Constantine: Deux terroristes dont l'émir de «Daech» abattus    Constantine - Elections législatives: 47 lieux pour abriter les meetings de la campagne    Importation présumée de véhicules clés en main: Une commission d'inspection à l'usine de montage de Tahkout    Réduction des importations: Une aubaine pour les entreprises algériennes !    Annaba: Plusieurs pays au Salon du tourisme    Oran: Une cellule de recrutement de Daech démantelée    Zetchi en visite au siège de la FIFA après la réunion du BF    JS Kabylie: Bon pour le moral avant la Coupe d'Algérie    El Kala: Un mort et cinq blessés dans un éboulement    Ghardaïa: Cinq personnes mortes calcinées dans une collision    Aïn-Temouchent: La lecture en fête    Aïn-Temouchent: La radio locale souffle sa 9ème bougie    Début des travaux de la réunion des délégués permanents et hauts responsables de la Ligue arabe    Lounis Aït Menguellet célèbre ses 50 années de carrière    Le Royaume-Uni au bord du Brexit    L'ESS perd ses poursuivants n'en profitent pas !    L'Algérie rate la qualification    Ouverture des travaux de la 7e session de la Grande commission mixte algéro-congolaise    L'Algérie veut prolonger la période de réduction de la production    Huit bombes de confection artisanale détruites    Chelghoum rassure que toutes les mesures de contrôle ont été prises    «Capitaliser l'expérience des anciens joueurs»    Le GS Pétroliers sacré champion    «La couverture numérique dans le secteur audiovisuel a atteint plus de 85%»    Quel système entre démocratie et islamisme ?    Les "fake news" en Algérie    "Nous misons sur les compétences algériennes"    Pour réfléchir à des options concernant l'avenir de Picard : La banque Rothschild, mandatée    Le décor de campagne s'installe    Hamia conforte sa position en tête    Méziani seul en tête avec 11 buts    Le GS Boufarik invité surprise des demi-finales    "Nous sommes un parti du gouvernement"    Mouvementer et exploiter le renouveau national au service de tous    Le dossier Peugeot remis sur la table    Les médecins de la daïra de Maâtkas en grève    Des citrons congelés pour combattre diabète, tumeur et obésité!    La Cnas au service des non-voyants    Oran : Ouali procède à la signature de nombreuses conventions sur l'environnement    Un chef d'Al Qaïda tué par une frappe américaine    Composé de six partis : Le Maroc a enfin un nouveau gouvernement    Commission mixte algéro-congolaise : La promotion des échanges économiques examinée    Qui doit payer la facture du désordre ?    "On s'achemine vers l'émergence de partis artificiels"    700 titres algériens au Salon du livre de Paris    L'hommage à Pierre et Claudine Chaulet    Toudja fête l'eau    Carnage à Ghardaïa    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





ECONOMIE DU SAVOIR ET ASIATISATION DU MONDE
L'Algérie sera-t-elle au rendez-vous à l'horizon 2020 ?
Publié dans Le Soir d'Algérie le 05 - 03 - 2009

L'Algérie sera-t-elle au rendez-vous à l'horizon 2020 à l'ère du développement de l'économie du savoir et de l'asiatisation du monde ? Un questionnement qui ressort en filigrane de la conférence animée hier à l'Institut supérieur de gestion et de planification (ISGP) par Mortéda Zabouri, professeur de géopolitique à l'HEC Montréal.
Chérif Bennaceur - Alger (Le Soir) - Pour ce politologue, l'Algérie possède les atouts pour faire face aux évolutions en cours, marquées tant par la résurgence du monde asiatique (Chine en particulier), en tant que nouveau standard postmonde occidental et par laquelle passait cette mythique route de la Soie, que par la rareté des ressources naturelles et des terres arables. Mais également des évolutions et des transformations caractérisées par l'obsolescence du parc technologique actuel et le développement d'une nouvelle technologie, les nanotechnologies, le génie génétique, la science fondamentale, et par la question de la gestion des ressources ainsi que le passage à la production de biens et services réels et non fictifs ou mercantilistes. Et c'est dans ce sens que la crise économique qui sévit actuellement dans le monde, et qui va perdurer 10 ans permet, cependant, selon Mortéda Zabouri, une décantation. L'Algérie possède également, selon l'hôte de l'ISGP, des atouts susceptibles de lui permettre de s'insérer dans la dynamique du développement de l'économie du savoir, clé de toute hiérarchie sociale, boostée par une nouvelle classe de mandarins ou de classe savante dans plusieurs pays d'Asie. A charge cependant pour l'Algérie qui a toujours appartenu au monde de la route de la Soie de comprendre que «le compteur tourne» et de pouvoir vaincre sa schizophrénie latente (quête ambitieuse de l'excellence mais sentiment d'impuissance et peur d'en être incapable, des ambitions mais aussi des inquiétudes et un sentiment de dégoût). A condition que notre pays s'inscrive dans cette dynamique de l'économie du savoir sur le long terme, en ciblant les nouvelles technologies et développant des élites issues de l'intelligentsia.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.