Sortir sa famille de la crise    À l'occasion de la fête nationale de leurs pays : Le président Bouteflika félicite plusieurs de ses homologues    Que cache le retour politique de Belkhadem ?    Le Premier ministre Abdelmalek sellal, dès aujourd'hui, en Chine Témoigner de l'évolution de nos relations    Loi de finances 2015 :Des nouvelles mesures pour encourager les entreprises productives    Affaire de l'autoroute est-ouest : Annonce des premières auditions de Chani Medjdoub    Chani Madjdoub : «C'est un mensonge d'Etat, une affaire politique et    Des ministres cités, mais non concernés...    Décision réciproque des autorités : Un diplomate mauritanien non souhaité en Algérie    Tunisie : Travaux d'entretien à la synagogue de la Ghriba en prévision du pèlerinage annuel    Yémen Un nouvel émissaire de l'ONU pour tenter de relancer le dialogue    Minicrise entre Alger et Nouakchott    Verts d'Europe : Carl Medjani de nouveau buteur    Liga BBVA : Le Real enchaîne avec les victoires    USM Alger : Les Algérois en perte de vitesse    MO Béjaïa : Cap sur la Coupe d'Algérie    Fidèle à ses principes : L'Algérie octroie une aide d'un million de dollars au Népal    Education :Le dépôt des dossiers de recrutement des enseignants se poursuit    Les médecins renouent avec la protesta    214 permis de conduire retirés en mars    La Casbah de Mostaganem sera classée prochainement secteur préservé    Perpétuer la tradition constructive des Ksour    Des éditeurs critiquent certaines dispositions    Abderrahmane Dendane saxophoniste du groupe Raïna Raï inhumé à Sidi Bel Abbes    Pfister se tourne vers la Ligue des champions    La nouvelle politique selon Said Djellab    Le bilan continue de s'alourdir    Les Chypriotes-turcs élisent leur nouveau dirigeant    Le salon de l'utilitaire ouvre ses portes à Oran    Une situation explosive !    Des habitants du VSA ferment le siège de l'APC de Chabet El Ameur    L'endocrinologue    Un TGV inter-maghrébin !    Le PT accuse la ministre de la Culture    Le livre fait débat à l'APN    22 wilayas dotées de surveillance électronique    Les étudiants de nouveau en grève    L'Onda ressuscite Slimane Azem    Bayern : Robben pressenti pour revenir face à Dortmund    Fekir : «Je suis content d'avoir choisi la France et je ne regrette rien»    Un député du PT accuse la ministre de la Culture de financement public d'un projet de film privé    l'ONDA rend hommage à Slimane Azem    MCA : Hadj Ahmed : «Les Harrachis auront 300 billets»    John Kerry et son homologue iranien Javad Zarif se rencontrent à New York    Généralisation de la corruption    Algérie-Education nationale:poursuite du dépôt des dossiers de recrutement des enseignants    La CNLTD toujours sur la brèche    25 000 établissements scolaires et 10 millions d'enfants ciblés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

L'ETHIQUE MEDICALE EN ALGERIE
Les médecins sont peu formés
Publié dans Le Soir d'Algérie le 12 - 06 - 2008

L'éthique médicale est peu enseignée dans les universités algériennes. C'est le constat établi hier par le Pr Moussa Arrada, doyen de la Faculté de médecine de l'Université d'Alger, en marge des travaux du deuxième séminaire international sur l'éthique médicale, organisé à l'hôtel El-Aurassi.
Lyès Menacer - Alger (Le Soir) - L'objectif de l'organisation de cette rencontre répond justement à ce besoin de sensibiliser les étudiants et les médecins en exercice sur la nécessité du respect de l'éthique médicale pour une meilleure prise en charge des malades. «L'éthique médicale est la science du devoir médical. Il y a des règles morales qui régissent l'exercice du métier de médecin. Ce dernier doit donc les respecter quotidiennement», dira le docteur Bekkat-Berkani Mohamed, président du conseil national de l'Ordre des médecins. Mais il y a des cas où le médecin se retrouve les mains liées, ce qui le pousse parfois à commettre des actes passibles de poursuites judiciaires. Le docteur Bekkat cite l'exemple des médecins condamnés pour le viol de la loi interdisant l'avortement. «La loi autorisant l'interruption médicale de la grossesse n'est pas claire pour le moment. Durant la période du terrorisme, des autorisations spéciales sont délivrées pour l'avortement des femmes enlevées. Ce n'est pas le cas des femmes enlevées dans le cadre du droit commun où la loi ne répond pas de manière claire. Cela est le problème des médecins qui sont constamment sous la menace de l'article 300 du Code pénal qui punit l'avortement dit criminel», ajoutera-t-il. Faire évoluer la législation en Algérie demeure le seul moyen pour un exercice efficient de la médecine. Le docteur Bekkat propose à cet effet «une profonde réflexion sur le sujet à laquelle devront participer les médecins, les hommes de religion et les autorités publiques». «Nous ne devrons pas continuer à être prisonniers des tabous. La médecine évolue et nous devrons nous aussi évoluer en engageant un large débat qui doit réunir toutes les franges de la société.» Autrement dit, le président du conseil de l'Ordre des médecins estime que la société doit aussi changer de mentalité et participer activement à cette évolution. «L'éthique, c'est l'image d'une société à une époque donnée de l'histoire», indiquera-t-il en évoquant la polémique suscitée au sein de la société, des instances religieuses et des spécialistes de la santé par l'introduction de la greffe d'organes dans nos hôpitaux. Evoquant la question des soins palliatifs et leur relation avec l'éthique médicale, le président de la commission de l'éthique médicale de la faculté de médecine d'Alger, le professeur Lamara Mohamed, déclara qu'«il est universellement connu que les hôpitaux sont des lieux déshumanisés. Les éthiciens n'ont jamais cessé de tirer la sonnette d'alarme sur l'absence de considération du malade en tant que personne qui mérite d'être respectée». L'accompagnement médical des malades à l'intérieur des structures de santé et à l'extérieur rentre aussi dans le cadre du respect de l'éthique médicale, rappelle le professeur Lamara qui a insisté sur l'implication des psychologues dans la prise en charge psychologique des patients. De son côté, le doyen de la Faculté de médecine d'Alger, le professeur Moussa Arrada, a souligné la nécessité de l'organisation de la formation médicale continue qui, selon lui, contribuera positivement au respect de l'éthique médicale. Notons, enfin, que le deuxième séminaire international sur l'éthique médicale a vu la participation d'éminents professeurs de médecine, issus de différentes spécialités médicales, dans le but d'échanger les expériences et de proposer des solutions capables d'apporter un plus dans le secteur de la santé en Algérie.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.