L'heure est aux lois organiques    Le code de procédure pénale doit être adapté à la nouvelle Constitution    Sellal à Dubaï pour le sommet mondial des gouvernements    L'adoption de la nouvelle Constitution saluée par les partenaires socioéconomiques    Remise des premières préaffectations    La nouvelle réglementation pousse le marché à la hausse    « Disposé à engager des partenariats gagnant-gagnant » avec l'Algérie    Algérie-France: Une forte relation de confiance en les deux pays (Hidalgo)    Les vrais enjeux de la nouvelle guerre froide    Le Caraso dénonce les « graves » déclarations de Sarkozy    La frontière avec la Libye renforcée par un « système d'obstacles »    Tennis/Championnats d'Afrique 2016 "juniors" : entrée en lice des algériens Boudjadi et Sahtali    Arrestation de quatre contrebandiers et trente-cinq immigrants clandestins    Incendie dans un appartement à Hadjout et dans une maison à Oued El Belaâ    Le chercheur algérien Farhi Bakir décroche le prix Maurice Audin    « L'âne mort » de Chawki Amari lauréat du Prix « Adelf 2015 »    Acquisition d'ouvrages    Mondial-2016 de fleuret dames: La Russie sacrée par équipes    DOUAR ‘'M'SAID'' (KHADRA) : Découverte de 12 kg de kif dissimulés dans un champ agricole    15 techniciens en cinq ans: Le MCA, ce «croqueur» d'entraîneurs    USMH: Charef malmené    Russie: Sept présumés éléments de Daech arrêtés    Constantine, capitale de la culture arabe 2015 : Plus que deux mois pour la clôture    "Marée noire, colère rouge" de Vautier, jamais présenté aux téléspectateurs    Les chiffres sont alarmants / Echec scolaire : à qui la faute ?    Les Verts à l'étranger / Premier League - Favori pour le titre de meilleur joueur de la saison : Riyad Mahrez successeur d'Eden Hazard ?    France : bientôt de la peau humaine par imprimante 3D    Villes d'Alger et de Paris : A l'heure d'un nouveau partenariat    Betrouni et le CA du club à la recherche du successeur d’Ighil    La Banque d'Algérie s'appuie sur le savoir-faire palestinien    Les investissements dans l'amont pétrolier plongent    La Syrie victime de visées géopolitiques    Maroc:La RAM va relier Casablanca à Nairobi    Un fléau qui peut être évité par divers moyens / Cancer : ce n'est pas une fatalité !    en bref...    Licences d’importation de véhicules    MENACE DU VIRUS ZIKA EN ALGÉRIE    Document    Près de 200 caméras de vidéosurveillance installées    La commission de recours de la FAF déboute Merzougui    Ces Algériens qui n'arrivent pas à s'imposer dans les pays du Golfe    «Fi rassi rond-point» de Hassan Ferhani : Grand Prix du Festival de Poitiers    6es journées cinématographiques d’Alger    Afghanistan : trois soldats tués dans un attentat    Les Planteurs : Des écoliers en danger    Djelfa : Un camion se renverse, 1 mort et 9 blessés    "Sakiet Sidi-Youcef est un symbole de fraternité"    Tout a été tenté    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





TIZI-OUZOU
Quand le banditisme tourne à l'industrie
Publié dans Le Soir d'Algérie le 17 - 09 - 2012

Vol de véhicules, agressions, cambriolages, vols, rackets, faux barrages… Le grand banditisme n'en finit pas de semer la terreur à travers les quatre coins de la wilaya en dépit des efforts consentis par les services de sécurité, jugés insuffisants eu égard à cette exponentielle recrudescence de la criminalité.
Ainsi, l'on croit savoir, selon une source généralement bien informée, que plus de 500 «foyers de criminalité » auraient été comptabilisés au niveau de la wilaya. Certaines régions sont plus particulièrement ciblées par le grand banditisme à l'instar de cette partie sud de Tizi-Ouzou qui englobe les daïras des Ouacifs, Ouadhias, Beni- Douala, Maâtkas, Boghni, Draâ-El- Mizan et Tizi-Gheniff. En effet, ces circonscriptions qui comptent quelque 24 communes souffrent aussi des affres du terrorisme où plusieurs bases arrière de l'ex-GSPC s'y trouvent. Nous pourrions citer entre autres Amjoudh, El- Maj, Takhoukht, Boumahni... Ce qui laisse supposer qu'il existe bel et bien une interconnexion entre les terroristes islamistes d'Aqmi et les brigands qui tiennent quelquefois des territoires et des axes routiers tout entiers à l'image de ce CW128 considéré comme un no man's land par ces usagers qui ont toujours la peur au ventre quand ils empruntent cette voie qui relie Boghni à Tizi- Ouzou. Ainsi, quelquefois on trouve des lieux de débauche dans des endroits réputés pour être des fiefs des islamistes armés, mais ces derniers n'ont curieusement jamais inquiété leurs propriétaires. Le blanchiment d'argent est évidemment impossible à contrôler par les services de sécurité. Ce qui favorise ainsi la recrudescence et la naissance même d'autres réseaux du grand banditisme qui se nourrissent de la petite délinquance. Le kidnapping est devenu tout bonnement une industrie. Les ravisseurs négocient avec les familles des victimes et finissent par trouver un «marché», les rançons payées, les otages libérés et la République médusée ! Invraisemblable, c'est comme si l'Etat n'existe plus dans cette région. Les centaines (environ 740) descentes policières de la SWPJ de Tizi-Ouzou, les 6 833 interpellations et une centaine d'inculpés déférés devant la justice en un seul mois n‘ont pas suffi à juguler toute cette insécurité qui frappe de plein fouet les villes et les villages, mais aussi les routes et chemins dont certains sont devenus de véritables coupegorges. Des dizaines de véhicules ont été volés depuis 2010 et la plupart de ces crimes n'ont toujours pas été élucidés à ce jour, au grand dam des victimes. Des centaines de citoyens blessés par leurs agresseurs dans des attaques à main armée dans des faux barrages sont toujours traumatisés. Il mérite de rappeler que certaines communes ne disposent tout simplement pas d'aucun service de sécurité à l'image par exemple des communes de Tizi n'Tleta, Ath Zmenzer, Souk-El-Tenine, Aït Bouaddou, Agouni Gueghrane, Frikat, Bounouh, Aït Yahia Moussa, Beni Aïssi... L'ambitieux projet d'implantation de brigades de Gendarmerie nationale à travers l'ensemble des communes qui n'en disposent pas est en veilleuse et ce ne sera sans doute pas pour demain que cela pourrait être concrétisé en raison de différentes contraintes (souvent foncières) que rencontrent les municipalités, et probablement pour d'autres raisons aussi que nous ignorons. C'est dire, en somme, que c'est tout un plan Marshall qui est nécessaire pour cette wilaya pour endiguer cette insécurité grandissante qui a touché tous les villages autrefois havres de paix.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.