TRAIT D'UNION : La fin de l'apartheid chez les Verts ?!    Lutte contre l'Etat Islamique en Libye : L'ALGERIE, UN EXEMPLE A SUIVRE    Il s'est dit "prêt à abattre les avions israéliens: OBAMA AURAIT MENACE NETANYAHU !    ORAN: Découverte d'un commerçant gisant dans une marre de sang    EN SOLIDARITE AVEC LE MAIRE SUSPENDU : Des habitants ferment le siège de l'APC de Kheir Eddine !    La grogne du wali de Mascara sur les chantiers en cours de réalisation    Tunisie: un demi million de tunisiens en âge de voter n'ont pas de carte d'identité    Maroc: Les recettes douanières ont augmenté de 1,9 pc en 2014    Tunisie: le déficit commercial a baissé de 23% en deux mois    Signature d'une déclaration conjointe entre l'Algérie et la Pologne pour le développement de la coopération industrielle    Examen des moyens de renforcement de la coopération économique entre la Tunisie et l'Espagne    Le Bureau de l'APN examine 16 amendements proposés au projet de code pénal et d'autres projets de loi    Algérie: le CNAPESTE maintient le mot d'ordre de grève    Mali : le Conseil de sécurité de l'ONU salue les efforts de l'Algérie    Avis aux mélomanes!    Bouteflika reçoit un émissaire de l'Emir du Koweït    JS Kabylie    Le coup de bill’art du Soir    Expo «révéler l’étoffe» de Maya-InÚs Touam à Alger    Basket-ball : championnat national de Super Division (Mise à jour)    ILS EXIGENT LE RETRAIT DU PROJET DE LOI AMENDANT ET COMPLÉTANT LE CODE PÉNAL    UGTA    Les choses de la vie    Tarte à l'orange    Ligue 2 : Les prétendants à l'épreuve    L'Education au moyen de la langue maternelle    Le musée des Arts et Expressions culturelles sur la bonne voie    TEBESSA: Le cinéma revient    Sidi Saïd parle de manœuvres de déstabilisation du pays    In Salah : raison d'Etat et prépondérance démesurée !    Un autre enseignement qui nous vient d'In Salah    Football - Ligue 1 : Un tournant à ne pas rater    Division nationale amateurs Ouest : Mohammadia pôle d'attraction    Aïn Temouchent : Quatre policiers décèdent dans un accident de la route    Ces cours dits particuliers : un fait ou un phénomène ?    El Aouana (Jijel) : La famille d'un terroriste dans une casemate    «Les auteurs de dépassements seront sanctionnés»    Diplôme CAF C : Gourcuff dispense des cours à d'ex-internationaux    Le Commandant de la 6è région militaire rencontre des représentants de la population d'In Salah : Tout pour assurer la stabilité dans cette région    Edward Snowden négocie un possible retour au pays    Derby algérois palpitant,belle affiche à Oran    Symbole fort d'un patrimoine commun !    Simon Rattle dirigera l'orchestre symphonique à partir de 2017    Explosion d'une bombe près de la Cour suprême    L'ex-général Khalifa Haftar nommé à la tête de l'armée    Commandant de la6e Région militaire coordonne les efforts des services    Juba affirme que les sanctions entraveront la paix et affecteront    Mobilis prépare son grand bond vers la 5G    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

L'ETHIQUE MEDICALE EN ALGERIE
Les médecins sont peu formés
Publié dans Le Soir d'Algérie le 12 - 06 - 2008

L'éthique médicale est peu enseignée dans les universités algériennes. C'est le constat établi hier par le Pr Moussa Arrada, doyen de la Faculté de médecine de l'Université d'Alger, en marge des travaux du deuxième séminaire international sur l'éthique médicale, organisé à l'hôtel El-Aurassi.
Lyès Menacer - Alger (Le Soir) - L'objectif de l'organisation de cette rencontre répond justement à ce besoin de sensibiliser les étudiants et les médecins en exercice sur la nécessité du respect de l'éthique médicale pour une meilleure prise en charge des malades. «L'éthique médicale est la science du devoir médical. Il y a des règles morales qui régissent l'exercice du métier de médecin. Ce dernier doit donc les respecter quotidiennement», dira le docteur Bekkat-Berkani Mohamed, président du conseil national de l'Ordre des médecins. Mais il y a des cas où le médecin se retrouve les mains liées, ce qui le pousse parfois à commettre des actes passibles de poursuites judiciaires. Le docteur Bekkat cite l'exemple des médecins condamnés pour le viol de la loi interdisant l'avortement. «La loi autorisant l'interruption médicale de la grossesse n'est pas claire pour le moment. Durant la période du terrorisme, des autorisations spéciales sont délivrées pour l'avortement des femmes enlevées. Ce n'est pas le cas des femmes enlevées dans le cadre du droit commun où la loi ne répond pas de manière claire. Cela est le problème des médecins qui sont constamment sous la menace de l'article 300 du Code pénal qui punit l'avortement dit criminel», ajoutera-t-il. Faire évoluer la législation en Algérie demeure le seul moyen pour un exercice efficient de la médecine. Le docteur Bekkat propose à cet effet «une profonde réflexion sur le sujet à laquelle devront participer les médecins, les hommes de religion et les autorités publiques». «Nous ne devrons pas continuer à être prisonniers des tabous. La médecine évolue et nous devrons nous aussi évoluer en engageant un large débat qui doit réunir toutes les franges de la société.» Autrement dit, le président du conseil de l'Ordre des médecins estime que la société doit aussi changer de mentalité et participer activement à cette évolution. «L'éthique, c'est l'image d'une société à une époque donnée de l'histoire», indiquera-t-il en évoquant la polémique suscitée au sein de la société, des instances religieuses et des spécialistes de la santé par l'introduction de la greffe d'organes dans nos hôpitaux. Evoquant la question des soins palliatifs et leur relation avec l'éthique médicale, le président de la commission de l'éthique médicale de la faculté de médecine d'Alger, le professeur Lamara Mohamed, déclara qu'«il est universellement connu que les hôpitaux sont des lieux déshumanisés. Les éthiciens n'ont jamais cessé de tirer la sonnette d'alarme sur l'absence de considération du malade en tant que personne qui mérite d'être respectée». L'accompagnement médical des malades à l'intérieur des structures de santé et à l'extérieur rentre aussi dans le cadre du respect de l'éthique médicale, rappelle le professeur Lamara qui a insisté sur l'implication des psychologues dans la prise en charge psychologique des patients. De son côté, le doyen de la Faculté de médecine d'Alger, le professeur Moussa Arrada, a souligné la nécessité de l'organisation de la formation médicale continue qui, selon lui, contribuera positivement au respect de l'éthique médicale. Notons, enfin, que le deuxième séminaire international sur l'éthique médicale a vu la participation d'éminents professeurs de médecine, issus de différentes spécialités médicales, dans le but d'échanger les expériences et de proposer des solutions capables d'apporter un plus dans le secteur de la santé en Algérie.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.