Le général major Hamel s'enquiert à Berlin de l'expérience de la Police allemande    PSG : Transfert enfin bouclé pour Lavezzi ?    L'huissier de justice algérien est "au coeur du dispositif de l'Etat de droit"    Manchester United : Mourinho à Man U avec 380 millions d'euros pour recruter ?    Les examens de rattrapage se dérouleront fin juin prochain (Benghebrit)    Evocation : Paris rend hommage à Assia Djebar    Chorégraphie / «El-Hijra» : Mise en scène du calvaire des réfugiés    Un peu de tenue, mon général ! (opinion)    Maroc:Le forum "Ra'edat" appelle au renforcement du rôle de la femme dans les institutions politiques    FIFA : Revirement de situation pour le Soudan du Sud    Algérie:Nécessité de livrer le tronçon relatif au dédoublement de la RN 1 entre Chiffa et Berrouaghia en 2017 (ministre)    Conflit du Sahara occidental : Une solution urgente s'impose    «Référendum maintenant»    Formation d'un premier noyau d'archéologues spécialisés dans l'inventaire    La maire de Paris qualifie de "réussite" sa visite à Alger    Au moins 6 morts et une trentaine de blessés    Courrier & courriel    Fergani : "Améliorer les résultats de l'équipe"    Corée du Nord : exécution du chef d'état-major de l'armée    Une famille décimée par un raid aérien à Sanâa    Franchise : l'activité peine à décoller    Préparatifs intenses pour une mobilisation extrême    Rêver de djinn en islam    La ménopause littéraire !    Une ode à l'amour    Tunisie:La mise en échec du trafic d'armes à Nabeul a été planifiée préalablement (Douane)    Algérie:Une centaine d'exposants à la 4ème édition du salon du mariage d'Oran    Algérie Télécom lancera "incessamment" l'offre ADSL à 20 Megaoctets/s    CRISE MIGRATOIRE : L'EUROPE SE TOURNE VERS L'OTAN    TIARET: L'eau au menu du conseil de wilaya    Y-a-t-il une issue à la crise du capitalisme?    MAGHNIA: Démantèlement d'un réseau de trafic de psychotropes    11.000 logements attribués avant la fin 2016    Importés frauduleusement : Des médicaments de contrebande dans les pharmacies    Journaux et partis : la cacophonie ?!    Algérie-Palestine décalé à 17h    Ifticen ne viendra pas    Les trois Algériennes passent en 1/4 de finale    Gestion des déchets : pour un redéploiement intelligent    Une guéguerre sans fin ?    125 dossiers transmis à la justice    Merkel s'affole devant l'augmentation du flux de réfugiés syriens    Abdelouahab Nouri dimanche en Iran pour une visite de trois jours    L'éthique et la déontologie au programme    Le gouvernement approuve les dates    2.438 interventions en 45 heures    Une véritable tragédie nationale    Terrorisme de la route : L'élément humain est "en cause avec un taux de 98,77 %" à Blida    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'artiste peintre Lamia Tamine à “Liberté"
“Je mets beaucoup d'intimité dans mes œuvres"
Publié dans Liberté le 22 - 01 - 2013

Ce n'est plus une artiste en herbe, ni d'ailleurs une artiste confirmée. Lamia Tamine se cherche encore avec certitude et détermination. En réalisant un tour autour des cimaises, on constate l'évolution de l'artiste et cela prouve que la confirmation n'est plus loin. Lors d'une sympathique rencontre avec elle, l'artiste Lamia Tamine a bien voulu nous entretenir et répondre à quelques questions.
Liberté : Le nom Tamine n'est ni étranger ni méconnu dans le monde de l'art et surtout de la peinture ?
Lamia Tamine : (rires) Oui, c'est vrai le défunt Tamine Abderahmen, dit Abdou est mon oncle et c'est peut-être une forme d'héritage que je reçois aujourd'hui et j'espère être à la hauteur du travail, des œuvres et du nom du regretté Abdou. En ce moment, je suis un peu à cheval entre mes études en architecture et le temps que je me force à dénicher pour retrouver mes couleurs et mon petit monde. Je dis bien retrouver. Car depuis mon enfance, j'ai toujours aimé cette intimité, ces moments de solitude à deux entre œuvres et artiste.
À quels moments vous viennent vos inspirations pour “semer" ou peindre ?
n Le monde de l'architecture est à mon avis pas loin de celui des artistes peintres (cercles, perspective, formes...). Et comme vous me le disiez au début, les Tamine ont une fibre artistique, en toute modestie (sourire). Mais, il y a un autre facteur et peut-être le plus important : il s'agit du décès de ma mère, je l'ai perdue quand j'étais toute petite. J'écoute la même musique quand je suis face à une surface blanche. J'écoute du Richard Clayderman, c'est la musique que j'écoutais avec ma mère. Cette écoute est à la fois envoûtante, douce et douloureuse. Mais, cela me permet de produire.
Souvenez-vous de vos premiers pas, les premiers coups de pinceau ?
n Oui, bien sûr. Fulla, Twiti et Mickey, je reprenais tout le temps ces personnages et je m'efforçais de respecter la fidélité en reproduisant l'original. Une personne était toujours disponible pour m'aider et me donner conseil. L'artiste peintre Mennoubi Chérif qui possède toujours son atelier à la maison de la culture de Batna était mon ange gardien et jusqu'à aujourd'hui, il n'est pas avare en conseils et orientation, il a une grande part dans la réalisation de mon exposition.
Les artistes peintres de la ville de Batna ont assisté à votre exposition, êtes-vous impérativement répertoriée dans une catégorie ?
Non pas impérativement, je préfère rester hors catalogue, même si c'est dur, voire impossible. Je suis encline au spirituel et au mystique, je mets beaucoup d'intimité dans mes œuvres et mes toiles. Je laisse libre cours à la lecture équivoque, pour preuve je ne titre pas mes tableaux.
Vous vous êtes fait une place dans le monde des artistes peintres, on dit que Batna en possède beaucoup ?
n Je veux bien avoir ma petite place au soleil. Mais, il faudrait que je la mérite, l'avenir nous le dira. Par contre, j'ai de nombreux contacts avec des artistes peintres aussi bien à Batna mais surtout à travers le monde, grâce à la blogosphère. J'ai pu rencontrer Hassan Chair, lors de son passage à l'Ecole des beaux-arts de Batna. J'ai aussi un contact permanent avec l'artiste peintre de renommée internationale qu'est le Syrien Zahi Aïssa. En ce moment, je prépare mes œuvres pour les envoyer en Arabie Saoudite où je prends part à un festival arabe de la peinture où seront présents plus de 103 artistes du monde arabe, hélas, je ne peux pas être présente. Car, mes études ne me le permettent pas, mais j'espère que mes toiles représenteront bien l'Algérie.
Je souhaite faire passer un message de paix à travers mes œuvres et remercier tous ceux qui m'ont aidée et encouragée.
R. H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.