MCA /Bachiri : «Chaouchi m'a évité la catastrophe»    "L'Algérie traverse un tournant économique difficile"    "L'intégration maghrébine est notre salut"    Quatre terroristes abattus à Skikda    Futur code du travail : Conforme au nouvel ordre économique mondial    Travaux de la prochaine tripartite : Création d'emplois et baisse du taux de chômage en point de mire    Réalisation du port de Cherchell : Talai : "nous pouvons financer ce projet sans compter sur le trésor public"    Après la fête, le travail    "L'intérêt du pays nous rapproche tous"    200 hommes d'affaires britanniques à Alger    5 morts et 36 blessés dans des attentats    Les pourparlers inter-yéménites suspendus    Selon Cheikh Lahbib : Les travailleurs sahraouis vivent une situation " dramatique "    Selon l'étude "Syrie en guerre" : 80% des syriens vivent sous le seuil de pauvreté    33 morts dans un double attentat    Renault : La CGT juge la rémunération de Carlos Ghosn "indécente"    Daadoua Layachi ex-membre du BP du FLN : Saadani est partie prenante dans la cabale française contre le Président Bouteflika    Les Canaris aux portes de l'Afrique    Et de 8 pour le Doyen!    Boudebouz triple passeur, 7e but de Ghezzal    Liga BBVA : Le Barça reste le patron    Bundesliga : Le Bayern remet la fête à la semaine prochaine    Alger : Arrestation d'une avocate à El-Harrach    Selon Benghebrit : Le Concours de recrutement des enseignants s'est déroulé dans de bonnes conditions    L'expérience algérienne de lutte contre le cancer présentée    42.000 logements réceptionnés à Alger en 2016    "Une journée comme les autres"    Du jazz dans les cahiers de l'Osn    La fête de l'olivier d'Aït Zaïm revient dans sa 6e édition    Déjà la pierre ponce où votre nom s'inscrit    Les rôles de la société soulevés    Les corps de deux enfants repêchés    Des pays performants, dont l'Algérie, vont ralentir la croissance qui passe de 3,7 à 3,4%    Un quatrième terroriste tué    Poursuite de la lutte pour la parité    Le maestro qui veut hisser "très haut" l'OSN    L'USMA champion, le RCR s'accroche !    Le Premier ministre sahraoui appelle la France et le Maroc à revoir leur position    Lutte contre les fléaux sociaux et l'affaire de l'évasion de la prison d'El-Harrach    A la tête d'une grande zaouïa en 1897    Kerry réclame le rétablissement du cessez-le-feu    Le maestro qui veut hisser « très haut » l'Orchestre symphonique national    « Les liens culturels ancestraux avec l'Algérie vont se consolider davantage à l'avenir »    Elimination d'un 4ème terroriste à Skikda    Fête du travail 2016: Oran abrite les festivités officielles    La Constitution amendée permet d'appréhender une nouvelle étape sur la voie de l'ancrage de la démocratie (Bouteflika)    Handball/Coupe d'Algérie: 1er sacre historique pour le MC Saida    Les générations doivent s'inspirer de l'exemple des chouhada    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'ETHIQUE MEDICALE EN ALGERIE
Les médecins sont peu formés
Publié dans Le Soir d'Algérie le 12 - 06 - 2008

L'éthique médicale est peu enseignée dans les universités algériennes. C'est le constat établi hier par le Pr Moussa Arrada, doyen de la Faculté de médecine de l'Université d'Alger, en marge des travaux du deuxième séminaire international sur l'éthique médicale, organisé à l'hôtel El-Aurassi.
Lyès Menacer - Alger (Le Soir) - L'objectif de l'organisation de cette rencontre répond justement à ce besoin de sensibiliser les étudiants et les médecins en exercice sur la nécessité du respect de l'éthique médicale pour une meilleure prise en charge des malades. «L'éthique médicale est la science du devoir médical. Il y a des règles morales qui régissent l'exercice du métier de médecin. Ce dernier doit donc les respecter quotidiennement», dira le docteur Bekkat-Berkani Mohamed, président du conseil national de l'Ordre des médecins. Mais il y a des cas où le médecin se retrouve les mains liées, ce qui le pousse parfois à commettre des actes passibles de poursuites judiciaires. Le docteur Bekkat cite l'exemple des médecins condamnés pour le viol de la loi interdisant l'avortement. «La loi autorisant l'interruption médicale de la grossesse n'est pas claire pour le moment. Durant la période du terrorisme, des autorisations spéciales sont délivrées pour l'avortement des femmes enlevées. Ce n'est pas le cas des femmes enlevées dans le cadre du droit commun où la loi ne répond pas de manière claire. Cela est le problème des médecins qui sont constamment sous la menace de l'article 300 du Code pénal qui punit l'avortement dit criminel», ajoutera-t-il. Faire évoluer la législation en Algérie demeure le seul moyen pour un exercice efficient de la médecine. Le docteur Bekkat propose à cet effet «une profonde réflexion sur le sujet à laquelle devront participer les médecins, les hommes de religion et les autorités publiques». «Nous ne devrons pas continuer à être prisonniers des tabous. La médecine évolue et nous devrons nous aussi évoluer en engageant un large débat qui doit réunir toutes les franges de la société.» Autrement dit, le président du conseil de l'Ordre des médecins estime que la société doit aussi changer de mentalité et participer activement à cette évolution. «L'éthique, c'est l'image d'une société à une époque donnée de l'histoire», indiquera-t-il en évoquant la polémique suscitée au sein de la société, des instances religieuses et des spécialistes de la santé par l'introduction de la greffe d'organes dans nos hôpitaux. Evoquant la question des soins palliatifs et leur relation avec l'éthique médicale, le président de la commission de l'éthique médicale de la faculté de médecine d'Alger, le professeur Lamara Mohamed, déclara qu'«il est universellement connu que les hôpitaux sont des lieux déshumanisés. Les éthiciens n'ont jamais cessé de tirer la sonnette d'alarme sur l'absence de considération du malade en tant que personne qui mérite d'être respectée». L'accompagnement médical des malades à l'intérieur des structures de santé et à l'extérieur rentre aussi dans le cadre du respect de l'éthique médicale, rappelle le professeur Lamara qui a insisté sur l'implication des psychologues dans la prise en charge psychologique des patients. De son côté, le doyen de la Faculté de médecine d'Alger, le professeur Moussa Arrada, a souligné la nécessité de l'organisation de la formation médicale continue qui, selon lui, contribuera positivement au respect de l'éthique médicale. Notons, enfin, que le deuxième séminaire international sur l'éthique médicale a vu la participation d'éminents professeurs de médecine, issus de différentes spécialités médicales, dans le but d'échanger les expériences et de proposer des solutions capables d'apporter un plus dans le secteur de la santé en Algérie.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.