« Un pas historique » pour le parachèvement des réformes    La cimenterie d'Aïn El-Kebira entre en Bourse    Oran : Découverte du corps d'un quinquagénaire dans une ferme    «La coopération tire sa force de l'histoire»    5es journées du film jordanien en Algérie : Le réseau des cinémathèques se réactive    Il est invité par l'IMA : Le groupe Dzaïr en concert à Paris    Patrimoine musical classique de Constantine : Près de 130 CD édités    Algérie:Plus de 64 milliards DA de transactions commerciales sans factures en 2015    Algérie- La dette extérieure de retour dans le débat public    Nette avancée à Doha    Barça : Deux personnes peuvent pousser Busquets vers la porte de sortie    Le Brent à plus de 33 dollars à Londres    Algérie:Sellal appelle les hommes d'affaires algériens établis aux Emirats arabes unis à investir dans leur pays    Zika: Sanofi lancera un essai clinique dans un an    Une cache d'arme découverte à Bordj Badji Mokhtar    Algérie:Tunisie:La coopération entre nos deux pays puise sa force de la profondeur des liens historiques (ministre)    Une cérémonie de deuil sera organisée en 2017 à l'occasion du 60e anniversaire de l'assassinat d'Abane Ramdane (audio)    Coupe du Roi : Face à Valence, le Barça va ménager ses troupes    West Ham : Payet veut revaloriser son salaire    en bref...    Oran / Tramway : Pour un meilleur service    A l'étranger / Real Madrid : Benzema est le plus efficace d'Europe    Journées cinématographiques d'Alger : Baisser de rideau    Egypte : le dérapage d'un ministre    Les Usa aideront à l'électrification de l'Afrique    Primaires américaines: Trump et Sanders favoris    30 infractions et 88 plaintes recensées    Trois personnes périssent par intoxication au monoxyde de carbone    Un comité pour suppléer les failles institutionnelles    Remise des pré-affectations    "Le conflit du Sahara occidental n'a que trop duré !"    Slimani : "Je ne sais pas encore si je serai présent à Rio ou non"    Ifticen, nouvel entraîneur    Geiger : "Le match qu'il ne faudra pas perdre !"    Obama et le président italien Mattarella discutent de la Libye et de l'Etat islamique    L'Algérie pourrait approvisionner le Danemark en gaz naturel    Echo sportif des deux rives    GUERRE EN LIBYE : UNE SIMPLE QUESTION DE TEMPS    Du verbiage sur la Constitution sans la réalité objective de l'Algérie    Oran : Plus de 5 quintaux de kif saisis    Baisse sensible des accidents de la route    OPGI: Payement des cautionnements à partir de demain    «Kamar ou le temps abrégé», une œuvre pour la postérité : Quand Bouziane Benachour raconte le drame d'un GLD    Tayeb Louh : «Le code de procédure pénale doit être adopté»    A la barre les mains dans les poches    Les trois "Mousquetaire" de l'APN    Les lendemains de la Constitution    Bientôt un site électronique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Enfants de moudjahidine : avantages et “sacrifices”
Publié dans Liberté le 08 - 04 - 2008

Avant-hier, El Khabar avait rendu publique l'instruction interministérielle réglementant l'application des articles 39, 40 et 42 de la loi du chahid et du moudjahid, qui traite aussi de leurs ayants droit.
En fait, le texte d'application n'inspirait pas plus de commentaire que d'habitude. Difficile d'ailleurs de démêler la part de légitimité, de l'opération clientéliste et de la culture de prébende dans ce genre de mesures. Et puis cela aurait manqué d'à-propos que de commenter une directive traduisant une loi en vigueur depuis neuf ans. À moins que ce ne soit la publication médiatique de l'instruction qui est en retard.
Et puis la fusion du système de dédommagement et de reconnaissance de la nation envers les veuves de chouhada et leurs ayants droit, les moudjahidine et leur descendance, dans une même loi rendait difficile de faire la part des choses entre ce qui se justifie, moralement et socialement, et ce qui relève de l'allocation politique des ressources. Il n'est d'ailleurs pas impossible que la concomitance fût sciemment prévue pour empêcher une claire lecture des différentes mesures décidées à l'avantage de ce qu'il est convenu d'appeler “la famille révolutionnaire”.
Mais quand hier, à l'ouverture du congrès de l'Organisation nationale des enfants des moudjahidine (Onem), son secrétaire général a appelé “à l'unité entre les enfants de moudjahidine, afin de donner l'exemple de sacrifices (au pluriel) et d'amour pour le pays”, il nous a renvoyés à cet ordre d'application de la loi 99-07. Bien sûr, on pourrait s'étonner que le pays en soit encore à spéculer sur la manière de payer la dette de son émancipation à ses libérateurs. N'a-t-il pas eu tout le temps d'organiser sa reconnaissance en près d'un demi-siècle de souveraineté ? Même si l'on peut se poser la question sur l'insuffisance des pensions, licences, agréments et priorités octroyés et sans cesse renouvelés à ces catégories de citoyens, il n'est pas question ici d'épiloguer sur les histoires de retraite avancée de sept ans ou d'échelons supplémentaires pour les fonctionnaires d'entre eux prévus par l'instruction en question… En la matière, il y a mieux : les “nommés par décret” qui peuvent prétendre à la retraite à 100% indexée après dix ans d'activité sous le statut du décret ! La famille révolutionnaire n'est pas plus choyée que la famille des cadres “nommés” !
Le plus frappant parmi ces mesures, c'est la dispense de concours et d'examens de promotions dans la Fonction publique. Cet avantage ne vaut plus tellement pour les fils de chahid, logiquement parvenus en fin de carrière, pour ceux qui ne sont pas encore à la retraite, mais vaut surtout pour les fils de moudjahidine. Et pour longtemps puisqu'il en naît certainement encore. Le législateur a peut-être trouvé quelque rationalité à cette étrange dérogation, mais elle reste anachronique dans ce qu'elle signifie : la possibilité, pour un ayant droit, d'occuper une fonction sans avoir à prouver une meilleure qualification que ses concurrents.
À ce propos, et si l'Onem, profitant de son congrès, se prenait au mot et fera un sacrifice identifiable ? Celui de renoncer à cette prime à l'incompétence qu'on veut offrir à ses membres. Juste pour mériter, en plus de leurs privilèges sociaux, leurs positions professionnelles.
M. H.
[email protected]


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.