Le Premier ministre reçu par le Président Erdogan à Konya en Turquie    Le Premier ministre assiste à la cérémonie d'ouverture des Jeux de la Solidarité islamique à Konya en Turquie    La société civile et la jeunesse au-devant de la scène    Un plan d'urgence pour développer ces filières    Sonelgaz en pole position    Ramtane Lamamra en Azerbaïdjan    La voix écoutée de l'Algérie    17 soldats et 4 civils tués, 9 militaires portés disparus    Ce que dit un rapport US    Une opération à trois bandes...    Brèves    La première médaille pour Zouina Bouzebra    «L'anglais à l'école est une chose positive»    La canicule est de retour    Une fresque à la mémoire des victimes    Les détails de l'opération UGTA    Samy Thiébault en concert    Hommage à Mahboub Safar Bati    Conseil supérieur de la magistrature : élection des membres du Bureau permanent    Jeux de la Solidarité Islamique 2022 / Athlétisme : Abdelmalik Lahoulou décroche le bronze sur 400m haies    Boughali s'entretient à Bogota avec le MAE colombien sur la promotion de la coopération bilatérale    Batna: création de deux forêts récréatives    Coupe Davis (Groupe 3 - Zone Afrique): ''un tirage au sort équilibré" (Hakimi)    Affaire d'escroquerie d'étudiants algériens: 6 ans de prison ferme contre Oussama Rezagui    Tournoi ITF-Pro W60 de San Bartolomé: Inès Ibbou qualifiée au 2e tour    Invasion militaire sioniste à Naplouse: 3 martyrs et plus de 40 blessés    Il y a deux ans, disparaissait Nouria, la "fleur du théâtre algérien"    Le superbe lob d'Ismaïla Sarr avec Watford (Vidéo)    El-Bayadh: l'électricité ne sera pas coupée aux communes n'ayant pas payé leurs redevances    La Guerre de libération de l'Algérie, "un moment historique" pour la libération des peuples africains    Alger: Six harraga noyés, plusieurs autres portés disparus    Ignorance, inculture et suicide    NA Hussein Dey: Le maintien comme objectif    Quelle justice pour quel monde?    Un dernier délai ?    Constantine: Un mort et deux blessés dans une explosion de gaz    Tlemcen: L'artiste peintre Abdelkamel Bekhti n'est plus    Au bon souvenir de feues, les «robes noires»    Le barrage inexploité    Lamamra reçoit le nouvel ambassadeur de la Fédération de Russie en Algérie    Lamamra reçoit le nouvel ambassadeur de Libye à Alger    Musée d'Oran: une exposition d'arts plastiques à la salle des Beaux arts    Mila: 17 biens culturels retenus au projet d'itinéraire touristique de la wilaya    L'Algérie condamne l'agression des forces sionistes sur Ghaza    Extension des réseaux d'électricité et de gaz    L'hirondelle qui en appelle au printemps...    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Et Ramsès III tomba à Beni Snous...
Traditions à Tlemcen
Publié dans El Watan le 22 - 01 - 2005

En 950 avant Jésus-Christ, à Khémis, le roi amazigh Chachna poussa dans ses derniers retranchements les fantassins du pharaon Ramsès III avant de les battre.
Un pharaon venant en envahisseur dans cette riche région des Beni Snous, dans la wilaya de Tlemcen. Mythe ou réalité, toujours est-il que, mue par des croyances anciennes (qui ont fait l'objet de recherches et d'études anthropologiques), cette région frontalière fête, tous les 12 janvier, avec un esprit carnavalesque, Ayred (lion). La direction de la culture de Tlemcen, pour mettre davantage en valeur l'importance de ce rite chez les autochtones, a organisé, comme il se doit, des activités culturelles dont des conférences pour expliquer Yennayer, Ayred, mais surtout dépoussiérer la mémoire pour mieux la préserver. Qu'est-ce qu'Ayred ? Au-delà de sa signification étymologique, c'est toute une mise en scène festive pour une cause noble : pendant trois jours, des groupes de personnes s'échangent des civilités en prononçant des expressions inspirées d'anciennes coutumes. Déguisés en animaux, des participants sillonnent les ruelles et font des escales dans des maisons. La lionne pénètre dans une ambiance faite de chants du terroir et fait le mort. C'est le moment que choisit le « roi de la savane » pour faire irruption sur les lieux et assister à la « disparition » de sa femelle. Après le réveil graduel de celle-ci, le propriétaire de la maison remet des présents (argent et fruits) au groupe, et ainsi de suite... A l'issue de ce carnaval, les dons sont offerts aux pauvres de la région. D'ailleurs, des dramaturges, à l'image de Ali Abdoun, ont essayé d'expliquer cette « foi », mais aussi adapter cette « spiritualité » dans leurs œuvres où l'image et le symbole sont omniprésents. D'origine païenne, Yennayer est également pratiqué, cependant avec de légères différences, chez plusieurs communautés méditerranéennes. Lors de cette manifestation, beaucoup de spécialistes de la communication, dont Bouziane Ben Achour, Saïd Boutarfa et Kamel Bendimerad, ont contribué avec leurs communications à la compréhension de cette croyance, en fait, une partie de l'histoire de notre pays. Miloud Hakim, écrivain et directeur de la culture, estime qu'« au-delà du caractère festif de ces journées culturelles, cette rencontre est aussi celle de la formation, de la confrontation des idées et des connaissances pour mieux cerner un événement. Et contribuer au redressement d'un pan de notre histoire ancestrale ».

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.