Le pétrole en hausse dans un marché prudent    Algérie - Attentat déjoué à Constantine: l'identification du terroriste se poursuit (ministre)    Les avocats en colère    «Pour nous, la Kabylie fait partie de l'Algérie et doit y rester»    Oultache «je n'ai pas tué Ali Tounsi»    Un cahier des charges sera soumis au gouvernement    Tizi Ouzou : Les commerçants de nouveau en grève    Le chercheur Salah Nasri décroche un prix aux Emirats Arabes Unis    Le soutien ferme de l'Algérie au Front Polisario    FAF : L'AGO ce matin à Sidi Moussa    Les bilans approuvés à la majorité    RC Kouba : Chaïb refuse le poste d'entraîneur    Mebarki plaide pour une nomenclature adaptée aux spécificités régionales    La Gendarmerie nationale vire vers le tout numérique    Plus de 46 tonnes de produits alimentaires saisies dans un entrepôt    L'urgence d'une réflexion à plusieurs voix    Fédération algérienne de boxe    Fédération algérienne des luttes associées    COUVERTURE DE LA CAMPAGNE DES ELECTIONS LEGISLATIVES DU 4 MAI    Alors que le RCD a finalisé sa liste pour les législatives du 4 mai prochain    LISTES ELECTORALES DU FLN    CR Bélouizdad    Le coup de bill’art du Soir    La police kenyane abat un suspect d'Al-Shebab    La grève des étudiants en pharmacie continue dans 8 universités, Annaba et Tlemcen ne suivent plus    VIGNETTE AUTOMOBILE : Fixée du 1er au 31 mars 2017    RUPTURE D'APPROVISIONNEMENT DE MEDICAMENTS : Méfiez-vous des rumeurs    FA Basketball : Ali Slimani de retour aux commandes vingt ans après    Tiaret: Deux morts et un blessé grave dans une collision    Bouira: 48 affaires devant la session criminelle    CRB : Badou Zaki hausse le ton    Constantine - Direction régionale de la SNTF: Plus de 500 agents sortis en retraite en 2016    Le Maroc annonce son retrait de Guerguerat au Sahara occidental    Des réponses «claires et précises» ont été apportées aux différents aspects des revendications    Quelque 3 500 attaques enregistrées en 2016    Des responsables politiques libyens à Alger    Lamamra reçoit la Croix de San Martin, la plus haute distinction d'Argentine    La commune d'Oued Fodda raccordée à 100% au gaz naturel    Le projet de HMA-Cevital validé par le gouvernement    Fronde au FFS    28e anniversaire de la disparition de Mouloud Mammeri    Trump n'assistera pas au dîner des correspondants de la Maison-Blanche    L'armée allemande aux avant-postes    "Ghourourou Essorsor" chaleureusement ovationnée    20 longs métrages en compétition    Inauguration de l'exposition "Photo marathon d'Alger"    Une enquête dans le milieu du malouf et de la Révolution    "Le caricaturiste n'a aucun statut officiel en Tunisie"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Délinquance, agression sexuelle, prostitution…: A 12 ans leur vie bascule dans le drame !
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 22 - 11 - 2011

La délinquance juvénile a pris des proportions alarmantes dans toutes les wilayas du pays. Oran et à l'instar des grandes villes ne fait pas l'exception. Il y a de quoi tirer la sonnette d'alarme. Cinq mineurs, en moyenne, sont quotidiennement impliqués dans des délits et des crimes. La violence sur ascendants, les coups et blessures volontaires, le port d'armes prohibées et les stupéfiants viennent en tête de listes de ces affaires. En 2010 et suite à la demande des juges de mineurs, la DAS a effectué 832 enquêtes sur des mineurs impliqués dans des délits et des crimes. Les mineurs concernés étaient placés sous contrôle judicaire. Selon une source de la direction de l'Action sociale (DAS), 131 enfants et adolescents, impliqués dans diverses affaires de délinquance, ont été placés et suivis par le service d'observation et d'éducation, en milieu ouvert (SOEMO) de la wilaya d'Oran.
Toujours selon les enquêtes de la DAS, pas moins de 1.880 mineurs ont été impliqués dans des délits et des crimes en 2009 à Oran. En 2008, 138 mineurs ont été arrêtés par les services de la gendarmerie à Oran.
Le phénomène de délinquance juvénile nécessite des mesures préventives, des mesures répressives ainsi que des mesures de suivi. «Les mesures préventives se concrétisent dans la relation «quantitative et qualificative » entre l'enseignement, les organisations de jeunesse, l'assistance à la jeunesse et l'administration de la justice pénale pour constituer un maillon préventif de la chaîne de sécurité», dira un sociologue.
Selon les spécialistes, les conflits familiaux et les dangers moraux constituent le premier «pas» vers la délinquance juvénile. Les spécialistes évoquent la démission parentale et la dégradation des moeurs. Ces derniers affirment que les enfants vivant dans un milieu où sévit la violence sont généralement présents lors des scènes, parfois eux-mêmes battus ou menacés. L'équilibre émotif de ces enfants et leur santé physique sont mis en péril par les scènes de violence et l'atmosphère tendue qui règne à la maison, les sentiments d'insécurité, de vulnérabilité, de culpabilité, les troubles de comportement, les difficultés scolaires, sont omniprésents.
Ces enfants sont aussi la proie de toutes les formes d'exploitation et d'agression, surtout que de plus en plus de mineurs sont victimes de bandes organisées spécialisées soit dans le vol, la mendicité ou pire encore la prostitution. En effet durant les six premiers mois de l'année 2010, les différentes brigades relevant du groupement de la gendarmerie nationale de la wilaya d'Oran ont traité 29 affaires de prostitution. Au total 43 personnes impliquées dans ces affaires ont été arrêtées. Parmi les mises en cause dont la majorité des mineures, 31 ont été placées sous mandats de dépôt. Les victimes (les mineures) souffrant de problèmes familiaux et de conditions sociales difficiles, s'adonnent à la prostitution. Le phénomène des agressions sexuelles sur mineurs prend aussi de l'ampleur ces dernières années, à l'image de tous les autres phénomènes sociaux dus à la misère. Selon des sources hospitalières, quelque 300 cas de viols et d'atteintes à la pudeur, dont ont été victimes des enfants, ont été enregistrés à Oran depuis le début de l'année en cours. 55% des victimes sont des garçons. La majorité des cas ont été orientés vers les services de médecine légale des différents établissements hospitaliers que compote la wilaya.
Agés de moins de 12 ans et leurs vies ont basculé brusquement dans la tragédie à cause de ces actes qui sont cependant occultés par la société. Les témoignages des victimes sont nombreux et font froid dans le dos.
Il y a lieu de signaler que le service d'observation et d'éducation en milieu ouvert joue un rôle important dans l'éducation, la protection et la réadaptation de jeunes mineurs délinquants ou en danger moral. Etant d'essence préventive, la mission du SOEMO consiste à protéger les mineurs contre toutes sortes de déviations et délits, mais aussi à faciliter leur réinsertion sur les plans social, scolaire et professionnel.
Le SOEMO a également pour rôle d'assurer la prise en charge des mineurs délictuels placés par le juge des mineurs sous liberté surveillée, en veillant au suivi des conditions de leur évolution et d'emploi de leur temps, tout en les maintenant au sein de leur famille.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.