Plus de 5 millions de Tunisiens attendus dimanche aux urnes pour le second tour d'une présidentielle historique    Ligue 2 Mobilis (14e J.) : l'USM Blida seule aux commandes, l'AB Merouana gagne enfin    Khedairia, le bonheur après les frustrations    L'ANR rejette toute atteinte à la légitimité des institutions de l'Etat    Trois terroristes abattus à Boumerdes (MDN)    Avec Kamel Daoud, sans guillemets    Dix morts dans 26 accidents de la circulation durant la journée du vendredi (gendarmerie)    Le président de l'Etat de la Palestine en visite d'Etat en Algérie à partir de dimanche    Hanoune appelle à associer tous les acteurs de la société à la réalisation du développement    Allemagne: l'invincible Bayern enchaîne les records    L'ECRIVAIN ET LE SALAFISTE    Les députés cubains approuvent le rétablissement des relations diplomatiques avec les Etats-Unis    Soustara en stage à Tunis du 5 au 12 janvier    «Il existe une grande confiance, une belle amitié et une volonté partagée de faire les choses ensemble»    Un responsable américain : «L'Algérie, est un grand partenaire des Etats-Unis»    L'Algérie, chef de file de la médiation, s'engage pour un règlement définitif    Faire face aux nouveaux défis sécuritaires exige des services de sécurité de redoubler les efforts et de rehausser davantage leurs modes opératoires appuyés par les importants moyens mis à leur    Boudiaf : «Les relations algéro-cubaines hissées à un véritable partenariat»    Benflis accuse l'administration    La promotion du partenariat en matière de gestion hôtelière, thème d'une rencontre à Alger    Sellal se recueille à la mémoire des victimes algériennes du crash de l'avion espagnol affrété par Air Algérie    Quelles anticipations face à la chute du prix du baril?    Hannachi répond aux Camerounais    Les Verts terminent 2014 en beauté    Le Grand Prix revient au film canadien Gabrielle    Les Bafana Bafana dévoilent leur programme    L'étau se resserre sur les trafiquants    Une femme et son fils blessés    Baisse des cours pétroliers : Le gouvernement écarte toute révision des subventions    Sonatrach 1, autoroute Est-Ouest, Khalifa : Les procès au début 2015    OULED MIMOUN : 1024 agents de douane formés depuis 2009    Blida : Séisme de 4,7 degrés sur les hauteurs de Bouinan    CHLEF: Deux collégiens simulent leur enlèvement    MC El-Eulma    EnquÃate-Témoignages    SAT NEWS    Comme le vent projeté au FICA    ACTUCULT    Filet de veau en papillote    Le Parlement échoue à élire un chef d'Etat dès le 1er tour : La Grèce au seuil d'une crise politique    USA : Baisse inférieure aux attentes des stocks de brut    Au moins 11 morts    Quand les médias s'en mêlent    Libye : Les pays africains exhortent les occidentaux à agir    Crédits sans intérêts : 28 % ont été remboursés à l'échelle nationale    Wilaya d'Alger : Le budget primitif 2015 arrêté à plus de 35 milliards DA    Un programme de formation en Algérie    Timbuktu : l'intégrisme source de tous les maux    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Enfants de moudjahidine : avantages et “sacrifices”
Publié dans Liberté le 08 - 04 - 2008

Avant-hier, El Khabar avait rendu publique l'instruction interministérielle réglementant l'application des articles 39, 40 et 42 de la loi du chahid et du moudjahid, qui traite aussi de leurs ayants droit.
En fait, le texte d'application n'inspirait pas plus de commentaire que d'habitude. Difficile d'ailleurs de démêler la part de légitimité, de l'opération clientéliste et de la culture de prébende dans ce genre de mesures. Et puis cela aurait manqué d'à-propos que de commenter une directive traduisant une loi en vigueur depuis neuf ans. À moins que ce ne soit la publication médiatique de l'instruction qui est en retard.
Et puis la fusion du système de dédommagement et de reconnaissance de la nation envers les veuves de chouhada et leurs ayants droit, les moudjahidine et leur descendance, dans une même loi rendait difficile de faire la part des choses entre ce qui se justifie, moralement et socialement, et ce qui relève de l'allocation politique des ressources. Il n'est d'ailleurs pas impossible que la concomitance fût sciemment prévue pour empêcher une claire lecture des différentes mesures décidées à l'avantage de ce qu'il est convenu d'appeler “la famille révolutionnaire”.
Mais quand hier, à l'ouverture du congrès de l'Organisation nationale des enfants des moudjahidine (Onem), son secrétaire général a appelé “à l'unité entre les enfants de moudjahidine, afin de donner l'exemple de sacrifices (au pluriel) et d'amour pour le pays”, il nous a renvoyés à cet ordre d'application de la loi 99-07. Bien sûr, on pourrait s'étonner que le pays en soit encore à spéculer sur la manière de payer la dette de son émancipation à ses libérateurs. N'a-t-il pas eu tout le temps d'organiser sa reconnaissance en près d'un demi-siècle de souveraineté ? Même si l'on peut se poser la question sur l'insuffisance des pensions, licences, agréments et priorités octroyés et sans cesse renouvelés à ces catégories de citoyens, il n'est pas question ici d'épiloguer sur les histoires de retraite avancée de sept ans ou d'échelons supplémentaires pour les fonctionnaires d'entre eux prévus par l'instruction en question… En la matière, il y a mieux : les “nommés par décret” qui peuvent prétendre à la retraite à 100% indexée après dix ans d'activité sous le statut du décret ! La famille révolutionnaire n'est pas plus choyée que la famille des cadres “nommés” !
Le plus frappant parmi ces mesures, c'est la dispense de concours et d'examens de promotions dans la Fonction publique. Cet avantage ne vaut plus tellement pour les fils de chahid, logiquement parvenus en fin de carrière, pour ceux qui ne sont pas encore à la retraite, mais vaut surtout pour les fils de moudjahidine. Et pour longtemps puisqu'il en naît certainement encore. Le législateur a peut-être trouvé quelque rationalité à cette étrange dérogation, mais elle reste anachronique dans ce qu'elle signifie : la possibilité, pour un ayant droit, d'occuper une fonction sans avoir à prouver une meilleure qualification que ses concurrents.
À ce propos, et si l'Onem, profitant de son congrès, se prenait au mot et fera un sacrifice identifiable ? Celui de renoncer à cette prime à l'incompétence qu'on veut offrir à ses membres. Juste pour mériter, en plus de leurs privilèges sociaux, leurs positions professionnelles.
M. H.
musthammouche@yahoo.fr


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.