Un terroriste abattu et 32 contrebandiers arrêtés    Messahel représentera le président Bouteflika    Examen de la coopération algéro-irakienne    L'ue déjuge la revue Politico    Berlin adopte un nouveau plan de défense civile    Un nouveau cabinet sera soumis au Parlement    CPI: 9 à 11 ans requis    Un huis clos qui agace les fans    Les Crabes entrent dans l'Histoire    déclarations    Oran: 4528 baigneurs sauvés d'une mort certaine    Une série de projets pour Oum-Laâssel    Des articles scolaires incitent à la drogue    Jugurtha ou les aléas de l'Histoire    Tout pour l'argent    Elle aura lieu du 25 au 29 août à Alger    Kerbadj exclut l'annulation de la nouvelle mesure    Coupure de l'alimentation électrique dans plusieurs communes    Secousse de 2,9 degrés au sud de Sidi-Ghilès    Les prix tanguent, la politique aussi    Vers l'augmentation du quota des hadjis algériens à 40 000    Mission accomplie pour le MOB    AIN EL BEIDA (ORAN) : Un homme découvert pendu à un arbre    Un terroriste se rend aux autorités sécuritaires à Adrar (MDN)    Algérie- La rectification électronique des erreurs dans les actes de l'état civil opérationnelle    Quatorze quintaux de kif saisis    Téléphonie mobile: Mobilis premier opérateur en Algérie avec 16,5 millions d'abonnés    Erdogan à l'assaut de Daech en Syrie    Mettre à jour les recherches sur la vie et l'œuvre du roi berbère    Les « Musées dans la rue » dès aujourd'hui    Ould-Ali : « L'Algérie peut être fière de ses athlètes »    Ligue 1 Mobilis (2e J): chaud derby au 5-juillet, l'USMA sur du velours    "Kindil El Bahr" de Damien Ounouri au Festival de Sao Paulo    Séisme en Italie: le bilan grimpe à 38 morts    Relizane    Hanoune : "Le régime a provoqué la déliquescence des institutions"    Bouira : foire d'empoigne pour élire un bureau de wilaya    Merkel sollicite les pays nord-africains    De nombreuses communautés menacées    AUGMENTATION DE LA PART DE LA FLOTTE ALGÉRIENNE    AprÚs le refus de Ghezzal    Littérature    ACTUCULT    Un nouveau tarif douanier : L'entrée en vigueur pour le 18 septembre prochain    Orior : Le groupe rachète le belge Culinor    CNAN : Un nouveau navire de transport de marchandise réceptionné    Afrique du Sud : Un maire de l'opposition élu à Johannesburg    Combats douteux    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Enfants de moudjahidine : avantages et “sacrifices”
Publié dans Liberté le 08 - 04 - 2008

Avant-hier, El Khabar avait rendu publique l'instruction interministérielle réglementant l'application des articles 39, 40 et 42 de la loi du chahid et du moudjahid, qui traite aussi de leurs ayants droit.
En fait, le texte d'application n'inspirait pas plus de commentaire que d'habitude. Difficile d'ailleurs de démêler la part de légitimité, de l'opération clientéliste et de la culture de prébende dans ce genre de mesures. Et puis cela aurait manqué d'à-propos que de commenter une directive traduisant une loi en vigueur depuis neuf ans. À moins que ce ne soit la publication médiatique de l'instruction qui est en retard.
Et puis la fusion du système de dédommagement et de reconnaissance de la nation envers les veuves de chouhada et leurs ayants droit, les moudjahidine et leur descendance, dans une même loi rendait difficile de faire la part des choses entre ce qui se justifie, moralement et socialement, et ce qui relève de l'allocation politique des ressources. Il n'est d'ailleurs pas impossible que la concomitance fût sciemment prévue pour empêcher une claire lecture des différentes mesures décidées à l'avantage de ce qu'il est convenu d'appeler “la famille révolutionnaire”.
Mais quand hier, à l'ouverture du congrès de l'Organisation nationale des enfants des moudjahidine (Onem), son secrétaire général a appelé “à l'unité entre les enfants de moudjahidine, afin de donner l'exemple de sacrifices (au pluriel) et d'amour pour le pays”, il nous a renvoyés à cet ordre d'application de la loi 99-07. Bien sûr, on pourrait s'étonner que le pays en soit encore à spéculer sur la manière de payer la dette de son émancipation à ses libérateurs. N'a-t-il pas eu tout le temps d'organiser sa reconnaissance en près d'un demi-siècle de souveraineté ? Même si l'on peut se poser la question sur l'insuffisance des pensions, licences, agréments et priorités octroyés et sans cesse renouvelés à ces catégories de citoyens, il n'est pas question ici d'épiloguer sur les histoires de retraite avancée de sept ans ou d'échelons supplémentaires pour les fonctionnaires d'entre eux prévus par l'instruction en question… En la matière, il y a mieux : les “nommés par décret” qui peuvent prétendre à la retraite à 100% indexée après dix ans d'activité sous le statut du décret ! La famille révolutionnaire n'est pas plus choyée que la famille des cadres “nommés” !
Le plus frappant parmi ces mesures, c'est la dispense de concours et d'examens de promotions dans la Fonction publique. Cet avantage ne vaut plus tellement pour les fils de chahid, logiquement parvenus en fin de carrière, pour ceux qui ne sont pas encore à la retraite, mais vaut surtout pour les fils de moudjahidine. Et pour longtemps puisqu'il en naît certainement encore. Le législateur a peut-être trouvé quelque rationalité à cette étrange dérogation, mais elle reste anachronique dans ce qu'elle signifie : la possibilité, pour un ayant droit, d'occuper une fonction sans avoir à prouver une meilleure qualification que ses concurrents.
À ce propos, et si l'Onem, profitant de son congrès, se prenait au mot et fera un sacrifice identifiable ? Celui de renoncer à cette prime à l'incompétence qu'on veut offrir à ses membres. Juste pour mériter, en plus de leurs privilèges sociaux, leurs positions professionnelles.
M. H.
[email protected]


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.