Aucune liste APW n'a été déposée    La reconduction de l'accord Opep/non-Opep au-delà de mars 2018 débattue vendredi à Vienne    Les huit solutions face aux tensions budgétaires de l'économie algérienne    Nouvelles manifestations indépendantistes à Barcelone    200 000 personnes de 30 pays ont marché pour la paix    L'Afrique du Sud et la Namibie réitèrent leur soutien à la lutte du peuple sahraoui    Algérie Télécom, sponsor exclusif du Rallye Challenge Sahari International    Mort «inquiétante» de mérous sur les côtes de la corniche    Un jeune homme chute d'une habitation    Fin de la caravane culturelle    Portrait d'un compositeur universel (I)    Dix bulles...et ça continue !    Messahel sur les chapeaux de roue    La Russie accuse l'UE de "politiser" la reconstruction    Le Bangladesh demande des zones de sécurité    Un apprentissage trop coûteux    Les deux Manchester au coude à coude    Abeid reprend l'entraînement    Le Collège technique national aujourd'hui à Alger    A la recherche du lobby    Nous serons 65 millions en 2050    Contestation à Aïn Bessem    Les citoyens ont perdu plus de deux milliards de centimes    La rue envahie par les bouteilles faute de collecte    RATISSAGE à ERRICH    Ouyahia tance l'opposition    Plus de voix que la majorité pour le plan Ouyahia    Le "révolté" de la chanson auressienne    Le cinéma algérien entre le film de Moussaoui et El Hannachia    Mégaconcert à Oran en hommage à cheb Hasni    La gynécologue risque deux années de prison    17 morts et 5 blessés    9 contrebandiers et 217 migrants clandestins interceptés    MCA -USMA domicilié au stade du 5-Juillet    L'aéroport d'istanbul fermé    Les directives du DGSN    Ouyahia tacle l'opposition    Plaidoyer pour "une stratégie d'action"    Macron souligne à l'Onu la nécessité de mettre en oeuvre l'accord d'Alger    Disparition de Rachid Saouli    La Fédération mondiale sollicite l'appui de l'Algérie    La réconciliation nationale a préservé les institutions de l'Etat et l'unité nationale    Chelsea : Diego Costa fait passer un message à... Antonio Conte !    «Nous vivons l'enfer, il n'y a pas d'argent»    Carnet politique 12    Conciliation travail-famille : Le mode d'emploi de Lamia Boudoudou, présidente du Ladies Business Club    Ligue 2 Mobilis : Le programme de la 4ème journée    Algérie: Le russe Lukoil intéressé par les projets de développement de champs pétroliers    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





ECONOMIE DU SAVOIR ET ASIATISATION DU MONDE
L'Algérie sera-t-elle au rendez-vous à l'horizon 2020 ?
Publié dans Le Soir d'Algérie le 05 - 03 - 2009

L'Algérie sera-t-elle au rendez-vous à l'horizon 2020 à l'ère du développement de l'économie du savoir et de l'asiatisation du monde ? Un questionnement qui ressort en filigrane de la conférence animée hier à l'Institut supérieur de gestion et de planification (ISGP) par Mortéda Zabouri, professeur de géopolitique à l'HEC Montréal.
Chérif Bennaceur - Alger (Le Soir) - Pour ce politologue, l'Algérie possède les atouts pour faire face aux évolutions en cours, marquées tant par la résurgence du monde asiatique (Chine en particulier), en tant que nouveau standard postmonde occidental et par laquelle passait cette mythique route de la Soie, que par la rareté des ressources naturelles et des terres arables. Mais également des évolutions et des transformations caractérisées par l'obsolescence du parc technologique actuel et le développement d'une nouvelle technologie, les nanotechnologies, le génie génétique, la science fondamentale, et par la question de la gestion des ressources ainsi que le passage à la production de biens et services réels et non fictifs ou mercantilistes. Et c'est dans ce sens que la crise économique qui sévit actuellement dans le monde, et qui va perdurer 10 ans permet, cependant, selon Mortéda Zabouri, une décantation. L'Algérie possède également, selon l'hôte de l'ISGP, des atouts susceptibles de lui permettre de s'insérer dans la dynamique du développement de l'économie du savoir, clé de toute hiérarchie sociale, boostée par une nouvelle classe de mandarins ou de classe savante dans plusieurs pays d'Asie. A charge cependant pour l'Algérie qui a toujours appartenu au monde de la route de la Soie de comprendre que «le compteur tourne» et de pouvoir vaincre sa schizophrénie latente (quête ambitieuse de l'excellence mais sentiment d'impuissance et peur d'en être incapable, des ambitions mais aussi des inquiétudes et un sentiment de dégoût). A condition que notre pays s'inscrive dans cette dynamique de l'économie du savoir sur le long terme, en ciblant les nouvelles technologies et développant des élites issues de l'intelligentsia.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.