Le FC Séville désigne le remplaçant d'Emery    Le ministre de la Communication, Hamid Grine,...    56 pays présents à la 13e édition du Prix international d'Alger    AFFAIRE HERVE GOURDEL : 3 des terroristes impliqués dans l'assassinat abattus à Médéa    ARAV adopte le cahier des charges élaboré par le gouvernement    Saïd Kessasra nouveau PDG    Décès de la militante anticolonialiste Aline Moussaoui    Des députés critiquent l'article 73 du projet de loi relatif au régime électoral    MASCARA : Saisie de stupéfiants à Hachem    UNE AFFICHE DE QUALITE    Chili - Vidal : "Une génération historique"    Suppression de la retraite anticipée : Bonne ou mauvaise décision ?    Irak : Daech chassé de Fallouja    Nouvelles d'Oran    Recrutement d'enseignants sur la base de vocation    Repères    L'Europe perd du terrain en investissements    Tizi Ouzou : Soirées théâtrales à Bouzeguène    L'effet du Brexit sur le Maroc demeure incertain (experts)    tragédies D'hier et d'aujourd'hui : Désastre à 145 km/h ! 1e partie    Hommage à Cherifa, la doyenne de la chanson kabyle    Suspense : Un cri dans la nuit 18e partie    Le SG de l'ONU appelle à la paix au Yémen    Liban: cinq morts dans une série d'attentats suicide    Il était une fois une prestation de serment
    Les cours du pétrole à 47,38 dollars en Asie    "L'endettement extérieur, une option à partir de 2018"    Reprise des entraînements demain à Aïn Benian    Le MOB à Accra avec un effectif réduit    Championnats d'Afrique 2016    Ã‰QUIPE NATIONALE DE FOOTBALL    Handball : tirage au sort de la CAN-2016 «Dames»    Mustapha Guitouni à la tête du groupe Sonelgaz    Transport maritime urbain    Les commissions de l'APN rejettent les amendements des députés    42 nouveaux harragas interceptés en 24 heures    La Laddh recommande de porter plainte devant l'ONU    Deux morts et onze blessés dans une série d'accidents    Fromage blanc aux herbes    Algérie : échauffourées entre policiers et vendeurs informels sèment le trouble au centre ville de Annaba    Vers un remodelage à la hussarde de l'échiquier politique    Des opposants à Paris tirent la sonnette d'alarme    Législatives en Espagne : les conservateurs en tête    Libye : Benghazi sur le point d'être libérée des terroristes    L'Union européenne panique    Hommage populaire à Matoub Lounès    Des apprenants de tamazight et leurs enseignants honorés    ACTUCULT    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





ECONOMIE DU SAVOIR ET ASIATISATION DU MONDE
L'Algérie sera-t-elle au rendez-vous à l'horizon 2020 ?
Publié dans Le Soir d'Algérie le 05 - 03 - 2009

L'Algérie sera-t-elle au rendez-vous à l'horizon 2020 à l'ère du développement de l'économie du savoir et de l'asiatisation du monde ? Un questionnement qui ressort en filigrane de la conférence animée hier à l'Institut supérieur de gestion et de planification (ISGP) par Mortéda Zabouri, professeur de géopolitique à l'HEC Montréal.
Chérif Bennaceur - Alger (Le Soir) - Pour ce politologue, l'Algérie possède les atouts pour faire face aux évolutions en cours, marquées tant par la résurgence du monde asiatique (Chine en particulier), en tant que nouveau standard postmonde occidental et par laquelle passait cette mythique route de la Soie, que par la rareté des ressources naturelles et des terres arables. Mais également des évolutions et des transformations caractérisées par l'obsolescence du parc technologique actuel et le développement d'une nouvelle technologie, les nanotechnologies, le génie génétique, la science fondamentale, et par la question de la gestion des ressources ainsi que le passage à la production de biens et services réels et non fictifs ou mercantilistes. Et c'est dans ce sens que la crise économique qui sévit actuellement dans le monde, et qui va perdurer 10 ans permet, cependant, selon Mortéda Zabouri, une décantation. L'Algérie possède également, selon l'hôte de l'ISGP, des atouts susceptibles de lui permettre de s'insérer dans la dynamique du développement de l'économie du savoir, clé de toute hiérarchie sociale, boostée par une nouvelle classe de mandarins ou de classe savante dans plusieurs pays d'Asie. A charge cependant pour l'Algérie qui a toujours appartenu au monde de la route de la Soie de comprendre que «le compteur tourne» et de pouvoir vaincre sa schizophrénie latente (quête ambitieuse de l'excellence mais sentiment d'impuissance et peur d'en être incapable, des ambitions mais aussi des inquiétudes et un sentiment de dégoût). A condition que notre pays s'inscrive dans cette dynamique de l'économie du savoir sur le long terme, en ciblant les nouvelles technologies et développant des élites issues de l'intelligentsia.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.