Selon Ouali : 2017 sera celle de l'amélioration de la dotation en AEP    Bourse internationale : France, l'Insee confirme un coup d'arrêt pour la croissance au 2e trimestre    TICAD VI : Messahel prend part aux travaux du Kenya    Syrie : Moscou et Washington ne parviennent pas un accord    Gouvernement d'union tunisien : Obtention de l'accord de confiance du Parlement    Cession de son activité réacteurs : Areva signe avec EDF un protocole d'accord    Scandale de dopage fabriqué : La Russie a été malgré tout véritablement au top    Bundesliga : Le Bayern démarre avec la 6e vitesse    Ligue 1 française : L'OM joue et gagne    La bête du sacrifice : Des prix "bas" au niveau des marchés hebdomadaires    Alger : Les manuels scolaires de "deuxième génération" disponibles le 4 septembre    Jijel : Baisse des accidents de la route durant cette saison    Mostaganem : Le coup d'envoi du festival national du théâtre amateur donné    "N'écoutent que ceux qui veulent entendre"    Le Conseil de sécurité envisage une visite    La thérapie de choc A payé    Le gros oeuvre achevé avant la fin de l'année    Les Indiens font des affaires en Algérie    Des Verts dans la tourmente    L'Algérie s'incline d'entrée face à l'Egypte    Les groupes des Algériens connus    El Islah plaide pour un dialogue national    Le FLN bouge à Annaba    Les petits partis y pensent sérieusement    L'opération se déroule dans de bonnes conditions    Près de 100 postes retenus cette année pour la wilaya de Naâma    Des entrepreneurs locaux réalisent un évitement    L'Algérie appuie le Conseil présidentiel libyen    Le concours du Fibda 2016    Pourquoi Sarkozy n'aime pas les médias publics    Marseille accueillera Manifesta en 2020    Appel à l'arbitrage du président de la République    Une victoire de l'Etat de droit    Figure phare du Nouveau Roman    En marge du 49e festival du théâtre amateur    Moscou et Washington annoncent des progrès vers un cessez-le-feu    Les syndicats attentifs    SUITE AU SYSTEME DES LICENCES : Chute des importations de véhicules en 7 mois    RELIZANE : 10 blessés dans un accident de la route    Offre de 25 millions de Leicester pour l'international algérien Slimani    Programme des rencontres Hier    Quelles leçons faut-il tirer des assises de la Soummam ?    RENTRÉE SCOLAIRE À TÉBESSA    BOUMERDÈS    Rentrée scolaire pour les trois paliers    ACTUCULT    Inflation: Hausse quasi générale des produits de large consommation    Les forces navales se renforcent    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





TENES : UNE SALLE DES FETES A TOUT PRIX !
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 24 - 09 - 2012

Les fêtes de mariage ont repris de plus belle après une pause forcée due au mois de Ramadhan. En effet, il ne se passe pas un jour sans que l'on assiste aux nombreux défilés de voitures de luxe, quelquefois louées, actionnant leurs klaxons aux multiples sons, arpentant les principales artères de la ville.
Cela bien évidemment crée des embouteillages notamment au principal carrefour de la ville dit «carrefour de l'Hôtel des Arts», par où transitent l'ensemble des automobilistes y compris les gros camions qui fréquentent le port de la ville de Ténès. Cependant, mis à part «ce petit inconvénient» et pour fêter dans la joie et l'ambiance le mariage, les familles n'hésitent pas à recourir à quelques salles des fêtes autorisées. A Ténès, ces salles des fêtes, au nombre de quatre, sont très sollicitées, et la réservation se fait dès le mois de février avec bien sûr un acompte pour être sûr d'en disposer le jour J. Aujourd'hui, si de plus en plus de familles ont recours à ces salles malgré une tarification toujours en hausse, la majorité y trouve son compte: adieu galère, tâches ménagères, exiguïté des lieux et promiscuité... Il faut reconnaître que l'ère des fêtes-maison et terrasses est révolue. Aujourd'hui, place à l'ère des réceptions dans les grands hôtels et les salles des fêtes qui dispensent les familles de tout effort et contrainte, en leur offrant une superficie plus spacieuse, climatisée, sécurisée et disposant d'un service impeccablement agencé. Mais à quel prix ? En effet, concurrence oblige, le prix d'une location pour une demi-journée oscille entre 25.000 et 30.000 DA. Mais à ce prix-là, nombreuses sont les familles qui demandent une amélioration dans les prestations, notamment sur le volet de la climatisation en cette période de canicule que la plupart des propriétaires de salles des fêtes hésitent à mettre en marche en raison du surcoût dû à la consommation de l'électricité. De toute évidence, ces salles rapportent gros, et à la cadence d'activité actuelle qui pratiquement tourne aux alentours de huit mois sur l'année, nombreux sont ceux qui désirent investir dans ce créneau juteux. Toutefois, pour réaliser son projet, le promoteur doit d'abord disposer d'une assiette de terrain assez importante, chose qui n'est pas aisée de dénicher facilement.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.