Les déclarations du Maroc au sujet de son retour à l'UA: "une manœuvre vaine"    Le président Bouteflika nomme trois nouveaux membres    Vers la révision de la loi 83-12    Une partie de la ville de Sidi-Abdallah sera inaugurée en décembre    Plus de 5 400 produits remboursables    Opposition : une conférence contre la nouvelle loi électorale    François Hollande cédera-t-il à la pression ?    Brahmia rassure au sujet du village olympique et du virus Zika    Les Crabes piégés à Lubumbashi    L'USMH, le RCA, le RCR, l'USMB et l'OM interdits de recrutement !    Les propositions examinées en réunion du gouvernement le 24 août    Un mort et deux blessés    Eradication du dernier bidonville de l'époque coloniale    Même des amandes dans les rêves !    JO 2016: départ de la délégation algérienne pour Rio    Ooredoo: Un bilan financier en hausse    Saisie d'anabolisants à l'aéroport    Le passeport rouge ou être ministre    Constantine - Boudiaf à Constantine: L'ouverture de la maternité du CHUC au menu    Skikda: Des vendeurs de fruits et légumes squattent une artère principale    Messahel: Réformer la Ligue arabe pour s'adapter à la conjoncture internationale    Les zombies et les vivants    L'interprète de «Omar Gatlatou»: «Le cinéma algérien a beaucoup régressé»    Rotation    Avant-projet de loi sur la PME: L'Etat soutiendra le développement de plusieurs domaines    Postes de hautes responsabilités : La nationalité algérienne exclusive exigée    Verts d'Europe : Soudani buteur, Zagreb domine Tbilissi    La filière détenait un arsenal de propagande    Un second vote informel le 5 août    Le président Bouteflika exprime la solidarité de l'Algérie    Le Sud-Est sans relais téléphonique    Classe politique: l'impératif débat d'idées    La sûreté de wilaya de Constantine honore plusieurs journalistes    La mode des plages privées    Convention avec l'Agence de wilaya de l'emploi    H. Clinton pas aussi "nickel" qu'on le présume!    L'Algérie aux portes des quarts de finale    Hamzaoui titulaire contre Fulham    Plus de 400 participants à Tlemcen    La femme, cette héroïne au cinéma    Fin de formation pour 770 nouveaux enseignants    L'étau se resserre sur les groupes terroristes à Alep    La police tue 9 islamistes et déjoue une attaque d'envergure    Un adolescent né en Algérie arrêté    Des mesures de facilitation    Le chef de l'Etat tacle l'opposition    Clap de fin pour Mohamed Khan    L'AARC n'existera plus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'ETHIQUE MEDICALE EN ALGERIE
Les médecins sont peu formés
Publié dans Le Soir d'Algérie le 12 - 06 - 2008

L'éthique médicale est peu enseignée dans les universités algériennes. C'est le constat établi hier par le Pr Moussa Arrada, doyen de la Faculté de médecine de l'Université d'Alger, en marge des travaux du deuxième séminaire international sur l'éthique médicale, organisé à l'hôtel El-Aurassi.
Lyès Menacer - Alger (Le Soir) - L'objectif de l'organisation de cette rencontre répond justement à ce besoin de sensibiliser les étudiants et les médecins en exercice sur la nécessité du respect de l'éthique médicale pour une meilleure prise en charge des malades. «L'éthique médicale est la science du devoir médical. Il y a des règles morales qui régissent l'exercice du métier de médecin. Ce dernier doit donc les respecter quotidiennement», dira le docteur Bekkat-Berkani Mohamed, président du conseil national de l'Ordre des médecins. Mais il y a des cas où le médecin se retrouve les mains liées, ce qui le pousse parfois à commettre des actes passibles de poursuites judiciaires. Le docteur Bekkat cite l'exemple des médecins condamnés pour le viol de la loi interdisant l'avortement. «La loi autorisant l'interruption médicale de la grossesse n'est pas claire pour le moment. Durant la période du terrorisme, des autorisations spéciales sont délivrées pour l'avortement des femmes enlevées. Ce n'est pas le cas des femmes enlevées dans le cadre du droit commun où la loi ne répond pas de manière claire. Cela est le problème des médecins qui sont constamment sous la menace de l'article 300 du Code pénal qui punit l'avortement dit criminel», ajoutera-t-il. Faire évoluer la législation en Algérie demeure le seul moyen pour un exercice efficient de la médecine. Le docteur Bekkat propose à cet effet «une profonde réflexion sur le sujet à laquelle devront participer les médecins, les hommes de religion et les autorités publiques». «Nous ne devrons pas continuer à être prisonniers des tabous. La médecine évolue et nous devrons nous aussi évoluer en engageant un large débat qui doit réunir toutes les franges de la société.» Autrement dit, le président du conseil de l'Ordre des médecins estime que la société doit aussi changer de mentalité et participer activement à cette évolution. «L'éthique, c'est l'image d'une société à une époque donnée de l'histoire», indiquera-t-il en évoquant la polémique suscitée au sein de la société, des instances religieuses et des spécialistes de la santé par l'introduction de la greffe d'organes dans nos hôpitaux. Evoquant la question des soins palliatifs et leur relation avec l'éthique médicale, le président de la commission de l'éthique médicale de la faculté de médecine d'Alger, le professeur Lamara Mohamed, déclara qu'«il est universellement connu que les hôpitaux sont des lieux déshumanisés. Les éthiciens n'ont jamais cessé de tirer la sonnette d'alarme sur l'absence de considération du malade en tant que personne qui mérite d'être respectée». L'accompagnement médical des malades à l'intérieur des structures de santé et à l'extérieur rentre aussi dans le cadre du respect de l'éthique médicale, rappelle le professeur Lamara qui a insisté sur l'implication des psychologues dans la prise en charge psychologique des patients. De son côté, le doyen de la Faculté de médecine d'Alger, le professeur Moussa Arrada, a souligné la nécessité de l'organisation de la formation médicale continue qui, selon lui, contribuera positivement au respect de l'éthique médicale. Notons, enfin, que le deuxième séminaire international sur l'éthique médicale a vu la participation d'éminents professeurs de médecine, issus de différentes spécialités médicales, dans le but d'échanger les expériences et de proposer des solutions capables d'apporter un plus dans le secteur de la santé en Algérie.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.