Mohamed Salah évoque sa relation avec Mahrez    Liverpool : Klopp n'est pas étonné pour Bruno Fernandes    Le RCD fustige le gouvernement    Système ou pratiques ?    Un citoyen en appelle à Karim Younès    L'activiste Amar Berri arrêté, puis relâché    Le Care pointe l'absence de données économiques    Omerta sur la liste des concessionnaires    «La station de dessalement de Douaouda fournira 100 000 m3 d'eau»    Les arrêts de travail déclarés par internet à la CNAS    L'Union européenne reste le premier fournisseur de l'Algérie    Développement du gisement de fer de Gara Djebilet    Guterres propose Jan Kubis pour le poste d'envoyé spécial    5 chasseurs tués et 3 autres grièvement blessés par l'explosion d'une bombe artisanale    Une nouvelle caravane de migrants vers les Etats-Unis    Un deuxième "impeachment" historique    Les émeutiers cherchaient à "capturer et assassiner" des élus    Baisse drastique des visas pour les Algériens    «C'est Bouteflika qu'il fallait juger»    Bonne opération pour l'OM, l'ASO et la JSS    La belle "remontada" des Verts face au Maroc    "Je ne céderai jamais à la pression de la rue"    Ni Bouzenad ni Laroussi à la rescousse    Les joueurs arrêtent la grève    Vers un autre recensement du vieux bâti    Les mesures de confinement reconduites    L'opération vaccination sera-t-elle lancée dans les délais ?    Des cabines électriques mobiles à la rescousse    14 marchés aux bestiaux hebdomadaires rouverts    Le terroir et le travail de la terre en exposition à la galerie Le Paon    Les Libyens revendiquent la paternité de Chachnaq    La formation de Bennabi lui a permis de faire des applications dans les sciences    Les lauréats du Prix du président de la République distingués    Une nouvelle stratégie pour renforcer le rôle des microentreprises et des start-up    Lancement du concours du meilleur conte illustré sur Yennayer    Erdogan se fait inoculer le vaccin chinois CoronaVac    Google soutient le plan d'immigration de Biden    Les Etats-Unis sanctionnent le concepteur du vaccin iranien contre la Covid-19    Bouira: Deux morts et deux blessés dans une explosion de gaz    Conseils de l'ordre des médecins et chirurgiens-dentistes: Des syndicats dénoncent une «situation de blocage»    Deux mandats de dépôt pour détournement au Trésor public    Tébessa: Cinq morts et trois blessés dans l'explosion d'une bombe artisanale    Nettoyer le pays de qui et de quoi ?    Les faits têtus de la réalité    ASM Oran: Baghor Merouane succède à lui-même    Meftah: Une usine de biscuits prend feu    Retour au point de départ    Tébessa: Si la place de la Victoire m'était contée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





1% des algériens sont schizophrènes
Séminaire sur la santé mentale à Tizi Ouzou
Publié dans El Watan le 21 - 03 - 2009

La schizophrénie est une psychose délirante chronique qui se manifeste par la désintégration de la personnalité et par la perte du contact avec la réalité. Elle touche surtout les jeunes.
Des études estiment à 300 000 le nombre d'Algériens qui souffrent de cette lourde maladie soit quelque 1 % de la population totale. Près de 60% des lits d'hôpitaux sont occupés par des patients présentant cette pathologie mentale. Une enquête épidémiologique menée à l'hôpital Drid Hocine d'Alger en 2008 fait ressortir que sur 572 malades hospitalisés, 267 sont schizophrènes soit un taux de 47 %. 90% des cas examinés ont entre 20 et 49 ans, dont 1/3 sont des femmes. Les résultats de cette expertise ont été communiqués par le Dr Adja lors de la 9e Journée internationale de psychiatrie ayant pour thème « L'actualité sur la schizophrénie », qui s'est déroulée jeudi dernier à l'hôpital psychiatrique de Oued Aïssi (Tizi Ouzou). La plupart des sujets sondés par cette étude rétrospective vivent dans des situations sociales exécrables (chômage, déperdition scolaire, problème de logement..) et 52 % disent avoir des problèmes familiaux. De multiples facteurs psychosociaux et biologiques sont à l'origine de cette maladie mentale qui touche toutes les régions et que d'aucuns qualifient de criminogène. A Tizi Ouzou, le nombre de malades ne cesse d'augmenter.
Selon le Dr Ziri, président du comité d'organisation de ces journées, 80 % des cas consultés au service des urgences de l'Etablissement hospitalier spécialisé en psychiatrie (EHS) Fernène Hanafi de Oued Aïssi sont schizophrènes. Ils viennent de Bouira, Béjaïa, Boumerdès, Alger ainsi que de Tizi Ouzou. Sur un autre chapitre, ce psychiatre déplore le fait que beaucoup de malades notamment les femmes sont « cachés » par leur famille pendant des années, par tabou ou par ignorance, croyant sans doute que la maladie est incurable. L'orateur relève d'autre part l'inexistence d'un véritable service de psychiatrie et de centres de santé mentale. En outre, il est fait état de « l'absence quasi-totale d'une politique de prévention du suicide, des tentatives de suicide et de la toxicomanie ». D'autres intervenants ont relevé la saturation des services de psychiatrie, le manque de personnel spécialisé et à la mauvaise prise en charge du malade.
En effet, il est difficile de nos jours de « décrocher » un lit d'hôpital pour un malade. Une grande wilaya comme Tizi Ouzou ne dispose que de 22 psychiatres privés pour une population de 1,3 million d'habitants. La rareté dans les officines du pays de certains psychotropes vitaux pose également problème. Le « générique » est inefficace et les médicaments d'importation sont onéreux. Les praticiens tirent la sonnette d'alarme quant à l'impérieuse nécessité de mettre en place un véritable plan de prise en charge des maladies mentales. Une étude suisse sur la santé mentale dans le monde, publiée en 2007, révèle que 2 millions d'algériens nécessitent des soins psychiatriques. Des chercheurs américains estiment, pour leur part, la population souffrant de ces pathologies dans notre pays entre 10 et 12 %.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.