Maroc : La marche d'Al Hoceima violemment empêchée par les forces de sécurité, un militant grièvement blessé    UE: plus de 41 millions de produits contrefaits saisis en 2016    Recul du nombre de faux billets d'euros saisis    Entretien téléphonique Messahel- Jean-Yves Le Drian    Audi rappelle jusqu'à 850.000 véhicules diesel    Mise en place d'une Cour d'appel pour les affaires pénales    Bayern Munich : Le Milan AC fait une nouvelle offre pour Sanches    Tizi-Ouzou : 490 migrants transférés dans un site aménagé    Elle tentait d'enlever un nouveau-né : une femme de manage sous les verrous    Tunisie- Les prix de voitures ont augmenté de 20% en quelques semaines, suite à la chute du dinar    Service national :241726 jeunes régularisés    Session de formation pour les magistrats sur les droit droits de l'homme    Redha Malek admis à hôpital militaire de Aïn Naâdja (Alger )    Boumerdès : Une lettre anonyme sème le doute    La culture de l'assurance n'est pas inexistante, mais elle a encore des marges importantes d'ancrage    En bref...    Il serait temps de penser à mettre en place une politique pragmatique pour accompagner le passage de l'informel vers le formel    Le NAHD pour jouer les trouble-fête    Les Algériens pensent déjà à l'Arabie Saoudite    Handisport : Les frères Baka dominent le 1500m    OL: Ghezzal, l'étrange rumeur    Leicester City : l'offre de l'AS Rome pour Riyad Mahrez refusée    ETRHB-Haddad : plusieurs projets structurants inachevés à Bouira    Une plainte déposée pour l'«achat» de voix lors des sénatoriales de 2015    MPA : Les «démissionnaires» apporteront leurs preuves demain    Béjaïa : Au moins 40 syndicalistes du Snategs arrêtés    Université de la formation continue (UFC) : La coordination des diplômés DEUA réclame le respect des lois    Tizi Ouzou : «Les moyens d'intervention sont insuffisants»    Blaoui El Houari : Ses amis et ses disciples en parlent !    Ce cancer de l'argent sale, qui ronge aussi bien la société que l'école, remonte au début des années 1990    Les maisons de la mer projeté en avant-première à Annaba    Algérie - Coûts de l'Interconnexion : Djezzy réclame une "symétrie tarifaire juste" (vidéo)    Tunisie-Chahed s'explique sur l'opération "mains propres" : "Nous devons protéger notre démocratie naissante"    Tourisme- Près d'un million de Marocains de l'étrangers ont rejoint le pays pour les vacances d'été    ESS : Zoom sur l'effectif 2018    13e édition du Festival arabe de Djemila jeudi à Sétif    Célébration du « Nelson Mandela Day » à Alger (VIDEO)    31 films en compétition    Sahara occidental - Maroc : Détenus de Gdeim Izik : des peines iniques    Chanson oranaise : Valoriser et protéger l'œuvre léguée par Blaoui Houari    Disparition : L'artiste Rachid Zeghimi n'est plus    Constantine: Un homme abattu de trois balles par un policier    Victoire algérienne bonne pour le moral    Gaïd Salah remet le prix de l'ANP pour la meilleure œuvre scientifique, culturelle et médiatique 2017    Benghabrit rassure les candidats retenus pour l'examen oral    Près de 70 milliards de DA de transactions commerciales sans factures au 1er semestre 2017    «Mettre les potentialités touristiques pour pérenniser un savoir-faire ancestral»    "C'est un rappel à l'ordre"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un nom, un lieu: Hadj Abdellah Benmansour, un artiste très discret
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 05 - 08 - 2009

Pétillant, brillant et sobre, Hadj Abdellah Benmansour, le doyen des artistes-peintres algériens, quatre-vingts années au compteur, est encore trop étonnant pour laisser son interlocuteur indifférent. Pour ceux qui ne le connaissent pas, ils doivent savoir que ce personnage est haut en couleur comme le sont toutes ses toiles qu'il expose à longueur d'année sur la devanture de son magasin, une librairie, si l'on veut dire, située juste à côté de la Grande Poste sur la rue Mohamed Khemisti. Et d'aucuns peuvent se demander pourquoi cet homme n'a pas fait comme tous les autres en transformant son fonds de commerce en une activité plus lucrative. Et l'homme est trop jaloux de sa passion pour se laisser tenter par la question.
Hadj Abdellah Benmansour est né en 1929 à Tlemcen dans une famille versée dans l'Art artisanal. Il poursuivra ses études au collège de Slane à Tlemcen et à la medersa coranique au côté de Taleb Ibrahimi et Mohamed Bedjaoui pour ne citer que ces derniers, puis il part pour Paris pour rejoindre «Art Déco» qu'il quittera en 1952. En dépit du fait qu'il soit cité dans le livre de Khaled Merzouk sur Messali Hadj en le citant nommément à travers un autre témoin, Lacahachi Mustapha, sur le fait qu'il soit à l'origine de la conception du premier tract de l'ALN en janvier 1955, après avoir été jusqu'à Mostaganem pour chercher la ronéo et les stencils vierges, Hadj Benmansour ne veut rien dire sur ce passé, malgré notre insistance, sauf évoquer son métier et de la couverture que lui procurait cette activité pour son engagement indéfectible à la cause nationale.
Benmansour est le premier Algérien à ouvrir une galerie d'Art du nom de Sesame à Mostaganem où d'illustres peintres y exposent leurs toiles. En 1964, il expose avec d'autres peintres algériens à Paris, notamment Khadda, Benanteur, Issiakhem, Baya, Galliero. Sa peinture est décrite dès lors comme un prolongement de la tradition du signe, dit l'Art originel, mais non sans renier la peinture actuelle et de ce qu'elle a amené de nouveau. Des tableaux chantant la nature, la beauté, les portraits, des calligraphies et bien d'autres toiles dégageant un parfum d'onirisme, presque juvéniles. Pour les peintres orientalistes qui ont peint l'Algérie, son verdict est sans appel: «Ces orientalistes sont la face polie du colonialisme, puisqu'ils ont peint la laideur et la misère dans tous leurs éclats». Façon de dire que ces peintres voulaient escompter le fait colonial en présentant l'indigène dans sa nudité comme un objet d'art sans âme ni esprit.
Ses tableaux sont exposés un peu partout dans le monde, en France, aux Etats-Unis, en Allemagne, en Suisse et au Maroc. Plusieurs fois honoré, en 2004, à La Rochelle, il reçoit le premier prix sur 260 exposants et aura une sémillante discussion avec Alain Juppé alors en visite à Oran qui fut émerveillé par ses toiles. «Ma première toile, je l'ai dessinée quand j'avais huit ans et c'était le portrait de mon père et à sa mort, soit plusieurs décennies plus tard, je l'ai retrouvée cachée dans ses affaires, c'est ma plus belle oeuvre».
Hadj Abdellah Benmansour ne vit pas uniquement de son métier comme la plupart des artistes-peintres algériens, il fait du graphisme, de la taille de pierre et conçoit à la main les registres réglementaires qu'on utilise dans les administrations. Cela lui permet de vivre. Un homme pieux et bon père de famille, puisque ses enfants sont des sommités dans leurs spécialités: une fille docteur en mathématiques, dirigeant un institut de recherche en France, une autre polytechnicienne dernièrement en détachement à Bakou, Azerbaïdjan, un autre versé dans l'énergie solaire avec comme lieu de travail Mexico et une autre spécialiste en médecine.
Inépuisable mais pas du tout pédant, Hadj Abdellah Benmansour est un homme de grande culture. Une culture enracinée dans le terroir, la sagesse et l'humour tout en finesse. Un jour alors que le professeur de français demande à ses élèves d'écrire un poème, Benmansour écrit une poésie en ajoutant en dernier un quatrain de Victor Hugo. Le professeur lors de la remise des copies et après avoir lu le poème de Benmansour dira aux élèves: «Je ne savais pas que Victor Hugo imitait Benmansour». C'est toute la saveur d'une discussion menée à bâtons rompus avec un homme pudique et très distant avec les lauriers et les éclats éphémères.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.