Forum d'El Moudjahid : Les contrevérités du ministre    La peur du chaos syrien    Angleterre : Mahrez et Leicester champions    Sensibilisation sur la fièvre Zika    Des parlementaires contre-attaquent    A l'invitation du président Bouteflika : Le président Ivoirien en Algérie    L'Algérie n'est pas prête    Vers l'augmention du volume    Rachat d'El Khabar par Cevital : L'affaire reportée à mercredi prochain    France : Les pilotes d'Air France se préparent à la grève    Selon Tebboune : L'interdiction du recours aux produits d'importation a favorisé la relance de la production locale    Batimatec tient toutes ses promesses    Les entrepreneurs algériens trouvent de nouveaux financements    L'Afrique veut prendre son destin en main    Valls se justifie    Feu vert de la Cour suprême au référendum contre la relocalisation de réfugiés    Syrie: de quoi parle-t-on?    Valls s'excuse auprès de Sellal    Le scrutin fixé aux 23 avril et 7 mai 2017    France : Les cinq points noirs qui menacent le nucléaire français    Sahara occidental : L'occasion qu'a raté l'Espagne    Droit international à géométrie variable    Rendez-vous crucial    Les Crabes en pleine concentration sur l'ES Tunis    Ligue des champions : La meilleure équipe d'Europe, c'est l'Atlético    "Notre sélection olympique n'a rien à perdre à Rio"    Hanni "Lion d'or" belge    Le coach de Fenerbahçe s'oppose à la venue de Feghouli    660 avocats prêtent serment    Les petites bourses à rude épreuve    L'embarras du choix    Le dispositif de prévention renforcé    Empêchés de tenir leur sit-in à Blida    Les agriculteurs des Aurès optent pour l'or rouge    Les pickpockets de retour dans les marchés d'El Harrach    Education à distance : Près de 500.000 apprenants participent aux examens de fin d'année scolaire    Le Keblouti, source de la littérature révolutionnaire    Une méditation romanesque sur le deuil    Pari réussi par de jeunes comédiens    Desquels faisons-nous partie?    Colloque national sur le Coran à Chlef : Plus d'une trentaine de penseurs et chercheurs nationaux attendus    Communication, réflexion et cinéma    Pourquoi l'Algérie ne sera pas présente au Sommet de la télévision à Abidjan    Selon Mohamed Aissa : L'Islam qu'on connaît au Maghreb et en Afrique a une seule source    1.600 délégués attendus    Vie des clubs / JSMB : elle joue sa survie à Oum El-Bouaghi : Yemma Gouraya retient son souffle    Omnisports / Judo - JO-2016 : L'Algérie en force à Rio    Skikda: Un cinquième terroriste abattu    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'artiste peintre Lamia Tamine à “Liberté"
“Je mets beaucoup d'intimité dans mes œuvres"
Publié dans Liberté le 22 - 01 - 2013

Ce n'est plus une artiste en herbe, ni d'ailleurs une artiste confirmée. Lamia Tamine se cherche encore avec certitude et détermination. En réalisant un tour autour des cimaises, on constate l'évolution de l'artiste et cela prouve que la confirmation n'est plus loin. Lors d'une sympathique rencontre avec elle, l'artiste Lamia Tamine a bien voulu nous entretenir et répondre à quelques questions.
Liberté : Le nom Tamine n'est ni étranger ni méconnu dans le monde de l'art et surtout de la peinture ?
Lamia Tamine : (rires) Oui, c'est vrai le défunt Tamine Abderahmen, dit Abdou est mon oncle et c'est peut-être une forme d'héritage que je reçois aujourd'hui et j'espère être à la hauteur du travail, des œuvres et du nom du regretté Abdou. En ce moment, je suis un peu à cheval entre mes études en architecture et le temps que je me force à dénicher pour retrouver mes couleurs et mon petit monde. Je dis bien retrouver. Car depuis mon enfance, j'ai toujours aimé cette intimité, ces moments de solitude à deux entre œuvres et artiste.
À quels moments vous viennent vos inspirations pour “semer" ou peindre ?
n Le monde de l'architecture est à mon avis pas loin de celui des artistes peintres (cercles, perspective, formes...). Et comme vous me le disiez au début, les Tamine ont une fibre artistique, en toute modestie (sourire). Mais, il y a un autre facteur et peut-être le plus important : il s'agit du décès de ma mère, je l'ai perdue quand j'étais toute petite. J'écoute la même musique quand je suis face à une surface blanche. J'écoute du Richard Clayderman, c'est la musique que j'écoutais avec ma mère. Cette écoute est à la fois envoûtante, douce et douloureuse. Mais, cela me permet de produire.
Souvenez-vous de vos premiers pas, les premiers coups de pinceau ?
n Oui, bien sûr. Fulla, Twiti et Mickey, je reprenais tout le temps ces personnages et je m'efforçais de respecter la fidélité en reproduisant l'original. Une personne était toujours disponible pour m'aider et me donner conseil. L'artiste peintre Mennoubi Chérif qui possède toujours son atelier à la maison de la culture de Batna était mon ange gardien et jusqu'à aujourd'hui, il n'est pas avare en conseils et orientation, il a une grande part dans la réalisation de mon exposition.
Les artistes peintres de la ville de Batna ont assisté à votre exposition, êtes-vous impérativement répertoriée dans une catégorie ?
Non pas impérativement, je préfère rester hors catalogue, même si c'est dur, voire impossible. Je suis encline au spirituel et au mystique, je mets beaucoup d'intimité dans mes œuvres et mes toiles. Je laisse libre cours à la lecture équivoque, pour preuve je ne titre pas mes tableaux.
Vous vous êtes fait une place dans le monde des artistes peintres, on dit que Batna en possède beaucoup ?
n Je veux bien avoir ma petite place au soleil. Mais, il faudrait que je la mérite, l'avenir nous le dira. Par contre, j'ai de nombreux contacts avec des artistes peintres aussi bien à Batna mais surtout à travers le monde, grâce à la blogosphère. J'ai pu rencontrer Hassan Chair, lors de son passage à l'Ecole des beaux-arts de Batna. J'ai aussi un contact permanent avec l'artiste peintre de renommée internationale qu'est le Syrien Zahi Aïssa. En ce moment, je prépare mes œuvres pour les envoyer en Arabie Saoudite où je prends part à un festival arabe de la peinture où seront présents plus de 103 artistes du monde arabe, hélas, je ne peux pas être présente. Car, mes études ne me le permettent pas, mais j'espère que mes toiles représenteront bien l'Algérie.
Je souhaite faire passer un message de paix à travers mes œuvres et remercier tous ceux qui m'ont aidée et encouragée.
R. H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.