Rajevac convoque 24 joueurs    Tennis, ATP: Un joueur suspendu à vie    Une adolescente portée disparue depuis dimanche    Une partie d'un stock d'acide citrique détruite par un incendie    Peine capitale pour trois terroristes auteurs de l'assassinat d'un maire    Angleterre : Allardyce n'est pas reparti les mains vides    Pétrole - La réunion de l'OPEP à Alger redonne des couleurs à un marché durablement incertain    Syrie / Après la reprise des bombardements sur Alep - USA - Russie : rien ne va plus    en bref...    Skikda : Quand la rage... fait rage    Ligue 1 / Matchs avancés de la 6e journée : L'USMH en péril à Oran    UEFA Champions League - 2e journée / Groupe A : Le PSG et Arsenal font le travail    Le MCA prépare un piège à l'ESS    FLN : rentrée politique pour Saâdani dimanche    1er Salon du tourisme et des voyages    Le ministère tente d'éliminer les causes    À sept mois des législatives, le FLN investit dans le social    Washington demande à Bamako de rompre avec un groupe armé    La SDA-Alger confirme la cause de l'inhalation du monoxyde de carbone    Réunion informelle de l'OPEP: «Agir sur le court terme» pour stabiliser le marché    Un climat à revoir    Pipo    Réunion de l'Assemblée parlementaire de l'UPM : Le Parlement algérien y prend part à Bruxelles    Algérie-ONU : Ban Ki-Moon reçoit M. Lamamra    Portant ratification de plusieurs accords et mémorandums : Le président Bouteflika signe plusieurs décrets    Inhumation de l'ancien DG de l'APS, Laïd Bici    Lamamra transmet un message du président Bouteflika à Ban Ki-Moon    Décès : L'ancien directeur général de l'APS, Laïd Bici, tire sa révérence    MOB-TP Mazembe le 29 octobre à Blida    AI: "Les criminels doivent être traduits devant la justice"    Tizi Ouzou accueillera samedi un meeting    L'adieu à un grand et modeste confrère    Le taux d'inflation a atteint 5,8%    Des anomalies à la chaîne    Ayrault menace ceux qui ne voteront pas la résolution française    Un enfant noyé dans une bâche à eau d'une crèche    Le Pentagone ne veut pas renoncer à la première frappe    La CAF satisfaite des préparatifs au Gabon    Le bricolage des télévisions privées    Réservoir de voix électorales    Dessine-moi la guerre d'Algérie    Accord pour la réduction du volume de production    L'indifférence !    Plaidoyer pour une réconciliation nationale    La culture coréenne à l'honneur en Algérie    Plusieurs artistes primés    Exposition de bouquinistes en novembre    Tendances    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Délinquance, agression sexuelle, prostitution…: A 12 ans leur vie bascule dans le drame !
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 22 - 11 - 2011

La délinquance juvénile a pris des proportions alarmantes dans toutes les wilayas du pays. Oran et à l'instar des grandes villes ne fait pas l'exception. Il y a de quoi tirer la sonnette d'alarme. Cinq mineurs, en moyenne, sont quotidiennement impliqués dans des délits et des crimes. La violence sur ascendants, les coups et blessures volontaires, le port d'armes prohibées et les stupéfiants viennent en tête de listes de ces affaires. En 2010 et suite à la demande des juges de mineurs, la DAS a effectué 832 enquêtes sur des mineurs impliqués dans des délits et des crimes. Les mineurs concernés étaient placés sous contrôle judicaire. Selon une source de la direction de l'Action sociale (DAS), 131 enfants et adolescents, impliqués dans diverses affaires de délinquance, ont été placés et suivis par le service d'observation et d'éducation, en milieu ouvert (SOEMO) de la wilaya d'Oran.
Toujours selon les enquêtes de la DAS, pas moins de 1.880 mineurs ont été impliqués dans des délits et des crimes en 2009 à Oran. En 2008, 138 mineurs ont été arrêtés par les services de la gendarmerie à Oran.
Le phénomène de délinquance juvénile nécessite des mesures préventives, des mesures répressives ainsi que des mesures de suivi. «Les mesures préventives se concrétisent dans la relation «quantitative et qualificative » entre l'enseignement, les organisations de jeunesse, l'assistance à la jeunesse et l'administration de la justice pénale pour constituer un maillon préventif de la chaîne de sécurité», dira un sociologue.
Selon les spécialistes, les conflits familiaux et les dangers moraux constituent le premier «pas» vers la délinquance juvénile. Les spécialistes évoquent la démission parentale et la dégradation des moeurs. Ces derniers affirment que les enfants vivant dans un milieu où sévit la violence sont généralement présents lors des scènes, parfois eux-mêmes battus ou menacés. L'équilibre émotif de ces enfants et leur santé physique sont mis en péril par les scènes de violence et l'atmosphère tendue qui règne à la maison, les sentiments d'insécurité, de vulnérabilité, de culpabilité, les troubles de comportement, les difficultés scolaires, sont omniprésents.
Ces enfants sont aussi la proie de toutes les formes d'exploitation et d'agression, surtout que de plus en plus de mineurs sont victimes de bandes organisées spécialisées soit dans le vol, la mendicité ou pire encore la prostitution. En effet durant les six premiers mois de l'année 2010, les différentes brigades relevant du groupement de la gendarmerie nationale de la wilaya d'Oran ont traité 29 affaires de prostitution. Au total 43 personnes impliquées dans ces affaires ont été arrêtées. Parmi les mises en cause dont la majorité des mineures, 31 ont été placées sous mandats de dépôt. Les victimes (les mineures) souffrant de problèmes familiaux et de conditions sociales difficiles, s'adonnent à la prostitution. Le phénomène des agressions sexuelles sur mineurs prend aussi de l'ampleur ces dernières années, à l'image de tous les autres phénomènes sociaux dus à la misère. Selon des sources hospitalières, quelque 300 cas de viols et d'atteintes à la pudeur, dont ont été victimes des enfants, ont été enregistrés à Oran depuis le début de l'année en cours. 55% des victimes sont des garçons. La majorité des cas ont été orientés vers les services de médecine légale des différents établissements hospitaliers que compote la wilaya.
Agés de moins de 12 ans et leurs vies ont basculé brusquement dans la tragédie à cause de ces actes qui sont cependant occultés par la société. Les témoignages des victimes sont nombreux et font froid dans le dos.
Il y a lieu de signaler que le service d'observation et d'éducation en milieu ouvert joue un rôle important dans l'éducation, la protection et la réadaptation de jeunes mineurs délinquants ou en danger moral. Etant d'essence préventive, la mission du SOEMO consiste à protéger les mineurs contre toutes sortes de déviations et délits, mais aussi à faciliter leur réinsertion sur les plans social, scolaire et professionnel.
Le SOEMO a également pour rôle d'assurer la prise en charge des mineurs délictuels placés par le juge des mineurs sous liberté surveillée, en veillant au suivi des conditions de leur évolution et d'emploi de leur temps, tout en les maintenant au sein de leur famille.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.