Alors que le Ghana hésite toujours    Badminton : championnat d'Algérie seniors    Handball    Algérie:des retraités de la police marchent à Constantine    Abdelmalek Sellal à In Guezzam (TAMANRASSET) :    CONFÉRENCE SUR LE CONSENSUS NATIONAL    AÏN-SEFRA    Algérie-Emirats arabes unis:création, fin 2014, d'une société de distribution de véhicules fabriqués localement    L’Etat Islamique : un des multiples avatars du projet du Grand Moyen-Orient des néo-conservateurs américains    Libye-Le parlement s'allie avec l'ancien général Khalifa Haftar    Délice au chocolat    Roulés de dinde aux cornichons    Trouver sa crÚme idéale : pour un effet liftant    ACTUCULT    L’Oranais de LyÚs Salem    Le coup de bill’art du Soir    Tunisie:Vers un système national de dépôt de plaintes à distance et de dénonciation de cas de corruption    Douanes : Le nouveau code à l'examen au secrétariat général du gouvernement    Le ministre de la santé rassure : Aucun cas d'Ebola en Algérie    Sellal visite un projet de 360 logements publics locatifs à Bordj Badji Mokhtar (Adrar)    FC Barcelone : Suarez a eu peur de ne pas rejoindre les Blaugrana    Equipe nationale : Mali - Algérie le 19 novembre    Dépénalisation de l'acte de gestion : Aller de la méfiance vers la confiance    Tebboune multiplie les assurances : Lancement de 105.000 logements AADL à travers le pays    Des politiques ou des commis de l'Etat ?    EN BREF    Attention à l'effet d'aubaine !    La reprise du dialogue intermalien inclusif reportée à mardi pour des "raisons techniques"    Les Kurdes de Kobané soulagés par les armes larguées par Washington    Appel d'air... chaud    101 médailles dont 30 en or pour l'Algérie    «Un groupe d'experts cubains sera à Alger d'ici à fin 2014»    Hamid Grine défend la carte nationale de journaliste    Rafik Djebbour parmi le groupe    Mme Benghebrit responsabilise la famille de l'éducation pour la prése    Un boucan pour rien    Semaine de l'entreprenariat : des centaines de porteurs de projets    Les dirigeants arabes ne se mettent pas d'accord pour sérier    La lutte contre le chômage est une question d'ordre politique    Et la lutte contre le terrorisme israélien ?    Vers une scission en douce du Mali ?    Culture de proximité, enseignement des arts et soutien à la créativit    Le gouvernement satisfait plusieurs revendications socioprofessionnelles des policiers    Deux tirs de sommation des GGF transformés en polémique    Valoriser les efforts de l'Etat    Ils ont jugé l'avant-projet de loi sanitaire incohérent    "Où est le rapport Ouyahia?"    Sans relâche de Antoine Bourseiller : La vraie histoire du théâtre français    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

TENES : UNE SALLE DES FETES A TOUT PRIX !
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 24 - 09 - 2012

Les fêtes de mariage ont repris de plus belle après une pause forcée due au mois de Ramadhan. En effet, il ne se passe pas un jour sans que l'on assiste aux nombreux défilés de voitures de luxe, quelquefois louées, actionnant leurs klaxons aux multiples sons, arpentant les principales artères de la ville.
Cela bien évidemment crée des embouteillages notamment au principal carrefour de la ville dit «carrefour de l'Hôtel des Arts», par où transitent l'ensemble des automobilistes y compris les gros camions qui fréquentent le port de la ville de Ténès. Cependant, mis à part «ce petit inconvénient» et pour fêter dans la joie et l'ambiance le mariage, les familles n'hésitent pas à recourir à quelques salles des fêtes autorisées. A Ténès, ces salles des fêtes, au nombre de quatre, sont très sollicitées, et la réservation se fait dès le mois de février avec bien sûr un acompte pour être sûr d'en disposer le jour J. Aujourd'hui, si de plus en plus de familles ont recours à ces salles malgré une tarification toujours en hausse, la majorité y trouve son compte: adieu galère, tâches ménagères, exiguïté des lieux et promiscuité... Il faut reconnaître que l'ère des fêtes-maison et terrasses est révolue. Aujourd'hui, place à l'ère des réceptions dans les grands hôtels et les salles des fêtes qui dispensent les familles de tout effort et contrainte, en leur offrant une superficie plus spacieuse, climatisée, sécurisée et disposant d'un service impeccablement agencé. Mais à quel prix ? En effet, concurrence oblige, le prix d'une location pour une demi-journée oscille entre 25.000 et 30.000 DA. Mais à ce prix-là, nombreuses sont les familles qui demandent une amélioration dans les prestations, notamment sur le volet de la climatisation en cette période de canicule que la plupart des propriétaires de salles des fêtes hésitent à mettre en marche en raison du surcoût dû à la consommation de l'électricité. De toute évidence, ces salles rapportent gros, et à la cadence d'activité actuelle qui pratiquement tourne aux alentours de huit mois sur l'année, nombreux sont ceux qui désirent investir dans ce créneau juteux. Toutefois, pour réaliser son projet, le promoteur doit d'abord disposer d'une assiette de terrain assez importante, chose qui n'est pas aisée de dénicher facilement.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.