Le nombre de cas de COVID-19 a doublé au cours des six dernières semaines    Wilaya d'Alger : les taxis autorisés à poursuivre leur activité    L'ONEC dénonce les déclarations de Marine Le Pen contre l'Algérie    Crise libyenne: Entre ingérences étrangères et hypocrisie    Le général-major Omar Tlemsani, nouveau commandant de la 4e Région militaire    Suite à une panne dans le réseau: Des coupures du courant électrique dans plusieurs quartiers à Sidi Chami    Covid-19: Durcissement des mesures de confinement    AVEU    La maladie et le mal inné    Les questions de mémoire, la situation en Libye et au Sahel: Tebboune reçoit un appel de Macron    Entre la liberté de réfléchir et l'interdiction de penser    Institut Cervantès d'Oran: Le cycle « Hispanistadesdecasa » à partir de demain    434 nouveaux cas et 8 décés en 24 h    Les Algériens non concernés    Les précisions de Ferhat Ait Ali    Le coup de gueule du Dr Bekkat Berkani !    Affaire Hannachi/Mellal : Le président de la JSK écope de 2 mois de prison ferme    Afrique: la Covid-19 aggrave la situation des réfugiés menacés par la faim et la malnutrition    Congrès extraordinaire du FFS: élection des nouveaux membres de l'Instance présidentielle du parti    FAF-ANEF: quatre conférences en ligne au programme en juillet    FMI: la dette publique mondiale atteindra un pic historique en 2020    Alger: interdiction du transport urbain collectif public et privé durant les week-ends    Covid-19: plus de 2.700 artistes ont bénéficié d'une aide financière    PRODUITS PHARMACEUTIQUES : L'ARAV prescrit l'arrêt immédiat des campagnes publicitaires    MASCARA : Des terres agricoles détournées de leur vocation    TISSEMSILT : La CNAC à l'écoute des citoyens    MONTAGE AUTOMOBILE EN ALGERIE : Le ministre de l'Industrie apporte des précisions    DEFENSE : Le général-major Tlemçani à la tête de la 4ème région militaire    Impact du Covid-19: la presse sportive algérienne touchée de plein fouet    RECUPERATION DES RESTES MORTUAIRES : Un pas vers la reconnaissance par la France de ses crimes    Cheb Khaled rêve d'un Maghreb Uni !    Libye: reprise de la production et des exportations de pétrole après des mois de blocage    Premier League: L'Algérien Mahrez 2e meilleur passeur africain    Algérie/France: des avancées sur les questions mémorielles, en dépit de la persistance des voix des nostalgiques de la colonisation    Syrie: l'aide transfrontalière de l'ONU suspendue à une décision russe    La Bourse de Tokyo ouvre en baisse, la résurgence du Covid-19 inquiète    Sétif : protestation des agents de la direction de réalisation des projets de l'ERGR Aurès pour des salaires impayés    Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    Affaire Tahkout : poursuite au tribunal de Sidi M'hamed des plaidoiries de la défense    APN: Clôture de la session ordinaire 2019-2020    Rachad, les harragas et la décennie noire    Se sauver ou sombrer    Benrahma et Brentford à deux points des barrages    Le secteur culturel salue l'aide débloquée pour affronter le coronavirus    "J'ai fait l'objet d'une méchanceté gratuite"    Cafouillage administratif et réunions sans résultat    La FAF tranchera le 15 juillet    Libye : Le chef de l'ONU dénonce une «interférence étrangère» sans précédent    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'absence de données fiables fausse l'évaluation
Objectifs de développement durable pour l'Algérie
Publié dans El Watan le 23 - 09 - 2018

Deux années sont passées depuis l'adoption lors d'un Sommet des Nations unies (ONU) des Objectifs du développement durable (ODD) 2030. Des objectifs au nombre de 17, que l'Algérie a pris l'engagement de réaliser. Un rapport de suivi et de réalisation de ce chantier résumant tout ce qui a été fait dans ce cadre devrait être présenté en 2019.
Il s'agit, en effet, pour le ministère des Affaires étrangères (AE) de produire une synthèse sur la mise en œuvre des objectifs fixés pour la période 2016- 2018 avec le soutien de l'ONU. Les deux parties ont, en effet, déjà signé en juin dernier un document de projet d'appui conjoint du Système des Nations unies à la coordination de la mise en œuvre et du suivi des Objectifs de développement durable (ODD) par le gouvernement algérien.
Ce projet s'étale sur une période d'une année (juillet 2018-juillet 2019) et propose une approche coordonnée impliquant l'ensemble du Système des Nations unies, en alignement avec les priorités nationales, le cadre de coopération stratégique Algérie-Système des Nations unies 2016-2020 et les Programmes de développement durable à l'horizon 2030 tel qu'adoptés par le Etats membres lors de la soixante-dixième session de l'Assemblée générale de l'ONU.
Il s'articule par ailleurs sur quatre axes principaux, à savoir, entre autres, le renforcement de la sensibilisation sur le développement durable et ses implications, la promotion de l'intégration du développement durable à différents niveaux de planification nationale et locale à travers une appropriation et adaptation des cibles et des indicateurs des ODD, l'appui de la gestion des données sur les ODD. Mais pour l'heure, selon les informations recueillies, ce travail, dont les résultats sont fortement attendus, n'avance pas au rythme souhaité.
Un rapport en attente
Le document risque d'ailleurs de ne pas être prêt à l'échéance fixée. «Cela fait deux ans que le département des affaires étrangères coordonne un comité interministériel qui travaille sur les ODD. Mais le rapport prévu pour 2019 n'a pas été produit», confie une source proche du dossier avant de s'interroger : «Qu'est qu'on va sortir comme document ?» Une question qui s'impose, connaissant les difficultés à récolter les informations sectorielles et l'écart entre les normes statistiques internationales et nationales.
Ce qui pose un vrai défi pour le comité chargé de suivre ce dossier et qui nécessite également des efforts colossaux pour assurer la mesure des réalisations accomplies au niveau de chaque ODD. «Le problème est institutionnel», répond une autre source pour expliquer le déficit en données et le problème de fiabilité de l'information statistique, mais aussi la peur de transparence. D'ailleurs, le fait que la Cour des comptes ait été sollicitée par l'ONU pour intervenir dans l'élaboration dudit rapport a été mal vu par les AE, a-t-on encore appris.
Cela pour dire que ce ne sont pas les embûches qui manquent pour récolter les différentes données nécessaires pour alimenter les indicateurs des ODD. Et ce, d'autant que «les AE, qui sont une administration, ne sont pas outillées pour ce chantier», fera remarquer un économiste pour qui il aurait fallu que ce département soit appuyé par des experts dans un cadre bien défini, à l'image du Conseil national économique et social (CNES). «Or, le CNES est aujourd'hui une coquille vide. Il est incapable de mener cette expertise», estime-t-il encore, soulignant dans le même sillage que pour certains indicateurs sur les 231 arrêtés, il n'y a pas du tout d'informations.
Incohérence
«Il y a des indicateurs qu'on n'a jamais produits et jamais observés parce qu'il n'y a pas d'enquêtes sur le terrain», précisera-t-il. Résultat de la négligence de l'importance des statistiques, puisque les services dédiés à ce travail n' existent plus dans certaines wilayas. Or, le travail devrait se faire d'abord au niveau sectoriel avant de passer à la coordination. «Tout est cloisonné à l'intérieur des institutions, alors que la mise en cohérence devrait se faire par le biais d'une institution spécialisée. Mais cette dernière n'existe pas. Exemple, aucune place n'est accordée à la planification et à la prospective», regrette un membre de l'Association nationale d'évaluation des politiques publiques.
Ce sont en somme autant d'éléments qui pourraient retarder la présentation résumant les pas franchis en Algérie concernant son engagement dans la mise en œuvre des ODD 2030 à l'échelle nationale, régionale et internationale, ainsi que leur intégration dans les politiques nationales de développement. Pour ce dernier point, si dans les discours l'intégration y est, dans les faits, le retard y est également. En effet, même si les données manquent à ce sujet, il faut dire que de nombreux secteurs peinent essentiellement depuis l'avènement de la crise à assurer leurs engagements.
ODD et pression démographique
La poussée démographique que connaît le pays n'est pas pour faciliter les choses. Une croissance qui nécessite, de l'avis des experts, un accompagnement par des programmes de développement socio-économiques. Autrement dit, la mise en place d'une stratégie socioéconomique adaptée à la croissance démographique de manière à atteindre les objectifs tracés. Dans le cadre de ce programme, il s'agit en effet d'éradiquer la pauvreté, protéger la planète et garantir la prospérité pour tous en conciliant trois éléments indispensables au bien-être des individus et des sociétés, à savoir la croissance économique, l'inclusion sociale et la protection de l'environnement.
Or, pour ces trois éléments, les signaux sont loin d'être rassurants. Ils virent plutôt vers le rouge, comme l'illustre la situation dans les secteurs concernés avec notamment la dégradation de l'environnement (retour du choléra, pollution, absence d'hygiène, amoncellement des déchets dans nos villes…). Un chapitre où beaucoup reste à faire et qui nécessite, selon les responsables en charge du suivi du rapport l'implication citoyenne. «Le pays gagnerait davantage à mettre en place une stratégie pour le développement durable avec une synergie des actions de différents départements.
Cette stratégie doit nécessairement faire participer les citoyens, qui sont appelés à appliquer sur le terrain les actions du développement durable», a plaidé lors d'une de ses sorties médiatiques la ministre de l'Environnement et des Energies renouvelables, Fatma Zohra Zerouati. Mais faudrait-il que les pouvoirs publics au niveau local donnent d'abord l'exemple. C'est le cas également pour d'autres points qui restent à satisfaire, à l'exemple des inégalités sociales et de la réduction de la pauvreté.
Contradictions
Les déclarations contradictoires qui se sont succédé la semaine dernière entre les ministres du Travail et de la Sécurité sociale et celui de la Santé autour de la prise en charge sanitaire des non-assurés sociaux (ceux qui n'ont pas de carte Chifa) montre clairement les difficultés de l'Etat à réduire les inégalités sociales tel que promis pourtant dans les discours. Idem pour la réduction du chômage et la lutte contre l' emploi précaire.
Le retour de l'épisode de colère des jeunes du Sud, comme en 2011, est là aussi pour illustrer l'incapacité de l'Etat à répondre aux besoins des jeunes en matière d'emploi. Idem pour la pauvreté dont le phénomène prend de l'ampleur. Des poches de pauvreté subsistent encore tant en milieu urbain qu'en zone rurale, a conclu récemment une étude du Centre de recherches en économie appliquée au développement (Cread) évaluant le nombre des ménages démunis à 1 256 165 se basant sur les données collectées dans 40 wilayas.
Aussi, la sécurité alimentaire, même si elle a connu des avancées significatives durant les deux dernières décennies, demeure, quant à elle, fragile face à la dépendance aux marchés extérieurs et au recours aux subventions publiques, selon la même source. D'où l'urgence de se pencher sur ce qui a été fait dans ce domaine pour pouvoir tirer des conclusions et élaborer un rapport fiable. «Il est primordial de s'intéresser à tous les aspects liés au développement : emploi, santé, éducation…
Des aspects qui généralement sont plus compliqués à estimer puisqu'ils nécessitent un processus de collecte de données plus complexe, car il s'agit ici d'indicateurs calculés à l'issue d'enquêtes micro-économiques très lourdes», recommandera à ce sujet Abdoune Benalloua, spécialité en pauvreté. Dresser le bilan des premières étapes de la mobilisation algérienne vers l'atteinte des 17 nouveaux objectifs de développement devrait en fait passer par ce chemin.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.