Coupe de la Confédération (Gr. B / 5e J): victoire de la JS Kabylie devant Coton Sport (2-1)    Gouvernement: examen d'un projet de création d'une autorité de régulation du marché du tabac    La Commission africaine des droits de l'Homme appelée à protéger les sahraouis dans les territoires occupés    Décès d'Idris Deby : la communauté internationale appelle à préserver la paix    Coronavirus: 182 nouveaux cas, 129 guérisons et 7 décès    Grandiose marche nocturne à Akbou    Perturbation dans l'approvisionnement en huile de table    Manojlovic, nouvel entraîneur    Le MJS invalide l'élection de Labane    Le MJS met la pression sur les élus    Le marché dans tous ses états    Bechar: installation du nouveau chef de la sûreté de wilaya    Les appels à la libération de Rabah Karèche se multiplient    Le Cnese fait peau neuve    Evolution technologique    Paré pour l'aventure    Youcef Bouzidi apporte ses précisions    Brahmia succède à Almas    Programme national des énergies renouvelables: création d'une société mixte Sonatrach/Sonelgaz    Le front social s'emballe    Installation d'un nouveau directeur des douanes    L'Algérie à la 146e place    Le président de SOS Bab El-Oued sous mandat de dépôt    Hausse au premier trimestre 2021    la liste des membres sélectionnés approuvée    Sécurité régionale et relance de l'UMA au menu    Pourquoi il faut rester vigilants    Les travailleurs de l'éducation maintiennent la pression    Béni Douala célèbre ses héros    La Chaîne II inaudible sur la bande FM    La chanson surprise de Lounis Aït Menguellet    Lutte contre la criminalité : Démantèlement de groupes criminels    Coupe arabe de la FIFA 2021 : L'Algérie sera présente au rendez-vous qatari    A partir de la citadelle d'Alger : Coup d'envoi des festivités du mois du patrimoine    Tiaret: La ville croule sous les ordures    Aïn El Turck: Une dizaine de baraques de fruits et de légumes démantelées    Chlef: Les infrastructures seules ne font pas le tourisme    La tomate n'a pas partout le même goût    Marche pacifique à Béjaïa    Le FMI livre ses prévisions    Les oligarques sont-ils de retour?    La Turquie maintient le flou    Fin des poursuites dans une affaire de déstabilisation de l'Etat    L'Algérie condamne l'attaque terroriste du village de Gaigorou    Attaque terroriste sur une base militaire dans le Nord-Est    Le patrimoine et la spiritualité à l'affiche    «Le livre en tamazight a fait des pas de géant»    L'ONDA a versé plus de 50 millions DA    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le sens des mots
Publié dans El Watan le 05 - 05 - 2009

Les Etats-Unis, de façon désormais systématique, désignent l'Algérie comme l'un des pays où la contrefaçon industrielle et le piratage informatique se pratiquent à une vaste échelle. A telle enseigne que c'est une bien maigre consolation de la voir associée sur la liste noire d'autres pays réputés contrevenants, aux côtés de la Russie et de la Chine. Les Etats-Unis défendent les intérêts de leurs firmes qui dominent un marché colossal et n'entendent rien céder sur le monopole de fait qu'ils exercent. Il n'est pas gratifiant pour un pays, en tant qu'entité, d'être classifié aussi rapidement comme pays pirate. Cela supposerait que le pays en question a défini la piraterie comme une voie de développement et d'accumulation de richesses. Cela pourrait relever de l'amalgame simpliste et réducteur. Ce qui ne peut pas être nié, c'est que le phénomène existe. Même aux Etats-Unis, la contrefaçon et le piratage informatique sont à l'œuvre. Cela ne peut pas faire l'objet d'une globalisation pour autant. Figurer sur une liste noire suscite des préjugés et des raccourcis dont le plus commun consisterait à assimiler tous les Algériens à des pirates. La propriété intellectuelle, le copyright, ne peut pas faire l'objet de transgression, mais le meilleur moyen de l'éviter et de le combattre est d'inscrire les initiatives dans un partenariat institutionnel du constat, au-delà duquel rien de significatif n'est entrepris. Il reste le problème de l'accès aux nouvelles technologies que leurs concepteurs vendent au prix le plus coûtant.
La piraterie informatique ne peut pas être justifiée, mais elle est dans ce cas de figure suscitée par les producteurs mêmes qui prétendent la dénoncer. Il suffit pour cela de voir à quelle hauteur, pour un utilisateur non institutionnel, se situe le prix d'un logiciel. Les rapports à des prix aussi élevés ne sont pas les mêmes selon qu'il s'agisse de pays en voie de développement ou occidentaux. Il en va de même pour le téléchargement qui a pu défrayer la chronique politique et diviser les opinions dans nombre de pays européens. Cela rappelle aussi, toutes proportions gardées, le débat sur le médicament générique. Les Etats-Unis pourraient être fondés à estimer qu'il existe en Algérie, ou dans tout autre pays, des réseaux dédiés à la contrefaçon industrielle ou au piratage informatique. Ils ne peuvent pas affirmer de façon lapidaire que c'est le pays tout entier qui est pirate et de l'inscrire pour cela sur une liste noire maléfique. C'est un manque de respect pour ce pays, ses citoyens et ses autorités disqualifiées comme inaptes à assurer la défense de la propriété intellectuelle. Dans ce genre de situation, aussi complexe pour les uns et les autres, il est important de savoir ce que l'on dit, car les mots doivent avoir un vrai sens même lorsqu'ils viennent des Etats-Unis. A plus forte raison lorsque le mot liste noire renvoie à un épisode de sinistre mémoire, celui de la chasse aux sorcières.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.