, et probablement pour d'autres raisons aussi que nous ignorons. C'est dire, en somme, que c'est tout un plan Marshall qui est nécessaire pour cette wilaya pour endiguer cette insécurité grandissante qui a touché tous les villages autrefois havres de paix.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.