Barça : Messi devient le meilleur buteur de l'histoire du Clasico    Arsenal - Wenger : "Sanchez est un animal"    Les prévisions du FMI et de la BM sur la croissance en Algérie "ne sont pas très réalistes"    Exportations: l'Algérie ne tire pas profit du système commercial américain des préférences    FORTE HAUSSE DES PRIX ALIMENTAIRES : La pomme de terre cédée à 80 da    Ould Abbès appelle les jeunes à consolider l'édifice institutionnel de l'Etat algérien    "L'Union En-Nahda-Adala-Bina a une vision claire pour la résolution de la crise du pays" (Djaballah)    Badminton/Championnat d'Afrique: l'Algérie vice-championne d'Afrique    ORAN : Les flammes ravagent 800 m2 de la forêt ‘'Rocher''    MINISTRE DE LA COMMUNICATION, HAMID GRINE : "Pas de dépassements" dans les médias audiovisuels''    PRESIDENTIELLE EN FRANCE : Pour qui ont voté les Français d'Algérie ?    VISITE DE TRAVAIL : Abdelmalek Sellal aujourd'hui à Batna    AIN TEMOUCHENT : Le conseil de wilaya prépare la saison estivale    MINISTERE DU COMMERCE : 4509 milliards de cts de transactions non facturées    SIMULATION DU MODELE DE L'ONU: Deux Algériens distingués à la conférence de Moscou    des écarts très serrés entre les favoris    Mohcine Belabbas plaide pour la régionalisation    "L'unité du pays et du peuple est une ligne rouge"    Les importations n'ont diminué que légèrement    Et ce sera même dur pour la 2e place    Brahimi : "Alcaraz est un entraîneur discipliné et exigeant"    "Les bons résultats sont obligatoires pour la FAF et le nouveau sélectionneur"    "Pas de réponse solide aux problèmes de l'économie nationale"    L'adhésion de l'Algérie à l'OMC est inévitable (Benyounès)    Présidentielle en France: premier tour sous haute sécurité, le vote démarre outre-mer    Plus de 43 000 victimes en 2016 en Algérie    L'austérité touche même les écoles primaires    Trois personnes inculpées pour agression à main armée    Caracas dénonce un coup d'Etat terroriste    "Je ne connais pas de passé révolutionnaire à Ould Abbes"    Bâtiment et travaux publics: Le poids de l'informel    Critiques marocaines sur le traitement des migrants en Algérie: Benhabiles dénonce «une exploitation politicienne»    En se hissant en tête de la DNA: L'US Beni Douala rêve de la Ligue 2    Grâce à sa précieuse victoire sur le CAB: La JSK se remet en selle    enquête sur l'attaque chimique de Khan Cheikhoun: L'énigmatique refus de Washington    Le porte-avions américain dans le Pacifique Ouest    Bedoui: Les chalets de Boumerdès éradiqués avant fin 2017    Rapatriement des dépouilles aux frais de l'Etat: Seules les familles nécessiteuses concernées    El-Bayadh: Le cheptel sous haute surveillance    Naâma: Réflexion autour du français en Algérie    Xavier Driencourt nommé officiellement    Air Algérie s'ouvre la ligne du Gabon    La Cgea a réussi le pari    carnaval fi dechra    Une stèle pour bannir l'oubli...    Lancement du programme "Ciné-office 2017"    La statue de Lounès Matoub fait polémique    Vers la création d'un centre d'interprétation culturelle    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'artiste peintre Lamia Tamine à “Liberté"
“Je mets beaucoup d'intimité dans mes œuvres"
Publié dans Liberté le 22 - 01 - 2013

Ce n'est plus une artiste en herbe, ni d'ailleurs une artiste confirmée. Lamia Tamine se cherche encore avec certitude et détermination. En réalisant un tour autour des cimaises, on constate l'évolution de l'artiste et cela prouve que la confirmation n'est plus loin. Lors d'une sympathique rencontre avec elle, l'artiste Lamia Tamine a bien voulu nous entretenir et répondre à quelques questions.
Liberté : Le nom Tamine n'est ni étranger ni méconnu dans le monde de l'art et surtout de la peinture ?
Lamia Tamine : (rires) Oui, c'est vrai le défunt Tamine Abderahmen, dit Abdou est mon oncle et c'est peut-être une forme d'héritage que je reçois aujourd'hui et j'espère être à la hauteur du travail, des œuvres et du nom du regretté Abdou. En ce moment, je suis un peu à cheval entre mes études en architecture et le temps que je me force à dénicher pour retrouver mes couleurs et mon petit monde. Je dis bien retrouver. Car depuis mon enfance, j'ai toujours aimé cette intimité, ces moments de solitude à deux entre œuvres et artiste.
À quels moments vous viennent vos inspirations pour “semer" ou peindre ?
n Le monde de l'architecture est à mon avis pas loin de celui des artistes peintres (cercles, perspective, formes...). Et comme vous me le disiez au début, les Tamine ont une fibre artistique, en toute modestie (sourire). Mais, il y a un autre facteur et peut-être le plus important : il s'agit du décès de ma mère, je l'ai perdue quand j'étais toute petite. J'écoute la même musique quand je suis face à une surface blanche. J'écoute du Richard Clayderman, c'est la musique que j'écoutais avec ma mère. Cette écoute est à la fois envoûtante, douce et douloureuse. Mais, cela me permet de produire.
Souvenez-vous de vos premiers pas, les premiers coups de pinceau ?
n Oui, bien sûr. Fulla, Twiti et Mickey, je reprenais tout le temps ces personnages et je m'efforçais de respecter la fidélité en reproduisant l'original. Une personne était toujours disponible pour m'aider et me donner conseil. L'artiste peintre Mennoubi Chérif qui possède toujours son atelier à la maison de la culture de Batna était mon ange gardien et jusqu'à aujourd'hui, il n'est pas avare en conseils et orientation, il a une grande part dans la réalisation de mon exposition.
Les artistes peintres de la ville de Batna ont assisté à votre exposition, êtes-vous impérativement répertoriée dans une catégorie ?
Non pas impérativement, je préfère rester hors catalogue, même si c'est dur, voire impossible. Je suis encline au spirituel et au mystique, je mets beaucoup d'intimité dans mes œuvres et mes toiles. Je laisse libre cours à la lecture équivoque, pour preuve je ne titre pas mes tableaux.
Vous vous êtes fait une place dans le monde des artistes peintres, on dit que Batna en possède beaucoup ?
n Je veux bien avoir ma petite place au soleil. Mais, il faudrait que je la mérite, l'avenir nous le dira. Par contre, j'ai de nombreux contacts avec des artistes peintres aussi bien à Batna mais surtout à travers le monde, grâce à la blogosphère. J'ai pu rencontrer Hassan Chair, lors de son passage à l'Ecole des beaux-arts de Batna. J'ai aussi un contact permanent avec l'artiste peintre de renommée internationale qu'est le Syrien Zahi Aïssa. En ce moment, je prépare mes œuvres pour les envoyer en Arabie Saoudite où je prends part à un festival arabe de la peinture où seront présents plus de 103 artistes du monde arabe, hélas, je ne peux pas être présente. Car, mes études ne me le permettent pas, mais j'espère que mes toiles représenteront bien l'Algérie.
Je souhaite faire passer un message de paix à travers mes œuvres et remercier tous ceux qui m'ont aidée et encouragée.
R. H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.