« Le développement du terrorisme est le nouveau défi pour la police arabe »    « Toute personne lésée peut introduire une plainte »    La révision de la Constitution à l'ordre du jour    Les relations algéro-cubaines hissées à un véritable partenariat    Cookies    Beauté    Classement Fifa du mois de décembre    Afrique du Sud    Sénégal    EnquÃate-Témoignages    Il présentera un nouveau dossier pour son parti    L’hiver en lumiÚres de Bab-El-Oued    Filet de veau en papillote    Le coup de bill’art du Soir    Ouverture, aujourd’hui, de la 7e édition du Festival de la musique et de la chanson amazighes    ClÃŽture du 5e FICA    Le secrétaire général de l'ONU    Libye : Les pays africains exhortent les occidentaux à agir    Petrobras : Fin d'année noire pour la compagnie phare du Brésil    Soutien croissant en Europe    Dispositif sécuritaire sur la bande frontalière ouest : Un projet de surveillance électronique à l'étude    Crédits sans intérêts : 28 % ont été remboursés à l'échelle nationale    Une magnitude de 4,7 sur l'échelle de Richter    Wilaya d'Alger : Le budget primitif 2015 arrêté à plus de 35 milliards DA    Au moins 11 morts    Tunisie : Marzouki à Sidi Bouzid pour l'anniversaire de l'immolation de Bouazizi ...    Madoui ne veut lâcher aucun de ses joueurs    Les Canaris en péril à Lavigerie    "Ouverture d'une enquête judiciaire sur la mort d'Ebossé"    Verts d'Europe : Riyad Mahrez attise les convoitises du continent    La surveillance renforcée    Le Parlement échoue à élire un chef d'Etat dès le 1er tour : La Grèce au seuil d'une crise politique    Wall Street bondit encore après la décision de la Fed    USA : Baisse inférieure aux attentes des stocks de brut    Quand les médias s'en mêlent    Beaucoup d'avancées    La politique de subvention des produits de consommation sera maintenue    «Les affaires de corruption en suspens prêtes à être jugées»    La crise assombrit l'horizon des Algériens    Les résultats scolaires du premier trimestre «non satisfaisants»    L'Algérie est un «grand partenaire» des Etats-Unis    Les Etats-Unis de Barak Obama ont foi en les catholiques de Cuba    La finale divine    L'hydre salafiste redouble de férocité !    Un programme de formation en Algérie    Timbuktu : l'intégrisme source de tous les maux    Un terroriste armé se rend à Beni Milleuk    MOSTAGANEM : Riches activités à l'occasion de la journée de la police arabe    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

L'ETHIQUE MEDICALE EN ALGERIE
Les médecins sont peu formés
Publié dans Le Soir d'Algérie le 12 - 06 - 2008

L'éthique médicale est peu enseignée dans les universités algériennes. C'est le constat établi hier par le Pr Moussa Arrada, doyen de la Faculté de médecine de l'Université d'Alger, en marge des travaux du deuxième séminaire international sur l'éthique médicale, organisé à l'hôtel El-Aurassi.
Lyès Menacer - Alger (Le Soir) - L'objectif de l'organisation de cette rencontre répond justement à ce besoin de sensibiliser les étudiants et les médecins en exercice sur la nécessité du respect de l'éthique médicale pour une meilleure prise en charge des malades. «L'éthique médicale est la science du devoir médical. Il y a des règles morales qui régissent l'exercice du métier de médecin. Ce dernier doit donc les respecter quotidiennement», dira le docteur Bekkat-Berkani Mohamed, président du conseil national de l'Ordre des médecins. Mais il y a des cas où le médecin se retrouve les mains liées, ce qui le pousse parfois à commettre des actes passibles de poursuites judiciaires. Le docteur Bekkat cite l'exemple des médecins condamnés pour le viol de la loi interdisant l'avortement. «La loi autorisant l'interruption médicale de la grossesse n'est pas claire pour le moment. Durant la période du terrorisme, des autorisations spéciales sont délivrées pour l'avortement des femmes enlevées. Ce n'est pas le cas des femmes enlevées dans le cadre du droit commun où la loi ne répond pas de manière claire. Cela est le problème des médecins qui sont constamment sous la menace de l'article 300 du Code pénal qui punit l'avortement dit criminel», ajoutera-t-il. Faire évoluer la législation en Algérie demeure le seul moyen pour un exercice efficient de la médecine. Le docteur Bekkat propose à cet effet «une profonde réflexion sur le sujet à laquelle devront participer les médecins, les hommes de religion et les autorités publiques». «Nous ne devrons pas continuer à être prisonniers des tabous. La médecine évolue et nous devrons nous aussi évoluer en engageant un large débat qui doit réunir toutes les franges de la société.» Autrement dit, le président du conseil de l'Ordre des médecins estime que la société doit aussi changer de mentalité et participer activement à cette évolution. «L'éthique, c'est l'image d'une société à une époque donnée de l'histoire», indiquera-t-il en évoquant la polémique suscitée au sein de la société, des instances religieuses et des spécialistes de la santé par l'introduction de la greffe d'organes dans nos hôpitaux. Evoquant la question des soins palliatifs et leur relation avec l'éthique médicale, le président de la commission de l'éthique médicale de la faculté de médecine d'Alger, le professeur Lamara Mohamed, déclara qu'«il est universellement connu que les hôpitaux sont des lieux déshumanisés. Les éthiciens n'ont jamais cessé de tirer la sonnette d'alarme sur l'absence de considération du malade en tant que personne qui mérite d'être respectée». L'accompagnement médical des malades à l'intérieur des structures de santé et à l'extérieur rentre aussi dans le cadre du respect de l'éthique médicale, rappelle le professeur Lamara qui a insisté sur l'implication des psychologues dans la prise en charge psychologique des patients. De son côté, le doyen de la Faculté de médecine d'Alger, le professeur Moussa Arrada, a souligné la nécessité de l'organisation de la formation médicale continue qui, selon lui, contribuera positivement au respect de l'éthique médicale. Notons, enfin, que le deuxième séminaire international sur l'éthique médicale a vu la participation d'éminents professeurs de médecine, issus de différentes spécialités médicales, dans le but d'échanger les expériences et de proposer des solutions capables d'apporter un plus dans le secteur de la santé en Algérie.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.