Nul heureux des Verts !    L'abstention et le boycott inquiètent le gouvernement    Le FLN ratisse large    Bedoui souligne l'engagement de l'Etat pour accompagner les investisseurs    Déficit commercial de 17,84 milliards de dollars en 2016    Herboristerie : l'Algérie est la cible d'un réseau international    L'assurance des personnes vaut 5 milliards de dollars    Le train sifflera de nouveau à Tizi Ouzou    L'huile d'olive peine à se placer à l'international    Travaux publics, transports et sidérurgie, les fers de lance    L'Europe appelée à l'"unité" par ses dirigeants    Israël assume la présidence des Etats-Unis    Washington participe à la conférence de Paris sans réelle conviction sur ses résultats    Trump prêt à lever les sanctions contre la Russie    Un Marocain arrêté en Espagne    Louh défend sa réforme    Kasperczak sélectionneur de la Tunisie    Les Lions terrassent les Aigles    Mauvaise farce ?    Ils ont dit    Une si longue absence...    Boudiaf : «la présentation est reportée»    Neuf personnes secourues en 24 heures    El-Ghazi reçoit les syndicats et réitère l'appel au dialogue    "Comment je me suis évadé d'El Harrach"    L'armée au front blanc    El Ahmadyya aux portes des Zibans    "L'Etat doit soutenir le théâtre"    L'Egypte aborde le sujet qui fâche    «Bijoux architecturaux de l'art ottoman»    L'Opéra d'Oran, un chef-d'œuvre architectural    La mère du défunt Aymen demande la vérité    Le singe? Quel singe?    Un homme fauché par une rame de tramway    secousses telluriques de 3,3 et de 3,2 degrés    « Les pièces d'état civil, c'est fini ! »    Des terroristes abattent un MiG- 23 de l'armée    Des rebelles du M23 passent en RDC    Retour de la production de la Nissan Micra en Europe    La pénurie de lait perdure    Maladroite, la Tunisie s'incline devant un Sénégal séduisant    Charles-Henri Favrod est décédé    L'AUTORITE DE REGULATION DE L'AUDIOVISUEL : L'ARAV interdit l'invitation des salafistes et des charlatans    Les doutes des partis de l'opposition    Le Sénégal dompte la Tunisie    Le FLN se prépare    Un colloque national sur Cheikh Abdelkader El Khaldi    Femmes démocrates du RCD : appel à l'implication féminine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sid El KHEIR demeure le père protecteur de la capitale des Hauts Plateaux
Une croyance toujours vivace
Publié dans Le Temps d'Algérie le 21 - 07 - 2009

Tous les vendredis, les disciples de Sid El Kheir apportent des nourritures qu'ils distribuent aux pauvres. Une fois cette tâche terminée, pieds nus, tête baissée, ils pénètrent dans le mausolée pour prier et demander afin que les vœux soient exaucés. Le père de la capitale des Hauts Plateaux connu sous le nom de Sid El Kheir, est envahi par des indigents comme tous les vendredis.
Quel que soit le temps qu'il fait, ils sont toujours présents, espérant avoir un «gain» plus important que la semaine écoulée. Parmi ces pauvres gens, il y a les occasionnels et les habitués. Les habitués connaissent les points stratégiques. Ce sont généralement des femmes âgées qui surveillent avec le regard vif le moindre arrivage de « nourritures». Il y a également des enfants et des handicapés même des non voyants et parmi eux des vieillards.
Ces mendiants se répartissent en groupes. Près de la porte d'entrée du cimetière, devant le mausolée et quelques-uns à l'intérieur près des tombes. Après la distribution de la nourriture, la plupart des femmes se dirigent vers les mausolées de Sid El Kheir et Sid El Zouaoui afin d'entamer la visite en pénétrant pieds nus, tête baissée en signe de respect.
Plusieurs femmes à l'intérieur pleurant et là on sent qu'elles prient Sid El Kheir de toutes leurs forces. La pénombre emplissait la pièce. On entendait le crépitement des flammes et on voyait des bougies allumées. Des femmes font la prière, d'autres faisant la gymnastique pour prendre du henné, c'est pour la «baraka».
Chacune d'elles venait rendre visite au père des Sétifiens pour lui demander de l'aider à résoudre ses problèmes. Elles ont enfin l'occasion de pleurer de toutes leurs forces. Elles repartent soulagées, en étant sûres que demain sera meilleur. Sid El Kheir exaucera leurs vœux. Elles ont allumé les bougies, bu de l'eau pour la «baraka». La prochaine fois, elles ramèneront plus de denrées.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.