«Le dialogue doit prendre en considération les craintes légitimes de l'opposition»    Plus de 82 % des citoyens satisfaits des services de police    Omari insiste sur l'accompagnement des projets agricoles    Les modalités de fonctionnement d'un compte d'affectation spéciale fixées au JO    Rentrée sociale et balance des paiements au menu    Signature d'une convention entre le secteur des forêts et l'unité d'ingénierie    Hassan Rabehi à Ouargla évoque le rôle capital des médias    ARRESTATION DU DIRECTEUR DE L'AGENCE FONCIERE D'ORAN : Plusieurs hauts responsables impliqués dans un scandale immobilier    TISSEMSILT : Des coupures intempestives d'électricité au quotidien    30 milliards de dollars dilapidés au ministère du Travail    CLASSEMENT MONDIAL DES ARMEES : L'ANP parmi les 30 puissances mondiales    COUR SUPREME : Tayeb Louh placé sous mandat de dépôt    COUR DE JUSTICE DE MOSTAGANEM : Le nouveau président et le procureur général installés    Drame du concert de Soolking : 5 morts et 17 blessés    BIR EL DJIR (ORAN) : Le nouveau maire suspendu par le wali    RENTREE SCOLAIRE A MASCARA : Plus de 230.000 élèves bientôt sur les bancs de classes    JUSTICE : Zeghmati veut nettoyer son secteur    Naples: Lozano a signé (officiel)    Real Madrid: Neymar, un pied qui inquiète    Vers la fin du pouvoir militaire ?    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    Les souscripteurs montent au créneau    Benflis insiste sur le départ du gouvernement    Amrani reste    Velud : "Je suis confiant pour la qualification"    «Les manœuvres marocaines à Guerguerat menacent la sécurité de toute la région»    L'ONU craint une fragmentation    Le Soudan se dote de nouvelles institutions    Une nouvelle coalition pour barrer la route à Matteo Salvini    Le projet de convention nationale finalisé aujourd'hui    Où en est l'aménagement du futur parc de Sidi-Ghilès ?    "Il y a beaucoup d'arnaques"    Tôt ou tard, le rêve redémarrera !    Grande offensive des affaires religieuses    Où est passé le ministre des Moudjahidine ?    Ligue 2 : Le RCA et l'OMA autorisés à jouer à domicile    Slimani : Tout pour aider son nouveau club    CAN-2019 (U23) : La sélection nationale en stage à Sidi Moussa    Un sommet avant le SommetV: Poutine en villégiature à Bormes-les-Mimosas    Constantine - Marchés des fruits et légumes: Chute relative des prix et timide reprise des activités    Après d'importants travaux de restauration: Les Arènes d'Oran ouvertes aux visiteurs    Tiaret: Le cimetière, ce lieu de rencontre des vivants    Artistes en herbe à l'affiche    Au deuxième trimestre : L'économie allemande s'est contractée, l'export souffre    Carlos Lopes: Avec la ZLEC, "les Africains ont avantage à faire du commerce intra-africain"    Appel à l'investissement privé    L'opposition s'inquiète de l'entrée en vigueur de l'état d'urgence    Javier Bardem appelle à protéger les océans    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





En France, c'est parti !
Scrutin pour l'élection présidentielle du 9 avril 2009
Publié dans El Watan le 05 - 04 - 2009

Pour les 776 218 électeurs algériens de France, le compte à rebours a commencé hier matin. Ils ont jusqu'à jeudi pour prendre le chemin des bureaux de vote. Combien seront-ils à le faire ? Car si le troisième mandat du président candidat est une certitude, tant pour ceux qui voteront pour lui que pour les abstentionnistes, la seule inconnue de cette élection est le taux de participation. Le président candidat Bouteflika a dominé, de bout en bout, la campagne électorale en France et pour cause !
Paris
De notre bureau
Il dispose de moyens humains, financiers, matériels, administratifs sans commune mesure avec ceux des autres candidats, à telle enseigne que les nombreux débats publics, meetings organisés par son staff de campagne ont été à sens unique, sans contradicteurs. S'il est représenté dans chaque bureau de vote par des observateurs, il n'en est pas de même pour les 4 autres candidats. Ainsi, à Paris, seul Djahid Younsi compte six scrutateurs dans les bureaux parisiens, en île-de-France et dans les départements avoisinants. La couverture est plus conséquente dans la zone sud, nous affirme Réda Djabri, qui le représente dans la zone nord et de pointer « la disproportion » des moyens qui est « flagrante » entre le candidat Bouteflika et les autres. « Si le candidat Bouteflika a pu affréter un avion avec à son bord des ministres pour faire sa campagne, pour notre part, la subvention qui nous a été allouée a à peine couvert nos frais d'affichage. » « Nos affiches ont été interdites de transport aérien, mais malgré cela, on a pu en coller dans quelques lieux fréquentés par nos compatriotes, comme Barbès. » Sur le taux de participation final, le représentant de Djahid Younsi est affirmatif : « Si la participation se présente comme aujourd'hui (samedi), elle sera très faible. C'est samedi et dimanche que les gens votent le plus ; en semaine, ils travaillent. » C'est par petits groupes, mais réguliers que les électeurs se sont présentés hier matin au centre de vote de la rue Bourret, dans le 19e arrondissement de Paris. La cadence devrait se densifier dans l'après-midi, selon des scrutateurs du président candidat.
La participation, donnée de fond
« Samedi matin, c'est le marché, les courses, les gens viendront plus tard », nous dit M. Hassaïd, l'un des observateurs pour le compte du candidat Bouteflika. « Notre président a dit : ‘'Votez pour le candidat de votre choix, mais votez.'' Notre président, c'est le peuple qui le demande. » Et il ajoute aussitôt : « Cela se passe très bien, tout se déroule dans la transparence, regardez les urnes, elles sont transparentes elles aussi. Nous sommes en démocratie, ce n'est pas la route de la démocratie mais l'autoroute qui va d'Est en Ouest. » Fella Bouzida, ex-députée FLN, représentante en chef du candidat Bouteflika au centre de vote de Paris et dans les bureaux limitrophes décrit une « bonne gestion administrative » du déroulement du vote, une « communauté qui vient voter dans la sérénité ». Et si les autres candidats « n'ont pas de représentants » dans les centres de vote, c'est « parce qu'ils n'ont pas d'assise populaire. Je sais de quoi je parle, j'ai été députée ». Et de se féliciter que la représentante du MAJD ait rejoint au bureau 4 du centre de Paris l'alliance pro-Bouteflika. « Nous demandons simplement aux citoyens algériens résidant en France de participer au vote, d'exercer leur droit civique. Votez pour qui vous voulez, mais votez », avait souligné, pour sa part, l'ambassadeur Missoum Sbih, à la veille du lancement de la campagne. Et ce, tant le spectre d'un taux d'abstention trop élevé est appréhendé par les représentants du candidat Bouteflika.
Concernant le transport des électeurs résidant loin des bureaux de vote, les consuls ont la possibilité de le faciliter, avait indiqué l'ambassadeur. « J'ai suggéré aux consuls généraux et aux consuls de manier cette possibilité avec beaucoup de doigté, car à la lumière des expériences passées, il peut y avoir des réserves de la part certains candidats. Peut-être que dans certains esprits, le transport des électeurs peut s'assimiler un peu à une opération de ramassage, qui peut heurter les convictions de certains représentants de candidats. Cette offre peut-être retirée, s'il y a des réserves de la part des représentants de candidats. » Mais les autres candidats, n'ayant quasiment pas de représentants dans l'Hexagone, tout au moins en île-de-France, seul le président candidat pourra bénéficier de cette disposition, si tel est le souhait de sa représentation. Il est à signaler que sur les 776 218 électeurs répartis sur les 18 circonscriptions consulaires, un tiers (31%) a plus de 60 ans (235 033).
C'est Bobigny en Seine-Saint-Denis, qui vient en tête avec 85 575 inscrits, suivie de Vitry-sur-Seine avec 79 053 inscrits et Paris en troisième position avec 73 873 inscrits devant Marseille (69 840 inscrits), Lille (64 118) et Lyon (61 066), Nanterre (42 608), Metz (35 355), Grenoble (34 985), Strasbourg (23 630), Saint-Etienne (23 065), Nice (22 765), Toulouse (20 207), Besançon (19 860), Montpellier (17 927), Bordeaux (17 387), Nantes (13 605). La part la plus faible de l'électorat algérien en France est la tranche d'âge 18-20 ans avec 1% (9745). Les 31-40 ans (22%, 168 895) devant les 51-60 ans (112 476 - 14%) et les 41-50 ans (149 172 - 19%). Les électeurs en France ont, à leur disposition, 134 bureaux de vote dont, 76 délocalisés. A la précédente élection présidentielle, la participation de la communauté algérienne en France était de 33%. Elle est descendue à 14% aux législatives de 2007.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.