Bruxelles ne reconnaît pas la marocanité du Sahara occidental    Maroc-Affaire des écoutes: le militant Omar Radi déplore une campagne de "salissage"    Bloqué à Johannesburg depuis 4 mois : L'énième cri de désespoir de Makhloufi    La DGSN commémore le 58e anniversaire de l'indépendance par un riche programme    Industriel public: recul de 6,7% de la production durant le 1er trimestre 2020    ALGER : 7909 logements AADL livrés le 5 juillet    Lancement d'une nouvelle version du site web officiel du MDN    Coronavirus : 441 nouveaux cas,311 guérisons et 6 décès en Algérie durant les dernières 24h    CORONAVIRUS ALGERIE : Benbouzid se prononce sur le ‘'reconfinement''    Décès du général-Major Hassen Alaïmia    FETE DE L'INDEPENDANCE ET DE LA JEUNESSE : Le président Tebboune décrète une nouvelle grâce présidentielle    441 nouveaux cas confirmés et 6 décès en Algérie    AFFLUENCE RECORD D'ESTIVANTS A ORAN : La plage de Kristel prise d'assaut    BANQUE D'ALGERIE : Emission de nouveaux billets et pièces de monnaie    Restes mortuaires des 24 martyrs: funérailles solennelles à la hauteur des sacrifices    Les restes mortuaires de 24 chefs de la Résistance populaire inhumés au Carré des martyrs du cimetière d'El-Alia    Un procès à huis clos !    Quels moyens pour respecter le protocole sanitaire ?    Laskri compte piloter une liste    Poussée populaire et promesse d'une nouvelle Algérie    Incertitudes sur le rituel du sacrifice du mouton    Sachez-que    Sept blessés lors d'une tentative d'attentat près du port de Mogadiscio    Trudeau hésite à aller à Washington pour un sommet sur le nouvel Aléna    Arrivée du cortège funèbre des restes de 24 chefs de la Résistance populaire au cimetière d'El-Alia    Les martyrs de la Mitidja : les oubliés de l'Histoire    La «longue liste» des auteurs retenus dévoilée    L'ONU cherche toujours un émissaire pour la Libye    L'Algérie et la France doivent affronter le problème de la Mémoire qui hypothèque les relations bilatérales    Un activiste devant la justice    Banque Mondiale : L'Algérie passe à la catégorie pays à revenu intermédiaire inférieur    "Oran doit s'attendre à un 4e pic de contamination"    26 décès et 1 500 personnes infectées    Benrahma inscrit un triplé contre Wigan    "Je ne spéculerai pas sur l'avenir de Messi"    Voici le contenu de la mise au point    Des dizaines de morts dans des combats en Syrie    Le témoignage glaçant d'un employé turc du consulat saoudien    MO Béjaïa: Club en quête d'assainissement    Meilleurs joueurs africains (1ère partie): Le subjectivisme toujours au rendez-vous    Chlef: La CNAS veut améliorer ses prestations    L'Emir Abdelkader : « Un guerrier, un homme d'Etat, un apôtre de la paix »    Nouvelles approches sur les crimes de «la Main rouge» contre les Algériens    A quoi sert un musée ?    Marche de la diaspora algérienne à Montréal    Les journalistes indésirables dans la salle d'audience    L'Algérie exportera 50 millions de gants vers l'Espagne    L'infrangible lien...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le thésard se dit victime de son succès
Publié dans El Watan le 18 - 03 - 2015

Pour le thésard, les propos de son encadreur sont calomnieux envers sa personne et ses recherches. Pour preuve, martèle-t-il, le site online anti-plagiat (www.plagiarism-detect.com) disculpe ma thèse à 100%. «Etant major de promotion de Master 2010 RFIA (Intelligence Artificielle), je me suis inscrit en thèse de doctorat 3e cycle sous la direction du Pr Lynda Dib en octobre/novembre 2010. J'ai suivi mon cours et décidé de préparer une thèse de doctorat en sciences en Algérie, ignorant de ce fait des propositions des universités canadiennes et françaises. Mon seul souci était de contribuer dans le développement de mon cher pays», affirme d'emblée le désormais jeune docteur.
Trois années de travail et de recherches ont poussé Pr Dib Lynda à juger mon travail de thèse l'estimant digne d'être présenté publiquement devant un jury, et que les objectifs scientifiques ont été atteints avec satisfaction. «Les approches et les méthodes proposées dans le cadre de ma thèse ont été validées et publiées dans quatre conférences internationales, à comité de lecture en France, Espagne, Egypte, Algérie et dans une revue américaine prestigieuse de classe A (parmi les meilleures en vision artificielle au monde).
Si les résultats de mes recherches sont trafiqués et les modèles proposés sont plagiés, pourquoi sont-ils publiés dans ce genre de manifestations scientifiques de haut niveau ?» s'interroge non sans étonnement le thésard, précisant que «50% de mes participations dans les conférences ont été financées par un laboratoire français et 50% par mes propres moyens».
Abordant le volet administratif, le doctorant retrace l'itinéraire de son parcours, allant du dépôt de son dossier par le pofesseur Lynda Dib, où le conseil scientifique de département avait donné un avis favorable pour la tenue de la soutenance avant d'être validé en juin 2014 par le CSF (Conseil scientifique de la faculté) jusqu'à l'avis favorable de la soutenance. «Pour des raisons non scientifiques, le Pr Dib m'a créé énormément de problèmes au niveau de l'université, où elle m'a accusée de plagiat et falsification des résultats sans aucune preuve concrète.
Parmi ces raisons non scientifiques, c'est l'échec de mon encadreur à obtenir un poste de maître de conférences en France, malgré le fait que je l'ai aidée à décrocher un entretien avec des chercheurs en France avec lesquels je collabore. Je suis victime de mon succès, car vu que j'ai eu beaucoup de propositions des différentes institutions européennes et américaines, ce qui n'a pas plu à mon encadreur qui a abusé de son pouvoir pour me briser et dénigrer ma réputation nationale et internationale. Aussi, je suis membre de l'Association internationale d'informatique, la Fondation internationale de la vision artificielle et parmi les rares chercheurs algériens à avoir été cité dans le fameux et prestigieux livre américain Who's Who in the World 2012», se désole-t-il.
Concernant la plainte déposée contre lui, F. B. affirme qu'en l'absence de preuves matérielles contre lui et ses recherches, elle a retiré sa plainte. «Pis, mon encadreur a publié ma thèse de doctorat, non soutenue, dans un site public sans mon autorisation ni celle de l'université. Ce qui est une violation des droits de l'auteur.» «Enfin, conclut-il, ma thèse a été examinée par 5 chercheurs dont 2 français et 3 algériens de rang magistral. J'ai soutenu publiquement devant plus que 120 personnes, entre enseignants chercheurs et collègues.
Les examinateurs ont confirmé l'originalité de ma thèse et m'ont accordé la mention très honorable. Concernant le Pr Dib Lynda, je l'ai toujours respectée jusqu'à aujourd'hui, car elle était mon enseignante. Je suis encore plein d'enthousiasme et d'énergie. Mon devoir actuellement est de contribuer dans le développement des infrastructures technologiques de mon pays. J'appelle les décideurs à encourager les jeunes initiatives au lieu de les bloquer. Ce qui profitera à l'étranger.»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.