Covid-19: le ministère de l'Agriculture distingue les ingénieurs agronomes    Bruxelles ne reconnaît pas la marocanité du Sahara occidental    Maroc-Affaire des écoutes: le militant Omar Radi déplore une campagne de "salissage"    Bloqué à Johannesburg depuis 4 mois : L'énième cri de désespoir de Makhloufi    La DGSN commémore le 58e anniversaire de l'indépendance par un riche programme    Industriel public: recul de 6,7% de la production durant le 1er trimestre 2020    ALGER : 7909 logements AADL livrés le 5 juillet    Lancement d'une nouvelle version du site web officiel du MDN    Coronavirus : 441 nouveaux cas,311 guérisons et 6 décès en Algérie durant les dernières 24h    CORONAVIRUS ALGERIE : Benbouzid se prononce sur le ‘'reconfinement''    Décès du général-Major Hassen Alaïmia    FETE DE L'INDEPENDANCE ET DE LA JEUNESSE : Le président Tebboune décrète une nouvelle grâce présidentielle    441 nouveaux cas confirmés et 6 décès en Algérie    AFFLUENCE RECORD D'ESTIVANTS A ORAN : La plage de Kristel prise d'assaut    BANQUE D'ALGERIE : Emission de nouveaux billets et pièces de monnaie    Restes mortuaires des 24 martyrs: funérailles solennelles à la hauteur des sacrifices    Les restes mortuaires de 24 chefs de la Résistance populaire inhumés au Carré des martyrs du cimetière d'El-Alia    Un procès à huis clos !    Quels moyens pour respecter le protocole sanitaire ?    Poussée populaire et promesse d'une nouvelle Algérie    Laskri compte piloter une liste    Incertitudes sur le rituel du sacrifice du mouton    Sachez-que    Sept blessés lors d'une tentative d'attentat près du port de Mogadiscio    Trudeau hésite à aller à Washington pour un sommet sur le nouvel Aléna    Arrivée du cortège funèbre des restes de 24 chefs de la Résistance populaire au cimetière d'El-Alia    Les martyrs de la Mitidja : les oubliés de l'Histoire    La «longue liste» des auteurs retenus dévoilée    L'ONU cherche toujours un émissaire pour la Libye    L'Algérie et la France doivent affronter le problème de la Mémoire qui hypothèque les relations bilatérales    Un activiste devant la justice    Banque Mondiale : L'Algérie passe à la catégorie pays à revenu intermédiaire inférieur    "Oran doit s'attendre à un 4e pic de contamination"    26 décès et 1 500 personnes infectées    Benrahma inscrit un triplé contre Wigan    "Je ne spéculerai pas sur l'avenir de Messi"    Voici le contenu de la mise au point    Des dizaines de morts dans des combats en Syrie    Le témoignage glaçant d'un employé turc du consulat saoudien    MO Béjaïa: Club en quête d'assainissement    Meilleurs joueurs africains (1ère partie): Le subjectivisme toujours au rendez-vous    Chlef: La CNAS veut améliorer ses prestations    L'Emir Abdelkader : « Un guerrier, un homme d'Etat, un apôtre de la paix »    Nouvelles approches sur les crimes de «la Main rouge» contre les Algériens    A quoi sert un musée ?    Les journalistes indésirables dans la salle d'audience    L'infrangible lien...    Marche de la diaspora algérienne à Montréal    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Italie rejette 15 000 tonnes de brames d'acier de Sider El Hadjar
Elles seraient jugées non conformes À la commande
Publié dans El Watan le 18 - 10 - 2018

Une quantité de quelque 15 000 tonnes de brames d'acier, exportée par Sider El Hadjar vers l'Italie, a été rejetée. En cause, la qualité de ce produit semi-fini ne répond pas aux normes requises telles qu'indiquées dans la commande, avons-nous appris de sources sûres.
Le client italien a décidé de refouler cette importante cargaison dont la valeur serait de six millions d'euros. La décision de retour à l'envoyeur de cette cargaison a généré un véritable branle-bas de combat au niveau de la direction générale qui, par tous les moyens, tente de trouver un compromis avec le client européen à l'effet de le faire revenir sur sa décision.
«Depuis quand le complexe sidérurgique d'El Hadjar ne maîtrise pas la production des brames d'acier ? Hélas, cette affaire reflète une véritable mauvaise gestion dont fait actuellement l'objet le complexe sidérurgique Sider El Hadjar depuis qu'il est géré par Chemseddine Maâtallah, le PDG de l'usine.
Le rejet de ces 15 000 tonnes de brames d'acier par le client italien a poussé ce même PDG, à qui on a affecté des gardes du corps à la charge de l'entreprise, à faire profil bas devant les étrangers en leur proposant des compromis dont le seul perdant est le complexe d'El Hadjar», s'insurgent les cadres de l'entreprise.
Cet énième scandale intervient, faut-il le relever, alors que l'usine n'arrive plus à satisfaire sa clientèle en produits sidérurgiques, notamment en rond à béton. C'est le cas de celle qui attend sa livraison en rond à béton, non satisfaite même après le paiement préalable.
«Notre PDG a eu recours à un concurrent à Oran, Tosciali, pour satisfaire les clients de Sider El Hadjar dont les commandes accusent un retard considérable. Grandeur et décadence d'une entreprise qui, pour son plan d'investissement, a englouti plus de 760 millions de dollars. Malheureusement, de statut de producteur, il est passé à celui de revendeur quémandant une marge de 5%», regrettent les mêmes cadres.
Même le haut fourneau n°2, le poumon de la production de Sider El Hadjar, est sujet ces derniers temps à des pannes répétitives, contraignant ainsi la production à la baisse. Sur l'aspect financier, ce scandale va vraisemblablement affecter les ressources financières de l'usine tant que le transport maritime est à la charge de l'entreprise exportatrice.
Ainsi, l'ambiance de travail au complexe est morose puisque les 4200 sidérurgistes s'inquiètent sérieusement pour leurs prochains salaires. «Bien qu'il soit soutenu par le ministère de l'Industrie, notre PDG qui cumule également la présidence du conseil d'administration de Sider El Hadjar, ne semble pas être doué en matière de management. La mauvaise gestion dans laquelle patauge actuellement l'usine Sider El Hadjar en est révélatrice.
Même le système informatique de l'entreprise SAP qui contrôle toutes les transactions est en panne depuis déjà quatre jours. On est revenu à la facturation au stylo pour toutes les opérations de ventes avec le risque de manipulation des chiffres. Et dire que la direction générale de l'entreprise Sider El Hadjar prévoit l'exportation avant la fin de l'année en cours de 120 millions dollars en produit ferreux et d'acier.»
«C'est un véritable tort financier pour le complexe d'El Hadjar. Le ministre de l'Industrie et des Mines, Youcef Yousfi, est interpellé à juste titre pour remédier à cette catastrophique situation. Le changement du staff dirigeant de l'entreprise par un autre plus compétent est plus qu'indispensable. Il évitera certainement à l'entreprise d'autres pertes financières, notamment en cette période de crise», plaident les mêmes cadres.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.