PSG : Pochettino s'exprime pour Neymar    Extinction de l'action publique dans l'affaire Tabbou    Barça : Koeman tranquille pendant deux jours    Bordj Bou Arréridj : Retard dans le versement des cotisations    Les micro-entreprises appelées à s'inscrire    Le gouvernement envisage une protection policière pour les députés    Italie : deuxième tour des élections municipales à Rome    L'UGTT appelle à présenter les objectifs    Fin des procès par visioconférence à Oran    Brahim Laâlami transféré à la prison de Bouira    Près de 300 harraga secourus en mer par les Espagnols    Le Cnapeste s'alarme de la dégradation de la situation des enseignants    Massacres du 17 octobre 1961 : Fatima, la fille du fleuve, une BD contre l'oubli    Nombreux appels à la désescalade    Issine ? Connais pas !    Tebboune déclare la guerre aux spéculateurs    Un nouveau concept sur le marché des assurances    Paqueta croit aux chances du Chabab    Medaouar assure que «rien n'est officiel»    Milan prend la tête après un samedi renversant    Le MSP menace de se retirer    Le chef de l'état se recueille au sanctuaire du Martyr    Benbouzid «corrige» l'OMS    «Rien n'a été fait en matière de prévention»    Cherchem    «L'informel ? Un danger pour la sécurité du pays»    Présentation à Alger d'une pièce théâtrale sur la Révolution algérienne    Liga : Le Barça se reprend face à Valence    Asphyxiées par le monoxyde de carbone: Trois personnes sauvées par la protection civile à Es-Sénia    Haï Edhaya: Un quinquagénaire mort dans un incendie    WA Tlemcen: Une nouvelle ère commence    Croissance factice    La mort comme seul héritage    17 octobre 1961: L'Algérie n'acceptera jamais une amnistie des mémoires    Tlemcen: Une stèle dédiée à Benaouda Benzerdjeb    Les néo-harkis reviennent cette semaine    «Il n'y a pas de petits ou de grands pétards»    La main tendue de Lamamra    Le Polisario demande à l'ONU de préciser la mission de son émissaire    Déboires d'un père de 9 enfants    Une loi pour protéger les institutions    Où finira robert Lewandowski?    La France officielle se cloisonne    L'Algérie «rapatrie» le 17 octobre 1961    Un langage et des paradoxes...    Vers de nouvelles hausses en 2022    "Ni complaisance, ni compromission"    Plusieurs secteurs à l'ordre du jour    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Reprise du procès de l'ancien DGSN Abdelghani Hamel avec les plaidoyers de la défense
Publié dans Algérie Presse Service le 17 - 03 - 2020

Le procès de l'ancien Directeur général de la Sûreté nationale (DGSN), Abdelghani Hamel et de membres de sa famille, se poursuit mardi pour le cinquième jour au tribunal de Sidi M'hamed (Alger) avec les plaidoyers de la défense des accusés.
Abdelghani Hamel est poursuivi dans plusieurs affaires de corruption, principalement liées au "blanchiment d'argent, enrichissement illicite, trafic d'influence et obtention de fonciers par des moyens illégaux".
Le Procureur de la République près le Tribunal de Sidi M'hamed a requis lundi vingt (20) ans de prison ferme à l'encontre de l'ancien Directeur général de la Sûreté nationale (DGSN), Abdelghani Hamel et de son fils Amiar et quinze (15) ans de prison ferme à l'encontre de ses autres enfants, Mourad, Chafik et Chahinaz et dix (10) ans de prison à l'encontre de son épouse, Annani Salima, assortis d'une amende de huit (8) millions de dinars chacun, outre la confiscation de leurs biens saisis et comptes bancaires.
Dans la même affaire le Procureur de la République près le même Tribunal a requis des peines de 15 ans et de 12 ans de prison assorties d'une amende de 08 millions DA à l'encontre des Ex walis de Tipasa et de Tlemcen, respectivement Ghellaï Moussa et Zoubir Bensebane poursuivis également dans cette affaire, et requis dix (10) ans de prison assortis d'une amende de huit (8) millions de dinars à l'encontre des anciens walis d'Oran,Abdelghani Zaalane et Abdelmamlek Boudiaf.
Dans le même cadre, le représentant du ministère public a requis une peine de dix (10) ans de prison assortie d'une amende d'un (01) million DA à l'encontre de l'ex-directeur général de l'Office de promotion et de gestion immobilière (OPGI), Mohamed Rehaimia et l'ex directeur des domaines de la wilaya de Tipasa, Bouamrane Ali.
Le Procureur de la République près le Tribunal de Sidi M'hamed a requis également une peine de huit (08) ans de prison ferme assortie d'une amende d'un (01) million DA à l'encontre de l'ex-directeur de la Régie foncière de la ville d'Alger, Maachi Fayçal, l'ancien directeur de l'Industrie par intérim de la wilaya d'Oran, Khaldoun Abderrahim, et l'ancien directeur des domaines de la wilaya d'Oran, Maalam Samir.
Une peine de huit (08) ans de prison a été requise à l'encontre du Chef du service technique à l'Agence foncière d'Alger, Hmirat Djelloul et Chenine Nacer, un cadre à la Direction des domaines à la wilaya d'Alger.
Le représentant du ministère public a requis une peine de 2 ans de prison ferme assortie d'une amende d'un (1) million Da à l'encontre de l'accusé Bali Ali, un promoteur immobilier.
Concernant les personnes morales représentées par les sociétés poursuivies dans cette affaire, il a été requis à leur encontre une amende de 32 millions Da et la confiscation de tous leurs biens, outre l'interdiction d'exercer une activité économique pour une durée de 5 ans.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.