Chutes de neige: plusieurs routes bloquées à Batna    Le Roi du Maroc rencontre plusieurs Walis et Gouverneurs    Le président tchadien : "Boko Haram doit se rendre à l'évidence"    Une offensive rapide contre Daesh à Mossoul déconseillé par les USA    "Spock" est mort    L'opposant russe Boris Nemtsov assassiné à Moscou    Souk Ahras    Constantine    Football    ACTUCULT    Rentrée littéraire du Mali    Le Soir de l’Ouest    Voyage culinaire    Les Clinton, Haïti et les lobbyistes : Un don algérien de 500.000 dollars refait surface    Les policiers radiés reviennent à la charge    CS Constantine : Hubert Velud, Abbas... pour succéder à Belhout    Fuites de devises : Des dossiers d'importateurs transférés à la justice    Selon un juge londonien - Tiguentourine : la mort des 6 Britanniques «imputableaux terroristes»    Football - Ligue 1 : Duel au sommet à Béjaïa, suspense à Alger, Chlef et Béchar    La bataille d'Alger    Education : Les dates d'examens laissées à l'appréciation de chaque directeur de wilaya    Une dizaine de locaux détruits: Incendie au marché des Frères Bettou    Rue Mohamed Khemisti : Découverte d'un cadavre sur la voie publique    Afin de faire face à la hausse des prix : Déstockage de près de 11 000 tonnes de pommes de terre à Boumerdès    "On ne peut pas m'influencer dans mon choix entre l'Algérie et la France"    Ligue des champions (préliminaire retour) : L'USM Alger tranquille, le MC El Eulma sous pression    L'Otan se mue en prestataire de service    Deux mémorandums d'entente et des accords signés    Un climat politique délétère, un peuple spectateur    Appel à impliquer les huissiers de justice    Le moudjahid Kheireddine Mohamed Chérif n'est plus    Déséquilibre des forces    Kiev entame, à son tour, le retrait des armes lourdes    JO-2016 : 21 épreuves-tests programmées en 2015    Mohamed Henkouche résolument optimiste    Irak : Des djihadistes de l'EI détruisent des sculptures pré-islamiques    L'Afrique en lice pour l'Etalon d'or du Fespaco    Les fatwas réglementées    L'"Amusnaw" ressuscité...    L'union nationale, c'est le changement démocratique    Dziri "pas pressé" de devenir entraîneur en chef    La production nationale va s'orienter vers la réduction de la facture    Bourses : Les places européennes optimistes poursuivent leur ascension    Entre revendications légitimes, intérêts personnels et manipulations    Prix du pétrole : Le brut chute à New York, l'optimisme sur l'offre s'évapore    Un suivi mitigé    Les travailleurs menacent d'une grève illimitée    Vers une meilleure coopération entre l'Algérie et l'Unicef    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

HALAWIYATE
Publié dans Liberté le 21 - 07 - 2011

Ramadhan est déjà là, à voir les transformations de nombreux commerces qui débiteront des tonnes de gâteaux et autres sucreries.
Désignés sous l'appellation générique de halwa (douceurs) dans les parlers populaires, les gâteaux sont une nouveauté gastronomique pour la majorité des Algériens. Il y a moins d'un demi-siècle, la pâtisserie était l'apanage des villes. Et encore ! D'un côté, les halawat des hdar, héritiers de la tradition andalouse et turque qui ne sortaient guère des vieilles cités, de l'autre les sucreries du souk sur les étalages des halwadji. Seuls quelques rares privilégiés pouvaient déguster la pâtisserie dite française. De nos jours, les gâteaux sont devenus un véritable phénomène socioculturel.
Le fonds culinaire berbère ne recèle que de rares spécialités pâtissières, généralement de simples pâtes levées auxquelles étaient ajoutés du beurre et du miel. Comme cette kutamiya dont la recette est révélée dans un manuscrit de l'époque où la vaillante tribu berbère des Koutama rayonnait sur le Maghreb. Miel, beurre, farine de céréales et parfois des dattes, c'est la base de toutes les pâtisseries anciennes qui ont persisté dans notre culture culinaire. Rudimentaire préparation certes, mais c'était le mieux que l'on pouvait.
La conquête de l'Espagne fera découvrir aux Berbères, qui s'établiront en Andalousie, une autre face de ce qu'un auteur nomme “l'empire du doux”. Les échanges de la péninsule ibérique avec les grandes cités maghrébines de l'époque verront apparaître un chamboulement dans la conception du gâteau. Mais il faut attendre l'exode des musulmans andalous vers les côtes du sud de la Méditerranée pour que nous connaissions des préparations telles que le kaak, le makrout, la ghribiya, le fanid, la zlabiya, le sfendj… À la même époque, l'établissement des Turcs à El Djazaïr apportera un autre savoir-faire en la matière. Baklawa, tcharak, ktayef dateraient de cette époque. Il est difficile de fixer avec certitude les apports historiques. Cordoue et Istanbul ont hérité du savoir-faire de Bagdad qui, elle-même, l‘a reçu des Persans. Au XVIe siècle, Alger, à son tour, bénéficiera d'influences croisées qui se fondront pour donner l'essentiel de ce qu'on appelle aujourd'hui “pâtisserie traditionnelle”.La terminologie pied-noir en a fait la “pâtisserie orientale”.
Retour d'histoire, nouveaux ingrédients et nouvelle influence moyen-orientale métamorphoseront à nouveau nos halawiyate.
Momo
libressaveurs@hotmail.fr
RECETTE Gâteau de semoule au sésame
Ingrédients :
l 100g de semoule fine
l 1 litre de lait
l 30g de beurre
l 3 cuillérées à soupe de miel
l 1 bâtonnet de cannelle
l 20g de graines de sésame grillées
Préparation :
Versez le lait dans une casserole, ajoutez le bâtonnet de canelle et portez-le à ébullition.
Lorsque celui-ci bout, retirez le bâtonnet de cannelle, versez en pluie la semoule et mélangez jusqu'à épaississement.
Hors du feu, ajoutez le beurre et mélangez.
Ajoutez le miel, mélangez bien le tout.
Répartissez la semoule dans 4 moules, égalisez bien le dessus et parsemez de graines de sésame.
Enfournez à 180°C pour 10 mn, le temps que le dessus gratine un peu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.