Clôture des travaux de la 8e session de la Grande commission mixte algéro-égyptienne    Migrants tués par la police marocaine : le chanteur nigérian Seun Kuti annule un concert au Maroc    Boughali propose la création d'un mécanisme diplomatique préventif de soutien à la sécurité internationale    Mostaganem: le moudjahid Djelloul Benderdouche n'est plus    Le Président Tebboune reçoit la PDG de la compagnie américaine "Occidental Petroleum Corporation"    Goudjil appelle les Algériens à resserrer les rangs et à adhérer à l'initiative du Président de la République    PAP: Abdelmadjid Azzedine élu président du Groupe géopolitique de l'Afrique du Nord    JM/handball/ dames Gr.B : le point après la 1re journée    JM/ Tennis de table: Bouloussa éliminé en quart après un parcours honorable    Pétrole: l'Algérie augmentera sa production de pétrole de 16.000 b/j en août    Infirmières agressées à Beni Messous: le suspect placé en détention provisoire    La mission de l'ONU au Mali prolongée d'un an    Sonelgaz: l'exportation de l'électricité s'effectue quotidiennement    JM: tableau des médailles    Grâce au nouveau gisement de gaz: L'Algérie pourra honorer ses nouveaux engagements d'exportation    L'ennemi n'est-il plus le même ?    L'enjeu des Jeux    L'art subtil du mensonge face aux enjeux de vérité: De la stratégie de l'araignée à la politique de l'autruche (1ère partie)    Affaires religieuses: l'Aïd El Adha célébré le samedi 9 juillet    En attendant des solutions adaptées: 600.000 élèves quittent les établissements scolaires chaque année    22 carrières enveniment le quotidien des habitants de Sidi Ben Yebka: Des élus locaux réclament un changement de l'itinéraire des camions    Cinq personnes arrêtées: Démolition de constructions illicites à Haï Ellouz    L'AUBAINE DU GAZ    L'Algérie pouvait-elle mieux faire ?    Sidi Bel-Abbès: Le Festival international de danse populaire de retour    Les noms de lieux : grands témoins d'une culture plurilingue    Galtier s'est mis à dos le vestiaire niçois    JM : ouverture de journées du théâtre méditerranéen    Darradji va coûter cher au club    Fin d'aventure pour les Algériens    Les contractuels maintiennent la pression    Guterres appelle à des efforts pour désamorcer les tensions    Au moins 22 terroristes neutralisés dans le sud-ouest    Les Parlements rivaux tentent l'alibi    Alger rebat les cartes    La grande vadrouille    Ooredoo au chevet des démunis    À qui profitera l'Aïd?    «Les guerres hybrides ont aboli les frontières»    Comment reconstituer le front intérieur    Les vertus de la communication interactive    Une autre victoire pour l'Algérie    Kessié en salle d'attente    Adam et les amours contrariés    Voyage à travers l'histoire des monnaies anciennes    L'Algérie à l'écran    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Législatives: La course électorale sera lancée jeudi, trois mois après la dissolution de l'APN
Publié dans Algérie Presse Service le 19 - 05 - 2021

La campagne électorale pour les législatives du 12 juin débutera jeudi, trois mois après l'annonce de la dissolution de l'Assemblée populaire nationale (APN) par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune qui avait appelé à des élections anticipées, exhortant les jeunes à participer en force à ce rendez-vous.
Près de 1.500 listes de candidatures dont plus de la moitié sont présentées par des indépendants, ont été approuvées par l'Autorité nationale indépendante des élections (ANIE) pour prendre part à ces législatives.
Les candidats sont appelés, dès jeudi, à sillonner le pays et multiplier les actions pour convaincre les électeurs d'aller voter, mais surtout d'opérer le "bon choix" pour faire entendre leurs voix et participer à l'édification de la nouvelle Algérie.
Durant trois semaines, les candidats à la Chambre basse du Parlement devront déployer différents modes d'action: rassemblements, meetings et rencontres de sensibilisation, pour exhorter les Algériens à voter en faveur du candidat de leur choix.
Fait inédit, les candidats indépendants sont plus nombreux que ceux des partis politiques. Autre fait marquant, jamais autant de candidats indépendants ont pris part aux élections législatives, s'imposant comme une nouvelle force politique.
Avec cette nouvelle donne, les analystes politiques s'attendent à "voir émerger une nouvelle scène politique avec l'apparition de nouveaux acteurs qui ont fait le choix de se lancer dans la course électorale loin de toute affiliation partisane", car, selon eux, les partis politiques "ont perdu de leur crédit".
Un changement qui, de l'avis de ces analystes, devrait se ressentir dans la future composante de l'Assemblée populaire nationale (APN), longtemps dominée par les partis avec une poignée d'indépendants seulement.
Autre fait observé : parmi les indépendants en lice se trouvent d'anciens militants de partis d'opposition boycottant ces échéances.
Lire aussi: Législatives: signature de la Charte d'éthique des pratiques électorale
La course électorale pour les législatives du 12 juin sera aussi marquée par l'engagement par les partis politiques de candidats non militants sur leurs listes.
Si ces partis justifient ce choix par leur volonté de "faire prévaloir l'intérêt suprême du pays" et de "vouloir s'ouvrir à de nouvelles compétences, nonobstant l'appartenance politique", cette tendance est, néanmoins, motivée par un objectif inavoué, celui d'augmenter leurs chances de succès lors de cette échéance importante à travers la présentation de nouveaux visages, acceptés par les électeurs.
Par ailleurs, la campagne pour les législatives du 12 juin sera menée conformément aux dispositions de la nouvelle loi portant régime électorale et qui interdit aux candidats les dons provenant des personnes morales, qu'elles soient publiques ou privées, et surtout les dons provenant de l'étranger.
Cette loi fixe également un seuil de dépense à la fois pour les candidats comme pour les partis et instaure le contrôle du financement.
En effet, il a été crée auprès de l'ANIE, une commission de contrôle des finances dans le but de "séparer l'argent de la vie politique".
Et pour encourager les jeunes à participer à la vie politique, les dépenses de campagne des jeunes candidats indépendants seront prises en charge totalement par l'Etat, prévoit cette loi.
Par ailleurs, le président de l'ANIE s'est réuni avec les représentants de 16 formations politiques, et avec les représentants des listes des indépendants.
Si les responsables de ces 16 partis politiques ont tenu à exprimer leur mécontentement au sujet de la révocation de certaines candidatures, les représentants des indépendants ont préféré débattre des préoccupations liées notamment aux modalités de financement et à la gestion de la campagne électorale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.