Boghni (Tizi Ouzou) : Un réseau de soutien au terrorisme démantelé    Les islamo-conservateur font reculer l'Etat    «La fac centrale d'Alger doit être protégée»    Le FLN veut maintenir la «chkara»    La Grèce accepte le projet de sauvetage sous condition    Transports urbains : Un projet de métro aérien pour désengorger Alger    Syrie : les éléments de l'EI chassés par les Kurdes de Tall Abyad    Boxe : Mohamed Missouri nous a quittés    Ligue 2 : Le CABBA et l'AS Khroub interdits de recrutement    USM Blida : Heriat s'engage pour deux saisons    Ministère de la Santé : Des cliniques privées fermées    Consommation : 2 tonnes de produits non conformes saisies en 10 jours    Le président de l'APC dans le collimateur    Chorfi chargé d'interdire la satire à la télévision ?    Le sénateur Chebli brise la clandestinité de l'évènement    Un terroriste abattu à Aîn Defla    Tunisie: le gouvernement déploie des renforts sécuritaires    Man City: 28 M€ pour un cadre Napolitain ?    Argentine - Messi : "Cela ne me préoccupe pas de ne pas marquer"    MC El-Eulma    SERKADJI    Crash-test Euro NCAP    Renault Algérie    Tajine d’aubergines    Encore objet de toutes les discussions    Transfert de Jonathan au MC Alger    Du 1er au 5 juillet, les soirées lumiÚres d’Alger    Concert    La Turquie disposée à aider la Grèce    Algérie-Hausse des investissements dans le secteur de l'énergie au 1er trimestre 2015    Tunisie:l'auteur de l'attentat de Sousse s'était entraîné en Libye    Libye:20 soldats tués lors d'affrontements avec des militants islamistes    Hamma Bouziane : Le pire évité de justesse    Le prêche d'un imam américain à Constantine    Peut-on contester un refus de visa ?    Efficacité énergétique : pour une politique cohérente des transports    Education: 225 postes de directeurs et d'inspecteurs à pourvoir    TLEMCEN : 15 associations au Festival du haouzi    Soirée musicale à la salle de spectacles «Ahmed Bey»    Histoire du 19 juin 1965 : ni coup d'Etat ni redressement…    Affaire Khalifa : Rejet des demandes de Khalifa Bank et de la Banque d'Algérie    Réfléchir "rupture" ou "continuité" ?    Forte épreuve pour les jeûneurs    Signature du "Cadre de coopération stratégique" pour 2016-2020    Les Verts haussent le ton    15 individus interpellés à Tizi-Ouzou    Nécessité de classer et protéger ce monument historique    L'ANP renforce la sécurisation et l'imperméabilisation des frontières    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

L'artiste peintre Lamia Tamine à “Liberté"
“Je mets beaucoup d'intimité dans mes œuvres"
Publié dans Liberté le 22 - 01 - 2013

Ce n'est plus une artiste en herbe, ni d'ailleurs une artiste confirmée. Lamia Tamine se cherche encore avec certitude et détermination. En réalisant un tour autour des cimaises, on constate l'évolution de l'artiste et cela prouve que la confirmation n'est plus loin. Lors d'une sympathique rencontre avec elle, l'artiste Lamia Tamine a bien voulu nous entretenir et répondre à quelques questions.
Liberté : Le nom Tamine n'est ni étranger ni méconnu dans le monde de l'art et surtout de la peinture ?
Lamia Tamine : (rires) Oui, c'est vrai le défunt Tamine Abderahmen, dit Abdou est mon oncle et c'est peut-être une forme d'héritage que je reçois aujourd'hui et j'espère être à la hauteur du travail, des œuvres et du nom du regretté Abdou. En ce moment, je suis un peu à cheval entre mes études en architecture et le temps que je me force à dénicher pour retrouver mes couleurs et mon petit monde. Je dis bien retrouver. Car depuis mon enfance, j'ai toujours aimé cette intimité, ces moments de solitude à deux entre œuvres et artiste.
À quels moments vous viennent vos inspirations pour “semer" ou peindre ?
n Le monde de l'architecture est à mon avis pas loin de celui des artistes peintres (cercles, perspective, formes...). Et comme vous me le disiez au début, les Tamine ont une fibre artistique, en toute modestie (sourire). Mais, il y a un autre facteur et peut-être le plus important : il s'agit du décès de ma mère, je l'ai perdue quand j'étais toute petite. J'écoute la même musique quand je suis face à une surface blanche. J'écoute du Richard Clayderman, c'est la musique que j'écoutais avec ma mère. Cette écoute est à la fois envoûtante, douce et douloureuse. Mais, cela me permet de produire.
Souvenez-vous de vos premiers pas, les premiers coups de pinceau ?
n Oui, bien sûr. Fulla, Twiti et Mickey, je reprenais tout le temps ces personnages et je m'efforçais de respecter la fidélité en reproduisant l'original. Une personne était toujours disponible pour m'aider et me donner conseil. L'artiste peintre Mennoubi Chérif qui possède toujours son atelier à la maison de la culture de Batna était mon ange gardien et jusqu'à aujourd'hui, il n'est pas avare en conseils et orientation, il a une grande part dans la réalisation de mon exposition.
Les artistes peintres de la ville de Batna ont assisté à votre exposition, êtes-vous impérativement répertoriée dans une catégorie ?
Non pas impérativement, je préfère rester hors catalogue, même si c'est dur, voire impossible. Je suis encline au spirituel et au mystique, je mets beaucoup d'intimité dans mes œuvres et mes toiles. Je laisse libre cours à la lecture équivoque, pour preuve je ne titre pas mes tableaux.
Vous vous êtes fait une place dans le monde des artistes peintres, on dit que Batna en possède beaucoup ?
n Je veux bien avoir ma petite place au soleil. Mais, il faudrait que je la mérite, l'avenir nous le dira. Par contre, j'ai de nombreux contacts avec des artistes peintres aussi bien à Batna mais surtout à travers le monde, grâce à la blogosphère. J'ai pu rencontrer Hassan Chair, lors de son passage à l'Ecole des beaux-arts de Batna. J'ai aussi un contact permanent avec l'artiste peintre de renommée internationale qu'est le Syrien Zahi Aïssa. En ce moment, je prépare mes œuvres pour les envoyer en Arabie Saoudite où je prends part à un festival arabe de la peinture où seront présents plus de 103 artistes du monde arabe, hélas, je ne peux pas être présente. Car, mes études ne me le permettent pas, mais j'espère que mes toiles représenteront bien l'Algérie.
Je souhaite faire passer un message de paix à travers mes œuvres et remercier tous ceux qui m'ont aidée et encouragée.
R. H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.