Un terroriste se rend avec un important lot d'armes    Le président Bouteflika reçoit le Premier ministre belge    Hamel évoque à Tunis l'expérience pionnière de l'Algérie    Les prix se maintiendront à 50 dollars en 2017    Cinq millions de cartes électroniques prêtes dès ce mois    « Nous sommes prêts à accompagner l'Algérie »    L'armée reprend Alep    Grande affluence à l'ouverture du 16e Salon AutoWest d'Oran    Des juristes dénoncent le pillage des ressources naturelles    Quatre gardiens de but en stage    La manipulation des produits pyrotechniques est dangereuse    21 individus soupçonnés d'incitation à la haine et à la violence écroués    Musée du moudjahid    « Ce genre de manifestation préservera notre identité »    MARATHON DE 22 RONDES !    Le Barça retrouve sa verve, Naples et Benfica qualifiés    Mini-remaniement du gouvernement    L'ONU préoccupée par la lenteur des progrès    16e salon d’Oran Autowest    L'ambassadeur d'Algérie à Paris dit avoir respecté la procédure    Les cheminots observent une grève surprise    Bentahar instruit les douaniers de faciliter les opérations d'exportation    Les Aigles de Carthage amoindris pour le stage en Espagne    Gymnastique    Comment les ménages peuvent alléger leurs factures    GOURAYA (TIPASA)    Les étudiants ferment les campus d'Aboudaou et de Targa Ouzemour    21 affaires de kidnapping traitées depuis 2003    Arrestation de 40 individus    Benflis appelle à réduire le train de vie de l'Etat "à sa plus simple expression"    Rachid Halet radié du FFS    Des cours en langue et culture amazighes lancés    TR Constantine    7e FICA    Sidi Bel-Abbès: Une recette des impôts cambriolée    Sécurité et fair-play : Les acteurs du football appelés à être impliqués    Accidents de la route : Les agences de contrôle contribuent à l'aggravation de la situation    Commercialisation du café : Un nouveau texte adopté    Projet de la nouvelle loi sanitaire : Il sera présenté aujourd'hui    Blida: Des milliers de pétards saisis    Première victime des tensions entre l'Iran et l'Arabie saoudite    Le trophée remis le 12 décembre    Deux militants appellent au «boycott et au sabotage»    Téhéran s'offusque du maintien des sanctions américaines    "On veut nos fusils!"    Des manuscrits originaux de Dylan et Clapton    Yousra récupérée par le festival de Marrakech    Hommage à un officier de valeur    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Enfants de moudjahidine : avantages et “sacrifices”
Publié dans Liberté le 08 - 04 - 2008

Avant-hier, El Khabar avait rendu publique l'instruction interministérielle réglementant l'application des articles 39, 40 et 42 de la loi du chahid et du moudjahid, qui traite aussi de leurs ayants droit.
En fait, le texte d'application n'inspirait pas plus de commentaire que d'habitude. Difficile d'ailleurs de démêler la part de légitimité, de l'opération clientéliste et de la culture de prébende dans ce genre de mesures. Et puis cela aurait manqué d'à-propos que de commenter une directive traduisant une loi en vigueur depuis neuf ans. À moins que ce ne soit la publication médiatique de l'instruction qui est en retard.
Et puis la fusion du système de dédommagement et de reconnaissance de la nation envers les veuves de chouhada et leurs ayants droit, les moudjahidine et leur descendance, dans une même loi rendait difficile de faire la part des choses entre ce qui se justifie, moralement et socialement, et ce qui relève de l'allocation politique des ressources. Il n'est d'ailleurs pas impossible que la concomitance fût sciemment prévue pour empêcher une claire lecture des différentes mesures décidées à l'avantage de ce qu'il est convenu d'appeler “la famille révolutionnaire”.
Mais quand hier, à l'ouverture du congrès de l'Organisation nationale des enfants des moudjahidine (Onem), son secrétaire général a appelé “à l'unité entre les enfants de moudjahidine, afin de donner l'exemple de sacrifices (au pluriel) et d'amour pour le pays”, il nous a renvoyés à cet ordre d'application de la loi 99-07. Bien sûr, on pourrait s'étonner que le pays en soit encore à spéculer sur la manière de payer la dette de son émancipation à ses libérateurs. N'a-t-il pas eu tout le temps d'organiser sa reconnaissance en près d'un demi-siècle de souveraineté ? Même si l'on peut se poser la question sur l'insuffisance des pensions, licences, agréments et priorités octroyés et sans cesse renouvelés à ces catégories de citoyens, il n'est pas question ici d'épiloguer sur les histoires de retraite avancée de sept ans ou d'échelons supplémentaires pour les fonctionnaires d'entre eux prévus par l'instruction en question… En la matière, il y a mieux : les “nommés par décret” qui peuvent prétendre à la retraite à 100% indexée après dix ans d'activité sous le statut du décret ! La famille révolutionnaire n'est pas plus choyée que la famille des cadres “nommés” !
Le plus frappant parmi ces mesures, c'est la dispense de concours et d'examens de promotions dans la Fonction publique. Cet avantage ne vaut plus tellement pour les fils de chahid, logiquement parvenus en fin de carrière, pour ceux qui ne sont pas encore à la retraite, mais vaut surtout pour les fils de moudjahidine. Et pour longtemps puisqu'il en naît certainement encore. Le législateur a peut-être trouvé quelque rationalité à cette étrange dérogation, mais elle reste anachronique dans ce qu'elle signifie : la possibilité, pour un ayant droit, d'occuper une fonction sans avoir à prouver une meilleure qualification que ses concurrents.
À ce propos, et si l'Onem, profitant de son congrès, se prenait au mot et fera un sacrifice identifiable ? Celui de renoncer à cette prime à l'incompétence qu'on veut offrir à ses membres. Juste pour mériter, en plus de leurs privilèges sociaux, leurs positions professionnelles.
M. H.
[email protected]


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.