Le déficit du Trésor devrait reculer à 55 milliards DA en 2019    Investissements marocains en Afrique. Des organismes internationaux en parlent.    Italie: Lombardie et Vénétie votent pour plus d'autonomie    Algérie-Le cadre réglementaire de la presse électronique relève des prérogatives de la ARPE (ministre)    Aïn Témouchent/Elle sera une zone industrielle : Tamazougha, l'espoir de la wilaya    Presse écrite / Djamel Kaouane : «L'avenir est aux médias électroniques»    Accord Opep/non Opep - réduction de production de pétrole : Un taux au-delà des engagements !    Ligue 1 Mobilis - 8e journée : Le Doyen s'offre le clasico et amorce son déclic    Battue hier soir à Casablanca : L'USMA attendra pour accrocher une «Etoile»    Le programme : USMA - USMH ce mardi    Dellys / Environnement : L'enfant et la mer    Real : Zidane bientôt désigné meilleur entraineur au monde ?    Ce qui attend l'actuel wali...    «Nous avons été victime d'une cabale»    Le Salon des énergies renouvelables s'ouvrira demain    Du statut de «nation» au bras de fer    Equipe nationale : La fin de l'ère M'bolhi ?    EN jeunes : Charef entame les contacts    Deuxième victoire de Hamza Yacine    Cinq harraga interceptés à El Ançor    Des quartiers ne sont pas raccordés au réseau d'AEP    Un centre commercial ravagé par le feu    Une procédure de justice du Front Polisario contre Transavia pour son vol Paris-Dakhla    Tizi Ouzou : 1er Salon de la bande dessinée    Mohamed Ghafir présente son livre et rend hommage à Fatima Bedar    On vous le dit    Tunisie: Slim Riahi auditionné pour une affaire de chèques sans provision    Mali : l'ONU veut l'application urgente de l'accord de paix    Equilibre alimentaire dans les cantines scolaires des zones défavorisées: Une dizaine d'écoles ciblées par une campagne de sensibilisation    Pour mettre un terme au stationnement anarchique dans les grandes communes: Le dossier des parkings à étages relancé    Tlemcen: Elections locales: 357 listes validées, 14 autres rejetées    Europe: «Ce grand corps malade»    Ouyahia, une cible ?    Après les déclarations de Messahel: Crise diplomatique entre Alger et Rabat    Les partis mobilisent leurs "bataillons"    Veto et atrocités!    Hanoune se "déchaîne"    Un acquis de taille pour le CHU de Annaba    Les Verts viseront le podium au Caire    Une enseigne qui s'impose    L'innovation récompensée    Le RND affûte ses armes    "La loi sur la publicité n'est pas sur la table du gouvernement"    Cérémonie de remise des prix    13.000 livres distribués    Un espace de réflexion et une force de proposition    "Une occasion pour une représentation juste de la femme"    Idir de retour à Alger après 38 ans d'absence    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Enfants de moudjahidine : avantages et “sacrifices”
Publié dans Liberté le 08 - 04 - 2008

Avant-hier, El Khabar avait rendu publique l'instruction interministérielle réglementant l'application des articles 39, 40 et 42 de la loi du chahid et du moudjahid, qui traite aussi de leurs ayants droit.
En fait, le texte d'application n'inspirait pas plus de commentaire que d'habitude. Difficile d'ailleurs de démêler la part de légitimité, de l'opération clientéliste et de la culture de prébende dans ce genre de mesures. Et puis cela aurait manqué d'à-propos que de commenter une directive traduisant une loi en vigueur depuis neuf ans. À moins que ce ne soit la publication médiatique de l'instruction qui est en retard.
Et puis la fusion du système de dédommagement et de reconnaissance de la nation envers les veuves de chouhada et leurs ayants droit, les moudjahidine et leur descendance, dans une même loi rendait difficile de faire la part des choses entre ce qui se justifie, moralement et socialement, et ce qui relève de l'allocation politique des ressources. Il n'est d'ailleurs pas impossible que la concomitance fût sciemment prévue pour empêcher une claire lecture des différentes mesures décidées à l'avantage de ce qu'il est convenu d'appeler “la famille révolutionnaire”.
Mais quand hier, à l'ouverture du congrès de l'Organisation nationale des enfants des moudjahidine (Onem), son secrétaire général a appelé “à l'unité entre les enfants de moudjahidine, afin de donner l'exemple de sacrifices (au pluriel) et d'amour pour le pays”, il nous a renvoyés à cet ordre d'application de la loi 99-07. Bien sûr, on pourrait s'étonner que le pays en soit encore à spéculer sur la manière de payer la dette de son émancipation à ses libérateurs. N'a-t-il pas eu tout le temps d'organiser sa reconnaissance en près d'un demi-siècle de souveraineté ? Même si l'on peut se poser la question sur l'insuffisance des pensions, licences, agréments et priorités octroyés et sans cesse renouvelés à ces catégories de citoyens, il n'est pas question ici d'épiloguer sur les histoires de retraite avancée de sept ans ou d'échelons supplémentaires pour les fonctionnaires d'entre eux prévus par l'instruction en question… En la matière, il y a mieux : les “nommés par décret” qui peuvent prétendre à la retraite à 100% indexée après dix ans d'activité sous le statut du décret ! La famille révolutionnaire n'est pas plus choyée que la famille des cadres “nommés” !
Le plus frappant parmi ces mesures, c'est la dispense de concours et d'examens de promotions dans la Fonction publique. Cet avantage ne vaut plus tellement pour les fils de chahid, logiquement parvenus en fin de carrière, pour ceux qui ne sont pas encore à la retraite, mais vaut surtout pour les fils de moudjahidine. Et pour longtemps puisqu'il en naît certainement encore. Le législateur a peut-être trouvé quelque rationalité à cette étrange dérogation, mais elle reste anachronique dans ce qu'elle signifie : la possibilité, pour un ayant droit, d'occuper une fonction sans avoir à prouver une meilleure qualification que ses concurrents.
À ce propos, et si l'Onem, profitant de son congrès, se prenait au mot et fera un sacrifice identifiable ? Celui de renoncer à cette prime à l'incompétence qu'on veut offrir à ses membres. Juste pour mériter, en plus de leurs privilèges sociaux, leurs positions professionnelles.
M. H.
[email protected]


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.