L'Algérie proposera un protocole additionnel, indique Messahel    Lutte contre le financement du terrorisme : L'Algérie proposera un protocole additionnel à la convention de l'ONU    Les USA saluent le "leadership" de l'Algerie    L'Algérie présidera la 9e Conférence    38 arrestations lors d'une manifestation    Equipe Nationale : Soudani ne serait pas du voyage au Qatar avec les Verts    Les locaux peaufinent leur stage à Sidi-Moussa    La famille d'un terroriste retrouvée dans une casemate    Quels principes fondent l'équilibre au sein de la majorité ?    Alors que le marché des télécommunications est en pleine mutation : ARPTva lancer une étude sur la concurrence nationale    Afin de pallier le grand déficit de main-d'œuvre agricole : Création d'une école des métiers de l'agriculture    Complexe sidérurgique de Bellara : Lancement d'une enquête d'utilité publique    Les retards de certains projets n'affecteront pas la grande manifestation de Constantine    A la recherche de soi...    Il y a 58 ans fut assassiné Larbi Ben M'hidi : Un symbole de l'humilité et de la valeur des hommes ayant déstabilisé le colonisateur    Benghebrit évoque la création d'un "organe de médiation"    La femme divise l'APN    L'OICS accable le royaume de Sa Majesté    Nourredine Bedoui : Jonction de la formation professionnelle et la pratique dans le monde du travail    Grève de l'Education : Pas de retard majeur dans le programme pédagogique    Plusieurs projets de partenariat en cours d'étude    Vers la restauration du ksar d'El-Menea    Une vitrine pour le secteur des hydrocarbures en Algérie    Tout est fin prêt pour la réussite de la 5e édition    En matière d'environnement, les projets avancent à reculons    CET,décharges contrôlées et ordures ménagères:le problème est ailleurs    L'arrière-pays béjaoui amoché par les dépotoirs de déchets domestique    Les manuscrits algériens ont leur place aux plans national et international    Commémoration du 58e anniversaire de la mort du héros de la révolution algérienne Larbi Ben M'hidi    Reprise sous tension    Championnat d'Afrique d'escrime (3e journée)    Blocage politique et incertitudes économiques : Le système Bouteflika en panne    Horoya Conakry-ASO : Le match aller à Bamako    Le chiffre d'affaires de Total Gabon en baisse de 15% en 2014    Libye: les factions libyennes acceptent de reprendre les pourparlers de paix    L'OLP déposera une plainte contre Israël à la CPI le 1er avril    12 pièces au programme    L'Algérie appelle à lancer les négociations    "Le climat des affaires est encourageant"    Investissement étranger    COMMUNICATION    Abdelkader Bensalah s'en prend à l'opposition :    EN U23    JSM Bejaà ̄a    Les mises au point de Bensalah et d'Ould Khelifa    La contestation pacifique continue    Un terroriste abattu par les forces de l'ANP    Lyès Salem présente ses films aux Etats-Unis d'Amérique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Enfants de moudjahidine : avantages et “sacrifices”
Publié dans Liberté le 08 - 04 - 2008

Avant-hier, El Khabar avait rendu publique l'instruction interministérielle réglementant l'application des articles 39, 40 et 42 de la loi du chahid et du moudjahid, qui traite aussi de leurs ayants droit.
En fait, le texte d'application n'inspirait pas plus de commentaire que d'habitude. Difficile d'ailleurs de démêler la part de légitimité, de l'opération clientéliste et de la culture de prébende dans ce genre de mesures. Et puis cela aurait manqué d'à-propos que de commenter une directive traduisant une loi en vigueur depuis neuf ans. À moins que ce ne soit la publication médiatique de l'instruction qui est en retard.
Et puis la fusion du système de dédommagement et de reconnaissance de la nation envers les veuves de chouhada et leurs ayants droit, les moudjahidine et leur descendance, dans une même loi rendait difficile de faire la part des choses entre ce qui se justifie, moralement et socialement, et ce qui relève de l'allocation politique des ressources. Il n'est d'ailleurs pas impossible que la concomitance fût sciemment prévue pour empêcher une claire lecture des différentes mesures décidées à l'avantage de ce qu'il est convenu d'appeler “la famille révolutionnaire”.
Mais quand hier, à l'ouverture du congrès de l'Organisation nationale des enfants des moudjahidine (Onem), son secrétaire général a appelé “à l'unité entre les enfants de moudjahidine, afin de donner l'exemple de sacrifices (au pluriel) et d'amour pour le pays”, il nous a renvoyés à cet ordre d'application de la loi 99-07. Bien sûr, on pourrait s'étonner que le pays en soit encore à spéculer sur la manière de payer la dette de son émancipation à ses libérateurs. N'a-t-il pas eu tout le temps d'organiser sa reconnaissance en près d'un demi-siècle de souveraineté ? Même si l'on peut se poser la question sur l'insuffisance des pensions, licences, agréments et priorités octroyés et sans cesse renouvelés à ces catégories de citoyens, il n'est pas question ici d'épiloguer sur les histoires de retraite avancée de sept ans ou d'échelons supplémentaires pour les fonctionnaires d'entre eux prévus par l'instruction en question… En la matière, il y a mieux : les “nommés par décret” qui peuvent prétendre à la retraite à 100% indexée après dix ans d'activité sous le statut du décret ! La famille révolutionnaire n'est pas plus choyée que la famille des cadres “nommés” !
Le plus frappant parmi ces mesures, c'est la dispense de concours et d'examens de promotions dans la Fonction publique. Cet avantage ne vaut plus tellement pour les fils de chahid, logiquement parvenus en fin de carrière, pour ceux qui ne sont pas encore à la retraite, mais vaut surtout pour les fils de moudjahidine. Et pour longtemps puisqu'il en naît certainement encore. Le législateur a peut-être trouvé quelque rationalité à cette étrange dérogation, mais elle reste anachronique dans ce qu'elle signifie : la possibilité, pour un ayant droit, d'occuper une fonction sans avoir à prouver une meilleure qualification que ses concurrents.
À ce propos, et si l'Onem, profitant de son congrès, se prenait au mot et fera un sacrifice identifiable ? Celui de renoncer à cette prime à l'incompétence qu'on veut offrir à ses membres. Juste pour mériter, en plus de leurs privilèges sociaux, leurs positions professionnelles.
M. H.
musthammouche@yahoo.fr


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.