Le Caire reporte l'invitation aux bélligérants    Palestine    Des dizaines d'enquêteurs sur le site du crash du MH17    L'Algérie saisit l'ONU et le Conseil de sécurité    Israël ou la criminelle démesure    Le nouveau 5-Juillet sera prêt fin 2016    12.500 projets en bon chemin    La dernière phase    JSM Béjaà ̄a 3 matches amicaux au menu    Ligue des champions (ES Sétif-ES Tunis)    Trabzonspor    L'analyse des boîtes noires a commencé    Le challenge de Tebboune    REPORTAGE    Réunion mardi prochain de l’état-major de l’UGTA    EnquÃate-Témoignages    Alors, ces faits sont-ils réels?    "Les familles touchées seront immédiatement relogées"    L'Afrique de l'Ouest en conclave à Conakry    "Fermez ce bar, sinon..."    "Rien ne remplace le plaisir de servir les citoyens"    Mise en place des dernières retouches    Ennahar TV, première source d'information des Algériens    Manga Samy Kun de Salim Brahimi et Marniche Abdelghani    ACTUCULT    Le coup de bill’art du Soir    Nous en prendre à nous-mêmes?    USA : Les stocks de brut reculent plus que prévu    Tassili Airlines renouvelle sa certification "IOSA"    Oran : 840 millions USD d'importations exonérées de droits de douane    Tlemcen : Les plages de Marsa Ben M'hidi prises d'assaut    Virus Ebola : Le ministère de la Santé prend des mesures préventives    Selon le directeur des services vétérinaires : La grippe aphteuse apparaît de nouveau en Algérie    Les dangers du sèche-mains électrique    Séisme d'Alger: effondrement partiel de plusieurs constructions de la Casbah    Japon : Le taux de chômage remonte de 0,2 point à 3,7% en juin    Les coupures d'électricité survenues dues au fonctionnement des protections des postes sources    Les opérateurs économiques algériens présents    L'imam de la plus grande mosquée de Kachgar assassiné au Xinjiang    Le Real Madrid montre la sortie à Diego Lopez    La Libye attend l'aide étrangère pour maîtriser un énorme incendie    Interventions d'entretien et de préservation nécessaires    Dottie, l'héroïne noire de Disney Junior qui cartonne aux Etats-Unis    Dernières chances de médailles algériennes    Le FFS insiste à Tizi Ouzou sur "la construction pacifique d'un consensus national et la formation des jeunes"    Grine clarifie certains points    Un hommage à El Hachemi Cherif samedi prochain    L'Etat est-il en position d'impuissance à Ghardaïa ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

DEVELOPPEMENT DES INDUSTRIES AGROALIMENTAIRES
En quête encore de stratégie
Publié dans Le Soir d'Algérie le 22 - 03 - 2010

La stratégie de développement des industries agroalimentaires (IAA) doit être finalisée avant la fin de l'année 2010 et mise en branle à l'horizon 2014.
Chérif Bennaceur - Alger (Le Soir) - C'est ce que le ministre de l'Industrie et de la Promotion des investissements, Hamid Temmar, a souhaité hier à la résidence El Mithak, à l'ouverture des travaux des premières Assises nationale des industries agroalimentaires. Inédites et étalées sur deux jours, ces assises regroupent des experts, des opérateurs économiques et des représentants institutionnels. Certes, un plan d'action stratégique, communément appelé Plan national d'appui aux industries agroalimentaires, est en cours de maturation depuis deux ans, dans le cadre de la stratégie industrielle engagée dès 2007. Il repose notamment sur la réalisation de diagnostics stratégiques de filières, la promotion des territoires à haut potentiel, la mutualisation et la mise en réseau des entreprises. Ce programme de travail est également structuré autour de l'instrumentation du dispositif institutionnel de pilotage, la mise en place de leviers de compétitivité, le développement des activités d'agrofourniture de l'amont jusqu'à la transformation, l'encadrement du marché et le renforcement des compétences et des qualifications dans les IAA. Néanmoins, le secteur agroalimentaire manque encore d'une stratégie de développement réelle. Une stratégie à même de combler les nombreux déficits qu'enregistre le pays en matière de sécurité alimentaire, et donc de sécurité nationale, et en matière de régulation, améliorer l'offre nationale de produits agricoles transformés, pallier les dysfonctionnements de ce secteur, lui assurer une meilleure intégration dans le tissu économique et agricole, booster son attractivité et sa compétitivité. Or, ce plan d'action qui est soumis à ces assises nécessite encore de la maturation, une large mobilisation de tous les acteurs concernés, tant publics que privés, voire un consensus stratégique. Cela même si l'on envisage, selon le directeur général de l'intelligence économique des études et de la prospective auprès du MIPI, Mohamed Bacha, la création de plusieurs structures d'appui. Il s'agirait d'un Conseil national des IAA (placé auprès du Premier ministère), une délégation interministérielle aux IAA, un centre technique industriel à caractère national, un comité interministériel de logistique, un observatoire économique des IAA (OIAA), un fonds spécial de soutien (doté d'un minimum de 50 milliards de DA) et de quatre technopoles agroalimentaires à vocation régionale.
C. B.
A propos du Plan national d'appui
Le Plan national d'appui aux industries agroalimentaires a pour principal objectif d'accroître de 10 points la contribution des IAA dans le PIB industriel en la faisant passer de 50 % en 2009 à 60 % en 2014 et réaliser au moins 5 000 contrats industriels- agriculteurs par an. Ce plan vise également à densifier le tissu industriel des IAA à travers la création de 500 entreprises au sein d'agropoles entre 2010 et 2014 et la création de 100 000 emplois jusqu'à 2014. Mais aussi mettre à niveau, aux normes ISO, un nombre de 500 entreprises relevant des IAA dont 200 certifiées ISO 22 000, éligibles aux opérations d'exportation, multiplier par 10 les exportations des IAA à l'horizon 2014 et renforcer les capacités d'exportation avec la création de 5 consortiums d'exportation à l'horizon 2014. Egalement, l'on préconise la mise en œuvre de 17 fiches d'orientation et 50 actions pour la mise en œuvre du PNDIAA dont 5 ont trait aux instruments de pilotage, 15 aux leviers de compétitivité, 7 à l'amont agricole, 12 à la transformation, 3 à l'agrofourniture et 8 à l'encadrement du marché.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.