Sidi Bel-Abbès: ouverture de la 8ème édition du Festival culturel local du théâtre professionnel    Algérie - Perspectives de réalisation de 10 grands transferts d'eau à partir du Sud vers les Hauts plateaux    Les dépassements émanant de policiers à Tizi-Ouzou des "actes isolés" (Belaiz)    Ban Ki-moon félicite l'Algérie pour la tenue pacifique des élections présidentielles    Décès de Garcia Marquez: Yousfi présente les condoléances de l'Algérie au nom du président de la République    Coup d'envoi de la 7e caravane de sensibilisation aux accidents de la route    Aucune société britannique ne s'est retirée de l'Algérie après l'attaque de Tiguentourine (Robertson)    Algérie:aucun inconvénient quant à la réalisation d'hôpitaux privés (ministre)    L'allaitement réduirait le risque de maladies cardiovasculaires, selon une étude    Crise ukrainienne    Coupe d'Algérie (finale)/ Déplacement des supporters de la JSK    Equipe nationale    Champions League/ Real Madrid 1 – Bayern Munich 0    Allocation forfaitaire de solidarité (AFS)    Cinq mois de solutions inefficaces    Bourse d'Alger    Bientôt une action de valorisation du patrimoine culturel ancestral du M'zab    Mondial-2014 : pas de matchs en clair sur Eutelsat Hot Bird (FIFA)    Algérie:hausse de plus de 11% de la valeur des importations de marchandises en 2013 (ONS)    Un certificat de conformité est désormais exigé pour toute domiciliation bancaire    Un général de police tué hier dans un nouvel attentat au Caire    Affaire USMMH-USMBA    Ligue 2 (26e journée)    Espagne    Karim Tabou à l'université Mouloud-Mammeri de Tizi Ouzou    BRÈVES de l'Ouest    Elle avait été transférée dans une clinique privée    À une semaine de l'échéance de la médiation washingtonienne    Clôture de la rencontre des cinq pays du Sahel    Ansej    Clarifications de Mohamed Chafik Mesbah    Marrakech veut attirer 3,8 millions de touristes par an à l'horizon 2018    Algérie:faire de la PME un axe stratégique de développement local (FCE)    «J'ai eu trois millions de voix»    Après la proclamation des résultats par le Conseil constitutionnel    Projet de reconstruction du navire historique «Raïs Hamidou»    Une nette hausse au 1er trimestre 2014    L'ambassadeur américain à Alger rend visite au CRA    Washington et Téhéran exposent leurs arguments    Algérie - Côte d'Ivoire les 30 avril et 3 mai à Alger    Erdogan présente les condoléances de la Turquie    Décryptage du vote de notre émigration    "La guerre d'Algérie" n'est pas finie à Cannes    Tunisie : Une cellule de crise pour suivre la situation des deux diplomates kidnappés en Libye    La CNAS a lancé un sondage d'opinion sur ses prestations    Le patrimoine attend toujours une réelle et pérenne prise en charge    Pourquoi interroger le passé, l'avenir n'est-il pas plus important ?    Une ressource symbolique et économique non renouvelable    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

L'ETHIQUE MEDICALE EN ALGERIE
Les médecins sont peu formés
Publié dans Le Soir d'Algérie le 12 - 06 - 2008

L'éthique médicale est peu enseignée dans les universités algériennes. C'est le constat établi hier par le Pr Moussa Arrada, doyen de la Faculté de médecine de l'Université d'Alger, en marge des travaux du deuxième séminaire international sur l'éthique médicale, organisé à l'hôtel El-Aurassi.
Lyès Menacer - Alger (Le Soir) - L'objectif de l'organisation de cette rencontre répond justement à ce besoin de sensibiliser les étudiants et les médecins en exercice sur la nécessité du respect de l'éthique médicale pour une meilleure prise en charge des malades. «L'éthique médicale est la science du devoir médical. Il y a des règles morales qui régissent l'exercice du métier de médecin. Ce dernier doit donc les respecter quotidiennement», dira le docteur Bekkat-Berkani Mohamed, président du conseil national de l'Ordre des médecins. Mais il y a des cas où le médecin se retrouve les mains liées, ce qui le pousse parfois à commettre des actes passibles de poursuites judiciaires. Le docteur Bekkat cite l'exemple des médecins condamnés pour le viol de la loi interdisant l'avortement. «La loi autorisant l'interruption médicale de la grossesse n'est pas claire pour le moment. Durant la période du terrorisme, des autorisations spéciales sont délivrées pour l'avortement des femmes enlevées. Ce n'est pas le cas des femmes enlevées dans le cadre du droit commun où la loi ne répond pas de manière claire. Cela est le problème des médecins qui sont constamment sous la menace de l'article 300 du Code pénal qui punit l'avortement dit criminel», ajoutera-t-il. Faire évoluer la législation en Algérie demeure le seul moyen pour un exercice efficient de la médecine. Le docteur Bekkat propose à cet effet «une profonde réflexion sur le sujet à laquelle devront participer les médecins, les hommes de religion et les autorités publiques». «Nous ne devrons pas continuer à être prisonniers des tabous. La médecine évolue et nous devrons nous aussi évoluer en engageant un large débat qui doit réunir toutes les franges de la société.» Autrement dit, le président du conseil de l'Ordre des médecins estime que la société doit aussi changer de mentalité et participer activement à cette évolution. «L'éthique, c'est l'image d'une société à une époque donnée de l'histoire», indiquera-t-il en évoquant la polémique suscitée au sein de la société, des instances religieuses et des spécialistes de la santé par l'introduction de la greffe d'organes dans nos hôpitaux. Evoquant la question des soins palliatifs et leur relation avec l'éthique médicale, le président de la commission de l'éthique médicale de la faculté de médecine d'Alger, le professeur Lamara Mohamed, déclara qu'«il est universellement connu que les hôpitaux sont des lieux déshumanisés. Les éthiciens n'ont jamais cessé de tirer la sonnette d'alarme sur l'absence de considération du malade en tant que personne qui mérite d'être respectée». L'accompagnement médical des malades à l'intérieur des structures de santé et à l'extérieur rentre aussi dans le cadre du respect de l'éthique médicale, rappelle le professeur Lamara qui a insisté sur l'implication des psychologues dans la prise en charge psychologique des patients. De son côté, le doyen de la Faculté de médecine d'Alger, le professeur Moussa Arrada, a souligné la nécessité de l'organisation de la formation médicale continue qui, selon lui, contribuera positivement au respect de l'éthique médicale. Notons, enfin, que le deuxième séminaire international sur l'éthique médicale a vu la participation d'éminents professeurs de médecine, issus de différentes spécialités médicales, dans le but d'échanger les expériences et de proposer des solutions capables d'apporter un plus dans le secteur de la santé en Algérie.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.