Création prochaine d'une nouvelle agence des autoroutes par fusion    Mondiaux-2015 d'athlétisme - 1500 m "Messieurs" : Makhloufi se contente de la 4e place    Volley/Mondial-2015 "dames" (6e journée) : l'Algérie battue 3-0 par l'Argentine    L'ONU organisera une réunion sur la crise migratoire à la fin du mois de septembre    Milan AC : Balotelli surprend par sa ponctualité    La presse nationale évoque les "vérités" du Premier ministre sur la situation économique du pays    Jeux Africains-2015 (Algérie) : "les Fédérations pronostiquent 34 médailles d'or"    Les lois de la République seront appliquées scrupuleusement pour la création d'un parti politique (Bedoui)    Algérie - Les salaires ne seront pas concernés par la rationalisation des dépenses publiques (Benkhalfa)    Irak : 24 morts dans des attentats    Afrique du Sud : 35 morts dans un accident de la route    Trois journalistes d'Al-Jazeera condamnés à trois ans de prison en Egypte    Visite du président malien : Ramener sur les rails l'Accord de paix d'Alger    CR Belouizdad : Le Chabab monte en puissance    Mort de migrants et larmes de crocodile    Un terroriste abattu à Sidi Bel-Abbès    Ali Mendjeli: D'importants moyens pour un grand coup de balai    Le temps    MEDEA: Préparatifs du Festival du Théâtre comique    Un dossier de candidature bien ficelé et surtout bien défendu    Liban : manifestation de défiance à la classe politique    Le ministère de l'Intérieur entend réformer les mécanismes de la fisc    Le CA Batna prend la tête    Le retour des mauvais augures    La caravane nationale de la micro-entreprise fait halte à Chlef    Bedoui appelle les walis à promouvoir les recettes locales    Saisie de 2 050 litres de carburant    Un terroriste éliminé et des munitions récupérées par l'ANP    Un nouveau parti et quelques questions    SOS : péril islamiste (I)    Une soirée enchanteresse avec le chanteur marocain Abdelaziz Stati    Le Théâtre El-Moudja retrouve ses lettres de noblesse    Concurrence entre producteurs et importateurs    Face aux défis arrogants    MANIFESTATION "EL BAHIA EN FÊTE" : "Imzad", "Kayna Samet" et "Sinik" en osmose avec le public oranais    Lancement de Carat, un Smartphone haut de gamme sous Android 4.4    ...découverte d'une casemate et de deux ateliers de fabrication de bombes artisanales    Les femmes, ces proies faciles !    Des manifestants ferment la RN 12 et exigent la vérité    La prévention des risques aux abonnés absents    Des élections législatives anticipées le 20 septembre    Un étudiant tué par balle    Les Verts en stage en stage à Sidi-Moussa    Coordination entre les différents services de sécurité    Reggane : le crime impuni !    Android : les schémas de déverrouillage aussi vulnérables que les mots de passe    Une clôture en apothéose    Un chiffre d'affaires doublé en 4 ans    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Enfants de moudjahidine : avantages et “sacrifices”
Publié dans Liberté le 08 - 04 - 2008

Avant-hier, El Khabar avait rendu publique l'instruction interministérielle réglementant l'application des articles 39, 40 et 42 de la loi du chahid et du moudjahid, qui traite aussi de leurs ayants droit.
En fait, le texte d'application n'inspirait pas plus de commentaire que d'habitude. Difficile d'ailleurs de démêler la part de légitimité, de l'opération clientéliste et de la culture de prébende dans ce genre de mesures. Et puis cela aurait manqué d'à-propos que de commenter une directive traduisant une loi en vigueur depuis neuf ans. À moins que ce ne soit la publication médiatique de l'instruction qui est en retard.
Et puis la fusion du système de dédommagement et de reconnaissance de la nation envers les veuves de chouhada et leurs ayants droit, les moudjahidine et leur descendance, dans une même loi rendait difficile de faire la part des choses entre ce qui se justifie, moralement et socialement, et ce qui relève de l'allocation politique des ressources. Il n'est d'ailleurs pas impossible que la concomitance fût sciemment prévue pour empêcher une claire lecture des différentes mesures décidées à l'avantage de ce qu'il est convenu d'appeler “la famille révolutionnaire”.
Mais quand hier, à l'ouverture du congrès de l'Organisation nationale des enfants des moudjahidine (Onem), son secrétaire général a appelé “à l'unité entre les enfants de moudjahidine, afin de donner l'exemple de sacrifices (au pluriel) et d'amour pour le pays”, il nous a renvoyés à cet ordre d'application de la loi 99-07. Bien sûr, on pourrait s'étonner que le pays en soit encore à spéculer sur la manière de payer la dette de son émancipation à ses libérateurs. N'a-t-il pas eu tout le temps d'organiser sa reconnaissance en près d'un demi-siècle de souveraineté ? Même si l'on peut se poser la question sur l'insuffisance des pensions, licences, agréments et priorités octroyés et sans cesse renouvelés à ces catégories de citoyens, il n'est pas question ici d'épiloguer sur les histoires de retraite avancée de sept ans ou d'échelons supplémentaires pour les fonctionnaires d'entre eux prévus par l'instruction en question… En la matière, il y a mieux : les “nommés par décret” qui peuvent prétendre à la retraite à 100% indexée après dix ans d'activité sous le statut du décret ! La famille révolutionnaire n'est pas plus choyée que la famille des cadres “nommés” !
Le plus frappant parmi ces mesures, c'est la dispense de concours et d'examens de promotions dans la Fonction publique. Cet avantage ne vaut plus tellement pour les fils de chahid, logiquement parvenus en fin de carrière, pour ceux qui ne sont pas encore à la retraite, mais vaut surtout pour les fils de moudjahidine. Et pour longtemps puisqu'il en naît certainement encore. Le législateur a peut-être trouvé quelque rationalité à cette étrange dérogation, mais elle reste anachronique dans ce qu'elle signifie : la possibilité, pour un ayant droit, d'occuper une fonction sans avoir à prouver une meilleure qualification que ses concurrents.
À ce propos, et si l'Onem, profitant de son congrès, se prenait au mot et fera un sacrifice identifiable ? Celui de renoncer à cette prime à l'incompétence qu'on veut offrir à ses membres. Juste pour mériter, en plus de leurs privilèges sociaux, leurs positions professionnelles.
M. H.
[email protected]


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.