Rentrée scolaire    Accidents de la circulation    Sidi-Bel-AbbÚs    Bouchouareb annonce la couleur    L'ONU appelle à la répartition d'au moins 200.000 réfugiés dans l'UE    Poutine: Al-Assad prêt à organiser des législatives anticipées    CAN-2017/Lesotho-Algérie : les Verts débarquent à Maseru entre optimisme et vigilance    USM Alger    Classement FIFA    Athlétisme - Ligue de diamant Zurich    Les conseils du Dr Zerouala Mohammed-Tahar, médecin essayiste    Le challenge de Benghebrit    News People : Kenneth Branagh au service de Disney    Boudjemaâ El-Ankis et Belkacem Bouteldja : Messages de condoléances    Le Bardo accueille la 3e édition d’Al-Tiba9    Les Verts en stage à Sidi Moussa    La paire Selibet-Hachouf remporte la dernière étape    Pas de ceinture pour l'ovin!    Prochainement une vidéo pour confondre Madani Mezrag    Arrestation de deux contrebandiers    18 morts et 273 blessés en une semaine    Algérie:poursuivre la politique de rationalisation des dépenses publiques ‘‘même avec un baril à 200 dollars'' (ministre)    Saâdani exclut les ministres    L'Europe culpabilisée    Mahrez en course pour le trophée    Une chaîne panafricaine en chantier    Maroc:l'ONCF reçoit le 2ème train à grande vitesse    Libye:l'Onu espère un accord vers le 20 septembre    TIARET: La ministre des PTIC met en garde    Le ministre des Travaux publics à Oran : Le péage, les retards et «l'affaire» Coojal    Algérie, Niger et Tchad : Rencontre tripartite sur la Libye à Alger    Rentrée scolaire : Plan spécial pour renforcer la sécurité devant les écoles    BLIDA: Plus d'un quintal de kif saisi, trois mandats de dépôt    Tunnel d'El Djebahia à Bouira : Un lifting pour 11 millions d'euros    MC Alger : Les automatismes tardent à se mettre en place    Suffit-il d'une semonce pour conjurer la menace islamiste ?    Une détention et des zones d'ombre : Confessions de l'avocat du général Hassan    Les larmes de crocodile ne feront pas revenir le petit naufragé syrien    Hommage    Développement local: «Réunion d'urgence» pour une nouvelle feuille de route    Grèce : Le pays ne pourra pas rembourser sa dette    Maroc : Les Marocains ont voté ce vendredi lors d'élections locales    Intel : Investissement dans la recherche sur l'informatique quantique    Prix du pétrole : Baisse dans un marché prudent avant l'emploi américain    Un fragment d'aile retrouvé à La Réunion    Un "choix irréversible" selon Omar Beredjouane    Otto Perez remet sa démission    Ces images iconiques qui interpellent les consciences !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

HALAWIYATE
Publié dans Liberté le 21 - 07 - 2011

Ramadhan est déjà là, à voir les transformations de nombreux commerces qui débiteront des tonnes de gâteaux et autres sucreries.
Désignés sous l'appellation générique de halwa (douceurs) dans les parlers populaires, les gâteaux sont une nouveauté gastronomique pour la majorité des Algériens. Il y a moins d'un demi-siècle, la pâtisserie était l'apanage des villes. Et encore ! D'un côté, les halawat des hdar, héritiers de la tradition andalouse et turque qui ne sortaient guère des vieilles cités, de l'autre les sucreries du souk sur les étalages des halwadji. Seuls quelques rares privilégiés pouvaient déguster la pâtisserie dite française. De nos jours, les gâteaux sont devenus un véritable phénomène socioculturel.
Le fonds culinaire berbère ne recèle que de rares spécialités pâtissières, généralement de simples pâtes levées auxquelles étaient ajoutés du beurre et du miel. Comme cette kutamiya dont la recette est révélée dans un manuscrit de l'époque où la vaillante tribu berbère des Koutama rayonnait sur le Maghreb. Miel, beurre, farine de céréales et parfois des dattes, c'est la base de toutes les pâtisseries anciennes qui ont persisté dans notre culture culinaire. Rudimentaire préparation certes, mais c'était le mieux que l'on pouvait.
La conquête de l'Espagne fera découvrir aux Berbères, qui s'établiront en Andalousie, une autre face de ce qu'un auteur nomme “l'empire du doux”. Les échanges de la péninsule ibérique avec les grandes cités maghrébines de l'époque verront apparaître un chamboulement dans la conception du gâteau. Mais il faut attendre l'exode des musulmans andalous vers les côtes du sud de la Méditerranée pour que nous connaissions des préparations telles que le kaak, le makrout, la ghribiya, le fanid, la zlabiya, le sfendj… À la même époque, l'établissement des Turcs à El Djazaïr apportera un autre savoir-faire en la matière. Baklawa, tcharak, ktayef dateraient de cette époque. Il est difficile de fixer avec certitude les apports historiques. Cordoue et Istanbul ont hérité du savoir-faire de Bagdad qui, elle-même, l‘a reçu des Persans. Au XVIe siècle, Alger, à son tour, bénéficiera d'influences croisées qui se fondront pour donner l'essentiel de ce qu'on appelle aujourd'hui “pâtisserie traditionnelle”.La terminologie pied-noir en a fait la “pâtisserie orientale”.
Retour d'histoire, nouveaux ingrédients et nouvelle influence moyen-orientale métamorphoseront à nouveau nos halawiyate.
Momo
[email protected]
RECETTE Gâteau de semoule au sésame
Ingrédients :
l 100g de semoule fine
l 1 litre de lait
l 30g de beurre
l 3 cuillérées à soupe de miel
l 1 bâtonnet de cannelle
l 20g de graines de sésame grillées
Préparation :
Versez le lait dans une casserole, ajoutez le bâtonnet de canelle et portez-le à ébullition.
Lorsque celui-ci bout, retirez le bâtonnet de cannelle, versez en pluie la semoule et mélangez jusqu'à épaississement.
Hors du feu, ajoutez le beurre et mélangez.
Ajoutez le miel, mélangez bien le tout.
Répartissez la semoule dans 4 moules, égalisez bien le dessus et parsemez de graines de sésame.
Enfournez à 180°C pour 10 mn, le temps que le dessus gratine un peu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.