Nous adhérons à la constitution d'un conseil législatif issu du peuple    Automobile : les investisseurs craignent la contrefaçon    Abdelkader Ouali lance un ultimatum aux entreprises    La réunion de l'Opep à Alger s'annonce difficile    Les Kurdes se défendent contre les chars turcs    Brésil : l'ex-chef d'Etat Lula inculpé    Rajevac : "Ce match face au Lesotho est très important pour moi"    Mouassa : "Il ne faut pas s'enflammer !"    2 morts et 1 blessé dans un accident    Plus de 9 000 places pédagogiques prévues    Des entrepreneurs volontaires pour la réalisation d'un évitement    Festival national du théâtre amateur : Tizi Ouzou et Adrar entrent en lice    ...SORTIR...    "Billahi ya hamami" revisitée par Chéryf Dady    Projet de loi de Finances 2017: Des taxes, beaucoup de taxes    L'accueil et l'hébergement des hadjis algériens dans de «bonnes conditions»    Benghebrit dans les tranchées    La réalité et nos illusions    Mostaganem: Les travaux vont bon train au Complexe du tennis de La Salamandre    Gouvernement d'union tunisien : Obtention de l'accord de confiance du Parlement    Scandale de dopage fabriqué : La Russie a été malgré tout véritablement au top    La bête du sacrifice : Des prix "bas" au niveau des marchés hebdomadaires    Bundesliga : Le Bayern démarre avec la 6e vitesse    Ligue 1 française : L'OM joue et gagne    Cession de son activité réacteurs : Areva signe avec EDF un protocole d'accord    Monde arabo-musulman : Quel dialogue ?    TICAD VI : Messahel prend part aux travaux du Kenya    Mesloub revient sur l'épisode marseillais    On veut des noms!    L'Algérie appuie le Conseil présidentiel libyen    "N'écoutent que ceux qui veulent entendre"    Le Conseil de sécurité envisage une visite    "Les prix de l'Aadl augmenteront de 19% et 23%"    Les petits partis y pensent sérieusement    360 comprimés de psychotropes saisis et trois personnes arrêtées    Ruée vers la prime de rentrée scolaire    El Islah plaide pour un dialogue national    Le FLN bouge à Annaba    Le gros oeuvre achevé avant la fin de l'année    L'Algérie s'incline d'entrée face à l'Egypte    Les groupes des Algériens connus    Le concours du Fibda 2016    Pourquoi Sarkozy n'aime pas les médias publics    Marseille accueillera Manifesta en 2020    Appel à l'arbitrage du président de la République    BOUMERDÈS    Rentrée scolaire pour les trois paliers    Les forces navales se renforcent    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'ETHIQUE MEDICALE EN ALGERIE
Les médecins sont peu formés
Publié dans Le Soir d'Algérie le 12 - 06 - 2008

L'éthique médicale est peu enseignée dans les universités algériennes. C'est le constat établi hier par le Pr Moussa Arrada, doyen de la Faculté de médecine de l'Université d'Alger, en marge des travaux du deuxième séminaire international sur l'éthique médicale, organisé à l'hôtel El-Aurassi.
Lyès Menacer - Alger (Le Soir) - L'objectif de l'organisation de cette rencontre répond justement à ce besoin de sensibiliser les étudiants et les médecins en exercice sur la nécessité du respect de l'éthique médicale pour une meilleure prise en charge des malades. «L'éthique médicale est la science du devoir médical. Il y a des règles morales qui régissent l'exercice du métier de médecin. Ce dernier doit donc les respecter quotidiennement», dira le docteur Bekkat-Berkani Mohamed, président du conseil national de l'Ordre des médecins. Mais il y a des cas où le médecin se retrouve les mains liées, ce qui le pousse parfois à commettre des actes passibles de poursuites judiciaires. Le docteur Bekkat cite l'exemple des médecins condamnés pour le viol de la loi interdisant l'avortement. «La loi autorisant l'interruption médicale de la grossesse n'est pas claire pour le moment. Durant la période du terrorisme, des autorisations spéciales sont délivrées pour l'avortement des femmes enlevées. Ce n'est pas le cas des femmes enlevées dans le cadre du droit commun où la loi ne répond pas de manière claire. Cela est le problème des médecins qui sont constamment sous la menace de l'article 300 du Code pénal qui punit l'avortement dit criminel», ajoutera-t-il. Faire évoluer la législation en Algérie demeure le seul moyen pour un exercice efficient de la médecine. Le docteur Bekkat propose à cet effet «une profonde réflexion sur le sujet à laquelle devront participer les médecins, les hommes de religion et les autorités publiques». «Nous ne devrons pas continuer à être prisonniers des tabous. La médecine évolue et nous devrons nous aussi évoluer en engageant un large débat qui doit réunir toutes les franges de la société.» Autrement dit, le président du conseil de l'Ordre des médecins estime que la société doit aussi changer de mentalité et participer activement à cette évolution. «L'éthique, c'est l'image d'une société à une époque donnée de l'histoire», indiquera-t-il en évoquant la polémique suscitée au sein de la société, des instances religieuses et des spécialistes de la santé par l'introduction de la greffe d'organes dans nos hôpitaux. Evoquant la question des soins palliatifs et leur relation avec l'éthique médicale, le président de la commission de l'éthique médicale de la faculté de médecine d'Alger, le professeur Lamara Mohamed, déclara qu'«il est universellement connu que les hôpitaux sont des lieux déshumanisés. Les éthiciens n'ont jamais cessé de tirer la sonnette d'alarme sur l'absence de considération du malade en tant que personne qui mérite d'être respectée». L'accompagnement médical des malades à l'intérieur des structures de santé et à l'extérieur rentre aussi dans le cadre du respect de l'éthique médicale, rappelle le professeur Lamara qui a insisté sur l'implication des psychologues dans la prise en charge psychologique des patients. De son côté, le doyen de la Faculté de médecine d'Alger, le professeur Moussa Arrada, a souligné la nécessité de l'organisation de la formation médicale continue qui, selon lui, contribuera positivement au respect de l'éthique médicale. Notons, enfin, que le deuxième séminaire international sur l'éthique médicale a vu la participation d'éminents professeurs de médecine, issus de différentes spécialités médicales, dans le but d'échanger les expériences et de proposer des solutions capables d'apporter un plus dans le secteur de la santé en Algérie.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.