Ghardaïa a les moyens de sortir de la situation actuelle (Wali)    Le plus dur reste à faire pour relever le défi    «Il faut une approche territoriale du développement»    Houda Iman Feraoun se réunit avec les représentants des syndicats    Guerres, misère et dictatures    Drames au large de la Libye et en Autrich    Le pouvoir autorise-t-il Mezrag à revenir dans le jeu politique ?    Championnats du monde d'athlétisme : L'énorme défi de Makhloufi    AS Monaco : Abdennour file à Valence pour 25 ME    Mahrez n'a joué qu'une seule mi-temps face Bournemouth    Suite aux inondations de Constantine : Mécontent, Bedoui menace les responsables    Mostaganem : 23 noyés cet été    Accidents de la route : 32 morts en 2 jours    En bref...    Un terroriste abattu par l'ANP à Sidi Bel Abbès    OM: Zaza ne viendra pas !    Tunisie : La commercialisation des services de la 4G débutera avant fin 2015 (Fehri)    Algérie-Mali : des relations historiques tournées vers un avenir prometteur    Deux journalistes français mis en examen pour avoir fait chanter le roi du Maroc    Algérie : l'ANP élimine un terroriste et récupère des munitions à Sidi Bel Abbes (MDN)    La conférence du 15 septembre sera consacrée à la situation économique (Sellal)    Mila : 5 morts et 1 blessé dans un accident de la circulation à Sidi Khelifa    M. Sellal appelle à réunir les conditions de réussite pour la rentrée sociale    Ouverture à Alger des travaux de la réunion Gouvernement-Walis    JMP-2015/lutte : Bilel Hadri offre à l'Algérie la première médaille d'or    Sellal: Des mesures d'ajustement pour rationaliser la dépense publique    Le Maroc et l'Egypte, pays les plus attractifs pour les investissements directs étrangers en Afrique du Nord    La tempête Erika se dirige vers Cuba    ES Sétif : En dépit de la mauvaise passe    Bastia    Un théâtre et un bilan    Faibles capacités    Le défi de l’amour d’Ahmed Lagraâ    ACTUCULT    Un policier tué dans une explosion à Bahreïn    Tunisie: l'annulation de l'accord Nessma TV-Education nationale ravit des associations    Le nouvel émissaire américain pour la Syrie reçu à Moscou    Crise migratoire: Le cynisme de l'Europe    Chlef : Renforcer les capacités d'accueil des touristes    LA LEGITIMITE N'EST PAS RECETTE    Squat des trottoirs: 107 mises en demeure à des commerçants récidivistes    La TV donneuse de leçon    Tlemcen : Une méga-exposition sur le marché de l'art au CAREX    Algérie-Corée du Sud : Perspectives de coopération bilatérale dans plusieurs secteurs    Un terroriste se rend aux forces de l'ANP à Jijel    Rétablissement graduel des services de téléphonie et d'internet    Création prochaine d'un "observatoire national des musées"    La fulgurante Egypte de Tobie Nathan    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

L'artiste peintre Lamia Tamine à “Liberté"
“Je mets beaucoup d'intimité dans mes œuvres"
Publié dans Liberté le 22 - 01 - 2013

Ce n'est plus une artiste en herbe, ni d'ailleurs une artiste confirmée. Lamia Tamine se cherche encore avec certitude et détermination. En réalisant un tour autour des cimaises, on constate l'évolution de l'artiste et cela prouve que la confirmation n'est plus loin. Lors d'une sympathique rencontre avec elle, l'artiste Lamia Tamine a bien voulu nous entretenir et répondre à quelques questions.
Liberté : Le nom Tamine n'est ni étranger ni méconnu dans le monde de l'art et surtout de la peinture ?
Lamia Tamine : (rires) Oui, c'est vrai le défunt Tamine Abderahmen, dit Abdou est mon oncle et c'est peut-être une forme d'héritage que je reçois aujourd'hui et j'espère être à la hauteur du travail, des œuvres et du nom du regretté Abdou. En ce moment, je suis un peu à cheval entre mes études en architecture et le temps que je me force à dénicher pour retrouver mes couleurs et mon petit monde. Je dis bien retrouver. Car depuis mon enfance, j'ai toujours aimé cette intimité, ces moments de solitude à deux entre œuvres et artiste.
À quels moments vous viennent vos inspirations pour “semer" ou peindre ?
n Le monde de l'architecture est à mon avis pas loin de celui des artistes peintres (cercles, perspective, formes...). Et comme vous me le disiez au début, les Tamine ont une fibre artistique, en toute modestie (sourire). Mais, il y a un autre facteur et peut-être le plus important : il s'agit du décès de ma mère, je l'ai perdue quand j'étais toute petite. J'écoute la même musique quand je suis face à une surface blanche. J'écoute du Richard Clayderman, c'est la musique que j'écoutais avec ma mère. Cette écoute est à la fois envoûtante, douce et douloureuse. Mais, cela me permet de produire.
Souvenez-vous de vos premiers pas, les premiers coups de pinceau ?
n Oui, bien sûr. Fulla, Twiti et Mickey, je reprenais tout le temps ces personnages et je m'efforçais de respecter la fidélité en reproduisant l'original. Une personne était toujours disponible pour m'aider et me donner conseil. L'artiste peintre Mennoubi Chérif qui possède toujours son atelier à la maison de la culture de Batna était mon ange gardien et jusqu'à aujourd'hui, il n'est pas avare en conseils et orientation, il a une grande part dans la réalisation de mon exposition.
Les artistes peintres de la ville de Batna ont assisté à votre exposition, êtes-vous impérativement répertoriée dans une catégorie ?
Non pas impérativement, je préfère rester hors catalogue, même si c'est dur, voire impossible. Je suis encline au spirituel et au mystique, je mets beaucoup d'intimité dans mes œuvres et mes toiles. Je laisse libre cours à la lecture équivoque, pour preuve je ne titre pas mes tableaux.
Vous vous êtes fait une place dans le monde des artistes peintres, on dit que Batna en possède beaucoup ?
n Je veux bien avoir ma petite place au soleil. Mais, il faudrait que je la mérite, l'avenir nous le dira. Par contre, j'ai de nombreux contacts avec des artistes peintres aussi bien à Batna mais surtout à travers le monde, grâce à la blogosphère. J'ai pu rencontrer Hassan Chair, lors de son passage à l'Ecole des beaux-arts de Batna. J'ai aussi un contact permanent avec l'artiste peintre de renommée internationale qu'est le Syrien Zahi Aïssa. En ce moment, je prépare mes œuvres pour les envoyer en Arabie Saoudite où je prends part à un festival arabe de la peinture où seront présents plus de 103 artistes du monde arabe, hélas, je ne peux pas être présente. Car, mes études ne me le permettent pas, mais j'espère que mes toiles représenteront bien l'Algérie.
Je souhaite faire passer un message de paix à travers mes œuvres et remercier tous ceux qui m'ont aidée et encouragée.
R. H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.