Un terroriste capturé à Bouira    Un dangereux terroriste arrêté à Bouira    Un projet de 4.000 logements au profit de la wilaya    Mermouri menace d'exproprier les porteurs de projets hôteliers «traînards»    Aïn Naâdja reliée à la place des Martyrs    110 rapports sous scellés    La cyberpaix menacée    Le numérique fait son entrée dans les banques    Daesh en Libye dans le viseur russe    Kaouane plaide pour la formation des journalistes    115 000 enfants soldats ont été libérés depuis l'an 2000    16 000 migrants ont été rapatriés dans leurs pays d'origine en 2017    Des duels indécis pour boucler la phase aller    Mise en place du statut type du club sportif amateur    Adieu l'ami!    La FA demande des explications à Mourinho    Plus de 1.800 arrestations dans le cadre de la lutte contre les stupéfiants    Les universités en grève pour 3 jours    Hasbellaoui mise sur la nouvelle carte de santé    Le petit Ramzi toujours recherché    Mohamed Aïssa rencontre son homologue saoudien    La contestation toujours...    Ouyahia en visite à Reggane    «Le retard dans la réalisation des logements est inadmissible à Ain Temouchent»    Norredine Sâadi nous quitte    1re édition des journées de poésie populaire de Mecheria    Dans les œuvres fantastiques    Source d'inspiration    Une intelligence artificielle découvre un nouveau système solaire    Une nouvelle momie découverte en Egypte    Un vrai tournant dans notre révolution    Début du championnat interclub    Transfert de l'ambassade américaine à El-Qods    Le diplomate Madjid Bouguerra nommé ambassadeur de l'année    L'ES Sétif et le MC Alger fixés sur leurs adversaires    Man United : Mourinho veut Mesut Özil    Le CPP se déchire sur Algériens et Palestiniens par temps de « Chedda » (audio-vidéo)    Ahmed Achour n'est plus : un témoin du sport algérien est parti    Le P/APW de Sidi Bel Abbès installé sans les élus du FLN et de TAJ    Coopération : Bedoui s'entretient à Berlin avec son homologue allemand    ASL Airlines France ouvre deux lignes vers Oran pour l'été 2018    En dépit d'une conjoncture économique difficile : Citibank optimiste pour l'avenir du marché algérien    Carnet politique 23    Les Palestiniens, futures victimes du rapprochement entre Israël et l'Arabie Saoudite    Brèves...    Lycéens et collégiens manifestent pour tamazight    Louisa Hanoune charge les partis du pouvoir    Manga Old School : les rois oubliés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Et Ramsès III tomba à Beni Snous...
Traditions à Tlemcen
Publié dans El Watan le 22 - 01 - 2005

En 950 avant Jésus-Christ, à Khémis, le roi amazigh Chachna poussa dans ses derniers retranchements les fantassins du pharaon Ramsès III avant de les battre.
Un pharaon venant en envahisseur dans cette riche région des Beni Snous, dans la wilaya de Tlemcen. Mythe ou réalité, toujours est-il que, mue par des croyances anciennes (qui ont fait l'objet de recherches et d'études anthropologiques), cette région frontalière fête, tous les 12 janvier, avec un esprit carnavalesque, Ayred (lion). La direction de la culture de Tlemcen, pour mettre davantage en valeur l'importance de ce rite chez les autochtones, a organisé, comme il se doit, des activités culturelles dont des conférences pour expliquer Yennayer, Ayred, mais surtout dépoussiérer la mémoire pour mieux la préserver. Qu'est-ce qu'Ayred ? Au-delà de sa signification étymologique, c'est toute une mise en scène festive pour une cause noble : pendant trois jours, des groupes de personnes s'échangent des civilités en prononçant des expressions inspirées d'anciennes coutumes. Déguisés en animaux, des participants sillonnent les ruelles et font des escales dans des maisons. La lionne pénètre dans une ambiance faite de chants du terroir et fait le mort. C'est le moment que choisit le « roi de la savane » pour faire irruption sur les lieux et assister à la « disparition » de sa femelle. Après le réveil graduel de celle-ci, le propriétaire de la maison remet des présents (argent et fruits) au groupe, et ainsi de suite... A l'issue de ce carnaval, les dons sont offerts aux pauvres de la région. D'ailleurs, des dramaturges, à l'image de Ali Abdoun, ont essayé d'expliquer cette « foi », mais aussi adapter cette « spiritualité » dans leurs œuvres où l'image et le symbole sont omniprésents. D'origine païenne, Yennayer est également pratiqué, cependant avec de légères différences, chez plusieurs communautés méditerranéennes. Lors de cette manifestation, beaucoup de spécialistes de la communication, dont Bouziane Ben Achour, Saïd Boutarfa et Kamel Bendimerad, ont contribué avec leurs communications à la compréhension de cette croyance, en fait, une partie de l'histoire de notre pays. Miloud Hakim, écrivain et directeur de la culture, estime qu'« au-delà du caractère festif de ces journées culturelles, cette rencontre est aussi celle de la formation, de la confrontation des idées et des connaissances pour mieux cerner un événement. Et contribuer au redressement d'un pan de notre histoire ancestrale ».

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.