OL : Slimani a participé à sa première séance d'entrainement    Atlético : Dembélé remercie Aulas    Kamel Boughaba inhumé à El Tarf    Accusé d'avoir participé à l'assaut du Capitole, Chuck Norris affirme qu'il s'agissait d'un sosie    Décès de cinq citoyens dans l'explosion d'une bombe artisanale à Tébessa    Reconduction du confinement à domicile dans 29 wilayas du pays    Real - Zidane : "Que voulez-vous, que nous quittions la saison ?"    Mon voyage en Chine(5)    «Revoir les pratiques, pas le système»    M. Chanegriha préside une réunion de travail avec les cadres du MDN    Le Mali au menu du Conseil de sécurité aujourd'hui    Slimani, «bon pour le service», signe pour dix-huit mois à Lyon    La Fifa saisie dans le dossier Boutmen (Club Africain)    Le HCR appelle l'UE à mieux protéger les réfugiés en Europe    Des syndicalistes critiquent la gestion des APC    Gâteau aux raisins secs    L'Algérie opte pour un deuxième vaccin chinois    Hommage à un grand intellectuel, le regretté Pr. Abdelkader Khelladi    Tu veux acheter un lingot ?    La préservation et la réhabilitation du patrimoine culturel sont l'affaire de tous    ESS-MCA, le choc !    Casoni plie bagage    Les transporteurs sanitaires menacent de faire grève    Peine capitale contre les assassins du boxeur Kerrad Mhenna    Le match à ne pas rater pour les Verts    Un an de prison ferme requis contre 7 activistes    Le rabatteur    Des universitaires appellent à sa généralisation dans tout le pays    Trains de banlieue : Environ 80 000 voyageurs par jour    INPED Boumerdès : Une refonte pédagogique salvatrice    Blida : l'ENPI et sa (mauvaise) gestion des cités    Yennayer 2971 : Exposition dédiée à l'artisanat traditionnel    A l'Ouest rien de nouveau !    Une situation épidémiologique stable a l'EHU: Vers une reprise normale des activités médicochirurgicales    Mandat de dépôt pour plusieurs agressions    Le déluge    Yennayer à Batna : la racine des arts    Vol et trafic de pièces archéologiques: Deux individus arrêtés et plus de trois milliards de cts d'objets d'art récupérés    Tiaret: Il y a 59 ans, Hamdani Adda était brûlé vif par l'OAS    Erosion continue du pouvoir d'achat    Bientôt finalisé    Le seuil maximum des retraits porté à 200.000 DA    Les donateurs veulent une révision de la législation fiscale    70 porteurs de projet poursuivis en justice    L'ADE de Sétif passe à l'acte    340 millions de chrétiens persécutés dans le monde    Lancement d'exercices navals en mer d'Oman    L'accusation fait appel du jugement du TSL    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une convention entre l'AADL et l'ANSEJ pour la gestion des citées "AADL 2020"
Publié dans Algérie Presse Service le 02 - 12 - 2020

L'Agence nationale pour l'amélioration et le développement du logement (AADL) et l'Agence nationale de soutien à l'emploi des jeunes (Ansej) ont signé, mercredi à Alger, une convention permettant aux micro-entreprises de participer aux actions de gestion des citées "AADL 2020" pour une durée de quatre ans.
Cette convention s'inscrit dans le cadre de l'accord-cadre signé le 12 novembre dernier entre le ministère de l'Habitat, de l'Urbanisme et de la Ville et le ministère délégué auprès du Premier ministre chargé de la micro-entreprise relatif à l'encouragement et au soutien des micro-entreprises, à accéder à la demande publique et à bénéficier de la sous-traitance dans le cadre de projets à caractère public dans le secteur de l'habitat.
La convention a été signée par le Directeur général de l'ADDL, Tarek Belaribi, et le Directeur général de l'ANSEJ, Bououd Mohamed Cherif, en présence des cadres des deux institutions et du Directeur général de l'entreprise "Gest Immo".
La convention vise l'amélioration des prestations et la promotion de la qualité de la gestion des sites de l'AADL après les multiples doléances reçues par l'Agence de la part de citoyens, a indiqué M. Tarek Belaibi.
Dans ce contexte, les micro-entreprises seront mobilisées dans les domaines du nettoyage, du suivi et de l'entretien, dans le cadre de la concrétisation d'une nouvelle vision adoptée par les deux ministères en matière de gestion des citées AADL.
L'opération a d'ores et déjà démarré pour les cités livrées en 2020 et sera étendue ultérieurement à toutes les autres afin que les cités AADL à travers le territoire national soient gérées in fine par des entreprises Ansej, a précisé M. Belaribi dans une déclaration conjointe avec le directeur général de l'Ansej, à l'issue de la signature de la convention.
Après avoir indiqué que la convention s'étendait jusqu'à 2025, le responsable a souligné que "la finalisation du cadre juridique de l'opération permettra sa mise en œuvre de manière optimale à travers les différentes wilayas du pays, pour ensuite confier d'autres opérations aux entreprises Ansej spécialisées dans les travaux de bâtiment, de plomberie, de peinture, etc.".
Selon M. Belaribi, impliquer des entreprises Ansej sur le terrain ne veut pas dire renoncer au rôle de la société GEST.IMMO AADL, filiale de l'AADL chargée de la gestion immobilière. Il s'agit plutôt de créer une synergie entre les deux parties pour assurer de meilleurs services de gestion de ces cités, a-t-il expliqué.
Pour sa part, le Directeur général de l'Ansej, Mohamed Cherif Bououd, s'est félicité de cette opération qui permet aux micro-entreprises, a-t-il dit, de participer à la commande publique, dans le cadre général du Plan d'action gouvernemental 2020/2024.
Cet accord permet de mettre au service de l'AADL de nombreuses activités relevant des micro-entreprises qui assurent un travail de qualité pour permettre aux habitants des cités de vivre dans de meilleures conditions.
1. Bouaoud a précisé que tous les moyens sont disponibles pour la mise en œuvre de cette convention à travers toutes les wilayas du pays, pour mettre les cités en conformité avec les normes internationales de gestion.
Chaque wilaya dispose de plusieurs entreprises habilitées à assurer la gestion des quartiers, sur un total de 160.000 micro-entreprises qui activent dans le domaine des prestations.
A une question sur les entreprises ayant bénéficié d'un appui mais souffrant de conditions difficiles, le Directeur général de l'Ansej a fait état de procédures simplifiées pour permettre à chaque entreprise viable de bénéficier encore une fois d'un appui.
L'entreprise doit s'être acquittée de 70 % de sa dette contractée pour le premier appui.
En matière de formation, M. Bouaoud a indiqué que chaque entreprise qui active dans un domaine précis est qualifiée et est soumise, dans le cadre des mesures organisationnelles de l'Agence, à une formation spécialisée concernant la gestion de la micro-entreprise et la gestion des cités.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.