La réalité de la sphère informelle en Algérie    L'ONU doit être le réceptacle de toutes les initiatives    La lutte contre le terrorisme et, avant cela, contre l'ennemi israélien, a protégé le Liban et la région    Bilan de la saison estivale de la Sûreté nationale    Lancement de la rentrée de la formation professionnelle    En attendant les hirondelles, la Chrysalide et les papillons    Mahi Seddik séduit le public    Cap sur les formations d'avenir    Japon : La BoJ maintient sa politique, dissension au conseil    "On a recensé 620 listes APW et 9 562 listes APC"    Bénin : Des leaders de partis réfléchissent au regroupement des forces politiques    Un traité pour rien?    Législatives en Allemagne : Une victoire amère pour Merkel    Zarif: Washington n'est "pas fiable"    Le Qatar "poussé" vers l'Iran    La FAF sollicite José Maria pour convaincre Alcaraz de résilier son contrat à l'amiable    Réunion du conseil d'administration jeudi 28 septembre    Coutinho, nouvelle offre en janvier?    Dernière ligne droite pour les Algériens    Conseil de la Nation : Le Premier ministre présente le plan d'action du gouvernement    Prix de l'or noir : L'Opep va discuter de la prolongation des réductions de production    Deux délinquants arrêtés    Le directeur de l'éducation fait son bilan    Constantine souffre de la surcharge des classes    Le système de gestion informatique d'alertes bientôt opérationnel    Des sommités américaines le 1er octobre à Alger    Les jeunes promoteurs réclament une amnistie totale    Le terrorisme, la source d'inspiration du cinéma algérien (1ère partie)    Les Zaouïas dans l'arène    Les annonces chocs d‘Ouyahia    Les hauts niveaux atteints par l'ANP sont le fruit d'efforts «continus»    Gaïd Salah salue le haut niveau de l'ANP    4 éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés    Saisie de 60 quintaux de matiére premiére à Biskra    La confiance renouvelée au sélectionneur Alcaraz    Des violences enregistrées dans la province du Soum    Un "Bosch Car Service" bientôt sur Alger    Les ambitions de la SNTF    L'Algérie invitée d'honneur    Les mesures prévues dans le plan du gouvernement sur l'information réaffirment la détermination de l'exécutif à relancer ce secteur    Turquie : cinq cartons rouges et 12 jaunes dans le derby d'Istanbul    Histoire : Promouvoir les films sur les martyrs de la révolution    Festival du film arabe de Fameck : Le cinéma algérien à l'affiche    Ouyahia: le taux de participation aux locales sera "plus élevé" que celui des législatives    USMA: Un schéma à revoir    Son plan d'action s'engage sur la promotion des droits de l'homme: Ouyahia à l'épreuve du terrain    Club Africain 2 - MCA 0 / Chaouchi : «On a joué contre le CA et l'arbitre»    Une stèle commémorative sur le lieu de la rencontre préparatoire du congrès de la Soummam    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'indémodable music-hall!
HOMMAGE À LILI BONICHE AU CCF
Publié dans L'Expression le 27 - 09 - 2008

Cet hommage, même modeste, était nécessaire pour témoigner de son talent et de sa générosité.
Jeudi soir, dans les jardins du Centre culturel français, ils étaient nombreux à faire le déplacement pour rendre un ultime hommage à notre semeur de joie, une autre figure du music-hall mais judéo-chaâbie. Non pas donc, Charles Trénet, mais le grand Lili Boniche.
Avec Salah Gaoua au chant, Varoujan Fau au luth et à la guitare électrique, Caroline Cuzin-Rambaud au violon et au piano, Zami Mohammed au luth et guimbri et enfin Bazou au mandole, guitare, la fiesta était au rendez-vous.
Un florilège d'instruments avec autant de morceaux enchanteurs commémorant la disparition de cette star des années 30 et 40, disparue dans la discrétion en mars dernier. Ont assisté à cette kermesse non seulement le public composé de grands, petits et jeunes mais aussi les gens accoudés aux balcons alentours qui se sont fait une joie d'écouter jouer ce groupe qui interpréta tout à tour Alger Alger, El Manfi, Chiret laâyani, Ayli Hbibi Dyali fin houa, Dour biha entre autres et finir en apothéose avec On m'appelle l'Oriental. Un morceau du célèbre Blond Blond que reprenait allégrement Lili Boniche. Blond Blond pour son côté albinos.
Ce natif d'Oran reste l'un des rares artistes judéo-maghrébins à chanter pour la fête de l'Indépendance algérienne en 1962 à Asnières en France et à fouler les planches de son sol natal, celles du Koutoubia d'Alger entre 1970 et 1974. Lui aussi incarnait la joie de vivre à l'image de ses morceaux Au soleil d'Algérie, El Djazaïr les Nuits du Liban, Le Nomade ou encore Wahrane El bahia ou Club Med (vient à Juan-les-Pins) vocalisé en francarabe. Sa musique, comme celle de Lili Boniche, se caractérisait par une liberté de ton et d'improvisation. Lili Boniche était un des derniers survivants de la culture judéo-arabe d'Algérie. Et pourtant, il contestait, d'ailleurs, cette appellation judéo-arabe: «Est-ce qu'on dit d'un musulman qu'il joue de la musique islamo-arabe? Je joue de la musique arabe, un point c'est tout», disait-il. Redécouvert dans les années 90, il a créé un style où se mêlent les sonorités typiques de la musique populaire algéroise: flamenco, arabo-andalou, paso-doble, mambo et tradition juive...Ses chansons en francarabe ont fait danser plusieurs générations de toutes confessions. Et c'est avec une immense joie que le public est venu fredonner ses chansons et danser sur les airs de fête que jouait ce groupe de jeunes musiciens qui, pourtant, ne sont pas de la même génération. «Le plus sûr moyen de tuer une culture, c'est de la confiner.» C'est ce que proclament haut et fort les chansons de Lili Boniche. Un credo que partage Salah Gaoua, «World rocker» nomade entre colline croix-roussienne à Lyon et monts de Kabylie, musique traditionnelle, classique, jazz, flamenco et chanson française. En résidence à Alger pendant quatre jours, il était ainsi entouré de sept musiciens d'horizons géographiques et musicaux divers. De cette rencontre est née ce concert inédit en hommage au crooner de la Casbah.
De la nostalgie peut-être. Mais beaucoup étaient là pour s'amuser, se rappeler des souvenirs et se payer un bon moment de divertissement en compagnie d'un répertoire riche et coloré. Celui qui ne reviendra plus. Pourtant indémodable, cette musique revient, en effet, petit à petit au-devant de la scène comme l'illustre le groupe féminin «Les Orientales» qui fait toujours salle comble. Né en 1921 à Alger, Lili Boniche avait des parents originaires d'Akbou en Kabylie. Son père, mélomane et musicien convaincu, a encouragé les dispositions musicales de son fils en l'envoyant comme élève dès son plus jeune âge chez le maître Saoud l'Oranais, maître de la musique classique arabo-andalouse. Il fréquente ensuite des écoles de musique réputées comme Moutribia et al-Moussilia. À 15 ans, le directeur de Radio-Alger, lui confie l'animation d'une émission consacrée au répertoire hawzi.
Lili Boniche est un innovateur dans le sens où il modernise radicalement son style pour satisfaire un public en quête de modernité. Il se produit dans une multitude de cabarets orientaux où le style oriental se mêle allègrement aux rythmes occidentaux, au jazz et aux musiques afro-latines en vogue.
Une chanson de Lili Boniche fut utilisée pendant près de huit ans pour le générique de l'émission culturelle de France 2, Des mots de minuit.
Il décède le 6 mars 2008 à Paris. Cet hommage, même modeste, était nécessaire pour témoigner du talent de ce musicien et se souvenir de sa générosité d'homme. D'artiste qu'il était.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.