Super Division "A" – Finale : L'US Sétif s'incline devant le GS Pétroliers lors de la première manche    Journée internationale sur la médecine du sport    Portes ouvertes sur l'Ecole de spécialisation sur hélicoptères d'Ain Arnat    «Il faut aller vers les marchés extérieurs»    LFC 2015 Révision de l'IBS et de la TAP pour les investissements productifs    Bourses : Les places européennes en recul, inquiètes pour la Grèce et l'Espagne    Prix du pétrole : Le brut mitigé en Asie dans un marché peu animé    Lamamra affirme : Les relations de l'Algérie avec les pays du Golfe sont "bonnes"    Brésil : Sombre avenir pour les ouvriers de l'industrie automobile    Conflit en Libye : Des chefs tribaux réunis au Caire    À l'invitation du président de la République, Abdelaziz Bouteflika : Le Roi du Lesotho à Alger pour une visite d'Etat    Attentat terroriste à Béni Amrane en 2008 : Procès aujourd'hui des auteurs présumés    LFP : Appel d'offres pour la diffusion de la Ligue 2    Tizi-Ouzou : Grine appelle à remédier au manque de professionnalisme par la formation des journalistes    Au théâtre ce soir : musique !    La canicule fait plus de 500 morts    Qui sauvera le FLN ?    Belayat et consorts perdent une nouvelle bataille judiciaire    Benyounes lance une campagne de "nettoyage"    Le Chabab rêve d'une participation africaine    Le couffin du Ramadhan maintenu    Plus de 11.000 consultations et 700 interventions réalisées    Une biscuiterie sauvée des flammes par la Protection civile    Conférence internationale sur la dé-radicalisation    L'occasion de raffermir les liens de fraternité    Une enquête ouverte pour homicide    Agenda culturel    La manœuvre saluée à l'unanimité    Une biscuiterie sauvée des flammes par la protection civile    Vers la bataille de Ramadi    Plus de 200.000 personnes dans les rues de Bamako pour soutenir l'accord d'Alger    Benlamri (JSK) signera à l'ESS une fois libéré par la CRL    Le Plan national de lutte contre le cancer en bonne voie    Les députés adoptent le projet de loi relatif à la protection de l'enfance    JSK : Bensaïd : «Hannachi a beaucoup donné à la JSK mais s'il faut qu'il parte pour que celle-ci retrouve son lustre d'antan, il n'a qu'à le faire»    La couverture de la radio et de la télévision passera à 95% dans la wilaya    TLEMCEN : Saisie de plus de 7,7 qx de kif    Naples : Callejon n'exclut pas l'idée d'un départ    Algérie:Sonatrach aura son autonomie de gestion (Sellal)    La Palme d'or à Dheepan de Jacques Audiard!    Affaire Khalifa- Mohamed Laksaci : « Khalifa Bank était en cessation de paiement »    LE NUMÉRO 2 DE L’ORGANISATION PATRONALE L’A EXPOSÉ HIER    Tunisie:le Courant démocrate critique le rendement du gouvernement et appelle à des réformes globales    L’USM Alger dans le gouffre    La situation économique inquiÚte le gouvernement    Les marcheurs de Samia Chala projeté à la CinémathÚque    Lutte contre la commercialisation des stupéfiants : Un réseau démantelé à El Hassi    Succès du Festival de la culture algéro-turque    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

L'artiste peintre Lamia Tamine à “Liberté"
“Je mets beaucoup d'intimité dans mes œuvres"
Publié dans Liberté le 22 - 01 - 2013

Ce n'est plus une artiste en herbe, ni d'ailleurs une artiste confirmée. Lamia Tamine se cherche encore avec certitude et détermination. En réalisant un tour autour des cimaises, on constate l'évolution de l'artiste et cela prouve que la confirmation n'est plus loin. Lors d'une sympathique rencontre avec elle, l'artiste Lamia Tamine a bien voulu nous entretenir et répondre à quelques questions.
Liberté : Le nom Tamine n'est ni étranger ni méconnu dans le monde de l'art et surtout de la peinture ?
Lamia Tamine : (rires) Oui, c'est vrai le défunt Tamine Abderahmen, dit Abdou est mon oncle et c'est peut-être une forme d'héritage que je reçois aujourd'hui et j'espère être à la hauteur du travail, des œuvres et du nom du regretté Abdou. En ce moment, je suis un peu à cheval entre mes études en architecture et le temps que je me force à dénicher pour retrouver mes couleurs et mon petit monde. Je dis bien retrouver. Car depuis mon enfance, j'ai toujours aimé cette intimité, ces moments de solitude à deux entre œuvres et artiste.
À quels moments vous viennent vos inspirations pour “semer" ou peindre ?
n Le monde de l'architecture est à mon avis pas loin de celui des artistes peintres (cercles, perspective, formes...). Et comme vous me le disiez au début, les Tamine ont une fibre artistique, en toute modestie (sourire). Mais, il y a un autre facteur et peut-être le plus important : il s'agit du décès de ma mère, je l'ai perdue quand j'étais toute petite. J'écoute la même musique quand je suis face à une surface blanche. J'écoute du Richard Clayderman, c'est la musique que j'écoutais avec ma mère. Cette écoute est à la fois envoûtante, douce et douloureuse. Mais, cela me permet de produire.
Souvenez-vous de vos premiers pas, les premiers coups de pinceau ?
n Oui, bien sûr. Fulla, Twiti et Mickey, je reprenais tout le temps ces personnages et je m'efforçais de respecter la fidélité en reproduisant l'original. Une personne était toujours disponible pour m'aider et me donner conseil. L'artiste peintre Mennoubi Chérif qui possède toujours son atelier à la maison de la culture de Batna était mon ange gardien et jusqu'à aujourd'hui, il n'est pas avare en conseils et orientation, il a une grande part dans la réalisation de mon exposition.
Les artistes peintres de la ville de Batna ont assisté à votre exposition, êtes-vous impérativement répertoriée dans une catégorie ?
Non pas impérativement, je préfère rester hors catalogue, même si c'est dur, voire impossible. Je suis encline au spirituel et au mystique, je mets beaucoup d'intimité dans mes œuvres et mes toiles. Je laisse libre cours à la lecture équivoque, pour preuve je ne titre pas mes tableaux.
Vous vous êtes fait une place dans le monde des artistes peintres, on dit que Batna en possède beaucoup ?
n Je veux bien avoir ma petite place au soleil. Mais, il faudrait que je la mérite, l'avenir nous le dira. Par contre, j'ai de nombreux contacts avec des artistes peintres aussi bien à Batna mais surtout à travers le monde, grâce à la blogosphère. J'ai pu rencontrer Hassan Chair, lors de son passage à l'Ecole des beaux-arts de Batna. J'ai aussi un contact permanent avec l'artiste peintre de renommée internationale qu'est le Syrien Zahi Aïssa. En ce moment, je prépare mes œuvres pour les envoyer en Arabie Saoudite où je prends part à un festival arabe de la peinture où seront présents plus de 103 artistes du monde arabe, hélas, je ne peux pas être présente. Car, mes études ne me le permettent pas, mais j'espère que mes toiles représenteront bien l'Algérie.
Je souhaite faire passer un message de paix à travers mes œuvres et remercier tous ceux qui m'ont aidée et encouragée.
R. H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.