Il faut un rapprochement politique entre les partis pour relever les défiss    Ouyahia ira au Parlement    Mohammed VI tourne le dos au rêve maghrébin    Washington suspend l'octroi de visas aux Russes    L'Espagne cherche toujours les suspects en fuite    Ligue 1 Mobilis - Homologation, domiciliation, programmation,... : La LFP poursuit son bricolage    La convocation : Ounas bel et bien concerné par le match !    Man City : Selon Guardiola, un scénario à la Neymar est possible pour Messi    Face à la Zambie : Feghouli, Brahimi, Medjani, Boudebouz, Abeïd et Benzia out    Neymar "Prince du Parc"    Aïd El-Adha : Ça sera le vendredi 1er septembre    Bréves de l'Est    Poésie : Soirée enchanteresse à Beni Haoua    Amin Malouf, invité d'honneur ?    Marseille : Une voiture-bélier tue une jeune femme et en blesse une autre    La Chine premier fournisseur de l'Algérie    Pêche au Thon : L'Algérie autorisée à créer des fermes d'engraissement    Le gouvernement est-il prêt ?    Oran/Approvisionnement des boulangers en farine : Minoteries en congé, ville sans pain !    Remous au RND de Constantine    L'Algérie débute par une défaite face à la Tunisie    USM Alger : Soustara affiche ses ambitions    Transfert : Bennacer en route vers Empoli    Dictature du présent    Refus de gouverner    Mostaganem : Ces aventuriers qui prennent des risques sur les plages non surveillées    24 heures    Le Snategs menace de plusieurs actions de protestation à la rentrée    Le président angolais José Eduardo dos Santos s'apprête à céder le pouvoir    Les chemins de Damas    Il se «livre» à la librairie Média Plus    Syrie: 42 civils tués par la coalition à Raqa    Pétrole - L'OPEP examinera en novembre l'accord sur la production    Fruits et légumes: Nouvelle flambée des prix    Tlemcen: Mouvement des chefs de daïra : trois promotions et une mutation    Un état des institutions    Attentats terroristes : Barcelone, Paris, et les fondements culturels du terrorisme    Le Maroc en ébullition    Des logements vides dans des anciens sites de l'Aadl    Il était une fois...!    Et si on s'inspirait de nos ancêtres?    Ali Amran explose la scène    Le théâtre de rue fait son grand retour    Les fêtes traditionnelles attirent du monde    27 parkings sauvages recensés dans la capitale depuis le début du mois en cours    Jean Chamoun s'en est allé sur la pointe des pieds le 9 août    Un sondage de RAJ confirme l'ampleur de la désaffection des jeunes Algériens à l'égard de la politique    Production des céréales saison 2016-2017 : Plus de 35 millions de quintaux enregistrés en Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





HALAWIYATE
Publié dans Liberté le 21 - 07 - 2011

Ramadhan est déjà là, à voir les transformations de nombreux commerces qui débiteront des tonnes de gâteaux et autres sucreries.
Désignés sous l'appellation générique de halwa (douceurs) dans les parlers populaires, les gâteaux sont une nouveauté gastronomique pour la majorité des Algériens. Il y a moins d'un demi-siècle, la pâtisserie était l'apanage des villes. Et encore ! D'un côté, les halawat des hdar, héritiers de la tradition andalouse et turque qui ne sortaient guère des vieilles cités, de l'autre les sucreries du souk sur les étalages des halwadji. Seuls quelques rares privilégiés pouvaient déguster la pâtisserie dite française. De nos jours, les gâteaux sont devenus un véritable phénomène socioculturel.
Le fonds culinaire berbère ne recèle que de rares spécialités pâtissières, généralement de simples pâtes levées auxquelles étaient ajoutés du beurre et du miel. Comme cette kutamiya dont la recette est révélée dans un manuscrit de l'époque où la vaillante tribu berbère des Koutama rayonnait sur le Maghreb. Miel, beurre, farine de céréales et parfois des dattes, c'est la base de toutes les pâtisseries anciennes qui ont persisté dans notre culture culinaire. Rudimentaire préparation certes, mais c'était le mieux que l'on pouvait.
La conquête de l'Espagne fera découvrir aux Berbères, qui s'établiront en Andalousie, une autre face de ce qu'un auteur nomme “l'empire du doux”. Les échanges de la péninsule ibérique avec les grandes cités maghrébines de l'époque verront apparaître un chamboulement dans la conception du gâteau. Mais il faut attendre l'exode des musulmans andalous vers les côtes du sud de la Méditerranée pour que nous connaissions des préparations telles que le kaak, le makrout, la ghribiya, le fanid, la zlabiya, le sfendj… À la même époque, l'établissement des Turcs à El Djazaïr apportera un autre savoir-faire en la matière. Baklawa, tcharak, ktayef dateraient de cette époque. Il est difficile de fixer avec certitude les apports historiques. Cordoue et Istanbul ont hérité du savoir-faire de Bagdad qui, elle-même, l‘a reçu des Persans. Au XVIe siècle, Alger, à son tour, bénéficiera d'influences croisées qui se fondront pour donner l'essentiel de ce qu'on appelle aujourd'hui “pâtisserie traditionnelle”.La terminologie pied-noir en a fait la “pâtisserie orientale”.
Retour d'histoire, nouveaux ingrédients et nouvelle influence moyen-orientale métamorphoseront à nouveau nos halawiyate.
Momo
[email protected]
RECETTE Gâteau de semoule au sésame
Ingrédients :
l 100g de semoule fine
l 1 litre de lait
l 30g de beurre
l 3 cuillérées à soupe de miel
l 1 bâtonnet de cannelle
l 20g de graines de sésame grillées
Préparation :
Versez le lait dans une casserole, ajoutez le bâtonnet de canelle et portez-le à ébullition.
Lorsque celui-ci bout, retirez le bâtonnet de cannelle, versez en pluie la semoule et mélangez jusqu'à épaississement.
Hors du feu, ajoutez le beurre et mélangez.
Ajoutez le miel, mélangez bien le tout.
Répartissez la semoule dans 4 moules, égalisez bien le dessus et parsemez de graines de sésame.
Enfournez à 180°C pour 10 mn, le temps que le dessus gratine un peu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.