Yakouren (Tizi Ouzou) : Le siège du FFS saccagé    Inflation : Hausse annuelle de près de 6% en septembre    Fibre optique : Protocole d'accord signé à Aïn Defla    Oran : Ouverture du Salon des énergies renouvelables    Washington classe Aqmi ennemi public n°1    «Il est irréaliste d'envisager un consensus au sein de l'UA contre la RASD»    Tizi Ouzou : Rapatriement de 600 migrants nigériens    USM El Harrach : En quête de confirmation    En bref...    CHAN-2018 : Vers le repêchage de l'Algérie    Mascara : L'irrigation agricole en difficulté    Accidents de la circulation: 46 morts en une semaine    Premier prix pour la troupe marocaine Anfass    Un terroriste abattu et deux enfants pris en otage libérés à Jijel    La nouvelle direction chinoise sera présentée mercredi    Tribunal d'Aïn El Turck: Deux ans de prison ferme pour agression avec arme blanche    719 candidats engagés dans les Locales: Le RND dévoile ses têtes de liste    La majorité approuvent les dispositions prévues dans le projet de loi de finances    L'Algérie vice-championne d'Afrique avec 19 médailles    Outil de gestion des risques climatiques    7200 candidats pour 500 sièges    Le MCA renoue avec le succès    "Le président Bouteflika veut moderniser les médias"    Quand l'huître algérienne s'ouvre...    Le chef de l'exécutif honore les correspondants et journalistes de la wilaya    L'argent pourri même le serment d'Hippocrate    Célébration de la Journée nationale de la presse    Un atelier d'apprentissage du Tifinagh pour les élèves du primaire    Toutes toiles dehors !    «L'officialisation de Tamazight a déterminé mon retour sur scène en Algérie»    Super Sport United rejoint le TP Mazembe en finale    Brésil-Angleterre et Mali-Espagne en demi-finales demain    Ces "petites patries" qui font peur à l'Europe!    Le président Bouteflika reçoit Horst Kohler    L'électricité et la voirie entravent les projets    La "TAAT" pour nourrir l'Afrique    La sûreté de la wilaya de Constantine honore les journalistes    L'algue algérienne sera exportée    PLF2018 : Les dispositions concernant la préservation des acquis sociaux, saluées    42e session de L'EUCOCO : Une stratégie offensive aiguisée pour plus de solidarité avec le peuple sahraoui    Nigeria : 13 morts dans un triple attentat-suicide à Maiduguri    Les Asémistes sur une courbe descendante    Le prix du Président de la République du journaliste: Quatorze lauréats primés    10e Festival national de la musique hawzie    La révolution de Mohamed Aïssa    Dérapage raciste sur Beur TV    Alerte à la drogue !    Le SOS des experts    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Retour des tensions dans le Rif après la mort d'un manifestant
Publié dans La Nouvelle République le 13 - 08 - 2017

La situation s'est de nouveau tendue dans la ville d'Al-Hoceïma, épicentre d'un mouvement de contestation dans la région marocaine du Rif (nord), où les appels à manifester se multiplient après la mort d'un manifestant qui a succombé mardi à ses blessures graves causées suite à des heurts avec la police lors d'une manifestation dans cette ville.
«La crise du Rif revient à zéro», résume vendredi le quotidien arabophone Akhbar Al Yaoum, qui fait état de nouveaux heurts entre manifestants et forces de l'ordre. Au cœur des crispations, le décès mardi d'Imad Atabi, qui était plongé dans le coma depuis sa blessure à la tête le 20 juillet, lors d'affrontements dans la ville d'Al-Hoceïma. Qualifié de «martyr» par les membres du «Hirak», nom donné localement au mouvement de contestation, et par des associations de défense des droits de l'Homme, il est le premier manifestant mort suite à des heurts avec les forces de l'ordre depuis que les protestations ont débuté en octobre dernier. Les manifestants dénoncent la «marginalisation» de leur région. Ses funérailles se sont déroulés mercredi dans une «ambiance électrique, laissant place à un sit-in et des affrontements entre police et manifestants», a rapporté le site du magazine marocain TelQuel. Des membres du «Hirak» ont appelé à une manifestation vendredi soir à Al-Hoceïma, à la mémoire du manifestant décédé, alors que de nouvelles arrestations dans les rangs du mouvement ont été enregistrées. «Le Hirak a désormais un martyr, un leader, des détenus, des symboles et un cahier revendicatif», décrypte vendredi le journal Akhbar Al Yaoum, qui évoque un «sentiment d'injustice» cette région. Depuis plus de huit mois, le Maroc vit au rythme du Hirak du Rif, le mouvement de contestation populaire et sociale enclenché à la suite du décès tragique de Mohcine Fikri, marchand de poissons broyé par un camion-benne en octobre 2016 à Al Hoceima en essayant de récupérer sa marchandise saisie par la police. Mercredi, un ancien ministre marocain, l'économiste Saïd Saâdi a indiqué que le Maroc risque de s'installer dans «une instabilité sociopolitique» dont les conséquences seront «dommageables» pour l'avenir, soulignant que la persistance du mouvement «Hirak» en dit long sur les faiblesses structurelles dont souffre le royaume et qui provoquent régulièrement des protestations dans différentes villes et localités du pays. Cet ancien cadre du Parti du progrès et du socialisme (PPS), dont il a démissionné en 2014, a expliqué également que «la reprise des contestations populaires qu'illustre le Hirak du Rif révèle également une crise de l'intermédiation politique traditionnelle et trahit la forte concentration des pouvoirs autour du Palais», relevant à ce sujet, que "l'ancien chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, a confié dernièrement au quotidien Akhbar Al Yaoum ne pas avoir été associé à la conception du projet Al Hoceima, phare de la Méditerranée (lancé en octobre 2015), dont la non-réalisation a attisé les tensions sociales dans le Rif."

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.