Un jeu de massacre sans fin    Obama émule de Bush même dans le mensonge    L'Etat islamique est une Arabie saoudite ambulante et sans pétrole    Pour de nouveaux blocs d'exploration : 5 groupes pétroliers étrangers en renfort    Commerce : Des licences d'importation revues et corrigées    Le chantier bientôt lancé: Extension du tram vers l'aéroport    Ligue des champions - Finale retour à Blida : Les raisons d'un choix, selon Hammar    Ligue des champions : Chaud débat à Madrid    Benflis : Un livre blanc pour dire «assez à la fraude»    BENI-BOUSSAID: Découverte d'un site archéologique près de Sidi Medjahed    GUELMA - Tayeb Zitouni : «Nous devons être fiers de notre histoire»    Tragique accident entre Aflou et Laghouat : 16 morts et 45 blessés dans une collision entre 2 bus    Relizane : Cinq personnes sauvées des crues    Kassali Brahim Djamel élu président de l'UAR    Les troupes kurdes lancent une offensive sur trois fronts    Le Front Polisario condamne un "assassinat délibéré"    RC Arbaâ    Medias Driving Xperience    Les dates des 7e et 8e journées désignées    Commission de discipline de la LFP    Fekir dans le calepin de Mankowski    Deux matchs pour Belaïli et trois pour Meklouche    Espagne    Elle sera au Parlement en janvier    "La drogue et le terrorisme menacent le pays"    Djaâfar Haddad    Diamal    Â«Camion de l’année 2015»    Ali Benflis dévoile son "livre blanc"    Libye    Saâdani écrit à l'ambassadeur de France    Hasni ressuscité à Bab El Oued    Le coup de bill’art du Soir    ACTUCULT    Coopération Algéro-Chinoise    "Préservons la quiétude dans notre vallée"    Hommage à l'acteur Nino Manfredi    "La crise du logement sera réglée avant 2019"    NCA Rouiba affiche de bons résultats au 1er semestre 2014    Makrout laâssel    Ghribia    Malfouf de foie de mouton    187,2 kg de kif saisis    Entre fièvre aphteuse et... fièvre acheteuse!    Le FLN a son bélier    Production d'électricité : Yousfi mise sur les énergies propres    La Réconciliation nationale n'a d'autre objectif que l'organisation du consensus national    Inflation à 1,5% en août dernier : Le rythme annuel se stabilise    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

L'ETHIQUE MEDICALE EN ALGERIE
Les médecins sont peu formés
Publié dans Le Soir d'Algérie le 12 - 06 - 2008

L'éthique médicale est peu enseignée dans les universités algériennes. C'est le constat établi hier par le Pr Moussa Arrada, doyen de la Faculté de médecine de l'Université d'Alger, en marge des travaux du deuxième séminaire international sur l'éthique médicale, organisé à l'hôtel El-Aurassi.
Lyès Menacer - Alger (Le Soir) - L'objectif de l'organisation de cette rencontre répond justement à ce besoin de sensibiliser les étudiants et les médecins en exercice sur la nécessité du respect de l'éthique médicale pour une meilleure prise en charge des malades. «L'éthique médicale est la science du devoir médical. Il y a des règles morales qui régissent l'exercice du métier de médecin. Ce dernier doit donc les respecter quotidiennement», dira le docteur Bekkat-Berkani Mohamed, président du conseil national de l'Ordre des médecins. Mais il y a des cas où le médecin se retrouve les mains liées, ce qui le pousse parfois à commettre des actes passibles de poursuites judiciaires. Le docteur Bekkat cite l'exemple des médecins condamnés pour le viol de la loi interdisant l'avortement. «La loi autorisant l'interruption médicale de la grossesse n'est pas claire pour le moment. Durant la période du terrorisme, des autorisations spéciales sont délivrées pour l'avortement des femmes enlevées. Ce n'est pas le cas des femmes enlevées dans le cadre du droit commun où la loi ne répond pas de manière claire. Cela est le problème des médecins qui sont constamment sous la menace de l'article 300 du Code pénal qui punit l'avortement dit criminel», ajoutera-t-il. Faire évoluer la législation en Algérie demeure le seul moyen pour un exercice efficient de la médecine. Le docteur Bekkat propose à cet effet «une profonde réflexion sur le sujet à laquelle devront participer les médecins, les hommes de religion et les autorités publiques». «Nous ne devrons pas continuer à être prisonniers des tabous. La médecine évolue et nous devrons nous aussi évoluer en engageant un large débat qui doit réunir toutes les franges de la société.» Autrement dit, le président du conseil de l'Ordre des médecins estime que la société doit aussi changer de mentalité et participer activement à cette évolution. «L'éthique, c'est l'image d'une société à une époque donnée de l'histoire», indiquera-t-il en évoquant la polémique suscitée au sein de la société, des instances religieuses et des spécialistes de la santé par l'introduction de la greffe d'organes dans nos hôpitaux. Evoquant la question des soins palliatifs et leur relation avec l'éthique médicale, le président de la commission de l'éthique médicale de la faculté de médecine d'Alger, le professeur Lamara Mohamed, déclara qu'«il est universellement connu que les hôpitaux sont des lieux déshumanisés. Les éthiciens n'ont jamais cessé de tirer la sonnette d'alarme sur l'absence de considération du malade en tant que personne qui mérite d'être respectée». L'accompagnement médical des malades à l'intérieur des structures de santé et à l'extérieur rentre aussi dans le cadre du respect de l'éthique médicale, rappelle le professeur Lamara qui a insisté sur l'implication des psychologues dans la prise en charge psychologique des patients. De son côté, le doyen de la Faculté de médecine d'Alger, le professeur Moussa Arrada, a souligné la nécessité de l'organisation de la formation médicale continue qui, selon lui, contribuera positivement au respect de l'éthique médicale. Notons, enfin, que le deuxième séminaire international sur l'éthique médicale a vu la participation d'éminents professeurs de médecine, issus de différentes spécialités médicales, dans le but d'échanger les expériences et de proposer des solutions capables d'apporter un plus dans le secteur de la santé en Algérie.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.