Ligue 1 Mobilis – 8e journée : Alger au rythme du classico MCA-JSK    WAC – USMA : ce soir à Casablanca : Soir de vérité pour l'USM Alger    Alger : Plus de 200 jardins en voie de réhabilitation    Bientôt la mise en exploitation du complexe céréalier de la commune d'El Hamma    Musique : Idir sur scène à Alger en janvier 2018    Langue amazighe : Elément de l'identité nationale et facteur de cohésion sociale    Migration clandestine : Concilier sécurité et devoir de solidarité    Santé : Il faut réhabiliter le médecin généraliste    Egypte/Terrorisme : Au moins 35 policiers et soldats tués    Afghanistan : Près de 60 morts dans deux attentats    Le gouvernement veut réduire ses importations à 30 milliards de dollars    Le partenariat avec les étrangers en... marche    Tour d'Algérie 2017 : Lagab vainqueur à Ghardaïa, Nouisri en jaune    USMH 2 – USMB 0 : Première victoire des Harrachis    GC Mascara : Le président Ali Merih décède dans un accident à Chlef    Finance islamique : La CNEP, la BADR et la BDL se lancent    Le rapport critique du Conseil de l'UE    Le procès du général Benhadid reporté    Sur un air de pré-campagne électorale    On vous le dit :    «Saïd Chitour n'est pas un traître, encore moins un espion»    «Nous sommes ouverts à la négociation...»    Un monde d'expressions    Des chœurs syriens chantent Dahmane El Harrachi    Le Commandant Azeddine au «Forum constantinois»    STATISTIQUES ÉCONOMIQUES    SOIT DIT EN PASSANT    Handball : les Verts invités au tournoi des quatre nations    ATTRIBUTION DU NUMÉRO D’IDENTIFICATION NATIONAL POUR LES PARTIS    Eclairage    L'opération a été lancée hier et se poursuivra pendant 4 vendredis: 2.000 doses de vaccin anti-grippal pour les fidèles de la Mosquée «Ibn Badis»    Le Myanmar mis en accusation    Tillerson en tournée au Moyen-Orient    1re session du dialogue de haut niveau Algérie-UE à Bruxelles    Nous visons un code de travail «unique et moderne»    Seddik Chihab, élu à la présidence du groupe africain géopolitique    Saisie de pièces détachées usagées au port de Annaba    Session de formation au profit des artisans    "On va récupérer les terres inexploitées"    L'Algérie bientôt autosuffisante en produits sidérurgiques    Ould Ali exhorte les responsables à accélérer les travaux    Un séminaire pour rappeler ce que tout le monde sait    Macron se démarque de Trump    Un Algérien troisième à un concours de pizza en Italie    L'Algérie est une nouvelle fois passée à côté du MIP TV    Les Forces démocratiques syriennes annoncent la libérationcomplète de Raqqa    Avant-première de l'opérette El Fadjr oua El Miksala    ELECTIONS LOCALES : Les partis en lice obtiennent leurs numéros d'identification    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





MAGHNIA: La ruée sur les épices
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 15 - 05 - 2017

A l'approche du mois de Ramadhan, ils arrivent de toutes les régions du pays. Des familles pour qui la fameuse soupe du mois sacré, de même que les plats préparés, ne peuvent se passer d'épices provenant de Lalla Maghnia.
La ruée sur les épices a déjà commencé voilà 2 semaines durant lesquelles des dizaines de bus et des centaines de véhicules bondés viennent quotidiennement gonfler le parc déjà saturé et prendre d'assaut le marché local. Tôt le matin, des masses compactes s'agglutinent devant les portes de certains artisans épiciers qui se sont fait une réputation qui a dépassé les frontières de la wilaya par la qualité de leurs épices, notamment ceux de la rue Tindouf. Le marché couvert où les étals sont achalandés d'épices et dont les propriétaires ont acquis l'art d'en construire d'imposants cônes les transformant ainsi en un tableau artistique à fort attrait, est pris également d'assaut dès son ouverture. «Voilà plus de 10 ans, à l'approche du mois de ramadhan, nous venons régulièrement à Maghnia, en famille, faire le plein d'épices pour nous et pour les proches», confie ce père de famille d'Alger. A la question de savoir les raisons de cet engouement pour les épices de Maghnia, lesquelles, soulignons-le, mis à part quelques ingrédients introduits à faible quantité à partir du Maroc, proviennent de l'importation à partir d'horizons divers, notre interlocuteur déclare que le savoir-faire acquis par les artisans épiciers maghnaouis des voisins marocains qui excellent dans la préparation des épices, est le secret de la bonne qualité de ces épices locales. Il ajoute que celles-ci se singularisent par leur texture et leurs forts arômes et senteurs qu'elles dégagent, tant recherchés par les ménagères. En effet, le brassage en cette région frontalière d'une forte communauté marocaine et également le retour au lendemain de l'indépendance de la communauté algérienne refugiée au Maroc ont permis l'héritage d'un savoir-faire marocain en la matière. «Chacun a sa méthode de préparation des épices. Il y a ceux qui procèdent à la mouture des graines en l'état avec leurs lots de poussières et d'impuretés, ceux qui les lavent, les sèchent avant de les moudre et enfin ceux qui font dans la revente directement des produits importés de divers horizons, moulus. Ces derniers, avec la fermeture de la frontière, sont devenus malheureusement les plus nombreux», dira le plus ancien de la place des marchands d'épices, lequel ajoute qu'ils se comptent sur les doigts d'une main ceux qui proposent un produit de qualité, propre, odorant et possédant les saveurs et les senteurs qui les caractérisent de celles produites à l'intérieur du pays. Derrière ce produit, un savoir-faire qui nécessite plus de temps, d'effort et des dépenses supplémentaires. Ceci évidemment se paie par une différence de prix par rapport aux épices de préparation dite ordinaire. A titre indicatif, le poivre noir de qualité est proposé à 1 800 DA/kg contre 1 200 DA «l'ordinaire». Plusieurs nouveaux mélanges d'épices qui semblent prisés eux aussi s'imposent actuellement sur les étals comme ceux spéciaux pour l'assaisonnement des Hrira, poisson, pizza, sauce, sardine, couscous, voire spécial café… Malgré la conjoncture économique actuelle, les prix se maintiennent relativement. Mis à part les prix très élevés de quelques épices rares tel celui du safran qui provient principalement du Maroc et dont le prix au kg tourne autour de 60 millions (0.75 gramme pour 450 DA), les prix des épices demeurent relativement abordables. Ils tournent entre 600 DA et 1 200 DA le kg. Si l'appellation «Ras el Hanout» pour épices est la plus commune au niveau national, il y en a d'autres comme «kraiss et âtria» chez les frontaliers extrêmes ou encore «lebzar» à l'intérieur du pays. Ainsi les épices, dont l'appellation «Tfaouah» est le propre de cette ville, grâce à un savoir-faire populaire, elle en a fait un patrimoine.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.