Conditions du dialogue contre termes du débat    Le procès d'Ali Haddad aura lieu le 3 juin    Les étudiants ne lâchent pas prise    Les souscripteurs accéderont à leurs logements samedi    Médéa : Portes ouvertes à la Caisse de retraite    Egypte: 16 terroristes présumés tués par la police    Conflit Palestino-israélien : Les confidences de Moubarak à propos de Netanyahu et Trump    NAHD – JSK : Les Canaris veulent retrouver leur nid de champions    Affaire ASO – WAT : La commission de recours déboute Tlemcen    Mostaganem : 57 dealers arrêtés en 10 jours    On vous le dit    Nouvelles d'Oran    Mémoires anachroniques de l'Andalousie perdue    Chaou anime la soirée de clôture    Concert de jazz algéro-polonais    Les armes affluent vers Tripoli et Benghazi malgré l'embargo : Libye, une guerre par procuration ?    Le Brent progresse à plus de 72 dollars à Londres    Real : Kroos évoque la rumeur Pogba    Le procès d'Ali Haddad renvoyé au 3 juin    John Baraza pense que «le Sénégal et l'Algérie ne sont pas imbattables»    Accord trouvé pour arrêter la grève des joueurs    Feghouli, la nouvelle année de grâce !    «Faire de la politique n'est pas dans le rôle de l'armée»    La deuxième phase entamée hier    Report du procès de Ali Haddad    La CGATA refuse de se réunir avec une mission de l'OIT    Téhéran rétorque à Trump qu'il ne mettra «pas fin à l'Iran»    Une première action réussie pour les pharmaciens    Onze nouveaux postes électriques pour améliorer la qualité de service durant l'été    ACTUCULT    "Une beauté loin d'être déserte"    Nouvelle protestation des journalistes de l'ENTV    Gâteau de crêpes    Croissance de 7% de l'activité portuaire de l'Algérie    Propositions de sortie de crise : Le chef d'état-major de l'ANP verse dans le déni de réalité    Le Premier ministre du Niger entame une visite à Alger    L'appel des trois suscite toujours des réactions    Le pire a été évité    Trois ans pour le faussaire    Mort par électrocution d'un employé de Sonelgaz    Le tableau des demi-finales connu    Boulaya prolonge jusqu'en 2022    Des partis réagissent    L'Onu se saisit de la crise séparatiste au Cameroun Paul Biya s'ouvre au dialogue    Le Conseil de sécurité veut l'application de l'Accord d'Alger    3000 agents font la chasse aux nouveaux électeurs    A la rencontre de Massinissa    L'élégie de la résilience    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





El Habiri veut récupérer les biens de son institution : La DGSN face aux indus privilèges
Publié dans El Watan le 05 - 09 - 2018

Autres temps autres mœurs. Installé dans ses nouvelles fonctions après le limogeage, le 26 juin dernier, du général-major Abdelghani Hamel, le nouveau Directeur général de la Sûreté nationale (DGSN), le colonel Mustapha El Habiri, a ordonné la récupération des moyens humains et matériels mis à la disposition des hautes personnalités de l'Etat qui ne sont plus en fonction.
Une protection rapprochée et quelque 80 véhicules, parfois blindés et équipés de gyrophares, etc., font partie de cette panoplie de moyens dont bénéficient des hauts cadres de l'Etat (anciens ministres, hauts gradés, députés…).Si certains de ces privilégiés de la République ont été «très coopératifs» et ont accepté de bonne grâce de renoncer à la protection rapprochée, d'autres «font de la résistance».
«Certaines personnes étaient en possession de véhicules depuis au moins 15 ans, alors qu'elles ont quitté leurs fonctions. Pour continuer à bénéficier de ces avantages (véhicules et garde rapprochée) payés par la DGSN, donc aux frais du contribuable, elles n'ont pas hésité à faire intervenir leurs connaissances.
Il y en a qui ont pris jusqu'à trois véhicules. Sommées de les restituer, ces personnes ont préféré garder le véhicule blindé», signale une source au fait du dossier.
A ce jour, 40 à 50% des moyens ont été récupérés, poursuit notre source. La DGSN a décidé de passer à une étape supérieure : des mises en demeure ont été adressées aux réfractaires. «Aucun délai n'a été accordé aux concernés.
La DGSN a décidé de procéder par étape en ne brusquant personne. Si le concerné ne coopère pas, un ultimatum lui est alors adressé. Nous savons que certaines de ces personnalités sont à l'étranger.
Et donc nous attendons leur retour», précise notre source. Après les ultimatums répétés, le patron de la police veut recourir à tous les moyens pour récupérer les biens de son institution, «y compris la justice».
«El Hamel toujours à Hydra»
Un inventaire général de tout le matériel de ce corps relevant du ministère l'Intérieur est régulièrement effectué (semestriellement) par la Direction de l'administration générale (DAG), située à Hydra.
Une ancienne instruction prise par le chef du gouvernement stipule qu'à la prise de fonctions d'une haute personnalité, une protection rapprochée et un véhicule sont mis à sa disposition et à celle de sa famille.
A la passation des consignes, les voitures sont «normalement» restituées et les gardes du corps reversés dans le corps de sécurité, mais des usages voudraient qu'un délai de six mois soit accordé au concerné pour lui permettre de chercher un moyen de transport, détaille notre source. Celle-ci dément, par ailleurs, que d'anciens cadres de la DGSN soient concernés par l'opération, «puisqu'une fois à la retraite, ces derniers rendent immédiatement leurs véhicules».
L'actuel patron de la DGSN semble vouloir privilégier d'autres pratiques dans l'octroi du service de protection aux personnalités publiques. «Auparavant, il suffisait de connaître ‘quelqu'un' pour bénéficier d'un véhicule ou d'un gyrophare. Tout cela est désormais réglementé. Les textes sur le gyrophare sont stricts. Toute demande doit être motivée et c'est le ministère de l'Intérieur qui donne l'autorisation», précise notre source.
S'agissant de l'information relative à l'«expulsion» de l'ancien DGSN, Abdelghani Hamel, du logement de fonction qu'il occupe à Hydra, notre source affirme que le concerné y réside toujours et que «toute décision qui interviendra à l'avenir le sera sur instruction de la présidence de la République».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.