Selon le président Bouteflika : Le Moudjahid Brahim Chibout, un modèle pour les générations    Djaballah veut fédérer la mouvance islamiste    Ali Benflis dénonce le recours à la LFC    «Les blocages idéologiques imputables au pouvoir»    Tebboune satisfait de l'avancement des travaux : La Grande Mosquée d'Alger sera réceptionnée "dans les délais impartis "    Transports : Le gouvernement reste déterminé à développer le secteur    Ouargla : Le nouveau marché de gros de fruits et légumes lancé en chantier    Secteur public : L'activité industrielle en baisse    Les colons terroristes, produit du système colonial d'apartheid    Les dirigeants arabes le savaient    USA John Kerry relance le dialogue stratégique avec : Le Caire    Tunisie : Caïd Essebsi dénonce les déclarations de Sarkozy envers l'Algérie    Coup de poker pour le joueur et coup de pub pour le CSC    Mondiaux 2015 de Vovinam Viet Vo Dao : 2e journée prolifique pour l'Algérie    Education nationale : Benghebrit songe à trouver des solutions pour sauver l'école algérienne    Benghebrit poursuit son programme    Relecture sociale du Rhinocéros de Ionesco    Le petit garçon qui a récupéré la médaille de Mourinho (Photo)    Hatem 9 ans , un jeune sétifien médaille d'or de foot en Allemagne    Les enseignements du rapport de la Banque mondiale    Amnesty interpelle Sellal    Plus de 200 000 citoyens concernés par la régularisation    Le MAE omanais "ne s'est pas déplacé" à Ghardaïa    L'Algérie termine 2e derrière le Vietnam    "L'Algérie doit s'ouvrir sur les marchés internationaux"    1ère réunion des groupes de travail sur la gouvernance à Alger    Les chiffres inquiétants de la Gendarmerie nationale    Actes isolés ou criminels ?    19 morts et 79 blessés durant les dernières 48H    11 militaires tués dans un accident d'avion    Snoop Dogg arrêté en Italie    Uns soixantaine d'oeuvres au menu    JSK : Rien de grave pour Ziti    Mesures au profit des bijoutiers de Beni Yenni et pour booster l'artisanat traditionnel (ministre)    La décision n'est pas définitive, selon Kerbadj    L'ancien ministre des Moudjahidine Brahim Chibout inhumé à Skikda    Barça : Pedro à Manchester après la Supercoupe ?    Union Africaine: tenue à Alger de la 1ère réunion des groupes de travail sur la gouvernance    Benghebrit réitère sa disposition à résoudre les problèmes soulevés par les syndicats    Service national: l'opération de régularisation a touché plus de 200 mille citoyens (MDN)    Algérie : 159 postes de formation en doctorat seront ouverts à l'université de Ouargla    La sculpture sur bois "vole la vedette" lors de la semaine culturelle d'Ouargla    Algérie - 2 nouveaux gisements de pétrole à Hassi Messaoud entrent en production    Journée meurtrière en Cisjordanie occupée    Une caravane cinématographique pour les hauts plateaux    Décès de l'ancien ministre des Moudjahidine, Brahim Chibout    Selon Lamamra : L'Algérie a contribué à la formation des cadres africains    Un rendez-vous qui peine à créer une dynamique littéraire autour du jeune public    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

L'artiste peintre Lamia Tamine à “Liberté"
“Je mets beaucoup d'intimité dans mes œuvres"
Publié dans Liberté le 22 - 01 - 2013

Ce n'est plus une artiste en herbe, ni d'ailleurs une artiste confirmée. Lamia Tamine se cherche encore avec certitude et détermination. En réalisant un tour autour des cimaises, on constate l'évolution de l'artiste et cela prouve que la confirmation n'est plus loin. Lors d'une sympathique rencontre avec elle, l'artiste Lamia Tamine a bien voulu nous entretenir et répondre à quelques questions.
Liberté : Le nom Tamine n'est ni étranger ni méconnu dans le monde de l'art et surtout de la peinture ?
Lamia Tamine : (rires) Oui, c'est vrai le défunt Tamine Abderahmen, dit Abdou est mon oncle et c'est peut-être une forme d'héritage que je reçois aujourd'hui et j'espère être à la hauteur du travail, des œuvres et du nom du regretté Abdou. En ce moment, je suis un peu à cheval entre mes études en architecture et le temps que je me force à dénicher pour retrouver mes couleurs et mon petit monde. Je dis bien retrouver. Car depuis mon enfance, j'ai toujours aimé cette intimité, ces moments de solitude à deux entre œuvres et artiste.
À quels moments vous viennent vos inspirations pour “semer" ou peindre ?
n Le monde de l'architecture est à mon avis pas loin de celui des artistes peintres (cercles, perspective, formes...). Et comme vous me le disiez au début, les Tamine ont une fibre artistique, en toute modestie (sourire). Mais, il y a un autre facteur et peut-être le plus important : il s'agit du décès de ma mère, je l'ai perdue quand j'étais toute petite. J'écoute la même musique quand je suis face à une surface blanche. J'écoute du Richard Clayderman, c'est la musique que j'écoutais avec ma mère. Cette écoute est à la fois envoûtante, douce et douloureuse. Mais, cela me permet de produire.
Souvenez-vous de vos premiers pas, les premiers coups de pinceau ?
n Oui, bien sûr. Fulla, Twiti et Mickey, je reprenais tout le temps ces personnages et je m'efforçais de respecter la fidélité en reproduisant l'original. Une personne était toujours disponible pour m'aider et me donner conseil. L'artiste peintre Mennoubi Chérif qui possède toujours son atelier à la maison de la culture de Batna était mon ange gardien et jusqu'à aujourd'hui, il n'est pas avare en conseils et orientation, il a une grande part dans la réalisation de mon exposition.
Les artistes peintres de la ville de Batna ont assisté à votre exposition, êtes-vous impérativement répertoriée dans une catégorie ?
Non pas impérativement, je préfère rester hors catalogue, même si c'est dur, voire impossible. Je suis encline au spirituel et au mystique, je mets beaucoup d'intimité dans mes œuvres et mes toiles. Je laisse libre cours à la lecture équivoque, pour preuve je ne titre pas mes tableaux.
Vous vous êtes fait une place dans le monde des artistes peintres, on dit que Batna en possède beaucoup ?
n Je veux bien avoir ma petite place au soleil. Mais, il faudrait que je la mérite, l'avenir nous le dira. Par contre, j'ai de nombreux contacts avec des artistes peintres aussi bien à Batna mais surtout à travers le monde, grâce à la blogosphère. J'ai pu rencontrer Hassan Chair, lors de son passage à l'Ecole des beaux-arts de Batna. J'ai aussi un contact permanent avec l'artiste peintre de renommée internationale qu'est le Syrien Zahi Aïssa. En ce moment, je prépare mes œuvres pour les envoyer en Arabie Saoudite où je prends part à un festival arabe de la peinture où seront présents plus de 103 artistes du monde arabe, hélas, je ne peux pas être présente. Car, mes études ne me le permettent pas, mais j'espère que mes toiles représenteront bien l'Algérie.
Je souhaite faire passer un message de paix à travers mes œuvres et remercier tous ceux qui m'ont aidée et encouragée.
R. H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.