Les milieux d'affaires séduits par l'Algérie    Les opportunités d'investissement en Algérie présentées le 10 décembre à Londres    « La Révolution de Novembre a transcendé l'impossible »    S'imprégner des valeurs du 1er Novembre    Pose symbolique de la première pierre    Le cas burkinabé, un avertissement pour les dirigeants africains    L’entretien de la semaine    1er Novembre 2014    Exception à Sidi M’hamed    Le MC Alger chute lourdement à Bologhine face à la JSK    Absent depuis 9 mois à cause de blessures    USM Alger    Cupcakes au citron meringués    Le chocolat et, d’une maniÚre plus générale, les sucreries sont des aliments anti-stress    QUESTION :    Ouverture du deuxiÚme FITB    Le coup de bill’art du Soir    ACTUCULT    L'armée coloniale frappée au cœur de Batna    Deux morts dans un accident de la route à Aflou (Laghouat)    Nidaâ Tounès officiellement vainqueur des législatives    Une prime de un million de dinars en cas de succès    La préparation précompétitive pointée du doigt par les Algériens    Tournoi de football entre les mosquées d'Alger : la finale fixée à dim    Les femmes envahissent le stade 20-Août-1955    CAF: programme chargé pour Issa Hayatou à Alger    L'impact de la presse électronique et des médias sociaux sur le journa    Trois accords signés dans la santé, le tourisme et l'énergie    Une presse libre et professionnelle, voilà ce que veulent    «Pour une Algérie sûre, unie, souveraine et forte»    À la recherche du centre    EN BREF    Les ministres de l'Agriculture des deux pays se réjouissent des résult    M. Lamamra : «Tout ce qui est excessif est insignifiant»    Blaise Compaoré démissionne    La Suède montre la voie    Le poids des mots, le choc des images    Requiem de Novembre    Bensaïdane Salem, un militant actif avant l'heure    Histoire d'un désintérêt    Le président du Burkina Faso Blaise Compaoré démissionne    La Révolution de Novembre a transcendé l'impossible (Bouteflika)    La grève générale de syndicats contre la précarité des conditions de vie au Maroc largement suivie (Syndicats)    La pêcherie du port d'Alger baptisée du nom du chahid Ali Kadri    Les ministres de l'Agriculture algérien et français plaident, depuis Biskra, pour un partenariat solide et diversifié    La communauté nationale établie au Burkina Faso va bien (MAE)    Reconnaissance par la Suède de l'Etat de Palestine: l'Algérie salue une décision "sage et courageuse"    L'année 2015, une nouvelle étape dans la bonne gestion du secteur de la santé (ministre)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

Enfants de moudjahidine : avantages et “sacrifices”
Publié dans Liberté le 08 - 04 - 2008

Avant-hier, El Khabar avait rendu publique l'instruction interministérielle réglementant l'application des articles 39, 40 et 42 de la loi du chahid et du moudjahid, qui traite aussi de leurs ayants droit.
En fait, le texte d'application n'inspirait pas plus de commentaire que d'habitude. Difficile d'ailleurs de démêler la part de légitimité, de l'opération clientéliste et de la culture de prébende dans ce genre de mesures. Et puis cela aurait manqué d'à-propos que de commenter une directive traduisant une loi en vigueur depuis neuf ans. À moins que ce ne soit la publication médiatique de l'instruction qui est en retard.
Et puis la fusion du système de dédommagement et de reconnaissance de la nation envers les veuves de chouhada et leurs ayants droit, les moudjahidine et leur descendance, dans une même loi rendait difficile de faire la part des choses entre ce qui se justifie, moralement et socialement, et ce qui relève de l'allocation politique des ressources. Il n'est d'ailleurs pas impossible que la concomitance fût sciemment prévue pour empêcher une claire lecture des différentes mesures décidées à l'avantage de ce qu'il est convenu d'appeler “la famille révolutionnaire”.
Mais quand hier, à l'ouverture du congrès de l'Organisation nationale des enfants des moudjahidine (Onem), son secrétaire général a appelé “à l'unité entre les enfants de moudjahidine, afin de donner l'exemple de sacrifices (au pluriel) et d'amour pour le pays”, il nous a renvoyés à cet ordre d'application de la loi 99-07. Bien sûr, on pourrait s'étonner que le pays en soit encore à spéculer sur la manière de payer la dette de son émancipation à ses libérateurs. N'a-t-il pas eu tout le temps d'organiser sa reconnaissance en près d'un demi-siècle de souveraineté ? Même si l'on peut se poser la question sur l'insuffisance des pensions, licences, agréments et priorités octroyés et sans cesse renouvelés à ces catégories de citoyens, il n'est pas question ici d'épiloguer sur les histoires de retraite avancée de sept ans ou d'échelons supplémentaires pour les fonctionnaires d'entre eux prévus par l'instruction en question… En la matière, il y a mieux : les “nommés par décret” qui peuvent prétendre à la retraite à 100% indexée après dix ans d'activité sous le statut du décret ! La famille révolutionnaire n'est pas plus choyée que la famille des cadres “nommés” !
Le plus frappant parmi ces mesures, c'est la dispense de concours et d'examens de promotions dans la Fonction publique. Cet avantage ne vaut plus tellement pour les fils de chahid, logiquement parvenus en fin de carrière, pour ceux qui ne sont pas encore à la retraite, mais vaut surtout pour les fils de moudjahidine. Et pour longtemps puisqu'il en naît certainement encore. Le législateur a peut-être trouvé quelque rationalité à cette étrange dérogation, mais elle reste anachronique dans ce qu'elle signifie : la possibilité, pour un ayant droit, d'occuper une fonction sans avoir à prouver une meilleure qualification que ses concurrents.
À ce propos, et si l'Onem, profitant de son congrès, se prenait au mot et fera un sacrifice identifiable ? Celui de renoncer à cette prime à l'incompétence qu'on veut offrir à ses membres. Juste pour mériter, en plus de leurs privilèges sociaux, leurs positions professionnelles.
M. H.
musthammouche@yahoo.fr


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.