Moines de Tibhirine: le juge Trévidic sur les nerfs    Belaïz veut impliquer les citoyens    Quelques bonnes questions    Le président Bouteflika s'entretien avec son homologue turc Erdogan    1 500 Algériens quittent chaque année l'Espagne    Le huis clos a de beaux jours devant lui    Goavec entame sa mission    USMH-MCA avancé au 28 novembre    «Au Mali pour la victoire»    "Modérés" disent-ils!    Béji Caïd Essebsi favori    L'ANP traque Daesh aux maquis    Israël sème le vent et récolte la tempête    «Le dispositif d'accueil reste insuffisant»    Une rencontre d'affaires en décembre    L'UE prend langue avec l'opposition    Un trafic momentanément paralysé...    Economie locale : Des opérateurs turcs à la recherche de partenaires viables    Fanny Colonna est décédée    Cheikh Shamseddine retourne son kamis sur El Wahrani    Denis Martinez et Ahmed Bedjaoui au Bastion 23    Les habitants de Chemini ne décolèrent pas    Une bande de malfaiteurs sous les verrous    La police ouvre ses portes    Sétif : Les étudiants d'architecture en grève    Les habitants refusent de partir    Le président turc se recueille à la mémoire des martyrs de la guerre de libération nationale    Plus d'un quintal de drogue découvert à El Benoud    Espagne - Allemagne (0-1)    Meslem à Addis Abeba : L'Algérie mène une bataille en matière des droits de la femme    Grine en visite à Illizi : Lancement du système de communication MENOS à partir de la Radio locale    France-Suède (1-0)    Nucléaire iranien Téhéran et Washington s'exhortent à des concessions    Marchés : Les Bourses européennes dopées par le bon moral des investisseurs allemands    Or noir : Le Venezuela cherche des appuis tous azimuts pour freiner la chute    Visite officielle du président turc en Algérie : Le renforcement des relations en point de mire    Maroc/Droits de l'Homme : Une des principales ONG annonce son boycott d'un forum mondial    « En Russie, peu de troupes se consacrent à la danse contemporaine »    Le 19e Salon international des travaux publics a ouvert hier    Crise malienne : montée de tension entre Bamako et les groupes du Nor    Tahar Sahri : le TCA «disposé à organiser l'opération»    Le cinéma algérien de la critique    La culture doit être protégée de la dissolution dans des fusions «mond    Comment s'émanciper sans se travestir ?    Main de fer, gant d'acier    Ligue 1 Mobilis : l'entraîneur Goavec rejoint la JS Saoura    La lutte contre le terrorisme ne connaît pas de répit en Algérie    Plus de 13 000 constructions attendent d'être restaurées    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.




Vos amis recommandent

TENES : UNE SALLE DES FETES A TOUT PRIX !
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 24 - 09 - 2012

Les fêtes de mariage ont repris de plus belle après une pause forcée due au mois de Ramadhan. En effet, il ne se passe pas un jour sans que l'on assiste aux nombreux défilés de voitures de luxe, quelquefois louées, actionnant leurs klaxons aux multiples sons, arpentant les principales artères de la ville.
Cela bien évidemment crée des embouteillages notamment au principal carrefour de la ville dit «carrefour de l'Hôtel des Arts», par où transitent l'ensemble des automobilistes y compris les gros camions qui fréquentent le port de la ville de Ténès. Cependant, mis à part «ce petit inconvénient» et pour fêter dans la joie et l'ambiance le mariage, les familles n'hésitent pas à recourir à quelques salles des fêtes autorisées. A Ténès, ces salles des fêtes, au nombre de quatre, sont très sollicitées, et la réservation se fait dès le mois de février avec bien sûr un acompte pour être sûr d'en disposer le jour J. Aujourd'hui, si de plus en plus de familles ont recours à ces salles malgré une tarification toujours en hausse, la majorité y trouve son compte: adieu galère, tâches ménagères, exiguïté des lieux et promiscuité... Il faut reconnaître que l'ère des fêtes-maison et terrasses est révolue. Aujourd'hui, place à l'ère des réceptions dans les grands hôtels et les salles des fêtes qui dispensent les familles de tout effort et contrainte, en leur offrant une superficie plus spacieuse, climatisée, sécurisée et disposant d'un service impeccablement agencé. Mais à quel prix ? En effet, concurrence oblige, le prix d'une location pour une demi-journée oscille entre 25.000 et 30.000 DA. Mais à ce prix-là, nombreuses sont les familles qui demandent une amélioration dans les prestations, notamment sur le volet de la climatisation en cette période de canicule que la plupart des propriétaires de salles des fêtes hésitent à mettre en marche en raison du surcoût dû à la consommation de l'électricité. De toute évidence, ces salles rapportent gros, et à la cadence d'activité actuelle qui pratiquement tourne aux alentours de huit mois sur l'année, nombreux sont ceux qui désirent investir dans ce créneau juteux. Toutefois, pour réaliser son projet, le promoteur doit d'abord disposer d'une assiette de terrain assez importante, chose qui n'est pas aisée de dénicher facilement.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.