Pourquoi notre problème en Algérie est-il profond?    JSK-MCO, Aujourd'hui à 17h30 : Mouassa : «Les joueurs sont prêts à gagner ce match»    JSK-MCO, Aujourd'hui à 17h30 : La victoire pour une qualification en Afrique !    Les Gunners prêts à payer la clause libératoire de Slimani    Les responsables des chaînes privées dans l'expectative    Merzack, le troisième Bedjaoui    Hausse des températures pour la fin de ce mois    Narcotrafic : Saisie de 26 kg de kif    Réactions    Un peuple de guerriers    20 mai : une date, deux commémorations / Sahara occidental : la longue marche vers la liberté    Seychelles - Algérie / une préparation sur un air détendu : Tout le monde est présent !    Album de Brahim Izri : Edition à titre posthume    Tiab : "Nous formerons une équipe d'accession"    Détournement de fonds au consulat du Mali    Saisie de 697 téléphones portables    Vu à Alger    Le mausolée Sidi H'lal à l'abandon    La solidarité avec El-Khabar au rendez-vous    Algérie- En l'absence du cadre juridique le lancement du m-banking est mis en veille (experts)    Algérie - Abdelmalek Sellal offre une porte de sortie à Issad Rebrab dans l'affaire El-Khabar    La justice transitionnelle et l'Algérie    Quand des peuples se jettent dans les bras des justiciers    Tiaret: 16 étudiantes blessées dans un incendie à la cité U    Nouveau pôle urbain de Misserghine: Plus de 8.000 logements et des équipements d'excellence    Kherris Kheir Eddine (Entraîneur): «Nos efforts ne sont pas partis en fumée»    Le droit au séjour à travers le droit à la vie privée et familiale    Constantine - Monuments historiques: La statue de Constantin livrée à l'abandon    Pourquoi notre problème en Algérie est-il profond ?    Cherche désespérément un président normal    Les Crabes croient en leurs chances    Le conflit social se durcit en France    Double offensive sur Fellouja et Raqqa    L'Etat hébreu "sûr de lui et dominateur"    Energies renouvelables : L'UE injecte 10 millions d'euros dans le domaine    Place au pragmatisme    Examens du baccalauréat : Gare aux tricheurs...    Constantine gère ses déchets hospitaliers    Hommage posthume à Nadir Ben Sbaâ    De plus en plus confuse    Le Premier ministre l'a reçu : Baylet à Alger en visite de travail    Le baril augmente la cadence    La LNFA s'autosaisit de l'affaire    Sept morts dans un naufrage    Erdogan met en garde l'Union européenne    Le film Zabana projeté    Ouverture à Paris du 2e Festival du cinéma palestinien (FCP)    Les jeunes talents en concert aujourd'hui    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





DEVELOPPEMENT DES INDUSTRIES AGROALIMENTAIRES
En quête encore de stratégie
Publié dans Le Soir d'Algérie le 22 - 03 - 2010

La stratégie de développement des industries agroalimentaires (IAA) doit être finalisée avant la fin de l'année 2010 et mise en branle à l'horizon 2014.
Chérif Bennaceur - Alger (Le Soir) - C'est ce que le ministre de l'Industrie et de la Promotion des investissements, Hamid Temmar, a souhaité hier à la résidence El Mithak, à l'ouverture des travaux des premières Assises nationale des industries agroalimentaires. Inédites et étalées sur deux jours, ces assises regroupent des experts, des opérateurs économiques et des représentants institutionnels. Certes, un plan d'action stratégique, communément appelé Plan national d'appui aux industries agroalimentaires, est en cours de maturation depuis deux ans, dans le cadre de la stratégie industrielle engagée dès 2007. Il repose notamment sur la réalisation de diagnostics stratégiques de filières, la promotion des territoires à haut potentiel, la mutualisation et la mise en réseau des entreprises. Ce programme de travail est également structuré autour de l'instrumentation du dispositif institutionnel de pilotage, la mise en place de leviers de compétitivité, le développement des activités d'agrofourniture de l'amont jusqu'à la transformation, l'encadrement du marché et le renforcement des compétences et des qualifications dans les IAA. Néanmoins, le secteur agroalimentaire manque encore d'une stratégie de développement réelle. Une stratégie à même de combler les nombreux déficits qu'enregistre le pays en matière de sécurité alimentaire, et donc de sécurité nationale, et en matière de régulation, améliorer l'offre nationale de produits agricoles transformés, pallier les dysfonctionnements de ce secteur, lui assurer une meilleure intégration dans le tissu économique et agricole, booster son attractivité et sa compétitivité. Or, ce plan d'action qui est soumis à ces assises nécessite encore de la maturation, une large mobilisation de tous les acteurs concernés, tant publics que privés, voire un consensus stratégique. Cela même si l'on envisage, selon le directeur général de l'intelligence économique des études et de la prospective auprès du MIPI, Mohamed Bacha, la création de plusieurs structures d'appui. Il s'agirait d'un Conseil national des IAA (placé auprès du Premier ministère), une délégation interministérielle aux IAA, un centre technique industriel à caractère national, un comité interministériel de logistique, un observatoire économique des IAA (OIAA), un fonds spécial de soutien (doté d'un minimum de 50 milliards de DA) et de quatre technopoles agroalimentaires à vocation régionale.
C. B.
A propos du Plan national d'appui
Le Plan national d'appui aux industries agroalimentaires a pour principal objectif d'accroître de 10 points la contribution des IAA dans le PIB industriel en la faisant passer de 50 % en 2009 à 60 % en 2014 et réaliser au moins 5 000 contrats industriels- agriculteurs par an. Ce plan vise également à densifier le tissu industriel des IAA à travers la création de 500 entreprises au sein d'agropoles entre 2010 et 2014 et la création de 100 000 emplois jusqu'à 2014. Mais aussi mettre à niveau, aux normes ISO, un nombre de 500 entreprises relevant des IAA dont 200 certifiées ISO 22 000, éligibles aux opérations d'exportation, multiplier par 10 les exportations des IAA à l'horizon 2014 et renforcer les capacités d'exportation avec la création de 5 consortiums d'exportation à l'horizon 2014. Egalement, l'on préconise la mise en œuvre de 17 fiches d'orientation et 50 actions pour la mise en œuvre du PNDIAA dont 5 ont trait aux instruments de pilotage, 15 aux leviers de compétitivité, 7 à l'amont agricole, 12 à la transformation, 3 à l'agrofourniture et 8 à l'encadrement du marché.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.