Zones franches: dispositif administratif flexible et cahier des charges rigoureux pour garantir la transparence    Salon de l'Enseignement supérieur: vers l'instauration d'un enseignement de qualité pour l'édification d'une économie du savoir    Migrants africains tués par la police marocaine: l'OIM et le HCR expriment leurs "plus vives inquiétudes"    Des températures caniculaires, mardi et mercredi, sur des wilayas du Sud du pays    Santé: une "grande importance" accordée à l'application des protocoles thérapeutiques en oncologie    JM Oran-2022 : engouement populaire sans précédent, l'autre succès de la 19e édition    Conseil de la nation présentation du projet de loi définissant les règles générales applicables aux zones franches    Les colons attaquent encore Al-Aqsa    Les anciens ministres Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison ferme    Coup d'envoi de la 13e édition    JM/lutte féminine: Soudani Mestoura en demi-finale    Deux dossiers retenus pour la présidence de la FAF    Crise alimentaire: la FAO appelle à des mesures urgentes    JM: les podiums de la 2e journée    JM: la présence de jeunes de la communauté nationale établie en France, très importante    CN: le président de la Commission des AE reçoit le président du Groupe d'amitié France-Algérie    Festival européen de musique: le groupe "Travel Diaries" enflamme le public    OL : Aouar ne va pas prolonger son contrat    Face aux séismes    Lorsque la consommation domestique menace l'exportation: Déperdition énergétique et gaspillage    Alger: Incendie dans le parc de l'ETUSA, 16 autobus détruits    Sétif: Trois morts dans un incendie de forêt    Examens du BEM: Un taux de réussite de 55,98%    Football: Algérie-Maroc, aujourd'hui à 17h00: Les Verts pour la confirmation    Exportations hors hydrocarbures: L'objectif de 7 milliards de dollars accessible    A l'initiative de Mohamed Afane: La maison d'Oran d'Yves Saint Laurent retrouve une nouvelle vie    Le terroriste Benhalima révèle la structure organisationnelle de " Rachad ", ses sources de financement et ses relations avec le " MAK "    Riga débarque    Le club otage des forces occultes    Des contrats menacés par le blocus pétrolier    Plus de 30 villageois dont des enfants tués    La base constitutionnelle seule au menu    Tosyali décroche le trophée    Echos d'un procès figé    Bâtonnat d'Alger: au boulot    Plus de peur que de mal    La réussite au BEM fêtée avec faste    Le FFS dérange les forces occultes    Comme une lettre à la poste    Peut-on réussir la transition?    Comment l'émigration a lutté contre l'OAS    C'est parti pour la 13e édition    Karima et Yousra enchantent le public    Alerte Algérie : le prisonnier d'opinion Mohamed Azouz Benhalima est en danger    Le mouvement des réformes (1986-1991), précurseur du Hirak    22e Festival culturel européen: l'Italie et la France à l'honneur    "M'tember", exposition collective d'artistes inaugurée à Alger    Carnage à Melilla ou l'épouvantail de l'immigration    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Libye: les appels internationaux au retrait des mercenaires étrangers se multiplient
Publié dans Algérie Presse Service le 14 - 03 - 2021

Les appels internationaux au retrait des mercenaires et forces étrangères présents en Libye se sont multipliés, ces derniers jours, en mettant en avant particulièrement la nécessité d'aider le nouvel exécutif dans ses missions dont la préparation des prochaines élections générales prévues le 24 décembre 2021.
Selon l'ONU, environ 20.000 militaires et mercenaires se trouvaient encore fin 2020 en Libye et aucun mouvement de retrait n'a été constaté à ce jour. "Quelque 10 bases militaires étrangères sont encore stationnées en Libye", avait déclaré au mois de décembre dernier, la représentante spéciale par intérim du Secrétaire général de l'ONU en Libye, Stéphanie Williams.
Le Conseil de sécurité de l'ONU a réclamé, vendredi, dans une déclaration approuvée à l'unanimité "le retrait sans plus tarder de toutes les forces étrangères et des mercenaires de Libye", selon une déclaration rendue publique.
"Le Conseil de sécurité appelle toutes les parties à appliquer pleinement l'accord de cessez-le-feu (du 23 octobre) et exhorte les Etats membres à respecter et à soutenir la pleine application de l'accord", précise la déclaration.
Selon la même source, le Conseil de sécurité appelle au "plein respect de l'embargo des Nations unies sur les armes par tous les Etats membres, conformément aux résolutions pertinentes du Conseil de sécurité".
L'embargo sur la vente d'armes à la Libye, imposé depuis 2011, est violé régulièrement depuis des années selon les experts de l'ONU chargés de son contrôle. Leur prochain rapport annuel est attendu dans les jours à venir.
A ce titre, le Conseil de sécurité "reconnaît la nécessité de planifier le désarmement, la démobilisation et la réintégration des groupes armés, la réforme du secteur de la sécurité et de mettre en place une architecture de sécurité inclusive et dirigée par des civils pour l'ensemble de la Libye", ajoute la déclaration.
De son côté, l'Union européenne (UE) a appelé, jeudi, au retrait "immédiat" des mercenaires et forces étrangères présents en Libye et au "désarmement des milices conformément aux résolutions du Conseil de sécurité.
"Les interventions militaires étrangères sont inadmissibles en Libye", indique par ailleurs un communiqué de l'ONU , appelant "toutes les parties concernées à respecter ces décisions et à coopérer plutôt avec le Comité mixte libyen 5+5".
Lire aussi : L'UA affirme sa pleine disponibilité à soutenir le gouvernement libyen
L'Union européenne a appelé aussi "au respect de l'embargo sur la vente d'armes à la Libye", relève le texte, prévenant que "les transgresseurs seront désormais sanctionnés".
Le Secrétaire général de l'ONU, Antonio- Guterres, avait appelé, récemment à l'occasion de la célébration du 10ème anniversaire de la Révolution libyenne, le 17 février dernier, les pays concernés "à procéder au retrait sans délais de leurs forces, et ce , afin de permettre à l'autorité exécutive unifiée d'entamer ses missions".
L'ONU a envoyé, le 4 mars en cours, l'avant-garde d'une unité d'observateurs internationaux en Libye pour notamment vérifier le départ des mercenaires étrangers déployés dans le pays, en application de l'accord de cessez-le-feu en Libye conclu le 23 octobre à Genève.
Les mercenaires sont un "coup de poignard" dans le dos
Le Premier ministre du nouveau gouvernement d'unité nationale libyen, Abdelhamid Dbeibah, avait appelé, mardi, dans son discours devant les parlementaires à Syrte, lors de la séance du vote de confiance au nouvel exécutif, au départ des 20.000 mercenaires et forces étrangères présents en Libye, qualifiant leur présence de "coup de poignard" dans le dos des Libyens.
"Les mercenaires sont un coup de poignard dans notre dos. Il faut qu'ils partent. Nous allons contacter la mission onusienne et les représentants des pays (d'origine) pour qu'ils sortent de Libye", a-t-il lancé. "Notre souveraineté est bafouée à cause de leur présence", a martelé M.Dbeibah.
Le Comité militaire mixte libyen (5+5), qui tient une réunion, dimanche, à Syrte en présence des observateurs internationaux a prévu des discussions sur les mécanismes de retrait des forces étrangères de la Libye.
Le nouveau gouvernement d'Abdelhamid Dbeibah, approuvé la semaine écoulée par le Parlement à Syrte, s'apprête à prêter serment, lundi, à Benghazi, dans l'est de la Libye.
Lire aussi : Libye : l'autorité exécutive unifiée face à de nombreux défis
Selon le porte-parole du Parlement, Abdellah Belhaik, tous les préparatifs nécessaires à la réussite de cette réunion ont été effectués.
Composé de 35 porte feuilles dont cinq confiés à des femmes, le gouvernement de Dbeibah aura la charge de gérer la période de transition jusqu'aux prochaines élections prévues le 24 décembre 2021.
Le nouvel exécutif s'est fixé douze objectifs durant cette période. Il s'agit, entre autres, d'assurer la souveraineté à travers l'ensemble du territoire libyen, d'évacuer les mercenaires et forces étrangères du pays, sécuriser les frontières, d'améliorer le quotidien des Libyens et d'instaurer une réconciliation nationale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.