La science pour traquer le crime    La classe politique transmet les virus    Plan d'action du gouvernement : Un modèle à promouvoir les acquis sociaux    La BEA maintient le cap    Annaba prépare la saison estivale    Remise du Prix du concours "Ma vie étudiante"    Une économie libérée de l'hégémonie des hydrocarbures    Pendant le mois de Ramadhan : Saisie de plus de 19 tonnes de marchandises    Conseil exécutif de l'Union africaine : Messahel à la tête de la délégation algérienne    Doha rejette les accusations de Riyadh    Afrique: une base militaire étrangère    3 militaires tués par balles dans le Sud-Est    Mouassa : «Le MCA a été toujours victime de l'arbitrage, mais cette fois-ci c'est un peu trop»    Pas de stage de l'ES Sétif à Sidi Moussa    Les Rouge et Noir en conquérants à Sfax    Le Doyen veut sceller sa place en quarts    Taux de réussite au BEM : Plusieurs facteurs responsables de la faiblesse des résultats    Dans plusieurs régions du pays : Des dizaines d'hectares ravagés par les feux    4 marins portés disparus à Mostaganem    Skikda submergée par les touristes    Tizi ouzou a soif    Durant les quatre moments décisifs de l'histoire de l'Algérie contemporaine : Mohamed Boudiaf a eu à accomplir quatre grandes missions    Prochaine création d'un Centre de ressources à Oran    Websérie "Wesh derna?"    Calligraphies berbères    Le MJS impute «toute la responsabilité» au président de la Fédération    Terrorisme et vigilance    Les proches et les amis du défunt s'expriment    Le koctail de Jeudi    La «plateforme-piège» des alliés !    10 vols programmés à partir de l'aéroport d'Ouargla    Une femme arrêté a Tizi-Ouzou    Les missions du comité national    Spectacle "Rêve d'une ballerine" à l'Opéra d'Alger    Lancement d'un laboratoire de recherche typographique    Le conseil de Ronaldo pour Verratti    Bordeaux : Ounas à Naples, Gourvennec justifie son départ    CONSEIL DE LA NATION : Tebboune annonce un nouveau découpage administratif    Algérie- Le bac des "retardataires": Benghabrit stoïque, les syndicats plus indignés qu'approbateurs    Chypre : 40 ans de division : De délicates négociations    Coupe d'Algérie : Le trophée à Sétif le 1er juillet et au Caroubier le 2 juillet    Bousaâda : L'empreinte indélébile et omniprésente d'Etienne Dinet    Communiqué de la famille Sadi    La question de tamazight n'est toujours pas réglée    Pourquoi ne parlez-vous pas ?    Réfugiés subsahariens : L'Algérie n'utilise pas les migrants à des fins politiques    Le scepticisme de l'opposition    Le musée national Ahmed-Zabana s'invite à Ouargla en septembre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Premier ministre jette les jalons de la nouvelle réforme du secteur
Sauver l'école quel qu'en soit le prix
Publié dans Liberté le 01 - 09 - 2013

C'est une véritable réforme de l'école qu'a tracée le Premier ministre lors de son discours, hier, devant les cadres du secteur. Une ouverture sur le monde est préconisée pour former les générations futures surtout que les défis de la mondialisation imposent à l'Algérie une nouvelle vision.
"Même si le pays venait à revivre une crise économique, l'Etat n'abandonnera jamais les secteur de l'éducation, de la formation et de la santé." Les propos sont du Premier ministre, Abdelmalek Sellal, qui avait tenu à assister, hier, avec la famille de l'éducation, à la conférence nationale dédiée à la rentrée scolaire, prévue le 8 septembre prochain.
Abdelmalek Sellal, qui s'est refusé d'intervenir sur les questions pédagogiques, a tenu à lancer plusieurs messages à l'adresse de la famille de l'éducation à partir du lycée des mathématiques, qui a beaucoup plus fait parler de lui, en termes de problèmes de prise en charge des élèves, qu'en termes de performances.
Tout en rappelant les gros efforts consentis par l'Etat pour la réalisation de structures éducatives, mais aussi en direction des employés du secteur, le Premier ministre a réitéré la volonté de l'Etat à améliorer ce secteur "quel qu'en soit le prix". Il indiquera que la rentrée scolaire constitue un événement majeur pour la société. Pour lui, l'école est le miroir d'un pays, de son développement. Il rappellera que l'objectif suprême, au lendemain de l'Indépendance, était la lutte contre l'analphabétisme, tout en se réjouissant qu'à présent 98% des enfants soient scolarisés.
Le Premier ministre insistera sur l'investissement ininterrompu de l'Etat dans l'éducation et la formation. "C'est le plus important investissement et il n'y aura pas de renoncement là-dessus et nous allons continuer à investir dans l'école et la formation."
Ce sont les vrais bâtisseurs de la société algérienne
Le secteur de l'éducation emploie, à lui seul, quelque 470 000 fonctionnaires, "toute une armée !" s'exclamera M. Sellal, avant de saluer cette famille. "Ce sont les vrais bâtisseurs de la société algérienne." Le Premier ministre refuse de parler de médiocrité de l'école algérienne et en veut pour preuve tous ces bacheliers partis à l'étranger et qui ont réussi partout où ils se trouvent. "D'où sont-ils sortis ?" s'interroge-t-il, avant de lancer : "Cessons d'être pessimistes. Nous avons, certes, des lacunes. Des réformes s'imposent, mais il est inadmissible de tout remettre en cause."
À l'adresse des syndicalistes, qui maintiennent la menace de grève, il dira qu'il comprend leurs revendications, tout en les invitant à dialoguer sur la base des droits, mais aussi des devoirs. M. Sellal insistera sur le fait que le secteur devrait donner l'exemple aux autres secteurs en matière de gestion des conflits sociaux à travers le dialogue.
Ce qui est attendu de l'école algérienne, selon le Premier ministre, c'est d'éduquer et pas seulement d'enseigner, tout en critiquant le fait que l'on se cache éternellement derrière la démission de la famille. Pour lui, l'importance devrait être accordée au cycle primaire. Dans les pays civilisés, dira-t-il, les meilleurs enseignants se trouvent dans le cycle primaire. Et d'inviter le secteur à s'ouvrir sur les opérations de jumelage, d'autant plus que beaucoup de pays ont exprimé leur disponibilité à coopérer dans ce domaine. Il invitera les responsables du secteur à organiser une conférence, nationale ou internationale, autour de la réforme du cycle primaire.
L'école a été déviée de sa mission durant la décennie noire
Mais il insistera sur le rôle éducatif de l'école : "Durant la décennie noire, l'école nous a noirci les choses. Elle a été politisée et a dévié de sa mission", avant de se féliciter du fait que l'école commence à rectifier le tir et à reprendre sa mission initiale.
Il interpellera les acteurs du secteur afin de se mobiliser pour bâtir la génération de demain en inculquant aux enfants des notions essentielles, à savoir : "La culture de la violence et du pessimisme ne mène à rien. Il faut renforcer la culture de l'optimisme. Il faut renforcer la culture de l'ouverture, notamment en ce qui concerne les langues étrangères." Et de préciser : "Nous devons être ouverts, complètement ouverts sur le monde."
À ce titre, il attirera l'attention sur le fait que la langue chinoise, par exemple, ne soit pas programmée dans le programme d'enseignement, contrairement à d'autres langues étrangères dont l'utilité n'est pas prouvée. "C'est l'économie mondiale qui le commande", fera-t-il remarquer, histoire de secouer le cocotier de l'éducation, resté enfermé sur lui-même et sur des schémas éculés, révolus. Pour M. Sellal, "nous ne devons plus rester prisonniers du Moyen-Âge".
La filière des mathématiques représente 8% du secteur, c'est inadmissible !
Il poursuivra ses critiques, en notant que la filière des mathématiques ne représente que 8% de l'ensemble du secteur. Ce qui est inadmissible, selon lui. "Ce n'est pas avec la poésie qu'on mettra en place une politique de défense nationale", s'exclamera-t-il, avant d'ajouter qu'"un Etat qui ne base pas sa formation sur les sciences et les mathématiques n'a aucun avenir". Il citera l'exemple du gaz de schiste que l'Algérie compte exploiter. "Il nous faut nos propres cadres." Non content de la prédominance des matières littéraires, le Premier ministre insistera sur le développement et l'augmentation de la part des filières scientifiques et mathématiques.
Parmi les motifs de satisfaction, il citera les décisions prises, en ce qui concerne l'allègement de l'emploi du temps, notamment celui du cycle moyen, mais aussi l'allègement des cartables dans le primaire.
Il indiquera que des instructions fermes ont été données aux services de sécurité afin de protéger les établissements scolaires, mais aussi pour lutter contre les maux sociaux, notamment l'usage de la drogue dans les milieux scolaires.
M. Sellal n'omettra pas d'évoquer le scandale du bac 2013. "Pas question de revivre la mascarade du bac. Le bac est une référence, un seuil de formation qui doit être respecté. Il est inacceptable de faire du trabendo avec le bac. On peut tricher sur tout, sauf en matière de formation et d'éducation", dira-t-il, avant de reconnaître qu'"on a inculqué à ces jeunes la culture de la triche. Ce problème est fondamentalement idéologique. On a l'informel partout, mais on ne peut pas inclure l'informel dans l'éducation".
A. B
Nom
Adresse email


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.