ABS-MCS et CAB-CRBAF à l'affiche    CHUTE DES RECETTES EN HYDROCARBURES ET L'ACCROISSEMENT DE LA DEPENSE PUBLIQUE : Quelles incidences sur le fonds de régulation des recettes et la fiscalité pétrolière ?    A L'OCCASION DE LA COMMEMORATION DU 58EME ANNIVERSAIRE DU CONGRES DE LA SOUMMAM : Le Président Bouteflika souligne que la stabilité de l'Algérie est tributaire de celle du voisinage    Une offre de 7,5 millions d'euros de Hull City pour Slimani    Rentrée scolaire : le cours inaugural consacré à la sensibilisation aux catastrophes naturelles    SIDA : 700 nouveaux malades chaque année et 22000 porteurs de virus en Algérie    Il a signé à Fujaïrah    Journée du Moudjahid : plusieurs activités commémoratives dans les wilayas du Centre    « Air Algérie est en mesure de passer avec succès tous les contrôles aériens internationaux » (Boultif)    AADL : le traitement des dossiers AADL 2 avance "de mieux en mieux" (ministre)    Le stade Ismaïl Makhlouf prêt pour le match contre le CSC    Président Bouteflika: l'offensive du 20 août 1955 a favorisé une solution politique entre les gouvernements français et marocain    « La stabilité et la sécurité de notre pays sont tributaires de la stabilité du voisinage » (Bouteflika)    Au Maroc, il faut une croissance de 6% pour résorber le chômage    Installation d'une commission interministérielle chargée de l'élaboration du permis de conduire biométrique    Au moins 18 morts et 120 blessés dans des raids israéliens à Ghaza (sources médicales)    Algérie:Salama Assurances compte proposer les produits d'assurance islamique dit "takaful"    Le président Bouteflika félicite le roi du Maroc à l'occasion de son anniversaire et celui de la Révolution du Roi et du Peuple    Ghaza: Six palestiniens tués dans une frappe aérienne israélienne    Egypte: quatre hommes enlevés et décapités dans le Sinaï    L'Etat islamique revendique la décapitation d'un journaliste américain    En l'absence de Ferhat, Seguer et Bouazza face à la JSK    Après dix jours d'émeutes à Ferguson    Cheikh Lahbib (SG de l'union des travailleurs sahraouis)    Premier League U-21/ (Southampton)    Sur décision du P/APC de Bir-Mourad-Raïs    Relizane    Trafic de devises    À cause de la propagation du virus Ebola    Coopération algéro-allemande    ambassade du brésil en algérie    Belaïd Abane, historien, à "LIBERTE"    ...CULTURE EN BREF...    «similitude» des «faux constats» et «stéréotypes»    Ebola : Gendarmerie et police appelées à la vigilance    CHETTIA: Colère chez les habitants du village socialiste agricole    Tunisie : nouvelles arrestations de terroristes    L'architecture typique de la région s'est effacée au profit d'une urba    Hausse des demandes déposées et baisse du taux de refus    L'incident survenu au tribunal de Khenchela continue de faire l'événement    Sofiane Dey expose à Alger    Place à l'assistance aux familles des victimes    Six pays au rendez-vous les 20 et 21 août    Rafael Nadal forfait    Saâdani renonce à attaquer Belayat    Pétition d'un millier d'auteurs allemands    Une tendance inquiétante    Témoignage de Rédha Malek    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

L'artiste peintre Lamia Tamine à “Liberté"
“Je mets beaucoup d'intimité dans mes œuvres"
Publié dans Liberté le 22 - 01 - 2013

Ce n'est plus une artiste en herbe, ni d'ailleurs une artiste confirmée. Lamia Tamine se cherche encore avec certitude et détermination. En réalisant un tour autour des cimaises, on constate l'évolution de l'artiste et cela prouve que la confirmation n'est plus loin. Lors d'une sympathique rencontre avec elle, l'artiste Lamia Tamine a bien voulu nous entretenir et répondre à quelques questions.
Liberté : Le nom Tamine n'est ni étranger ni méconnu dans le monde de l'art et surtout de la peinture ?
Lamia Tamine : (rires) Oui, c'est vrai le défunt Tamine Abderahmen, dit Abdou est mon oncle et c'est peut-être une forme d'héritage que je reçois aujourd'hui et j'espère être à la hauteur du travail, des œuvres et du nom du regretté Abdou. En ce moment, je suis un peu à cheval entre mes études en architecture et le temps que je me force à dénicher pour retrouver mes couleurs et mon petit monde. Je dis bien retrouver. Car depuis mon enfance, j'ai toujours aimé cette intimité, ces moments de solitude à deux entre œuvres et artiste.
À quels moments vous viennent vos inspirations pour “semer" ou peindre ?
n Le monde de l'architecture est à mon avis pas loin de celui des artistes peintres (cercles, perspective, formes...). Et comme vous me le disiez au début, les Tamine ont une fibre artistique, en toute modestie (sourire). Mais, il y a un autre facteur et peut-être le plus important : il s'agit du décès de ma mère, je l'ai perdue quand j'étais toute petite. J'écoute la même musique quand je suis face à une surface blanche. J'écoute du Richard Clayderman, c'est la musique que j'écoutais avec ma mère. Cette écoute est à la fois envoûtante, douce et douloureuse. Mais, cela me permet de produire.
Souvenez-vous de vos premiers pas, les premiers coups de pinceau ?
n Oui, bien sûr. Fulla, Twiti et Mickey, je reprenais tout le temps ces personnages et je m'efforçais de respecter la fidélité en reproduisant l'original. Une personne était toujours disponible pour m'aider et me donner conseil. L'artiste peintre Mennoubi Chérif qui possède toujours son atelier à la maison de la culture de Batna était mon ange gardien et jusqu'à aujourd'hui, il n'est pas avare en conseils et orientation, il a une grande part dans la réalisation de mon exposition.
Les artistes peintres de la ville de Batna ont assisté à votre exposition, êtes-vous impérativement répertoriée dans une catégorie ?
Non pas impérativement, je préfère rester hors catalogue, même si c'est dur, voire impossible. Je suis encline au spirituel et au mystique, je mets beaucoup d'intimité dans mes œuvres et mes toiles. Je laisse libre cours à la lecture équivoque, pour preuve je ne titre pas mes tableaux.
Vous vous êtes fait une place dans le monde des artistes peintres, on dit que Batna en possède beaucoup ?
n Je veux bien avoir ma petite place au soleil. Mais, il faudrait que je la mérite, l'avenir nous le dira. Par contre, j'ai de nombreux contacts avec des artistes peintres aussi bien à Batna mais surtout à travers le monde, grâce à la blogosphère. J'ai pu rencontrer Hassan Chair, lors de son passage à l'Ecole des beaux-arts de Batna. J'ai aussi un contact permanent avec l'artiste peintre de renommée internationale qu'est le Syrien Zahi Aïssa. En ce moment, je prépare mes œuvres pour les envoyer en Arabie Saoudite où je prends part à un festival arabe de la peinture où seront présents plus de 103 artistes du monde arabe, hélas, je ne peux pas être présente. Car, mes études ne me le permettent pas, mais j'espère que mes toiles représenteront bien l'Algérie.
Je souhaite faire passer un message de paix à travers mes œuvres et remercier tous ceux qui m'ont aidée et encouragée.
R. H.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.