Forum des chefs d'entreprises Renforcement de la coopération entre les entreprises algériennes et françaises    Les Verts veulent refaire le coup de Cabinda    La France et le Qatar pour une finale historique    Gourcuff tout près de l'objectif assigné par la FAF    Le FNI prend le contrôle de Djezzy six ans après le début des négociations    La loi sur la prévention du blanchiment d'argent et le financement du terrorisme revêt «une caractère urgent»    «Zoobazar» enflamme la scène    La culture occidentale depuis la Grèce antique    647 mineurs cités dans des affaires de criminalité à travers 11 wilayas    Une délégation du ministère de l'Intérieur français en visite à la sûreté de wilaya d'Oran    Le coup de bill’art du Soir    Bande dessinée    Alors que Bouteflika appelle les dirigeants africains à plus de concertation à ce sujet    Agir sur la cellulite sous trois angles d’attaque    Parution    OUVERTURE DE L’AVIATION CIVILE AU PRIVE    Education    L’ENMTV fait face    Maroc-France : Fin de crise politique et reprise de la coopération judiciaire    MEDEA: 109 morts sur les routes en une année    BLIDA: Des routes refaites à neuf qui ne tiennent pas trois semaines !    TEBESSA: Une moyenne de plus de 2.800 voyageurs/jour transitent par la frontière    Le ministre italien des Affaires étrangères, demain à Alger    L'antiterrorisme à la conférence au sommet de l'UA : Sellal insiste sur la coordination continentale    CAN 2015 - Quart de finale aujourd'hui à 20h30 : Côte d'Ivoire-Algérie ,Le quitte ou double    Exploration du gaz de schiste: des experts rassurent    Hanoune s'en prend à Ali Haddad    Le "Vieux Lion" qui défia Hitler    Taïwan, il meurt d'épuisement après 3 jours de jeu non-stop    Prix de l'or noir : Le pétrole bondit dans l'espoir d'une baisse de l'offre américaine    Pour en finir avec la troïka : Athènes se dit prête à renoncer à 7 milliards d'euros    24e édition du Sicom, du 8 au 12 avril place à la maintenance informatique    Présidentielle en Italie Sergio Mattarella élu président de la République italienne    Jeux méditerranéens 2021 : Une commission d'évaluation du CIJM demain en Algérie (COA)    Maroc : Le roi Mohammed VI préside un Conseil des ministres à Fès    L'Etat islamique revendique des attentats    Un suivi des avions en vol d'ici à fin 2015    Ouverture d'un 2e séminaire pédagogique    Le bilan mitigé de l'APN    le topinambour    Equipe nationale de handball : de Héros à la case zéro    La mauvaise gouvernance désignée du doigt    Susciter des vocations et consolider la formation musicale    Handball n'est plus et ne sera jamais sans une réforme en profondeur    Calendrier vaccinal doit être respecté pour une meilleure protection    Les boissons sucrées pourraient augmenter légèrement le risque de canc    Oran : Une délégation du ministère de l'Intérieur français en visite à la Sûreté de la wilaya    Conférence du consensus national initiée par le FFS : Le FLN dit oui en imposant ses conditions    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

L'artiste peintre Lamia Tamine à “Liberté"
“Je mets beaucoup d'intimité dans mes œuvres"
Publié dans Liberté le 22 - 01 - 2013

Ce n'est plus une artiste en herbe, ni d'ailleurs une artiste confirmée. Lamia Tamine se cherche encore avec certitude et détermination. En réalisant un tour autour des cimaises, on constate l'évolution de l'artiste et cela prouve que la confirmation n'est plus loin. Lors d'une sympathique rencontre avec elle, l'artiste Lamia Tamine a bien voulu nous entretenir et répondre à quelques questions.
Liberté : Le nom Tamine n'est ni étranger ni méconnu dans le monde de l'art et surtout de la peinture ?
Lamia Tamine : (rires) Oui, c'est vrai le défunt Tamine Abderahmen, dit Abdou est mon oncle et c'est peut-être une forme d'héritage que je reçois aujourd'hui et j'espère être à la hauteur du travail, des œuvres et du nom du regretté Abdou. En ce moment, je suis un peu à cheval entre mes études en architecture et le temps que je me force à dénicher pour retrouver mes couleurs et mon petit monde. Je dis bien retrouver. Car depuis mon enfance, j'ai toujours aimé cette intimité, ces moments de solitude à deux entre œuvres et artiste.
À quels moments vous viennent vos inspirations pour “semer" ou peindre ?
n Le monde de l'architecture est à mon avis pas loin de celui des artistes peintres (cercles, perspective, formes...). Et comme vous me le disiez au début, les Tamine ont une fibre artistique, en toute modestie (sourire). Mais, il y a un autre facteur et peut-être le plus important : il s'agit du décès de ma mère, je l'ai perdue quand j'étais toute petite. J'écoute la même musique quand je suis face à une surface blanche. J'écoute du Richard Clayderman, c'est la musique que j'écoutais avec ma mère. Cette écoute est à la fois envoûtante, douce et douloureuse. Mais, cela me permet de produire.
Souvenez-vous de vos premiers pas, les premiers coups de pinceau ?
n Oui, bien sûr. Fulla, Twiti et Mickey, je reprenais tout le temps ces personnages et je m'efforçais de respecter la fidélité en reproduisant l'original. Une personne était toujours disponible pour m'aider et me donner conseil. L'artiste peintre Mennoubi Chérif qui possède toujours son atelier à la maison de la culture de Batna était mon ange gardien et jusqu'à aujourd'hui, il n'est pas avare en conseils et orientation, il a une grande part dans la réalisation de mon exposition.
Les artistes peintres de la ville de Batna ont assisté à votre exposition, êtes-vous impérativement répertoriée dans une catégorie ?
Non pas impérativement, je préfère rester hors catalogue, même si c'est dur, voire impossible. Je suis encline au spirituel et au mystique, je mets beaucoup d'intimité dans mes œuvres et mes toiles. Je laisse libre cours à la lecture équivoque, pour preuve je ne titre pas mes tableaux.
Vous vous êtes fait une place dans le monde des artistes peintres, on dit que Batna en possède beaucoup ?
n Je veux bien avoir ma petite place au soleil. Mais, il faudrait que je la mérite, l'avenir nous le dira. Par contre, j'ai de nombreux contacts avec des artistes peintres aussi bien à Batna mais surtout à travers le monde, grâce à la blogosphère. J'ai pu rencontrer Hassan Chair, lors de son passage à l'Ecole des beaux-arts de Batna. J'ai aussi un contact permanent avec l'artiste peintre de renommée internationale qu'est le Syrien Zahi Aïssa. En ce moment, je prépare mes œuvres pour les envoyer en Arabie Saoudite où je prends part à un festival arabe de la peinture où seront présents plus de 103 artistes du monde arabe, hélas, je ne peux pas être présente. Car, mes études ne me le permettent pas, mais j'espère que mes toiles représenteront bien l'Algérie.
Je souhaite faire passer un message de paix à travers mes œuvres et remercier tous ceux qui m'ont aidée et encouragée.
R. H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.