Plusieurs pays pétroliers s'engagent à mettre fin au torchage de gaz à l'horizon 2030    Manchester City - Yaya Touré : «J'aime jouer pour Manchester City»    Football/tournoi de la Liberté de la presse: APS-ENTV, l'affiche des quarts de finale    Un riche programme pour la célébration du mois du patrimoine à Oran    PENURIE DE CARBURANT : Les calculs de Youcef Yousfi    Real Madrid : l'étrange discours d'Ancelotti sur les blessures de Modric et Bale    Accidents de la route : 11 morts et 20 blessés en 24 h    TRIBUNAL CRIMINEL D'ALGER : Le procès "autoroute est-ouest" de nouveau suspendu    70 ans après, Premier hommage français aux victimes du massacre de Sétif    20 AVRIL 1980-20 AVRIL 2015 : Il y a 35 ans, le printemps berbère entrait dans l'histoire    Le musée saharien à Ouargla rouvre ses portes au public    Haltérophilie: trois athlètes de l'élite en stage de préparation en Pologne    La signature prochaine de l'accord de paix au Mali, une "nouvelle page" dans l'histoire de ce pays (Lamamra)    L'Algérie un "partenaire de choix" du Brésil    Pays-Bas: Le PSV champion    Yémen, une guerre confessionnelle?    Libye : escalade de la violence, l'ONU appelle à un climat "plus propice" au dialogue national    Trois barons de la drogue arrêtés à Alger    Abdelkader Bensalah «Possibilité d'un examen devant le Parlement du projet de révision de la Constitution»    «La nouvelle Constitution devra consacrer la rupture avec le système du parti unique et l'indépendance des pouvoirs exécutif et judiciaire»    Une défaite sans conséquence pour le leader    AT: les travaux du tramway de Mostaganem causent une perte de 9 millions DA    Washington : Laksaci réitère l'appel à la mise en œuvre de la réforme des quotes-parts du FMI    Algérie-Koweït : El Ghazi élu vice-président de la Conférence arabe du travail    Afrique: une femme nommée au poste de secrétaire générale de la Commission de l'UA    Et Dame Coupe devint SDF...    La qualification passe par la première manche    Le FLN se fait piéger    Le FFS durcit le ton    "Maintenant ou jamais"    Algérie : Le nouvel hôpital de K'sar El hirane (Laghouat) sera ouvert dès mai prochain    L'Algérie indépendante a entendu l'appel à la réconciliation lancé par Ben Badis    Une part de vérité révélée par Saadani    Meeting à Bab El Oued : Le FFS insiste sur l'urgence de la construction du consensus    Ouvrir ou fermer le champ politique ?    Russie : Poutine veut rassurer les Russes sur la crise économique    Promotion immobilière à Jijel : Lancement en réalisation de 7 tours de 14 étages    Ouargla : Nécessité d'encourager la formation appliquée dans les activités aquacoles    Gouvernement d'union en Libye : L'ONU tente de rapprocher les deux camps rivaux    Constantine capitale de la culture arabe 2015 : M. Lamamra met en valeur les avantages de la manifestation    Un Smartphone avec un écran courbé !    Des sièges provisoires pour les cours de justice et les tribunaux administratifs    Un incendie paralyse la banlieue nord de Paris    Ybanez souligne la volonté de l'Espagne à intensifier les relations avec l'Algérie    Débat sur le traitement de l'asthme et la broncho-pneumopathie chronique    10 morts et 74 blessés en une journée    Les lauréats des activités culturelles et sportives distingués    La Pietà Rondanini, dernière sculpture de Michel-Ange, change d'écrin    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Enfants de moudjahidine : avantages et “sacrifices”
Publié dans Liberté le 08 - 04 - 2008

Avant-hier, El Khabar avait rendu publique l'instruction interministérielle réglementant l'application des articles 39, 40 et 42 de la loi du chahid et du moudjahid, qui traite aussi de leurs ayants droit.
En fait, le texte d'application n'inspirait pas plus de commentaire que d'habitude. Difficile d'ailleurs de démêler la part de légitimité, de l'opération clientéliste et de la culture de prébende dans ce genre de mesures. Et puis cela aurait manqué d'à-propos que de commenter une directive traduisant une loi en vigueur depuis neuf ans. À moins que ce ne soit la publication médiatique de l'instruction qui est en retard.
Et puis la fusion du système de dédommagement et de reconnaissance de la nation envers les veuves de chouhada et leurs ayants droit, les moudjahidine et leur descendance, dans une même loi rendait difficile de faire la part des choses entre ce qui se justifie, moralement et socialement, et ce qui relève de l'allocation politique des ressources. Il n'est d'ailleurs pas impossible que la concomitance fût sciemment prévue pour empêcher une claire lecture des différentes mesures décidées à l'avantage de ce qu'il est convenu d'appeler “la famille révolutionnaire”.
Mais quand hier, à l'ouverture du congrès de l'Organisation nationale des enfants des moudjahidine (Onem), son secrétaire général a appelé “à l'unité entre les enfants de moudjahidine, afin de donner l'exemple de sacrifices (au pluriel) et d'amour pour le pays”, il nous a renvoyés à cet ordre d'application de la loi 99-07. Bien sûr, on pourrait s'étonner que le pays en soit encore à spéculer sur la manière de payer la dette de son émancipation à ses libérateurs. N'a-t-il pas eu tout le temps d'organiser sa reconnaissance en près d'un demi-siècle de souveraineté ? Même si l'on peut se poser la question sur l'insuffisance des pensions, licences, agréments et priorités octroyés et sans cesse renouvelés à ces catégories de citoyens, il n'est pas question ici d'épiloguer sur les histoires de retraite avancée de sept ans ou d'échelons supplémentaires pour les fonctionnaires d'entre eux prévus par l'instruction en question… En la matière, il y a mieux : les “nommés par décret” qui peuvent prétendre à la retraite à 100% indexée après dix ans d'activité sous le statut du décret ! La famille révolutionnaire n'est pas plus choyée que la famille des cadres “nommés” !
Le plus frappant parmi ces mesures, c'est la dispense de concours et d'examens de promotions dans la Fonction publique. Cet avantage ne vaut plus tellement pour les fils de chahid, logiquement parvenus en fin de carrière, pour ceux qui ne sont pas encore à la retraite, mais vaut surtout pour les fils de moudjahidine. Et pour longtemps puisqu'il en naît certainement encore. Le législateur a peut-être trouvé quelque rationalité à cette étrange dérogation, mais elle reste anachronique dans ce qu'elle signifie : la possibilité, pour un ayant droit, d'occuper une fonction sans avoir à prouver une meilleure qualification que ses concurrents.
À ce propos, et si l'Onem, profitant de son congrès, se prenait au mot et fera un sacrifice identifiable ? Celui de renoncer à cette prime à l'incompétence qu'on veut offrir à ses membres. Juste pour mériter, en plus de leurs privilèges sociaux, leurs positions professionnelles.
M. H.
musthammouche@yahoo.fr


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.