Le président Bouteflika reçoit des messages de condoléances à la suite du crash de l'avion d'Air Algérie    Transfert : Belkalem rejoint Trabzonspor en Autriche    Crash d'avion au Mali: Aucun corps n'a encore été identifié (responsable)    Habitat: 83 entreprises présélectionnées dans une nouvelle short-list de sociétés de réalisation (ministère)    Inauguration de la nouvelle ligne aérienne Tlemcen-Istanbul    Agression israélienne contre Ghaza : une minute de silence observée à Alger    L'Algérie soucieuse d'établir des relations "normales" avec le Maroc (Lamamra)    Tizi-Ouzou : inauguration d'un espace vert à la mémoire du journaliste et écrivain Tahar Djaout    Tlemcen : les plages de Marsa Ben M'hidi prises d'assaut    Tunisie    La justice ouvre une enquête préliminaire    Evénements de Berriane    Plus de 6.000 logements sociaux lancés avant fin 2014 à Constantine (OPGI)    Après Sétif    Libye: Le nouveau parlement décide de se réunir en urgence    Le président Bouteflika décide d'une aide pour la Palestine de 25 millions de dollars, particulièrement pour Ghaza    Les Libyens voyaient en lui leur sauveur    Tunisie    Malgré une saison difficile l'année dernière    Un missi dominici pour Ghardaïa !    Mascara    Au-delà du changement des premiers responsables    Accidents de la circulation    Algérie: 840 millions USD d'importations exonérées de droits de douane au port d'Oran    L'APRUE lance un programme d'évaluation de l'efficacité énergétique    Probité    à l'occasion du 15e anniversaire de son accession au Trône    Comment les Européens, la France en tête, financent Al Qaîda    Accouchement dans l'avion Oran-Grenoble    Deux nouvelles productions en préparation    Préservé par les Touareg du Tassili    Comment éviter le fair-play financier ?    Comme catharsis, 24 ans après la guerre    Troubles à l'ordre public à Aïn Azel    Quelle partie de dominos?    Boudebouz intéresserait Southampton et Sociedad    Les Algériens auraient pu mieux faire    Une partie de la mémoire des Constantinois s'en va    Rajeunissement imminent des Verts !    Classement ATP, Djokovic et Williams dominent toujours le top 10    Fiba-Afrique (élections), deux candidats pour la présidence    Tajmaât et les sources d'eau, des lieux de mémoire ignorés    Les sages-femmes s'imposent    L'ONCI organise les soirées du CASIF 2014 de Sidi Fredj    Volkswagen : Etablissement de deux nouvelles usines de production en Chine    Fin du ramadhan : Les Algériens repartent en vacances    Animation durant le Ramadhan : Rush des citoyens vers les lieux de loisirs    Au grand bonheur des familles : L'opération de relogement reprendra à la mi-août    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

TIZI-OUZOU
Quand le banditisme tourne à l'industrie
Publié dans Le Soir d'Algérie le 17 - 09 - 2012

Vol de véhicules, agressions, cambriolages, vols, rackets, faux barrages… Le grand banditisme n'en finit pas de semer la terreur à travers les quatre coins de la wilaya en dépit des efforts consentis par les services de sécurité, jugés insuffisants eu égard à cette exponentielle recrudescence de la criminalité.
Ainsi, l'on croit savoir, selon une source généralement bien informée, que plus de 500 «foyers de criminalité » auraient été comptabilisés au niveau de la wilaya. Certaines régions sont plus particulièrement ciblées par le grand banditisme à l'instar de cette partie sud de Tizi-Ouzou qui englobe les daïras des Ouacifs, Ouadhias, Beni- Douala, Maâtkas, Boghni, Draâ-El- Mizan et Tizi-Gheniff. En effet, ces circonscriptions qui comptent quelque 24 communes souffrent aussi des affres du terrorisme où plusieurs bases arrière de l'ex-GSPC s'y trouvent. Nous pourrions citer entre autres Amjoudh, El- Maj, Takhoukht, Boumahni... Ce qui laisse supposer qu'il existe bel et bien une interconnexion entre les terroristes islamistes d'Aqmi et les brigands qui tiennent quelquefois des territoires et des axes routiers tout entiers à l'image de ce CW128 considéré comme un no man's land par ces usagers qui ont toujours la peur au ventre quand ils empruntent cette voie qui relie Boghni à Tizi- Ouzou. Ainsi, quelquefois on trouve des lieux de débauche dans des endroits réputés pour être des fiefs des islamistes armés, mais ces derniers n'ont curieusement jamais inquiété leurs propriétaires. Le blanchiment d'argent est évidemment impossible à contrôler par les services de sécurité. Ce qui favorise ainsi la recrudescence et la naissance même d'autres réseaux du grand banditisme qui se nourrissent de la petite délinquance. Le kidnapping est devenu tout bonnement une industrie. Les ravisseurs négocient avec les familles des victimes et finissent par trouver un «marché», les rançons payées, les otages libérés et la République médusée ! Invraisemblable, c'est comme si l'Etat n'existe plus dans cette région. Les centaines (environ 740) descentes policières de la SWPJ de Tizi-Ouzou, les 6 833 interpellations et une centaine d'inculpés déférés devant la justice en un seul mois n‘ont pas suffi à juguler toute cette insécurité qui frappe de plein fouet les villes et les villages, mais aussi les routes et chemins dont certains sont devenus de véritables coupegorges. Des dizaines de véhicules ont été volés depuis 2010 et la plupart de ces crimes n'ont toujours pas été élucidés à ce jour, au grand dam des victimes. Des centaines de citoyens blessés par leurs agresseurs dans des attaques à main armée dans des faux barrages sont toujours traumatisés. Il mérite de rappeler que certaines communes ne disposent tout simplement pas d'aucun service de sécurité à l'image par exemple des communes de Tizi n'Tleta, Ath Zmenzer, Souk-El-Tenine, Aït Bouaddou, Agouni Gueghrane, Frikat, Bounouh, Aït Yahia Moussa, Beni Aïssi... L'ambitieux projet d'implantation de brigades de Gendarmerie nationale à travers l'ensemble des communes qui n'en disposent pas est en veilleuse et ce ne sera sans doute pas pour demain que cela pourrait être concrétisé en raison de différentes contraintes (souvent foncières) que rencontrent les municipalités, et probablement pour d'autres raisons aussi que nous ignorons. C'est dire, en somme, que c'est tout un plan Marshall qui est nécessaire pour cette wilaya pour endiguer cette insécurité grandissante qui a touché tous les villages autrefois havres de paix.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.