Le scrutin s'est déroulé conformément aux standards internationaux (observateurs)    Le ministre de l'Intérieur est le seul habilité à annoncer les résultats préliminaires du scrutin (Belaiz)    Décès de Gabriel Garcia Marquez, prix Nobel de Littérature    Calme et sérénité marquent l'élection présidentielle de 2014, en dépit de quelques incidents maîtrisés    Le Conseil constitutionnel rappelle que la proclamation des résultats définitifs relève de sa seule compétence    Bouteflika annoncé comme le favori de l'élection présidentielle à Sétif    Violente manifestation à EL Asnam (Bouira) - Video -    Deux collégiens se noient près de Beni-Haroun (Mila)    Plus de 75 parlementaires européens appellent à l'élargissement du mandat de la MINURSO    La réussite de la démocratie en Algérie "importante" pour les pays arabes (observateur)    Ghardaïa : des bus affrétés pour le vote    44 gendarmes blessés à Bouira    Le fondateur de la cinémathèque algérienne, Ahmed Hocine, est décédé    Algérie - Le présumé assassin de Akram à Zeralda avait passé la nuit d'avant « chez l'Etat » (habitants)    Ali Benflis réitère son appel pour une participation massive au scrutin    24e coupe d'Afrique des clubs champions (dames): le GS Pétroliers et le NR Chlef présents en Tunisie    Saisie à Maghnia (Tlemcen) de 224 kg de kif traité en provenance du Maroc    Il est venu en chaise roulante    Présidentielle 2014: les Etats-Unis ne soutiennent aucun candidat (Psaki)    L'Algérie est un pays "démocratique" qui "dira ce qu'il veut" par les urnes (observatrice française)    24% des produits analysés sont non conformes    La Libye s'apprête à reprendre ses exportations pétrolières    Libye:les ravisseurs de l'ambassadeur de la Jordanie réclament son échange contre un prisonnier    Un calendrier dantesque attend l'Entente    Ouverture des bureaux de vote    "Notre objectif sera de passer au second tour"    Bernard Challandes en tournée en Russie    Salem Tamma qualifié aux 16es de finale    Le bras de fer se durcit dans l'Est du pays    39,5 millions d'abonnés en 2013    Des dizaines de Palestiniens blessés par les forces d'occupation    Plus d'un millier de pièces récupérées en 2013    Les chances algériennes au Festival de Cannes    Les compétences locales largement mobilisées    "Abdelhamid Ben Badis était un esprit érudit et un moudjahid"    Batna : Stage de formation pour la 1ère promotion de porteurs de projets suivis par l'incubateur    130 000 gendarmes pour sécuriser 7541 centres de vote    De nouveaux projets en cours    Rattraper les retards à Boughrara-Saoudi    Libye : Après 8 mois de blocage, le pays s'apprête à exporter du pétrole depuis l'Est    Adlène Guedioura : "Bentaleb sera l'une des stars de l'équipe"    France : La sûreté nucléaire globalement assez satisfaisante en 2013    USA : La Fed envisage de nouvelles règles de capitaux pour les banques    Anciens et nouveaux artistes peuvent être complémentaires    Hommage au défunt président Ali Kafi    La régulation des agences immobilières s'impose    La liste des 23 pèse déjà dans les têtes    CAN-2014 Dames, la Tunisie au tournoi de Menton (France)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

L'ETHIQUE MEDICALE EN ALGERIE
Les médecins sont peu formés
Publié dans Le Soir d'Algérie le 12 - 06 - 2008

L'éthique médicale est peu enseignée dans les universités algériennes. C'est le constat établi hier par le Pr Moussa Arrada, doyen de la Faculté de médecine de l'Université d'Alger, en marge des travaux du deuxième séminaire international sur l'éthique médicale, organisé à l'hôtel El-Aurassi.
Lyès Menacer - Alger (Le Soir) - L'objectif de l'organisation de cette rencontre répond justement à ce besoin de sensibiliser les étudiants et les médecins en exercice sur la nécessité du respect de l'éthique médicale pour une meilleure prise en charge des malades. «L'éthique médicale est la science du devoir médical. Il y a des règles morales qui régissent l'exercice du métier de médecin. Ce dernier doit donc les respecter quotidiennement», dira le docteur Bekkat-Berkani Mohamed, président du conseil national de l'Ordre des médecins. Mais il y a des cas où le médecin se retrouve les mains liées, ce qui le pousse parfois à commettre des actes passibles de poursuites judiciaires. Le docteur Bekkat cite l'exemple des médecins condamnés pour le viol de la loi interdisant l'avortement. «La loi autorisant l'interruption médicale de la grossesse n'est pas claire pour le moment. Durant la période du terrorisme, des autorisations spéciales sont délivrées pour l'avortement des femmes enlevées. Ce n'est pas le cas des femmes enlevées dans le cadre du droit commun où la loi ne répond pas de manière claire. Cela est le problème des médecins qui sont constamment sous la menace de l'article 300 du Code pénal qui punit l'avortement dit criminel», ajoutera-t-il. Faire évoluer la législation en Algérie demeure le seul moyen pour un exercice efficient de la médecine. Le docteur Bekkat propose à cet effet «une profonde réflexion sur le sujet à laquelle devront participer les médecins, les hommes de religion et les autorités publiques». «Nous ne devrons pas continuer à être prisonniers des tabous. La médecine évolue et nous devrons nous aussi évoluer en engageant un large débat qui doit réunir toutes les franges de la société.» Autrement dit, le président du conseil de l'Ordre des médecins estime que la société doit aussi changer de mentalité et participer activement à cette évolution. «L'éthique, c'est l'image d'une société à une époque donnée de l'histoire», indiquera-t-il en évoquant la polémique suscitée au sein de la société, des instances religieuses et des spécialistes de la santé par l'introduction de la greffe d'organes dans nos hôpitaux. Evoquant la question des soins palliatifs et leur relation avec l'éthique médicale, le président de la commission de l'éthique médicale de la faculté de médecine d'Alger, le professeur Lamara Mohamed, déclara qu'«il est universellement connu que les hôpitaux sont des lieux déshumanisés. Les éthiciens n'ont jamais cessé de tirer la sonnette d'alarme sur l'absence de considération du malade en tant que personne qui mérite d'être respectée». L'accompagnement médical des malades à l'intérieur des structures de santé et à l'extérieur rentre aussi dans le cadre du respect de l'éthique médicale, rappelle le professeur Lamara qui a insisté sur l'implication des psychologues dans la prise en charge psychologique des patients. De son côté, le doyen de la Faculté de médecine d'Alger, le professeur Moussa Arrada, a souligné la nécessité de l'organisation de la formation médicale continue qui, selon lui, contribuera positivement au respect de l'éthique médicale. Notons, enfin, que le deuxième séminaire international sur l'éthique médicale a vu la participation d'éminents professeurs de médecine, issus de différentes spécialités médicales, dans le but d'échanger les expériences et de proposer des solutions capables d'apporter un plus dans le secteur de la santé en Algérie.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.