USM Alger : La saison n'est pas encore terminée pour les Rouge et Noir    Secousses telluriques à Mila : "l'Etat n'abandonnera pas ses citoyens"    Berraki : pas de dégâts ou de dysfonctionnements au niveau du barrage de Beni Haroun    Les Algériens interdits d'entrée en Suisse    Ounoughi évoque l'affaire de Madjer avec l'Anep    Covid 19 : 529 nouveaux cas, 429 guérisons et 9 décès en Algérie durant les dernières 24 heures    PARTI FLN : Le SG invité à Moscou pour participer à un sommet    EXPLOSION DE BEYROUTH : L'Algérie envoie un hôpital militaire de campagne    JUSTICE : Vaste mouvement dans le corps des magistrats    NOUVEAU CHEF D'ETAT-MAJOR DE LA GN : Le général Yahia Ali Oulhadj installé dans ses fonctions    REUNION GOUVERNEMENT-WALIS MERCREDI ET JEUDI PROCHAINS : Vers un mouvement dans le corps des walis    FRANÇAIS BLOQUES EN ALGERIE : Plus de 40 000 personnes rapatriées depuis mars    POUR NON-RESPECT DES MESURES PREVENTIVES : Fermeture de près de 5400 commerces à Alger    MASCARA : Les personnels de la santé dénoncent le manque de transport    Liban: le bilan de l'explosion du port de Beyrouth atteint 154 morts    Palestine : raids aériens israéliens sur la bande de Ghaza    L'Ogebc se dirige vers une exploitation optimale des sites du patrimoine    Pêche: un décret pour l'organisation des pécheurs artisans en coopératives    Fusion MCA-GSP : l'AGex du MCA largement en faveur de la fusion    Hommage à Gisèle Halimi: une halte en reconnaissance à ceux qui ont soutenu l'Algérie    Explosion de Beyrouth: aides algériennes au Liban    Procès du journaliste Khaled Drareni : L'absurde devient ordinaire par lassitude    Explosion de Beyrouth: Chanegriha présente ses condoléances    L'Italie prêtera main-forte à la France avec 200 soldats    Le prêt de Benchaâ au CCS prolongé    Huit ambitieux et seulement quatre billets pour Lisbonne    Djerrar opéré avec succès    L'Alliance des designers algériens professionnels voit le jour    Gilles Lapouge, l'amoureux du Brésil    L'Unesco va réhabiliter le patrimoine de Bandiagara, victime du conflit    Deux Algériens légèrement blessés    13 décès et 551 nouveaux cas en 24 heures    Pertamina lorgne les actifs d'OXY en Algérie    Le général-major Meftah Souab en soins à l'étranger    La défense compte saisir le chef de l'Etat    Le désert agraire    Attar plaide pour une "Opep du gaz"    Nacer Boudiaf demande la réouverture du dossier    Opéré de nouveau à Lille : Benzia espère un retour en janvier    JS Kabylie : Relance de la webradio du club    Feux de forêts : Arrestation d'au moins 10 individus    Le harrag anonyme ou le marigot des caïmans    FAUSSES SAINTETES    L'apocalypse à Beyrouth    Washington condamne la présence militaire étrangère en Libye    Un néonazi avoue le meurtre d'un élu régional    "L'Euthanasie, entre légalisation et incrimination", nouvel ouvrage du chercheur Djamel Eddine Anane    Le parcours du pianiste Nassim Kahoul, un exemple de détermination    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





En France, c'est parti !
Scrutin pour l'élection présidentielle du 9 avril 2009
Publié dans El Watan le 05 - 04 - 2009

Pour les 776 218 électeurs algériens de France, le compte à rebours a commencé hier matin. Ils ont jusqu'à jeudi pour prendre le chemin des bureaux de vote. Combien seront-ils à le faire ? Car si le troisième mandat du président candidat est une certitude, tant pour ceux qui voteront pour lui que pour les abstentionnistes, la seule inconnue de cette élection est le taux de participation. Le président candidat Bouteflika a dominé, de bout en bout, la campagne électorale en France et pour cause !
Paris
De notre bureau
Il dispose de moyens humains, financiers, matériels, administratifs sans commune mesure avec ceux des autres candidats, à telle enseigne que les nombreux débats publics, meetings organisés par son staff de campagne ont été à sens unique, sans contradicteurs. S'il est représenté dans chaque bureau de vote par des observateurs, il n'en est pas de même pour les 4 autres candidats. Ainsi, à Paris, seul Djahid Younsi compte six scrutateurs dans les bureaux parisiens, en île-de-France et dans les départements avoisinants. La couverture est plus conséquente dans la zone sud, nous affirme Réda Djabri, qui le représente dans la zone nord et de pointer « la disproportion » des moyens qui est « flagrante » entre le candidat Bouteflika et les autres. « Si le candidat Bouteflika a pu affréter un avion avec à son bord des ministres pour faire sa campagne, pour notre part, la subvention qui nous a été allouée a à peine couvert nos frais d'affichage. » « Nos affiches ont été interdites de transport aérien, mais malgré cela, on a pu en coller dans quelques lieux fréquentés par nos compatriotes, comme Barbès. » Sur le taux de participation final, le représentant de Djahid Younsi est affirmatif : « Si la participation se présente comme aujourd'hui (samedi), elle sera très faible. C'est samedi et dimanche que les gens votent le plus ; en semaine, ils travaillent. » C'est par petits groupes, mais réguliers que les électeurs se sont présentés hier matin au centre de vote de la rue Bourret, dans le 19e arrondissement de Paris. La cadence devrait se densifier dans l'après-midi, selon des scrutateurs du président candidat.
La participation, donnée de fond
« Samedi matin, c'est le marché, les courses, les gens viendront plus tard », nous dit M. Hassaïd, l'un des observateurs pour le compte du candidat Bouteflika. « Notre président a dit : ‘'Votez pour le candidat de votre choix, mais votez.'' Notre président, c'est le peuple qui le demande. » Et il ajoute aussitôt : « Cela se passe très bien, tout se déroule dans la transparence, regardez les urnes, elles sont transparentes elles aussi. Nous sommes en démocratie, ce n'est pas la route de la démocratie mais l'autoroute qui va d'Est en Ouest. » Fella Bouzida, ex-députée FLN, représentante en chef du candidat Bouteflika au centre de vote de Paris et dans les bureaux limitrophes décrit une « bonne gestion administrative » du déroulement du vote, une « communauté qui vient voter dans la sérénité ». Et si les autres candidats « n'ont pas de représentants » dans les centres de vote, c'est « parce qu'ils n'ont pas d'assise populaire. Je sais de quoi je parle, j'ai été députée ». Et de se féliciter que la représentante du MAJD ait rejoint au bureau 4 du centre de Paris l'alliance pro-Bouteflika. « Nous demandons simplement aux citoyens algériens résidant en France de participer au vote, d'exercer leur droit civique. Votez pour qui vous voulez, mais votez », avait souligné, pour sa part, l'ambassadeur Missoum Sbih, à la veille du lancement de la campagne. Et ce, tant le spectre d'un taux d'abstention trop élevé est appréhendé par les représentants du candidat Bouteflika.
Concernant le transport des électeurs résidant loin des bureaux de vote, les consuls ont la possibilité de le faciliter, avait indiqué l'ambassadeur. « J'ai suggéré aux consuls généraux et aux consuls de manier cette possibilité avec beaucoup de doigté, car à la lumière des expériences passées, il peut y avoir des réserves de la part certains candidats. Peut-être que dans certains esprits, le transport des électeurs peut s'assimiler un peu à une opération de ramassage, qui peut heurter les convictions de certains représentants de candidats. Cette offre peut-être retirée, s'il y a des réserves de la part des représentants de candidats. » Mais les autres candidats, n'ayant quasiment pas de représentants dans l'Hexagone, tout au moins en île-de-France, seul le président candidat pourra bénéficier de cette disposition, si tel est le souhait de sa représentation. Il est à signaler que sur les 776 218 électeurs répartis sur les 18 circonscriptions consulaires, un tiers (31%) a plus de 60 ans (235 033).
C'est Bobigny en Seine-Saint-Denis, qui vient en tête avec 85 575 inscrits, suivie de Vitry-sur-Seine avec 79 053 inscrits et Paris en troisième position avec 73 873 inscrits devant Marseille (69 840 inscrits), Lille (64 118) et Lyon (61 066), Nanterre (42 608), Metz (35 355), Grenoble (34 985), Strasbourg (23 630), Saint-Etienne (23 065), Nice (22 765), Toulouse (20 207), Besançon (19 860), Montpellier (17 927), Bordeaux (17 387), Nantes (13 605). La part la plus faible de l'électorat algérien en France est la tranche d'âge 18-20 ans avec 1% (9745). Les 31-40 ans (22%, 168 895) devant les 51-60 ans (112 476 - 14%) et les 41-50 ans (149 172 - 19%). Les électeurs en France ont, à leur disposition, 134 bureaux de vote dont, 76 délocalisés. A la précédente élection présidentielle, la participation de la communauté algérienne en France était de 33%. Elle est descendue à 14% aux législatives de 2007.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.