Algérie - Les prix à la production industrielle ont augmenté de 1,1% au 1er trimestre 2015    Le parti de Benflis affiche sa détermination    Barreau d'Oran : Projets de jumelage avec les barreaux de Nantes, Nanterre, Lyon et Genève    5 juillet : Bouteflika confirme qu'il ira jusqu'au bout de son mandat    Visite du 1er ministre dans la capitale - Abrogation de l'article 87 bis : entrée en vigueur en août    Pénurie de médicaments : Les assurances de la tutelle    A l'occasion du 5 Juillet : Le tramway gratuit pour les usagers    Target : Libya    ES Sétif : La défense, le grand chantier de Madoui    JSM Tiaret : Les bilans adoptés sur fond de contestation    AS Khroub - Le club interdit de recrutement : Mobilisation générale pour solutionner le problème    MEDEA: 2 morts et 24 blessés sur les routes    Transport urbain : Gel des agréments pour la création de nouvelles lignes    Les voyagistes optimistes : Des promesses pour le hadj 2015    LA GRECE ET LES DENTIERS D'ACIER    Les guignols    Qu'avons-nous fait de notre indépendance ?    L'Algérie risque d'affronter le Maroc ou la Libye en novembre    L'Atlético de Madrid entre en lice pour Ghoulam    Des services AV rénovés à la succursale : «Les grands Vents»    Aït Bouadou (Ouadhias) : Hommage à «Krikeche»    Solitude, spleen et mal du pays    Poutine prône le dialogue avec Washington    «La révision de la Constitution en phase de finalisation ultime»    Plan de restructuration des entreprises des travaux publics    L'épopée de Constantine ce soir au Casif de Sidi Fredj    Les syndicats appellent à une commission d'évaluation des examens    L'Algérie condamne fermement    Belaili dans le viseur de deux clubs qataris    Fermeture de 10 locaux par la DCP durant la 1re décade du mois de Ramadhan    La dernière ligne droite ?    Allaoua, la star de toujours    Algérie : le projet de révision de la Constitution est en phase de "finalisation ultime" (Bouteflika)    Nouvelle extension du métro d'Alger vers El Harrach    Bouteflika rend hommage à l'ANP    Sellal inaugure la nouvelle Faculté de droit à Saïd Hamdine    Sellal : la rationalisation des dépenses publiques n'est pas de l'austérité    La troupe musicale "Ruta Pùrpura" enchante le public oranais    Athlétisme : Large vainqueur du 1 000 m à Nancy    Debla (Tunis)    Botulisme    EnquÃate-Témoignages    Le ministère rassure quant à la disponibilité des médicaments    Le poÚte est en tournée nationale    Egypte: trois civils tués au Sinaï    Ministère de la Communication : Le département songe à renforcer le secteur audiovisuel public    Appel des députés islamistes    L'Egypte face aux limites de l'option sécuritaire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

ECONOMIE DU SAVOIR ET ASIATISATION DU MONDE
L'Algérie sera-t-elle au rendez-vous à l'horizon 2020 ?
Publié dans Le Soir d'Algérie le 05 - 03 - 2009

L'Algérie sera-t-elle au rendez-vous à l'horizon 2020 à l'ère du développement de l'économie du savoir et de l'asiatisation du monde ? Un questionnement qui ressort en filigrane de la conférence animée hier à l'Institut supérieur de gestion et de planification (ISGP) par Mortéda Zabouri, professeur de géopolitique à l'HEC Montréal.
Chérif Bennaceur - Alger (Le Soir) - Pour ce politologue, l'Algérie possède les atouts pour faire face aux évolutions en cours, marquées tant par la résurgence du monde asiatique (Chine en particulier), en tant que nouveau standard postmonde occidental et par laquelle passait cette mythique route de la Soie, que par la rareté des ressources naturelles et des terres arables. Mais également des évolutions et des transformations caractérisées par l'obsolescence du parc technologique actuel et le développement d'une nouvelle technologie, les nanotechnologies, le génie génétique, la science fondamentale, et par la question de la gestion des ressources ainsi que le passage à la production de biens et services réels et non fictifs ou mercantilistes. Et c'est dans ce sens que la crise économique qui sévit actuellement dans le monde, et qui va perdurer 10 ans permet, cependant, selon Mortéda Zabouri, une décantation. L'Algérie possède également, selon l'hôte de l'ISGP, des atouts susceptibles de lui permettre de s'insérer dans la dynamique du développement de l'économie du savoir, clé de toute hiérarchie sociale, boostée par une nouvelle classe de mandarins ou de classe savante dans plusieurs pays d'Asie. A charge cependant pour l'Algérie qui a toujours appartenu au monde de la route de la Soie de comprendre que «le compteur tourne» et de pouvoir vaincre sa schizophrénie latente (quête ambitieuse de l'excellence mais sentiment d'impuissance et peur d'en être incapable, des ambitions mais aussi des inquiétudes et un sentiment de dégoût). A condition que notre pays s'inscrive dans cette dynamique de l'économie du savoir sur le long terme, en ciblant les nouvelles technologies et développant des élites issues de l'intelligentsia.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.