Dix morts dans 26 accidents de la circulation durant la journée du vendredi (gendarmerie)    Les députés cubains approuvent le rétablissement des relations diplomatiques avec les Etats-Unis    Le président de l'Etat de la Palestine en visite d'Etat en Algérie à partir de dimanche    Allemagne: l'invincible Bayern enchaîne les records    Hanoune appelle à associer tous les acteurs de la société à la réalisation du développement    Vérités sur le grenouillage boulitique partisan en Tunisie.    L'ECRIVAIN ET LE SALAFISTE    La Tunisie à la veille d'élire son président    Hannachi répond aux Camerounais    Les Verts terminent 2014 en beauté    Un match plein de promesses    Les Bafana Bafana dévoilent leur programme    Les Palestiniens soumettent une résolution qu'ils acceptent d'amender    Célébration de la Journée de la police arabe à Chlef    Boudiaf : «Les relations algéro-cubaines hissées à un véritable partenariat»    Pour l'unification des rangs des militants    Benflis accuse l'administration    Benyounès : «Aucune des subventions ne sera revue»    Le tourisme international en passe de battre des records en 2014    Sellal se recueille à la mémoire des victimes algériennes du crash de l'avion espagnol affrété par Air Algérie    Un responsable américain : «L'Algérie, est un grand partenaire des Etats-Unis»    L'étau se resserre sur les trafiquants    Une femme et son fils blessés    «Il existe une grande confiance, une belle amitié et une volonté partagée de faire les choses ensemble»    Grine apporte son soutien à Kamel Daoud    Le Grand Prix revient au film canadien Gabrielle    Blida : Séisme de 4,7 degrés sur les hauteurs de Bouinan    CHLEF: Deux collégiens simulent leur enlèvement    ES Sétif : Quatre joueurs convoités par des clubs étrangers    Sonatrach 1, autoroute Est-Ouest, Khalifa : Les procès au début 2015    OULED MIMOUN : 1024 agents de douane formés depuis 2009    Le retour à nos démons    L’hiver en lumiÚres de Bab-El-Oued    Filet de veau en papillote    USM Alger    MC El-Eulma    EnquÃate-Témoignages    Comme le vent projeté au FICA    ACTUCULT    Wilaya d'Alger : Le budget primitif 2015 arrêté à plus de 35 milliards DA    USA : Baisse inférieure aux attentes des stocks de brut    Marché mondial des produits agricoles : Café, cacao et sucre pénalisés par leur disponibilité    Au moins 11 morts    Le Parlement échoue à élire un chef d'Etat dès le 1er tour : La Grèce au seuil d'une crise politique    Crédits sans intérêts : 28 % ont été remboursés à l'échelle nationale    Quand les médias s'en mêlent    Un programme de formation en Algérie    Timbuktu : l'intégrisme source de tous les maux    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

HALAWIYATE
Publié dans Liberté le 21 - 07 - 2011

Ramadhan est déjà là, à voir les transformations de nombreux commerces qui débiteront des tonnes de gâteaux et autres sucreries.
Désignés sous l'appellation générique de halwa (douceurs) dans les parlers populaires, les gâteaux sont une nouveauté gastronomique pour la majorité des Algériens. Il y a moins d'un demi-siècle, la pâtisserie était l'apanage des villes. Et encore ! D'un côté, les halawat des hdar, héritiers de la tradition andalouse et turque qui ne sortaient guère des vieilles cités, de l'autre les sucreries du souk sur les étalages des halwadji. Seuls quelques rares privilégiés pouvaient déguster la pâtisserie dite française. De nos jours, les gâteaux sont devenus un véritable phénomène socioculturel.
Le fonds culinaire berbère ne recèle que de rares spécialités pâtissières, généralement de simples pâtes levées auxquelles étaient ajoutés du beurre et du miel. Comme cette kutamiya dont la recette est révélée dans un manuscrit de l'époque où la vaillante tribu berbère des Koutama rayonnait sur le Maghreb. Miel, beurre, farine de céréales et parfois des dattes, c'est la base de toutes les pâtisseries anciennes qui ont persisté dans notre culture culinaire. Rudimentaire préparation certes, mais c'était le mieux que l'on pouvait.
La conquête de l'Espagne fera découvrir aux Berbères, qui s'établiront en Andalousie, une autre face de ce qu'un auteur nomme “l'empire du doux”. Les échanges de la péninsule ibérique avec les grandes cités maghrébines de l'époque verront apparaître un chamboulement dans la conception du gâteau. Mais il faut attendre l'exode des musulmans andalous vers les côtes du sud de la Méditerranée pour que nous connaissions des préparations telles que le kaak, le makrout, la ghribiya, le fanid, la zlabiya, le sfendj… À la même époque, l'établissement des Turcs à El Djazaïr apportera un autre savoir-faire en la matière. Baklawa, tcharak, ktayef dateraient de cette époque. Il est difficile de fixer avec certitude les apports historiques. Cordoue et Istanbul ont hérité du savoir-faire de Bagdad qui, elle-même, l‘a reçu des Persans. Au XVIe siècle, Alger, à son tour, bénéficiera d'influences croisées qui se fondront pour donner l'essentiel de ce qu'on appelle aujourd'hui “pâtisserie traditionnelle”.La terminologie pied-noir en a fait la “pâtisserie orientale”.
Retour d'histoire, nouveaux ingrédients et nouvelle influence moyen-orientale métamorphoseront à nouveau nos halawiyate.
Momo
libressaveurs@hotmail.fr
RECETTE Gâteau de semoule au sésame
Ingrédients :
l 100g de semoule fine
l 1 litre de lait
l 30g de beurre
l 3 cuillérées à soupe de miel
l 1 bâtonnet de cannelle
l 20g de graines de sésame grillées
Préparation :
Versez le lait dans une casserole, ajoutez le bâtonnet de canelle et portez-le à ébullition.
Lorsque celui-ci bout, retirez le bâtonnet de cannelle, versez en pluie la semoule et mélangez jusqu'à épaississement.
Hors du feu, ajoutez le beurre et mélangez.
Ajoutez le miel, mélangez bien le tout.
Répartissez la semoule dans 4 moules, égalisez bien le dessus et parsemez de graines de sésame.
Enfournez à 180°C pour 10 mn, le temps que le dessus gratine un peu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.