Man United : La tendance se confirme pour Ibrahimovic    MINISTRE YOUCEF YOUSEFI : Examen prochain du dossier de l'industrie automobile    ORAN : Arrestation de 4 narcotrafiquants et saisie de 3 qx de kif    SAIDA : Les prix des fournitures scolaires s'envolent    Le terroriste éliminé à Lakhdaria identifié    Barcelone : la police ignore si le fugitif est en Espagne    Chute d'une roquette près de l'entrée de la Foire de Damas    Message du Président de la république à l'occasion de la journée du Moudjahid    Le parcours solitaire de Benyoucef Mellouk    Le RCD et Jil Djadid dénoncent le discrédit des institutions    L'armée libanaise face à Daech à la frontière syrienne    Turquie : Erdogan au MAE allemand, «Quel âge as-tu ?»    Mexique : les cadavres de trois policiers retrouvés sur une route    Trump congédie son sulfureux conseiller Steve Bannon    L'intervention saoudienne en cause    Les nouveaux ministres prennent leurs fonctions    Le stade : Kerbadj pas contre la domiciliation du MCA au 5-Juillet    CSC : Amrani prolonge son contrat    Grosse pression sur Alcaraz    Début réussi pour Ghezzal    7 070 tonnes de lait écrémé importées    La ligne Aïn Témouchent-Oran risque d'être suspendue    Le prix du mouton s'envole    La culture de la figue de Barbarie encouragée    Décès mystérieux de deux petites sœurs    Dernier délai, fin septembre    Colloque : Les contributions de Mouloud Mammeri dans la lutte anticoloniale    Alger / Manifestation «Dar Dzaïr» : L'Algérie racontée en 12 jours    Semaine de la culture et de l'histoire d'Irdjen : L'histoire de la radio en débat    Nouvelle approche ?    Oran : Le patron de Mobil'Art décédé au Maroc    Enquête sur les auteurs des piquages illicites    Comment le Gouvernement Ouyahia fera-t-il face aux tensions sociales et budgétaires 2017/2019? (contribution)    Administration territoriale : Important mouvement des cadres    Usagers des taxis : L'arnaque au quotidien    L'inévitable anarchie    Praticiens de la santé publique : «Le médecin est un bouc émissaire»    Le taux d'inflation annuel grimpe à 6,1%    CHAN-2018. Libye 1 – Algérie 1 : Les Verts éliminés de la course    Ahmad Ahmad retourne sa veste    Emouvant hommage à Kaddour Bousselham    Célébration du 20 Août 56    Communiqué du collectif de la Tribune    Le système    Makri invente, mais dans l'officieux    Transition sans transaction    Djamel Allam est rentré hier de Paris    Trois films algériens en compétition    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Retour des tensions dans le Rif après la mort d'un manifestant
Publié dans La Nouvelle République le 13 - 08 - 2017

La situation s'est de nouveau tendue dans la ville d'Al-Hoceïma, épicentre d'un mouvement de contestation dans la région marocaine du Rif (nord), où les appels à manifester se multiplient après la mort d'un manifestant qui a succombé mardi à ses blessures graves causées suite à des heurts avec la police lors d'une manifestation dans cette ville.
«La crise du Rif revient à zéro», résume vendredi le quotidien arabophone Akhbar Al Yaoum, qui fait état de nouveaux heurts entre manifestants et forces de l'ordre. Au cœur des crispations, le décès mardi d'Imad Atabi, qui était plongé dans le coma depuis sa blessure à la tête le 20 juillet, lors d'affrontements dans la ville d'Al-Hoceïma. Qualifié de «martyr» par les membres du «Hirak», nom donné localement au mouvement de contestation, et par des associations de défense des droits de l'Homme, il est le premier manifestant mort suite à des heurts avec les forces de l'ordre depuis que les protestations ont débuté en octobre dernier. Les manifestants dénoncent la «marginalisation» de leur région. Ses funérailles se sont déroulés mercredi dans une «ambiance électrique, laissant place à un sit-in et des affrontements entre police et manifestants», a rapporté le site du magazine marocain TelQuel. Des membres du «Hirak» ont appelé à une manifestation vendredi soir à Al-Hoceïma, à la mémoire du manifestant décédé, alors que de nouvelles arrestations dans les rangs du mouvement ont été enregistrées. «Le Hirak a désormais un martyr, un leader, des détenus, des symboles et un cahier revendicatif», décrypte vendredi le journal Akhbar Al Yaoum, qui évoque un «sentiment d'injustice» cette région. Depuis plus de huit mois, le Maroc vit au rythme du Hirak du Rif, le mouvement de contestation populaire et sociale enclenché à la suite du décès tragique de Mohcine Fikri, marchand de poissons broyé par un camion-benne en octobre 2016 à Al Hoceima en essayant de récupérer sa marchandise saisie par la police. Mercredi, un ancien ministre marocain, l'économiste Saïd Saâdi a indiqué que le Maroc risque de s'installer dans «une instabilité sociopolitique» dont les conséquences seront «dommageables» pour l'avenir, soulignant que la persistance du mouvement «Hirak» en dit long sur les faiblesses structurelles dont souffre le royaume et qui provoquent régulièrement des protestations dans différentes villes et localités du pays. Cet ancien cadre du Parti du progrès et du socialisme (PPS), dont il a démissionné en 2014, a expliqué également que «la reprise des contestations populaires qu'illustre le Hirak du Rif révèle également une crise de l'intermédiation politique traditionnelle et trahit la forte concentration des pouvoirs autour du Palais», relevant à ce sujet, que "l'ancien chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, a confié dernièrement au quotidien Akhbar Al Yaoum ne pas avoir été associé à la conception du projet Al Hoceima, phare de la Méditerranée (lancé en octobre 2015), dont la non-réalisation a attisé les tensions sociales dans le Rif."

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.