Algérie:la pisciculture introduite au centre de formation professionnelle de Misserghine (Oran)    Algérie:la prochaine tripartite axée sur la promotion de la production nationale    Algérie:Le gouvernement sera "exigeant" dans ses négociations avec le constructeur Peugeot (ministre)    Tunisie:arrestation à Sidi Bouzid de deux extrémistes soupçonnés d'avoir des liens avec des réseaux terroristes    Vente de 17 trains : «Alstom Transport» décroche un marché de 200 millions d'euros en Algérie    Pour le premier semestre 2015 : La facture des importations de véhicules a baissé de 820 millions $    LES FORTUNES SUSPECTES NE SONT PAS CACHEES    Convergences sur la nécessité d'un front intérieur    Le jour d'après    Maroc-Fête du Trône:grâce Royale au profit de 1.012 personnes    MC Saïda : L'absence de matches amicaux, seule fausse note du stage à Mostaganem    USMBA : Une seconde victoire en Tunisie riche en enseignements    BLIDA: Le nouveau wali installé    Santé : Retour sur un scandale    Skikda : Un immeuble ravagé par un incendie    «4e périphérique-Millenium» : La trémie livrée en septembre    Dindon de la farce    Prétendue incursion terroriste à Aïn Barbar : rumeur et intox    Seif al-Islam Kadhafi condamné à mort    MDN : Le général-major Souab Meftah nouveau Commandant de la 6e Région militaire    Interdiction de recrutement des joueurs étrangers Raissi approuve la décision de la FAF    Mexique: Bielsa et Ancelotti dans le viseur ?    Qui doit lutter et qui doit sanctionner la corruption ?    7ème session de la Commission mixte algéro-russe : M. Benkhalfa aujourd'hui à Moscou pour impulser une nouvelle dynamique    Travaux publics : Mise en place en septembre d'unités de surveillance et d'entretien des routes    Lutte contre l'extrémisme violent et la déradicalisation : Messahel : "L'Algérie est disponible à partager son expérience avec ses partenaires ...    Forum des parlementaires et hommes d'affaires arabes et africains : Une délégation algérienne en août à Addis Abeba    Une progression de 13 %    Obligation de résultats sur tous les fronts    La détention préventive réduite    Une fusillade fait plusieurs blessés    Actualisation du texte d'application en 2016    Silence... on meurt !    Les désespérés des temps modernes    L'Algérie domine la compétition    Participation de 155 artistes    Portes ouvertes sur le cinéma maghrébin    Emmanuel Carrère, Diane Kruger et Hou Hsiao-hsien dans le jury de la 72e édition    Musique : Sortie du deuxième clip d'Amel Zen    MCO : Cavalli veut Lemouchia et s'oppose à la venue de Ziani    Vers "un partenariat fort" pour ancrer une culture sécuritaire permanente    Lancement aujourd'hui de la 8e édition    FIFA : Platini candidat pour la succession de Blatter    Inscriptions universitaires 2015: L'opération se déroule dans de bonnes conditions    Championnats d'Afrique de paravolley: la sélection algérienne sur le podium    Entretien avec l’artiste peintre Zola Djenane    5ème session du Comité bilatéral frontalier (CBF) algéro-nigérien : Les participants traiteront de la question du commerce frontalier    Prix du président de la République du journaliste professionnel : Hamid Grine installe le jury    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

L'ETHIQUE MEDICALE EN ALGERIE
Les médecins sont peu formés
Publié dans Le Soir d'Algérie le 12 - 06 - 2008

L'éthique médicale est peu enseignée dans les universités algériennes. C'est le constat établi hier par le Pr Moussa Arrada, doyen de la Faculté de médecine de l'Université d'Alger, en marge des travaux du deuxième séminaire international sur l'éthique médicale, organisé à l'hôtel El-Aurassi.
Lyès Menacer - Alger (Le Soir) - L'objectif de l'organisation de cette rencontre répond justement à ce besoin de sensibiliser les étudiants et les médecins en exercice sur la nécessité du respect de l'éthique médicale pour une meilleure prise en charge des malades. «L'éthique médicale est la science du devoir médical. Il y a des règles morales qui régissent l'exercice du métier de médecin. Ce dernier doit donc les respecter quotidiennement», dira le docteur Bekkat-Berkani Mohamed, président du conseil national de l'Ordre des médecins. Mais il y a des cas où le médecin se retrouve les mains liées, ce qui le pousse parfois à commettre des actes passibles de poursuites judiciaires. Le docteur Bekkat cite l'exemple des médecins condamnés pour le viol de la loi interdisant l'avortement. «La loi autorisant l'interruption médicale de la grossesse n'est pas claire pour le moment. Durant la période du terrorisme, des autorisations spéciales sont délivrées pour l'avortement des femmes enlevées. Ce n'est pas le cas des femmes enlevées dans le cadre du droit commun où la loi ne répond pas de manière claire. Cela est le problème des médecins qui sont constamment sous la menace de l'article 300 du Code pénal qui punit l'avortement dit criminel», ajoutera-t-il. Faire évoluer la législation en Algérie demeure le seul moyen pour un exercice efficient de la médecine. Le docteur Bekkat propose à cet effet «une profonde réflexion sur le sujet à laquelle devront participer les médecins, les hommes de religion et les autorités publiques». «Nous ne devrons pas continuer à être prisonniers des tabous. La médecine évolue et nous devrons nous aussi évoluer en engageant un large débat qui doit réunir toutes les franges de la société.» Autrement dit, le président du conseil de l'Ordre des médecins estime que la société doit aussi changer de mentalité et participer activement à cette évolution. «L'éthique, c'est l'image d'une société à une époque donnée de l'histoire», indiquera-t-il en évoquant la polémique suscitée au sein de la société, des instances religieuses et des spécialistes de la santé par l'introduction de la greffe d'organes dans nos hôpitaux. Evoquant la question des soins palliatifs et leur relation avec l'éthique médicale, le président de la commission de l'éthique médicale de la faculté de médecine d'Alger, le professeur Lamara Mohamed, déclara qu'«il est universellement connu que les hôpitaux sont des lieux déshumanisés. Les éthiciens n'ont jamais cessé de tirer la sonnette d'alarme sur l'absence de considération du malade en tant que personne qui mérite d'être respectée». L'accompagnement médical des malades à l'intérieur des structures de santé et à l'extérieur rentre aussi dans le cadre du respect de l'éthique médicale, rappelle le professeur Lamara qui a insisté sur l'implication des psychologues dans la prise en charge psychologique des patients. De son côté, le doyen de la Faculté de médecine d'Alger, le professeur Moussa Arrada, a souligné la nécessité de l'organisation de la formation médicale continue qui, selon lui, contribuera positivement au respect de l'éthique médicale. Notons, enfin, que le deuxième séminaire international sur l'éthique médicale a vu la participation d'éminents professeurs de médecine, issus de différentes spécialités médicales, dans le but d'échanger les expériences et de proposer des solutions capables d'apporter un plus dans le secteur de la santé en Algérie.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.