Reprise de la ligne Réghaïa-Thénia dès ce matin    Un visa qui ne dit pas son nom    Le FLN stigmatise les islamistes    Les éclairages du général Ben Bicha    Le président du Sénat en visite de cinq jours en Algérie    Le Snapap entamera une série de réunions    La coupe est pleine... de sang    Benghebrit remet les pendules à l'heure    Boulemdaïs s'installe en tête    La JSK, l'USMA et le MCA en force    Fournier encense Fekir    Eblouissants Syriens!    L'Association Nedjma brille à Blida    Une longue nuit d'étoiles...    L'Etat islamique revendique la décapitation    Cameron déterminé à "des nouvelles mesures" contre l'EI    Emin Auto se dote de son premier showroom JAC    Médéa : Un projet de parc urbain à l'étude    Ghardaïa : Une production de près de 560 000 quintaux de dattes attendue    Lutte contre la contrebande : Les Douanes dressent leur bilan    Les crimes liés à l'héritage en hausse    Pénétrante autoroutière Bejaia-El Adjiba : De sérieux retards    Russie : La banque centrale prête à de nouvelles hausses de taux    Bourses : Wall Street touchée par les interrogations sur la Fed    Des supporters de la JSK marchent à Tizi Ouzou    Conjurer et non conjuguer les périls    Eu égard à la spécificité de la Wilaya d'Alger : Louh annonce un redécoupage judiciaire de la Capitale    Sellal reçoit le directeur du département Moyen-Orient au FMI    Une base de données des compétences artistiques en élaboration    Une sixième sous de meilleurs auspices    Rôle des services de sécurité dans la protection du cyberespace    Stimuler la demande intérieure et l'investissement    Appel à la création d'un secrétariat d'Etat dédié à la prévention    Présidentielle au Brésil : Dilma Rousseff revient sur Marina Silva    Des parlementaires français à Moscou pour apporter leur soutien    Une union implosée ?    Les autorités d'occupation marocaines expulsent une délégation basque    Baba Sissoko et le tamani enchantés    Immersion onirique avec l'Association « Nedjma » de Blida    O Marseille : Foued Kadir explique le malaise par "un manque de communication" (médias)    Le chef d'état-major des Armées françaises à Alger    Ligue 1 de football/classement des buteurs : Hamza Boulemdais s'installe confortablement en tête (5 buts)    FC Lorient : Mostefa, à nouveau remplaçant, compromet son retour en sélection algérienne    Maroc: Ouverture à Marrakech de l'édition 2014 de la coupe intercontinentale de l'IAAF    L'Etat islamique affirme avoir décapité un otage britannique    Le ministre de la Communication, M. Grine, en a fait l'annonce    Justice    Invité de la chaîne III : Grine songe à professionnaliser le secteur de la communication    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

ECONOMIE DU SAVOIR ET ASIATISATION DU MONDE
L'Algérie sera-t-elle au rendez-vous à l'horizon 2020 ?
Publié dans Le Soir d'Algérie le 05 - 03 - 2009

L'Algérie sera-t-elle au rendez-vous à l'horizon 2020 à l'ère du développement de l'économie du savoir et de l'asiatisation du monde ? Un questionnement qui ressort en filigrane de la conférence animée hier à l'Institut supérieur de gestion et de planification (ISGP) par Mortéda Zabouri, professeur de géopolitique à l'HEC Montréal.
Chérif Bennaceur - Alger (Le Soir) - Pour ce politologue, l'Algérie possède les atouts pour faire face aux évolutions en cours, marquées tant par la résurgence du monde asiatique (Chine en particulier), en tant que nouveau standard postmonde occidental et par laquelle passait cette mythique route de la Soie, que par la rareté des ressources naturelles et des terres arables. Mais également des évolutions et des transformations caractérisées par l'obsolescence du parc technologique actuel et le développement d'une nouvelle technologie, les nanotechnologies, le génie génétique, la science fondamentale, et par la question de la gestion des ressources ainsi que le passage à la production de biens et services réels et non fictifs ou mercantilistes. Et c'est dans ce sens que la crise économique qui sévit actuellement dans le monde, et qui va perdurer 10 ans permet, cependant, selon Mortéda Zabouri, une décantation. L'Algérie possède également, selon l'hôte de l'ISGP, des atouts susceptibles de lui permettre de s'insérer dans la dynamique du développement de l'économie du savoir, clé de toute hiérarchie sociale, boostée par une nouvelle classe de mandarins ou de classe savante dans plusieurs pays d'Asie. A charge cependant pour l'Algérie qui a toujours appartenu au monde de la route de la Soie de comprendre que «le compteur tourne» et de pouvoir vaincre sa schizophrénie latente (quête ambitieuse de l'excellence mais sentiment d'impuissance et peur d'en être incapable, des ambitions mais aussi des inquiétudes et un sentiment de dégoût). A condition que notre pays s'inscrive dans cette dynamique de l'économie du savoir sur le long terme, en ciblant les nouvelles technologies et développant des élites issues de l'intelligentsia.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.