Le président sortant, Moncef Marzouki, jure de quitter la politique s'il perd l'élection    Signature de 13 conventions et mémorandums d'entente    Excédent commercial de 5,8 milliards de dollars durant les 10 premiers mois de 2014    L'Accord d'association Algérie-UE n'a pas eu l'effet escompté    «KBS, nouvelle génération» reçoit le prix du jury    «Massarat» reparaît après des années d'absence    Trabzonspor : Medjani double buteur face à Galatasaray    Le MOB reprend son fauteuil de leader    Incompréhensible !    «Aider les patrons de la pêche à renouveler leur flottille»    Sept décès au Mali, un nouveau front s'ouvre à Bamako    Un plan anticancer sera mis en œuvre à partir de 2015    BOUMERDES: Le Dr Noureddine Melikchi honoré    Vaine agitation    Il y a un mois décédait Amar Zeghrar, ancien secrétaire général à la présidence de la République : Chronique d'une Algérie «en quête d'une conscience nationale»    Nouvelle Toyota Yaris : une star au Salon de l'Ouest    Football - Ligue 1 : La palme au CSC et à l'USMA, le MCA lanterne rouge    MO Bejaïa : Une fulgurante ascension    ASO Chlef : Déception sur toute la ligne    Falcon Motors/Mitsubishi : jusqu'à 200 000 DA de remise    Un cerf-volant inquiet dans une tasse de café    Vente-dédicace : Kamel Daoud parle de «Meursault contre-enquête»    Campagne de sensibilisation pour lutter contre le phénomène : Plus de 1.500 femmes victimes de violences depuis le début de l'année    Plus d'un demi-million de comprimés psychotropes saisis en 10 mois : 1.796 personnes arrêtées    BECHAR: Des journées médicochirurgicales bénéfiques pour les malades    Les élections boycottées par l'opposition chiite    Une brèche dans le front    Iran-Etats-Unis : Peut-être une nouvelle situation géopolitique    La guerre par indigènes interposés    CAN 2017 Tahmi : "De grandes chances de l'organiser"    Les Etats-Unis et la Turquie restent divisés sur le dossier syrien    Matériaux pour l'énergétique et Génie de l'environnement : Conférence internationale à Alger    France : L'économie plus robuste que prévu, mais l'humilité reste de mise    Une soprano qui "soigne l'âme"    Développement social : L'UE se félicite des résultats enregistrés par l'Algérie    5 gigawatts de capacité nucléaire actuellement hors service    Médéa : 23 cas d'asphyxie au monoxyde de carbone depuis le début de l'année    Une centaine d'affaires liées au terrorisme inscrites    La réalisation du Centre culturel islamique de Ouargla en bonne voie    El Oued, une scène pour la musique et la chanson du Souf    Adapter le système de sécurité sociale aux nouvelles donnes    Un coup de jeune pour la nouvelle citadine made in France    Les tarifs du péage sur l'autoroute Est-Ouest toujours à l'étude    Examen le 2 décembre d'une affaire de massacres collectifs    La scission au sein du RND consommée à Tizi Ouzou    en bref    Amar Saâdani charge l'opposition    Le dossier de l'Algérie a de «grandes chances» d'être accepté    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Enfants de moudjahidine : avantages et “sacrifices”
Publié dans Liberté le 08 - 04 - 2008

Avant-hier, El Khabar avait rendu publique l'instruction interministérielle réglementant l'application des articles 39, 40 et 42 de la loi du chahid et du moudjahid, qui traite aussi de leurs ayants droit.
En fait, le texte d'application n'inspirait pas plus de commentaire que d'habitude. Difficile d'ailleurs de démêler la part de légitimité, de l'opération clientéliste et de la culture de prébende dans ce genre de mesures. Et puis cela aurait manqué d'à-propos que de commenter une directive traduisant une loi en vigueur depuis neuf ans. À moins que ce ne soit la publication médiatique de l'instruction qui est en retard.
Et puis la fusion du système de dédommagement et de reconnaissance de la nation envers les veuves de chouhada et leurs ayants droit, les moudjahidine et leur descendance, dans une même loi rendait difficile de faire la part des choses entre ce qui se justifie, moralement et socialement, et ce qui relève de l'allocation politique des ressources. Il n'est d'ailleurs pas impossible que la concomitance fût sciemment prévue pour empêcher une claire lecture des différentes mesures décidées à l'avantage de ce qu'il est convenu d'appeler “la famille révolutionnaire”.
Mais quand hier, à l'ouverture du congrès de l'Organisation nationale des enfants des moudjahidine (Onem), son secrétaire général a appelé “à l'unité entre les enfants de moudjahidine, afin de donner l'exemple de sacrifices (au pluriel) et d'amour pour le pays”, il nous a renvoyés à cet ordre d'application de la loi 99-07. Bien sûr, on pourrait s'étonner que le pays en soit encore à spéculer sur la manière de payer la dette de son émancipation à ses libérateurs. N'a-t-il pas eu tout le temps d'organiser sa reconnaissance en près d'un demi-siècle de souveraineté ? Même si l'on peut se poser la question sur l'insuffisance des pensions, licences, agréments et priorités octroyés et sans cesse renouvelés à ces catégories de citoyens, il n'est pas question ici d'épiloguer sur les histoires de retraite avancée de sept ans ou d'échelons supplémentaires pour les fonctionnaires d'entre eux prévus par l'instruction en question… En la matière, il y a mieux : les “nommés par décret” qui peuvent prétendre à la retraite à 100% indexée après dix ans d'activité sous le statut du décret ! La famille révolutionnaire n'est pas plus choyée que la famille des cadres “nommés” !
Le plus frappant parmi ces mesures, c'est la dispense de concours et d'examens de promotions dans la Fonction publique. Cet avantage ne vaut plus tellement pour les fils de chahid, logiquement parvenus en fin de carrière, pour ceux qui ne sont pas encore à la retraite, mais vaut surtout pour les fils de moudjahidine. Et pour longtemps puisqu'il en naît certainement encore. Le législateur a peut-être trouvé quelque rationalité à cette étrange dérogation, mais elle reste anachronique dans ce qu'elle signifie : la possibilité, pour un ayant droit, d'occuper une fonction sans avoir à prouver une meilleure qualification que ses concurrents.
À ce propos, et si l'Onem, profitant de son congrès, se prenait au mot et fera un sacrifice identifiable ? Celui de renoncer à cette prime à l'incompétence qu'on veut offrir à ses membres. Juste pour mériter, en plus de leurs privilèges sociaux, leurs positions professionnelles.
M. H.
musthammouche@yahoo.fr


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.