Les forces spéciales poursuivent toujours leurs recherches    20e anniversaire du dialogue méditerranéen de l'OTAN    Dans un message à l'occasion de la journée du 22 octobre    LE FFS LUI A PRESENTE HIER SON PROJET    La grève de l'UNPEF largement suivie hier, selon le responsable de la communication    Championnat d'Espagne (9e j) Real Madrid-Barcelone : Messi annonce la couleur    CRB : Zvunka jette l'éponge    La Chine va lancer une nouvelle sonde lunaire    Cinéma : Le Film Fadhma N'Soumer à l'affiche    Tunisie: "ne pas voter Nidaa, c'est voter Ennahdha" Beji Caid Essebsi    Conflit malien: Alger propose un avant-projet de paix aux parties concernées    Ligue des champions (3e j) : Slimani se blesse, Brahimi passeur décisif    Tlemcen: démantèlement d'un réseau de narcotrafiquants et saisie de 3 tonnes de kif    Seize personnes blessées dans un accident de la route à Skikda    Algérie: L'état débloque 200 millions de DA pour aménager la zone industrielle d'Ain Beida (Oum El Bouaghi)    Dossier de retraite : Un interminable parcours du combattant    Battant pavillon sierra-léonais : Un remorqueur secouru au large d'Oran    Coopération avec l'Algérie : La délégation de l'UE dresse un «bilan positif»    Une ambition démesurée ?    Célébration de la Journée de la presse : Le journaliste, ce «bouc émissaire»    BOUMERDES: Du nouveau pour les stades    La valse des entraîneurs se poursuit : Un phénomène à éradiquer    NAHD : Un autre défi à relever    La police honore les journalistes    Après 4 jours de débrayage quotidien d'une heure du tram : La protestation gelée suite à un accord bilatéral    A quoi sert un pays aujourd'hui?    Chantiers et désagréments: Les mises au point du wali    Les combats se poursuivent entre le MNLA et le GATIA au Nord-Mali    De nouvelles mesures pour les assurés exerçant à l'étranger    La relance de l'industrie nationale au coeur des discussions    Qui défend les intérêts des journalistes ?    Arrêt sur parcours    La manne publicitaire au centre des enjeux    15 morts dans un attentat suicide    Nekkache et El Orfi libérés, Karaoui et Ferhat rappelés    L'Iran poursuit sa mise en conformité    Passer de la méfiance à la... confiance    Un millier de postes ouverts à travers le pays    Saisie de 7 qx de déchets de cuivre à Tlemcen...    Grine : "Une question de souveraineté"    Fury détrône Gone Girl    On ne vous oubliera jamais !    Où sont les responsables ?    Mascara se dote d'un institut national spécialisé en techniques    Ooredoo réitère son engagement envers les médias nationaux    La fluidité de la circulation promise reste hypothétique    L'ALGERIE REFUSE DE REMPLACER LE MAROC POUR L'ORGANISATION DE LA CAN 2015 : Ebola provoque la discorde dans le foot africain    La ministre de la Culture annonce le lancement prochain du "Grand Prix du roman"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Enfants de moudjahidine : avantages et “sacrifices”
Publié dans Liberté le 08 - 04 - 2008

Avant-hier, El Khabar avait rendu publique l'instruction interministérielle réglementant l'application des articles 39, 40 et 42 de la loi du chahid et du moudjahid, qui traite aussi de leurs ayants droit.
En fait, le texte d'application n'inspirait pas plus de commentaire que d'habitude. Difficile d'ailleurs de démêler la part de légitimité, de l'opération clientéliste et de la culture de prébende dans ce genre de mesures. Et puis cela aurait manqué d'à-propos que de commenter une directive traduisant une loi en vigueur depuis neuf ans. À moins que ce ne soit la publication médiatique de l'instruction qui est en retard.
Et puis la fusion du système de dédommagement et de reconnaissance de la nation envers les veuves de chouhada et leurs ayants droit, les moudjahidine et leur descendance, dans une même loi rendait difficile de faire la part des choses entre ce qui se justifie, moralement et socialement, et ce qui relève de l'allocation politique des ressources. Il n'est d'ailleurs pas impossible que la concomitance fût sciemment prévue pour empêcher une claire lecture des différentes mesures décidées à l'avantage de ce qu'il est convenu d'appeler “la famille révolutionnaire”.
Mais quand hier, à l'ouverture du congrès de l'Organisation nationale des enfants des moudjahidine (Onem), son secrétaire général a appelé “à l'unité entre les enfants de moudjahidine, afin de donner l'exemple de sacrifices (au pluriel) et d'amour pour le pays”, il nous a renvoyés à cet ordre d'application de la loi 99-07. Bien sûr, on pourrait s'étonner que le pays en soit encore à spéculer sur la manière de payer la dette de son émancipation à ses libérateurs. N'a-t-il pas eu tout le temps d'organiser sa reconnaissance en près d'un demi-siècle de souveraineté ? Même si l'on peut se poser la question sur l'insuffisance des pensions, licences, agréments et priorités octroyés et sans cesse renouvelés à ces catégories de citoyens, il n'est pas question ici d'épiloguer sur les histoires de retraite avancée de sept ans ou d'échelons supplémentaires pour les fonctionnaires d'entre eux prévus par l'instruction en question… En la matière, il y a mieux : les “nommés par décret” qui peuvent prétendre à la retraite à 100% indexée après dix ans d'activité sous le statut du décret ! La famille révolutionnaire n'est pas plus choyée que la famille des cadres “nommés” !
Le plus frappant parmi ces mesures, c'est la dispense de concours et d'examens de promotions dans la Fonction publique. Cet avantage ne vaut plus tellement pour les fils de chahid, logiquement parvenus en fin de carrière, pour ceux qui ne sont pas encore à la retraite, mais vaut surtout pour les fils de moudjahidine. Et pour longtemps puisqu'il en naît certainement encore. Le législateur a peut-être trouvé quelque rationalité à cette étrange dérogation, mais elle reste anachronique dans ce qu'elle signifie : la possibilité, pour un ayant droit, d'occuper une fonction sans avoir à prouver une meilleure qualification que ses concurrents.
À ce propos, et si l'Onem, profitant de son congrès, se prenait au mot et fera un sacrifice identifiable ? Celui de renoncer à cette prime à l'incompétence qu'on veut offrir à ses membres. Juste pour mériter, en plus de leurs privilèges sociaux, leurs positions professionnelles.
M. H.
musthammouche@yahoo.fr


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.