Le paiement électronique sera généralisé d'ici fin d'année    Tunisie : aucune analyse génétique n'a été effectuée sur les cadavres découverts en Libye (Sofien Selliti)    PSG : Crystal Palace confirme pour Cabaye    Les réponses du président Bouteflika à l'opposition : J'y suis, j'y reste    Le projet de révision de la Constitution en «phase de finalisation ultime»    «Nous ne ressentons pas la peur»    Mesures de grâce du président Bouteflika    Manchester United: Nouvelle offre pour Harry Kane ?    Equipe nationale olympique : Début du stage    Chili-Vidal : "C'est un rêve"    Bahia Foot : Ghoulam, Mahrez, Djebbour et Maghni enflamment la Radieuse    MCS : Luttes intestines et ...    Les agréments pour le transport urbain par bus sont gelés    Le taux est de 61,53% chez les filles : 53,97% de réussite au BEM    Hammamet : Construction de nouveaux logements    Le président Essebsi rend hommage à l'Algérie    Référendum sur le plan des créanciers dimanche en Grèce, une première depuis 40 ans    Coup d'envoi de la 9ème édition du festival national de la musique hawzi à Tlemcen    Clé de la stabilité dans le monde    L'A3 adopte le style S-Line    Les joueurs algériens séduits par les sirènes tunisiennes    Ghoulam pourrait remplacer Digne au PSG    Ces 1000 marins tués en 19 minutes!    Bouteflika défend son bilan    Le président Bouteflika félicite Barack Obama    "Attention, je jeûne!"    43 tonnes de denrées saisies dans l'est du pays    Le président fera tout ce qu'il a promis    "La révolution de Novembre a cristallisé le refus de la domination étrangère"    L'Algérie que nous avons rêvée!    Cinq axes thématiques retenus    Algérie : la ligne du métro sera gratuite ce 5 juillet (RATP)    Maroc - La croissance économique risque de s'essouffle en 2016 en l'absence de réformes (Haut commissaire au Plan)    Algérie - Les prix à la production industrielle ont augmenté de 1,1% au 1er trimestre 2015    Pénurie de médicaments : Les assurances de la tutelle    Les voyagistes optimistes : Des promesses pour le hadj 2015    Kristel et Boutlelis : Cinq blessés dans deux accidents de la route    Bir El-Djir : Quatre milliards pour l'extension du cimetière de Belgaïd    Le parti de Benflis affiche sa détermination    Target : Libya    Barreau d'Oran : Projets de jumelage avec les barreaux de Nantes, Nanterre, Lyon et Genève    ALGER: Le Tramway en grève    LA GRECE ET LES DENTIERS D'ACIER    Les guignols    Qu'avons-nous fait de notre indépendance ?    L'épopée de Constantine ce soir au Casif de Sidi Fredj    La dernière ligne droite ?    L'Egypte face aux limites de l'option sécuritaire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

L'ETHIQUE MEDICALE EN ALGERIE
Les médecins sont peu formés
Publié dans Le Soir d'Algérie le 12 - 06 - 2008

L'éthique médicale est peu enseignée dans les universités algériennes. C'est le constat établi hier par le Pr Moussa Arrada, doyen de la Faculté de médecine de l'Université d'Alger, en marge des travaux du deuxième séminaire international sur l'éthique médicale, organisé à l'hôtel El-Aurassi.
Lyès Menacer - Alger (Le Soir) - L'objectif de l'organisation de cette rencontre répond justement à ce besoin de sensibiliser les étudiants et les médecins en exercice sur la nécessité du respect de l'éthique médicale pour une meilleure prise en charge des malades. «L'éthique médicale est la science du devoir médical. Il y a des règles morales qui régissent l'exercice du métier de médecin. Ce dernier doit donc les respecter quotidiennement», dira le docteur Bekkat-Berkani Mohamed, président du conseil national de l'Ordre des médecins. Mais il y a des cas où le médecin se retrouve les mains liées, ce qui le pousse parfois à commettre des actes passibles de poursuites judiciaires. Le docteur Bekkat cite l'exemple des médecins condamnés pour le viol de la loi interdisant l'avortement. «La loi autorisant l'interruption médicale de la grossesse n'est pas claire pour le moment. Durant la période du terrorisme, des autorisations spéciales sont délivrées pour l'avortement des femmes enlevées. Ce n'est pas le cas des femmes enlevées dans le cadre du droit commun où la loi ne répond pas de manière claire. Cela est le problème des médecins qui sont constamment sous la menace de l'article 300 du Code pénal qui punit l'avortement dit criminel», ajoutera-t-il. Faire évoluer la législation en Algérie demeure le seul moyen pour un exercice efficient de la médecine. Le docteur Bekkat propose à cet effet «une profonde réflexion sur le sujet à laquelle devront participer les médecins, les hommes de religion et les autorités publiques». «Nous ne devrons pas continuer à être prisonniers des tabous. La médecine évolue et nous devrons nous aussi évoluer en engageant un large débat qui doit réunir toutes les franges de la société.» Autrement dit, le président du conseil de l'Ordre des médecins estime que la société doit aussi changer de mentalité et participer activement à cette évolution. «L'éthique, c'est l'image d'une société à une époque donnée de l'histoire», indiquera-t-il en évoquant la polémique suscitée au sein de la société, des instances religieuses et des spécialistes de la santé par l'introduction de la greffe d'organes dans nos hôpitaux. Evoquant la question des soins palliatifs et leur relation avec l'éthique médicale, le président de la commission de l'éthique médicale de la faculté de médecine d'Alger, le professeur Lamara Mohamed, déclara qu'«il est universellement connu que les hôpitaux sont des lieux déshumanisés. Les éthiciens n'ont jamais cessé de tirer la sonnette d'alarme sur l'absence de considération du malade en tant que personne qui mérite d'être respectée». L'accompagnement médical des malades à l'intérieur des structures de santé et à l'extérieur rentre aussi dans le cadre du respect de l'éthique médicale, rappelle le professeur Lamara qui a insisté sur l'implication des psychologues dans la prise en charge psychologique des patients. De son côté, le doyen de la Faculté de médecine d'Alger, le professeur Moussa Arrada, a souligné la nécessité de l'organisation de la formation médicale continue qui, selon lui, contribuera positivement au respect de l'éthique médicale. Notons, enfin, que le deuxième séminaire international sur l'éthique médicale a vu la participation d'éminents professeurs de médecine, issus de différentes spécialités médicales, dans le but d'échanger les expériences et de proposer des solutions capables d'apporter un plus dans le secteur de la santé en Algérie.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.