Algérie-Kenya: pour l'autonomisation de la femme africaine dans divers domaines    JO 2016: départ de la délégation algérienne pour Rio    Messahel: Réformer la Ligue arabe pour s'adapter à la conjoncture internationale    Cité dans le dossier Panama Papers: Rebrab compte porter plainte contre «Le Monde»    Le passeport rouge ou être ministre    Benflis sans illusion sur les prochains scrutins    ASM Oran: Les transferts de Sebbah et Boudoumi remis en cause    Sports mécaniques - Grand Prix de la ville d'Oran: Du spectacle attendu sur le Bd Front de mer    Alger: Incendie dans une discothèque à Riad El Feth, un mort    Bac: Des centaines de candidats malheureux ne pourront pas réintégrer leurs lycées    Les zombies et les vivants    L'interprète de «Omar Gatlatou»: «Le cinéma algérien a beaucoup régressé»    Rotation    Verts d'Europe : Soudani buteur, Zagreb domine Tbilissi    Conseil constitutionnel : Bouteflika a nommé trois nouveaux membres    Cisjordanie occupée : L'ONU condamne l'expansion des colonies israéliennes    Retraite : Les règles des départs anticipés fixées    Avant-projet de loi sur la PME: L'Etat soutiendra le développement de plusieurs domaines    Nous seraient-elles, utiles, les zones de libre-échange ?    Classe politique: l'impératif débat d'idées    Le Sud-Est sans relais téléphonique    "La remise des clés pour la fin de l'année"    La Cnas forme les journalistes    L'Algérie aux portes des quarts de finale    Hamzaoui titulaire contre Fulham    Plus de 400 participants à Tlemcen    Les élections divisent l'opposition    Le président Bouteflika exprime la solidarité de l'Algérie    Convention avec l'Agence de wilaya de l'emploi    Des simulations des rites du pèlerinage au profit des hadjis    Les investisseurs se sentiront chez eux à Batna    H. Clinton pas aussi "nickel" qu'on le présume!    La filière détenait un arsenal de propagande    Un second vote informel le 5 août    La femme, cette héroïne au cinéma    Fin de formation pour 770 nouveaux enseignants    Le chef de l'Etat tacle l'opposition    Benghebrit promet de nouvelles mesures à la rentrée    24 refuges détruits à Tizi-Ouzou et à Béjaïa    Trois enfants tués par une explosion de gaz    Les Verts à pied d'oeuvre à Rio    L'étau se resserre sur les groupes terroristes à Alep    La police tue 9 islamistes et déjoue une attaque d'envergure    Un adolescent né en Algérie arrêté    Des mesures de facilitation    Clap de fin pour Mohamed Khan    L'AARC n'existera plus    Merzak Allouache "gatlatou redjla"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'artiste peintre Lamia Tamine à “Liberté"
“Je mets beaucoup d'intimité dans mes œuvres"
Publié dans Liberté le 22 - 01 - 2013

Ce n'est plus une artiste en herbe, ni d'ailleurs une artiste confirmée. Lamia Tamine se cherche encore avec certitude et détermination. En réalisant un tour autour des cimaises, on constate l'évolution de l'artiste et cela prouve que la confirmation n'est plus loin. Lors d'une sympathique rencontre avec elle, l'artiste Lamia Tamine a bien voulu nous entretenir et répondre à quelques questions.
Liberté : Le nom Tamine n'est ni étranger ni méconnu dans le monde de l'art et surtout de la peinture ?
Lamia Tamine : (rires) Oui, c'est vrai le défunt Tamine Abderahmen, dit Abdou est mon oncle et c'est peut-être une forme d'héritage que je reçois aujourd'hui et j'espère être à la hauteur du travail, des œuvres et du nom du regretté Abdou. En ce moment, je suis un peu à cheval entre mes études en architecture et le temps que je me force à dénicher pour retrouver mes couleurs et mon petit monde. Je dis bien retrouver. Car depuis mon enfance, j'ai toujours aimé cette intimité, ces moments de solitude à deux entre œuvres et artiste.
À quels moments vous viennent vos inspirations pour “semer" ou peindre ?
n Le monde de l'architecture est à mon avis pas loin de celui des artistes peintres (cercles, perspective, formes...). Et comme vous me le disiez au début, les Tamine ont une fibre artistique, en toute modestie (sourire). Mais, il y a un autre facteur et peut-être le plus important : il s'agit du décès de ma mère, je l'ai perdue quand j'étais toute petite. J'écoute la même musique quand je suis face à une surface blanche. J'écoute du Richard Clayderman, c'est la musique que j'écoutais avec ma mère. Cette écoute est à la fois envoûtante, douce et douloureuse. Mais, cela me permet de produire.
Souvenez-vous de vos premiers pas, les premiers coups de pinceau ?
n Oui, bien sûr. Fulla, Twiti et Mickey, je reprenais tout le temps ces personnages et je m'efforçais de respecter la fidélité en reproduisant l'original. Une personne était toujours disponible pour m'aider et me donner conseil. L'artiste peintre Mennoubi Chérif qui possède toujours son atelier à la maison de la culture de Batna était mon ange gardien et jusqu'à aujourd'hui, il n'est pas avare en conseils et orientation, il a une grande part dans la réalisation de mon exposition.
Les artistes peintres de la ville de Batna ont assisté à votre exposition, êtes-vous impérativement répertoriée dans une catégorie ?
Non pas impérativement, je préfère rester hors catalogue, même si c'est dur, voire impossible. Je suis encline au spirituel et au mystique, je mets beaucoup d'intimité dans mes œuvres et mes toiles. Je laisse libre cours à la lecture équivoque, pour preuve je ne titre pas mes tableaux.
Vous vous êtes fait une place dans le monde des artistes peintres, on dit que Batna en possède beaucoup ?
n Je veux bien avoir ma petite place au soleil. Mais, il faudrait que je la mérite, l'avenir nous le dira. Par contre, j'ai de nombreux contacts avec des artistes peintres aussi bien à Batna mais surtout à travers le monde, grâce à la blogosphère. J'ai pu rencontrer Hassan Chair, lors de son passage à l'Ecole des beaux-arts de Batna. J'ai aussi un contact permanent avec l'artiste peintre de renommée internationale qu'est le Syrien Zahi Aïssa. En ce moment, je prépare mes œuvres pour les envoyer en Arabie Saoudite où je prends part à un festival arabe de la peinture où seront présents plus de 103 artistes du monde arabe, hélas, je ne peux pas être présente. Car, mes études ne me le permettent pas, mais j'espère que mes toiles représenteront bien l'Algérie.
Je souhaite faire passer un message de paix à travers mes œuvres et remercier tous ceux qui m'ont aidée et encouragée.
R. H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.