Douceur et magie de la musique universelle    L'inspecteur Tahar et « l'apprenti » à l'honneur    Un mégaprojet de réalisation d'un réseau électrique reliant le nord au sud du pays    Désordre et anarchie au service de la réglementation de l'APC    Le téléphérique reliant Bab El-Oued à Bouzaréah enfin opérationnel    Trois morts et 22 blessés dans deux accidents de la circulation à Tlemcen    «Le Qatar arme les islamistes en Libye»    Les vulnérabilités sont immatérielles    La lutte contre les terroristes de «Daech» s'intensifie    Renouvellement des structures du parti du FLN au sein de l'APN    Des supporters de la JSK demandent la levée des sanctions de la LFP à l'encontre du club    TRIPARTIE DU 18 SEPTEMBRE 2014, GOUVERNEMENT- PARTENAIRES SOCIAUX : Privilégier une stratégie hors hydrocarbures dans le cadre de la mondialisation    Algérie: Les demandeurs du registre du commerce pourront s'inscrire directement en ligne (Benyounes)    Le TP Mazembe en stage à Accra    Jijel: une tentative d'émigration clandestine de 17 personnes déjouée    Lutte contre Ebola : l'ONU demande un milliard de dollars    Football    Affirmant que le Maroc poursuit ses violations des droits de l'Homme    Démarrage, à Tunis, de la 28e session de la commission économique et sociale pour l'Asie occidentale (CESAO)    Six incendies détruisent 24 hectares de maquis, de broussailles et de chêne-liège à Guelma (Protection civile)    22 Palestiniens arrêtés par l'armée israélienne à El-Qods-Est occupée    Le président sahraoui met en garde contre le danger des drogues provenant du Maroc    Centre du service national de Blida    Le Conseil de sécurité de l'ONU se réunit pour contrer Ebola ( 22h 55 )    Joan Polaschik, nouvel ambassadeur américain, à Alger    Taxe de sortie du territoire tunisien: Lamamra exclut l'application du principe de réciprocité    Lamamra s'explique    DGSN    La Bourse expliquée aux patrons nuls    Place aux questions orales    MC El-Eulma    Construction des centres d’entraînement    L’ES Sahel s‘impose face au CSHL    L'Entente veut se rassurer avant le TP Mazembe    L'arbitrage algérien continue d'être décrié    Ighil a la confiance de la direction    900 ha de couvert végétal détruits par les flammes    Abrogation du 87-bis    Batna    L'ambassadrice de Suisse au théâtre Kateb-Yacine    Arab Idol sur les traces de Arab Got Talent    On gagne à se perdre    Le coup de bill’art du Soir    6e Festival de musique symphonique à Alger    Salle Ibn Khaldoun    Blida : De nouveaux établissements de formation professionnelle    Restructuration du secteur public marchand : Installation d'un comité de pilotage    Marché mondial des produits agricoles : Sucre, café et cacao dégringolent de concert    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

L'artiste peintre Lamia Tamine à “Liberté"
“Je mets beaucoup d'intimité dans mes œuvres"
Publié dans Liberté le 22 - 01 - 2013

Ce n'est plus une artiste en herbe, ni d'ailleurs une artiste confirmée. Lamia Tamine se cherche encore avec certitude et détermination. En réalisant un tour autour des cimaises, on constate l'évolution de l'artiste et cela prouve que la confirmation n'est plus loin. Lors d'une sympathique rencontre avec elle, l'artiste Lamia Tamine a bien voulu nous entretenir et répondre à quelques questions.
Liberté : Le nom Tamine n'est ni étranger ni méconnu dans le monde de l'art et surtout de la peinture ?
Lamia Tamine : (rires) Oui, c'est vrai le défunt Tamine Abderahmen, dit Abdou est mon oncle et c'est peut-être une forme d'héritage que je reçois aujourd'hui et j'espère être à la hauteur du travail, des œuvres et du nom du regretté Abdou. En ce moment, je suis un peu à cheval entre mes études en architecture et le temps que je me force à dénicher pour retrouver mes couleurs et mon petit monde. Je dis bien retrouver. Car depuis mon enfance, j'ai toujours aimé cette intimité, ces moments de solitude à deux entre œuvres et artiste.
À quels moments vous viennent vos inspirations pour “semer" ou peindre ?
n Le monde de l'architecture est à mon avis pas loin de celui des artistes peintres (cercles, perspective, formes...). Et comme vous me le disiez au début, les Tamine ont une fibre artistique, en toute modestie (sourire). Mais, il y a un autre facteur et peut-être le plus important : il s'agit du décès de ma mère, je l'ai perdue quand j'étais toute petite. J'écoute la même musique quand je suis face à une surface blanche. J'écoute du Richard Clayderman, c'est la musique que j'écoutais avec ma mère. Cette écoute est à la fois envoûtante, douce et douloureuse. Mais, cela me permet de produire.
Souvenez-vous de vos premiers pas, les premiers coups de pinceau ?
n Oui, bien sûr. Fulla, Twiti et Mickey, je reprenais tout le temps ces personnages et je m'efforçais de respecter la fidélité en reproduisant l'original. Une personne était toujours disponible pour m'aider et me donner conseil. L'artiste peintre Mennoubi Chérif qui possède toujours son atelier à la maison de la culture de Batna était mon ange gardien et jusqu'à aujourd'hui, il n'est pas avare en conseils et orientation, il a une grande part dans la réalisation de mon exposition.
Les artistes peintres de la ville de Batna ont assisté à votre exposition, êtes-vous impérativement répertoriée dans une catégorie ?
Non pas impérativement, je préfère rester hors catalogue, même si c'est dur, voire impossible. Je suis encline au spirituel et au mystique, je mets beaucoup d'intimité dans mes œuvres et mes toiles. Je laisse libre cours à la lecture équivoque, pour preuve je ne titre pas mes tableaux.
Vous vous êtes fait une place dans le monde des artistes peintres, on dit que Batna en possède beaucoup ?
n Je veux bien avoir ma petite place au soleil. Mais, il faudrait que je la mérite, l'avenir nous le dira. Par contre, j'ai de nombreux contacts avec des artistes peintres aussi bien à Batna mais surtout à travers le monde, grâce à la blogosphère. J'ai pu rencontrer Hassan Chair, lors de son passage à l'Ecole des beaux-arts de Batna. J'ai aussi un contact permanent avec l'artiste peintre de renommée internationale qu'est le Syrien Zahi Aïssa. En ce moment, je prépare mes œuvres pour les envoyer en Arabie Saoudite où je prends part à un festival arabe de la peinture où seront présents plus de 103 artistes du monde arabe, hélas, je ne peux pas être présente. Car, mes études ne me le permettent pas, mais j'espère que mes toiles représenteront bien l'Algérie.
Je souhaite faire passer un message de paix à travers mes œuvres et remercier tous ceux qui m'ont aidée et encouragée.
R. H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.