Conférence internationale de Palerme sur la Libye: Ouyahia plaide pour une solution inclusive    Proposé par l'Egypte: Le cessez-le-feu à Ghaza après les accrochages    Ligue 1 Mobilis: La JSK se relance, le MCA à l'arrêt    Commission de discipline de la LNF: L'audience du président de la JS Kabylie, Mellal, reportée au 19 novembre    Liste des logements sociaux à Tlemcen: Les protestataires ne décolèrent pas    RENOUVELLEMENT DU CONSEIL DE LA NATION : Charef Benchenni représentera le FLN    REAPPARITION DE LA ROUGEOLE : Le ministère de la santé rassure    ESCROQUERIE VIA INTERNET : Deux réseaux de faussaires neutralisés sur Oued Kniss    Remaniement ministériel en Tunisie : Youssef Chahed obtient la confiance du parlement    Jil FCE optimiste    Sans perturber les vols : Nouvelle zone de turbulence à Air Algérie    Fin d'examen de l'avant-projet détaillé    Le Premier ministère dénonce une «odieuse manipulation»    Les candidats du FLN et du RND choisis, HMS temporise    Trop de soutiens, on veut des candidats !    Sun Tzu au secours du Parti communiste    Conférence sur la Libye : Ouyahia aujourd'hui à Palerme    Seddik Chihab à propos de la réponse de Tayeb Louh à Ouyahia : «Je n'ai rien à dire !»    Début des grandes manœuvres avant Lomé    La sécurité régionale au menu du dialogue de haut niveau    Stabilité régionale : Le rôle de l'Algérie mis en avant    Secteurs de l'habitat et des télécommunications : Trois conventions-cadres signées    Les syndicats dénoncent de «la poudre aux yeux»    Comment faire sortir le Salon du Palais    Tourisme : Il ne suffit pas d'avoir des hôtels…    Tigzirt (Tizi-Ouzou) : Une femme meurt asphyxiée au monoxyde de carbone    Il signe une 4e passe décisive à Man City : Mahrez sermonné par Fernandinho !    L'écrivain Mahmoud Aroua : «Il est difficile de se faire éditer»    Alger accueille le 2e grand prix Abdelkrim Dali    Il pourrait revenir sur scène avant l'été : Meskoud garde sa belle voix    GC Mascara: Des conflits qui mettent le Ghali en danger    IRB Oued Taria: Le club de football disparaît    Des comprimés psychotropes saisis, 4 individus arrêtés    Incertitudes    «Coup de force» contre Bouhadja: Les députés RCD reviennent à la charge    Un appel ayant visé à provoquer la «fitna»    Relizane: Une usine Ford à Sidi Khettab    L'armistice vu par un indigène    Pour booster la coopération algéro-grecque: Une commission interministérielle mixte et un forum des hommes d'affaires, en 2019    Nuit d'horreur à Constantine !    14 membres du PKK "neutralisés" par l'aviation turque    Abdelkader Bouazghi depuis Bordj-Bou-Arreridj : " La réconciliation nationale a été un cadre de forte mobilisation pour mener à bien le programme ...    Travaux publics et Transports : Plus de 70 nouvelles gares routières entrées en exploitation    Copa Libertadores : Boca résiste à River (2-2) dans une Bombonera en fusion    Attal buteur, Mahrez passeur, Feghouli de nouveau titulaire    RDC : Fayulu candidat-surprise de l'opposition, tensions pré-électorales en vue    Ouyahia parle de "manipulation"    Exposition à Alger d'Arezki Larbi du 17 novembre au 1er décembre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des passerelles en couleur
Artistes arabes entre l'Italie et le Maghreb au palais de la culture
Publié dans El Watan le 17 - 12 - 2008

Cette manifestation a été préparée par le ministère italien des Affaires étrangères à la faveur du projet « Convergences méditerranéennes », une exposition itinérante qui fera halte à Tunis et à Rabat également. Au vernissage, l'ambassadeur d'Italie Giampaolo Cantini nous a précisé que l'exposition concerne des artistes du Maghreb qui ont eu « une relation étroite avec l'Italie dans l'après-guerre ».
« Certains ont étudié dans les académies de Florence et de Rome et d'autres vivent encore en Italie. Dans certaines œuvres, il y a des signes et des codes typiques de la culture maghrébine, arabe et berbère. C'est un mélange intense », a souligné Giampaolo Cantini, lui-même natif de Florence, la légendaire cité des Medicis et de la Renaissance. Le diplomate a parlé de relations « étroites et vivantes » dans le domaine artistique entre son pays et l'Afrique du Nord. Martina Corgnati, directrice de l'exposition, a relevé dans le catalogue que 140 kilomètres séparent la pointe sud de la Sicile de la côte tunisienne. « Une distance inférieure à celle comprise entre Rome et Naples », a-t-elle noté. Pour évoquer les rapports entre l'Italie et le Maghreb sur le plan des arts plastiques, il faut, selon elle, prendre en considération les différentes acceptions des termes « modernité », « tradition », « style » et « identité culturelle ». Les artistes italiens avaient, pendant longtemps, préféré l'Egypte au Maghreb.
Les écoles orientalistes françaises, qui s'étaient installées en Algérie dès 1897, avaient, d'après Martina Corgnati, ignoré les réalités locales, contrairement aux italiennes qui avaient ouvert des espaces d'enseignement à Alexandrie. Moses Levy, l'artiste italien le plus célèbre de Tunisie, est cité comme exemple. Il ouvre l'exposition avec son tableau le plus connu Procession à Kairouan, peint en 1930. Son fils, Nello Levy est également présent à travers une œuvre utilisant la technique mixte, sable et acrylique, Collines tunisiennes, qui relève de l'art moderne. Avec d'autres artistes, comme Jules Lellouche, Moses Levy avait créé le Groupe des quatre qui devait rompre avec l'élitisme des salons tunisois d'après les années folles. La présence des artistes algériens en Italie est plus récente. Ali Kichou et Hadjira Preure, son épouse, furent les plus visibles sur la scène de Rome avant de partir au Canada. « Le travail de Kichou est plus porté vers les installations que vers la peinture ; il développe l'idée de migration, de transit et d'éloignement, leur conférant une valeur intensément scénographique et théâtrale », a observé Martina Corgnati. Les œuvres de Kichou et Preure ont été acquises par des collections en Italie, en Hongrie et au Canada. Des tableaux de Hadjira Preure sont conservés par le Musée national des beaux-arts d'Alger. Les œuvres ironiques de Amor Dekhis, comme La Ville et Les Couleurs du destin, sont fraîches. Elles remontent à cette année. Il en est de même de Ahmed Bekhokha et Slimane Sakhri. Céramiste, Slimane Sakhri est un adepte de l'école florentine.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.