Le ministre de la Communication appelle les médias à contribuer à la prévention routière    Mise en garde du Hamas aux compagnies étrangères atterrissant à Tel-Aviv    Barack Obama "implacable" face au "cancer" de l'Etat islamique    Air Algérie a sa place et nous n'acceptons nullement qu'elle soit discréditée (Ghoul)    Les wilayas de l'Est du pays se rappellent de l'offensive du 20 août 1955 et du Congrès de la Soummam    Message du Président Bouteflika à l'occasion de la journée nationale du Moudjahid    Fièvre aphteuse à Oum-el-Bouaghi : 370 bovins contaminés    De Ouled Mendil au Jardin d'Essai    Une offre de 7,5 millions d'euros de Hull City pour Slimani    CHUTE DES RECETTES EN HYDROCARBURES ET L'ACCROISSEMENT DE LA DEPENSE PUBLIQUE : Quelles incidences sur le fonds de régulation des recettes et la fiscalité pétrolière ?    Rentrée scolaire : le cours inaugural consacré à la sensibilisation aux catastrophes naturelles    Il a signé à Fujaïrah    Algérie:La stabilité et la sécurité de notre pays sont tributaires de la stabilité du voisinage (Bouteflika)    Le stade Ismaïl Makhlouf prêt pour le match contre le CSC    AADL : le traitement des dossiers AADL 2 avance "de mieux en mieux" (ministre)    CAB-CRBAF et USMB-JSMB à l'affiche    Au Maroc, il faut une croissance de 6% pour résorber le chômage    Installation d'une commission interministérielle chargée de l'élaboration du permis de conduire biométrique    Algérie:Salama Assurances compte proposer les produits d'assurance islamique dit "takaful"    Le président Bouteflika félicite le roi du Maroc à l'occasion de son anniversaire et celui de la Révolution du Roi et du Peuple    MAE : cérémonie symbolique pour célébrer la Journée du Moudjahid    Egypte: quatre hommes enlevés et décapités dans le Sinaï    Ghaza: Six palestiniens tués dans une frappe aérienne israélienne    Sur décision du P/APC de Bir-Mourad-Raïs    Après dix jours d'émeutes à Ferguson    Cheikh Lahbib (SG de l'union des travailleurs sahraouis)    Belaïd Abane, historien, à "LIBERTE"    ...CULTURE EN BREF...    Célébration du 58e anniversaire du congrès de la Soummam    ambassade du brésil en algérie    En l'absence de Ferhat, Seguer et Bouazza face à la JSK    Premier League U-21/ (Southampton)    Coopération algéro-allemande    Trafic de devises    À cause de la propagation du virus Ebola    «similitude» des «faux constats» et «stéréotypes»    Tunisie : nouvelles arrestations de terroristes    Ebola : Gendarmerie et police appelées à la vigilance    L'architecture typique de la région s'est effacée au profit d'une urba    Sofiane Dey expose à Alger    L'incident survenu au tribunal de Khenchela continue de faire l'événement    Hausse des demandes déposées et baisse du taux de refus    Saâdani renonce à attaquer Belayat    Place à l'assistance aux familles des victimes    Six pays au rendez-vous les 20 et 21 août    Rafael Nadal forfait    Pétition d'un millier d'auteurs allemands    Une tendance inquiétante    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

L'ETHIQUE MEDICALE EN ALGERIE
Les médecins sont peu formés
Publié dans Le Soir d'Algérie le 12 - 06 - 2008

L'éthique médicale est peu enseignée dans les universités algériennes. C'est le constat établi hier par le Pr Moussa Arrada, doyen de la Faculté de médecine de l'Université d'Alger, en marge des travaux du deuxième séminaire international sur l'éthique médicale, organisé à l'hôtel El-Aurassi.
Lyès Menacer - Alger (Le Soir) - L'objectif de l'organisation de cette rencontre répond justement à ce besoin de sensibiliser les étudiants et les médecins en exercice sur la nécessité du respect de l'éthique médicale pour une meilleure prise en charge des malades. «L'éthique médicale est la science du devoir médical. Il y a des règles morales qui régissent l'exercice du métier de médecin. Ce dernier doit donc les respecter quotidiennement», dira le docteur Bekkat-Berkani Mohamed, président du conseil national de l'Ordre des médecins. Mais il y a des cas où le médecin se retrouve les mains liées, ce qui le pousse parfois à commettre des actes passibles de poursuites judiciaires. Le docteur Bekkat cite l'exemple des médecins condamnés pour le viol de la loi interdisant l'avortement. «La loi autorisant l'interruption médicale de la grossesse n'est pas claire pour le moment. Durant la période du terrorisme, des autorisations spéciales sont délivrées pour l'avortement des femmes enlevées. Ce n'est pas le cas des femmes enlevées dans le cadre du droit commun où la loi ne répond pas de manière claire. Cela est le problème des médecins qui sont constamment sous la menace de l'article 300 du Code pénal qui punit l'avortement dit criminel», ajoutera-t-il. Faire évoluer la législation en Algérie demeure le seul moyen pour un exercice efficient de la médecine. Le docteur Bekkat propose à cet effet «une profonde réflexion sur le sujet à laquelle devront participer les médecins, les hommes de religion et les autorités publiques». «Nous ne devrons pas continuer à être prisonniers des tabous. La médecine évolue et nous devrons nous aussi évoluer en engageant un large débat qui doit réunir toutes les franges de la société.» Autrement dit, le président du conseil de l'Ordre des médecins estime que la société doit aussi changer de mentalité et participer activement à cette évolution. «L'éthique, c'est l'image d'une société à une époque donnée de l'histoire», indiquera-t-il en évoquant la polémique suscitée au sein de la société, des instances religieuses et des spécialistes de la santé par l'introduction de la greffe d'organes dans nos hôpitaux. Evoquant la question des soins palliatifs et leur relation avec l'éthique médicale, le président de la commission de l'éthique médicale de la faculté de médecine d'Alger, le professeur Lamara Mohamed, déclara qu'«il est universellement connu que les hôpitaux sont des lieux déshumanisés. Les éthiciens n'ont jamais cessé de tirer la sonnette d'alarme sur l'absence de considération du malade en tant que personne qui mérite d'être respectée». L'accompagnement médical des malades à l'intérieur des structures de santé et à l'extérieur rentre aussi dans le cadre du respect de l'éthique médicale, rappelle le professeur Lamara qui a insisté sur l'implication des psychologues dans la prise en charge psychologique des patients. De son côté, le doyen de la Faculté de médecine d'Alger, le professeur Moussa Arrada, a souligné la nécessité de l'organisation de la formation médicale continue qui, selon lui, contribuera positivement au respect de l'éthique médicale. Notons, enfin, que le deuxième séminaire international sur l'éthique médicale a vu la participation d'éminents professeurs de médecine, issus de différentes spécialités médicales, dans le but d'échanger les expériences et de proposer des solutions capables d'apporter un plus dans le secteur de la santé en Algérie.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.