Accompagnement des élections présidentielles    Tliba bientôt privé de son immunité    PrAbderrahmane Mebtoul expert international : invité du jour de la radio internationale Beur/FM    Le train sifflera en 2020 et les projets mort-nés au menu    Les Tunisiens toujours dans l'attente des résultats préliminaires des élections présidentielles    Les Rohingyas vivent sous la menace d'un «génocide»    Entre le souhaitable et le possible    Cherif El Ouezzani crie au complot    Bouloudinat (+91 kg) battu par l'Allemand Tiafack    Huit blessés dans une explosion de gaz butane    Décès du réalisateur Moussa Haddad    Participation d'une vingtaine d'artistes    MASCARA : La BRI démantèle un réseau de faussaires de billets de banque    Boumerdès : 4 harragas meurent noyés en mer et 9 autres disparus    Juventus: Simeone encense "l'animal" Ronaldo    EN : Une dernière étape avant d'officialiser le match face à la Colombie    Juve - Sarri : "le foot italien ne peut pas se considérer parmi les favoris"    "C'est toute la classe politique qui vient d'être sanctionnée"    Efforts internationaux contre une nouvelle crise humanitaire    L'entraîneur de Horoya AC évoque le match retour    Rebiai et Bouhalfaya libérés, Koudri et Moussaoui appelés    Hyundai i10 2020 Changement et modernisation    Des administrateurs pour Sovac et Global Group    Les campus toujours au rendez-vous    Les commissions d'inspection des écoles primaires à pied d'œuvre    «Le circuit de distribution doit être assaini»    Craintes d'un nouveau conflit armé dans le Golfe    ACTUCULT    sortir ...sortir ...sortir ...    Les super héros des Comics et Marvel débarquent à Alger    L'ONU s'excuse après l'avoir attribué à l'Espagne    Abdelkader Chaterbache, un artisan au service de l'éducation    Le MSP dénonce les interpellations et hésite sur la présidentielle    L'appui des syndicalistes et de la société civile à Béjaïa    Sous le signe de la solidarité avec les détenus    Echos de campus    Le CSA menacé de paralysie    Alger, Constantine: Samir Belarbi et trois manifestants en détention provisoire    Au cours des derniers mois: Près de 50.000 registres de commerce supprimés par leurs propriétaires    Révision de la règle 51/49: Des assurances sur les domaines de souveraineté    Pour s'enquérir des dysfonctionnements du secteur de l'Education: Une commission d'inspection du ministère de l'Intérieur sur le terrain    157 kg de viande rouge et 62 kg d'abats impropres à la consommation saisis    30ème mardi de mobilisation: Les étudiants maintiennent la pression malgré les interpellations    Des instructions fermes quant au respect des délais d'avancement des travaux    L'UA demande des efforts concertés aux pays africains pour assurer une gouvernance efficace des migrations    Les plus lus et les plus traduits au monde    Professions de promoteur et d'agent immobilier: Les agréments délivrés par les walis    Grâce à la rationalisation des importations des céréales : L'Algérie a économisé plus d'un milliard de dollars    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sujet de sciences «abordable», la philo «difficile»
Les épreuves du baccalauréat se poursuivent
Publié dans El Watan le 24 - 06 - 2018

Dans certains centres, des candidats de la filière maths ont été empêchés arbitrairement d'utiliser leurs calculatrices.
Les épreuves du baccalauréat se sont poursuivies hier, après une journée de repos vendredi. Au menu, des compositions dans les matières essentielles de chaque filière, à savoir sciences pour les filières scientifiques et philosophie pour les filières littéraires. «Les sujets sont à la portée des élèves de niveau moyen», estime Sadek Ziri, président de l'Union nationale des personnels de l'éducation et de la formation (Unpef). Des élèves ont toutefois qualifié les sujets de philosophie de «difficiles».
La coupure d'internet a été maintenue durant les épreuves, pour empêcher la diffusion des sujets sur les réseaux sociaux. La durée de la coupure effective dépasse celle annoncée par l'opérateur, à savoir une heure au début de chaque épreuve.
L'Unpef souligne que le dispositif antitriche «est bien maîtrisé», puisqu'il n'y «pas eu de fuite, ni de diffusion de sujets», et que «les épreuves se sont déroulées jusque-là dans des conditions normales». Le syndicat signale toutefois des coupures d'électricité au niveau de plusieurs localité du sud du pays, rendant difficile le maintien de la climatisation dans les centres d‘examen.
«Une mauvaise coordination» entre les instructions ministérielles et les responsables locaux est signalée durant cet examen. Cela a été constaté avec l'interdiction, jeudi dernier, aux candidats des filières scientifiques, de l'utilisation de calculatrices scientifiques pourtant légale, selon la tutelle.
Panique des candidats à Aïn Taya
«L'utilisation de calculatrices scientifiques est permise, sauf pour les calculatrices programmables, les candidats sont informés durant l'année du type de calculatrices interdites», souligne-t-on au niveau du ministère de l'Education nationale.
Pourtant, les candidats au lycée Si El Haoues de Aïn Taya, de la direction de l'éducation d'Alger-Est, se sont vu refuser l'introduction de leurs calculatrices scientifiques jeudi dernier, lors de l'épreuve de mathématiques.
«Le chef du centre s'est permis, la vielle, c'est-à-dire mercredi, lors de l'épreuve de sciences islamiques de s'introduire dans les salles d'examen et d'interpeller les élèves sur cette interdiction, en guise d'avertissement pour l'épreuve qui devait avoir lieu le lendemain.
Jeudi, ces élèves n'ont pas pu faire entrer leurs calculatrices qu'ils ont pourtant l'habitude d'utiliser durant les évaluations périodiques», se plaint le père d'un candidat en maths qui passe son baccalauréat au lycée Si El Haoues. Un mouvement de panique s'est emparé des candidats dès l'intervention du chef du centre. Les parents dénoncent d'ailleurs «une perturbation caractérisée» du déroulement de l'examen.
«Nos enfants n'ont pas eu droit à un climat serein, ils ont été empêchés d'accéder à un outil de travail aussi indispensable qu'un stylo ou une règle, en violation de la réglementation en vigueur», poursuivent des parents de candidats audit établissement.
Ces parents sont convaincus que leurs enfants ont été lésés par l'attitude de ce responsable qui a outrepassé ses prérogatives et interpellent le ministère de l'Education sur cette question.
Autre cas signalé par les enseignants, l'accès des élèves à leurs téléphones portables, au niveau de l'établissement Mohammed Chounane à Hassi Bahbah, dans la wilaya de Djelfa. Les enseignants surveillants ont signalé de manière officielle «la complicité» du chef du centre avec des candidats qui ont accédé à leurs appareils numériques.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.