Campagne référendaire : le projet d'amendement constitutionnel consacre l'avènement de l'Algérie nouvelle    Amendement constitutionnel : renforcer la liberté de la presse et d'expression    Des peines allégées pour Ouyahia et Youcef Yousfi    «Le sigle FLN doit être restitué au peuple»    Un texte réglementaire pour fusionner les services du cadastre et de la conservation foncière    La liberté dans le respect de l'autre    Macron et l'arabe    L'absence de blessures, principale satisfaction de Bensmaïn    Le Zamalek favorable au report de la demi-finale retour    Les écoliers ont rejoint leurs classes hier    Séisme de Mila: les listes préliminaires des concernés par l'indemnisation élaborées    Les lauréats sont connus    Le mur, la blessure du Sahara s'invite au Festival de Lugano    Disney ajoute un avertissement à ses classiques contenant des clichés racistes    ASO Chlef : Deux autres stages au programme    On vous le dit    Gestion des médicaments psychotropes : L'application du décret exécutif reportée    Elle a tenu sa première réunion mardi : La coordination syndicale des musiciens est née    COA : Journée Sports et médias ce samedi    MO Béjaia : AG des actionnaires aujourd'hui    3ème édition du salon du bâtiment et des travaux publics à Constantine: une opportunité de promotion du produit local    Man City : Mauvaise nouvelle pour Fernandinho    Djerad plaide pour une réelle ouverture dans le domaine de l'industrie    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce jeudi    Les aliments à ne jamais mélanger avec des sodas    Procès de manifestants: Des libérations, des condamnations et des reports    La peur au ventre    Musulmans de France, tous coupables ?    Communication et impérialisme    Partenariat université-industrie pharmaceutique: Vers la création d'un «Hub biotechnologie»    L'ambassadeur de France à la Chambre de Commerce et d'Industrie de l'Oranie: Les intérêts réciproques réaffirmés    El Tarf: L'attribution des aides au logement rural fait des mécontents    Centre anti-cancer Emir Abdelkader: Plus de 5.000 hospitalisations en huit mois    Réalisées sur les abords d'un oued asséché: Démolition de constructions illicites à Aïn El Turck    Bouira: Le ministre met en garde les commerçants spéculateurs    Qui veut juger Aboubakr Benbouzid ?    Le projet révision de la Constitution, le CNDH et les Principes de Paris    Complaisances    LES CHEMINS EPINEUX    La CNEP-Banque prête à commercialiser ses produits    Djerad donne le coup d'envoi à partir de Batna    Le bilan poursuit sa hausse en Algérie    Règlement de comptes au FLN    Une journée d'étude sur le droit à l'expression des peuples en lutte pour l'indépendance à Tindouf    Libye: l'ONU relève des signes d'apaisement quant à un règlement définitif de la crise    "La langue maternelle est une langue naturelle que rien ne peut effacer"    Le Sila, vitrine du monde de l'édition en Algérie    Professeur décapité en France: La confrérie alawyya condamne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





APN: adoption du projet de loi relatif à la lutte contre les bandes de quartiers
Publié dans Algérie Presse Service le 24 - 09 - 2020

Les membres de l'Assemblée populaire nationale (APN) ont adopté jeudi le projet de loi relatif à la prévention et à la lutte contre les bandes de quartiers.
Le vote s'est déroulé sans débat lors d'une plénière présidée par le président de l'APN, Slimane Chenine et ce après la présentation du projet de loi par la ministre chargée des Affaires avec le Parlement, Basma Azouar.
Le texte de loi propose "une peine allant de 2 jusqu'à 20 ans de prison ou à la perpétuité en cas de décès (de victimes) contre ces bandes de quartiers".
Selon le projet de loi, est considéré comme une "bande de quartiers", "tout groupe, sous quelque dénomination que ce soit, composé de deux personnes ou plus, appartenant à un ou à plusieurs quartiers d'habitation, qui commet un acte ou plus dans le but de créer un climat d'insécurité, à l'intérieur des quartiers ou dans tout autre espace, ou dans le but d'en assurer le contrôle, en usant de violences morales ou physiques, exercées à l'égard des tiers, en mettant en danger leur vie, leurs libertés ou leur sécurité ou en portant atteinte à leurs biens, avec port ou utilisation d'armes blanches".
Selon le texte, la violence morale "comprend toute agression verbale susceptible de causer la crainte ou la terreur chez autrui, telles que la menace, l'injure, la diffamation, la terreur ou la privation d'un droit".
Le cinquième chapitre comportant les dispositions pénales stipule qu'il "est passible d'une peine d'emprisonnement de trois (3) ans à dix (10) ans et d'une amende de 300.000 DA à 1.000.000 DA, quiconque crée ou organise une bande de quartier, s'enrôle ou participe sous quelque forme que ce soit dans une bande de quartier, tout en connaissant son objectif, recrute une ou plusieurs personnes pour le compte d'une bande de quartier".
"Est puni d'un emprisonnement de dix (10) ans à vingt (20) ans et d'une amende de 1.000.000 DA à 2.000.000 DA, quiconque dirige une bande de quartier ou y exerce un commandement quelconque".
"La peine est la réclusion criminelle à perpétuité si la rixe, la rébellion ou la réunion a entraîné la mort d'une personne autre que les membres de la bande". "Si au cours de la rixe, rébellion ou réunion prévue dans le présent article, il est porté des coups et fait des blessures, la peine est l'emprisonnement de deux (2) ans à sept (7) ans et l'amende de 200.000 DA à 700.000 DA. Le minimum de la peine prévue au premier alinéa du présent article, est porté au double si la rixe, la rébellion ou la réunion se produit de nuit".
Lire aussi: APN : adoption du projet de loi portant protection pénale du personnel de la santé
"Il est puni aussi d'un emprisonnement de deux (2) ans à cinq (5) ans et d'une amende de 200.000 DA à 500.000 DA, quiconque encourage ou finance, sciemment, par tout moyen une bande de quartiers ou en diffuse les idées, directement ou indirectement, fournit à un ou plusieurs membres d'une bande de quartiers un lieu de réunion ou hébergement, cache, sciemment, un membre d'une bande de quartier en sachant qu'il a commis un des crimes prévus dans l'ordonnance ou qu'il est recherché par les autorités judiciaires, ou qui entrave, sciemment, l'arrestation d'un membre d'une bande de quartiers ou l'aide à se cacher ou à prendre la fuite".
Au titre des mécanismes de prévention contre les bandes de quartiers, il est prévu "la création d'une commission nationale de prévention contre les bandes de quartiers qui sera chargée de soumettre au Président de la République et de présenter au Gouvernement, un rapport annuel outre la commission de wilaya de prévention contre les bandes de quartiers qui sera chargée notamment de mettre en œuvre la stratégie nationale de prévention contre les bandes de quartiers, au niveau local, de détecter de manière précoce les activités des bandes de quartiers et d'alerter les autorités concernées".
Le texte prévoit par ailleurs "la protection des victimes des bandes de quartiers à travers une prise en charge sanitaire, psychologique et sociale garantissant leur sécurité, leur intégrité physique et psychologique et leur dignité, et la facilitation de leur recours à la justice".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.