ANP : Un long parcours couronné de positions héroïques    L'opposition ne croit pas au message de Bouteflika    Incroyable paradoxe    Une dizaine de blessés dans de nouvelles échauffourées    Ahmed Gaid Salah préside la cérémonie    Encore une dizaine de blessés !    Durant les 5 premiers mois de 2015 : Hausse continue des importations des céréales    Tramway d'Alger : Les agents de terrain de SETRAM poursuivent leur grève    Référendum grec : Les Grecs défient l'Europe en votant massivement "non"    Les importations de véhicules plafonnées à 400.000 unités/an    Les députés en vacances    "Simplistes" pour le MAE    Tunisie : L'Union générale des étudiants appelle à la démission du ministre de l'enseignement supérieur    Yémen Des frappes ciblent le QG d'Ali Abdallah Saleh    Les dirigeants arabes le savaient    L'urgence en Tunisie    Frappes américaines contre l'EI    Le gouvernement britannique traduit en justice    Des remises jusqu'à 185.000 DA pour le mois de juillet    Meeting de Paris : Makhloufi rate sa sortie    Wimbledon : Le programme de mardi    Un bon test avant la Sierra-Leone    Aïn Temouchent : Dix projets de cages flottantes pour développer l'aquaculture    Marchés des fruits et légumes à Alger : Mercuriale plus clémente    Ce que cachent les résultats du BEM    Saisie de 43 tonnes de denrées impropres à la consommation    110 millions de cts volés à la poste    Les administrations au ralenti    Trente quintaux de déchets de cuivre saisis    Une clôture en apothéose    Le Musée central de l'Armée célèbre l'événement    Takfarinas au rendez-vous avec l'Histoire    Agenda culturel    Pertes et profits, la solution opportune    «Reproduction mécanique de stéréotypes, appréciations partiales et con    Le talent dans la modestie    Le président Bouteflika reçoit un message de félicitations du roi d'Espagne    Le musée central de l'armée marque l'événement    L'Algérie s'incline face au Kenya    Le PSG passe à l'action pour Ghoulam !    C'est parti !    Ligue des champions d'Afrique (préparation): l'ES Sétif s'impose face à l'USM Harrach (2-1)    Les agents de terrain de SETRAM en grève pour le troisième jour consécutif    Contrôle de glycémie: la limitation des bandelettes ne touchera pas tous les diabétiques    Le musée central de l'Armée célèbre le 53e anniversaire de l'indépendance    Les cigognes de Meskiana de Mohamed Larbi Hannachi    Réaction : le "non" lors du référendum grec, une défaite pour "l'impérialisme européen"    Ahmed Gaid Salah préside une cérémonie à l'occasion du 53e anniversaire du recouvrement de la souveraineté nationale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

HALAWIYATE
Publié dans Liberté le 21 - 07 - 2011

Ramadhan est déjà là, à voir les transformations de nombreux commerces qui débiteront des tonnes de gâteaux et autres sucreries.
Désignés sous l'appellation générique de halwa (douceurs) dans les parlers populaires, les gâteaux sont une nouveauté gastronomique pour la majorité des Algériens. Il y a moins d'un demi-siècle, la pâtisserie était l'apanage des villes. Et encore ! D'un côté, les halawat des hdar, héritiers de la tradition andalouse et turque qui ne sortaient guère des vieilles cités, de l'autre les sucreries du souk sur les étalages des halwadji. Seuls quelques rares privilégiés pouvaient déguster la pâtisserie dite française. De nos jours, les gâteaux sont devenus un véritable phénomène socioculturel.
Le fonds culinaire berbère ne recèle que de rares spécialités pâtissières, généralement de simples pâtes levées auxquelles étaient ajoutés du beurre et du miel. Comme cette kutamiya dont la recette est révélée dans un manuscrit de l'époque où la vaillante tribu berbère des Koutama rayonnait sur le Maghreb. Miel, beurre, farine de céréales et parfois des dattes, c'est la base de toutes les pâtisseries anciennes qui ont persisté dans notre culture culinaire. Rudimentaire préparation certes, mais c'était le mieux que l'on pouvait.
La conquête de l'Espagne fera découvrir aux Berbères, qui s'établiront en Andalousie, une autre face de ce qu'un auteur nomme “l'empire du doux”. Les échanges de la péninsule ibérique avec les grandes cités maghrébines de l'époque verront apparaître un chamboulement dans la conception du gâteau. Mais il faut attendre l'exode des musulmans andalous vers les côtes du sud de la Méditerranée pour que nous connaissions des préparations telles que le kaak, le makrout, la ghribiya, le fanid, la zlabiya, le sfendj… À la même époque, l'établissement des Turcs à El Djazaïr apportera un autre savoir-faire en la matière. Baklawa, tcharak, ktayef dateraient de cette époque. Il est difficile de fixer avec certitude les apports historiques. Cordoue et Istanbul ont hérité du savoir-faire de Bagdad qui, elle-même, l‘a reçu des Persans. Au XVIe siècle, Alger, à son tour, bénéficiera d'influences croisées qui se fondront pour donner l'essentiel de ce qu'on appelle aujourd'hui “pâtisserie traditionnelle”.La terminologie pied-noir en a fait la “pâtisserie orientale”.
Retour d'histoire, nouveaux ingrédients et nouvelle influence moyen-orientale métamorphoseront à nouveau nos halawiyate.
Momo
libressaveurs@hotmail.fr
RECETTE Gâteau de semoule au sésame
Ingrédients :
l 100g de semoule fine
l 1 litre de lait
l 30g de beurre
l 3 cuillérées à soupe de miel
l 1 bâtonnet de cannelle
l 20g de graines de sésame grillées
Préparation :
Versez le lait dans une casserole, ajoutez le bâtonnet de canelle et portez-le à ébullition.
Lorsque celui-ci bout, retirez le bâtonnet de cannelle, versez en pluie la semoule et mélangez jusqu'à épaississement.
Hors du feu, ajoutez le beurre et mélangez.
Ajoutez le miel, mélangez bien le tout.
Répartissez la semoule dans 4 moules, égalisez bien le dessus et parsemez de graines de sésame.
Enfournez à 180°C pour 10 mn, le temps que le dessus gratine un peu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.