Tunisie - Le gouvernement Chahed assuré d'une majorité confortable au parlement    Le pétrole en hausse, soutenu par l'Iran et l'affaiblissement du dollar    Algérie: Reddition d'un terroriste dans la wilaya d'Adrar    Benghabrit: Pas de politique dans les écoles, notre principal ennemi est la "médiocrité"    Rentrée scolaire 2016-2017: plus de 8 millions d'élèves attendus    Gaïd Salah inspecte la corvette "EZZADJER" au Commandement des Forces navales (MDN)    L'Iran participera à la réunion de l'OPEP en Algérie en septembre prochain    Aziz Mouats: le FNTA est l'antichambre du théâtre semi professionnel et professionnel (TROIS QUESTIONS)    Cisjordanie : Israël démolit méthodiquement la solution à deux Etats    Ben Aknoun : Meberbèche «Paolo» n'est plus    39e congrès de la FIDH : La LADDH représentée par Me Noureddine Benissad    «La rentrée sociale se fera sous le signe des luttes unitaires»    Tunisie : Youssef Chahed face aux défis du chômage et la marginalisation    Les précisions du Parti des travailleurs    Un objectif culturel    Retour massif à Bouzeguène    M. Ould Ali affirme à Boumerdes la nécessité d'assurer aux jeunes les meilleures conditions dans les camps d'été    Les Bourses européennes ont ouvert aujourd'hui en baisse    "Notre parcours démontre que la réussite en Algérie est une réalité"    CPI : 9 à 11 ans requis à l'encontre du terroriste malien    Coupure d'électricité demain dans des communes d'Alger    Une vingtaine de projets réceptionnés à la rentrée    Un terroriste neutralisé, des armes et des munitions récupérées    L'ex-P-DG de la Cnan reste en prison    Mehiaoui, l'autre président du MCO    "Makhloufi est libre de dire ce qu'il veut"    Plus de casques dans les stades !    Le plan «Alerte rapt-disparition d'enfants» entre en vigueur    Sidi Bel Abbès: Plusieurs foyers de la clavelée déclarés    Paradou AC: Vers le dénouement de l'affaire Mansouri    Santé: Les producteurs de médicaments pénalisés par la dévaluation du dinar    Burkiniphobie, star de l'été français    Louisa Hanoune critique Bouteflika et la CLTD    Coopération Algérie-UE : L'article de Politico "ne reflète en rien" la position de l'UE à l'égard de l'Algérie    Jijel : Les plages de la corniche jijelienne attirent les estivants    Feux de forêts : Plus de 1.400 palmiers et 537 hectares détruits en une semaine    Influences mutuelles des insécurités dans les pays arabes    Ukraine : John Kerry rencontrera Sergueï Lavrov vendredi à Genève    Violence dans les stades : Le huis clos reprend de plus belle    Coupe de la Confédération : Qualification historique du MOB en demi-finales    Alger : "Ensemble pour un tourisme muséal"    La révolution ignorée    120 morts et de nombreux disparus    Berlin adopte un nouveau plan de défense civile    Jugurtha ou les aléas de l'Histoire    Tout pour l'argent    Une sélection "professionnelle et artistique" des pièces    Un terroriste se rend aux autorités sécuritaires à Adrar (MDN)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'artiste peintre Lamia Tamine à “Liberté"
“Je mets beaucoup d'intimité dans mes œuvres"
Publié dans Liberté le 22 - 01 - 2013

Ce n'est plus une artiste en herbe, ni d'ailleurs une artiste confirmée. Lamia Tamine se cherche encore avec certitude et détermination. En réalisant un tour autour des cimaises, on constate l'évolution de l'artiste et cela prouve que la confirmation n'est plus loin. Lors d'une sympathique rencontre avec elle, l'artiste Lamia Tamine a bien voulu nous entretenir et répondre à quelques questions.
Liberté : Le nom Tamine n'est ni étranger ni méconnu dans le monde de l'art et surtout de la peinture ?
Lamia Tamine : (rires) Oui, c'est vrai le défunt Tamine Abderahmen, dit Abdou est mon oncle et c'est peut-être une forme d'héritage que je reçois aujourd'hui et j'espère être à la hauteur du travail, des œuvres et du nom du regretté Abdou. En ce moment, je suis un peu à cheval entre mes études en architecture et le temps que je me force à dénicher pour retrouver mes couleurs et mon petit monde. Je dis bien retrouver. Car depuis mon enfance, j'ai toujours aimé cette intimité, ces moments de solitude à deux entre œuvres et artiste.
À quels moments vous viennent vos inspirations pour “semer" ou peindre ?
n Le monde de l'architecture est à mon avis pas loin de celui des artistes peintres (cercles, perspective, formes...). Et comme vous me le disiez au début, les Tamine ont une fibre artistique, en toute modestie (sourire). Mais, il y a un autre facteur et peut-être le plus important : il s'agit du décès de ma mère, je l'ai perdue quand j'étais toute petite. J'écoute la même musique quand je suis face à une surface blanche. J'écoute du Richard Clayderman, c'est la musique que j'écoutais avec ma mère. Cette écoute est à la fois envoûtante, douce et douloureuse. Mais, cela me permet de produire.
Souvenez-vous de vos premiers pas, les premiers coups de pinceau ?
n Oui, bien sûr. Fulla, Twiti et Mickey, je reprenais tout le temps ces personnages et je m'efforçais de respecter la fidélité en reproduisant l'original. Une personne était toujours disponible pour m'aider et me donner conseil. L'artiste peintre Mennoubi Chérif qui possède toujours son atelier à la maison de la culture de Batna était mon ange gardien et jusqu'à aujourd'hui, il n'est pas avare en conseils et orientation, il a une grande part dans la réalisation de mon exposition.
Les artistes peintres de la ville de Batna ont assisté à votre exposition, êtes-vous impérativement répertoriée dans une catégorie ?
Non pas impérativement, je préfère rester hors catalogue, même si c'est dur, voire impossible. Je suis encline au spirituel et au mystique, je mets beaucoup d'intimité dans mes œuvres et mes toiles. Je laisse libre cours à la lecture équivoque, pour preuve je ne titre pas mes tableaux.
Vous vous êtes fait une place dans le monde des artistes peintres, on dit que Batna en possède beaucoup ?
n Je veux bien avoir ma petite place au soleil. Mais, il faudrait que je la mérite, l'avenir nous le dira. Par contre, j'ai de nombreux contacts avec des artistes peintres aussi bien à Batna mais surtout à travers le monde, grâce à la blogosphère. J'ai pu rencontrer Hassan Chair, lors de son passage à l'Ecole des beaux-arts de Batna. J'ai aussi un contact permanent avec l'artiste peintre de renommée internationale qu'est le Syrien Zahi Aïssa. En ce moment, je prépare mes œuvres pour les envoyer en Arabie Saoudite où je prends part à un festival arabe de la peinture où seront présents plus de 103 artistes du monde arabe, hélas, je ne peux pas être présente. Car, mes études ne me le permettent pas, mais j'espère que mes toiles représenteront bien l'Algérie.
Je souhaite faire passer un message de paix à travers mes œuvres et remercier tous ceux qui m'ont aidée et encouragée.
R. H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.