Algérie - Statoil annonce le retour de son personnel et du personnel de Sonatrach et BP à Tiguentourine    Algérie:incident sans gravité entre deux avions ATR d'Air Algérie à l'aéroport d'Alger    Tunisie: Une patrouille sécuritaire attaquée par des terroristes à Kasserine    Algérie:1782 logements LPL vont être distribués dans la wilaya de Tizi-Ouzou    M. Sellal représentera le président de la République mardi au Conseil de paix et de sécurité de l'UA    La suppression de l'article 87 bis objet d'interprétations multiples    Selon l'Office national des statistiques    Le Fonds de régulation des recettes (FRR) n'a pas été alimenté durant les 4 premiers mois de 2014    Deux jours après le crash de l'avion ukrainien au sud de Tamanrasset    Lamamra: l'Algérie un facteur de stabilité pour la communauté internationale    Algérie:Les études techniques sur le transfert des eaux du Sud vers les Hauts plateaux achevées avant fin 2014    Israël s'approprie des terres palestiniennes en Cisjordanie    Algérie:Fièvre aphteuse: suspicion de contamination du cheptel bovin par le sanglier    USM Bel-Abbès : La préparation s'effectuera sur place    Football - Equipe nationale : Début du stage aujourd'hui à Sidi Moussa    L'écueil à s'éviter pour la CNLTD    14 morts sur la route en une journée    18 bus pour le transport scolaire    La Foire aux métiers traditionnels du bâti à Oran    Slimani convoqué pour le derby    Poutine évoque pour la première fois un "Etat" dans l'Est    Rare succès face aux jihadistes    ESS-USMBA, le 6 septembre à 19h    L’ENTRAÎNEUR ROUMAIN DES UKRAINIENS LE VEUT À TOUT PRIX    TIPASA    LE PREMIER CAS DE FIÈVRE APHTEUSE SIGNALÉ À L’OUEST    Ban appelle à renforcer la lutte contre ce crime    Les hésitations pour un référendum    Quelle fin pour Belkhadem...    LE COUP DE BILL’ART DU SOIR    Bientôt les billets pour l'Eden?    Un one-man-show "électrique"    Pierce Brosnan reprend ses armes d'espion    ACTUCULT    ESPLANADE DE LA GRANDE-POSTE    AÏN-TÉMOUCHENT    JUDO : MONDIAUX-2014    PLUS QUE QUELQUES HEURES AVANT LA FERMETURE DU MARCHÉ DES TRANSFERTS D’ÉTÉ    L'EN entame son stage à Alger    Un fratricide arrêté    Khoubz eddar    Le Premier ministre en Afrique du Sud    Don de 25 millions de dollars de la BM    L'ancien président de la RFA, Christian Wulff, élu président de l'association EMA    Clôture dans une ambiance conviviale    21 titres de concession attribués à Ouargla    Pour l'amélioration de la gestion de l'établissement éducatif : La nouvelle feuille de route de Benghebrit    Réception de 12 nouvelles structures    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

L'artiste peintre Lamia Tamine à “Liberté"
“Je mets beaucoup d'intimité dans mes œuvres"
Publié dans Liberté le 22 - 01 - 2013

Ce n'est plus une artiste en herbe, ni d'ailleurs une artiste confirmée. Lamia Tamine se cherche encore avec certitude et détermination. En réalisant un tour autour des cimaises, on constate l'évolution de l'artiste et cela prouve que la confirmation n'est plus loin. Lors d'une sympathique rencontre avec elle, l'artiste Lamia Tamine a bien voulu nous entretenir et répondre à quelques questions.
Liberté : Le nom Tamine n'est ni étranger ni méconnu dans le monde de l'art et surtout de la peinture ?
Lamia Tamine : (rires) Oui, c'est vrai le défunt Tamine Abderahmen, dit Abdou est mon oncle et c'est peut-être une forme d'héritage que je reçois aujourd'hui et j'espère être à la hauteur du travail, des œuvres et du nom du regretté Abdou. En ce moment, je suis un peu à cheval entre mes études en architecture et le temps que je me force à dénicher pour retrouver mes couleurs et mon petit monde. Je dis bien retrouver. Car depuis mon enfance, j'ai toujours aimé cette intimité, ces moments de solitude à deux entre œuvres et artiste.
À quels moments vous viennent vos inspirations pour “semer" ou peindre ?
n Le monde de l'architecture est à mon avis pas loin de celui des artistes peintres (cercles, perspective, formes...). Et comme vous me le disiez au début, les Tamine ont une fibre artistique, en toute modestie (sourire). Mais, il y a un autre facteur et peut-être le plus important : il s'agit du décès de ma mère, je l'ai perdue quand j'étais toute petite. J'écoute la même musique quand je suis face à une surface blanche. J'écoute du Richard Clayderman, c'est la musique que j'écoutais avec ma mère. Cette écoute est à la fois envoûtante, douce et douloureuse. Mais, cela me permet de produire.
Souvenez-vous de vos premiers pas, les premiers coups de pinceau ?
n Oui, bien sûr. Fulla, Twiti et Mickey, je reprenais tout le temps ces personnages et je m'efforçais de respecter la fidélité en reproduisant l'original. Une personne était toujours disponible pour m'aider et me donner conseil. L'artiste peintre Mennoubi Chérif qui possède toujours son atelier à la maison de la culture de Batna était mon ange gardien et jusqu'à aujourd'hui, il n'est pas avare en conseils et orientation, il a une grande part dans la réalisation de mon exposition.
Les artistes peintres de la ville de Batna ont assisté à votre exposition, êtes-vous impérativement répertoriée dans une catégorie ?
Non pas impérativement, je préfère rester hors catalogue, même si c'est dur, voire impossible. Je suis encline au spirituel et au mystique, je mets beaucoup d'intimité dans mes œuvres et mes toiles. Je laisse libre cours à la lecture équivoque, pour preuve je ne titre pas mes tableaux.
Vous vous êtes fait une place dans le monde des artistes peintres, on dit que Batna en possède beaucoup ?
n Je veux bien avoir ma petite place au soleil. Mais, il faudrait que je la mérite, l'avenir nous le dira. Par contre, j'ai de nombreux contacts avec des artistes peintres aussi bien à Batna mais surtout à travers le monde, grâce à la blogosphère. J'ai pu rencontrer Hassan Chair, lors de son passage à l'Ecole des beaux-arts de Batna. J'ai aussi un contact permanent avec l'artiste peintre de renommée internationale qu'est le Syrien Zahi Aïssa. En ce moment, je prépare mes œuvres pour les envoyer en Arabie Saoudite où je prends part à un festival arabe de la peinture où seront présents plus de 103 artistes du monde arabe, hélas, je ne peux pas être présente. Car, mes études ne me le permettent pas, mais j'espère que mes toiles représenteront bien l'Algérie.
Je souhaite faire passer un message de paix à travers mes œuvres et remercier tous ceux qui m'ont aidée et encouragée.
R. H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.