NOUVELLE LOI SUR LA RETRAITE    Sécuritaire    Ã‰tat des libertés en Algérie    Transfert : Paul Pogba, le prix de deux Airbus A320    14 agences antidopage pressent le CIO d'exclure la Russie    Natation    Voyage culinaire    ACTUCULT    Le coup de bill’art du Soir    Reddition de deux terroristes à Jijel    Une retraite 3.0    Annulation de la cession de ses actions: Le groupe El Khabar se conforme à la décision de la justice    Transport à Aïn El Turck: Sale temps pour les usagers    M'sila: 52 kg de kif saisis, 5 arrestations    Ténès: L'ANALJ au service des colons    Présence militaire française en Libye: duplicité cynique    Tlemcen: La police fête son anniversaire    Un festival pour rire    El-Abiodh Sid-Cheikh: Le maoussim bat son plein    Réfection    Une transition sans transaction    Organisation des prisons : Des nouvelles mesures seront bientôt dévoilées    Benghebrit assure : Aucune mesure d'austérité dans le secteur de l'éducation    Logements AADL et LPP : Le raccordement aux réseaux d'électricité, gaz et voieries avant la remise    USMA : "Diego" Bengrina, une vraie petite perle    Réintégration du Maroc au sein de l'UA : L'Algérie ne fait qu'accomplir son devoir militant à l'égard de la cause du peuple sahraoui    Kenya : Un accord de partenariat économique avec l'UE prochainement    Partenariat public-privé : L'Algérie figure sur le podium africain    Les médias occidentaux sous la botte des patrons    L'UE navigue à vue    La patronne du FMI sera jugée en France    38 soldats tués dans l'explosion d'un tunnel    Les IDE stagnent en Algérie    Une facture toujours salée    Les auteurs confondus    Un petit plaisir de ministres, mais ô combien rare!    L'opposition dans tous ses états    L'EN U21 domine la Slovénie en amical    L'Algérie dans le groupe A    Rosberg prolonge chez Mercedes jusqu'en 2018    Un délire devenu réalité    Suicide Squad prochainement à l'affiche    Hommage à El Hachemi Guerouabi    Le délai expirera le 1er août    De nouvelles facilités en question    Dernier test avant Rio    Messahel à Nouakchott    L'Etat veut durcir ses lois contre les crimes d'honneur et les viols    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





TENES : UNE SALLE DES FETES A TOUT PRIX !
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 24 - 09 - 2012

Les fêtes de mariage ont repris de plus belle après une pause forcée due au mois de Ramadhan. En effet, il ne se passe pas un jour sans que l'on assiste aux nombreux défilés de voitures de luxe, quelquefois louées, actionnant leurs klaxons aux multiples sons, arpentant les principales artères de la ville.
Cela bien évidemment crée des embouteillages notamment au principal carrefour de la ville dit «carrefour de l'Hôtel des Arts», par où transitent l'ensemble des automobilistes y compris les gros camions qui fréquentent le port de la ville de Ténès. Cependant, mis à part «ce petit inconvénient» et pour fêter dans la joie et l'ambiance le mariage, les familles n'hésitent pas à recourir à quelques salles des fêtes autorisées. A Ténès, ces salles des fêtes, au nombre de quatre, sont très sollicitées, et la réservation se fait dès le mois de février avec bien sûr un acompte pour être sûr d'en disposer le jour J. Aujourd'hui, si de plus en plus de familles ont recours à ces salles malgré une tarification toujours en hausse, la majorité y trouve son compte: adieu galère, tâches ménagères, exiguïté des lieux et promiscuité... Il faut reconnaître que l'ère des fêtes-maison et terrasses est révolue. Aujourd'hui, place à l'ère des réceptions dans les grands hôtels et les salles des fêtes qui dispensent les familles de tout effort et contrainte, en leur offrant une superficie plus spacieuse, climatisée, sécurisée et disposant d'un service impeccablement agencé. Mais à quel prix ? En effet, concurrence oblige, le prix d'une location pour une demi-journée oscille entre 25.000 et 30.000 DA. Mais à ce prix-là, nombreuses sont les familles qui demandent une amélioration dans les prestations, notamment sur le volet de la climatisation en cette période de canicule que la plupart des propriétaires de salles des fêtes hésitent à mettre en marche en raison du surcoût dû à la consommation de l'électricité. De toute évidence, ces salles rapportent gros, et à la cadence d'activité actuelle qui pratiquement tourne aux alentours de huit mois sur l'année, nombreux sont ceux qui désirent investir dans ce créneau juteux. Toutefois, pour réaliser son projet, le promoteur doit d'abord disposer d'une assiette de terrain assez importante, chose qui n'est pas aisée de dénicher facilement.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.