Changements à la tête d'entreprises et institutions financières    L'Irak face à l'étrange évolution de Daech    USM Alger, le grand gâchis    Redécouverte de la facette méconnue du poète de l'Enfant-jazz    Procès Khalifa bank : Le déséquilibre au sein de la banque a causé sa faillite    Réseau Internet à M'sila : Mécontentement des abonnés d'Algérie Télécom    Une évolution linéaire    Algérie-Egypte : Renforcement des relations bilatérales    Yémen : Des raids aériens visent des bases militaires à Sanaa    Attaque anti-américaine à Benghazi : Emails de Hillary Clinton rendus publics par le département d'Etat    Affaire de dilapidation de deniers publics : Audition des témoins à la Cour de Boumerdès    Ligue 1 Mobilis L'ES Sétif remporte son 7e titre de champion    Verts d'Europe : Feghouli buteur et passeur à Almeria    Liga BBVA : Le Barça finit en roue libre    JSK : Menad : «Hannachi n'accepte pas d'être critiqué»    Terrorisme : Procès jeudi prochain de 34 individus pour assassinats, rapts et pose de bombes    Ouargla : Nouvelles mesures pour éradiquer les parkings anarchiques    Pour le meilleur accueil des nouveaux bacheliers : M. Hadjar affirme que toutes les conditions sont réunies    Après le remaniement ministériel : M. Abdelaziz Bouteflika préside un Conseil des ministres    Tébessa : Une exposition-concours de photographies prochainement    Des peines de 5 à 10 ans requises à l'encontre des accusés    Des banques et des entreprises publiques changent de patrons    La filière lait en danger    Oran : Grève à la SNTF    Ali Benflis à Constantine : «L'ANP garantira la transition démocratique»    L'Entente au septième ciel    Djabou et Benlamri donnent leur accord à Hamar    Bensalah poussé vers la sortie : Ouyahia reviendra-t-il par la grande porte ?    Bouteflika préside un Conseil des ministres    L'Algérie à Rabat les 25 et 26 mai    Bras de fer entre le Satef et le ministère    15 personnes victimes d'enlèvements au cours du mois de mai    Une priorité nationale    L'EI est entré dans le musée de Palmyre    Deux djihadistes français auteurs d'attentats suicide    Tizi-Ouzou rend hommage à Rabah Ouferhat !    Agenda culturel    61 éléments de Daech abattus    La gendarmerie de Tipasa peaufine le plan Delphine    L'ANP à la pointe du combat    Le caissier Akli accable Abdelmoumène    L'Algérie condamne "énergiquement" l'attentat-suicide    Déficit commercial de 4,32 milliards de dollars durant les 4 premiers mois 2015    Le Widad de Tlemcen en division amateurs    «Nous voulons organiser des journées algériennes en Serbie»    Ici mieux que là -bas    «Les plus grandes vertus peuvent avoir des conséquences funestes, et le contraire est tout aussi vrai.» (Boubegra Funès) : DU SEXE, EN ARABE DANS LE TEXTE    La piÚce Ettefah du TRO présentée à Constantine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

TIZI-OUZOU
Quand le banditisme tourne à l'industrie
Publié dans Le Soir d'Algérie le 17 - 09 - 2012

Vol de véhicules, agressions, cambriolages, vols, rackets, faux barrages… Le grand banditisme n'en finit pas de semer la terreur à travers les quatre coins de la wilaya en dépit des efforts consentis par les services de sécurité, jugés insuffisants eu égard à cette exponentielle recrudescence de la criminalité.
Ainsi, l'on croit savoir, selon une source généralement bien informée, que plus de 500 «foyers de criminalité » auraient été comptabilisés au niveau de la wilaya. Certaines régions sont plus particulièrement ciblées par le grand banditisme à l'instar de cette partie sud de Tizi-Ouzou qui englobe les daïras des Ouacifs, Ouadhias, Beni- Douala, Maâtkas, Boghni, Draâ-El- Mizan et Tizi-Gheniff. En effet, ces circonscriptions qui comptent quelque 24 communes souffrent aussi des affres du terrorisme où plusieurs bases arrière de l'ex-GSPC s'y trouvent. Nous pourrions citer entre autres Amjoudh, El- Maj, Takhoukht, Boumahni... Ce qui laisse supposer qu'il existe bel et bien une interconnexion entre les terroristes islamistes d'Aqmi et les brigands qui tiennent quelquefois des territoires et des axes routiers tout entiers à l'image de ce CW128 considéré comme un no man's land par ces usagers qui ont toujours la peur au ventre quand ils empruntent cette voie qui relie Boghni à Tizi- Ouzou. Ainsi, quelquefois on trouve des lieux de débauche dans des endroits réputés pour être des fiefs des islamistes armés, mais ces derniers n'ont curieusement jamais inquiété leurs propriétaires. Le blanchiment d'argent est évidemment impossible à contrôler par les services de sécurité. Ce qui favorise ainsi la recrudescence et la naissance même d'autres réseaux du grand banditisme qui se nourrissent de la petite délinquance. Le kidnapping est devenu tout bonnement une industrie. Les ravisseurs négocient avec les familles des victimes et finissent par trouver un «marché», les rançons payées, les otages libérés et la République médusée ! Invraisemblable, c'est comme si l'Etat n'existe plus dans cette région. Les centaines (environ 740) descentes policières de la SWPJ de Tizi-Ouzou, les 6 833 interpellations et une centaine d'inculpés déférés devant la justice en un seul mois n‘ont pas suffi à juguler toute cette insécurité qui frappe de plein fouet les villes et les villages, mais aussi les routes et chemins dont certains sont devenus de véritables coupegorges. Des dizaines de véhicules ont été volés depuis 2010 et la plupart de ces crimes n'ont toujours pas été élucidés à ce jour, au grand dam des victimes. Des centaines de citoyens blessés par leurs agresseurs dans des attaques à main armée dans des faux barrages sont toujours traumatisés. Il mérite de rappeler que certaines communes ne disposent tout simplement pas d'aucun service de sécurité à l'image par exemple des communes de Tizi n'Tleta, Ath Zmenzer, Souk-El-Tenine, Aït Bouaddou, Agouni Gueghrane, Frikat, Bounouh, Aït Yahia Moussa, Beni Aïssi... L'ambitieux projet d'implantation de brigades de Gendarmerie nationale à travers l'ensemble des communes qui n'en disposent pas est en veilleuse et ce ne sera sans doute pas pour demain que cela pourrait être concrétisé en raison de différentes contraintes (souvent foncières) que rencontrent les municipalités, et probablement pour d'autres raisons aussi que nous ignorons. C'est dire, en somme, que c'est tout un plan Marshall qui est nécessaire pour cette wilaya pour endiguer cette insécurité grandissante qui a touché tous les villages autrefois havres de paix.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.