Essais nucléaires: une illustration des crimes français contre l'homme et la nature    Coronavirus: la COP26 pour le climat repoussée à fin 2021    Affaire d'enregistrement sonore: les présidents de l'USB et du CABBA convoqués    Covid19-Championnat d'Algérie: Medouar sceptique sur une éventuelle reprise    Guerre de libération: des crimes rendus célèbres suite aux aveux de leurs auteurs    La prison rouge de Ferdjioua (Mila), témoin de la barbarie de la France coloniale    Commercialisation des masques: des facilitations pour les chefs d'ateliers de confection    Covid 19-Soirée artistique à Oran: 5 personnes sous contrôle judiciaire    Covid-19: près de 322.000 bénéficiaires de l'allocation de solidarité    Covid19: Djerad plaide pour l'allègement de la dette des pays en développement    EHS EL EULMA : 4 médecins et 6 paramédicaux testés positifs au Coronavirus    Décès de Guy Bedos: Un artiste épris de justice s'en va    PLFC 2020: la Commission des finances et du budget de l'APN examine les amendements proposés    Tayeb Zitouni nouveau SG du RND    Le confinement partiel reconduit jusqu'au 13 juin en Algérie    Le porte-parole du Quai d'Orsay s'exprime    140 nouveaux cas confirmés et 7 décès enregistrés en Algérie    Foot: "l'enregistrement sonore n'est pas un faux", se défend Saâdaoui    Le Président Tebboune reçoit le moudjahid Othmane Belouizdad    Sahara occidental: une ONG dénonce les pratiques illégales des multinationales qui nourrissent l'occupation    Palestine/Covid-19: les portes d'Al-Aqsa ouvriront dimanche prochain    Le moudjahid Ramdane Leftissi inhumé hier à Skikda    Biskra, la Mitidja du Sud    Le harcèlement des activistes continue    CANADA : à 14 ans, elle est élue jeune ministre de l'Environnement à Pointo    Argentine : le nord subit une sécheresse majeure    PLFC 2020: traiter les effets de la crise tout en soutenant le pouvoir d'achat    Rapatriement: Arrivée mercredi à Alger de 300 Algériens bloqués à Londres    Pouvoir et géopolitique - Hirak : jeux et enjeux    RC Relizane: Un parcours en deçà des prévisions    Pour non-respect des mesures de confinement: 8.237 personnes interpellées durant le mois de Ramadhan    Non, demain ne ressemblera pas à hier    En hommage aux victimes du Covid-19: Une minute de silence, hier, à l'Institut «Cervantès» d'Oran    Le Snapo suggère l'utilisation de masques en tissu    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    Plus de 21 ha de la forêt de Sidi M'sar à El-Marsa ravagés par le feu    Les pêcheurs de Mostaganem comptent faire le plein    L'ADE promet de l'eau H24 pour Sétif    La Grèce renforce le contrôle à sa frontière avec la Turquie    Un important dispositif policier dissuade les manifestants    Le renouvellement de Sayoud, une priorité    Les lecteurs du versant sud de Tizi Ouzou privés de journaux    Je veux partir seul au paradis !    Les victimes algériennes du Covid-19 en attente de rapatriement    Kaïs Saïed : «Il n'y a qu'un seul Président en Tunisie»    Conflit libyen : Comment le GNA a réussi à chasser les mercenaires de Wagner de Tripoli    FAF - Département Intégrité: La FIFA ne se mêlera pas des affaires internes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un dispositif d'éradication mis en place
Chenille processionaire
Publié dans El Watan le 05 - 11 - 2008

Un dispositif d'éradication de la chenille processionnaire du pin d'Alep vient d'être mis au point à Sidi Bel Abbès, ont indiqué hier les responsables de la Conservation des forêts. Elaboré sur la base d'un travail de prospection qui a permis de localiser les superficies infestées par le parasite, « le dispositif de lutte s'articule, tout d'abord, autour d'un traitement phytosanitaire devant être réalisé par voie aérienne », signalent-ils.
Le traitement qui sera effectué par l'épandage d'un insecticide biologique spécifique à la chenille processionnaire sera concentré sur une superficie forestière de 1 600 hectares située dans les sites de Louza et Mestfa Ben Brahim. « L'utilisation d'un tel produit », a-t-on tenu à souligner, « ne présente aucun risque majeur susceptible d'affecter les ressources faunistiques ou floristiques ».
Le traitement de la chenille processionnaire, qui est une redoutable source de dépérissement du pin d'Alep, est d'autant plus impératif qu'il doit intervenir précisément durant la phase de développement larvaire de l'insecte. Selon les initiateurs du dispositif antiparasitaire, « si elle venait à perdurer, la présence de la chenille processionnaire provoquerait purement et simplement la mort de l'arbre ». S'intégrant dans une optique de protection du patrimoine forestier contre les diverses formes de nuisances, l'opération d'éradication du fléau comprend, en outre, divers traitements devant être exécutés par voie terrestre.
Bandes forestières infestées
Appelés communément échenillage, les actions prévues dans ce contexte visent la destruction des sites abritant les chenilles processionnaires et l'incinération systématique des insectes. Le processus d'élimination du parasite par voie terrestre doit toucher plusieurs bandes forestières infestées situées en grande partie dans les localités de R'jem Demmouche, El Amarna, Tenira, Telagh, Dhaya, Merine, et Taffessour. Les étendues forestières recensées dans les zones précitées totalisent une superficie estimée à quelque 4 000 hectares.
« Le dispositif de traitement des périmètres affectés par la prolifération de la chenille processionnaire est assorti d'un système de surveillance visant à détecter, le cas échéant, d'éventuelles apparitions de l'insecte dans d'autres sites forestiers », précise un ingénieur de la Conservation des forêts de Sidi Bel Abbès. Les opérations antiparasitaires, qui se généraliseront progressivement à l'ensemble des zones infestées, devraient faire l'objet de visites d'évaluation et de suivi au cours desquelles les services forestiers feront le point de la situation prévalant sur le terrain en s'informant précisément sur les conditions d'organisation et d'exécution du processus de traitement phytosanitaire.
Il y a lieu de signaler que le patrimoine forestier de la wilaya de Sidi Bel Abbès s'étale sur une superficie globale de 203 000 hectares dont 142 000 hectares sont couverts de pins d'Alep. C'est dire le caractère vital du dispositif d'éradication de la chenille processionnaire du pin d'Alep.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.