Man United - Cavani : "J'ai développé une grande affection pour le club"    Après des tensions avec Madrid et Berlin, le Maroc en brouille avec Téhéran    Palestine: l'artillerie israélienne bombarde deux sites au Nord de la bande de Ghaza    Chelsea : Kurt Zouma sur le départ ?    Logements : 70% des projets parachevés ou en cours de réalisation, selon le ministère de l'Habitat    Barça : Piqué envoie une pique au Real Madrid    Campagne d'information sur les services en ligne    Les enjeux d'une option    « Il faut relancer le bâtiment »    Les marches soumises à autorisation    La siesta    «La question sahraouie est une question de décolonisation»    Elle est où la fusée ?    Des chefs de partis chez Charfi    Suppression de l'essence super au plomb dès octobre prochain    "ON N'EXPORTE PLUS DEPUIS LA FERMETURE DES FRONTIÈRES"    Résultats    Une bonne préparation pour les éliminatoires du Mondial    7 décès et 204 nouveaux cas    Le Bayern champion pour la neuvième fois consécutive    Ruée vers l'Espagne    DJERAD VEUT ASSEOIR LES BASES DU DIALOGUE SOCIAL    Les établissements scolaires relativement perturbés    Ftirate    Prévention aléatoire    IL ETAIT LA VOIX GRAVE DE LA RADIO    Législatives : rencontre entre l'ANIE et des représentants de 18 partis politiques    Tizi Ouzou : Des hôtes de marque au village le plus propre    Université d'El Annasser à Bordj Bou Arréridj : Il y a 150 ans, la révolte d'El Mokrani    Arts plastiques à Guelma : Vers la renaissance de l'association Bassamate    Edition : Un ouvrage sur l'organisation traditionnelle kabyle    Ethique: Quels remèdes pour l'administration et l'entreprise publiques ?    Quand l'Egypte séduit la France    Le procès du terroriste «Abou Dahdah» reporté    Programme de modernisation de la ville: Des études pour l'aménagement des sites touchés par le relogement    Acter la consécration de l'état national    Une vingtaine de civils tués dans une attaque terroriste    La pandémie inquiète de plus en plus    La procureure de la CPI reçoit des ministres afghans    La frénésie s'empare de Béjaïa    La JSK confirme encore    L'éviction de listes charme l'opinion    Le front El Moustakbel sur les starting-blocks    L'autre star du Ramadhan    Les trois lauréats dévoilés    Divas d'Oum Kalthoum à Dalida    Mohammed Dib : un écrivain monumental    Le nouveau cap d'Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Condamnation internationale du coup de force "anticonstitutionnel" en Centrafrique
Publié dans Algérie Presse Service le 25 - 03 - 2013

Plusieurs pays et organisations internationales dont l'Union africaine (UA) ont condamné la prise de pouvoir par la force par les rebelles du Séléka en Centrafrique, et appelé au "rétablissement rapide de l'ordre constitutionnel" dans ce pays.
Se disant profondément préoccupée par les derniers développements à Bangui, tombée dimanche aux mains des rebelles du Séléka, la présidente de la Commission de l'UA, Nkosazana Dlamini-Zuma, a réitéré dans un communiqué "la ferme condamnation de l'organisation panafricaine de la reprise injustifiée des hostilités par le Séléka".
La décision des dirigeants du Séléka de recourir à nouveau à la force "constitue un sérieux défi à l'autorité individuelle et collective des chefs d'Etat de la région, qui se sont activement investis dans la recherche d'une solution politique,... et éloigne encore davantage les perspectives de retour à la paix en RCA", selon le texte.
Dlamini-Zuma a souligné que cette prise de pouvoir par la force "constitue une violation caractérisée de l'Acte constitutif de l'UA, de la Déclaration de Lomé sur les changements anticonstitutionnels de Gouvernement et de la Charte africaine de la Démocratie, des élections et de la Gouvernance, ainsi que des décisions de l'UA sur le rejet absolu du recours à la rébellion armée pour faire valoir des revendications politiques".
Pour sa part, le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a, lui aussi, condamné dimanche la prise de pouvoir "anticonstitutionnelle" intervenue à Bangui et s'est déclaré "inquiet" des rapports faisant état de "sérieuses" violations des droits de l'homme, selon son porte-parole Martin Nesirky.
M. Ban "appelle au rétablissement rapide de l'ordre constitutionnel", et "réitère que les accords de Libreville (..) restent le cadre le plus viable pour assurer une paix durable et la stabilité dans le pays".
L'évolution négative de la situation en Centrafrique a également suscité la préoccupation des Etats-Unis qui ont appelé les rebelles Séléka à "respecter les accords de Libreville sur une sortie de crise", affirmé dimanche la porte-parole du département d'Etat, Victoria Nuland, dans un communiqué.
Washington se dit également "très inquiet" par la dégradation de la situation humanitaire et par "les informations crédibles et nombreuses faisant état d'atteintes aux droits de l'homme, à la fois par les forces de sécurité et par les rebelles Séléka".
La FOMAC appelée à aider à sécuriser Bangui
Au Tchad, pays qui fait partie de Force multinationale d'Afrique centrale (FOMAC), déployée en Centrafrique, le président Idriss Déby Itno a appelé cette force à aider à "sécuriser Bangui".
Pour le chef de l'Etat tchadien et président en exercice de la Communauté Economique des Etats de l'Afrique Centrale (CEEAC), l'accord de Libreville "doit continuer à servir de base au règlement de la crise centrafricaine jusqu'à la tenue d'élections libres et transparentes".
La CEEAC est disposée à appuyer tous les efforts faits dans ce sens", a-t-il ajouté, avant d'appeler, au nom des membres de la CEEAC, l'Union africaine,, les Etats-Unis et la France à "soutenir cette démarche, seule susceptible de conduire la République centrafricaine aux élections dans la paix et la sérénité".
Les rebelles centrafricains de la coalition Séléka ont pris le contrôle de Bangui dimanche dans la matinée, au terme d'une offensive éclair lancée pour renverser le président François Bozizé au pouvoir depuis 2003. Ce dernier a fui le pays peu avant la chute de la capitale, vers une destination qui reste inconnue.
La rébellion avait lancé une première offensive le 10 décembre dans le nord du pays avant de stopper sa progression sous la pression internationale à 75 km au nord de Bangui.
Le président centrafricain François Bozizé et l'opposition avaient signé le 11 janvier à Libreville (Gabon) un accord prévoyant un cessez-le-feu immédiat et une transition d'un an avec un gouvernement d'union nationale composé de représentants du camp Bozizé, de l'opposition et de la rébellion.
Mais arguant du non-respect des accords par le clan Bozizé, les rebelles du Séléka ont déclenché à nouveau les hostilités vendredi et déclaré vouloir mettre en place un "gouvernement de transition".
Quant à l'Afrique du Sud, elle a déploré la mort d'au moins 13 de ses militaires dans des combats en Centrafrique. "Nos soldats ont payé le prix ultime au service de leur pays, l'Afrique. Nous leur rendons honneur", a déclaré lundi le président Jacob Zuma ajoutant que ces hommes déployés en soutien au président Bozizé avaient combattu des "bandits".
Situation humanitaire critique à Bangui
Peu après la chute de Bangui aux mains des rebelles, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a lancé un appel pour pouvoir déployer son personnel dans la capitale où "beaucoup de blessés" affluent dans les hôpitaux et centres médicaux.
Aussi, l'organisation humanitaire basée à Genève a lancé un appel "pour que le personnel médical et les secouristes puissent avoir accès aux blessés et mener leur travail sans être inquiétés".
Elle a appelé, par ailleurs, au respect de la population civile, des personnes ne participant pas ou plus aux combats, des blessés, des structures médicales et du personnel de la Croix-Rouge.
"Nous avons constaté des scènes de pillage et demandons à toutes les parties au conflit de respecter les biens de la population", déclare le chef de la délégation du CICR en Centrafrique, Georgios Georgantas.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.