RND: Les opposants à Ouyahia reprennent du service    Mirage de la démocratie «apaisée» promise    La république de l'intox    De janvier à mai: La facture d'importation de véhicules baisse de plus d'un milliard DA    251 milliards de DA récoltés: Les limites de l'emprunt obligataire    Affaires El Khabar, KBC, siège d'El Watan: La presse privée dans la tourmente    Réactions après le tirage au sort des éliminatoires du Mondial-2018    GC Mascara; La restructuration du club en marche    O. Médéa: Dans l'attente d'une solution aux problèmes financiers    Touta, le village oublié    Malades chroniques, accidents de la route, rixes, agressions: Plus de 200 personnes prises en charge, quotidiennement, aux UMC    Constantine - 1 566 poches de sang collectées depuis le début du ramadhan    18e anniversaire de l'assassinat de Matoub Lounès: Des partisans du MAK tentent de perturber la commémoration    Gaïd Salah : La tentation totalitaire    L'Algérie dans un groupe explosif    4,5 milliards de dollars pour le marché américain    La police judiciaire dresse son bilan de la première moitié du mois sacré    5 personnes activement recherchées arrêtées dans des opérations coup-de-poing    Château de cartes    Un chant spirituel au rythme de la poésie populaire    Un des plus anciens rituels du soufisme    Un débat sur fond de tension    L'Algérie se tourne vers les opérateurs locaux    L'Ecole supérieure de la sécurité sociale inaugurée le 5 juillet    Le miracle aura-t-il lieu?    "Grande confiance en Mahrez et en les Verts"    "Douter de nous? Certainement pas!"    Les ambitions du secteur des transports    Brexit : Un coup dur pour les marchés, mais ne semble pas menacé    Sans les collectivités locales : Pas de refondation possible de l'économie    Périple d'Ouyahia    Brexit: et maintenant?    12 ONG appellent à accroître "l'aide financière"    La gendarmerie traque le crime    Le Groupe Tahkout s'engage avec Hyundai    Sécurité collective arabe inexistante    Les citoyens soulagés    Une très belle quaâda chaâbie    Bijouterie kabyle : Tout pour lutter contre la contrefaçon et les fluctuations du marché    L'animation débute avec Chenane et les Bermudes    Les signatures validées pour un référendum anti-Maduro    Poursuite des combats pour la reprise d'Alep    Quel avenir pour les Crabes ?    L'effet domino    Deux dépouilles découvertes à Bouira    17 qx de kif traité saisis à Tlemcen, Chlef et Béchar    Hommage à Hadj Mohamed Tahar Fergani    Voyage au coeur de l'Andalousie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





TENES : UNE SALLE DES FETES A TOUT PRIX !
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 24 - 09 - 2012

Les fêtes de mariage ont repris de plus belle après une pause forcée due au mois de Ramadhan. En effet, il ne se passe pas un jour sans que l'on assiste aux nombreux défilés de voitures de luxe, quelquefois louées, actionnant leurs klaxons aux multiples sons, arpentant les principales artères de la ville.
Cela bien évidemment crée des embouteillages notamment au principal carrefour de la ville dit «carrefour de l'Hôtel des Arts», par où transitent l'ensemble des automobilistes y compris les gros camions qui fréquentent le port de la ville de Ténès. Cependant, mis à part «ce petit inconvénient» et pour fêter dans la joie et l'ambiance le mariage, les familles n'hésitent pas à recourir à quelques salles des fêtes autorisées. A Ténès, ces salles des fêtes, au nombre de quatre, sont très sollicitées, et la réservation se fait dès le mois de février avec bien sûr un acompte pour être sûr d'en disposer le jour J. Aujourd'hui, si de plus en plus de familles ont recours à ces salles malgré une tarification toujours en hausse, la majorité y trouve son compte: adieu galère, tâches ménagères, exiguïté des lieux et promiscuité... Il faut reconnaître que l'ère des fêtes-maison et terrasses est révolue. Aujourd'hui, place à l'ère des réceptions dans les grands hôtels et les salles des fêtes qui dispensent les familles de tout effort et contrainte, en leur offrant une superficie plus spacieuse, climatisée, sécurisée et disposant d'un service impeccablement agencé. Mais à quel prix ? En effet, concurrence oblige, le prix d'une location pour une demi-journée oscille entre 25.000 et 30.000 DA. Mais à ce prix-là, nombreuses sont les familles qui demandent une amélioration dans les prestations, notamment sur le volet de la climatisation en cette période de canicule que la plupart des propriétaires de salles des fêtes hésitent à mettre en marche en raison du surcoût dû à la consommation de l'électricité. De toute évidence, ces salles rapportent gros, et à la cadence d'activité actuelle qui pratiquement tourne aux alentours de huit mois sur l'année, nombreux sont ceux qui désirent investir dans ce créneau juteux. Toutefois, pour réaliser son projet, le promoteur doit d'abord disposer d'une assiette de terrain assez importante, chose qui n'est pas aisée de dénicher facilement.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.