SA Mohammadia : L'indispensable union sacrée pour revenir au-devant de la scène    L'Etat algérien détient 51% d'OTA, Cevital en sort, Vimpelcom à 49% : 2,6 milliards de dollars pour le dernier épisode du feuilleton Djezzy    La réhabilitation de l'ancien siège de la wilaya débute cette semaine    Youm El Ilm et mois du patrimoine: Un riche programme en dehors de Constantine    Conférence de presse du ministre de l'Intérieur : Bouteflika réélu avec plus de 81% des voix    Incidents à Bouira et Tizi Ouzou : Des urnes saccagées, des blessés et des arrestations    MILA: Deux collégiens meurent noyés    Oran : Un policier se tire une balle dans la tête à Mers El Kébir    Maghnia : Plus de 12 quintaux de kif et de l'ecstasy saisis    Halilhodzic enfin... optimiste    Bounedjah de retour face à Horoya    Dunkerque et Mokrani toujours leader    Volley-ball    Haltérophilie : Championnat d'Afrique cadets-juniors    Marche sur Route (coupe d'Algérie)    Encore une semaine pour régler les automatismes    Une base de l'ONU attaquée    La spectaculaire percée de Mobilis    Marché mondial des produits alimentaires : Le café repart en forte hausse, au plus haut en 2 ans    Les prix du blé reculent, pénalisés par des pluies    Les banques européennes, loin de leurs objectifs de rentabilité    Quitus des observateurs internationaux    Débattre des perspectives économiques entre les deux pays    Une trentaine d'hommes d'affaires algériens au rendez-vous    Le président tunisien réduit son salaire    L'ambassadeur US se ballade à pied à Alger    La dernière image de Ahmed Hocine    Tombouctou sur la Croisette    Colloque international sur les "Cultures au Maghreb" : Participation de plusieurs universitaires algériens    Décès de Gabriel Garcia Marquez, Prix Nobel de littérature    Nessma TV veut rapatrier son argent d'Algérie    Libye : Un diplomate tunisien enlevé à Tripoli...    Sergueï Lavrov annonce un accord sur une désescalade    Journée à la permanence de Bouteflika : Le triomphe !    L'Espagne félicite l'Algérie pour le déroulement du scrutin    AU QG D’ABDELAZIZ BELAÏD    Une matinée ensoleillée sans surprise    ColÚres marocaines    Bouteflika, premier à Tizi-Ouzou    Opel n'exclut pas de renouer avec les bénéfices dès l'an prochain    Afin de redresser la barre : PSA table sur l'international et un repositionnement de ses marques    L'Armée impuissante face a Boko Haram    17 avril 2014 : Une journée ordinaire pour les Algériens    Libertés, dignité et justice sociale    Démantèlement d'un réseau de vol de voitures    Saisie de 10 q de drogue à Maghnia    De nombreuses interventions et évacuations    Le chantre du réalisme magique s'est tu    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

HALAWIYATE
Publié dans Liberté le 21 - 07 - 2011

Ramadhan est déjà là, à voir les transformations de nombreux commerces qui débiteront des tonnes de gâteaux et autres sucreries.
Désignés sous l'appellation générique de halwa (douceurs) dans les parlers populaires, les gâteaux sont une nouveauté gastronomique pour la majorité des Algériens. Il y a moins d'un demi-siècle, la pâtisserie était l'apanage des villes. Et encore ! D'un côté, les halawat des hdar, héritiers de la tradition andalouse et turque qui ne sortaient guère des vieilles cités, de l'autre les sucreries du souk sur les étalages des halwadji. Seuls quelques rares privilégiés pouvaient déguster la pâtisserie dite française. De nos jours, les gâteaux sont devenus un véritable phénomène socioculturel.
Le fonds culinaire berbère ne recèle que de rares spécialités pâtissières, généralement de simples pâtes levées auxquelles étaient ajoutés du beurre et du miel. Comme cette kutamiya dont la recette est révélée dans un manuscrit de l'époque où la vaillante tribu berbère des Koutama rayonnait sur le Maghreb. Miel, beurre, farine de céréales et parfois des dattes, c'est la base de toutes les pâtisseries anciennes qui ont persisté dans notre culture culinaire. Rudimentaire préparation certes, mais c'était le mieux que l'on pouvait.
La conquête de l'Espagne fera découvrir aux Berbères, qui s'établiront en Andalousie, une autre face de ce qu'un auteur nomme “l'empire du doux”. Les échanges de la péninsule ibérique avec les grandes cités maghrébines de l'époque verront apparaître un chamboulement dans la conception du gâteau. Mais il faut attendre l'exode des musulmans andalous vers les côtes du sud de la Méditerranée pour que nous connaissions des préparations telles que le kaak, le makrout, la ghribiya, le fanid, la zlabiya, le sfendj… À la même époque, l'établissement des Turcs à El Djazaïr apportera un autre savoir-faire en la matière. Baklawa, tcharak, ktayef dateraient de cette époque. Il est difficile de fixer avec certitude les apports historiques. Cordoue et Istanbul ont hérité du savoir-faire de Bagdad qui, elle-même, l‘a reçu des Persans. Au XVIe siècle, Alger, à son tour, bénéficiera d'influences croisées qui se fondront pour donner l'essentiel de ce qu'on appelle aujourd'hui “pâtisserie traditionnelle”.La terminologie pied-noir en a fait la “pâtisserie orientale”.
Retour d'histoire, nouveaux ingrédients et nouvelle influence moyen-orientale métamorphoseront à nouveau nos halawiyate.
Momo
libressaveurs@hotmail.fr
RECETTE Gâteau de semoule au sésame
Ingrédients :
l 100g de semoule fine
l 1 litre de lait
l 30g de beurre
l 3 cuillérées à soupe de miel
l 1 bâtonnet de cannelle
l 20g de graines de sésame grillées
Préparation :
Versez le lait dans une casserole, ajoutez le bâtonnet de canelle et portez-le à ébullition.
Lorsque celui-ci bout, retirez le bâtonnet de cannelle, versez en pluie la semoule et mélangez jusqu'à épaississement.
Hors du feu, ajoutez le beurre et mélangez.
Ajoutez le miel, mélangez bien le tout.
Répartissez la semoule dans 4 moules, égalisez bien le dessus et parsemez de graines de sésame.
Enfournez à 180°C pour 10 mn, le temps que le dessus gratine un peu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.