Les dépouilles de deux terroristes découvertes par les forces de l'ANP à Bouira    Une école coranique pour apprendre les règles de psalmodie et de récitation    Un hommage à la dimension de l'homme et de son œuvre    PRODUITS ALIMENTAIRES : Les industriels appelés à limiter l'utilisation du sucre et du sel    Emprunt obligataire de l'Etat: 251 milliards DA collectés    Les dernières    Mexique : 5 personnes et 3 policiers tués en une journée    Pays de Galles : Bale annonce clairement les objectifs de sa sélection    CAF Ligue des champions : L'ES Sétif disqualifiée    "Evasion andalouse", un concert où l'authenticité se mêle à la musique universelle    18 morts et 580 blessés dans des accidents de la routes depuis le début du Ramadhan    Le tourisme plombé par les sites de chalets sur la côte    1500 repas/ jour sont servis par 8 restaurants rahma    Horaires des prières 20 ramadhan 1437    L'ambassade d'Algérie à Bruxelles réaffirme la position constante de l'Algérie sur la question du Sahara Occidental    Le non-lieu confirmé en appel    Euro-2016 (HuitiÚmes de finale)    Lettre de province    Le Brexit n'est pas un "divorce à l'amiable", prévient Juncker    Syrie: l'alliance arabo-kurde avance sur Minbej    Blida: 11 blessés dans un incendie au centre commercial "Top shop" (bilan final)    Voyage culinaire    Venezuela: signatures validées pour un référendum anti-Maduro    Elle qualifie la situation que traverse le pays de «grave»    Concours de recrutement des enseignants    Logements AADL: Tebboune déclare la guerre aux sous-locations    Constantine - Session partielle du bac: Six tentatives de triche déjouées    RELIZANE: Près de 500 personnes interpellées depuis le début du ramadhan    Il était condamné à cinq ans de prison par défaut : arrestation d'un individu faisant l'objet de cinq mandats d'arrêt    Projets d'un complexe frigorifique et d'un port sec visités: Vers un pôle agroalimentaire dans la zone El-Kerma-Tafraoui    Projet de loi sur l'obligation de réserve des militaires: Khakled Nezzar en appelle aux députés    MC Oran: Omar Belatoui, nouvel entraîneur    Ghoulam : «Rendre nos supporters fiers de nous»    «Pas de licence en 2017 sans investissement»    El-Ghazi : «Les employeurs ont jusqu'à fin 2016»    Faciliter le déplacement du citoyen sans encombre    Gaïd-Salah supervise la disponibilité opérationnelle des unités de combat    L'Autorité de régulation de l'audiovisuel (ARAV) : Tenue de la 1ère réunion consacrée au "plan d'action"    L'ES Sétif disqualifiée    Le MC Alger débute son premier stage    Bouaoud prépare les JO en France    Le gouvernement lie tout accord de paix au retrait des rebelles    Le sens d'une visite    La diva Nouara anime un récital    En hommage à Mohamed Tahar Fergani    Des soirées riches en couleur et en sonorités    Succès du bouquet Arabia durant le Ramadhan    Des cadavres dans le placard    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





TIZI-OUZOU
Quand le banditisme tourne à l'industrie
Publié dans Le Soir d'Algérie le 17 - 09 - 2012

Vol de véhicules, agressions, cambriolages, vols, rackets, faux barrages… Le grand banditisme n'en finit pas de semer la terreur à travers les quatre coins de la wilaya en dépit des efforts consentis par les services de sécurité, jugés insuffisants eu égard à cette exponentielle recrudescence de la criminalité.
Ainsi, l'on croit savoir, selon une source généralement bien informée, que plus de 500 «foyers de criminalité » auraient été comptabilisés au niveau de la wilaya. Certaines régions sont plus particulièrement ciblées par le grand banditisme à l'instar de cette partie sud de Tizi-Ouzou qui englobe les daïras des Ouacifs, Ouadhias, Beni- Douala, Maâtkas, Boghni, Draâ-El- Mizan et Tizi-Gheniff. En effet, ces circonscriptions qui comptent quelque 24 communes souffrent aussi des affres du terrorisme où plusieurs bases arrière de l'ex-GSPC s'y trouvent. Nous pourrions citer entre autres Amjoudh, El- Maj, Takhoukht, Boumahni... Ce qui laisse supposer qu'il existe bel et bien une interconnexion entre les terroristes islamistes d'Aqmi et les brigands qui tiennent quelquefois des territoires et des axes routiers tout entiers à l'image de ce CW128 considéré comme un no man's land par ces usagers qui ont toujours la peur au ventre quand ils empruntent cette voie qui relie Boghni à Tizi- Ouzou. Ainsi, quelquefois on trouve des lieux de débauche dans des endroits réputés pour être des fiefs des islamistes armés, mais ces derniers n'ont curieusement jamais inquiété leurs propriétaires. Le blanchiment d'argent est évidemment impossible à contrôler par les services de sécurité. Ce qui favorise ainsi la recrudescence et la naissance même d'autres réseaux du grand banditisme qui se nourrissent de la petite délinquance. Le kidnapping est devenu tout bonnement une industrie. Les ravisseurs négocient avec les familles des victimes et finissent par trouver un «marché», les rançons payées, les otages libérés et la République médusée ! Invraisemblable, c'est comme si l'Etat n'existe plus dans cette région. Les centaines (environ 740) descentes policières de la SWPJ de Tizi-Ouzou, les 6 833 interpellations et une centaine d'inculpés déférés devant la justice en un seul mois n‘ont pas suffi à juguler toute cette insécurité qui frappe de plein fouet les villes et les villages, mais aussi les routes et chemins dont certains sont devenus de véritables coupegorges. Des dizaines de véhicules ont été volés depuis 2010 et la plupart de ces crimes n'ont toujours pas été élucidés à ce jour, au grand dam des victimes. Des centaines de citoyens blessés par leurs agresseurs dans des attaques à main armée dans des faux barrages sont toujours traumatisés. Il mérite de rappeler que certaines communes ne disposent tout simplement pas d'aucun service de sécurité à l'image par exemple des communes de Tizi n'Tleta, Ath Zmenzer, Souk-El-Tenine, Aït Bouaddou, Agouni Gueghrane, Frikat, Bounouh, Aït Yahia Moussa, Beni Aïssi... L'ambitieux projet d'implantation de brigades de Gendarmerie nationale à travers l'ensemble des communes qui n'en disposent pas est en veilleuse et ce ne sera sans doute pas pour demain que cela pourrait être concrétisé en raison de différentes contraintes (souvent foncières) que rencontrent les municipalités, et probablement pour d'autres raisons aussi que nous ignorons. C'est dire, en somme, que c'est tout un plan Marshall qui est nécessaire pour cette wilaya pour endiguer cette insécurité grandissante qui a touché tous les villages autrefois havres de paix.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.