CONCESSIONS AUTOMOBILES : L'Etat met fin à l'anarchie dans le marché des véhicules neufs    Oman est-il un bon sparring-partner ?    Erdoğan donne 10 000 dollars à une mosquée à Mostaganem    TRAIT D'UNION : Réfléchissez-y pendant que vous dormez !    Barça: Xavi était ''juste en visite'' au Qatar    France : Fekir ne veut pas perdre le nord    Algérie-Afrique du sud:ouverture à Alger de la 6ème session de la Haute commission de coopération    Algérie:projet de création d'une école de formation en électricité et gaz à Ouargla    De fréquentes averses de pluie sur les régions de l'Est jusqu'à vendredi    Commerce extérieur: des avantages comparatifs en attente d'une compétitivité efficace (participants)    Le président sud-africain se recueille à la mémoire des martyrs de la Révolution    Un millier de cartes d'artistes distribuées depuis la création du Conseil national des arts et lettres    Barça : Vers une prolongation pour Luis Enrique ?    Accidents de la route: 40 morts et 1.278 blessés en une semaine (protection civile)    Wilaya d'Alger: manque d'équipements publics dans la circonscriptions administratives de Birtouta (élus)    Algérie:l'ONT prend part à la 11e édition du DITEX du 2 au 3 avril en France    Quatre Syriens sur cinq vivent dans la pauvreté et la misère    Nucléaire iranien : poursuite des discussions à Lausanne pour tenter d'obtenir un accord    Colère du personnel navigant : Grève à Air Algérie    LE TOURISME DECRIE    Un ministre du rêve national    AIN TEMOUCHENT: Une session de formation en forge artistique    USM Bel-Abbès : Le maintien passe par six finales    Société Générale Algérie : Un centre d'Affaires à la zone industrielle de Rouiba    La deuxieme phase de rapatriement a été lancée dimanche : Une quarantaine de Subsahariens refoulés vers leurs pays d'origine    GUELMA: L'extension de la ville prend forme    Quel statut ?    Tébessa : Perpétuité pour l'assassin de sa femme    Perceptions arabes de l'avenir    Amical : France-Danemark (2-0), les Bleus rebondissent    Euro 2016 : Géorgie-Allemagne (0-2), l'Allemagne tient son rang    Tunisie Bilan globalement positif pour la grand-messe altermondialiste    Mise en vente de la vignette automobile : Disponible auprès des services des impôts jusqu'au 30 avril 2015    Le rôle primordial de la famille    "Le pouvoir veut gagner du temps"    La Suisse veut bénéficier de l'expérience algérienne    Un sommet avec l'Union européenne le 27 avril à Kiev    La décantation tarde à se faire    Le Groupe des forces spéciales dans le collimateur des djihadistes    Deux films algériens primés    22 contrebandiers arrêtés à Tamanrasset    Les laboratoires inventent-ils de nouvelles maladies ?    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie au Burkina-Faso    Cœurs vides, prisons pleines    Des procÚs et des hommes    MÉDÉA    Une indépendance de la justice aux abonnés absents    Ecole supérieure de l'air de Tafraoui : Une formation de pointe pour devenir un pôle d'excellence    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Enfants de moudjahidine : avantages et “sacrifices”
Publié dans Liberté le 08 - 04 - 2008

Avant-hier, El Khabar avait rendu publique l'instruction interministérielle réglementant l'application des articles 39, 40 et 42 de la loi du chahid et du moudjahid, qui traite aussi de leurs ayants droit.
En fait, le texte d'application n'inspirait pas plus de commentaire que d'habitude. Difficile d'ailleurs de démêler la part de légitimité, de l'opération clientéliste et de la culture de prébende dans ce genre de mesures. Et puis cela aurait manqué d'à-propos que de commenter une directive traduisant une loi en vigueur depuis neuf ans. À moins que ce ne soit la publication médiatique de l'instruction qui est en retard.
Et puis la fusion du système de dédommagement et de reconnaissance de la nation envers les veuves de chouhada et leurs ayants droit, les moudjahidine et leur descendance, dans une même loi rendait difficile de faire la part des choses entre ce qui se justifie, moralement et socialement, et ce qui relève de l'allocation politique des ressources. Il n'est d'ailleurs pas impossible que la concomitance fût sciemment prévue pour empêcher une claire lecture des différentes mesures décidées à l'avantage de ce qu'il est convenu d'appeler “la famille révolutionnaire”.
Mais quand hier, à l'ouverture du congrès de l'Organisation nationale des enfants des moudjahidine (Onem), son secrétaire général a appelé “à l'unité entre les enfants de moudjahidine, afin de donner l'exemple de sacrifices (au pluriel) et d'amour pour le pays”, il nous a renvoyés à cet ordre d'application de la loi 99-07. Bien sûr, on pourrait s'étonner que le pays en soit encore à spéculer sur la manière de payer la dette de son émancipation à ses libérateurs. N'a-t-il pas eu tout le temps d'organiser sa reconnaissance en près d'un demi-siècle de souveraineté ? Même si l'on peut se poser la question sur l'insuffisance des pensions, licences, agréments et priorités octroyés et sans cesse renouvelés à ces catégories de citoyens, il n'est pas question ici d'épiloguer sur les histoires de retraite avancée de sept ans ou d'échelons supplémentaires pour les fonctionnaires d'entre eux prévus par l'instruction en question… En la matière, il y a mieux : les “nommés par décret” qui peuvent prétendre à la retraite à 100% indexée après dix ans d'activité sous le statut du décret ! La famille révolutionnaire n'est pas plus choyée que la famille des cadres “nommés” !
Le plus frappant parmi ces mesures, c'est la dispense de concours et d'examens de promotions dans la Fonction publique. Cet avantage ne vaut plus tellement pour les fils de chahid, logiquement parvenus en fin de carrière, pour ceux qui ne sont pas encore à la retraite, mais vaut surtout pour les fils de moudjahidine. Et pour longtemps puisqu'il en naît certainement encore. Le législateur a peut-être trouvé quelque rationalité à cette étrange dérogation, mais elle reste anachronique dans ce qu'elle signifie : la possibilité, pour un ayant droit, d'occuper une fonction sans avoir à prouver une meilleure qualification que ses concurrents.
À ce propos, et si l'Onem, profitant de son congrès, se prenait au mot et fera un sacrifice identifiable ? Celui de renoncer à cette prime à l'incompétence qu'on veut offrir à ses membres. Juste pour mériter, en plus de leurs privilèges sociaux, leurs positions professionnelles.
M. H.
musthammouche@yahoo.fr


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.