L'agression israélienne entre dans sa quatrième semaine    Khamenei appelle à armer les Palestiniens    L'UE durcit le ton contre Poutine et prépare de nouvelles sanctions    Les raisons d'un silence    L'Algérie 94e dans l'indice de développement humain 2014    Belkalem vers Trabzonspor    «Nous sommes capables de jouer le titre»    Agenda chargé pour Gourcuff    Trente-deux blessés à Berriane    Chéhérazade en voyage à Alger    Combien coûte une télévision sur Nile Sat?    Quatre artistes pour une fête unique    Plus de 60 prisonniers politiques sahraouis au Maroc    L'élite peaufine la préparation physique    Importations de véhicules: La tendance baissière se confirme    La détermination de la CNLTD    Aïd sous haute surveillance    Ouvertures de 3 nouvelles écoles scolaires    Il n'y a pas que les dents en cause    Fête de l'Aïd : Les Algériens peinent à acheter les vêtements    Fête de l'Aïd : Les SMS et Facebook détrônent les visites familiales    L'hôpital de Ain Azel après l'acte de vandalisme    Habillement : Hausse des importations au 1er semestre 2014    Libye : Le gouvernement cherche à négocier une trêve    Précieux enregistrements    Le piano de "Casablanca" aux enchères    Le pouvoir affaiblit l'Etat    Protection civile : 32 morts et 119 blessés sur les routes du pays en deux jours    L'inflation a poursuivi son recul en juin 2014    270 commerces en infraction pour la permanence durant l'Aïd    Crash : M. Sellal présente ses condoléances au nom du Président Bouteflika    Ain Azel (Sétif) : décès d'un citoyen par balle d'agent de police, la DGSN ouvre une enquête    Alger, centre de gravité dans la crise malienne    Club Africain,Belkaroui bien parti pour arracher sa place de titulaire    Formation de 26 000 agents paramédicaux d'ici 2018    Plusieurs stages en perspective pour l'élite de la natation algérienne    Crash : des mesures d'accompagnement des familles des victimes    La 3G, et après ?    Libye, la somalisation ?    28 athlètes algériens à la conquête de l'Afrique    Objectif : redonner à la culture droit de cité    Projection en avant-première à Bechar du documentaire-fiction Zone 8    Enquête sur les circonstances de la mort d'une personne d'une balle tirée par une arme d'un policier à Sétif (DGSN)    Ligue des champions d’Afrique (tour des poules 4e journée/Gr B)    Modernité, comment ? Stagnation, pourquoi ? (2e partie et fin)    CHANGEMENT À LA TÊTE DE SONATRACH    Ghardaïa : échauffourées à Berriane entre groupes de jeunes    Mostaganem : réalisation d'un observatoire astronomique près du méridien de Greenwich    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

TENES : UNE SALLE DES FETES A TOUT PRIX !
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 24 - 09 - 2012

Les fêtes de mariage ont repris de plus belle après une pause forcée due au mois de Ramadhan. En effet, il ne se passe pas un jour sans que l'on assiste aux nombreux défilés de voitures de luxe, quelquefois louées, actionnant leurs klaxons aux multiples sons, arpentant les principales artères de la ville.
Cela bien évidemment crée des embouteillages notamment au principal carrefour de la ville dit «carrefour de l'Hôtel des Arts», par où transitent l'ensemble des automobilistes y compris les gros camions qui fréquentent le port de la ville de Ténès. Cependant, mis à part «ce petit inconvénient» et pour fêter dans la joie et l'ambiance le mariage, les familles n'hésitent pas à recourir à quelques salles des fêtes autorisées. A Ténès, ces salles des fêtes, au nombre de quatre, sont très sollicitées, et la réservation se fait dès le mois de février avec bien sûr un acompte pour être sûr d'en disposer le jour J. Aujourd'hui, si de plus en plus de familles ont recours à ces salles malgré une tarification toujours en hausse, la majorité y trouve son compte: adieu galère, tâches ménagères, exiguïté des lieux et promiscuité... Il faut reconnaître que l'ère des fêtes-maison et terrasses est révolue. Aujourd'hui, place à l'ère des réceptions dans les grands hôtels et les salles des fêtes qui dispensent les familles de tout effort et contrainte, en leur offrant une superficie plus spacieuse, climatisée, sécurisée et disposant d'un service impeccablement agencé. Mais à quel prix ? En effet, concurrence oblige, le prix d'une location pour une demi-journée oscille entre 25.000 et 30.000 DA. Mais à ce prix-là, nombreuses sont les familles qui demandent une amélioration dans les prestations, notamment sur le volet de la climatisation en cette période de canicule que la plupart des propriétaires de salles des fêtes hésitent à mettre en marche en raison du surcoût dû à la consommation de l'électricité. De toute évidence, ces salles rapportent gros, et à la cadence d'activité actuelle qui pratiquement tourne aux alentours de huit mois sur l'année, nombreux sont ceux qui désirent investir dans ce créneau juteux. Toutefois, pour réaliser son projet, le promoteur doit d'abord disposer d'une assiette de terrain assez importante, chose qui n'est pas aisée de dénicher facilement.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.