Un terroriste abattu par l'Armée    L'opposition en fait ses choux gras    On redistribue les mêmes cartes    Tayeb Zitouni tête de liste à Oran    Connues en fin de semaine, selon Tebboune    Le pétrole en baisse à Londres    Une copie de l'avant-projet transmise aux syndicats    L'université d'Oran crée un "master tourisme"    Le Rallye au féminin    La période d'acquittement débutera le 1er mars prochain    Aucune médiation permise entre l'Etat et le citoyen    Le secrétaire général de l'Onu reçoit le représentant du Front Polisario    Idéologies corrosives    Expulser... c'est tendance    Nouveaux affrontements au Nagorny Karabakh    Renforcer les pouvoirs d'Erdogan stabilisera le pays    77 morts dons 41 civils    L'Entente bien partie pour s'adjuger le titre    Bentaleb transféré définitivement pour 19 millions d'euros    Le match qu'il ne fallait pas perdre    Le champion d'hiver en perte de vitesse    Bounedjah inscrit son 22e but    "C'est frustrant de dominer Nice et perdre"    Aucune victime mais des dégâts matériels    23 crimes élucidés en janvier    Des milliers de travailleurs marchent à Tizi-Ouzou    L'ordonnance de Boudiaf    Deux lycéens témoignent    La formation professionnelle à la rescousse    Abdelmadjid Meskoud honoré    Le programme    Quel sort pour les chaînes privées non accréditées durant les législatives    la nouvelle appli qui répare les coeurs brisés    Fret Zeppelin vous fera jouer de la guitare comme un dieu    Des milliers de travailleurs dans la rue    «Le groupe Sonatrach s'est de tout temps adapté aux évolutions du marché»    Le Paradou, déjà un bon pied en Ligue 1    Soirée en l'honneur de Meskoud    Spéculations sur la Toile et palabres de rue    «Nous ne croyons pas à l'acte isolé»    Mémoire de Scène, pour que nul n'oublie    Leicester : Première réaction d'un joueur au licenciement de Ranieri    Entretien avec Fatma Oussedik, professeur en sociologie à l’université d’Alger et chercheuse au Cread (Centre de recherche en économie appliquée pour le développement) :    Création de l’UGTA Et la nationalisation des hydrocarbures    ACTUCULT    Intervention de la police pour empêcher un rassemblement d'étudiants à Alger: Bedoui annonce l'ouverture d'une enquête sur d'éventuels dépassements    FRAPPES AERIENNES : L'Irak attaque l'EI en Syrie    Sahara occidental : L'UE doit profiter de l'adhésion du Maroc à l'UA    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sid El KHEIR demeure le père protecteur de la capitale des Hauts Plateaux
Une croyance toujours vivace
Publié dans Le Temps d'Algérie le 21 - 07 - 2009

Tous les vendredis, les disciples de Sid El Kheir apportent des nourritures qu'ils distribuent aux pauvres. Une fois cette tâche terminée, pieds nus, tête baissée, ils pénètrent dans le mausolée pour prier et demander afin que les vœux soient exaucés. Le père de la capitale des Hauts Plateaux connu sous le nom de Sid El Kheir, est envahi par des indigents comme tous les vendredis.
Quel que soit le temps qu'il fait, ils sont toujours présents, espérant avoir un «gain» plus important que la semaine écoulée. Parmi ces pauvres gens, il y a les occasionnels et les habitués. Les habitués connaissent les points stratégiques. Ce sont généralement des femmes âgées qui surveillent avec le regard vif le moindre arrivage de « nourritures». Il y a également des enfants et des handicapés même des non voyants et parmi eux des vieillards.
Ces mendiants se répartissent en groupes. Près de la porte d'entrée du cimetière, devant le mausolée et quelques-uns à l'intérieur près des tombes. Après la distribution de la nourriture, la plupart des femmes se dirigent vers les mausolées de Sid El Kheir et Sid El Zouaoui afin d'entamer la visite en pénétrant pieds nus, tête baissée en signe de respect.
Plusieurs femmes à l'intérieur pleurant et là on sent qu'elles prient Sid El Kheir de toutes leurs forces. La pénombre emplissait la pièce. On entendait le crépitement des flammes et on voyait des bougies allumées. Des femmes font la prière, d'autres faisant la gymnastique pour prendre du henné, c'est pour la «baraka».
Chacune d'elles venait rendre visite au père des Sétifiens pour lui demander de l'aider à résoudre ses problèmes. Elles ont enfin l'occasion de pleurer de toutes leurs forces. Elles repartent soulagées, en étant sûres que demain sera meilleur. Sid El Kheir exaucera leurs vœux. Elles ont allumé les bougies, bu de l'eau pour la «baraka». La prochaine fois, elles ramèneront plus de denrées.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.