Des civils pris au piège à Benghazi, selon Amnesty International    Le CPP se fourvoie dans le « Bouterfa Bashing », mieux inspiré par l'après Général Toufik (audio-vidéo)    Des avions de chasse français en direction de Mossoul    Accord de l'Opep sur le pétrole : la Russie reste "prudente"    Syrie : le désaccord russo-américain arrange les terroristes    Arsenal : Keane tacle Walcott    Le virus Zika peut-être transmis par la sueur ou les larmes    Le patron de la MLS ouvre la porte à Schweinsteiger    Le taux des projets reportés dans les wilayas du sud est faible    Maroc - Réforme et privatisation pour stimuler les transactions boursières (OGB)    "Nous voulons digitaliser le secteur privé de la santé"    La Tunisie est "en état d'urgence économique"    Man Utd : Mourinho pas tendre avec un de ses adjoints !    5 terroristes abattus à Batna    5 casemates et 3 bombes artisanales détruites à Batna et Saïda    Les algériens et les langues étrangères    L'Algérie dispose de trois à quatre ans pour créer une économie fondée sur la production (Ali Haddad)    «Ce gouvernement ne propose rien à ceux qui souffrent»    En bref...    Equipe nationale : Rajevac dévoilera sa liste pour le Cameroun aujourd'hui    MOB – TP Mazembe : La programmation de la finale contestée    Israël multiplie les crimes en Cisjordanie occupée    En bref...    Commentaire : Scolarité en attente    Incendie au port d'Oran : Un stock d'acide citrique détruit    Peine capitale pour un terroriste en cavale    Saadani organise sa rentrée après son retour    La légende contre l'oubli    L'Algérie représentée par Maintenant ils peuvent venir    Algérie : Général Emballage attire le fonds DPI dans son capital    La vaccination, seul moyen de protection    Une adolescente portée disparue depuis dimanche    Syrie / Après la reprise des bombardements sur Alep - USA - Russie : rien ne va plus    Ligue 1 / Matchs avancés de la 6e journée : L'USMH en péril à Oran    UEFA Champions League - 2e journée / Groupe A : Le PSG et Arsenal font le travail    Washington demande à Bamako de rompre avec un groupe armé    À sept mois des législatives, le FLN investit dans le social    Algérie-ONU : Ban Ki-Moon reçoit M. Lamamra    Réunion de l'Assemblée parlementaire de l'UPM : Le Parlement algérien y prend part à Bruxelles    Un enfant noyé dans une bâche à eau d'une crèche    L'adieu à un grand et modeste confrère    La CAF satisfaite des préparatifs au Gabon    Tizi Ouzou accueillera samedi un meeting    Le bricolage des télévisions privées    Réservoir de voix électorales    La culture coréenne à l'honneur en Algérie    Plusieurs artistes primés    Exposition de bouquinistes en novembre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'artiste peintre Lamia Tamine à “Liberté"
“Je mets beaucoup d'intimité dans mes œuvres"
Publié dans Liberté le 22 - 01 - 2013

Ce n'est plus une artiste en herbe, ni d'ailleurs une artiste confirmée. Lamia Tamine se cherche encore avec certitude et détermination. En réalisant un tour autour des cimaises, on constate l'évolution de l'artiste et cela prouve que la confirmation n'est plus loin. Lors d'une sympathique rencontre avec elle, l'artiste Lamia Tamine a bien voulu nous entretenir et répondre à quelques questions.
Liberté : Le nom Tamine n'est ni étranger ni méconnu dans le monde de l'art et surtout de la peinture ?
Lamia Tamine : (rires) Oui, c'est vrai le défunt Tamine Abderahmen, dit Abdou est mon oncle et c'est peut-être une forme d'héritage que je reçois aujourd'hui et j'espère être à la hauteur du travail, des œuvres et du nom du regretté Abdou. En ce moment, je suis un peu à cheval entre mes études en architecture et le temps que je me force à dénicher pour retrouver mes couleurs et mon petit monde. Je dis bien retrouver. Car depuis mon enfance, j'ai toujours aimé cette intimité, ces moments de solitude à deux entre œuvres et artiste.
À quels moments vous viennent vos inspirations pour “semer" ou peindre ?
n Le monde de l'architecture est à mon avis pas loin de celui des artistes peintres (cercles, perspective, formes...). Et comme vous me le disiez au début, les Tamine ont une fibre artistique, en toute modestie (sourire). Mais, il y a un autre facteur et peut-être le plus important : il s'agit du décès de ma mère, je l'ai perdue quand j'étais toute petite. J'écoute la même musique quand je suis face à une surface blanche. J'écoute du Richard Clayderman, c'est la musique que j'écoutais avec ma mère. Cette écoute est à la fois envoûtante, douce et douloureuse. Mais, cela me permet de produire.
Souvenez-vous de vos premiers pas, les premiers coups de pinceau ?
n Oui, bien sûr. Fulla, Twiti et Mickey, je reprenais tout le temps ces personnages et je m'efforçais de respecter la fidélité en reproduisant l'original. Une personne était toujours disponible pour m'aider et me donner conseil. L'artiste peintre Mennoubi Chérif qui possède toujours son atelier à la maison de la culture de Batna était mon ange gardien et jusqu'à aujourd'hui, il n'est pas avare en conseils et orientation, il a une grande part dans la réalisation de mon exposition.
Les artistes peintres de la ville de Batna ont assisté à votre exposition, êtes-vous impérativement répertoriée dans une catégorie ?
Non pas impérativement, je préfère rester hors catalogue, même si c'est dur, voire impossible. Je suis encline au spirituel et au mystique, je mets beaucoup d'intimité dans mes œuvres et mes toiles. Je laisse libre cours à la lecture équivoque, pour preuve je ne titre pas mes tableaux.
Vous vous êtes fait une place dans le monde des artistes peintres, on dit que Batna en possède beaucoup ?
n Je veux bien avoir ma petite place au soleil. Mais, il faudrait que je la mérite, l'avenir nous le dira. Par contre, j'ai de nombreux contacts avec des artistes peintres aussi bien à Batna mais surtout à travers le monde, grâce à la blogosphère. J'ai pu rencontrer Hassan Chair, lors de son passage à l'Ecole des beaux-arts de Batna. J'ai aussi un contact permanent avec l'artiste peintre de renommée internationale qu'est le Syrien Zahi Aïssa. En ce moment, je prépare mes œuvres pour les envoyer en Arabie Saoudite où je prends part à un festival arabe de la peinture où seront présents plus de 103 artistes du monde arabe, hélas, je ne peux pas être présente. Car, mes études ne me le permettent pas, mais j'espère que mes toiles représenteront bien l'Algérie.
Je souhaite faire passer un message de paix à travers mes œuvres et remercier tous ceux qui m'ont aidée et encouragée.
R. H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.