Le fils du propriétaire de Leicester City évoque l'avenir de Mahrez    Pochettino a tranché : «Bentaleb ne fait plus parti de mes plans pour la saison prochaine»    Les droits sociaux du journaliste sont préservés dans le secteur public    Algérie-Etats Unis: renouvellement de l'accord de coopération scientifique et technologique    Algérie: importants investissements en 2017 pour mettre fin à l'importation de dérivés pétroliers    Nour-Eddine Boukrouh répond au professeur K. Merad-Boudia    Importations de véhicules : chute de 67% au 1er semestre 2016    Démarrage de la cimenterie Cilas Biskra    Allemagne    Sommet de la Ligue arabe: terrorisme et sécurité parmi les enjeux principaux    Tripoli proteste contre l'intervention militaire de la France    Les militantes RND du Sud en conclave    LA DECISION D’Y PRENDRE PART N’EST PAS ENCORE ARRETEE    A J-10 des JO-2016    Le CIO ne suspend pas la Russie    Il compte retourner en Europe    Les chances algériennes    L'Algérie décroche l'argent    La petite Nihal est toujours introuvable    Un homme retrouvé mort à Larbaâ Nath Irathen    "Halte à la marginalisation"    Concert    Ã‰DITION    Etats-Unis: la présidente du parti démocrate démissionne    Justice: Des bracelets électroniques algériens à la fin de l'année    Chlef: 175 promotions dans le corps de la police    Y a-t-il encore un avenir pour l'opposition ?    Développement local : Bedoui insiste sur une gestion participative des walis    Entretien Lamamra-Blinken : "Un temps fort" dans la dialogue stratégique entre Alger et Washington    France-Algérie : dérapage ou coup bas délibéré ?    Hausse de près de 8% des prix à la consommation : Le rythme d'inflation annuel à 5,2% en juin    L'Algérie refuse d'être partie prenante dans le conflit intercommunautaire    Promotion de l'artisanat traditionnel : Appel à l'exploitation des structures existantes    4e phase de la 21e opération de relogement : Lancement prévu pour septembre prochain    Aïn Témouchent: 22 personnes victimes d'une intoxication    Optimisation fiscale : Des pays du G20 veulent se coordonner et durcir les règles    Afin d'améliorer l'entreprise touristique : Nouri appelle à promouvoir la formation    Tizi Ouzou: La stèle de Mouloud Mammeri inaugurée à Ath Yenni    Le cinéma arabe veut casser les frontières    Tassili Airlines lance la ligne Constantine-Strasbourg    Les Olympiques algériens ce mercredi à Rio    L'attaque de l'EI a fait 80 morts    La concurrence sera rude cette année    Soirée maghrébine à l'ouverture    "La route d'Istanbul" de Rachid Bouchareb primé    Les réalisateurs tunisiens et les figures historiques algériennes    1 mort et des blessés par balle lors d'une manifestation    Deux courts métrages algériens projetés en compétition    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





HALAWIYATE
Publié dans Liberté le 21 - 07 - 2011

Ramadhan est déjà là, à voir les transformations de nombreux commerces qui débiteront des tonnes de gâteaux et autres sucreries.
Désignés sous l'appellation générique de halwa (douceurs) dans les parlers populaires, les gâteaux sont une nouveauté gastronomique pour la majorité des Algériens. Il y a moins d'un demi-siècle, la pâtisserie était l'apanage des villes. Et encore ! D'un côté, les halawat des hdar, héritiers de la tradition andalouse et turque qui ne sortaient guère des vieilles cités, de l'autre les sucreries du souk sur les étalages des halwadji. Seuls quelques rares privilégiés pouvaient déguster la pâtisserie dite française. De nos jours, les gâteaux sont devenus un véritable phénomène socioculturel.
Le fonds culinaire berbère ne recèle que de rares spécialités pâtissières, généralement de simples pâtes levées auxquelles étaient ajoutés du beurre et du miel. Comme cette kutamiya dont la recette est révélée dans un manuscrit de l'époque où la vaillante tribu berbère des Koutama rayonnait sur le Maghreb. Miel, beurre, farine de céréales et parfois des dattes, c'est la base de toutes les pâtisseries anciennes qui ont persisté dans notre culture culinaire. Rudimentaire préparation certes, mais c'était le mieux que l'on pouvait.
La conquête de l'Espagne fera découvrir aux Berbères, qui s'établiront en Andalousie, une autre face de ce qu'un auteur nomme “l'empire du doux”. Les échanges de la péninsule ibérique avec les grandes cités maghrébines de l'époque verront apparaître un chamboulement dans la conception du gâteau. Mais il faut attendre l'exode des musulmans andalous vers les côtes du sud de la Méditerranée pour que nous connaissions des préparations telles que le kaak, le makrout, la ghribiya, le fanid, la zlabiya, le sfendj… À la même époque, l'établissement des Turcs à El Djazaïr apportera un autre savoir-faire en la matière. Baklawa, tcharak, ktayef dateraient de cette époque. Il est difficile de fixer avec certitude les apports historiques. Cordoue et Istanbul ont hérité du savoir-faire de Bagdad qui, elle-même, l‘a reçu des Persans. Au XVIe siècle, Alger, à son tour, bénéficiera d'influences croisées qui se fondront pour donner l'essentiel de ce qu'on appelle aujourd'hui “pâtisserie traditionnelle”.La terminologie pied-noir en a fait la “pâtisserie orientale”.
Retour d'histoire, nouveaux ingrédients et nouvelle influence moyen-orientale métamorphoseront à nouveau nos halawiyate.
Momo
[email protected]
RECETTE Gâteau de semoule au sésame
Ingrédients :
l 100g de semoule fine
l 1 litre de lait
l 30g de beurre
l 3 cuillérées à soupe de miel
l 1 bâtonnet de cannelle
l 20g de graines de sésame grillées
Préparation :
Versez le lait dans une casserole, ajoutez le bâtonnet de canelle et portez-le à ébullition.
Lorsque celui-ci bout, retirez le bâtonnet de cannelle, versez en pluie la semoule et mélangez jusqu'à épaississement.
Hors du feu, ajoutez le beurre et mélangez.
Ajoutez le miel, mélangez bien le tout.
Répartissez la semoule dans 4 moules, égalisez bien le dessus et parsemez de graines de sésame.
Enfournez à 180°C pour 10 mn, le temps que le dessus gratine un peu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.