AC Delco confirme son entrée sur le marché nord-africain    Le marché local connaît une grande spéculation    Paloma Lopez appelle l'UE à adopter des sanctions à l'encontre du Maroc    Des députés européens exhortent l'UE à reconnaître l'Etat palestinien    Soirée en l'honneur de Meskoud    Soirée algéro-américaine à Alger    Est-ce la fin de l'ère révolutionnaire ?    11EME SESSION DE LA COMMISSION MIXTE ALGERO-TURQUE : Les Algériens pourraient voyager sans visa    ATTAQUE TERRORISTE CONTRE L'ARMEE NIGERIENNE : L'Algérie condamne "avec force"    L'ALGERIE APPARTIENT A TOUS, ET MOSTAGANEM EGALEMENT : Pour une culture de solidarité entre les communes    RELIZANE : 45 morts et 1590 blessés sur la route en 2016    20 % DES PROJETS PUBLICS AUX JEUNES ENTREPRENEURS : La directive de Sellal n'a pas été respectée    JIJEL : Un terroriste abattu et son fusil récupéré    SONATRACH : 70 milliards de dollars d'investissements en 2017-2021    ORAN : 9 personnes interpellées pour abattage clandestin    Promesses de dons de 14 pays    Huit soldats tués dans un attentat-suicide    Ligue 1 Mobilis : (21e journée)    Claudio Ranieri limogé    Plus de 112 milliards de dinars de revenus en 2016    Spéculations sur la Toile et palabres de rue    Bouteflika appelle à supporter l'austérité    Boudiaf a-t-il désamorcé la grève des pharmaciens ?    "Siaha-2017" ou comment promouvoir la destination Algérie    "Le pôle de Skikda est le poumon de l'économie nationale"    Les forces irakiennes entrent à Mossoul-Ouest    LFP : L'AGO prévue demain à Sidi Moussa    Les parents inquiets, les autorités sanitaires rassurent    Les vieux réflexes ont la peau dure    Bouteflika appelle à accélérer l'exécution des programmes nationaux de réformes    «Nous ne croyons pas à l'acte isolé»    Manchester United verni, choc Lyon-Rome    Mémoire de Scène, pour que nul n'oublie    Fédération algérienne de judo    22e journée    Création de l’UGTA Et la nationalisation des hydrocarbures    TÉBESSA    Entretien avec Fatma Oussedik, professeur en sociologie à l’université d’Alger et chercheuse au Cread (Centre de recherche en économie appliquée pour le développement) :    Fédération algérienne handisport (FAH)    ACTUCULT    RESTAURATION DE LA CASBAH D'ALGER    Prévue le 5 mars: Marche annoncée des GLD et «patriotes» à Alger    Oran et Constantine: Plus d'une vingtaine de lycéens évacués à cause d'une application «mystérieuse»    Le ministre de l'Intérieur à Tizi Ouzou: «Barrer la route aux tentatives de déstabilisation»    Le MAE dément les informations "alarmistes" des réseaux sociaux    Raïs M'Bolhi opérationnel    Il faut sauver le soldat Yazid de Canal Algérie    Un Danois jugé pour avoir brûlé un exemplaire du Coran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





ECONOMIE DU SAVOIR ET ASIATISATION DU MONDE
L'Algérie sera-t-elle au rendez-vous à l'horizon 2020 ?
Publié dans Le Soir d'Algérie le 05 - 03 - 2009

L'Algérie sera-t-elle au rendez-vous à l'horizon 2020 à l'ère du développement de l'économie du savoir et de l'asiatisation du monde ? Un questionnement qui ressort en filigrane de la conférence animée hier à l'Institut supérieur de gestion et de planification (ISGP) par Mortéda Zabouri, professeur de géopolitique à l'HEC Montréal.
Chérif Bennaceur - Alger (Le Soir) - Pour ce politologue, l'Algérie possède les atouts pour faire face aux évolutions en cours, marquées tant par la résurgence du monde asiatique (Chine en particulier), en tant que nouveau standard postmonde occidental et par laquelle passait cette mythique route de la Soie, que par la rareté des ressources naturelles et des terres arables. Mais également des évolutions et des transformations caractérisées par l'obsolescence du parc technologique actuel et le développement d'une nouvelle technologie, les nanotechnologies, le génie génétique, la science fondamentale, et par la question de la gestion des ressources ainsi que le passage à la production de biens et services réels et non fictifs ou mercantilistes. Et c'est dans ce sens que la crise économique qui sévit actuellement dans le monde, et qui va perdurer 10 ans permet, cependant, selon Mortéda Zabouri, une décantation. L'Algérie possède également, selon l'hôte de l'ISGP, des atouts susceptibles de lui permettre de s'insérer dans la dynamique du développement de l'économie du savoir, clé de toute hiérarchie sociale, boostée par une nouvelle classe de mandarins ou de classe savante dans plusieurs pays d'Asie. A charge cependant pour l'Algérie qui a toujours appartenu au monde de la route de la Soie de comprendre que «le compteur tourne» et de pouvoir vaincre sa schizophrénie latente (quête ambitieuse de l'excellence mais sentiment d'impuissance et peur d'en être incapable, des ambitions mais aussi des inquiétudes et un sentiment de dégoût). A condition que notre pays s'inscrive dans cette dynamique de l'économie du savoir sur le long terme, en ciblant les nouvelles technologies et développant des élites issues de l'intelligentsia.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.