MCA : Kerbadj confirme la tenue des derbies au 5-Juillet    Sellal en visite de travail à Tizi Ouzou    Séisme de magnitude 5.3 enregistré à Médéa    Pétrole: Réunion cruciale de l'OPEP le 2 juin    Pour le grand bien d'Israël    Hillary Clinton, Tony Blair, les faces sinistres de l'Occident    Constantine - Sortie d'une nouvelle promotion: Des officiers de police prêtent serment    Mohamed Zerrouati (Membre du conseil d'administration de la JS Saoura): «Travail et persévérance, gages de la réussite»    Hand ball - Division Excellence: Le GS Pétroliers fait un grand pas pour le titre    Sellal: De nouvelles taxes en 2017    CHLEF: Mise en place d'un dispositif sécuritaire pour le BAC    Quatre personnes mortes noyées dans une mare d'eau à Djelfa    Gdyel: Remise, aujourd'hui, des clés de 180 logements LPA    ZEMMOURA: Le correspondant de presse Berrached Mohamed n'est plus    Plus c'est pti...    Ghezzal «Le coach peut compter sur moi face aux Seychelles»    MCA :Ghrib : «Innocent, Chaouchi est victime d'un complot»    Nord du Mali : Cinq soldats maliens tués et quatre blessés dans l'explosion d'une mine    Nucléaire: l'utopie Obama!    L'ONU encourage le rapprochement    Maroc : Le tribunal européen a été très clair dans son jugement    Adhésion de la Turquie à l'UE: Parcours d'obstacles ou jeu de dupes?    Les premiers jalons juridiques de la Constitution    L'Arav victime de sa sagesse et de sa vieillesse    USA : Janet Yellen promet une hausse des taux "dans les prochains mois"    La ville la plus chaude de la planète    La grande question    Le HBCB et le REH accèdent en division excellence    Hanni: "Ce serait un immense plaisir"    Communes agricoles: l'éternel endettement    Mauritanie : La grève à la grande mine d'or de Tasiast se poursuit    Tunisie : Les compétences tunisiennes peuvent être recrutées par le Koweït    Saâdani baisse le ton à Maghnia    Fête du tapis à Tiaret : 37 artisans y participent    Des citoyens exigent le départ du maire et de son équipe    Ils incitaient des lycéennes à la débauche    60.000 AVC annuellement en Algérie    Quelle part d'incertitudes ?    Et Daesh est toujours là    Le 4 juin à Oran    Au menu du Festival du film africain de Galway    Le français indésirable dans les universités algériennes?    Le président Bouteflika félicite son homologue Mutalu Teshome    16e partie    67e partie    Remise des prix aux lauréats    Visite d’une délégation de l’institut Français des hautes études en sécurité    Théâtre : «Ana Djazairi» en tournée durant le mois sacré    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'artiste peintre Lamia Tamine à “Liberté"
“Je mets beaucoup d'intimité dans mes œuvres"
Publié dans Liberté le 22 - 01 - 2013

Ce n'est plus une artiste en herbe, ni d'ailleurs une artiste confirmée. Lamia Tamine se cherche encore avec certitude et détermination. En réalisant un tour autour des cimaises, on constate l'évolution de l'artiste et cela prouve que la confirmation n'est plus loin. Lors d'une sympathique rencontre avec elle, l'artiste Lamia Tamine a bien voulu nous entretenir et répondre à quelques questions.
Liberté : Le nom Tamine n'est ni étranger ni méconnu dans le monde de l'art et surtout de la peinture ?
Lamia Tamine : (rires) Oui, c'est vrai le défunt Tamine Abderahmen, dit Abdou est mon oncle et c'est peut-être une forme d'héritage que je reçois aujourd'hui et j'espère être à la hauteur du travail, des œuvres et du nom du regretté Abdou. En ce moment, je suis un peu à cheval entre mes études en architecture et le temps que je me force à dénicher pour retrouver mes couleurs et mon petit monde. Je dis bien retrouver. Car depuis mon enfance, j'ai toujours aimé cette intimité, ces moments de solitude à deux entre œuvres et artiste.
À quels moments vous viennent vos inspirations pour “semer" ou peindre ?
n Le monde de l'architecture est à mon avis pas loin de celui des artistes peintres (cercles, perspective, formes...). Et comme vous me le disiez au début, les Tamine ont une fibre artistique, en toute modestie (sourire). Mais, il y a un autre facteur et peut-être le plus important : il s'agit du décès de ma mère, je l'ai perdue quand j'étais toute petite. J'écoute la même musique quand je suis face à une surface blanche. J'écoute du Richard Clayderman, c'est la musique que j'écoutais avec ma mère. Cette écoute est à la fois envoûtante, douce et douloureuse. Mais, cela me permet de produire.
Souvenez-vous de vos premiers pas, les premiers coups de pinceau ?
n Oui, bien sûr. Fulla, Twiti et Mickey, je reprenais tout le temps ces personnages et je m'efforçais de respecter la fidélité en reproduisant l'original. Une personne était toujours disponible pour m'aider et me donner conseil. L'artiste peintre Mennoubi Chérif qui possède toujours son atelier à la maison de la culture de Batna était mon ange gardien et jusqu'à aujourd'hui, il n'est pas avare en conseils et orientation, il a une grande part dans la réalisation de mon exposition.
Les artistes peintres de la ville de Batna ont assisté à votre exposition, êtes-vous impérativement répertoriée dans une catégorie ?
Non pas impérativement, je préfère rester hors catalogue, même si c'est dur, voire impossible. Je suis encline au spirituel et au mystique, je mets beaucoup d'intimité dans mes œuvres et mes toiles. Je laisse libre cours à la lecture équivoque, pour preuve je ne titre pas mes tableaux.
Vous vous êtes fait une place dans le monde des artistes peintres, on dit que Batna en possède beaucoup ?
n Je veux bien avoir ma petite place au soleil. Mais, il faudrait que je la mérite, l'avenir nous le dira. Par contre, j'ai de nombreux contacts avec des artistes peintres aussi bien à Batna mais surtout à travers le monde, grâce à la blogosphère. J'ai pu rencontrer Hassan Chair, lors de son passage à l'Ecole des beaux-arts de Batna. J'ai aussi un contact permanent avec l'artiste peintre de renommée internationale qu'est le Syrien Zahi Aïssa. En ce moment, je prépare mes œuvres pour les envoyer en Arabie Saoudite où je prends part à un festival arabe de la peinture où seront présents plus de 103 artistes du monde arabe, hélas, je ne peux pas être présente. Car, mes études ne me le permettent pas, mais j'espère que mes toiles représenteront bien l'Algérie.
Je souhaite faire passer un message de paix à travers mes œuvres et remercier tous ceux qui m'ont aidée et encouragée.
R. H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.